La langue française

Étymologie

Sommaire

  • Définitions du mot étymologie
  • Étymologie de « étymologie »
  • Phonétique de « étymologie »
  • Évolution historique de l’usage du mot « étymologie »
  • Citations contenant le mot « étymologie »
  • Traductions du mot « étymologie »
  • Synonymes de « étymologie »

Définitions du mot étymologie

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTYMOLOGIE, subst. fém.

A.− Science qui a pour objet la recherche de l'origine des mots en suivant leur évolution à partir de l'état le plus anciennement attesté. Être fort en étymologie latine :
On peut analyser un texte de bien des façons différentes, car il est tour à tour justiciable de la phonétique, de la sémantique, de la syntaxe, de la logique, de la rhétorique, de la philologie, sans omettre la métrique, la prosodie et l'étymologie... Valéry, Variété V,1944, p. 147.
B.− Rapport de filiation établi à propos d'un mot donné et expliquant sa constitution. Chercher l'étymologie d'un mot; une étymologie obscure. Il faut plus de science pour se garder d'une mauvaise étymologie que pour en trouver dix bonnes (A. Thomas, Nouv. Essais,1904, p. 9).
(Ce mot a) une étymologie germanique, latine, etc. Le rapport de filiation du mot part des langues germaniques, latines, etc.
Étymologie populaire. Rapport de filiation rattachant un mot à un ou plusieurs autres qui paraissent en fournir l'explication, par une analogie apparente de forme et de sens.
Prononc. et Orth. : [etimɔlɔ ʒi]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1175 « le livre d'Isidore de Séville intitulé Étymologiae » (Benoit, Chron. des Ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 500 et 904); 2. 1188 (Aimont de Varennes, Florimont, éd. A. Hilka, 9212). Empr. au lat. class. etymologia « étymologie », lui-même empr. au gr. ε ̓ τ υ μ ο λ ο γ ι ́ α « id. », composé de ε ́ τ υ μ ο ς « vrai » et de l'élément -λ ο γ ι α (cf. -logie), signifiant proprement « recherche du vrai ». Cf. pour les détails de l'évolution tant lat. que fr. P. Zumthor ds Mél. Wartburg 1958, pp. 873-893. Fréq. abs. littér. : 203. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 388, b) 317; xxes. : a) 162, b) 263.
DÉR. 1.
Étymologiste, subst. masc.Celui, celle qui se consacre à des recherches étymologiques. La puérilité des étymologistes (Vigny, Journal poète,1851, p. 1287).En emploi adj. Les paysans, peu étymologistes de leur nature (Nerval, Filles feu,Sylvie, 1854, p. 617). [etimɔlɔ ʒist]. Ds Ac. 1694-1932. 1reattest. 1578 (Vigenère, Tabl. de Philostrate ds Hug.); de étymologie, suff. -iste* (cf. ethimologiseur péj. 1572 ds Hug., dér. de étymologiser). Fréq. abs. littér. : 15.
2.
Étymologiser, verbe intrans.S'occuper de recherches étymologiques (attesté en partic. ds Littré et Lar. 19e-20e). Seule transcr. ds Littré : é-ti-mo-lo-ji-zé. 1reattest. 1551 (B. Aneau, Le Quintil Horatian ..., 183 ds Quem. DDL t. 5); empr. du lat. etymologizare (ca 1250 ds Latham); cf. antérieurement (xives.) l'anc. prov. ethimologizar (ds Rayn.) et ethimologier (chez Eustache Deschamps).
BBG. − Baldinger (K.). À propos de l'infl. de la lang. sur la pensée. R. Ling. rom. 1973, t. 37, pp. 242-244; L'Étymol., hier et auj. Cah. de l'Assoc. Internat. des Ét. Fr. 1959, no11, pp. 232-264. − Zumthor (P.). Fr. : étymologie. Mél. Wartburg (W. von) 1958, pp. 873-893.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTYMOLOGIE, subst. fém.

A.− Science qui a pour objet la recherche de l'origine des mots en suivant leur évolution à partir de l'état le plus anciennement attesté. Être fort en étymologie latine :
On peut analyser un texte de bien des façons différentes, car il est tour à tour justiciable de la phonétique, de la sémantique, de la syntaxe, de la logique, de la rhétorique, de la philologie, sans omettre la métrique, la prosodie et l'étymologie... Valéry, Variété V,1944, p. 147.
B.− Rapport de filiation établi à propos d'un mot donné et expliquant sa constitution. Chercher l'étymologie d'un mot; une étymologie obscure. Il faut plus de science pour se garder d'une mauvaise étymologie que pour en trouver dix bonnes (A. Thomas, Nouv. Essais,1904, p. 9).
(Ce mot a) une étymologie germanique, latine, etc. Le rapport de filiation du mot part des langues germaniques, latines, etc.
Étymologie populaire. Rapport de filiation rattachant un mot à un ou plusieurs autres qui paraissent en fournir l'explication, par une analogie apparente de forme et de sens.
Prononc. et Orth. : [etimɔlɔ ʒi]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1175 « le livre d'Isidore de Séville intitulé Étymologiae » (Benoit, Chron. des Ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 500 et 904); 2. 1188 (Aimont de Varennes, Florimont, éd. A. Hilka, 9212). Empr. au lat. class. etymologia « étymologie », lui-même empr. au gr. ε ̓ τ υ μ ο λ ο γ ι ́ α « id. », composé de ε ́ τ υ μ ο ς « vrai » et de l'élément -λ ο γ ι α (cf. -logie), signifiant proprement « recherche du vrai ». Cf. pour les détails de l'évolution tant lat. que fr. P. Zumthor ds Mél. Wartburg 1958, pp. 873-893. Fréq. abs. littér. : 203. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 388, b) 317; xxes. : a) 162, b) 263.
DÉR. 1.
Étymologiste, subst. masc.Celui, celle qui se consacre à des recherches étymologiques. La puérilité des étymologistes (Vigny, Journal poète,1851, p. 1287).En emploi adj. Les paysans, peu étymologistes de leur nature (Nerval, Filles feu,Sylvie, 1854, p. 617). [etimɔlɔ ʒist]. Ds Ac. 1694-1932. 1reattest. 1578 (Vigenère, Tabl. de Philostrate ds Hug.); de étymologie, suff. -iste* (cf. ethimologiseur péj. 1572 ds Hug., dér. de étymologiser). Fréq. abs. littér. : 15.
2.
Étymologiser, verbe intrans.S'occuper de recherches étymologiques (attesté en partic. ds Littré et Lar. 19e-20e). Seule transcr. ds Littré : é-ti-mo-lo-ji-zé. 1reattest. 1551 (B. Aneau, Le Quintil Horatian ..., 183 ds Quem. DDL t. 5); empr. du lat. etymologizare (ca 1250 ds Latham); cf. antérieurement (xives.) l'anc. prov. ethimologizar (ds Rayn.) et ethimologier (chez Eustache Deschamps).
BBG. − Baldinger (K.). À propos de l'infl. de la lang. sur la pensée. R. Ling. rom. 1973, t. 37, pp. 242-244; L'Étymol., hier et auj. Cah. de l'Assoc. Internat. des Ét. Fr. 1959, no11, pp. 232-264. − Zumthor (P.). Fr. : étymologie. Mél. Wartburg (W. von) 1958, pp. 873-893.

Wiktionnaire

Nom commun

étymologie \e.ti.mɔ.lɔ.ʒi\ féminin

  1. (Linguistique) Science qui étudie l’origine et l’histoire des mots et des locutions.
    • Là-dessus arrivèrent les savants, les grammairiens, les pédants, et particulièrement Robert Estienne, avec son dictionnaire de 1540. Robert Estienne était féru de latinité et d’étymologie. Il voulut calquer la langue française sur la latine. — (Émile Faguet, Simplification simple de l’orthographe, 1905)
  2. (Linguistique) Origine ou filiation d’un mot.
    • Robert Estienne […] voulut calquer la langue française sur la latine. Pour cause ou sous prétexte d’étymologie, il introduisit des lettres dans les mots. Les lexiques de son temps écrivaient fait, lait, point, hâtif, etc. Il écrivit faict (à cause de factum), poinct (à cause de punctum), laict (à cause de lac, lactis), hastif, je veux être roué si je sais pourquoi. — (Émile Faguet, Simplification simple de l’orthographe, 1905)
    • […], le Père Dimier attirait l’attention sur le nom de la commune de Bouconville-Vauclerc, sur le territoire de laquelle se trouve l’abbaye cistercienne de Vauclair. Il émettait le vœu de voir rectifier l’orthographe du nom de la commune conformément à l’étymologie du nom de l’abbaye : […]. — (Cîteaux, commentarii cistercienses, 1973, vol.24, page 73)
    • […] je n’ai été ivre mort qu’une dizaine de fois, piètre score pour un prétendu soûlographe. Entendez ce mot selon son étymologie première : homme qui écrit sur la soûlerie. — (Gérard Oberlé, Itinéraire spiritueux, chap.8, Grasset, 2006)
    • Pour l’anecdote, la plus ancienne étymologie latine du mot, satura, signifiait « macédoine de légumes ». Sans aucun rapport avec la choucroute, mais avec la farce, le mot a ensuite désigné une danse parodique, une pièce dramatique, puis à l’époque classique un poème servant à dénoncer les travers de la société. — (Tristan Savin, Dictionnaire des mots savants (employés à tort et à travers), L'Express, 2011, Bibliomnibus, 2014)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉTYMOLOGIE. n. f.
Origine d'un mot, sa dérivation par rapport à un ou plusieurs autres. Rechercher l'étymologie d'un mot, en donner l'étymologie. Véritable, fausse étymologie. Il se dit, par extension, de la Science des étymologies. S'occuper d'étymologie. Les règles de l'étymologie.

Littré (1872-1877)

ÉTYMOLOGIE (é-ti-mo-lo-jie) s. f.
  • 1Doctrine de la dérivation des mots par rapport à leurs racines, et de leur composition par rapport à leurs simples. Les règles de l'étymologie.
  • 2Dérivation d'un mot par rapport à un autre qui est dit la racine. Rechercher, donner l'étymologie d'un mot. Les étymologies servent à faire entendre la force des mots et à les retenir par la liaison qui se trouve entre le mot primitif et les mots dérivés ; de plus, elles donnent de la justesse dans le choix de l'expression, Du Marsais, Méth. de la lang. lat. Œuvres, t. I, p. 6.

HISTORIQUE

XIVe s. Si que des rossignos puet [peut] très bien estre dis Rossillon li chastiaus sans aucuns contredis ; Cil noms près s'entr'accordent : rossignoz, rossillons ; De telz ethymologes pas ne nous merveillons, Girart de Ross. v. 531. Lelonc celle montaigne est assise Poutieres ; Par ethymologie puet l'on dire Pautieres, Quar en yver y a trop grant foison de pautes, De palus et de boues…, ib. v. 547.

XVIe s. Consire ou grande consoulde… suivant l'etymologie de son nom, ceste herbe a vertu de consolider, De Serres, 610.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « étymologie »

Ἐτυμολογία, de ἔτυμος, véritable, et λόγος, diction.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1175) Attesté vers 1175 dans la traduction du titre latin Etymologiae, ouvrage d’Isidore de Séville, puis sous la forme ethimologie en ancien français (1170-1190). Le mot est un emprunt savant au latin classique etymologia emprunté par Varron[1] au grec ancien ἐτυμολογία, etumología, composé de ἔτυμος, étumos (« vrai ») et de λόγος, lógos (« parole »), littéralement « étude du vrai (sens d’un mot) ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « étymologie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
étymologie etimɔlɔʒi

Évolution historique de l’usage du mot « étymologie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « étymologie »

  • Faut voir ce que le mot famille signifie dans l'étymologie ! Ça vient du mot latin familia, et ça égale exactement ceci : ensemble des esclaves de la maison. De France Vézina / Osther, le chat criblé d'étoiles
  • Je regrette l'Y de l'ancienne orthographe du mot abîme. Car Y était du nombre de ces lettres qui ont un double avantage : indiquer l'étymologie et faire peindre la chose par le mot : ABYME. De Victor Hugo / Faits et croyances
  • Avant que ne soit bâtie la ferme en 1874 par Jean Dupond de la Marteloye (maire pendant deux mandats, négociant en vins et spiritueux et agriculteur), l’emplacement de la bâtisse a connu un passé quelque peu sanglant. Les archives le mentionnent pour la première fois dans les années 1100 comme faisant partie de l’un des plus anciens lieux-dits de Rebreuviette, celui de la Marteloye dont la superficie s’étendait depuis la ferme actuelle et jusqu’à Bouquemaison. Selon les historiens, son étymologie signifierait « place du martyre »... La Voix du Nord, Un lieu chargé d’histoire
  • L'étymologie du nom d'Irun est en rapport avec celui du nom basque de la ville de Pampelune (Iruña en basque) et celui de la municipalité alavaise homonyme d'Iruña de Oca. Les trois localités mentionnées, Irun en Guipuscoa, Pampelune en Navarre et Iruña de Oca à Alava ont curieusement été probablement les trois sièges urbains romains les plus importants dans la zone nord du Pays basque et de Navarre. Chaque ville possédait un nom latin différent : Easo, Pompaelo et Veleia, mais dans la langue locale possédaient une dénomination semblable. Cette dénomination proviendrait probablement du mot basque (h) iri (ville) et un second élément qui n'est pas clair du tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.), mais qui pourrait être on (bonne) : la bonne ville (quelques étymologistes parlent de la grande ville). Tandis que Pampelune conservera la conscience de son antiquité et la double tradition dans son nom, Irun sera réduit à un petit village (Un village est, à la campagne ou à la montagne, un ensemble d'habitations, de bâtiments à usages divers, de fermes... de proportion modérée (quelque dizaines...) sans conscience de ses origines romaines et Iruña-Veleia se transformera en une zone désertée. Techno-Science.net, 🔎 Irun - Définition et Explications
  • L'étymologie se plaît bien à cultiver le rebondissement et si nous rapprochons notre farniente à nous du mot fainéant qui veut dire exactement la même chose (fait et néant, « qui ne fait rien »), nous voici repartis pour un tour de piste. Parce que farniente et fainéantise ne sont pas synonymes ; disons mieux, ils auraient plutôt tendance à se repousser. Ce serait comme citer le bien et le mal, le bon et le mauvais, opposer la douce oisiveté de nos dictionnaires devenue désormais véritable art de vivre et incitation au bonheur, à un gros défaut antipathique et récurrent que l'on situe en bonne place des sept péchés capitaux. , Minute franco-italienne : La java du « farniente » | lepetitjournal.com
  • Une que l’on supporte un peu mieux est sa petite voix intérieure. Oh, elle n’est pas bruyante, mais parfois encombrante. Libre et sans tabou, elle nous crie dessus et nous alourdit de remords et de regrets. Mais surtout, elle nous guide. Les intuitifs écoutent cette voix leur chuchoter le chemin à prendre. Les plus attentifs répondent à cet appel qui leur souffle à l’oreille leur vocation. C’est ainsi qu’une vie peut se transformer en destin. Là où il y a une voix, il y a une voie. L’étymologie est bien facétieuse d’avoir lié voix et voie dans une parfaite homophonie. Ces mots n’ont pourtant pas la même racine latine : le premier découle de vox, le second de via. Mais les vicissitudes linguistiques ont taillé ces mots jusqu’à les confondre dans un même son. Comment n’y voir qu’un simple aléa ? Marianne, Le fou des mots : donner de la voix
  • Une précision s’impose quant à l’emploi, dans ce titre, du terme « imbécile ». Laissons le libre choix du sens. L’étymologie latine est imbecillus, « faible ». Et il peut s’agir d’une faiblesse du corps, de la voix ou de l’esprit. D’où le premier sens répertorié en français – et « vieilli » – de « faible, débile ». Le sens courant nous est plus familier : « qui est dépourvu d’intelligence, qui parle, qui agit sottement ». Quant à moi, j’utilise ici l’adjectif dans le premier sens. Rien n’empêche de préférer le second ni d’estimer que, parfois, l’un n’exclut pas l’autre. Le Soir Plus, «La pandémie du tweet imbécile» - Le Soir Plus
  • L'étymologie du nom « dodo » n'est pas claire. Il pourrait être originaire du néerlandais dodars ou dodoors, qui signifie « paresseux » et qui est également à l’origine de l’expression enfantine « faire dodo ». Il pourrait aussi provenir du néerlandais dodaars (« fesses nouées »), faisant référence à la forme de nœud que prennent les plumes de l'extrémité postérieure du dodo. La première apparition du terme dodaerse se trouve dans le journal de Willem van Westsanen, en date de 1602. Thomas Herbert a utilisé le mot dodo en 1627, mais il n'est pas certain que ce soit la première apparition du mot. Les Portugais avaient déjà visité l'île en 1507, mais dans les écrits que l'on possède actuellement, ils n'avaient pas fait mention de l'oiseau. Néanmoins, selon le dictionnaire Encarta et le Chambers Dictionary, « dodo » est un mot qui dérive du portugais doudo (actuellement doido), qui signifie fou, stupide. Cependant, le mot portugais actuel pour l'oiseau, dodô, est tiré du mot utilisé internationalement, dodo. Techno-Science.net, 🔎 Dronte de Maurice - Définition et Explications
  • Ce récit traditionnel m'a donné envie de me plonger cette semaine dans un étrange bestiaire, celui des noms d'animaux insolites. Car l'étymologie, dans ce domaine, est particulièrement inventive. La preuve.  LExpress.fr, Petite étymologie insolite des noms d'animaux - L'Express
  • Dois-je vraiment rappeler que le corbeau a passé de tous temps pour un oiseau de mauvais augure ? Quand César a voulu franchir le Rubicon, constatant que son armée hésitait devant ce sacrilège, il s’est entendu (il s’agit là d’une Histoire aussi reconstituée que les étymologies) avec un oiseleur pour qu’il lâche un aigle à droite des troupes — augure favorable. Si un corbeau avait eu le mauvais goût de planer à gauche, César pouvait aller se rhabiller chez les Grecs… Une mauvaise réputation qui a perduré. Lorsque Kessel et Druon écrivent le Chant des partisans en 1943, ils n’ont aucun complexe à commencer par « Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines »… Marianne, Le coronavirus démasqué par l’étymologie | Marianne

Traductions du mot « étymologie »

Langue Traduction
Anglais etymology
Espagnol etimología
Italien etimologia
Allemand etymologie
Chinois 词源
Arabe أصل الكلمة
Portugais etimologia
Russe этимология
Japonais 語源
Basque etimologia
Corse etimologia
Source : Google Translate API

Synonymes de « étymologie »

Source : synonymes de étymologie sur lebonsynonyme.fr
Partager