La langue française

Semblant

Sommaire

  • Définitions du mot semblant
  • Étymologie de « semblant »
  • Phonétique de « semblant »
  • Citations contenant le mot « semblant »
  • Images d'illustration du mot « semblant »
  • Traductions du mot « semblant »
  • Synonymes de « semblant »

Définitions du mot semblant

Trésor de la Langue Française informatisé

SEMBLANT, subst. masc.

A. − Au sing. Apparence extérieure.
1. Rare. [Hors loc.] Observe-t-on que (...) le peintre a donné à cet espace si étonnamment suggéré, une forme exactement cubique qui s'emboîte dans le quadrilatère du cadre et le multiplie dans la profondeur? Ce volume imaginaire, si on le dépouille de son semblant, n'est plus qu'une rêverie rigoureuse de géomètre (Huyghe,Dialog. avec visible, 1955, p. 79).
2. Locutions
a) [Avec faire]
α) Faire beau semblant (vieilli). Se présenter sous une belle apparence. Quoique Gilles fasse bonne contenance et beau semblant, cependant il n'oublie jamais que la patte qu'il tient a de terribles griffes (Mérimée,Chron. règne Charles IX, 1829, p. 19).
β) Faire le semblant (+ compl.)(vieilli). Prendre l'apparence de, donner l'impression de.
[Suivi de de + subst. ou pron. de rappel]Je veux ménager les patriotes, et même tous ceux qui en font le semblant (Desmoulinsds Vx Cordelier, 1793-94, p. 229).Ce qu'on peut souhaiter, c'est un poète qui supplante et élimine le metteur en scène, qui reprenne en main tout le métier. Non pas un homme de métier (...) qui fasse le semblant du poète (Arts et litt., 1936, p. 64-5).
[Suivi de de + inf.]Les gens à côté d'elle, qui ne faisaient pas le semblant de la mépriser (E. de Goncourt,Élisa, 1877, p. 199).
[P. ell. du compl.] Antoine et Frédéric apprenaient leurs leçons ou faisaient le semblant (Aymé,Jument, 1933, p. 116).
γ) Faire semblant (+ compl.)(usuel). [Le suj. désigne gén. un animé] Donner l'impression de, feindre.
[Suivi de de + pron. indéf. ou pron. de rappel]L'horreur du militaire pour tout ce qui pense ou qui en fait semblant (Stendhal,Hist. peint. Ital., t. 2, 1817, p. 72).Notre temps si totalement journaliste ignore le sentir comme le raisonner, et, en général, se passe de toute profondeur. Il fait semblant de tout (Valéry,Lettres à qq.-uns, 1945, p. 61).
Ne faire semblant de rien (vieilli). Feindre d'être indifférent, de ne pas savoir ou de ne pas entendre quelque chose. Quand on devenait obscène et grossier, quand mon pauvre frère lui-même (...) devenait brutal et méchant, je me faisais sourde, et, dès que je le pouvais, je rentrais, sans faire semblant de rien, dans ma petite chambre (Sand,Hist. vie, t. 4, 1855, p. 52):
1. Denise, qui était dans le fond de la maison à donner le sein à sa petite, avait tout entendu aussi; elle ne fit semblant de rien, mais ça lui tourna son lait tellement que nous fûmes obligés de faire nourrir la petite par une de nos chèvres. Lamart.,Tailleur pierre, 1851, p. 39.
[Suivi de de + inf.]Je faisais semblant d'écrire, pour le tromper, car il m'épiait lui aussi (Maupass.,Contes et nouv., t. 2, Horla, 1886, p. 1120).Dis-moi que tu seras jalouse quand je ferai semblant d'aimer Elsa (Sagan,Bonjour tristesse, 1954, p. 108).[Le suj. désigne un inanimé] Des gens ont bu; l'endroit fait semblant d'être gai (Verlaine, Œuvres compl., t. 1, Sagesse, 1881, p. 217).
[P. ell. du compl.] Hélène a dormi ou fait semblant. Je ne sais pourquoi je me crus bêtement obligé de faire mine d'adorateur pendant ce temps (Delacroix,Journal, 1824, p. 81):
2. La Rhénanie réoccupée (...). On m'a demandé de dire quelque chose à la radio à propos de Minuit. Comme si à l'heure actuelle cela avait la moindre importance! Mais il faut continuer de « faire semblant »... Green,Journal, 1936, p. 54.
[Suivi de que + ind.]Lorsque Antoine trouve une pièce bien, ça le gêne qu'on soit trop de son avis. Il fait semblant que ça le gêne (Renard,Journal, 1905, p. 1005).Je la trouvai causant avec lui sur le « carré » de l'escalier de service, dont la porte était ouverte, procédé qui avait l'avantage de permettre, si l'un de nous arrivait, de faire semblant qu'on allait se quitter (Proust,Guermantes 1, 1920, p. 330).
b) Donner à qqn/qqc. le semblant de + subst.(rare, vieilli). Faire en sorte que quelqu'un ou quelque chose semble avoir telle ou telle caractéristique. À force de travail et d'émotion, il [Rousseau] a assoupli son organe et a su donner à ce style savant et difficile la mollesse et le semblant d'un premier jet (Sainte-Beuve,Caus. lundi, t. 3, 1850, p. 85).Ne pouvant parler, parfois elle ne pouvait résister à se donner le semblant de la parole, à construire avec des lèvres et une langue aphones des phrases qu'elle ne s'entendait pas, mais se sentait dire (E. de Goncourt,Élisa, 1877, p. 216).
c) Sous le semblant de + compl.(vieilli). Sous l'apparence ou le prétexte de
+ subst.[La cabaretière] augurait-elle bien de l'avenir d'un individu [désargenté], sous le semblant de l'amitié, elle lâchait le verre de consolation (Vidocq,Mém., t. 3, 1828-29, p. 180).[Les seigneurs qui avaient battu le duc de Valentinois] se laissèrent conduire, sous le semblant d'une hospitalité élégante, dans un palais que le duc habitait (Taine,Philos. art, t. 1, 1865, p. 179).
+ inf.Il était nécessaire que l'armée florentine s'avançât, aussi forte que possible, jusqu'aux bords de l'Arbia, sous le semblant de porter secours aux guelfes de Montalcino (France,Clio, 1900, p. 118).
B. − Au sing. ou au plur.
1. Gén. vieilli ou littér. [Avec ou sans compl.] Caractère extérieur apparent, manifestation apparente.
a) [Hors loc. subst.]
α) [Renvoie à des caractères physiques] La partie inférieure de son visage lui donnait tous les semblants de la jeunesse par la tranquillité des lignes et par la mollesse des contours (Balzac,Gambara, 1837, p. 50).Ce Xerxès vêtu de fumée Garde encor d'orgueilleux semblants Quand il est devant ses armées: Mais ses cheveux deviennent blancs (Rostand,Vol Marseill., 1918, p. 139).
β) [Renvoie à un comportement, à un fait] Comportement, état, fait qui n'est qu'apparent, feint. MmeDebée, qui ne voulait pas marier sa fille, malgré tous ses semblants (Restif de La Bret.,M. Nicolas, 1796, p. 219).Tout le monde donnait, tout le monde recevait, et, semblait-il, avec une équivalence parfaite. Ce semblant suffisait pour éloigner l'idée fâcheuse de vainqueurs et de vaincus ou de gagnants et d'évincés (Maurras,Kiel et Tanger, 1914, p. 96).
[Avec compl. subst. limitant le domaine de comportement] Les semblants de l'amour ne sont-ils pas devenus, pour presque tous, préférables à l'amour même? (Villiers de l'I.-A.,Contes cruels, 1883, p. 341).
Sous les/des semblants de + subst.[MmeKrüdner] va (...) laisser échapper son orgueil, son ivresse de sainte, sous les semblants de l'humilité (Sainte-Beuve,Portr. littér., t. 3, 1849, p. 306).Sous des semblants de réussite le garçon est un déveinard (A. Daudet,Immortel, 1888, p. 204).
γ) [Gén. avec compl. subst.] Ce qui constitue une imitation de quelque chose, ce qui a l'apparence de quelque chose.
[Objet] Ni la perception extérieure, ni les autres prises de connaissance ne sont des actions simples qui s'appliquent et se terminent à des objets différents d'elles-mêmes. Ce sont des simulacres, des fantômes ou semblants de ces objets (Taine,Intellig., t. 2, 1870, p. 14).Un jour, quelqu'un nomma Chlodomir Desneux à un romancier célèbre (...). Ce Mérovingien est une créature de Dulaurier (...) qui (...) l'instruisit à devenir le semblant de quelque chose (Bloy,Désesp., 1886, p. 272).
[Sans compl.] Est-ce que, par convenance pour votre femme, vous ne pourriez pas remplacer cela [le modèle] par un semblant, un cartonnage (A. Daudet,Femmes d'artistes, 1874, p. 169).
[Fait, état] Et dans cette glaçante bouffonnerie et dans toutes les autres, l'habit noir râpé, la toute récente livrée du clown anglais, apporte quelque chose de mortuairement funambulesque, un semblant macabre de la goguette d'agiles croquemorts (E. De Goncourt,Zemganno, 1879, p. 125).[Le christianisme] n'est qu'un semblant de la vie, une image grossière, une étrange combinaison d'infini déraisonnable et de vie assez malade (Péguy,Grippe II, 1900, p. 29).
Rare. [Avec de + inf.]La mauvaise humeur que lui causa ma demande de me présenter au prince détermina chez elle un silence, qu'elle eut la naïveté de croire un semblant de n'avoir pas entendu ce que j'avais dit (Proust,Sodome, 1922, p. 652).
δ) [Sans compl., avec art. déf., au sing. à valeur gén.] Tout ce qui a l'apparence d'une réalité sans l'être, l'artificiel, l'imitation. Vivre de sa plume, n'est-ce pas créer? créer aujourd'hui, demain, toujours... ou avoir l'air de créer; or, le semblant coûte aussi cher que le réel! (Balzac,Muse départ., 1844, p. 181).Mais les intellectuels français (...) vécurent cloîtrés à l'intérieur d'un ancien couvent (...). Un lieu idéal pour déployer des variations fabuleuses, rhétoriques ou incantatoires sur un thème où s'entendent les harmoniques du désarroi contemporain: le semblant (Le Nouvel Observateur, 9 févr. 1981, p. 72, col. 1).
b) Loc. subst. Caractéristique extérieure ou manifestation apparente généralement séduisante, mais trompeuse.
α) Beau semblant (vieilli). Prouver qu'avec de beaux semblants d'honnêteté, l'on pouvait rendre intéressant un vice qui n'est que trop séduisant par lui-même (Marmontel,Essai sur rom., 1799, p. 331).Le maréchal [de Matignon], coupant court aux beaux semblants [du baron de Vaillac], lui dit que s'il n'obéissait sur l'heure (...) il le ferait pendre haut et court à la vue du château même (Sainte-Beuve,Nouv. lundis, t. 6, 1863, p. 255).
β) Faux(-)semblant
[Sans compl.] L'incapacité des gens du monde à porter un jugement valable sur les choses de l'esprit et leur propension à s'attacher dans cet ordre à de faux-semblants (Proust,Fugit., 1922, p. 607):
3. Mais son vol n'est qu'un faux semblant: Sa sérénade n'est pas vraie. L'Espérance est un merle blanc Dont nous sommes la triste haie. Rollinat,Névroses, 1883, p. 41.
[Avec compl. subst.]
[désignant la pers. caractérisée par ce comportement] La poésie (...) rend au temps qui ronge ce qu'une hébétude vaniteuse lui arrache, dissipe les faux semblants d'un monde rangé (G. Bataille,Exp. int., 1943, p. 224).
[spécifiant le domaine ou désignant ce qui est imité] Ils savaient bien qu'ils tenaient l'Infidélité même dans leurs bras (...); elle ne les trompait pas par un faux semblant de constance; elle ne se condamnait pas à les suivre,lassée de leur tendresse ou de la sienne (Chateaubr.,Litt. angl., t. 2, 1836, p. 314).Le mal qu'est en elles [les choses illusoirement connues] le temps, qui les domine de haut, les brise, les nie, est l'inconnaissable même qui, à chaque succession d'instant, s'ouvre en elles, comme il s'ouvre en nous qui le vivrions si nous ne nous efforcions de le fuir en de faux semblants de connaissance (G. Bataille,Exp. int., 1943, p. 211).
[Objet] Ces deux mots ont pour effet magique de donner tout à coup à cette petite ville d'Islam un faux semblant de garnison française (Tharaud,Passant Éthiopie, 1936, p. 200).
2. Un semblant de + subst. sing. sans art./des semblants de + subst. plur. sans art.Quelque chose qui ressemble à (ce que désigne le compl.). Cette légère teinte de corruption répandue sur des sentiments parfaitement candides me donna comme un semblant d'effronterie (Fromentin,Dominique, 1863, p. 95).Sauvegarder, malgré tous les obstacles, avec ceux mêmes qui leur sont le plus proches, quelques pauvres semblants de rapports (Sarraute,Ère soupçon, 1956, p. 43).
[Plus rare à propos d'êtres ou d'objets] Du Tillet alla se mettre au jeu, où Claparon était déjà par son ordre: il avait pensé que, sous le garde-vue d'un flambeau de bouillotte, son semblant de banquier échapperait à tout examen (Balzac,C. Birotteau, 1837, p. 214).Tout juste issus de la nature si vigoureuse et si proche, ils n'étaient vêtus que d'un semblant de brève culotte kaki (Céline,Voyage, 1932, p. 189).
[Parfois] Un semblant de + subst. plur. sans art.Vous me supposiez un domicile conjecturable, un semblant de subsides intermittents (Bloy,Désesp., 1886, p. 12).Je savais, par des caresses nouvelles et plus aiguës, ranimer pour un instant ses membres brisés, leur redonner un semblant de forces (Mirbeau,Journal femme ch., 1900, p. 144).
Prononc. et Orth.: [sɑ ̃blɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Fin xes. « par beaucoup de signes, d'apparences, de preuves » (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 450); 2. ca 1100 « traits physiques » (Roland, éd. J. Bédier, 270); 1636 un semblant de « ce qui n'a que l'apparence de » (Monet); 3. ca 1145 faire semblant de « faire voir, laisser apparaître » (Wace, Conception Nostre Dame, éd. W. R. Ashford, 962); 1160-74 faire semblant de « feindre de » (Id., Rou, éd. A. J. Holden, II, 162); 4. 1471-77 sans faire semblan de riens « en prenant un air indifférent pour tromper » (Perceforest, éd. G. Roussineau, t. 3, 48/105). Part. prés. subst. de sembler*. Fréq. abs. littér.: 1 395. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 171, b) 1 873; xxes.: a) 2 219, b) 2 595. Bbg. Renson (J.). Les Dénom. du visage en fr. et ds les autres lang. rom. Paris, 1962, pp. 436-441.

Wiktionnaire

Nom commun

semblant \sɑ̃.blɑ̃\ masculin

  1. Apparence trompeuse.
    • C’est donc à l’acheteur […] à ne pas s’endormir sur la croyance d’une ophtalmie extérieure ou motivée par un semblant de lésion, car dans ce temps pourrait se dissiper la vraie fluxion. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • L'après-midi avait été consacré à l'anniversaire classique avec les amis du lycée, le gâteau et les glaces, un semblant de boum encadré par ma mère qui assurait le service et veillait à l'absence totale d'alcool et de cigarette. — (Daniel Nguyen, La Passe, BoD/Books on Demand, 2014)
    • Mais ces réformateurs, conduit par le sénateur démocrate Ron Wyden, élu de l’Oregon, se heurtèrent immédiatement à un barrage : une série de contre-manœuvres de défenseurs de la NSA au Sénat, visant à rédiger une législation projetant de fournir un banal semblant de réforme, alors qu’en réalité elle maintenait ou même accroissait les pouvoirs de l’Agence. — (Glenn Greenwald traduit par Johan-Frédérik Hel Guedj, Nulle part où se cacher, JC Lattès, 2014, ISBN 978-2-7096-4615-4)
  2. (Par extension) Insuffisance.
    • Il avait enfin trouvé un semblant de sommeil lorsqu'il fut réveillé et embarqué de force par un groupe d'hommes qui le cagoulèrent et lui lièrent les mains. — (Christophe Tabard, La Polka des mandibules: Recueil de nouvelles, Iggybook, 2015, chap. 5)
    • Je ne puis me contenter de ce qui n’est qu’un semblant de satisfaction.

Forme de verbe

semblant \sɑ̃.blɑ̃\

  1. Participe présent de sembler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SEMBLANT. n. m.
Apparence trompeuse. Faux semblant. Il m'a trahi sous un semblant d'amitié, sous un faux semblant d'amitié. Donner un semblant de satisfaction, Donner une satisfaction tout à fait insuffisante. Je ne puis me contenter de ce qui n'est qu'un semblant de satisfaction. Faire semblant, Feindre. Il ne dort pas : il fait semblant. Il fait semblant de dormir. Le renard fait quelquefois semblant d'être mort. Il fit semblant de s'en aller. Faites semblant que cela vous plaît. Fam., Ne faire semblant de rien, Prendre un air indifférent, avoir attention à ne rien dire, à ne rien faire qui puisse donner à connaître ce que l'on pense, le dessein qu'on a. Si vous voulez réussir dans cette affaire, ne faites semblant de rien. Observez ce qui se passe, sans faire semblant de rien.

Littré (1872-1877)

SEMBLANT (san-blan) s. m.
  • 1En parlant des personnes, apparence. Prendre le feint semblant d'un satyre sauvage, Régnier, Élég. IV. Si vous ne l'aimez pas, faites-en le semblant, Tristan, Marianne, II, 1. Souvent un visage moqueur N'a que le beau semblant d'une mine hypocrite, Corneille, Mélite, III, 2. Et sur lui [un cheval difficile], quoique aux yeux il montrât beau semblant, Petit-Jean de Gaveau ne montait qu'en tremblant, Molière, Fâch. II, 7. On devrait châtier sans pitié Ce commerce honteux de semblants d'amitié, Molière, Mis. I, 1. Pour faire semblant d'assurance, Je veux chanter un peu d'ici, Molière, Amph. I, 2. Je savais que, malgré tous les beaux semblants, il régnait contre moi dans tous les cœurs génevois une secrète jalousie qui n'attendait que l'occasion de s'assouvir, Rousseau, Conf. X. J'ignorais que Mme Dupin, qui ne m'en a jamais fait le moindre semblant, fût si bien instruite, Rousseau, ib. VIII. C'est lui [un démon] qui, le premier déguisant sa malice, D'un semblant de vertu sut habiller le vice, Delille, Parad. perdu, IV.

    Fig. Je ne les puis fermer [mes mains malades] qu'autant qu'il faut pour tenir une plume ; le dedans ne fait aucun semblant de vouloir se désenfler, Sévigné, 4 juin 1676.

  • 2Faire semblant, avoir l'air. Je vous avoue que je sens fort cette joie, sans en faire semblant, Sévigné, 491.

    Faire semblant de, avec un infinitif. J'aimais mieux faire semblant d'entrer dans son opinion, Guez de Balzac, Liv. VI, lett. 3. Il est bon quelquefois de ne point faire semblant d'entendre les choses qu'on n'entend que trop bien, Molière, Am. méd. I, 5. L'on ne peut presque faire semblant d'aimer que l'on ne soit bien près d'être amant… car il faut avoir l'esprit et les pensées de l'amour pour le semblant, Pascal, Pass. de l'amour. On fait semblant d'aimer le roi, et on n'aime que les richesses qu'il donne, Fénelon, Tél. II. Après cela paraîtront des Iroquois, en mangeant tout vif quelque prisonnier de guerre, qui fera semblant de ne s'en pas soucier, Fontenelle, Mond. 1er soir. On ne faisait semblant d'aimer Catilina [de Crébillon] que pour me faire enrager, Voltaire, Lett. d'Argental, 1 févr. 1762. Si je voulais, je ferais semblant de ne pas vous entendre ou de ne pas vous croire ; mais je ne fais jamais semblant, Marmontel, Cont. mor. Connaiss.

    Faire semblant que, avec l'indicatif. Profitons de la leçon, si nous pouvons, sans faire semblant qu'on parle à nous, Molière, Critique, 7. L'archevêque, dans cet embarras, crut devoir prendre le parti de ne point répondre à cette requête, et il fit semblant qu'il ne l'avait point reçue, Racine, Hist. de Port-Royal, 2e part.

  • 3Ne faire semblant de rien, feindre l'indifférence, l'ignorance, de manière à détourner l'attention. Mon grand-père ne fit aucun semblant de rien ; mais un moment après il demanda la permission de sortir, Saint-Simon, 50, 118. Elle va venir sans faire semblant de rien ; pour lors vous l'aborderez, vous, en faisant semblant de rien ; elle vous écoutera faisant semblant de rien ; voilà comme se font les mariages des Tuileries, Regnard, Attends-moi s. l'orme, 9. Si on siffle [la tragédie du Triumvirat que Voltaire donnait sous un nom supposé], mes anges [M. et Mme d'Argental] ne feront semblant de rien ; quoi qu'il arrive, c'est un amusement sûr pour eux, et c'est tout ce que je prétendais, Voltaire, Lett. d'Argental, 1er août 1763.
  • 4Faux semblant, apparence trompeuse. D'un faux semblant mon esprit abusé, Corneille, Cinna, III, 4. Et sous un faux semblant d'un peu d'humanité, Corneille, Perthar. V, 3. Tout cela n'était qu'un faux semblant, Bossuet, Var. 15.

HISTORIQUE

XIe s. Si voil [je veux] vedeir alques de sun semblant [de sa contenance], Ch. de Rol. XI.

XIIe s. Si com la fausse gent vaine Qui font semblant sans talent [passion], Couci, IV. El mont [monde] n'a [il n'y a], voir, si cruel traïson C'un bel semblant et corage felon, ib. IX. Grant pechié fait qui son honme veut prendre Par biau senblant monstrer, tant que bien tient, ib. XX. De leur seigneur aidier [ils] firent semblant mauvais, Sax. X. Car felenesse gent a mult à guverner, E pur ço li covient mult fier semblant mustrer, Th. le mart. 107. E ad fait bel semblant pur les suens esbaudir, ib. 47.

XIIIe s. Ce est Dieux qui fait semblant que il dorme, Psautier, f° 51. Sachiés que moult de mes gens me mostrent grant semblant d'amor, qui ne m'aiment mie, Villehardouin, LXXXVIII. Quant il le vit, s'aperçut bien Que Renart i entent engien, Mes il n'en fet semblant ne chiere, Ren. 2013. Lors s'est Dangier en piés dreciés ; Semblant fet d'estre correciés, la Rose, 3766. À tex manieres de gent [les méchants] doit [le bailli] monstrer semblant de cruauté et de felonie et de force de justice, Beaumanoir, I. 4.

XIVe s. Chando ne fit semblant du horion qu'il sent, Ains escrioit en haut : or avant, bonne gent, Guesclin. 19226.

XVe s. Mais ma bouche fait semblant Qu'elle rie, Quant maintes fois je sens mon cueur plourer, Orléans, Bal. 20.

XVIe s. Grippeminaud, faisant semblant n'entendre ce propos, s'adresse à Panurge, disant…, Rabelais, Pant. V, 13. Eux non seulement se taisans et faisans semblant de rien, mais…, Calvin, Instit. 919. Lors qu'il fera trop de chaud ou trop de froid, ou qu'il fera semblant de pleuvoir…, De Serres, 292. Romulus l'inhuma fort honorablement, mais au reste il ne monstra aucun semblant de vouloir venger sa mort, Amyot, Rom. 36. Neoptolemus, oultre plusieurs aultres honneurs et semblanz d'amitié qu'il feit à Pyrrhus, lui donna deux paires de bœufs à la bourer, Amyot, Pyrrhus, 9.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « semblant »

Sembler ; Berry, semblant, ressemblance, à mon semblant, à mon avis ; wallon, sônan ; provenç. semblant, semlant ; espagn. semblante ; ital. sembiante.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Participe présent substantivé de sembler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De sembler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « semblant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
semblant sɑ̃blɑ̃

Citations contenant le mot « semblant »

  • Les femmes ont un redoutable avantage sur nous : elles peuvent faire semblant - nous, pas. De Sacha Guitry / Elles et toi
  • Le paresseux est plus loyal que les autres hommes, il ne fait pas semblant de travailler. De Tristan Bernard / Portraits sans retouches
  • C'est en faisant semblant d'être écrivain qu'on le devient vraiment. De J.M.G. Le Clézio / Télérama - 13 décembre 2000
  • On ne peut pas faire semblant d’être courageux. De Napoléon Bonaparte
  • La vie, c'est faire semblant de ne pas être mort. De Jacques Dutronc
  • Nous ne parvenons à faire des réformes qu'en faisant semblant de faire la révolution. De Jacques Chaban-Delmas
  • Elles ont un redoutable avantage : elles peuvent faire semblant. Nous pas. De Sacha Guitry
  • La vie enseigne à faire semblant de n'être qu'un homme. De Paul Valéry
  • Faire semblant d'être hypocrite, c'est encore pire. De Pierre Legaré / Mots de tête persistants
  • Celui qui loue fait semblant de rendre, mais, en vérité, il veut qu’on lui donne ! De Friedrich Nietzsche / Ainsi parlait Zarathoustra
  • Les huîtres et les hommes font tous les deux semblant d'être durs à ouvrir. De Claude Péloquin / Mets Tes raquettes
  • Parfois, nous faisons semblant, c'est une façon comme une autre d'être vrai. De Geneviève Letarte / Soleil rauque
  • Comme l'ombre de mon aiguille, la vie passe ainsi, tout en semblant immobile. De Anonyme / Inscription latine gravée sur un cadran solaire
  • Le rire, c'est comme le désir : on ne peut pas faire semblant de bander. De Guy Bedos / Lui - 1997
  • A force de faire semblant d’être amoureux, on le devient pour de vrai. De Frédéric Beigbeder / Vacances dans le coma
  • https://www.capital.fr/lifestyle/dans-ce-pays-les-habitants-font-semblant-de-prendre-lavion-1374527 Capital.fr, Dans ce pays, les habitants font semblant de prendre l’avion - Capital.fr
  • PAULINE PARMENTIER. J'ai hâte de faire un semblant de compétition, sentir que ça repart… Ça fait quatre semaines qu'on s'entraîne et on a envie de faire des matchs pour que tout ça devienne un peu plus « réel ». Pour le moment, on ne se confronte pas et on ne connaît pas notre niveau (NDLR : Mladenovic, Cornet ou Ferro seront elles aussi présentes). C'était frustrant de voir qu'il y avait des choses pour les mecs depuis quelques semaines et pas pour nous. Enfin, même chez eux, il n'y en a pas beaucoup qui ont joué. Les exhibitions, c'est pour l'élite. leparisien.fr, Tennis : «Hâte de faire un semblant de compétition», savoure Pauline Parmentier - Le Parisien
  • Donc : moins de 5 000 personnes dans les tribunes du stade de France qui font ce qu’elles peuvent pour mettre un semblant d’ambiance. Deux équipes qui après quatre mois loin des terrains manquent de rythme et font ce qu’elles peuvent pour mettre un semblant d’intensité dans le jeu. Un spectacle languissant qui à 0-0 après 90 longues minutes et deux longues prolongations s’éternise avec des tirs au but qui font ce qu’ils peuvent pour offrir un semblant d’émotions sur le fil. Et tout ça pour qu’au final, Paris gagne (6 tirs au but à 5), comme presque toujours ces dernières années. La Croix, Pour le PSG, une 9e coupe de la Ligue et des doutes
  • Leur chimie est indéniable. Et leur candeur l’est encore plus. Devant l’objectif, ils s’expriment sans faux-semblant­­­. La preuve ? Ce court échange capté la première fois qu’on fait leur connaissance et qu’on leur demande de qualifier leur union. Le Journal de Québec, La téléréalité amoureuse élargit son spectre | JDQ

Images d'illustration du mot « semblant »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « semblant »

Langue Traduction
Anglais pretend
Espagnol fingir
Italien fare finta
Allemand so tun als ob
Chinois 假装
Arabe يتظاهر
Portugais fingir
Russe притворяться
Japonais ふり
Basque itxurak
Corse finge micca
Source : Google Translate API

Synonymes de « semblant »

Source : synonymes de semblant sur lebonsynonyme.fr
Partager