La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « souris »

Souris

Définitions de « souris »

Trésor de la Langue Française informatisé

SOURIS1, subst. masc.

Synon. vieilli ou poét. de sourire2.
A. − [Corresp. à sourire2A 1 b et 2]
1. [Dans un cont. positif ou mélioratif] Doux, fin, frais, léger, petit souris; souris agréable, caressant, gracieux; le premier souris; le souris d'une mère; faire un/des souris. D'un regard exigeant [il] me presse, m'interroge; Quête un souris, sollicite un éloge (Delille,Convers., 1812, pp. 297-298).Faut-il perdre si tôt, enlevé par le temps, Le souris d'une épouse, et les fleurs du printemps? (Fontanes, Œuvres, t. 1, Poés. div., 1821, p. 380).
2. [Dans un cont. nég. ou dépréc.] Souris amer, dédaigneux. Et la critique, habile à torturer vos cœurs, N'a pour vous que silence ou que souris moqueurs (Pommier,Crâneries, 1842, p. 6).Lui se contentait de répondre avec un mauvais souris (Toulet,Comme une fantaisie, 1918, p. 211).Sur tes lèvres pourquoi ce souris tortueux? (Toulet,Vers inéd., 1920, p. 191).
[P. méton.] Son œil si morose s'allume Et sa lèvre, aux souris pervers, S'agace aux barbes de la plume Qu'il a pour écrire ces vers (Verlaine,Poèmes div., 1896, p. 794).
B. −
1. [Corresp. à sourire2B 1 a] Le souris du matin. [Le] soleil levé dans son plus frais souris (Sainte-Beuve,Pens. août, 1837, p. 389).
2. [Corresp. à sourire2B 2 a] Un souris de l'amour est plus doux à vingt ans; Mais à trente ans la gloire est plus douce peut-être (Fontanes, Œuvres, t. 1, Poés. div., 1821, p. 413).
Prononc. et Orth.: [suʀi]. Ac. 1694, 1718: sous-; dep. 1740: sou-. Étymol. et Hist. Ca 1480 soubzris (Guillaume Coquillart, Le Monologue Coquillart, 460, éd. M. J. Freeman, p. 298); 1556 souris (Ronsard, Nouvelle Continuation des Amours, éd. P. Laumonier, t. 7, vers 2). Dér. de sourire1*, d'apr. ris*.

SOURIS2, subst. fém.

I.
A. − ZOOLOGIE
1. Souris (commune). Petit mammifère rongeur omnivore de la famille des Muridés dont l'espèce commune ou souris domestique (mus musculus) mesure de 8 à 10 cm, possède un pelage gris, une longue queue, de grandes moustaches, un museau pointu, et peut, par ses facultés extrêmes d'adaptation et de reproduction, causer de nombreux dégâts dans les habitations, etc. La souris grignote, ronge; souris grise, mâle, femelle; le chat/le rat et la souris; nid, portée de souris; bruit, grattement, grignotement, trot, trottinement de souris. Le bon Dieu, ayant fait la souris, a dit: Tiens, j'ai fait une bêtise. Et il a fait le chat. Le chat c'est l'erratum de la souris (Hugo,Misér., t. 2, 1862, p. 418).La bête attrapée se sauve; il la rattrape, après l'avoir laissée aller; il lui laisse de l'avance, la souris se croit sauvée; en deux bonds, il est dessus; puis la lâche encore, se détourne, fait semblant de ne plus la voir, de l'avoir oubliée. La souris fait dix pas, elle est reprise (Goncourt,Journal, 1862, p. 1137).
Souris blanche. Variété albinos de souris domestique utilisée comme animal de compagnie ou de laboratoire. Il aperçut, en relevant la tête, une petite souris blanche qui sortait d'un trou (Flaub.,St Julien l'Hospitalier, 1877, p. 85):
1. ... à la porte de la Pépinière, il y avait un homme qui vendait des souris blanches. − En veux-tu une? − me demanda brusquement le maréchal. Et comme, intimidée par l'œil angoissé de Grand-père qui apercevait déjà l'accueil que nous recevrions en rentrant avec une souris, je n'osais pas accepter, il reprit, bourru et sympathique: − Allons!... voyons!... Décide-toi... Oui... C'est oui, n'est-ce pas?... Gyp,Souv. pte fille, 1927, p. 111.
[P. compar. avec l'aspect physique ou les habitudes de la souris] Une mine, un museau de souris; des yeux, des oreilles de souris. [M. Bergeret] trottait avec une agilité de souris surprise dans des démolitions (France,Anneau améth., 1899, p. 5).Elle pousse des petits cris de souris prise dans une porte et ferme à demi les yeux pâmés (Colette,Cl. école, 1900, p. 279).Dans l'entre-baîllement de la porte, Louise passe sa tête de souris (Courteline,Linottes, 1912, ix, p. 133).
2. P. ext. [Souvent suivi d'un adj. ou d'un compl. déterminatif]
a) [N. donné à des espèces non domestiques voisines de la souris commune et présentes sur les cinq continents] Souris agraire ou souris des champs; souris bananière d'Amérique, souris épineuse (Afrique, Asie); souris naine ou souris des moissons (Europe et nord de l'Asie); souris rayée (Afrique); souris à queue blanche (Afrique); souris à pattes blanches (Canada, États-Unis); souris des bois (synon. mulot). Plusieurs petits terriers creusés dans la neige par la souris arctique (Bellot,Voy. mers polaires, 1863, p. 268).Les Zapodinae, ou Souris sauteuses, ont également une alimentation mixte (Zool., t. 4, 1974, p. 1012 [Encyclop. de la Pléiade]).
b) [N. donné à de petits marsupiaux ressemblant un peu à une souris] Souris marsupiale; souris volante (synon. acrobate, v. ce mot II). Le Tarsipède rostré ou Souris à miel (...) a un long museau mince et une longue langue extensible (M. Burton,Encyclop. du monde animal, trad. par B. Heuvelmans, t. 6, 1984, p. 17).
c) Souris chauve ou souris chaude (var. berr.). Synon. moins usité de chauve-souris (v. ce mot rem. 1).Eustache (...) rencontra une petite porte au centre de laquelle une souris chauve était clouée (Nerval,Nouv. et fantais., 1855, p. 216).
B. − P. métaph. Personne qui, par son comportement, son allure, sa petite taille, fait penser à une souris. Le vicaire général Valette, cette souris timide qui ne sort pas de son trou si je me montre, a osé dire à l'archiprêtre Rupert: − « (...) M. Jourfier n'a pas encore remplacé Pie IX! » (Fabre,Lucifer, 1884, p. 228).Ah! si tu m'avais connue il y a seize ans, quand je suis entrée dans la classe préparatoire! Une vraie petite souris rousse (Martin du G.,Thib., Belle sais., 1923, p. 977).
[Dans un cont. développant les rapports de force entre le chat et la souris] Tu jouis d'abord de la rigolade, bon! Et puis un jour, c'est la rigolade qui jouit de toi. De chat, te voilà devenu souris, tu te rends compte? (Bernanos,M. Ouine, 1943, p. 1439):
2. En amour, l'homme est la souris Pour qui toute femme est la chatte. Le sot ne voit pas l'ongle gris Sous le doux velours de la patte. Rollinat,Névroses, 1883, p. 119.
[P. réf. à rat de bibliothèque*] Souris de bibliothèque. Vous savez bien que j'en sais plus que n'en exige le programme, sur les bouquins de littérature. Je suis souris dans la bibliothèque de papa (Colette,Cl. école, 1900, p. 230).
C. − Expr. et loc. fig.
1. Se cacher/entrer/ se mettre dans un trou de souris. Être dans une situation de gêne, d'embarras telle que l'on aimerait disparaître de la vue d'autrui. Il l'aurait virée dans la cage... Il se serait mis dans un trou de souris (Céline,Mort à crédit, 1936, p. 240).
Var. Il n'y a pas de trou de souris assez petit pour se/me cacher. Voir Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 218.
2. Souris qui n'a qu'un trou est bientôt prise. (Dict. xixeet xxes.). C'est le nid d'une souris dans l'oreille d'un chat. C'est une chose impossible (Dict. xixeet xxes.). Jouer au chat et à la souris. V. chat1II A 6.Le jeu du chat et de la souris. V. chat1III B 3 c.Quand le chat n'est pas là, les souris dansent. V. chat1II B 3.
3. C'est la montagne qui accouche d'une souris. V. montagne I D 1.
P. anal. [Avec invers. des termes] Et de quelle cause est sorti tout ce mal? Ah! ici la souris accouche d'une montagne (M. de Guérin,Corresp., 1837, p. 271).
4. Arg., pop. Faire la souris.
a) Chatouiller (quelqu'un) (d'apr. France 1907).
b) Faire des caresses. Ma môme me fait la souris toute la journée (Virmaitre,Dict. arg. fin-de-s., Suppl., 1899, p. 166).
D. − Couleur (gris) (de) souris, gris de souris, gris(-)souris. Couleur gris argent semblable au pelage de la souris commune. Le papier de tenture, gris de souris, bordé de rose, annonçait par des teintes fuligineuses le séjour malsain de quelques fumeurs (Balzac,C. Birotteau, 1837, p. 310).On n'en finit pas de définir la nuance exacte de ce ripolin, intermédiaire entre tous les gris. Gris-perle est trop clair. Gris-souris, trop foncé (H. Bazin,Tête contre murs, 1949, p. 31).
P. ell.
Empl. subst. masc. Jersey pure laine, (...) en Noir, Souris, Raton, Vert lichen (Le Figaro, 22 nov. 1951, p. 5, col. 7 et 8).
En appos. Cheval souris. Cheval dont la robe est gris cendré (Dict. xixeet xxes.).
II. − P. anal.
A. − [À propos d'une femme]
1. Argot
a) Femme légère, prostituée. Souris ravageuse; souris de rempart. [Les policiers] étaient obligés de se rabattre sur les souris et les putes (Le Breton,Razzia, 1954, p. 23).
b) Souris (d'hôtel). [Corresp. à l'empl. masc. de rat* d'hôtel] Femme s'introduisant dans un endroit public pour y repérer les lieux et les objets à y voler. La souris opère d'une autre façon. Le jour, elle s'introduit dans les boutiques momentanément abandonnées, se faufile près du comptoir et (...) barbote (Hogier-Grison,Monde où l'on vole, 1887, p. 237).
c) HIST., pop., fam. Souris grise. Femme soldat de l'armée allemande pendant la guerre de 1939-1945, surnommée ainsi en raison de son uniforme gris. C'était Gretel, une « souris grise », comme on les appelait à cause de leur uniforme (Vialar,Dansons, 1950, p. 174).
2. Arg., pop. Synon. nana.
a) Jeune femme. Une chouette souris. L'homme étant, comme chacun sait, l'animal qui secrète l'amour, je me suis mis à aimer cette souris (Malraux,Espoir, 1937, p. 626).Cette souris, c'est sa frangine. Elle a l'air gironde (Fallet,Banl. Sud-Est, 1947, p. 67).
b) [Gén. précédé d'un poss.] Bonne amie, maîtresse, concubine. Chaudrut lui répondait invariablement (...): c'est ma souris qui me mange tout, je suis un pauvre vieillard (Huysmans,Sœurs Vatard, 1879, p. 289).Elle est drôlement roulée, sa souris, et elle n'a pas dix-huit ans (Sartre,Mort ds âme, 1949, p. 177).
B. − Arg., vieilli. Baiser furtif sur l'œil. Tu verras que t'auras pas à t'en repentir... Je te ferais plutôt une souris (Vidocq,Mém., t. 3, 1828-29, p. 192).Dès qu'elle rentrait, il la visitait, il la regardait bien en face, pour deviner si elle ne rapportait pas une souris sur l'œil, un de ces petits baisers qui se fourrent là sans bruit. Il la flairait, la retournait (Zola,Assommoir, 1877, p. 722).
C. − SC. ET TECHN., p. anal. (de forme, de couleur avec la souris ou avec une partie ou une particularité de la souris)
1. BOTANIQUE
a) Oreille de souris. Synon. pop. de myosotis, piloselle.L'herbe à bouillon, le pois sauvage, l'oreille de souris, l'oignon, l'ail, le panais sauvage (Baudry des Loz.,Voy. Louisiane, 1802, p. 173).
b) Queue de souris. Espèce de Renonculacée (myosorus minimus). Une renonculacée est appelée populairement queue de souris; c'est aussi le nom que lui ont donné les paysans dans une grande partie de l'Europe (Gourmont,Esthét. lang. fr., 1899, p. 197).
2. DÉFENSE. Pas de souris. ,,Escaliers étroits qui font communiquer les différents ouvrages d'une fortification`` (Mots rares 1965).
3. ÉLECTRON., INFORMAT.
a) Souris (électrique, électronique, automatique), micro-souris. Petit robot électrique ou électronique autonome doté d'une intelligence artificielle et capable de reconnaître un environnement donné. La course des souris électroniques à travers les labyrinthes, c'est bien plus qu'un jeu: un exercice pour ingénieurs et étudiants fous d'informatique (L'Express, 29 mai 1981, p. 136):
3. ... [Shannon] a mis au point tout récemment la « souris automatique » qui « apprend » un labyrinthe. Elle le parcourt d'abord en tâtonnant, et n'arrive au but qu'après beaucoup d'essais et d'erreurs. Mais comme l'appareil est doué d'une mémoire, si l'on replace ensuite la souris électrique au point de départ, elle arrive au but sans erreur. Ruyer,Cybern., 1954, p. 77.
b) Périphérique d'entrée relié à l'ordinateur par un cordon et permettant, en guidant le déplacement du curseur sur l'écran, de sélectionner une commande ou une option, sans passer par le clavier de l'ordinateur. Après les « puces », voici les « souris ». Le MacIntosh, nouvel ordinateur domestique lancé par Apple, possédera une « souris », petit périphérique permettant de visualiser sur l'écran les fonctions à réaliser (L'Express, 27 janv. 1984, p. 41, col. 3).
4. MÉDECINE
a) Souris articulaire. ,,Petit fragment osseux ou cartilagineux, flottant librement dans une cavité articulaire et fuyant sous les doigts à la palpation`` (Man.-Man. Méd. 1977).
b) Mouvement convulsif et involontaire de l'œil qui affecte la paupière et parfois même l'iris. (Dict. xixeet xxes.).
5. TECHNOL. Dents de souris. Entaillures très fines sur une pièce mécanique ou un instrument spécial. Pince longuette à dents de souris, de 20 cent., du Dr Cathelin (Catal. instrum. chir. (Collin), 1935, p. 54).
6. TYPOGR. On appelle souris un morceau de plomb suspendu à une ficelle et qui pend sur le papier pour l'empêcher de glisser dans les pinces du cylindre. (E. Chautard) (Coston,A.B.C. journ., 1952, p. 199).
7. ZOOLOGIE
a) ANAT., BOUCH., ART CULIN. [Chez le mouton] Muscle charnu situé à l'extrémité du gigot près de la jointure. (Dict. xxes.).
b) Synon. de aphrodite (v. ce mot II). (Ds Quillet 1965).
c) ICHTYOL. Souris (de mer). [Dénom. pop. de différents poissons, notamment la baliste (v. baliste2), la baudroie et l'aspidophore (v. aspid(o)-)] Aspidophore armé (...) appelé aussi Souris de mer (Coupin,Animaux de nos pays, 1909, p. 193).
Prononc. et Orth.: [suʀi]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. a) Ca 1175 soriz « petit mammifère rongeur » (Benoît, Ducs de Normandie, 13479 ds T.-L.); ca 1200 (Lai d'Ignauré, éd. R. Lejeune, 371, 73: soris ki n'a c'un trau poi dure); b) p. ext. α) 1562 souris terrestre « espèce de musaraigne qui habite les environs des lieux humides » (Du Pinet, L'Histoire du Monde, 2, 505 d'apr. FEW t. 12, p. 113a); 1812 souris d'eau (Mozin-Biber); β) 1576 blanches souris (De Baïf, Mimes, fol. 42 ds Le Roux de Lincy, Proverbes fr., t. 1, p. 202); γ) 1723 souris de Moscovie « martre zibeline » (Savary); δ) 1753-67 souris de terre « petit mulot » (Buffon, Hist. nat. quadrupèdes, t. 2, p. 283); ε) 1765 souris d'Amérique « petite espèce de sarigue » (Encyclop.); ζ) 1768 souris de montagne « lemming » (Valm.); c) 1777 souris de mer « nom courant de divers poissons osseux » (Duhamel du Monceau, Traité gén. des pêches mar., t. 3, p. 114); 2. loc. compar. et fig. 1640 on entendroit une souris trotter (Oudin Curiositez); id. il est esveillé comme une potée de souris (ibid., s.v. potée). B. 1. a) xiiies. anat. soris de le gambe (Jean de Garlande, Jahrbuch, VI, 288); b) 1690 (Fur.: Les Medecins appellent souri, l'espace qui est dans la main entre le pouce et l'indice, qu'ils appellent aussi thenar); c) 1958 souris articulaire (Garnier-Del.); 2. 1690 « l'un des cartilages des naseaux du cheval » (Fur.); 3. 1694 « muscle charnu à l'extrémité du gigot » (Ac.). C. 1689, 24 déc. « nœud de ruban mis dans la coiffure des femmes » (Mmede Sévigné, Lettres, éd. R. Duchêne, t. 3, p. 789). D. 1. 1690 terme de fortif. pas de la souri (Fur.); 2. 1933 « outil utilisé pour calibrer les trous obtenus par alésage » (Lar. 20e); 3. 1964 pyrotechnie (Lar. encyclop.). E. 1. a) 1611 souris du palais « avocat » (Cotgr.); b) 1880 souris d'une bibliothèque (Hugo, Âne, p. 281); 2. a) 1640 faire la souris « voler adroitement » (Oudin Curiositez); b) 1907 souris d'hôtel (Lar. pour tous); 3. a) 1833 souris de rempart « fille à soldats » (Vidal, Delmart, Caserne, p. 197); b) 1905 « femme légère » (d'apr. Esn. 1966); c) 1938 fam. « jeune fille, jeune femme » (ibid.); 4. 1940-44 souris grise « auxiliaire féminine des troupes d'occupation allemande » (ibid.); 1950 (Vialar, Dansons, p. 174). Du lat. pop. *soricem, acc. de *sōrι ̄x, altér. du lat. class. sōrex, sorĭcis « souris ».
STAT. Souris1 et 2. Fréq. abs. littér.: 698. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 782, b) 1 000; xxes.: a) 1 194, c) 1 042.
DÉR.
Souricier, subst. masc.Animal qui chasse et mange les souris. Le hérisson, ce souricier inconnu, est jeté à l'eau (Journ. offic., 8 oct. 1872, p. 6300, col. 2 ds Littré Suppl. 1877).En appos. avec valeur d'adj. Un chat souricier. (Dict. xixeet xxes.). [suʀisje]. 1reattest. 1611 (Cotgr.), absent de la lexicogr. jusqu'à Littré; de souris2, suff. -ier*.
BBG. Arveiller (R.). R. Ling. rom. 1972, t. 36, p. 229. − Chautard Vie étrange Argot 1931, p. 670. − Quem. DDL t. 2, 13, 16, 18, 21, 28 (s.v. oreille de souris).

Wiktionnaire

Nom commun 1 - français

souris \su.ʁi\ féminin singulier et pluriel identiques

  1. (Zoologie) Petit rongeur de la famille des muridés, du genre Mus, en général la souris commune Mus musculus.
    • Le meilleur préservatif contre les souris est un chat, non pas un chat angora, mais un chat à poil lisse et ras, rayé de gris et de brun, de la race commune appelée chat de gouttière. — (« Souris », dans la Grande encyclopédie illustrée d’Économie domestique et rurale, par Jules Trousset, Paris : chez Fayard frères, s.d. (vers 1875), page 2310)
    • Anderson, qui écrivait en 1746, assure que la raison pour laquelle on ne trouve pas de souris en Islande, c'est que l'île tout entière n’est qu’un amas de soufre. Il est fâcheux pour Anderson qu’il y ait des souris en Islande comme partout, et même des moutons, des chevaux et des vaches , qui pourtant ne sont guère friands de soufre. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 5)
    • J’éduquais mon oreille à traduire des multitudes de sons infimes, petits trots de souris et grincements de bois, […]. — (Claude Collignon, L'œil de la chouette, Éditions du Seuil, 1988, page 41)
    • Vous conviendrez qu'une maison sans chat, c'est comme un curé sans sa soutane ou un Basque sans son béret : inconcevable! Les souris, ces amies de l'homme, risquent de pulluler. — (Jacques Mallouet, Le pays de l’écir: dans les monts du Cantal, Éditions Payot & Rivages, 1995, page 31)
  2. (Informatique) Dispositif de commande tenu à la main, connecté à un ordinateur, et dont le déplacement sur une surface entraîne le déplacement d’un repère sur l’écran.
    • La souris pour ordinateur est un système de pointage.
  3. (Boucherie) Partie du gigot de mouton.
    • J’adore la souris, c’est mon morceau favori.
    • Cette biographie durerait encore si Rosalie, en présentant le gigot, ne proposait à M. le Grand Doyen un morceau de souris...
      — Notre cousin, le conseiller Bigondois-Marsan de la cour de Douai, affirmait que ce paquet de viande nerveuse, qui touche l’os, est le morceau le plus vigoureux du mouton...
      — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, pages 315-316)
  4. (Familier) Jeune fille ou femme.
    • J’ai idée que le roi Salomon était dingue. Vous vous rendez compte, quatre cents souris, et il voulait faire le malin avec tout le paquet ? — (Peter Cheyney, Les femmes s’en balancent, traduction de Michelle et Boris Vian, Gallimard, 1949, page 199)
  5. (Familier) Terme affectueux utilisé pour s’adresser à un petit enfant.
    • […] maman lui ébouriffa les cheveux en lui disant : « Ce n’est pas bien, ma petite souris, tu ne dois pas te moquer des grandes personnes », et il se sentit tout découragé. — (Jean-Paul Sartre, L’enfance d’un chef, 1938)
  6. (Familier) Tampon hygiénique.
  7. (Zoologie) Phalène de l’euphorbe (papillon).
  8. (Médecine vétérinaire) Cartilage du naseau des chevaux.
    • Lors arriva à Cambrai, tagadac, tagadac, montant un pur-sang anglo-normand au poil blanc, à la souris bai brun, qui avait nom Sturmi, un paladin au frais minois. — (Georges Perec, La Disparition, Gallimard, Paris, 1969)
  9. (Habillement) Sorte de bonnet porté par les femmes.
  10. Nœud en nonpareille que les femmes portaient au XVIIIème siècle.
  11. Cordeau de traçage dont la ficelle est imprégnée de poudre de craie bleue, le tout est contenue dans une boîte bobineuse à manivelle dont la forme évoque vaguement une souris, la ficelle faisant office de queue.
    • La souris n'est rien moins que cet outil très commode qui est composé d'un fil et d'une recharge de bleu. La souris est un outil de traçage dont l'utilisation est très simple. — (José Roda, La maçonnerie facile, Éd. Eyrolles, 2014)

Nom commun 2 - français

souris \su.ʁi\ masculin

  1. (Archaïsme) Sourire.
    • Heureux ceux qui meurent au berceau, ils n’ont connu que les baisers et les souris d’une mère ! — (François-René de Chateaubriand, Atala, ou Les Amours de deux sauvages dans le désert)
    • Et les dames d'atour, pour qui tout prince est beau, / Ne savent plus trouver d'impudique toilette / Pour tirer un souris de ce jeune squelette. — (Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, Spleen LXI)

Nom commun - ancien français

souris \Prononciation ?\ féminin

  1. Souris (rongeur)
  2. (Anatomie) Souris, muscle charnu qui relie la rotule ou le coude.
    • un coup sur la souris du bras.

Adjectif - français

souris \su.ʁi\ invariable

  1. De la couleur gris doux de l’animal. #9E9E9E
  2. Synonyme de gris souris, couleur de la robe des chevaux gris unis avec les crins et extrémités des membres noirs.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SOURIRE. (Il se conjugue comme RIRE.) v. intr.
Rire légèrement, sans bruit, d'un simple mouvement de la bouche et des yeux. Sourire obligeamment, malicieusement, dédaigneusement. Il vint au-devant de moi en souriant. Il ne répondit rien, mais il se mit à sourire. Elle souriait en me regardant. Sourire à quelqu'un, Lui témoigner, par un sourire, de l'estime, de la complaisance, de l'affection. Elle m'a souri. On dit figurément : La fortune lui sourit, Elle le favorise. Sourire de quelqu'un, de quelque chose, S'en moquer doucement.

SOURIRE signifie aussi figurément Présenter un aspect séduisant. Cette affaire lui sourit beaucoup. Ce lieu me sourit, je suis tenté de m'y fixer.

Littré (1872-1877)

SOURIS (sou-ri ; l's se lie : un sou-ri-z'agréable ; cependant au XVIIe siècle, Chifflet, Gramm. p. 216, note que l's ne se lie pas) s. m.
  • Même sens que sourire. Quand d'un souris amer me coupant la parole…, Corneille, Sophon. v, 8. Une bouche, des yeux, un souris fin et tendre, Hauteroche, Bourg. de qual. III, 6. L'Amour, essuyant ses larmes, fit un souris malin et moqueur, Fénelon, Tél. VII. A-t-elle quelque bon mot à débiter, elle l'assaisonne d'un souris malin et plein de charmes, qui lui donne un nouveau prix, Lesage, Gil Bl. III, 6. Le souris est une marque de bienveillance, d'applaudissement et de satisfaction intérieure ; c'est aussi une façon d'exprimer le mépris et la moquerie ; mais, dans ce souris malin, on serre davantage les lèvres l'une contre l'autre, par un mouvement de la lèvre inférieure, Buffon, Hist. nat. hom. Œuvr. t. IV, p. 298. Je ne sais si vous connaissez un certain souris passager, compagnon du désespoir ; je le voyais de temps en temps sur ses lèvres, Diderot, Lett. à Mlle Voland, 1er déc. 1765.

HISTORIQUE

XVIe s. Se deffendre des oppositions d'aultruy par un mouvement de teste, un soubris ou un silence, Montaigne, IV, 54.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SOURIS, s. f. (Hist. nat. Zoologie.) mus minor ; animal quadrupede qui a environ trois pouces & demi de longueur depuis le bout du museau jusqu’à la queue ; qui est longue de trois pouces un quart. La souris ne differe du rat qu’en ce qu’elle est plus petite, qu’elle a la queue plus velue, & le poil plus court & plus doux, de couleur mêlée de jaunâtre & de cendré noirâtre sur le dessus du corps ; le dessous & les quatre jambes sont de couleur jaunâtre ; avec quelques teintes de cendré : ces couleurs varient ; & il y a des souris entierement blanches. Ces animaux produisent dans toutes les saisons, & plusieurs fois par an. Les portées ordinaires sont de cinq ou de six ; en moins de quinze jours les petits se dispersent & vont chercher à vivre ; aussi la durée de leur vie est fort courte. Tous les oiseaux de nuit, les chats, les fouines, les belettes, les rats même, leur font la guerre. L’espece des souris est généralement répandue en Europe, en Asie, & en Afrique ; on prétend que celles qui sont actuellement en grand nombre en Amérique, y ont été apportées de l’Europe. Il paroît qu’elles fuient les pays inhabités, & qu’elles suivent l’homme par l’appétit naturel qu’elles ont pour le pain, le fromage, le lard, l’huile, le beurre, & les autres alimens que l’homme prépare pour lui-même. Hist. nat. gen. & part. tom. VII. Voyez Quadrupede.

Souris, (Mat. med.) Les Pharmacologistes ont célébré comme médicamenteuses plusieurs parties & préparations de la souris, la chair, la peau, le sang, la cendre, & cela fort arbitrairement, à leur ordinaire.

La seule matiere fournie par la souris, qui a conservé jusqu’à présent le titre & l’emploi de médicament, c’est sa fiente, connue principalement chez les Pharmacologistes sous le nom de musurda, & encore sous le nom ridicule d’album nigrum, forgé apparemment en prenant pour un nom générique celui d’album, spécifié par l’épithete de græcum dans un des noms scientifiques ou mystérieux que porte la fiente de chien, voyez Chien, Mat. med.

La fiente de souris est mise au rang des purgatifs par la plûpart des auteurs de matiere médicale, & par quelques-uns, même par Juncker, par exemple, au nombre des émétiques, mais véritablement des émétiques hors d’usage. Ettmuller dit qu’elle lâche admirablement & doucement le ventre. C’est dans quelques pays un remede de bonne femme pour purger les enfans : on leur en donne depuis le poids d’un grain jusqu’à deux en substance dans de la bouillie, ou celui de cinq ou six grains broyés avec du lait, qu’on passe ensuite à-travers d’un linge. La dose pour les enfans un peu plus forts, est de sept à huit grains. Sept à huit crotins de souris sont un puissant purgatif, même pour les adultes, & qui est spécialement recommandé pour ouvrir le ventre dans la passion iliaque. Ces usages n’étant point fondés sur des observations journalieres, peuvent être regardées comme suspects ; mais on peut employer la fiente de souris avec moins de circonspection dans les suppositoires & les lavemens irritans, où elle passe pour faire très-bien. Il est encore vraissemblable qu’elle est réellement détersive, résolutive & dessicative dans l’usage extérieur. (b)

Souris d’Amérique, petit animal quadrupede. Il a environ trois pouces de longueur depuis le bout du museau jusqu’à la queue, qui est longue de trois pouces huit lignes. Le museau est un peu pointu ; les oreilles sont grandes & larges ; le poil est d’un bai-rouge clair. Regn. anim. p. 172.

Souris, s. f. (terme de Coëffeuse.) les coëffeuses ont nommé souris, une fausse coëffe qu’elles mettent sous les deux autres lorsqu’on coëffe à trois rangs ; il n’y a que deux de ces coëffes qui soient complettes & ayent des barbes ; la troisieme n’est qu’une fausse coëffe sans fond, ni barbe ; c’est celle que les lingeres & coëffeuses appellent souris : elle a seulement quelques plis sur le front comme les autres, & ses deux bouts viennent se perdre sur les tempes sous la seconde coëffure. (D. J.)

Souris, gris de souris, (Maréchallerie.) poil de cheval. C’est une nuance de poil gris, laquelle est de la couleur du poil d’une souris.

La souris est aussi un cartilage qui forme le devant des naseaux du cheval, & qui l’aide à s’ébrouer. Voyez Ebrouer.

Souris, ou Sourire, s. m. (Physiolog.) c’est un ris léger ; il se fait lorsque dans les mouvemens de l’ame doux & tranquilles, les coins de la bouche s’éloignent un peu sans qu’elle s’ouvre, les joues se gonflent, & forment dans quelques personnes, par une espece de duplicature un léger enfoncement entre la bouche & les côtés du visage, que l’on appelle la fossette, qui produit un agrément dans les jolies personnes. Le souris est une marque de satisfaction intérieure, de bienveillance, d’applaudissement. Il est vrai que c’est aussi une façon d’exprimer le mépris, l’insulte & la moquerie ; mais dans un souris malin on serre davantage les levres l’une contre l’autre par un mouvement de la levre inférieure. Le souris d’approbation & d’intelligence est un des plus grands charmes de l’objet aimé, sur-tout quand ce charme vient d’un contentement qui a sa source dans le cœur. Enfin, il y a des souris d’assurance, d’admiration, de doute. Le souris d’Abraham, quand Dieu lui promit un fils, n’étoit pas un souris de doute, mais de satisfaction, d’admiration & de reconnoissance. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « souris »

Sourire 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom 1) (XIVe siècle) Du latin sōrex, sōrīcem devenu *sōrīx, sōrīcem en latin populaire et sourice, souris en ancien français. Référence nécessaire
(Informatique) Calque de l’anglais mouse (« souris ») pour sa ressemblance à l’animal. Référence nécessaire
(Nom 2) Du français soubris (1538), de sourire. Référence nécessaire
(Adjectif) En raison de la couleur habituelle de l’animal. Référence nécessaire
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « souris »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
souris suri

Citations contenant le mot « souris »

  • Je suis oiseau : voyez mes ailes […] Je suis souris, vivent les rats ! Jean de La Fontaine, Fables, la Chauve-souris et les Deux Belettes
  • Il n'y a pas de preuve que la puce, qui vit sur la souris, craigne le chat. Henri Michaux, Tranches de savoir, Cercle des Arts
  • Moi, je préfère attraper une souris pour mon usage plutôt qu'un chevreuil pour le seigneur. Ignacy Krasicki, Fables, le Lévrier et la Chatte
  • En appâtant une souricière avec du fromage, laissez toujours de la place pour la souris. Hector Hugh Munro, dit Saki, The Infernal Parliament
  • Chat timide fait souris effrontée. De Proverbe irlandais
  • Qui naquit chat court après les souris. De Proverbe français
  • Absent le chat, les souris dansent. De Jean Antoine de Baïf
  • La montagne en travail enfante une souris. De Nicolas Boileau / Satires
  • Le chat ne renonce pas à prendre des souris. De Proverbe allemand
  • Mieux vaut être tête de souris que queue de lion. De Proverbe québécois
  • Le chat est un lion pour la souris. De Proverbe albanais
  • Si les chats gardent les chèvres, qui attrapera les souris ? De Proverbe français
  • Les rêves d'un chat sont peuplés de souris. De Proverbe libanais
  • A semer le pain aux souris on attire les rats. De Cécile Chabot / Et le cheval vert
  • Le progrès est un piège à souris, plus grand, plus efficace chaque mois : bientôt, nous serons en mesure de tuer toutes les souris d'un coup. De Paul Auster / Moon Palace
  • Jamais la souris ne confie sa destinée à un seul trou. De Plaute
  • Aucun chat ne prend des souris pour l’amour de Dieu. De Proverbe persan
  • Un chat avec des moufles n'attrape pas de souris. De Proverbe grec antique
  • Une souris Logitech pour des sessions de FPS précises et rythmées. Une souris gaming avec 16 000 DPI pour une sensibilité à couper le souffle. Presse-citron, Logitech G502 Hero : la souris gamer à 54,69 € au lieu de 89,99 € (-33 %)
  • Les chercheurs ont découvert qu’en introduisant du matériel génétique, ils pouvaient activer l’enzyme p38gamma d’une manière permettant non seulement d’enrayer le déclin de la mémoire chez la souris, mais contribuant également à améliorer activement cette dernière, en dépit de la nature avancée de la maladie. Daily Geek Show, Alzheimer : Pour la première fois, la thérapie génique inverse la perte de mémoire chez la souris
  • Et vous, seriez-vous intéressés par cette souris ? Dites-le-nous dans les commentaires ! PhonAndroid, Mindshunter Zphyr : voici la 1re souris avec un ventilateur intégré, fini la transpiration des mains !
  • Dotée de la technologie sans fil 2,4 GHz, elle assure une fiabilité et durabilité ainsi qu’une portée jusqu’à 10 mètres pour votre ordinateur. Elle est pareillement fiable qu’une souris filaire, et ne présente aucun temps de latence ou perte de connexion, vous permettant ainsi de travailler et jouer en toute tranquillité. PhonAndroid, Soldes été 2020 : offrez-vous la souris sans Fil Logitech M171 pour moins de 8 €
  • La chauve-souris vit son heure de gloire. Avec l’explosion de la pandémie de Covid-19, des milliers de scientifiques à travers le monde se passionnent pour le premier hôte du virus – ou plutôt de son ancêtre. Depuis des siècles pourtant, quelques poignées de passionnés sont éblouis par cette bête hors du commun. Seul mammifère volant, doué d’une longévité exceptionnelle et d’un sens rare – l’écholocation – qui lui permet de « voir » en pleine nuit, il dispose d’un système immunitaire qui lui permet de vivre avec les virus. Au cours des dix dernières années, de nombreuses publications se sont penchées sur ce dernier point et un article, publié mercredi 22 juillet dans Nature, apporte de nouvelles précisions sur l’origine génétique de cette particularité. Le Monde.fr, Les chauves-souris trouvent enfin leur place dans l’arbre des espèces
  • Souris, clavier, tapis de souris, casque… Les accessoires d'ordinateurs sont nombreux, et chaque élément doit être bien choisi pour répondre correctement à vos attentes. C'est particulièrement vrai pour les gamers, qui ont besoin d'un matériel souvent spécifiques dans leurs jeux. Clubic.com, Soldes : un pack gaming Corsair (casque + clavier + souris + tapis de souris) à moins de 100€

Images d'illustration du mot « souris »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « souris »

Langue Traduction
Anglais mouse
Espagnol ratón
Italien topo
Allemand maus
Chinois 老鼠
Arabe الفأر
Portugais rato
Russe мышь
Japonais マウス
Basque saguaren
Corse mouse
Source : Google Translate API

Synonymes de « souris »

Source : synonymes de souris sur lebonsynonyme.fr

Souris

Retour au sommaire ➦

Partager