La langue française

Taule

Définitions du mot « taule »

Trésor de la Langue Française informatisé

TAULE, TÔLE2, subst. fém.

Pop. Maison, chambre, pièce. Conan, tout congestionné, (...) était parvenu à sortir de la salle. Il dit très haut, dans le silence angoissé du corridor:Oh! quelle chaleur dans leur tôle! (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 79).Il y avait de tout dans la taule [du charpentier du bord] en plus des perroquets criards au plafond: des singes (...) des écureuils blancs (Cendrars, Lotiss. ciel, 1949, p. 21).
En partic., arg.
Maison de prostitution. [Le patron de maison d'amour:] y a des jours où les clients, je me demande vraiment ce qu'ils viennent foutre dans ma taule (...) Y seraient pas mieux (...) à respirer le bon air? (Simonin, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 161).
Prison, cellule de prison. Sortir de tôle; faire de la tôle. J'ai jamais été si tranquille que pendant mes mois de taule... Sans la prison, je crois bien que je n'aurais jamais eu le temps de penser à mes bouquins, ni de les écrire (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 642).Tu vas le faire foutre en tôle.Ça en fera un de moins (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p. 41).
P. ext., fam. Entreprise, lieu de travail. Synon. boîte.Tiens, un gars qui avait une petite taule où il faisait la réparation de bicyclettes, il est millionnaire, maintenant (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 274).J'ai connu un bougnat, patron d'un petit bistrot-charbon (...) Sa taule dépassait l'imagination (...) Toutes les bouteilles étaient toujours débouchées (Trignol, Pantruche, 1946, p. 43).
Prononc. et Orth.: [to:l]. Rob., Lar. Lang. fr., Rob. 1985: taule, taulard, taulier, tôle, tôlard, tôlier. Prop. Catach-Golf. Orth. Lexicogr. 1971, p. 221: tôle, tôlier. Étymol. et Hist. 1. a) 1800 tôle (imprimé tôte) « petite maison » (ds Esn.); 1833 tolle « maison », taule « chambre » (ibid.); 1835 tôle « maison » (Raspail, Réforme pénitentiaire in Le Réformateur, 20 sept., p. 2); 1836 la taule à mézigue « chez moi » (Vidocq, Voleurs, t. 1, p. xij); b) 1894 taule ou tôle « maison de tolérance » (Virmaitre, Dict. arg. fin-de-s., p. 284: c'est tôle qui est le vrai mot [pour la maison de tolérance, bordée d'une plaque de tôle]); 2. 1881 la grosse tôle « prison » (Rigaud, Dict. arg. mod., p. 206); 1901 la tôle « la préfecture de police » (Bruant, s.v. préfecture); 3. 1919 « tout endroit où l'on travaille, magasin, usine, atelier, entreprise » (Dorgelès, loc. cit.). Empl. spécialisé de tôle1*. Fréq. abs. littér. Taule: 17. Tôle: 320. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 134, b) 428; xxes.: a) 417, b) 765.
DÉR. 1.
Taulard, tôlard, -arde, subst.,arg. a) Celui, celle qui est en prison, a l'habitude de la prison. « Marge » et tous ces groupes à initiales comme G.I.P., C.A.P., G.R.I.F., G.I.A., qui se sont créés pour les taulards ex ou présents, pour les psychiatrisés, les prostituées (Le Nouvel Obser-vateur, 11 mars 1978, p. 62, col. 2).Mis à l'écart par des jurys populaires, les tôlards sont gardés par des fils du peuple (Le Monde, 11 mai 1984, p. 44).b) Vx. Lit de bagnard. (Ds Lar. Lang. fr., GDEL, Rob. 1985). − [tola:ʀ], fém. [-aʀd]. Supra prononc. − 1resattest. a) 1769 tolard « lit de forçat sur une galère » (Rec. de Planches sur les sc., les arts libéraux et les arts mécan., 7, 7), b) 1915 « militaire puni de prison » (ds Esn.), 1918 tôlard « id. » (Dauzat, Arg. guerre, p. 285), c) 1940 « habitué des prisons » (ds Esn.), d) 1962 adj. mes Noëls taulards (A. Sarrazin, La Cavale, Paris, J.-J. Pauvert, 1965, p. 472); de taule, tôle2, suff. -ard*.
2.
Taulier, tôlier, -ière, subst.,arg. a) Propriétaire, gérant(e) d'un hôtel, d'un restaurant. Encore un petit coup à la bière... On pourra jamais se relever (...) le tôlier en tablier nous fout tous dehors! (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 256).T'as les foies, hein, la tôlière? Allons l'addition, et magne-toi, grossis-le encore un peu ton magot (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p. 43).b) Propriétaire d'une maison de prostitution. L'insaisissable phénomènel'Hermaphroditeest si recherché des taulières (Simonin, J. Bazin, Voilà taxi!1935, p. 74).− [tolje], fém. [-jε:ʀ]. Supra prononc. − 1resattest. a) 1889 tollier « propriétaire ou gérant d'un hôtel, d'un restaurant » (Macé, Mes lundis, p. 256), 1901 taulier « id. » (Bruant, s.v. misérable), b) id. tôlier, tôlière « patron, patronne, en général » (ds Esn.), c) 1920 tôlier « tenancier de maison close » (Bauche), 1927 taulier, taulière « id. » (Dussort, Preuves exist., dép. par Esnault, 1938, p. 67), d) 1915 tôlier « militaire puni de prison » (Écho des Marmites, no3, 15 févr. ds Sain. Tranchées, p. 114); de taule, tôle2, suff. -ier*.
BBG.Guiraud (P.). Mél. d'étymol. arg. Cah. Lexicol. 1970, t. 16, p. 71.

Trésor de la Langue Française informatisé

TAULE, TÔLE2, subst. fém.

Pop. Maison, chambre, pièce. Conan, tout congestionné, (...) était parvenu à sortir de la salle. Il dit très haut, dans le silence angoissé du corridor:Oh! quelle chaleur dans leur tôle! (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 79).Il y avait de tout dans la taule [du charpentier du bord] en plus des perroquets criards au plafond: des singes (...) des écureuils blancs (Cendrars, Lotiss. ciel, 1949, p. 21).
En partic., arg.
Maison de prostitution. [Le patron de maison d'amour:] y a des jours où les clients, je me demande vraiment ce qu'ils viennent foutre dans ma taule (...) Y seraient pas mieux (...) à respirer le bon air? (Simonin, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 161).
Prison, cellule de prison. Sortir de tôle; faire de la tôle. J'ai jamais été si tranquille que pendant mes mois de taule... Sans la prison, je crois bien que je n'aurais jamais eu le temps de penser à mes bouquins, ni de les écrire (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 642).Tu vas le faire foutre en tôle.Ça en fera un de moins (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p. 41).
P. ext., fam. Entreprise, lieu de travail. Synon. boîte.Tiens, un gars qui avait une petite taule où il faisait la réparation de bicyclettes, il est millionnaire, maintenant (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 274).J'ai connu un bougnat, patron d'un petit bistrot-charbon (...) Sa taule dépassait l'imagination (...) Toutes les bouteilles étaient toujours débouchées (Trignol, Pantruche, 1946, p. 43).
Prononc. et Orth.: [to:l]. Rob., Lar. Lang. fr., Rob. 1985: taule, taulard, taulier, tôle, tôlard, tôlier. Prop. Catach-Golf. Orth. Lexicogr. 1971, p. 221: tôle, tôlier. Étymol. et Hist. 1. a) 1800 tôle (imprimé tôte) « petite maison » (ds Esn.); 1833 tolle « maison », taule « chambre » (ibid.); 1835 tôle « maison » (Raspail, Réforme pénitentiaire in Le Réformateur, 20 sept., p. 2); 1836 la taule à mézigue « chez moi » (Vidocq, Voleurs, t. 1, p. xij); b) 1894 taule ou tôle « maison de tolérance » (Virmaitre, Dict. arg. fin-de-s., p. 284: c'est tôle qui est le vrai mot [pour la maison de tolérance, bordée d'une plaque de tôle]); 2. 1881 la grosse tôle « prison » (Rigaud, Dict. arg. mod., p. 206); 1901 la tôle « la préfecture de police » (Bruant, s.v. préfecture); 3. 1919 « tout endroit où l'on travaille, magasin, usine, atelier, entreprise » (Dorgelès, loc. cit.). Empl. spécialisé de tôle1*. Fréq. abs. littér. Taule: 17. Tôle: 320. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 134, b) 428; xxes.: a) 417, b) 765.
DÉR. 1.
Taulard, tôlard, -arde, subst.,arg. a) Celui, celle qui est en prison, a l'habitude de la prison. « Marge » et tous ces groupes à initiales comme G.I.P., C.A.P., G.R.I.F., G.I.A., qui se sont créés pour les taulards ex ou présents, pour les psychiatrisés, les prostituées (Le Nouvel Obser-vateur, 11 mars 1978, p. 62, col. 2).Mis à l'écart par des jurys populaires, les tôlards sont gardés par des fils du peuple (Le Monde, 11 mai 1984, p. 44).b) Vx. Lit de bagnard. (Ds Lar. Lang. fr., GDEL, Rob. 1985). − [tola:ʀ], fém. [-aʀd]. Supra prononc. − 1resattest. a) 1769 tolard « lit de forçat sur une galère » (Rec. de Planches sur les sc., les arts libéraux et les arts mécan., 7, 7), b) 1915 « militaire puni de prison » (ds Esn.), 1918 tôlard « id. » (Dauzat, Arg. guerre, p. 285), c) 1940 « habitué des prisons » (ds Esn.), d) 1962 adj. mes Noëls taulards (A. Sarrazin, La Cavale, Paris, J.-J. Pauvert, 1965, p. 472); de taule, tôle2, suff. -ard*.
2.
Taulier, tôlier, -ière, subst.,arg. a) Propriétaire, gérant(e) d'un hôtel, d'un restaurant. Encore un petit coup à la bière... On pourra jamais se relever (...) le tôlier en tablier nous fout tous dehors! (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 256).T'as les foies, hein, la tôlière? Allons l'addition, et magne-toi, grossis-le encore un peu ton magot (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p. 43).b) Propriétaire d'une maison de prostitution. L'insaisissable phénomènel'Hermaphroditeest si recherché des taulières (Simonin, J. Bazin, Voilà taxi!1935, p. 74).− [tolje], fém. [-jε:ʀ]. Supra prononc. − 1resattest. a) 1889 tollier « propriétaire ou gérant d'un hôtel, d'un restaurant » (Macé, Mes lundis, p. 256), 1901 taulier « id. » (Bruant, s.v. misérable), b) id. tôlier, tôlière « patron, patronne, en général » (ds Esn.), c) 1920 tôlier « tenancier de maison close » (Bauche), 1927 taulier, taulière « id. » (Dussort, Preuves exist., dép. par Esnault, 1938, p. 67), d) 1915 tôlier « militaire puni de prison » (Écho des Marmites, no3, 15 févr. ds Sain. Tranchées, p. 114); de taule, tôle2, suff. -ier*.
BBG.Guiraud (P.). Mél. d'étymol. arg. Cah. Lexicol. 1970, t. 16, p. 71.

Wiktionnaire

Nom commun 1

taule \tol\ féminin

  1. (Populaire) Toute forme d’habitation : maison, chambre ou pièce.
    • Je te fais visiter ma taule, ce sera vite fait, c’est pas un palais !
  2. (Argot) Maison close.
    • J’ai été en maison, répondit Véra, jusqu’à ce que Cramoisi, mon second homme, m’en ait sortie pour m’affranchir des taules et des taulières. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Y a des jours où les clients, je me demande vraiment ce qu’ils viennent foutre dans ma taule […] Y seraient pas mieux […] à respirer le bon air ? — (Albert Simonin, Touchez pas au grisbi)
  3. (Populaire) (Justice) Prison ou simple cellule de prison.
    • La faction séparatiste, compromise avec l’occupant au Conseil des Flandres, sortait à peine de taule et avait cessé d’être fréquentable. — (Pol Vandromme, Belgique - La descente au tombeau, 2008)
    • Hafed a passé l’arme à (l’extrême) gauche en 2015, à 54 ans, le palpitant fragilisé par ses années de taule. — (Émilien Bernard, L’échappé beau, Le Canard Enchaîné, 19 juillet 2017, page 6)
  4. (Populaire) Lieu, entreprise où l’on travaille.
    • Tiens, un gars qui avait une petite taule où il faisait la réparation de bicyclettes, il est millionnaire, maintenant ! — (Roland Dorgelès, Les croix de bois)

Nom commun 2

taule \tol\ féminin

  1. (Technique) Table de l’enclume, partie plate de l’enclume.

Nom commun 3

taule \tol\ masculin

  1. (Argot) (Désuet) Exécuteur des hautes œuvres ; bourreau.
    • — Qui êtes-vous ? lui ai-je dit enfin.
      — Drôle de demande ! a-t-il répondu. Un friauche.
      — Un friauche! Qu’est-ce que cela veut dire ?
      Cette question a redoublé sa gaieté.
      — Cela veut dire, s’est-il écrié au milieu d’un éclat de rire, que le taule jouera au panier avec ma sorbonne dans six semaines, comme il va faire avec ta tronche dans six heures.
      — (Victor Hugo, [Le dernier jour d'un condamné], 1829)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TAULE (tô-l') s. f.
  • Terme de métallurgie. Table de l'enclume.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « taule »

(Nom commun 1) (XIXe siècle) Variante de tôle [1].
(Nom commun 2) Du latin tabula (« table »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ancienne forme de table.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « taule »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
taule tol

Images d'illustration du mot « taule »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « taule »

Langue Traduction
Anglais jail
Espagnol cárcel
Italien prigione
Allemand gefängnis
Chinois 监狱
Arabe سجن
Portugais cadeia
Russe тюремное заключение
Japonais 刑務所
Basque kartzelara
Corse carcere
Source : Google Translate API

Synonymes de « taule »

Source : synonymes de taule sur lebonsynonyme.fr

Taule

Retour au sommaire ➦

Partager