La langue française

Bouder

Définitions du mot « bouder »

Trésor de la Langue Française informatisé

BOUDER, verbe.

A.− [L'obj. reste implicite] Manifester du mécontentement, de l'humeur par l'expression du visage, son silence, par son attitude. Synon. faire la moue :
1. Il [l'Empereur] plaisantait beaucoup un de la bande, qu'il agaçait fort, prétendant qu'il boudait, et l'accusait d'être trop souvent mécontent et de mauvaise humeur, etc. Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 1, 1823, p. 1102.
2. Je descendrais lentement − lentement − majestueusement, tel un parachutiste. Et, du coup, il vous serait difficile de bouder, de vous entêter et de ne pas lever la tête. Oh! crierait la rue et le monde. Oh! un jeune homme qui vole! Vite, vite, regardez tous. Et − car vous êtes curieuse et sensible aux prodiges − vous re-gar-de-riez. Cocteau, Théâtre de poche,1949, p. 129.
PSYCHOLOGIE :
3. Humeur : selon le système de l'exaspération, rien n'est meilleur que de se gratter. C'est choisir son mal; c'est se venger de soi sur soi. L'enfant essaie cette méthode d'abord. Il crie de crier; il s'irrite d'être en colère et se console en jurant de ne pas se consoler, ce qui est bouder. Faire peine à ceux qu'on aime et redoubler pour se punir. Les punir pour se punir. Par honte d'être ignorant, faire serment de ne plus rien lire. S'obstiner à être obstiné. Alain, Propos,1921, p. 347.
SYNT. Bouder sans raison, par jeu, pour un rien; bouder dans un coin, à l'écart, comme un écolier, en enfant gâté.
P. métaph. :
4. Dans les terres riches, les arbres poussent avec une très grande vigueur (...) Mais, si ces arbres en sortant des pépinières, sont plantés dans des terres de mauvaise nature ou seulement de qualité médiocre (...) ils vont dit-on dépérir. Dépérir, non, mais ils pourront éprouver une sorte de malaise (...). Il ne faudra pas s'étonner si ces arbres boudent, comme on dit, et s'ils ne font que végéter pauvrement pendant les premières années. É.-A. Carrière, Pépinières,1878, p. 19.
5. ... chez cet individu le pouls bat un peu plus vite, la surrénale boude, ... Mounier, Traité du caractère,1946, p. 47.
Rem. Synon. pop. faire du boudin, son aquilin, son blair, sa gueule, son nez, sa poire (Bruant 1901). Faire la tête.
B.− [L'obj. est explicité] Manifester de l'humeur, de l'irritation contre quelqu'un ou quelque chose, refuser de s'y intéresser.
1. Emploi intrans. [Le verbe étant suivi d'une prép.]
a) Bouder contre qqn ou qqc.Bouder contre son cœur :
6. René était chambellan du roi Louis. C'est un des hommes les plus aimables que j'aie connus. (...) sur ses vieux jours, il m'a appelée dans ses bras et j'y ai couru de grand cœur. On ne boude pas contre soi-même. G. Sand, Histoire de ma vie,t. 2, 1855, p. 393.
Fam. Bouder contre son ventre. Refuser quelque chose par dépit.
b) Bouder à qqc. (arg.).Reculer, craindre. Bouder à l'ouvrage, au feu (France 1907).
2. Emploi trans. Bouder qqn, qqc. :
7. Elle le boude des heures et des heures, le front dur... la bouche mauvaise... Mirbeau, Le Journal d'une femme de chambre,1900, p. 82.
8. Hier, à Neuchâtel, revu La Ruée vers l'or. Suarès boude Charlot par orgueil. Injustifiable résistance. (...) Nous rions et nous amusons, toi et moi, de la même chose. Gide, Journal,1967, p. 834.
SYNT. Bouder le roi, Paris; bouder les bouteilles, le cinéma, un journal; bouder la destinée, son plaisir, le travail, la vie.
P. métaph. :
9. ... j'aime que sise dans une des plus belles assiettes du rivage de la Méditerranée, elle [Marseille] ait l'air de tourner le dos à la mer, de la bouder, de l'avoir bannie hors de la cité... Cendrars, L'Homme foudroyé,1945, p. 55.
Emploi pronom., réciproque :
10. Ces deux personnes ressemblaient à deux amants brouillés qui se boudent, se tournent le dos et vont s'embrasser au premier mot d'amour. Balzac, La Peau de chagrin,1831, p. 215.
11. Deux créatures qui ne se conviennent pas, pourraient aller chacune de son côté; eh! bien, faute de quelques pistoles, il faut qu'elles restent là en face l'une de l'autre à se bouder, à se maugréer, à s'aigrir l'humeur, ... Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 4, 1848, p. 31.
PRONONC. : [bude], (je) boude [bud].
ÉTYMOL. ET HIST. − Ca 1350 (Passion de N. S., éd. G. A. Runnalls, 652 : Par ma loy, vous ne boudez mie); 1718 (Ac. : Bouder, dans le style familier, s'employe quelquefois avec un regime actif). Mot expr. d'orig. onomatopéique d'un rad. bod désignant quelque chose d'enflé comme l'est la lèvre du boudeur.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 469. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 347, b) 864; xxes. : a) 825, b) 735.
BBG. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 55. − Tournemille (J.). Au jardin des loc. fr. Vie Lang. 1967, p. 292.

Wiktionnaire

Verbe

bouder \bu.de\ transitif et intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se bouder)

  1. Témoigner par une certaine expression du visage ou par son silence que l’on est mécontent de quelque chose.
    • Lorsqu'ils se retrouvaient tous les deux, il aurait pu bouder pendant des heures ; mais le temps leur était chichement mesuré. Claude éclatait en imprécations, donnait libre cours à sa violence. A son tour, la jeune fille piquait la mouche et ne soufflait plus mot. C'était à désespérer ! — (Jean Matter, Parsifal ou Le pays romand, Éditions La Baconnière, 1969, p. 71)
    • La môme boudait et me regardait avec insistance, au point que j'en vins à soupçonner que, si je ne faisais rien pour lui rendre ce que je lui avais pris, je devrais supporter ses reproches jusqu'à la fin de mes jours, ce qui, bien sûr, serait mauvais pour ma santé. — (Matilde Asensi, Le Pays sous le ciel, traduit de l'espagnol par Anne-Carole Grillot, Éditions Charleston, 2013, page 312)
  2. (Familier) Faire comme l’enfant qui, par caprice ou mutinerie, ne veut pas manger.
    • Bouder contre son ventre.
  3. (Jeu de dominos) Ne pas jouer, pour le joueur qui n’a pas de numéro à placer.
  4. Montrer qu'on est mécontent de quelque chose, de quelqu’un.
    • Votre lettre m’a fait grand plaisir, mon bien bon ami. Votre silence m’inquiétait : je craignais que vous ne me boudassiez. — (« Lettre III, de Duméril, à Paris, le 4 fructidor an IX », dans Bretonneau et ses correspondants : ouvrage comprenant la correspondance de Trousseau et de Velpeau avec Bretonneau publié avec une biographie et des notes, par Paul Triaire, tome 1, Paris : chez Félix Alcan, 1892)
    • Je suis bien fâché, mon cher Du Pont, que vous ayez pris pour me venir voir le moment où j’étais sorti pour la seconde fois. J’ai pourtant été bien aise de vous voir sur ma liste, car je commençais à craindre que vous ne fussiez malade ou que vous ne me boudassiez par attachement pour le despotisme légal. — (« Lettre de Turgot, à Du Pont de Nemours, du dimanche 20 novembre » , dans Œuvres de Turgot et documents le concernant, avec biographie et notes, par Gustave Schelle, tome 2, Paris : chez Félix Alcan, 1914, page 677)
  5. (Figuré) Rechigner ; renâcler.
    • J'avais mangé comme un glouton la moitié de mon assiette mais, à présent, mon estomac boudait. Je posai mes couverts, poussai légèrement mon assiette, et cherchai du courage pour parler à Charly. — (Claudia Nolliac, On n'oublie jamais, éd. Nouvelles Plumes, 2015, chap. 15)
    • Cependant, dans leur idée ([…]), je devais malgré tout observer et respecter devant eux ma qualité de noble, c'est-à-dire me dorloter, faire des manières, les dédaigner, me montrer difficile à tout propos, bouder à la besogne. C'était ainsi qu'ils comprenaient le noble. — (Fiodor Dostoïevski, Récits de la maison des morts, traduit par Pierre Pascal, Flammarion, 1980, chap. 6, rééd. 2014)
    • Repris à son exemple de toutes les ardeurs de la jeunesse, la cinquantaine de l’Écossais ne boudait pas au plaisir. Il savait que les femmes de l’aristocratie devenaient après leur mariage des meubles de communauté pour la famille et les amis de leur mari. — (Jean Daridan, John Law: père de l'inflation, Les Éditions Denoël, 1938, page 78)
  6. (Intransitif) (Jardinage) (Vieilli) Se dit d'un arbre qui ne profite pas.
    • Arroser fortement, immédiatement après leur Plantation, tous les arbres qu'on plante, seroit sans doute un moyen propre à les empêcher souvent de bouder; mais la dépense, & même souvent la presqu'impossibilité de le faire, s'y opposent. — (Henri-Alexandre Tessier, André Thouin et Louis-Augustin-Guillaume Bosc, Dictionnaire de la culture des arbres et de l'aménagement des forêts dans: Encyclopédie méthodique, tome V, article "Plantation", Chez H. Agasse, Paris, 1813, page 668)
  7. (Pronominal) Se montrer mutuellement que l’on est mécontent.
    • […], mes parents ne se parlaient presque jamais. Non qu'ils se boudassent ; ils s'aimaient beaucoup au contraire, s'entendaient, en toutes choses, le mieux du monde, et l'on ne pouvait rencontrer un ménage plus uni ; mais, habitués à penser la même pensée, à vivre les mêmes impressions, et n'étant point romanesques de leur nature, ils n'avaient rien à se dire. — (Octave Mirbeau, L’Abbé Jules: La révolte d’un prêtre, Paris : chez Charpentier, 1888, part. 1, chap. 1)


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BOUDER. v. intr.
Témoigner par une certaine expression du visage ou par son silence qu'on est mécontent de quelque chose. Un enfant qui boude toujours. Une femme qui ne fait que bouder. Je ne sais ce qu'il a contre moi, mais il boude depuis quelque temps et ne me parle plus. Bouder contre quelqu'un, ou transitivement Bouder quelqu'un. Fam., Bouder contre son ventre, se dit d'un Enfant qui, par caprice ou mutinerie, ne veut pas manger. Il se dit figurément d'une Personne qui, par dépit, refuse ce qu'on sait qu'elle désire.

BOUDER, intransitif, se dit, au jeu de Dominos, du Joueur qui n'a point de numéro à placer. Fig., Bouder à la besogne, Être paresseux. Ne pas bouder à la besogne, à l'ouvrage, Travailler avec ardeur.

Littré (1872-1877)

BOUDER (bou-dé) v. n.
  • 1Témoigner par une certaine expression chagrine du visage, et particulièrement des lèvres, qu'on a du mécontentement. Vous avez contrarié cet enfant ; le voilà qui boude dans un coin.
  • 2Avoir de l'humeur, du mécontentement. Lasse de bouder sans qu'on y prît garde, Sévigné, 460. La reine n'a point baisé Monsieur, qui en boude, Sévigné, 506. Madame de Cleveland bouda contre le roi, Hamilton, Gramm. 11. Il s'est apprivoisé pas à pas, jour à jour ; Il boude à mon départ, il saute à mon retour, Lamartine, Joc. III, 122.

    Fig. C'est un homme qui ne boude pas, il est toujours prêt à répondre à qui l'attaque. Cet homme ne boude pas à table, c'est un bon convive. Cet officier passe pour bouder au feu, pour ne pas s'y exposer volontiers.

    Familièrement. Bouder contre son ventre, se priver d'un repas ou d'un mets qui ferait plaisir, et, par extension, se priver par dépit d'une chose agréable.

  • 3 Terme du jeu de dominos. N'avoir pas de dé à jouer.
  • 4 Terme de jardinage, qui se dit d'un arbre ou d'un arbuste qui ne profite pas. Ces jeunes pommiers boudent.
  • 5 V. a. Votre Majesté a peut-être cru que je la boudais, Voltaire, Lettr. à Cath. 113. Plus que jamais il t'aime ; C'est ton tour maintenant de le bouder lui-même, Chénier, 231.

    Se bouder, v. réfl. Se faire mutuellement mauvaise mine. Ces deux amants se boudent.

HISTORIQUE

XVe s. Par ma foy vous ne boudez mie ; Or povez bien, commant qu'il aille, Hardiement faire bataille ; Tuit en sommes entalenté, La Pass. de N. S. J. C.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BOUDER. - ÉTYM. Ajoutez : Le radical bod, qui se trouve dans bouder et dans plusieurs mots, est congénère du radical pot, qui est dans pote (voy. POTE), et dans l'angl. to pout, bouder. Ce radical bod est aussi dans le roumain bot, museau, botos, effronté, qui met son museau où il n'a que faire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bouder »

De l’onomatopée bod désignant quelque chose d’enflé comme l’est la lèvre du boudeur ou de la boudeuse [1].
Pour le lien sémantique avec lèvre → voir faire la lippe.
Au sujet de l’onomatopée bod → voir boudin, boudine et boursoufler
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Diez rapproche de ce mot l'ancien français boudine, bouton et nombril, le provençal moderne boud-enflá, boud-ouflá, boud-iflá, gonfler, boudougno, bosse ; à cette liste on peut ajouter boudufe, qui se dit dans l'Angoumois pour toupie, chose de forme ronde. Ces formes conduisent à un radical bod, qui est dans le piémontais fê'l bodou, avancer la lèvre inférieure, et dans le rouchi boder, gonfler. Ce radical a déjà été trouvé dans borne (bod-ne). S'il est latin, dit Diez, il existe dans bot-ulus, boudin. Il y a, dans l'anglais, bud, bourgeon ; mais, ce mot manquant à l'anglo-saxon, on ne sait s'il est propre à la langue anglaise ou emprunté.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bouder »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bouder bude

Évolution historique de l’usage du mot « bouder »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bouder »

  • L'idéal est une manière de bouder. De Paul Valéry
  • Luc Mansaré, le chargé de la communication du collectif des enseignants a rappelé le contexte. « Nous avons décidé d’écouter tous les enseignants avant de prendre toute disposition. En voyant les conditions de vie des enseignants des écoles privées, l’assemblée a décidé de bouder les classes tant que les fondateurs des écoles privées ne s’acquittent pas des mois de mars, pour ceux qui n’ont pas été encore payés, avril, mai et juin pour tout le collectif », a-t-il expliqué. Guinée Matin - Les Nouvelles de la Guinée profonde, Kindia: les enseignants des écoles privées menacent de bouder les salles le 29 juin - Guinée Matin - Les Nouvelles de la Guinée profondeGuinée Matin – Les Nouvelles de la Guinée profonde
  • Marseille : les collégiens vont-ils bouder la rentrée ? LaProvence.com, Santé | Marseille : les collégiens vont-ils bouder la rentrée ? | La Provence
  • A quelques jours du vote, l'abstention semble devoir rester massive: six Français sur dix concernés par le second tour pourraient encore bouder les urnes, selon plusieurs sondages. "On est toujours un peu dans cette injonction contradictoire de la part des pouvoirs publics qui est de dire, +ce n'est pas dangereux d'aller voter, mais il faudra mettre un masque+. LaProvence.com, France - Monde | Second tour des municipales dimanche malgré l'inquiétude persistante | La Provence
  • 06h52: Selon un sondage dévoilé par l'institut Odoxa, le second tour des municipales pourrait voir six électeurs sur dix bouder le scrutin. Un niveau comparable à celui du premier tour, résultat d'une campagne "au rabais", et fruit d'un second tour centré sur les grandes villes, où "l'électorat est traditionnellement plus difficile à mobiliser", a indiqué le président de l'institut Gaël Slimane. , EN DIRECT - Municipales : Vivez en direct, toute la journée sur jeanmarcmorandini.com, le second des élections minute par minute

Images d'illustration du mot « bouder »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bouder »

Langue Traduction
Anglais sulk
Espagnol hacer pucheros
Italien tenere il broncio
Allemand schmollen
Portugais amuar
Source : Google Translate API

Synonymes de « bouder »

Source : synonymes de bouder sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bouder »

Bouder

Retour au sommaire ➦

Partager