La langue française

Station

Sommaire

  • Définitions du mot station
  • Étymologie de « station »
  • Phonétique de « station »
  • Citations contenant le mot « station »
  • Images d'illustration du mot « station »
  • Traductions du mot « station »
  • Synonymes de « station »
  • Antonymes de « station »

Définitions du mot station

Trésor de la Langue Française informatisé

STATION, subst. fém.

I.
A. − Façon de se tenir, fait de se tenir de telle ou telle façon. Station couchée, debout, hanchée, horizontale, verticale; station bipède des animaux. Dans les écoles modernes de physiologie et d'anatomie on enseigne publiquement et textuellement que les seuls caractères qui distinguent d'une manière absolue l'homme de la brute sont la station bipède et directe et l'angle facial (Bonald, Essai analyt., 1800, p. 229).À peine le pied hors du lit, il commençait de se reprendre. Malheureusement, avec la station verticale survenait presque chaque jour un premier accès de suffocation (Duhamel, Cécile, 1938, p. 124).
SPORTS
GYMN. ,,Position fondamentale du gymnaste dont le corps repose sur un ou deux pieds`` (Petiot 1982). Station fléchie, mi-fléchie, tendue, jointe, verticale, talons joints, pointes des pieds écartées; station pédestre sur la plante des pieds (Petiot1982).
CYCL. (dans les exercices d'adresse). Station latérale. Position où l'ensemble du corps est placé du même côté que le cadre, et prend appui, soit sur les embouts, soit sur la pédale et un embout, soit sur la pédale et un genou sur la selle (d'apr. Sudres Cycl. 1984). Station à l'envers. Position où l'athlète pédale à travers le cadre (d'apr. Sudres Cycl. 1984). Station fléchie. Position où le corps est fléchi en avant, une jambe fléchie, l'autre tendue (d'apr. Sudres Cycl. 1984).
P. anal. Mettre un instrument en station. ,,Le disposer pour faire une observation`` (Jossier 1881).
B. − En partic. Fait de se tenir debout, droit et arrêté. La station est donc produite uniquement par l'action soutenue des muscles extenseurs de toutes les articulations; les fléchisseurs n'y entrent pour rien, et c'est-là une des causes pour lesquelles une station constante est plus fatigante que la marche qui dureroit le même temps (Cuvier, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 472).
HIPP. ,,Position du cheval debout, immobile, supporté par ses membres`` (Tondra Cheval 1974). Dans la station libre, un des quatre membres se trouve le plus souvent au repos, la masse étant alternativement supportée par les trois autres. Grâce à ces périodes de soulagement, le cheval peut rester longtemps debout et même dormir dans cette position. La station est dite forcée lorsque c'est le cavalier qui oblige le cheval à se tenir sur ses quatre membres (Tondra Cheval1974).
II.
A. − Fait de s'arrêter, arrêt plus ou moins long que l'on fait au cours d'un déplacement (notamment un voyage, une promenade). Synon. arrêt, halte, pause.Faire une courte, une longue station devant une porte, une vitrine. Leurs pas étoient mesurés, leurs stations fréquentes (Nodier, J. Sbogar, 1818, p. 218).Castel retournait à ses vieux livres et faisait de longues stations à la bibliothèque (Camus, Peste, 1947, p. 1265).
P. métaph. J'ai fait une station dans presque toutes les classes de la société (Jouy, Hermite, t. 2, 1812, p. 329).
1. RELIG. CHRÉT.
a) Chacun des quatorze arrêts de Jésus pendant son calvaire. Stations du chemin de croix. V. calvaire B ex. de T'Serstevens.
P. métaph. Elle n'avait pas oublié les autres, ce chapelet de rendez-vous, ce chemin de la croix de l'amour, aux stations si fatigantes, si monotones, si pareilles, que la nausée lui montait aux lèvres en prévision de ce que ce serait tout à l'heure (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Rendez-vous, 1889, p. 1111).
P. méton. Chacun des quatorze tableaux ou chacune des sculptures qui représentent ces arrêts, et devant lesquels on récite des prières durant la procession du chemin de croix. Elle s'accrochait du doigt ou appuyait tout son corps aux consoles des murs désespérément, comme on s'attache avec peine aux stations d'un calvaire qu'un primitif de génie aurait peintes (Jouhandeau, M. Godeau, 1926, p. 64).
b) Ensemble des prédications du Carême. Ce prédicateur a été chargé de prêcher la station de carême (Ac.1935).
2. P. anal.
a) ASTRON. État d'une planète qui semble immobile dans le zodiaque; ,,phase du mouvement géocentrique d'une planète où sa vitesse en longitude s'annule`` (Astron. 1980). Tous ces monumens nous retracent la même division du monde, et du cercle divisé en degrés que parcourt le soleil. Enfin la division du zodiaque en vingt-sept parties, qui exprime les stations de la lune (Dupuis, Orig. cultes, 1796, p. 40).
b) MAR. ,,Séjour des bâtiments de guerre en pays étranger ou dans les territoires d'outre-mer, dont la mission est de faire respecter le pavillon national, d'exercer la police maritime, de protéger les nationaux; ensemble des bâtiments chargés, en un point, de ce service`` (Gruss 1978). Station navale; quitter la station; les bâtiments de la station; relever la station (Ac. 1935). Je fis la traversée avec deux enseignes de vaisseau qui allaient rejoindre la station du Levant et l'amiral Romain Desfossés (About, Grèce, 1854, p. 2).
En station.Ce bâtiment est en station dans tel parage. Je dois ajouter que dans nos flottes en station en Amérique pendant la dernière guerre, j'ai observé qu'après un séjour de cinq ou six mois, les dartres affectaient le plus grand nombre de nos matelots (Voy. La Pérouse, t. 4, 1797, p. 50).
B. − P. méton. Lieu où l'on s'arrête.
1.
a) ARCHÉOL. Station (préhistorique). Lieu qui conserve les vestiges d'un séjour humain. De diverses stations moustériennes on a pu extraire des squelettes entiers et des crânes présentant de nombreux caractères communs (S. Blanc, Init. préhist., 1932, p. 15).
b) RELIGION
α) ,,Pendant le moyen âge, les points d'un chemin où s'étaient arrêtés les pèlerins ou les cortèges qui transféraient des reliques de corps saints`` (Viollet 1875).
β) Église (à Rome et en dehors de Rome) où doivent se faire les visites jubilaires, où se gagnent certaines indulgences (d'apr. Marcel 1938). Faire ses stations; stations pour gagner le jubilé; les stations des sept églises à Rome. M. de Damas avait fatigué son élève en le traînant d'église en église aux stations du jubilé (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 242).
2. [À propos d'un véhicule]
a) Endroit où s'arrêtent les véhicules de transport en commun. Stations de fiacres, d'autobus, d'autocars, d'avions-taxis, de funiculaire, de téléphérique; station de taxis. Et Cerise, qui refusait de monter dans la calèche de sa sœur, courut à la station de voitures la plus voisine, se jeta dans un fiacre et donna l'adresse au cocher (Ponson du Terr., Rocambole, 1859, p. 208):
La bonne marche des postes et messageries reposait naturellement sur l'installation de stations le long des routes. Le peuple appelait ces stations « positions »: c'est de là, sans doute, que vint le mot « poste ». Outre celles qui étaient disposées dans les villes, avec des réserves de vivres, de chevaux et de fourrage, ces stations comprenaient, on s'en souvient, des sortes d'hôtelleries. P. Rousseau, Hist. transp., 1961, p. 60.
En partic. Station de métro; descendre à la prochaine station; station terminus; chef de station. Dans le métro à la station Châtelet (Montherl., Fils personne, 1943, i, 4, p. 283).
Station (de chemin de fer). Synon. vieilli de gare1.Quelques jours après, à une station sur la même ligne, revenant à Paris, et attendant le train, il était assis sur l'unique banc du quai (Rolland, J.-Chr., Amies, 1910, p. 1160).Les lignes se composent de quatre voies: 2 pour les omnibus, 2 pour les express qui brûlent de nombreuses stations (Albitreccia, Gds moyens transp., 1931, p. 72).
b) Emplacement où sont assurés divers services aux véhicules routiers (lavage, graissage, etc.). Station de graissage. Une station de lavage pour voitures (GDEL).
Station-service*.
Station d'essence. Pour l'implantation de stations d'essence, d'étalages, de terrasses de café, etc. (Belorgey, Gouvern. et admin Fr., 1967, p. 228).
3. Lieu où l'on séjourne pour des soins ou pour des loisirs.
a) [Pour les soins] Station (de cure). Station où l'on profite de l'action thérapeutique d'une source ou d'un climat. Station thermale (synon. thermes), hydrominérale; station climatique; l'établissement thermal d'une station. Il faut faire une place également aux cures thermales à Vichy, Vittel qui sont les principales stations mais d'autres petites stations peuvent également rendre de grands services (Quillet Méd.1965, p. 148).
b) [Pour les loisirs] Station de sports d'hiver, d'alpinisme; station hivernale, de montagne; station balnéaire, touristique; fréquenter les stations à la mode; le casino de la station. Enfin on peut obtenir la liste des stations vertes, localités rurales aménagées « pour offrir au citadins repos et distractions de plein air », à la préfecture du Mans (Le Sauvage, 1erjuin 1976, p. 9, col. 3).
4. Lieu où l'on se place pour effectuer diverses observations ou essais scientifiques. Station d'essai, d'observation, de recherche; station marine. Admettons que le séisme ait été inscrit dans la station par deux instruments à angle droit (Rothé, Géophys., 1943, p. 318).
a) AGRON. Station agronomique. ,,Établissement rattaché à l'Institut National de la Recherche Agronomique, créé par la loi du 18 mai 1946 et placé sous l'autorité directe du Ministère de l'Agriculture, ou bien dépendant des départements, des villes ou des entreprises privées`` (Fén. 1970). Les stations agronomiques sont parfois spécialisées dans des recherches qui intéressent plus particulièrement une région agricole, ou une production déterminée. Mais dans l'ensemble elles procèdent non seulement à des études sur les cultures, mais encore à des analyses de sols, à des emplois d'engrais, à des sélections de semences (Fén.1970).
b) BÂT. ,,Dans le nivellement, on appelle ainsi chacun des lieux où le niveau a été posé et où l'on a fait une opération`` (Chabat 1881). La station est centrée si l'instrument est placé à la verticale du point déterminé; elle est excentrée si l'instrument est placé à proximité de ce point (Topogr.1980).
c) GÉOPHYSIQUE
α) Station climatologique. ,,Station météorologique spécialement destinée à recueillir des séries d'observations météorologiques homogènes portant sur de longues périodes et permettant de définir statistiquement le climat`` (Hydrol.1978). [Les annales météorologiques (à partir de 1961)] contiennent les données climatologiques essentielles, en surface et en altitude, des stations climatologiques de la métropole et des territoires relevant de son autorité (Météor. fr., 1963, p. 17).
β) Station météorologique. ,,Station généralement équipée des instruments permettant les observations suivantes: évaporation, humidité de l'air et du sol, insolation, nébulosité, précipitations, pression barométrique, rayonnement (...), température de l'air, vent`` (Hydrol. 1978). À partir de 1926, certains navires au long cours sont utilisés comme stations météorologiques flottantes itinérantes puis, en 1937, le premier navire météorologique stationnaire, le Carimaré, est mis en service (Météor. fr., 1963, p. 4).
γ) Station océanographique. ,,Bouées automatiques, équipées du matériel nécessaire aux mesures océanographiques. Les appareils recueillent à intervalles réguliers des observations précises`` (Gruss 1978).
5. Lieu où s'effectuent divers travaux techniques; installations nécessaires à ces travaux.
a) AGRIC. Station fruitière. ,,Centre de réception, de conditionnement, de stockage en chambre froide, d'expédition des fruits`` (George 1984). Station légumière (Clém. Alim. 1978).
b) ÉLECTR. Centre de production ou de transformation de courant électrique. Ces sous-stations (...) transforment les courants triphasés en courant continu à 500 ou 600 volts qui sert à la mise en marche des moteurs des trains (Soulier, Gdes applic. électr., 1916, p. 160).
c) TECHNOLOGIE
α) Station d'épuration. ,,Terme générique comprenant l'ensemble des ouvrages et des dispositifs requis pour épurer les eaux domestiques et les eaux résiduaires industrielles, et pour détruire les boues d'égout`` (Eau 1981). Équipez plutôt votre pavillon d'une micro-station d'épuration dont le rendement dépasse 90 pour cent. Les eaux usées seront ainsi rejetées dans le milieu naturel sans risque écologique (Le Point, 20 août 1979, p. 21, col. 2).
β) Station de purification. ,,Ensemble d'ouvrages, de dispositifs et d'appareils utilisés pour traiter l'eau et la rendre potable`` (Eau 1981).
γ) Station de traitement d'eau. ,,Ensemble des dispositifs, des appareils et des ouvrages servant au traitement de l'eau`` (Eau 1981).
δ) Station de pompage. ,,Ensemble des pompes et du matériel auxiliaire utilisé pour propulser les cargaisons dans un pipeline`` (Pétrol. 1964).
C. − P. ext.
1. Lieu, espace, étendue de terrain.
a) BIOGÉOGR. ,,Étendue de superficie variable, le plus souvent restreinte, qui présente un ensemble complet et défini de facteurs biologiques`` (Envir. 1976). Synon. niche écologique (George 1984).
α) ,,Espace délimité où vit une espèce animale ou végétale`` (Plais. 1969). Synon. biotope (ibid.).La sécheresse avait à la fois favorisé la multiplication des insectes qui avaient produit jusqu'à 4 ou 5 générations par an au lieu de 2 dans la station normale de l'épicéa aux environs de 1 000 mètres d'altitude (Cochet, Bois, 1963, p. 134).
β) Plante en station. Plante ,,qui est placée dans des conditions stationnelles qui sont celles qui lui conviennent. À défaut de mesures précises souvent impossibles, un certain flair est nécessaire: le forestier doit avoir le « sens de la station »`` (Plais. 1969). L'œuvre de Vavilov et de son école de l'Institut de botanique appliquée de Leningrad (400 stations expérimentales) représente le plus prodigieux effort qui ait été tenté en vue de la connaissance, de l'utilisation, de l'amélioration sur des bases génétiques et aussi de la conservation des ressources végétales de la terre (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 770).
γ) Station naturelle. ,,Milieu biologique où une essence se trouve naturellement représentée`` (Forest. 1946).
b) PHYSIOL. Station réceptrice (du cortex). Lieu d'arrivée, dans le cortex, des messages sensoriels. Nous savons, par les manifestations électriques de l'activité corticale, qu'à l'arrivée d'un message sensoriel dans la station réceptrice terminale, il y a production passagère d'un potentiel d'action (Piéron, Sensation, 1945, p. 381).
2. Installations diverses.
a) AÉRON., ASTRONAUT. ,,Installation fixe ou mobile remplissant une ou plusieurs missions déterminées`` (Sc. Techn. spat. 1978). Station au sol; station de lâcher de ballons.
Station spatiale ou station cosmique. ,,Engin spatial ne disposant pas de moyens de propulsion autonomes (ou ne disposant que de moyens de propulsion réduits), destiné à assurer une mission déterminée avec une certaine permanence`` (Sc. Techn. spat. 1978) Station spatiale habitée; station spatiale automatique. Une station spatiale peut être sur orbite (station orbitale) ou déposée sur un astre (Sc. Techn. spat.1978).
Station automatique interplanétaire. Le 12 février 1961, une station automatique interplanétaire prend son vol en direction de la mystérieuse Vénus et trace ainsi le premier parcours entre deux planètes. Fait prometteur, la fusée est lancée à partir d'un satellite artificiel (L'Humanité, 13 avr. 1961, p. 9, col. 4 ds Guilb. Astronaut. 1967).
b) INFORMAT. Système, connectable ou non, conçu pour un domaine donné d'applications. Station de travail.
α) Station de données. ,,Ensemble formé de l'équipement terminal de traitement de données,de l'équipement de terminaison du circuit de données et, le cas échéant, de l'équipement intermédiaire. Servant aux télécommunications et au traitement en différé, elle permet, entre autres, aux filiales d'une société, à ses entrepôts ou à ses bureaux éloignés, de préparer sur place les données de base, puis de communiquer directement avec un ordinateur central`` (Luca Micro-informat. 1984).
β) Station de transport. ,,Composant matériel et/ou logiciel assurant dans un réseau les fonctions liées au transport de l'information`` (Delam. Télém. 1979).
γ) Station de lecture. ,,Endroit de la machine où s'effectue la lecture`` (Informat. 1972). Station de lecture à balais. ,,Emplacement dans une machine où les informations sont lues par des balais`` (Informat. 1972).
δ) Station régionale de contrôle. ,,Unité de matériel permettant d'assurer la collecte automatique des données, soit directement soit par l'intermédiaire d'unités d'entrée de données qu'elle contrôle`` (Informat. 1972).
ε) Station terminale. ,,Équipement, comprenant sa propre unité de contrôle, situé sur un réseau de communication et permettant aussi bien l'envoi que la réception de messages`` (Informat. 1972).
c) RADIO, RADAR. ,,Ensemble localisé d'équipements de télévision ou de radio, destiné soit à émettre (station émettrice), soit à relayer les émissions (stations relais)`` (Media 1971). Le programme de la station de Marseille; une station de radio périphérique; une station de télévision; station pirate. La portée normale d'une station est la zone territoriale dans laquelle il est possible à un auditeur possesseur d'un poste récepteur du commerce, de sélectivité et puissance moyennes, de capter cette station sans difficulté (Weinand, Public. radioph., 1964, p. 8).
Station(-)radar. Poste équipé d'un appareil radar pour le guidage des navires en mer ou des avions en vol ou bien pour leur détection. La station radar de contrôle en vol des Bermudes (...) est, après celle du centre de vol spatial « Goddard », au Cap Canaveral, la plus importante du réseau de communications et de poursuite pour satellites habités, installé par les Américains à travers le monde (Le Figaro, 16 mai 1963, p. 5, col. 3 ds Guilb. Astronaut. 1967).
REM.
Stationnel, -elle, adj.,bot. [Corresp. à supra II C 1 a] ,,Qui appartient à une station, une région`` (Guérin 1892). Variétés locales ou stationnelles. Les expériences de Bonnier sur la plasticité des espèces et sur les formes stationnelles non héréditaires furent reprises avec une grande rigueur en Amérique (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 772).
Prononc. et Orth.: [stasjɔ ̃]. Att. ds Ac. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) α) 1170 « lieu où l'on se fixe » (Livre des Rois, éd. E. R. Curtius, p. 4); β) 1812 bot. « lieu où croît spontanément et d'une manière habituelle une espèce de plante donnée » (Mozin-Biber t. 2); b) α) 1690 « lieu où l'on se place pour faire des observations » (Fur.); β) 1877 « établissement de recherches scientifiques » stations agronomiques (Lar. 19eSuppl.); γ) 1880 téléph. (G. Bell ds Ann. chim. et phys., t. 21, p. 399); 1911 radio (Branly ds Almanach Hachette, 1912, p. 21); 2. ca 1190 estacïons « pause, arrêt qu'on fait dans un parcours » (Renart, 8706, éd. M. Roques); d'où a) 1761 « lieu où l'on s'arrête, où les voitures stationnent » (J.-J. Rousseau, La Nouvelle Héloïse, I, 65 ds Littré); 1827 station du chemin de fer (Sganzin, rapport cité ds Wexler, p. 85); b) 1680, 22 mars « lieu où l'on s'arrête, qu'on visite » (Mmede Sévigné, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 2, p. 880); 1865 stations thermales, stations d'été, stations d'hiver (Littré-Robin); 3. a) fin xiies. estacion « visite d'églises, d'autels désignés pour y faire certaines prières » (Sermons St Bernard, 123, 32 ds T.-L.); 1631 faire ses stations (F. De Bassompierre, Journal, p. 48); b) ca 1240 estaciun « office d'une solennité particulière célébré pendant les grandes fêtes religieuses » (Miracles de la Sainte Vierge, IX, 128, éd. H. Kjellman); c) 1810 « arrêts de Jésus, pendant la montée au Calvaire » (Chateaubr., Martyrs, t. 3, p. 49); p. ext. 1846 « chacune des images représentant cette montée » (Baudel., Salon, p. 155); 4. a) ca 1500 « mouillage, rade » (Le Baud, Hist. de Bret., c. 1 ds Gdf. Compl.); b) 1773 « certaine étendue de mer assignée à des vaisseaux pour y établir une croisière pendant un temps fixé » (Bourdé de La Villehuet, Manuel des marins); 1797 flottes en station (Voy. La Pérouse, t. 4, p. 50); c) 1823 « ensemble des bâtiments qui sont en station » (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, p. 28); 5. 1671 astron. (Rohaut, Traité de Physique ds Trév. 1704); 6. 1800 « action de se tenir debout » (Bonald, Essai analyt., p. 229). Empr. au lat.statio « fait de demeurer droit, immobile » d'où « résidence », et dans la lang. milit. « poste, faction », lang. mar. « mouillage, port », dans la lang. impériale « résidence d'un fonctionnaire »; en lat. chrét. « lieu où se tiennent les Chrétiens, réunion », « jeûne », dér. de stare (v. statif). Fréq. abs. littér.: 1 058. Fréq. rel. littér.: xixes. a) 921, b) 1 929; xxes.: a) 1 936, b) 1 514. Bbg. Blochw-Runk. 1971, p. 205. − Quem. DDL t. 25, 34, 36.

Wiktionnaire

Nom commun

station \sta.sjɔ̃\ féminin

  1. Pause, arrêt que l’on fait dans un parcours.
    • C’était là, oui là, sous ces ombrages propices au doux repos et aux austères méditations que tous les jours, tous les matins, de dix heures à midi, les couples revenant du marché s’arrêtaient et faisaient des stations, des stations… trop longues pour être honnêtes. — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Nos recherches océanographiques se prolongèrent autour du récif jusqu’au 4 juillet, et nous effectuâmes douze stations comprenant prises d’eau et de températures, sondages, dragages, chalutages. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • On ne fait plus d’enfants, chez nous, sauf dans les coins pouilleux, dans les milieux de misère, certains samedis de paye, après stations devant les comptoirs des bistrots. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 75)
  2. Manière de se tenir.
    • Station verticale.
  3. (Astronomie) État d’une planète lorsqu’elle paraît n’avancer ni ne reculer dans le zodiaque.
    • Entre la direction et la rétrogradation, il y a toujours une station.
  4. Lieu où l’on s’arrête.
    • Une expédition autrichienne, participant aux observations circumpolaires de 1882-1883, établit une station d’hivernage à Jan-Mayen. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  5. (En particulier) Lieu fixe pour une activité particulière.
    • Le comte Wilczek fit confectionner une quantité de petits ballons en caoutchouc qu'on distribua, munis de dépêches, aux baleiniers en partance pour les mers du nord, afin que ceux-ci les lâchassent dans diverses stations de ces parages ; […]. — (Jules Gourdault, « Les récentes explorations polaires », dans la Revue des deux Mondes, 15e année, 3e période, tome 7, Paris, 1875, p. 718)
    • Il existe en France huit stations de radiosondage, dont la plus importante est celle de l'Observatoire Teisserenc de Bort, à Trappes, à 30 kilomètres de Paris. — (Pierre Rousseau, La Terre, ma Patrie, collection "Savoir', librairie Arthème Fayard, 1947, p. 341)
    • Mt Hutt est la plus grande station de l'île du Sud, avec 3,65 km2 de domaine skiable. C'est aussi l'une des plus célèbres et des plus appréciées, avec ses 683 mètres de dénivelé. — (Petit Futé Nouvelle-Zélande 2017/2018)
  6. (En particulier) Station-service
    • De l'autre côté de la rue, le panneau « ouvert 24/24 » de la supérette de nuit, accolée à la station d'essence, clignotait. Le parking et les rues alentour étaient calmes, à part les bruits de l'autoroute à un peu plus d'un kilomètre. — (Debra Driza, Mila 2.0, traduit de l'anglais(USA) par Justine Niogret, éd. Panini, 2014, vol. 1, chap. 16)
  7. (En particulier) Lieu où les voitures stationnent.
    • Prendre une voiture à la station.
  8. Une station (8).
    (Chemin de fer) Endroit où s’arrête un convoi pour prendre et déposer les voyageurs. — Note : Il est utilisé pour les petites gares seulement, essentiellement dans le cas du métro, le terme courant étant gare dans les autres cas.
    • Je me suis procuré un horaire et je le consulte. La carte dont il est accompagné me fait connaître, station par station, le parcours du railway [sic] entre Tiflis et Bakou. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. II, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Le pittoresque et agréable bourg de Wasigny, déjà station de la ligne d’Amagne-Lucquy à Hirson, est devenu depuis les lignes Wasigny-Signy-l’Abbaye-Mézières et Wasigny-Renneville-Berlize, le double point de départ de très séduisantes excursions dans les vallées de la Vaux et de la Malacquise. — (Le Bourg de Wasigny (Ardennes), par Albert Baudon, avec la collaboration de Armand Picard & de Honoré Duval, Reims : chez Matot-Braine, 1914, p. 5)
    • Le débarquement d’une automobile à quai était une manœuvre peu familière aux employés de la petite station, et le train s’attardait, et Psyché devenait impatiente. — (Pierre Louÿs, Psyché, 1927, p. 137)
    • Ils descendirent les marches de la station et, bientôt, se trouvèrent sous une voûte où ils déboutonnèrent leurs pardessus. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  9. Lieu où l’on va prendre les eaux, des bains de mer, pratiquer des sports d’hiver etc.
    • Une à une les succursales des magasins de luxe parisiens, londoniens ou berlinois fermaient, devant rouvrir, l’été, dans les stations chic : Chamonix, Royat, ou Aix-les-Bains. — (Paul Margueritte, Jouir, t. 2, 1918, p. 260)
  10. (Triangulation & nivellement) Chacun des lieux où l’on se place pour faire l’observation convenable.
    • Traîneau, luge, tapis-luge ou chambre à air... choisis! C'est également le moment de faire du ski et de la planche à neige dans l'une des nombreuses stations de sports d'hiver, […]. — (Christine Ouin, ‎Louise Pratte & ‎Pascal Biet, J'explore le Québec : Mon premier guide de voyage, Éditions Ulysse, 2013, p.39)
    • Un coup de niveau est compris entre deux stations.
  11. (Marine) Étendue de mer assignée à des vaisseaux pour y établir une croisière pendant un temps fixé.
    • Ce bâtiment est en station dons tel parage. — Les bâtiments de la station. — Relever la station.
  12. (Télécommunications) Ensemble des installations de télécommunication d’où l’on émet ou d’où l’on relaie des messages, des dépêches, des émissions de radio ou de télévision.
    • […] et ce qu’on appelait la seconde flotte traversait l’Océan Pacifique, communiquant par la télégraphie sans fil avec la station asiatique et avec San Francisco. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 175 de l’éd. de 1921)
    • Les antennes de l’appareil étaient toutes secouées, dans la nuit, d’une vibration puissante, et le récepteur enregistrait à mesure les mots d’une dépêche en langue espagnole lancée par la station de Nauen […] — (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p. 112)
  13. (Par extension) Chaîne radiophonique.
    • Changer de station.
  14. Une station (14) de chemin de croix.
    (Christianisme) Une des quatorze images devant lesquelles les fidèles catholiques s’arrêtent en souvenir de Jésus-Christ montant au calvaire.
    • Les stations du Chemin de la Croix,
  15. (Christianisme) Église, chapelle ou autel désigné par l’autorité ecclésiastique, que l’on va visiter pour y faire certaines prières, afin de gagner des indulgences.
    • Les stations des sept églises à Rome.
    • Faire ses stations : Visiter les églises désignées pour y gagner les indulgences.
  16. (Christianisme) Ensemble des prédications du carême.
    • Ce prédicateur a été chargé de prêcher la station de carême, de donner la station de carême.
  17. Étendue de terrain.
    • On cite Picea Omorica, largement répandu en Europe avant les glaciations et maintenant localisé aux Balkans en stations restreintes. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p. 61)
    • Dès la fin novembre, les plantations de peupliers peuvent débuter […] À l’exception toutefois des stations où la nappe remonte près de la surface en hiver. Dans ces parcelles, mieux vaut attendre mars, voire avril. — (Vincent Thècle, Peupliers : comment réussir les nouvelles plantations, dans La France agricole, n° 3361 du 26 novembre 2010)
    • Leur but est de démontrer l’homologie de la flore et de la faune dans trois stations édaphiquement et climatiquement proches, distantes d’une dizaine de kilomètres. — (Jean-Michel Gobat, Michel Aragno & Willy Matthey, Le Sol vivant : bases de pédologie, biologie des sols, Presses polytechniques & universitaires romandes, 2010, p. 502)
    • Le gisement tuffeux de La Celle-sur-Seine que nous visiterons dimanche 6 mai est une des stations paléontologiques les plus importantes de la région parisienne. — (Bulletin bimestriel de l’Association des naturalistes de la Vallée du Loing et du Massif de Fontainbleau, 1951, vol.27-29, p.71)
  18. (En particulier) (Foresterie) Étendue de terrain dont le climat, la topographie, le sol, la flore et sa structure sont homogènes
    • Les stations d’un même type ou d’une même unité offrent les mêmes potentialités vis-à-vis des essences. Le forestier est alors guidé dans le choix d’essences adaptées à son terrain et dans ses itinéraires sylvicoles, au cours de diverses interventions : boisement, reboisement, régénération, marquage de coupe ou de travaux,… Dans une station donnée, il pourra s’attendre à une production donnée. — (Centre Régional de la Propriété Forestière (CRPF) Grand Est, Les milieux forestiers de la Plaine lorraine, juin 2016 → lire en ligne)
    • Ces attaques sont une conséquence de stress vraisemblablement engendrés par des successions d'années sèches. D'abord constatées dans des stations de plaines, elles se sont ensuite étendues aux stations de moyenne montagne où le grandis semblait dans son élément. — (Abies grandis sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg)
    • Contrairement à des idées reçues le Pin sylvestre peut se gérer et même se pérenniser dans le cadre d’une gestion en futaie irrégulière malgré son tempérament héliophile. Ceci sera d’autant plus facile que la station est acide et dans ce cas la concurrence des autres essences plus limitée. — (La futaie irrégulière — Guide pratique à destination des sylviculteurs de Lorraine, du Luxembourg et de la région Wallonne, 5 mai 2008 → lire en ligne)
  19. (Nouvelle-Calédonie) Propriété agricole pratiquant généralement l’élevage extensif.

Nom commun

station \ˈsteɪ.ʃən\

  1. (Chemin de fer) Gare, gare routière (d’autobus), station.
  2. Station service.
  3. station (pause, arrêt que l’on fait dans un parcours).
  4. (Audiovisuel) Chaîne de télévision, station de radio.
  5. Statut, position sociale.
    • She took the coffee and sipped it, smiling at herself. In what other society of our universe, she asked herself, could a person of my station accept an anonymous drink and quaff that drink without fear? — (Frank Herbert, Dune, 1965, éd. 2005 ISBN 978-0-450-01184-9)
  6. (Australie) (Nouvelle-Zélande) Ranch, ferme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

STATION. n. f.
Pause, arrêt que l'on fait dans un parcours. Il a fait plusieurs stations en cours de route. Cet ivrogne fait de nombreuses stations chez les marchands de vin. Fig., Les stations de la Croix, Les arrêts de JÉSUS-CHRIST montant au Calvaire. Par extension, Les stations du Chemin de la Croix, Les quatorze images devant lesquelles les fidèles s'arrêtent en souvenir de la montée du Christ au Calvaire.

STATION désigne, en termes d'Astronomie, l'État d'une planète lorsqu'elle paraît n'avancer ni ne reculer dans le zodiaque. Entre la direction et la rétrogradation, il y a toujours une station.

STATION se dit aussi d'un Lieu où l'on s'arrête, où les voitures stationnent. Prendre une voiture à la station. Station de chemin de fer ou simplement Station, Endroit où s'arrête un convoi pour prendre et déposer les voyageurs. Je descends à la prochaine station.

STATION se dit aussi d'un Lieu où l'on va prendre les eaux, des bains de mer, etc. Une station thermale. Une station balnéaire. En termes de Triangulation et de Nivellement, il se dit des Différents lieux où l'on se place pour faire l'observation convenable. Un coup de niveau est compris entre deux stations. En termes de Marine, il se dit d'une Certaine étendue de mer assignée à des vaisseaux pour y établir une croisière pendant un temps fixé. Ce bâtiment est en station dons tel parage. On dit en des sens analogues : Station navale. Quitter la station. Les bâtiments de la station. Relever la station. En termes religieux, il se dit des Églises, chapelles et autels désignés par l'autorité ecclésiastique, que l'on va visiter pour y faire certaines prières, afin de gagner des indulgences. Station pour gagner le jubilé. Les stations des sept églises à Rome. Faire ses stations, Visiter les églises désignées pour y gagner les indulgences.

STATION désigne aussi l'Ensemble des prédications du Carême. Ce prédicateur a été chargé de prêcher la station de carême, de donner la station de carême. En termes didactiques, il désigne la Manière de se tenir. Station verticale.

Littré (1872-1877)

STATION (sta-sion ; en vers, de trois syllabes) s. f.
  • 1 Terme de physiologie. Action de se tenir debout. La station est plus pénible à maintenir que la marche.

    Plus généralement, état dans lequel les animaux restent immobiles sur le sol, appuyés sur leurs quatre membres, ou sur leurs membres postérieurs seulement, suivant l'espèce à laquelle ils appartiennent.

    Manière dont un animal se tient. Station bipède.

  • 2Pause, demeure de peu de durée qu'on fait dans un lieu. J'ai fait une grande station à sa porte. Je ne suis pas resté longtemps dans ce lieu, je n'y ai fait qu'une station.
  • 3Lieu où l'on s'arrête, que l'on visite. Enfin, ma chère enfant, vous avez porté votre délicatesse à Marseille, et M. de Grignan l'a voulu ; je suis persuadée qu'il vous aura menée à Toulon et à toutes les stations qu'il faut faire voir à Mlles de Grignan, Sévigné, 22 mars 1680. M. Muller… dit… que ce détroit [de Behring] offre une ou plusieurs îles qui servent de routes ou de stations communes aux habitants des deux continents [l'ancien et le nouveau], Buffon, Not. just. Ép. nat. Œuvr. t. XIII, p. 327.

    Stations thermales, diverses installations établies près des sources thermales à l'effet de permettre d'y séjourner et d'y suivre un traitement en rapport avec la nature des eaux et les conditions climatériques du lieu d'émergence.

    Stations d'été, celles qui ne permettent le séjour que pendant les trois ou six mois de belle saison ; stations d'hiver, celles dans lesquelles le climat et les autres dispositions permettent de suivre un traitement en hiver comme en été.

  • 4Lieu où l'on s'arrête, où s'arrêtent les voitures. Tous les délais sont dangereux, lui ai-je dit ; hâtez-vous d'arriver à la première station, d'où vous pourrez lui écrire à votre aise, Rousseau, Hél. I, 65.

    Endroit où se tiennent les voitures publiques pour prendre les voyageurs.

    Terme de chemin de fer. Endroit où s'arrête un convoi pour prendre ou déposer des voyageurs. Chef de station.

  • 5Particulièrement, visite des églises, chapelles et autels désignés pour y faire certaines prières. Station pour gagner le jubilé. Nous nous empressions à occuper les meilleures places ; c'était à qui serait auprès du bénitier ou à l'entrée de la chapelle de la station, Lesage, Guzm. d'Alf. III, 5. Ceux-ci adoptaient aveuglément tous les contes qu'on leur débitait, et ils accomplissaient scrupuleusement toutes les stations qui leur étaient indiquées, Legrand D'Aussy, Inst. Mém. sc. mor. et polit. t. v, p. 426.

    Faire ses stations, visiter les églises désignées pour y gagner les indulgences. S'il faut faire le jubilé à Paris, nous passerons quinze jours à Meudon, d'où l'on ira faire ses stations, Maintenon, Lett. au duc de Noailles, 11 février 1701. Au jubilé, le roi faisait presque toujours ses stations à pied, Saint-Simon, 417, 18.

    Donner une station à un prédicateur, lui assigner une église pour qu'il y prêche pendant l'avent et le carême. Ils auront le crédit d'avoir une station du jubilé, Pascal, Pens. sur les jés. 35, éd. FAUGÈRE. Il [l'abbé Boileau] ne fut pas toujours heureux dans ses stations à Versailles, D'Alembert, Éloges, Ch. Boileau.

    On dit dans le même sens : Cette église est une bonne station.

    Prière que l'on fait à une station.

    Terme de liturgie. Le jeûne du mercredi et du vendredi, qui ne durait que jusqu'à dix heures.

  • 6Dans les nivellements et opérations de trigonométrie, lieu où l'on se place pour opérer convenablement. On ne saurait mesurer une distance inaccessible que par deux stations. Nous fixâmes notre dernière station dans la partie la plus montueuse de l'île, et nous louâmes pour cet objet la maison d'un pauvre paysan, Biot, Inst. Mém. Acad scienc. t. III, p. LXXXI.

    Mettre un instrument en station, le disposer pour faire une observation.

  • 7 Terme de marine. Certaine étendue de mer assignée à des vaisseaux pour y établir leur croisière pendant un temps fixé. Quitter, relever la station. Les bâtiments de la station. Elles [les îles de l'Archipel] devinrent les stations de tous ces vaisseaux génois et vénitiens, Chateaubriand, Itin. part. 2.

    Bâtiments qui sont en station.

  • 8 Terme d'astronomie. Station d'une planète, position par laquelle elle passe quand son mouvement change de sens, c'est-à-dire devient de direct rétrograde, ou inversement. Les stations et rétrogradations sont un corollaire mathématique des mouvements autour d'un même foyer, Delambre, Abr. astr. 17e leçon.
  • 9 Terme de botanique. Lieu où croît spontanément et d'une manière habituelle une espèce donnée.

HISTORIQUE

XIIe s. Deus les mist en terre de promissiun, en certaine statiun, Rois, p. 2.

XIIIe s. À peine tient estacions ; Car sovent a tentacions, Ren. 15193.

XIVe s. Il [les Gaulois] se herbergent sans garde et sans stacions [postes], Bercheure, f° 113.

XVIe s. Quand ils estoient entrez un peu plus avant, ils ne voyoyent plus que ciel et mer sans trouver quelque portne station, Calvin, Instit. 99. … qu'il les veut veoir en la nef de l'eglise, comme ils se mectent quelquefois en station, Carloix, VI, 23.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

STATION, s. f. (Gram.) lieu où l’on s’arrête.

Station, en Géométrie, &c. est un lieu qu’on choisit pour faire une observation, prendre un angle ou autre chose semblable.

On ne peut mesurer une hauteur ou une distance inaccessible, qu’on ne fasse deux stations dans deux endroits, dont la distance est connue. Quand on fait des cartes géométriques de provinces, &c. on fixe les stations sur plusieurs éminences du pays, & de-là on prend les angles aux différentes villes, villages, &c.

Dans l’arpentage, on mesure la distance qu’il y a d’une station à une autre ; & on prend l’angle que l’endroit où on se trouve forme avec la station suivante. Voyez Arpentage. (E)

Station, en Astronomie, est la position ou l’apparence d’une planete au même point du zodiaque plusieurs jours de suite. Voyez Planete.

Comme la terre, d’où nous appercevons le mouvement des planetes, est placée hors du centre de leurs orbites, les planettes, vues de la terre, ont un cours irrégulier ; quelquefois on les voit aller en avant, c’est-à-dire, d’occident en orient, c’est ce qu’on appelle être directes ; quelquefois on les voit aller en arriere, c’est-à-dire, d’orient en occident, c’est ce qu’on appelle être rétrogrades. Voyez Direct & Retrograde.

De plus, entre ces deux états, il y en a un autre intermédiaire, dans lequel les planetes ne paroissent aller ni en avant, ni en arriere, mais rester à la même place dans leur orbite ; c’est ce qu’on appelle leur station ; c’est ce qui arrive quand les lignes suivant lesquelles on voit une planete de dessus la terre, placée en deux différens endroits de son orbite, sont paralleles entr’elles ; car alors, les deux lieux où on voit la planete dans le ciel sont sensiblement le même à cause de la petitesse du rayon de l’orbe terrestre en comparaison de la distance des étoiles.

Soit un cercle BDG (fig. 63. astronomiq.) dans lequel la terre est supposée se mouvoir, de B en D. Si pendant ce tems la planete A décrit l’arc CA, qui soit tel que BA, DC soient paralleles, elle paroîtra répondre sensiblement au même point du ciel, & par conséquent stationnaire.

Dans le second volume de l’académie de Pétersbourg, p. 82. M. Mayer donne une méthode pour déterminer les lieux de la terre d’où une planete vue dans un point donné de son orbite doit paroître stationnaire ; & M. Halley a donné une méthode pour trouver le tems d’une station. Voyez les institutions astronomiques de M. le Monnier, p. 589. (O)

Station, (Hydraul.) se dit dans un nivellement de l’endroit où se pose le niveau, de sorte qu’un coup de niveau est compris entre deux stations. C’est ainsi qu’on connoît la pente d’une montagne. (K)

Station, dans l’histoire de l’Eglise, est un terme qui s’applique aux jeûnes des quatrieme & sixieme jours de la semaine, c’est-à-dire, le mercredi & le vendredi, que beaucoup de personnes chez les anciens observoient très-scrupuleusement jusqu’à trois heures après-midi. Voyez Fête.

S. Pierre d’Alexandrie, dans son épitre canonique, can. 15. observe qu’il étoit ordonné conformément à l’ancienne tradition, de jeûner toutes les semaines pendant ces deux jours ; le mercredi, en mémoire du conseil que les juifs tinrent pour mettre à mort notre Sauveur ; & le vendredi à cause de sa passion. On a encore quelqu’égard à cette tradition dans l’Eglise d’Angleterre. Voyez Abstinence.

Station se dit aussi, dans l’Eglise romaine, d’une église où on peut aller gagner des indulgences dans de certains jours. Voyez Indulgence.

Ce fut saint Grégoire qui fixa les stations à Rome, c’est-à-dire, les églises dans lesquelles on devoit faire l’office tous les jours du carême, & les fêtes solemnelles. Ces stations sont marquées dans son sacramentaire, telles qu’on les voit dans le missel romain ; elles sont appropriées principalement aux églises patriarchales & titulaires. Mais quoique ces stations soient réglées, l’archidiacre ne manque point à chaque station, d’annoncer au peuple la station suivante.

Station est aussi une cérémonie de l’Eglise romaine, dans laquelle les prêtres ou chanoines vont en procession hors du cœur pour chanter une antienne devant le crucifix, ou devant l’image de la Vierge. On attribue cette cérémonie à saint Cyrille.

Stations, (Hist. ecclésiast.) ce terme ne désignoit chez les Hébreux que le rang de ceux qui assistoient aux sacrifices ; & chez les Romains, le lieu où les avocats se tenoient pour répondre aux consultations ; mais dans l’Eglise primitive, ce terme fut usité pour signifier un jour que les chrétiens passoient en prieres, & dans lequel ils jeûnoient jusqu’à l’heure de none. Suivant l’usage récent de l’Eglise romaine, le mot station dénote les chapelles où le clergé & le peuple vont en procession, & s’arrêtent pour y célébrer une partie de l’office divin. Enfin dans les derniers tems, les papes & les évêques ayant indiqué des églises particulieres où l’on est obligé d’aller prier pour gagner le jubilé, l’usage a donné à ces églises le nom de station. Cet usage semble venir des anciens Romains, qui, dans les fêtes extraordinaires de réjouissances ou de deuil, avoient ordonné des stations du peuple dans les principaux temples des dieux. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « station »

(Date à préciser) Du latin statio.
(Propriété agricole) (Nouvelle-Calédonie) De l'anglais australien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin statio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. estatio, istacio, statio ; espagn. estacion ; ital. stazione ; du lat. stationem, de stare (voy. STABLE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « station »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
station stasjɔn

Citations contenant le mot « station »

  • Une station de métro c’est un endroit où les métros s’arrêtent, une station de taxis, c’est un endroit où les taxis s’arrêtent ; sur mon bureau j’ai une station de travail... De Anonyme
  • Qui connaît qui ? Dresser, à l'aide de carnets d'adresses un plan, genre RATP, avec des lignes reliant les personnalités-stations. De Roland Topor
  • La flatterie est, comme le stationnement, une pratique de plus en plus payante. De Bruno Masure / Le Petit Livre de Bruno Masure
  • Admirons la louable franchise des chemins de fer qui , pour nous mettre en garde, inscrivent au front de toutes les stations le mot Gare ! De Albert Willemetz
  • La neige n'est plus un don du ciel. Elle tombe exactement aux endroits marqués par les stations d'hiver. De Jean Baudrillard / Cool Memories - 1980-1985
  • Je vois des mémères dans les stations de sports d'hiver qui feraient mieux de faire de l'avalanche que du ski. De Frédéric Dard / Les Mots en épingle
  • Le bonheur, c'est une station sur la route entre le pas assez et le trop. De Channing Pollock
  • Quand quelqu’un fait de l’audience, la station qui l’emploie n’a pas à tenir compte des conneries qu’il débite. Si l’émission est rentable, la station se battra toujours pour défendre les droits que confère la Constitution à son animateur. De Anonyme
  • De nos jours vous pouvez aller dans une station service et trouver la caisse ouverte et les toilettes fermées. Ils doivent penser que le papier toilette vaut plus que les billets. De Joey Bishop
  • Les mots sont des planches jetées sur un abîme, avec lesquels on traverse l'espace d'une pensée, et qui souffrent le passage et non point la station. De Paul Valéry / Le Figaro.fr
  • Il devient si difficile de se parquer qu’on y parvient plus, même dans les zones de stationnement interdit. De Yves Mirande
  • La station remplacera la solution de recharge mobile actuelle et sera installée à Bremervoarde, en Basse-Saxe, où a été testée durant 18 mois, avec succès, la flotte de trains équipés d'une pile à combustible alimentée en hydrogène Coradia iLint. Clubic.com, La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
  • C’est une station balnéaire qui reflète l’histoire tortueuse du siècle dernier. Elle est passée du nazisme au communisme, ensuite elle a passé de longues années à l’abandon avant d’être réhabilitée. Tout est parti d’un dessin et du rêve fou d’un régime totalitaire. En 1935, Adolf Hitler veut construire le plus grand complexe balnéaire au monde : 6 kilomètres de long pour accueillir jusqu’à 20 000 personnes en même temps. L’objectif : endoctriner les masses populaires. Franceinfo, Prora en Allemagne : la seconde vie d’une station balnéaire
  • Deux mois plus tard, la station thermale des Vosges méridionales, toute fleurie, accueille à nouveau flâneurs, cyclistes, randonneurs français, belges, néerlandais ou allemands. leparisien.fr, Plombières-les-Bains : une bouffée d’air chaud pour la station thermale des Vosges - Le Parisien
  • La station pourrait servir à tester des systèmes de communications, de partage de données ou de navigation, selon The Drive. Étant modulable, elle pourrait être progressivement agrandie. korii., Le Pentagone aura bientôt sa propre station spatiale | korii.
  • La radiotélégraphie dans les bandes aéronautiques était un moyen qui permettait aux pilotes et au personnel des stations au sol de communiquer entre eux. Techno-Science.net, 🔎 Radiotélégraphiste de station côtière - Définition et Explications

Images d'illustration du mot « station »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « station »

Langue Traduction
Anglais station
Espagnol estación
Italien stazione
Allemand bahnhof
Chinois
Arabe محطة
Portugais estação
Russe станция
Japonais
Basque geltoki
Corse stazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « station »

Source : synonymes de station sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « station »

Partager