La langue française

Consanguinité

Sommaire

  • Définitions du mot consanguinité
  • Étymologie de « consanguinité »
  • Phonétique de « consanguinité »
  • Évolution historique de l’usage du mot « consanguinité »
  • Citations contenant le mot « consanguinité »
  • Traductions du mot « consanguinité »
  • Synonymes de « consanguinité »

Définitions du mot consanguinité

Trésor de la Langue Française informatisé

CONSANGUINITÉ, subst. fém.

A.− Relation entre les enfants d'un même père; relation de parenté entre descendants d'un ancêtre proche commun. Liens, rapports de consanguinité. Degré de consanguinité. Somme des générations en remontant à l'ancêtre commun.
Rem. 1. Huysmans (Là-bas, t. 2, 1891, p. 211) emploie la var. consanguinéité. 2. Consanguinité possède tous les emplois spéc. de consanguin.
P. ext. Toute parenté physique, par le sang. Des parentés d'âme, indépendantes de toute consanguinité (Bloy, Journal,1899, p. 354).
P. métaph. Affinité profonde. La consanguinité des esprits; consanguinité avec qqn :
Il y a entre les deux peuples connexion intime, consanguinité incontestable. Ils sortent des mêmes sources; ... Hugo, Le Rhin,1842, p. 452.
B.− P. méton., rare. Communauté des descendants d'un même ancêtre. Au sein de la consanguinité humaine (Teilhard de Chardin, Le Milieu divin,1955, p. 152).
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃sɑ ̃gɥinite] ou [kɔ ̃sɑ ̃ginite]. [-gi-] ds Barbeau-Rodhe 1930 et Passy 1914; cf. aussi ds Fér. 1768 et Gattel 1841. [-gyi-] ds Lar. Lang. fr., Pt Lar. 1968 et Pt Rob.; cf. aussi ds Fér. Crit. t. 1 1787, Land. 1834, Nod. 1844, Besch. 1845, Fél. 1851, Littré (qui note cependant que la prononc. [-gi-] serait préférable par souci d'harmonie avec consanguin) et DG. Pour les ouvrages cf. Kamm. 1964, p. 156 et Rouss.-Lacl. 1927, p. 155. [-gi-] ou [-gyi-] ds Warn. 1968; cf. aussi ds Fouché Prononc. 1959, p. 343. Pour cette hésitation cf. encore Buben 1935, § 186. Le mot est admis ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1277, 7 janv. (Ord. de Phil. III ds Gdf. Compl.). Empr. au lat. consanguinitas « lien du sang, de parenté » pris souvent au sens large de « communauté d'origine ». Fréq. abs. littér. : 24.

Wiktionnaire

Nom commun

consanguinité \kɔ̃.sɑ̃.ɡi.ni.te\ féminin

  1. Parenté du côté du père chez les Romains.
    • Degré de consanguinité.
  2. (Droit canon) En matière de mariage, toute parenté, soit du côté du père, soit de celui de la mère.
    • Les canonistes s’en prennent également aux mariages incestueux, auxquels ils donnent une définition très large : à partir du VIIIe siècle, l’interdiction du mariage entre consanguins s’étend jusqu’au septième degré de la computation germanique. Le concile de Latran IV (en 1215) ramène l’interdiction du mariage au quatrième degré, pour éviter les trop nombreuses répudiations faites jadis par les nobles sous prétexte de consanguinité.
  3. (Génétique) Proportion d’allèles identiques entre deux individus (personnes, animaux, plantes).
    • La pratique de l’élevage en consanguinité, c’est-à-dire la reproduction entre animaux apparentés, a presque toujours des effets défavorables. L’interdiction du mariage de personnes étroitement apparentées qui prévaut dans la plupart des sociétés humaines suggère que les effets de la consanguinité chez notre espèce sont connus depuis longtemps. — (Wiener Gerald, Rouvier Roger, Amélioration génétique animale, 280 p., page 177, 2009, Quae/ CTA/ Presses agronomiques de Gembloux, Agricultures en poche, présentation)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CONSANGUINITÉ. n. f.
Parenté du côté du père chez les Romains. Degré de consanguinité. Il se dit, en termes de Droit canon, et seulement en matière de mariage, de Toute sorte de parenté, soit du côté du père, soit de celui de la mère.

Littré (1872-1877)

CONSANGUINITÉ (kon-san-gui-ni-té ; ui prononcé comme dans huile, d'après l'Académie ; d'autres prononcent con-san-ghi-ni-té ; cette dernière prononciation est préférable puisqu'on dit kon-san-ghin) s. f.
  • Terme de droit. La parenté du côté du père. Les degrés de consanguinité.

    Dans l'élève des animaux domestiques, alliance que fait l'éleveur entre des individus provenant de mêmes parents, laquelle alliance est un puissant moyen pour fixer dans des sous-races certains caractères que l'on recherche.

    Terme de droit canon. Toute espèce de parenté soit du côté du père soit du côté de la mère ; ne se dit qu'en matière de mariage.

HISTORIQUE

XVIe s. Mesconoissance de consanguinité et parentage, oubliance d'amitié, Lanoue, 56.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CONSANGUINITÉ, s. f. (Jurisprud.) est la parenté & la liaison qui est entre plusieurs personnes sorties d’un même sang.

Chez les Romains le lien de consanguinité avoit lieu, suivant la loi des douze tables, entre tous les descendans d’un même pere, soit mâles ou femelles.

Dans la suite par la loi Voconia les femmes furent excluses des priviléges de l’agnation, & conséquemment de succéder avec les mâles, à moins qu’elles ne fussent dans le degré de consanguinité, c’est-à-dire excepté la sœur de celui qui étoit mort ab intestat. Justinien retablit les femmes dans les droits de l’agnation.

Mais le droit de consanguinité n’étoit pas précisément la même chose que le droit d’agnation en général, c’étoit seulement une des especes d’agnation ; car il y avoit deux sortes d’agnats ou parens du côté paternel, les uns naturels & les autres adoptifs, & pour pouvoir qualifier les agnats de consanguins, il falloit qu’ils fussent freres naturels & non adoptifs ; qu’ils fussent procréés d’un même pere, il importoit peu qu’ils fussent de la même mere ou non.

On ne connoît point parmi nous ces différences d’agnation ni de cognation, & l’on entend ordinairement par le terme de consanguinité, la parenté qui est entre ceux qui sont sortis d’un même sang.

Lorsque le terme de consanguinité est opposé à la qualité de freres & sœurs germains ou de freres & sœurs utérins, il s’entend de la parenté qui est entre freres & sœurs procréés d’un même pere mais non pas d’une même mere.

Le privilége du double lien, c’est-à-dire des freres & sœurs germains, dans les coûtumes où il a lieu, est plus fort que le droit de consanguinité proprement dite, au moyen de quoi dans ces coûtumes les freres & sœurs germains excluent les freres & sœurs consanguins.

Lorsqu’on parle des degrés de consanguinité, on entend ordinairement les degrés de parenté en général ; & comme le terme de consanguinité est présentement moins usité en ce sens que celui de parenté qui est plus générique, nous expliquerons au mot Parenté, la maniere d’en compter les degrés de consanguinité ou de parenté ce qui est la même chose. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « consanguinité »

Du latin consanguinitas (« parenté paternelle »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. consanguinitat ; espagn. consanguinidad ; ital. consanguinità ; du latin consanguinitatem (voy. CONSANGUIN).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « consanguinité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
consanguinité kɔ̃sɑ̃gɛ̃ite

Évolution historique de l’usage du mot « consanguinité »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « consanguinité »

  • Ce qui rapproche, ce n'est pas la communauté des opinions, c'est la consanguinité des esprits. De Marcel Proust / A la recherche du temps perdu
  • A qui se fiera-t-on désormais puisque l'envie et les autres passions sont si fortes qu'elles font violer les lois que la nature a empreintes dans la consanguinité ? De Jean-Pierre Camus / Les Occurrences remarquables
  • Si la loi autorise le mariage entre cousins germains, cette pratique est-elle risquée pour les enfants à venir ? On sait en effet que la consanguinité augmente le risque de malformations congénitales, de maladie génétique et de mortalité infantile. L-FRII, Consanguinité : est-ce dangereux d'épouser son cousin ? - L-FRII
  • La consanguinité est le fruit de la reproduction entre deux individus apparentés, c'est-à-dire partageant un ou plusieurs ancêtres communs. Plus le lien de parenté est proche, plus elle est élevée. En effet, chaque individu possède sur ses chromosomes un allèle de son père et un allèle de sa mère. Le coefficient de consanguinité (noté F) exprime la probabilité pour qu'un individu possède deux allèles identiques (homozygotie) par descendance. Pour deux cousins germains, F est par exemple de 1/16 (1/32 chances qu'un allèle soit issu d'un ancêtre commun + 1/32 chances que les deux allèles soient identiques) Futura, Définition | Consanguinité | Futura Santé
  • Il s'agit de loups blancs arctiques en provenance de Belgique. Objectif : mélanger la génétique entre les animaux et éviter la consanguinité.   France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur, Le parc Alpha à Saint-Martin-Vésubie dans les Alpes-Maritimes accueille trois nouveaux loups
  • J’ai commencé il y a 12 ans. Je n’aime pas écorner les veaux et cela ne leur fait pas du bien. En potassant le sujet, j’ai trouvé un article sur le gène « polled » (sans cornes) et un élevage aux États-Unis (Burket Falls Farm) qui utilisait ce type de taureaux depuis plus de 30 ans. Je me suis lancé en demandant des conseils aux entreprises de sélection françaises, mais elles étaient peu intéressées à l’époque. Il y avait quelques taureaux aux USA et en Allemagne, mais ils n’étaient pas top. J’ai donc commencé sans être trop exigeant sur leur potentiel génétique avec notamment le taureau allemand Lypoll Red-P. Puis l’offre s’est étoffée surtout aux USA. En France on a pris du retard, mais grâce à la sélection génomique c’est plus facile. Environ 70 % des femelles de mon troupeau (70 Holstein à 10 057 kg 42,2 de TB et 34 de TP dont 10 Red Holstein et 30 facteurs rouges) sont sans cornes. Le problème du sans cornes, c’est que le taureau Lawn Boy P Red (né en 2002) a été surutilisé dans le monde parce qu’il avait un profil qui intéressait beaucoup (très positif en TP et mamelle et négatif en TB). Quand on remonte dans les pedigrees, il est présent dans 90 % des cas. Alors, aujourd’hui, mon cheval de bataille c’est de gérer aussi la consanguinité quitte à utiliser des taureaux cornus. J’en ai trouvé un sans corne et au pedigree original chez Vicking Genetics (Builder-P, 185 d’ISU). J’ai une demande importante pour des taureaux sans cornes surtout s’ils sont rouges. Réussir lait, Êtes-vous prêt à utiliser des taureaux porteurs du gène sans cornes ? | Réussir lait
  • Si la consanguinité est connue pour ses conséquences génétiques néfastes, il n'est pas impossible qu'elle advienne de manière involontaire. Surtout dans les petites populations,  Science-et-vie.com, Des conjoints peuvent-ils être consanguins sans le savoir ? - Science & Vie
  • La mâchoire en avant, le nez pointant vers le bas : la dynastie des Habsbourg d'Espagne, qui a régné sur l'Espagne et le Portugal pendant 200 ans de 1506 à 1700, était connue pour ses traits récurrents d'une génération à l'autre… Et une forte consanguinité. Pour la première fois, une étude, publiée dans Annals of Human Biology, montre que ces deux particularités ont un lien de cause à effet. Sciences et Avenir, Les faciès des Habsbourg, modelés par la consanguinité - Sciences et Avenir
  • Le pire n’est pas dans cette apparente cécité, et rien ne permet de penser que le gouvernement n’ouvrira pas les yeux, et que les voix des acteurs ne finiront pas par être moins dissonantes qu’elles le sont aujourd’hui. Le pire, c’est la politique de distribution des crédits immobiliers, qu’on sait largement pilotée par les autorités de tutelle des banques. Elles évoluent dans un univers plus contraint qu’on l’imagine, naviguant entre les lignes fixées par la Banque de France et les consignes, pudiquement appelées recommandations, des autorités prudentielles, dont le Haut conseil pour la stabilité financière. On sait la consanguinité de ces institutions avec l’État, et singulièrement avec le ministère de l’Economie. Ainsi, Bruno le Maire préside la Haut conseil, par exemple, où siège François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, qu’il a maintes fois croisé dans leurs carrières respectives au sommet de l’État. Comment notre très efficace ministre de l’Economie, dont le pays a constaté le sang froid et la pertinence au cœur de la crise, qui en fait encore une analyse sans concession, peut-il valider des choix pour la distribution du crédit de nature à abîmer l’activité immobilière ? Capital.fr, Crédit immobilier : le gouvernement doit inciter les banques à desserrer la vis - Capital.fr
  • "La consanguinité qui existe dans certains corps de police aux États-Unis n’a pas lieu chez nous", affirme Christiane Taubira, louant le rôle de l'institution judiciaire. "En France, il y a une institution judiciaire compétente sur l’ensemble du territoire et des enquêtes systématiques sur ces cas", rappelle-t-elle. "Chez nous, des personnes meurent d’avoir rencontré des policiers, pas d’avoir rencontré la police".  Europe 1, Violences policières : pour Christiane Taubira, "chaque dérapage individuel tache l'institution toute entière"

Traductions du mot « consanguinité »

Langue Traduction
Anglais consanguinity
Espagnol consanguinidad
Italien consanguineità
Allemand blutsverwandtschaft
Chinois 血缘
Arabe القرابة
Portugais consanguinidade
Russe единокровность
Japonais 血族関係
Basque consanguinity
Corse consanguinità
Source : Google Translate API

Synonymes de « consanguinité »

Source : synonymes de consanguinité sur lebonsynonyme.fr
Partager