La langue française

Sonder

Sommaire

Définitions du mot sonder

Trésor de la Langue Française informatisé

SONDER, verbe trans.

I.
A. −
1. Reconnaître (la profondeur de l'eau, la nature du fond) à l'aide d'une sonde. Après avoir sondé de distance en distance les profondeurs du Gave, (...) je m'engageai de proche en proche dans un défilé d'un aspect singulier (Dusaulx,Voy. Barège, t. 1, 1796, p. 102).Chaque matin, on sondait avec un plomb la hauteur des eaux, de peur que la Marie ne se fût trop rapprochée de l'île d'Islande (Loti,Pêch. Isl., 1886, p. 184).Lancer la sonde dans une étendue d'eau pour en connaître la profondeur. Sonder un fossé, un gué. M. Thanaron ne put que sonder très incomplètement la passe du S[ud].O[uest]., à cause de la houle, et il y trouva que le moindre fond était de cinq brasses sur les coraux (Dumont d'Urville,Voy. Pôle Sud, t. 3, 1842, p. 174).
Absol. D'un seul coup d'aviron, il entra dans la petite anse. Il sonda. Le mouillage était excellent en effet (Hugo,Travaill. mer, 1866, p. 258).En partic. [Le suj. désigne une baleine] Plonger à la verticale. [La dernière expiration] avertit les pêcheurs que l'animal va plonger, « sonder » comme ils disent (Coupin,Animaux de nos pays, 1909, p. 49).
2. Explorer verticalement l'atmosphère, effectuer des mesures météorologiques à l'aide d'un ballon-sonde ou d'une radiosonde. (Dict. xxes.).
3. P. anal.
a) Chercher à déterminer la profondeur de quelque chose. De tout temps aussi, ceux qui voulaient sonder un précipice dans les montagnes, ou un gouffre souterrain, y lâchaient une pierre et estimaient la profondeur d'après le temps au bout duquel ils entendaient le bruit du choc final (Decaux,Mesure temps, 1959, p. 42).
P. métaph. Je sonde l'abîme de ma faute. Cette conscience qui se nourrit de son péché, c'est moi qui, devant Dieu, en suis comptable (Daniel-Rops,Mort, 1934, p. 371).
b) Chercher à découvrir, à voir quelque chose à travers (un espace, un milieu). Sonder les ténèbres, le ciel, la brume; sonder les angles d'une pièce. Depuis quelques instants déjà, il donnait des signes d'inquiétude, sondait anxieusement le noir autour de lui (Courteline,Train 8 h 47, 1888, p. 117).Dans ce foyer, on lisait, on réfléchissait, on poursuivait des confidences. Dans cet autre, peut-être, on cherchait à sonder l'espace, on s'usait en calculs sur la nébuleuse d'Andromède (Saint-Exup.,Terre hommes, 1939, p. 139).
En partic. Sonder du regard. Scruter. [Les feuillages] regardaient le jeune prince interroger chaque touffe d'herbe, sonder du regard les longues avenues (Zola,Contes Ninon, 1864, p. 21).Gomar, lui, suivait la rive et sondait la nuit du regard. Il ne discernait rien (Van Der Meersch,Empreinte dieu, 1936, p. 63).
B. −
1. Explorer un terrain en effectuant un prélève-ment pour déterminer sa nature, la profondeur d'un gisement, d'une nappe phréatique. Sonder à la barre à mine. La barre, qu'il ne peut utiliser que dans les galeries de hauteur moyenne, lui sert à sonder, au chantier le plus avancé, les poches d'eau et les sources (E. Schneider,Charbon, 1945, p. 165).
Au fig. Sonder le terrain. Tenter de savoir si un environnement social, culturel est propice au lancement d'un projet, d'une affaire; tenter de connaître si une personne est favorable à un projet. Synon. fam. tâter* le terrain.En deux mois de temps la duchesse ne lui répondit qu'une fois et ce fut pour l'engager à sonder le terrain auprès de la princesse, et à voir si, malgré l'insolence du feu d'artifice, on recevrait avec plaisir une lettre d'elle (Stendhal,Chartreuse, 1839, p. 385).
2.
a) Faire pénétrer un objet effilé dans une matière et/ou en prélever un échantillon pour en déterminer l'état, la qualité. Sonder un fromage, un jambon. Tête de veau (...). Trois heures de cuisson suffisent: d'ailleurs vous la sonderez avec une lardoire. Si les morceaux étaient trop fermes, vous la feriez cuire davantage (Viard,Cuisin. impérial, 1814, p. 102).Il hume l'ombre, il renifle l'odeur persistante de grappe, et de la pointe du couteau sonde la couche de tartre et en mesure l'épaisseur (Pesquidoux,Chez nous, 1923, p. 225).
b) Fouiller un lieu, un objet à l'aide de quelque chose de pointu. D'une toute autre nature sont les becs longs, minces, foibles et tendres par le bout, des oiseaux qui sondent la vase et les bords des eaux dormantes (Cuvier,Anat. comp., t. 3, 1805, p. 196).Ils regardèrent sous les meubles, dans les armoires, passèrent des piques sous le lit et sondèrent les matelas avec des baïonnettes (France,Étui nacre, Mmede Luzy, 1892, p. 275).
En partic. [Répression de la contrebande] Fouiller un colis, un ballot. On place à la porte (...) un corps de garde, une sorte d'octroi de l'idéal chargé de sonder les paquets et d'expulser toute marchandise frauduleuse qui tenterait de s'introduire dans le temple (Zola,Mes haines, 1866, p. 201).
[P. méton.] Fouiller un lieu, un véhicule. Il se présenta aux portes de la ville au moment où le gardien de l'octroi était occupé à sonder une voiture de roulier (Champfl.,Bourgeois Molinch., 1855, p. 3).
P. anal. Paul Astier aperçut (...) le break (...) pendant que, sur le perron, Moser éperdu, sondant ses poches, distribuait des pourboires à deux ou trois valets de pied (A. Daudet,Immortel, 1888, p. 254).
3. Examiner une paroi, un sol pour y découvrir une cache. Je me suis dit: on trouve toujours quelque chose dans une chambre où un prisonnier est resté quinze ans, et je me suis mis à sonder les murailles (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 716):
Après qu'une équipe policière eut examiné les planchers et sondé les murs du kommando dans l'espoir fallacieux de découvrir une issue secrète (ce qui nous plongeait dans un abîme de félicités), l'oberleutnant parcourut gravement les lieux... Ambrière,Gdes vac., 1946, p. 235.
II. − MÉD. Explorer un canal, une cavité naturelle ou accidentelle à l'aide d'une sonde. Le docteur sonde la plaie et nous donne tous les détails techniques que nous pouvions désirer (G. Leroux,Parfum, 1908, p. 140).Absol. Le major avait fait demander des chirurgiens, sans qu'on lui envoyât autre chose qu'un jeune médecin de la ville. Il ne pouvait suffire, il sondait, taillait, sciait, recousait (Zola,Débâcle, 1892, p. 352).
P. méton. Sonder qqn. Faire uriner quelqu'un à l'aide d'une sonde. Les suppurations des voies urinaires apparaissant chez les calculeux (...) qui n'ont pas encore été sondés (Widal, Lemierre dsNouv. Traité Méd.fasc. 31927, p. 259).Il souffrait. Il fallait le sonder plusieurs fois par jour (Guéhenno,Jean-Jacques, 1948, p. 310).
III. − Dans le domaine des affects, des idées
A. −
1. Chercher à découvrir la raison profonde, le mystère de quelque chose. La rigueur de cette analogie n'a point échappé à Kant, c'est-à-dire au philosophe qui a sondé avec le plus de profondeur la question de la légitimité de nos jugements (Cournot,Fond. connaiss., 1851, p. 6).La technique du sceau à travers les âges a justifié de longs traités où d'éminents diplomatistes ont sondé tous les aspects qu'elle peut prendre et les données qui précèdent ne peuvent en donner qu'une faible idée (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 408).
2. Chercher à pénétrer les sentiments, les pensées de quelqu'un, à évaluer ses qualités. Sonder le cœur de qqn ; sonder les consciences, les fautes; sonder la franchise, le zèle de qqn. Chacun avait eu le temps de faire ses réflexions, de mesurer l'étendue de ses obligations et de sonder son courage (Balzac,C. Birotteau, 1837, p. 355).Il racontait comme on se confesse, fouillant, sondant sa mémoire, et se sentant blêmir lorsqu'il tombait sur un point où ses souvenirs s'étaient embrouillés (Van der Meersch,Invas. 14, 1935, p. 434).
Sonder les cœurs et les reins. V. cœur II B 2 a.
3. Empl. pronom. réfl. (dir. et indir.). Chercher à se connaître soi-même. Si je me sondais bien, peut-être ne découvrirais-je à cela pas autre chose que de l'habitude (Flaub.,Corresp., 1847, p. 51).Une fois de plus, il se sondait l'âme et essayait de mettre un peu d'ordre dans ses pensées (Huysmans,Cathédr., 1898, p. 220).
Empl. pronom. réciproque. Leurs yeux se rencontrèrent, avec un de ces longs regards dont ils se sondaient prudemment, avant de se risquer (Zola,Nana, 1880, p. 1249).
B. − Chercher à connaître les intentions, l'état d'esprit de quelqu'un. Les moines répandirent [ce distique] il y a quelques années dans les Pays-Bas, pour sonder les dispositions du peuple (Le Moniteur, t. 2, 1789, p. 339).La nécessité d'expliquer aux chalands ce qu'ils veulent, de sonder leurs désirs, de leur donner envie de ce qu'ils ne veulent pas, délie la langue du détaillant (Balzac,Pierrette, 1840, p. 22).
P. méton. Sonder qqn. Connaissez-vous quelqu'un qui connaisse M. Henry Descamps? Auriez-vous moyen de le faire sonder pour savoir le vrai? (Hugo,Corresp., 1856, p. 252).La princesse de Parme se rappela qu'elle voulait inviter à l'Opéra Mmed'Heudicourt, et désirant savoir si cela ne serait pas désagréable à Mmede Guermantes, elle chercha à la sonder (Proust,Guermantes 1, 1920, p. 483).
En partic. Sonder l'opinion. Chercher à connaître les positions, les intentions d'une personne; enquêter empiriquement sur les positions et les intentions d'un groupe social ou politique. Il paraît que les ministres ont renoncé à ce projet, après avoir sondé l'opinion des électeurs, qui ne leur est rien moins que favorable (Lamennais,Lettres Cottu, 1827, p. 190).Cette disposition a été interprétée afin de donner plus de pertinence aux discussions ayant un caractère urgent et pour permettre de sonder dans l'intervalle l'opinion des ministres (Pt manuel Cons. Europe, 1951, p. 27).
C. − STAT. Effectuer un sondage d'opinion, mener une enquête par sondage. Sonder un groupe; sonder la clientèle d'un magasin (GDEL).
REM.
Sondé, -ée, adj. et subst.(Personne) interrogée lors d'un sondage (v. ce mot C 2). Un autre critère permettant aux organismes de sondage d'asseoir leur crédit tient à la bonne qualité des questionnaires soumis aux personnes sondées (Le Monde aujourd'hui, 16-17 févr. 1986, p. V, col. 3).Ce dernier type d'enquête a tendance à « déresponsabiliser » les sondés, qui peuvent répondre n'importe quoi (Le Monde aujourd'hui, 16-17 févr. 1986, p. V, col. 3).
Prononc. et Orth.: [sɔ ̃de], (il) sonde [sɔ ̃:d]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1382 « mesurer la profondeur de l'eau au moyen d'une sonde`` (Le Compte du Clos des galées de Rouen, éd. Ch. Bréard, p. 51), attest. isolée; av. août 1477 (Jean Molinet, Le Naufrage de la Pucelle ds Faictz et dictz, éd. N. Dupire, t. 1, p. 87); 2. 1556 « chercher à connaître la nature de quelque chose, notamment en frappant dessus » (Saliat, Herod., IV, f o117 r o, éd. 1556 ds Gdf. Compl.); 3. 1690 « enfoncer une sonde dans quelque chose (un terrain, des aliments...) pour en examiner la nature ou la qualité » (Fur.); 4. 1690 « enfoncer une sonde dans quelque chose pour vérifier s'il n'y a rien de caché » (ibid.). B. 1. 1549 « examiner par l'esprit afin de connaître » (Du Bellay, Deffence et Illustration de la lang. fr., éd. H. Chamard, p. 107); 2. 1552 « examiner (ici, le cœur, l'âme) pour connaître les secrets de, les sentiments » (Ronsard, Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 4, p. 24, vers 1); 1669 sonder les cœurs et les reins (Bible Amsterdam, Elzévier, Ps. VII, vol. I, f o285 v o, verset 10); 1557 « pénétrer l'esprit de (une personne), examiner les pensées, les opinions de » (O. de Magny, Souspirs, éd. Courbet, 98 ds IGLF); 3. 1553 sonder le gué au fig. (Id., Les Amours, 80, ibid.); 1704 sonder le terrain au fig. (Regnard, Folies amoureuses, I, 5); 4. 1556 « éprouver, mesurer » (Ronsard, op. cit., t. 8, p. 294, vers 11). C. 1552 « s'enfoncer dans, plonger dans » (Id., ibid., t. 3, p. 206, vers 406); 1909 absol. « plonger à la verticale » (en parlant d'une baleine) (Coupin, loc. cit.). D. 1563 méd. « explorer ou désobstruer une cavité du corps au moyen d'une sonde » (Ronsard, op. cit., t. 11, p. 127, vers 196). E. 1708 « fouiller pour prendre quelque chose » (Regnard, Légataire universel, 347 ds IGLF). F. 1958 fraction sondée « fraction (de population) interrogée pour un sondage d'opinion » (Romeuf t. 2, p. 1044). Soit dér. de sonde*, soit issu d'un lat. subundare « plonger » att. vers le ixes. dans les gl. tironiennes (Diez, 299; REW3, 8406; EWFS2; v. FEW t. 17, p. 271b), mais cette hyp. a été contestée à cause de l'absence d'attest. d'une forme d'a. fr. soönder attendue (L. Spitzer ds Z. rom. Philol. t. 43, p. 596) et du peu de probabilité qu'un terme de mar. qui s'est répandu dans l'aire méditerranéenne à partir du fr. (à l'orig. de l'esp., cat. et port. sonda) soit d'orig. lat. et non nord. (FEW loc. cit., Cor.-Pasc.). Fréq. abs. littér.: 848. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 872, b) 1 571; xxes.: a) 825, b) 667. Bbg. Quem. DDL t. 27.

Trésor de la Langue Française informatisé

SONDER, verbe trans.

I.
A. −
1. Reconnaître (la profondeur de l'eau, la nature du fond) à l'aide d'une sonde. Après avoir sondé de distance en distance les profondeurs du Gave, (...) je m'engageai de proche en proche dans un défilé d'un aspect singulier (Dusaulx,Voy. Barège, t. 1, 1796, p. 102).Chaque matin, on sondait avec un plomb la hauteur des eaux, de peur que la Marie ne se fût trop rapprochée de l'île d'Islande (Loti,Pêch. Isl., 1886, p. 184).Lancer la sonde dans une étendue d'eau pour en connaître la profondeur. Sonder un fossé, un gué. M. Thanaron ne put que sonder très incomplètement la passe du S[ud].O[uest]., à cause de la houle, et il y trouva que le moindre fond était de cinq brasses sur les coraux (Dumont d'Urville,Voy. Pôle Sud, t. 3, 1842, p. 174).
Absol. D'un seul coup d'aviron, il entra dans la petite anse. Il sonda. Le mouillage était excellent en effet (Hugo,Travaill. mer, 1866, p. 258).En partic. [Le suj. désigne une baleine] Plonger à la verticale. [La dernière expiration] avertit les pêcheurs que l'animal va plonger, « sonder » comme ils disent (Coupin,Animaux de nos pays, 1909, p. 49).
2. Explorer verticalement l'atmosphère, effectuer des mesures météorologiques à l'aide d'un ballon-sonde ou d'une radiosonde. (Dict. xxes.).
3. P. anal.
a) Chercher à déterminer la profondeur de quelque chose. De tout temps aussi, ceux qui voulaient sonder un précipice dans les montagnes, ou un gouffre souterrain, y lâchaient une pierre et estimaient la profondeur d'après le temps au bout duquel ils entendaient le bruit du choc final (Decaux,Mesure temps, 1959, p. 42).
P. métaph. Je sonde l'abîme de ma faute. Cette conscience qui se nourrit de son péché, c'est moi qui, devant Dieu, en suis comptable (Daniel-Rops,Mort, 1934, p. 371).
b) Chercher à découvrir, à voir quelque chose à travers (un espace, un milieu). Sonder les ténèbres, le ciel, la brume; sonder les angles d'une pièce. Depuis quelques instants déjà, il donnait des signes d'inquiétude, sondait anxieusement le noir autour de lui (Courteline,Train 8 h 47, 1888, p. 117).Dans ce foyer, on lisait, on réfléchissait, on poursuivait des confidences. Dans cet autre, peut-être, on cherchait à sonder l'espace, on s'usait en calculs sur la nébuleuse d'Andromède (Saint-Exup.,Terre hommes, 1939, p. 139).
En partic. Sonder du regard. Scruter. [Les feuillages] regardaient le jeune prince interroger chaque touffe d'herbe, sonder du regard les longues avenues (Zola,Contes Ninon, 1864, p. 21).Gomar, lui, suivait la rive et sondait la nuit du regard. Il ne discernait rien (Van Der Meersch,Empreinte dieu, 1936, p. 63).
B. −
1. Explorer un terrain en effectuant un prélève-ment pour déterminer sa nature, la profondeur d'un gisement, d'une nappe phréatique. Sonder à la barre à mine. La barre, qu'il ne peut utiliser que dans les galeries de hauteur moyenne, lui sert à sonder, au chantier le plus avancé, les poches d'eau et les sources (E. Schneider,Charbon, 1945, p. 165).
Au fig. Sonder le terrain. Tenter de savoir si un environnement social, culturel est propice au lancement d'un projet, d'une affaire; tenter de connaître si une personne est favorable à un projet. Synon. fam. tâter* le terrain.En deux mois de temps la duchesse ne lui répondit qu'une fois et ce fut pour l'engager à sonder le terrain auprès de la princesse, et à voir si, malgré l'insolence du feu d'artifice, on recevrait avec plaisir une lettre d'elle (Stendhal,Chartreuse, 1839, p. 385).
2.
a) Faire pénétrer un objet effilé dans une matière et/ou en prélever un échantillon pour en déterminer l'état, la qualité. Sonder un fromage, un jambon. Tête de veau (...). Trois heures de cuisson suffisent: d'ailleurs vous la sonderez avec une lardoire. Si les morceaux étaient trop fermes, vous la feriez cuire davantage (Viard,Cuisin. impérial, 1814, p. 102).Il hume l'ombre, il renifle l'odeur persistante de grappe, et de la pointe du couteau sonde la couche de tartre et en mesure l'épaisseur (Pesquidoux,Chez nous, 1923, p. 225).
b) Fouiller un lieu, un objet à l'aide de quelque chose de pointu. D'une toute autre nature sont les becs longs, minces, foibles et tendres par le bout, des oiseaux qui sondent la vase et les bords des eaux dormantes (Cuvier,Anat. comp., t. 3, 1805, p. 196).Ils regardèrent sous les meubles, dans les armoires, passèrent des piques sous le lit et sondèrent les matelas avec des baïonnettes (France,Étui nacre, Mmede Luzy, 1892, p. 275).
En partic. [Répression de la contrebande] Fouiller un colis, un ballot. On place à la porte (...) un corps de garde, une sorte d'octroi de l'idéal chargé de sonder les paquets et d'expulser toute marchandise frauduleuse qui tenterait de s'introduire dans le temple (Zola,Mes haines, 1866, p. 201).
[P. méton.] Fouiller un lieu, un véhicule. Il se présenta aux portes de la ville au moment où le gardien de l'octroi était occupé à sonder une voiture de roulier (Champfl.,Bourgeois Molinch., 1855, p. 3).
P. anal. Paul Astier aperçut (...) le break (...) pendant que, sur le perron, Moser éperdu, sondant ses poches, distribuait des pourboires à deux ou trois valets de pied (A. Daudet,Immortel, 1888, p. 254).
3. Examiner une paroi, un sol pour y découvrir une cache. Je me suis dit: on trouve toujours quelque chose dans une chambre où un prisonnier est resté quinze ans, et je me suis mis à sonder les murailles (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 716):
Après qu'une équipe policière eut examiné les planchers et sondé les murs du kommando dans l'espoir fallacieux de découvrir une issue secrète (ce qui nous plongeait dans un abîme de félicités), l'oberleutnant parcourut gravement les lieux... Ambrière,Gdes vac., 1946, p. 235.
II. − MÉD. Explorer un canal, une cavité naturelle ou accidentelle à l'aide d'une sonde. Le docteur sonde la plaie et nous donne tous les détails techniques que nous pouvions désirer (G. Leroux,Parfum, 1908, p. 140).Absol. Le major avait fait demander des chirurgiens, sans qu'on lui envoyât autre chose qu'un jeune médecin de la ville. Il ne pouvait suffire, il sondait, taillait, sciait, recousait (Zola,Débâcle, 1892, p. 352).
P. méton. Sonder qqn. Faire uriner quelqu'un à l'aide d'une sonde. Les suppurations des voies urinaires apparaissant chez les calculeux (...) qui n'ont pas encore été sondés (Widal, Lemierre dsNouv. Traité Méd.fasc. 31927, p. 259).Il souffrait. Il fallait le sonder plusieurs fois par jour (Guéhenno,Jean-Jacques, 1948, p. 310).
III. − Dans le domaine des affects, des idées
A. −
1. Chercher à découvrir la raison profonde, le mystère de quelque chose. La rigueur de cette analogie n'a point échappé à Kant, c'est-à-dire au philosophe qui a sondé avec le plus de profondeur la question de la légitimité de nos jugements (Cournot,Fond. connaiss., 1851, p. 6).La technique du sceau à travers les âges a justifié de longs traités où d'éminents diplomatistes ont sondé tous les aspects qu'elle peut prendre et les données qui précèdent ne peuvent en donner qu'une faible idée (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 408).
2. Chercher à pénétrer les sentiments, les pensées de quelqu'un, à évaluer ses qualités. Sonder le cœur de qqn ; sonder les consciences, les fautes; sonder la franchise, le zèle de qqn. Chacun avait eu le temps de faire ses réflexions, de mesurer l'étendue de ses obligations et de sonder son courage (Balzac,C. Birotteau, 1837, p. 355).Il racontait comme on se confesse, fouillant, sondant sa mémoire, et se sentant blêmir lorsqu'il tombait sur un point où ses souvenirs s'étaient embrouillés (Van der Meersch,Invas. 14, 1935, p. 434).
Sonder les cœurs et les reins. V. cœur II B 2 a.
3. Empl. pronom. réfl. (dir. et indir.). Chercher à se connaître soi-même. Si je me sondais bien, peut-être ne découvrirais-je à cela pas autre chose que de l'habitude (Flaub.,Corresp., 1847, p. 51).Une fois de plus, il se sondait l'âme et essayait de mettre un peu d'ordre dans ses pensées (Huysmans,Cathédr., 1898, p. 220).
Empl. pronom. réciproque. Leurs yeux se rencontrèrent, avec un de ces longs regards dont ils se sondaient prudemment, avant de se risquer (Zola,Nana, 1880, p. 1249).
B. − Chercher à connaître les intentions, l'état d'esprit de quelqu'un. Les moines répandirent [ce distique] il y a quelques années dans les Pays-Bas, pour sonder les dispositions du peuple (Le Moniteur, t. 2, 1789, p. 339).La nécessité d'expliquer aux chalands ce qu'ils veulent, de sonder leurs désirs, de leur donner envie de ce qu'ils ne veulent pas, délie la langue du détaillant (Balzac,Pierrette, 1840, p. 22).
P. méton. Sonder qqn. Connaissez-vous quelqu'un qui connaisse M. Henry Descamps? Auriez-vous moyen de le faire sonder pour savoir le vrai? (Hugo,Corresp., 1856, p. 252).La princesse de Parme se rappela qu'elle voulait inviter à l'Opéra Mmed'Heudicourt, et désirant savoir si cela ne serait pas désagréable à Mmede Guermantes, elle chercha à la sonder (Proust,Guermantes 1, 1920, p. 483).
En partic. Sonder l'opinion. Chercher à connaître les positions, les intentions d'une personne; enquêter empiriquement sur les positions et les intentions d'un groupe social ou politique. Il paraît que les ministres ont renoncé à ce projet, après avoir sondé l'opinion des électeurs, qui ne leur est rien moins que favorable (Lamennais,Lettres Cottu, 1827, p. 190).Cette disposition a été interprétée afin de donner plus de pertinence aux discussions ayant un caractère urgent et pour permettre de sonder dans l'intervalle l'opinion des ministres (Pt manuel Cons. Europe, 1951, p. 27).
C. − STAT. Effectuer un sondage d'opinion, mener une enquête par sondage. Sonder un groupe; sonder la clientèle d'un magasin (GDEL).
REM.
Sondé, -ée, adj. et subst.(Personne) interrogée lors d'un sondage (v. ce mot C 2). Un autre critère permettant aux organismes de sondage d'asseoir leur crédit tient à la bonne qualité des questionnaires soumis aux personnes sondées (Le Monde aujourd'hui, 16-17 févr. 1986, p. V, col. 3).Ce dernier type d'enquête a tendance à « déresponsabiliser » les sondés, qui peuvent répondre n'importe quoi (Le Monde aujourd'hui, 16-17 févr. 1986, p. V, col. 3).
Prononc. et Orth.: [sɔ ̃de], (il) sonde [sɔ ̃:d]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1382 « mesurer la profondeur de l'eau au moyen d'une sonde`` (Le Compte du Clos des galées de Rouen, éd. Ch. Bréard, p. 51), attest. isolée; av. août 1477 (Jean Molinet, Le Naufrage de la Pucelle ds Faictz et dictz, éd. N. Dupire, t. 1, p. 87); 2. 1556 « chercher à connaître la nature de quelque chose, notamment en frappant dessus » (Saliat, Herod., IV, f o117 r o, éd. 1556 ds Gdf. Compl.); 3. 1690 « enfoncer une sonde dans quelque chose (un terrain, des aliments...) pour en examiner la nature ou la qualité » (Fur.); 4. 1690 « enfoncer une sonde dans quelque chose pour vérifier s'il n'y a rien de caché » (ibid.). B. 1. 1549 « examiner par l'esprit afin de connaître » (Du Bellay, Deffence et Illustration de la lang. fr., éd. H. Chamard, p. 107); 2. 1552 « examiner (ici, le cœur, l'âme) pour connaître les secrets de, les sentiments » (Ronsard, Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 4, p. 24, vers 1); 1669 sonder les cœurs et les reins (Bible Amsterdam, Elzévier, Ps. VII, vol. I, f o285 v o, verset 10); 1557 « pénétrer l'esprit de (une personne), examiner les pensées, les opinions de » (O. de Magny, Souspirs, éd. Courbet, 98 ds IGLF); 3. 1553 sonder le gué au fig. (Id., Les Amours, 80, ibid.); 1704 sonder le terrain au fig. (Regnard, Folies amoureuses, I, 5); 4. 1556 « éprouver, mesurer » (Ronsard, op. cit., t. 8, p. 294, vers 11). C. 1552 « s'enfoncer dans, plonger dans » (Id., ibid., t. 3, p. 206, vers 406); 1909 absol. « plonger à la verticale » (en parlant d'une baleine) (Coupin, loc. cit.). D. 1563 méd. « explorer ou désobstruer une cavité du corps au moyen d'une sonde » (Ronsard, op. cit., t. 11, p. 127, vers 196). E. 1708 « fouiller pour prendre quelque chose » (Regnard, Légataire universel, 347 ds IGLF). F. 1958 fraction sondée « fraction (de population) interrogée pour un sondage d'opinion » (Romeuf t. 2, p. 1044). Soit dér. de sonde*, soit issu d'un lat. subundare « plonger » att. vers le ixes. dans les gl. tironiennes (Diez, 299; REW3, 8406; EWFS2; v. FEW t. 17, p. 271b), mais cette hyp. a été contestée à cause de l'absence d'attest. d'une forme d'a. fr. soönder attendue (L. Spitzer ds Z. rom. Philol. t. 43, p. 596) et du peu de probabilité qu'un terme de mar. qui s'est répandu dans l'aire méditerranéenne à partir du fr. (à l'orig. de l'esp., cat. et port. sonda) soit d'orig. lat. et non nord. (FEW loc. cit., Cor.-Pasc.). Fréq. abs. littér.: 848. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 872, b) 1 571; xxes.: a) 825, b) 667. Bbg. Quem. DDL t. 27.

Wiktionnaire

Verbe

sonder \sɔ̃.de\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Reconnaître, par des instruments idoines, la profondeur de la mer, d’une rivière, la nature du fond, etc.
    • Ayant franchi quelques glaces serrées, nous gagnâmes un chenal d'eau libre le long de terre où nous draguâmes, sondâmes et recueillîmes des températures et échantillons d'eau de mer. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Sonder l’entrée d’un fleuve, un gué.
    • Sonder une rivière pour trouver un passage.
  2. Enfoncer, introduire dans certaines choses un instrument fait exprès, pour en connaître la nature ou la qualité.
    • Sonder un terrain, une poutre.
    • Il s’approchait du canapé et, méthodiquement, sans se hâter, avec une habileté parfaite, il entreprenait de sonder le capitonnage du meuble. — (Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas, La Guêpe rouge, 1912, Éditions Robert Laffont, Bouquins, tome 5, page 673)
  3. (Figuré) Tâcher de connaître s’il n’y a pas de danger dans une affaire et de savoir comment il faudra s’y prendre pour réussir.
    • Sonder le terrain,
  4. (Chirurgie) Explorer une plaie ou une cavité du corps à l’aide d’une sonde.
    • […] Marguerite, d’une aiguille d’or à la pointe arrondie, sondait les plaies avec toute la délicatesse et l’habileté que maître Ambroise Paré eût pu déployer en pareille circonstance. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre X)
  5. (Figuré) Chercher à connaître.
    • Sonder les dispositions, les intentions de quelqu’un.
  6. (Par extension) Chercher à connaître les pensées, les volontés de quelqu’un.
    • Je l’ai sondé à ce sujet.

intransitif

  1. Plonger, en parlant de la baleine
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SONDER. v. tr.
Reconnaître par le moyen d'un plomb attaché au bout d'une corde, ou de quelque autre chose semblable, la profondeur de la mer, d'une rivière, la nature du fond, etc. Sonder l'entrée d'un fleuve. Sonder un gué. Sonder une rivière pour trouver un passage. Il signifie aussi Enfoncer, introduire dans certaines choses un instrument fait exprès, pour en connaître la nature ou la qualité. Sonder un terrain. On dit à peu près dans le même sens : Sonder une poutre. Fig., Sonder le terrain, Tâcher de connaître s'il n'y a point de danger dans une affaire et de savoir comment il faudra s'y prendre pour réussir.

SONDER, en termes de Chirurgie, signifie Explorer une plaie, une cavité du corps à l'aide d'une sonde. Il souffrait de la vessie, il a dû se faire sonder.

SONDER signifie figurément Chercher à connaître. Sonder les dispositions, les intentions de quelqu'un. Sonder quelqu'un. Je l'ai sondé à ce sujet.

Littré (1872-1877)

SONDER (son-dé) v. a.
  • 1Reconnaître par le moyen d'un plomb attaché au bout d'une corde, la profondeur d'une eau dont on ne peut voir le fond. Sonder une rivière, le rivage, la côte. Il n'y avait point de passage difficile qu'il [Pierre le Grand] n'eût sondé lui-même, depuis le fond du golfe de Bothnie jusqu'à l'Océan, Voltaire, Charles XII, 7.

    Terme de marine. Sonder une pompe, s'assurer combien il existe d'eau à son pied dans la cale.

    Fig. Sonder le gué dans une affaire, tâcher de connaître s'il n'y a point de danger, et de quelle façon il faudra s'y prendre.

  • 2Reconnaître les diverses couches d'un terrain à l'aide de la sonde. Si les rois d'Égypte, au lieu d'avoir fait des pyramides et élevé d'aussi fastueux monuments, eussent fait la même dépense pour sonder la terre et y faire une profonde excavation, comme d'une lieue de profondeur…, Buffon, Hist. nat. Preuv. th. terre, Œuvr. t. II, p. 15.

    Fig. Sonder le terrain, examiner soigneusement une affaire avant de l'entreprendre ; regarder d'un œil pénétrant. Mon maître, qui m'attend au cabaret prochain, M'envoie ici devant pour sonder le terrain, Regnard, Fol. am. I, 5.

  • 3Introduire un instrument fait exprès dans certaines choses, pour en connaître la nature, la qualité. Sonder un fromage, un jambon. Sonder une charretée de foin pour savoir si elle ne renferme pas de contre-bande.

    On dit à peu près dans le même sens : sonder une poutre, un bâtiment, une pièce de monnaie.

    Terme de menuiserie. Sonder le bois, découvrir les planches sur le plat avec la demi-varlope, pour voir si elles sont d'une belle couleur.

    Frapper sur un objet pour juger de son état.

  • 4 Terme de chirurgie. Reconnaître l'état d'une plaie, en y introduisant une sonde. Le premier [médecin], ayant sondé ses plaies [d'un patient], les juge mortelles, Pascal, Prov. II.

    Introduire une sonde dans quelque cavité naturelle, pour en reconnaître l'état, ou pour en faire sortir un liquide accumulé.

    Particulièrement. Sonder un malade, introduire une sonde dans la vessie, soit pour reconnaître si le malade a la pierre, soit pour faire sortir l'urine retenue par quelque empêchement.

    Absolument. Ce chirurgien n'a pas la main rude, il sonde doucement.

  • 5 Fig. Porter comme une sonde en quelqu'un, essayer de découvrir quelles sont ses dispositions. Monsieur, laissez-moi faire, je m'en vais la sonder un peu, Molière, Am. méd. I, 3. Enfin, j'ai voulu vous parler pour m'aider à sonder mon père sur les sentiments où je suis, Molière, l'Av. I, 2. Ce n'est pas vivre avec eux [les hommes] que de les voir en public… il est question de les voir en particulier… de les tâter de tous côtés et de les sonder pour découvrir leurs maximes, Fénelon, Tél. XXIV. Ce prélat voulut voir M. Sauveur ; il le tourna sur plusieurs matières de physique, le sonda, et le connut bien, Fontenelle, Sauveur.

    Il se dit aussi des choses. Sondez ses sentiments, et réglez-vous sur eux, Corneille, Tite et Bérén. IV, 4. Dieu, qui sonde les cœurs, Bossuet, Sermons, Soumission, 3. Il [Valentinien] sonda les esprits des gens de guerre, Fléchier, Hist. de Théodose, I, 22. Publions les exemples de sa charité [de Mme d'Aiguillon], et n'en sondons pas les mystères, Fléchier, Mme d'Aiguillon. Entreprenez, si vous le voulez, de sonder le fond de cet abîme des jugements divins, Fénelon, t. III, p. 274. Misérable mortel, si je ne puis sonder ma propre intelligence, si je ne puis savoir ce qui m'anime, comment connaîtrai-je l'intelligence ineffable qui préside visiblement à la nature entière ? Voltaire, Phil. ignor. 17.

    Sonder un bois, chercher s'il ne renferme pas d'ennemis. Il [Napoléon] marchait lentement… faisant sonder devant lui les bois et les ravins, Ségur, Hist. de Nap. VIII, 4.

  • 6 V. n. S'enfoncer dans la mer, en parlant de la baleine. Dès qu'elle est harponnée, la baleine sonde avec une vitesse de quinze à dix-sept nœuds, J. Nougaret, Monit. univ. 20 août 1868, p. 1212, 4e col.
  • 7Se sonder, v. réfl. Pratiquer sur soi-même l'opération du cathétérisme, s'introduire une sonde dans la vessie. Ce malade a une rétention d'urine, il a appris à se sonder.
  • 8 Fig. Reconnaître quelles sont les dispositions où l'on est. Il faut… Se sonder, s'exercer, avant que s'employer, Régnier, Sat. I. Il faut s'instruire et se sonder soi-même, S'interroger…, Voltaire, Pauvre diable.

HISTORIQUE

XVIe s. Cinq ou six chirurgiens des plus experts de France firent toute diligence et devoir de profondir la playe [de Henri II blessé dans le tournois], et sondre l'endroict du cerveau où les esquilles du tronsson de la lance pouvoient avoir donné, Carloix, VII, 28. Themistocles voulant sonder quelle seroit l'opinion d'Aristides, Amyot, Arist. 24. Quand ils sonderent le guay, ils trouverent qu'il estoit impossible de la guayer [une rivière], Amyot, Pyrrhus, 3. Si c'est un subject que je n'entende point, à cela mesme je l'essaye [mon jugement], sondant le gué de bien loin, Montaigne, I, 375. Se veoir destailler en pieces, et arracher une balle d'entre les os, se souffrir recoudre, cauteriser et sonder…, Montaigne, I, 302.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SONDER, v. act. (Gramm.) c’est se servir de la sonde. Voyez les articles Sonde.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sonder »

Dérivé de sonde avec le suffixe -er, soit du latin subundare (« plonger »), mais absence de preuve d’un dérivé en ancien français[1].

Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Origine incertaine. Diez admet que, si sombrer est pour so-ombrar [sous ombre], sonder est pour so-ondar [sous onde], étymologie fortifiée peut-être par le sens du n° 6.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « sonder »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sonder sɔ̃de

Citations contenant le mot « sonder »

  • A force de sonder la vie des choses et la nature de leur relativité, tu arriveras à l'insoluble ; à force de contester la vie des choses et leur relativité, tu arriveras au néant ; en sanctifiant les choses, tu rencontreras le Dieu vivant. De Martin Buber / Je et tu
  • On peut tout sonder, sauf le silence d’un homme. De Proverbe serbo-croate
  • On ne peut mesurer la mer ; on ne peut sonder le coeur d'un homme. De Proverbe chinois
  • Tu peux sonder la profondeur d'un puits ; la profondeur de l'esprit est insondable. De Proverbe indien
  • La félicité suprême du penseur, c'est de sonder le sondable et de vénérer en paix l'insondable. De Johann Wolfgang von Goethe / Maximes et réflexions
  • Rien n'est plus propice qu'un voyage pour sonder tous les aspects merveilleux de l'imprévu. De Jean-Raymond Boudou / Une heure de ta vie
  • Il n'est jamais trop tard pour sonder l'inconnu, Il n'est jamais trop tard pour aller au-delà. De Gabriele D’Annunzio / Odes navales
  • Il ne faut pas sonder les âmes, il ne faut pas rechercher les causes et les effets, il ne faut pas chercher le sens, tout n'est que chaos. De Gao Xingjian / La Montagne de l'âme
  • Dans leurs expériences, Bohlen et ses collègues ont entrepris de mesurer la vitesse du son et l’atténuation du son dans un gaz Fermi ultra-froid 2-D, car cela leur permettrait à son tour de sonder ses propriétés d’excitation. Pour ce faire, ils se sont spécifiquement concentrés sur la propagation et l’amortissement des ondes sonores dans le gaz. Actualités Santé, Sonder les propriétés d'un gaz fermi 2-D - Actualités Santé
  • Les Européens ont conçu la tête chercheuse du robot qui sera en partie piloté depuis Toulouse, dans la Haute-Garonne. Il aura pour mission d’explorer ce qui fut le fond d’un grand lac, où la vie aurait pu se développer comme sur Terre, il y a 3,7 milliards d’années avant de disparaître. Le robot va sonder le sol et les échantillons seront collectés patiemment. C’est une première dans l’histoire. Franceinfo, Planète Mars : un premier aller-retour

Images d'illustration du mot « sonder »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sonder »

Langue Traduction
Anglais probe
Espagnol investigacion
Italien sonda
Allemand sonde
Chinois 探测
Arabe مسبار
Portugais sonda
Russe зонд
Japonais 調査
Basque zunda
Corse sonda
Source : Google Translate API

Synonymes de « sonder »

Source : synonymes de sonder sur lebonsynonyme.fr
Partager