La langue française

Simulacre

Sommaire

  • Définitions du mot simulacre
  • Étymologie de « simulacre »
  • Phonétique de « simulacre »
  • Citations contenant le mot « simulacre »
  • Traductions du mot « simulacre »
  • Synonymes de « simulacre »

Définitions du mot « simulacre »

Trésor de la Langue Française informatisé

SIMULACRE, subst. masc.

A. −
1. Image ou représentation figurée d'une chose concrète. On avait dressé les panoplies gothiques (...) sur des simulacres de chevaux caparaçonnés (Hugo,Choses vues, 1885, p. 136).Il fut un temps que le simulacre d'un homme ou d'un animal, quoiqu'on l'eût vu sortir des mains de l'ouvrier, était considéré (...) à l'égal des vivants (Valéry,Variété III, 1936, p. 155).
2. En partic., vieilli ou littér., gén. au plur. Représentation d'une divinité, statue. Adorer, briser les simulacres. Garde toi (...) d'adorer de vaines idoles. Ne demande pas à des simulacres de marbre les paroles d'espérance (...) Il n'y a qu'un Dieu (France,Balth., Lacta acilia, 1889, p. 107).Il avait dénaturé les attributs des simulacres divins (...) il avait mis la figure de Périclès sur le bouclier d'Athéna (Barrès,Voy. Sparte, 1906, p. 69).
3. Vx ou poét. Apparition, fantôme, vision sans réalité. De vains simulacres. Les simulacres noirs flottant sous les ramées Des bois insidieux (Hugo,Légende, t. 4, 1877, p. 559).
B. − Apparence qui se donne pour une réalité.
1. Objet factice qui en imite un autre. Les serviettes étaient pliées sur les assiettes en forme d'oiseau et ces blancs simulacres me charmèrent comme si les colombes d'Aphrodite eussent déjà volé dans mes rêves (France,Vie fleur, 1922, p. 368).
2. Simulacre de.Action par laquelle on feint d'exécuter quelque chose. Simulacre de défense. Son père (...) citait le cas d'un simulacre d'exécution (Gide,Faux-monn., 1925, p. 1241).Le simulacre d'enfoncer une alliance... (Traduisez: « madame »). Trois ou quatre crochets de l'index droit... (Traduisez: « vous demande ») (H. Bazin,Vipère, 1948, p. 93).
Loc. verb. Faire le simulacre de. Faire semblant de, feindre d'exécuter quelque chose. Synon. simuler.Faire le simulacre de dormir, d'écrire. Ce qu'il y a de plus propre en moi, c'est justement cette loyauté dans le doute... C'est d'attacher une si grande importance à tout acte de foi, que je ne peux plus en faire le simulacre par complaisance (Martin du G.,J. Barois, 1913, p. 270).Il fit le simulacre d'enfoncer son chapeau (Pourrat,Gaspard, 1930, p. 237).
3. Ce qui est exécuté pour faire semblant, sans conviction. J'effectuais une fois de plus les deux ou trois menus simulacres professionnels qu'on attendait (Céline,Voyage, 1932, p. 345).
Loc. adv. En simulacre. Pour faire semblant, sans conviction. Ces fins lutteurs qui semblent lutter en simulacre parce qu'ils jugent la prise et ne l'essaient point témérairement (Alain,Propos, 1936, p. 498).
En partic. Fausse apparence, illusion. Synon. fantôme, faux-semblant.Un simulacre de gouvernement, de jugement, de paix, de pouvoir. Un simulacre de guerre imaginé par un chef gâteux qui ne peut plus se passer de son petit secteur (Vercel,Cap. Conan, 1934, p. 225).C'était cela, cette défense? Cette comédie grotesque et sinistre? (...) Il n'acceptait pas qu'un tel simulacre de justice ne fût pas une farce (Van der Meersch,Invas. 14, 1935, p. 94).
Prononc. et Orth.: [simylakʀ ̭]. Martinet-Walter 1973 [-akʀ], [-ɑ:ʀ]. Littré: ,,Au xviiesiècle l'a était long``. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1170 simulachre « statue, représentation » (Rois, éd. E. R. Curtius, III, XIV, 13, p. 152); mil. xiiies. simulacre (St Jacques le Majeur, 51 ds T.-L.); b) 1674 « apparition, fantôme, vision » (La Fontaine, Daphné, act. IV, sc. 2, 628 ds Œuvres, éd. H. Régnier, t. 7, p. 229); 2. a) 1552 « ce qui, ayant l'apparence d'une chose qu'il n'est pas, en tient lieu » sans santé ... la vie n'est que simulachre de mort (Rabelais, Quart Livre, Prologue, éd. R. Marichal, p. 15, ligne 79); b) 1660 « semblant, apparence, vaine représentation d'une chose » un vain simulacre de la pieté chrétienne (Boss., Panég. St André, 3 ds Littré); c) av. 1778 « action par laquelle on feint d'exécuter quelque chose » le simulacre d'un grand combat naval (Volt.[aire] ds Lar. 19e); d) 1834 « ce qui est exécuté sans conviction, pour faire semblant » (Sainte-Beuve, Volupté, t. 1, p. 37). Empr. au lat. class.simulacrum « représentation figurée de quelque chose » d'où « image, portrait, statue »; « fantôme, ombre »; « apparence », dér. de simulare, v. simuler. Fréq. abs. littér.: 267. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 294, b) 293; xxes.: a) 537, b) 404.

Wiktionnaire

Nom commun

simulacre \si.my.lakʁ\ masculin

  1. (Religion) (Surtout au pluriel) Image, statue, idole, représentation d’une divinité.
    • Les images sont les livres des idiots. (…) Tout ce que les hommes apprennent de Dieu par les images, est frivole, et même abusif. (…) Car ils [les prophètes] mettent tous simulacres à l’opposite de Dieu, comme choses contraires, et qui ne se peuvent nullement accorder. — (Calvin, Institution de la religion chrétienne, I, 11, 1535, éd. 1859, tome 1, p. 41)
    • Les simulacres des dieux.
    • Je ne suis pas la secte de Pythagore, que les hommes prennent une âme nouvelle quand ils approchent des simulacres des dieux pour recueillir leurs oracles. — (Montaigne, Essais, III, 2, Du repentir, 1595)
    • Adorer, vénérer un simulacre de la divinité; renverser, détruire les simulacres des anciens dieux.
  2. Apparence qu’on pourrait prendre pour une réalité : illusion, fantôme, spectre, ectoplasme, apparition.
    • De vains simulacres répandent la terreur dans le Nevada.
    • Lorsque tu vois bouillonner dans la plaine tes légions innombrables, qui offrent un simulacre de bataille ; lorsque tu vois la mer écumer sous tes flottes qui se développent et manœuvrent au sein des ondes, penses-tu que la superstition timide fuit épouvantée par cet appareil ; que les terreurs de la mort se dissipent, et te laissent à jamais la paix du cœur ? — (Lucrèce, De la nature, Livre II, trad. coll. Nisard, 1868)
  3. (Figuré) Apparence, représentation d’un objet. (Style relevé ou parodique) Représentation d’un objet noble ou prisé.
    • […], il fit une seconde halte pour lire ces mots : À la Belle-Étoile, écrits en légende sous une peinture qui représentait le simulacre le plus flatteur pour un voyageur affamé : c’était une volaille rôtissant au milieu d’un ciel noir, […]. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre IV)
    • Dans les derniers règnes des Mérovingiens, il n’y avait plus qu’un simulacre de puissance royale.
    • Après César, il n’y eut plus qu’un simulacre de république romaine.
  4. (Par extension) Action exécutée pour faire illusion, sans conviction; faux-semblant, comédie, chiqué.
    • J’effectuais une fois de plus les deux ou trois menus simulacres professionnels qu’on attendait. — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932)
    • La misère, quoi qu’on en pense, n’incite pas au crime : elle engendre tout au plus […] d’aigres et soudaines criailleries, aboutissant parfois à un simulacre de bagarre que l’ombre du premier flic venu suffit à réprimer. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Au passage de chaque animal, les femmes faisaient le simulacre de lui asséner des coups de couteau. — (Out-el-Kouloub, Nazira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
    • Un simulacre de duel : un duel pour la forme, symbolique, pour sauver la face.
    • Un simulacre d’exécution : une exécution capitale feinte, mise en scène ; une fausse exécution pour tromper l’opinion.
  5. (En particulier) (Du point de vue d’un contradicteur) Mauvaise imitation.
    • Un simulacre de vertu républicaine : des faux-semblants, une hypocrisie généralisée.
    • Un simulacre de justice : une justice expéditive, aux mains du pouvoir en place.
    • Un simulacre de démocratie : une mauvaise imitation, à laquelle plus personne ne croit.
    • Après ces lois liberticides, il n’y eut plus qu’un simulacre de république.
    • Le petit Conseil [de Genève] pourrait donc supprimer absolument les Conseils généraux (…) Il ne le fait pas toutefois, (…) Un simulacre de liberté fait endurer plus patiemment la servitude. — (Rousseau, Lettres écrites de la montagne, Lettre 7, 1764) [4]
    • Un simulacre de dévotion : dévotion feinte, tartufferie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SIMULACRE. n. m.
Image, statue, idole, représentation de fausses divinités. Il ne se dit guère qu'au pluriel. Les simulacres des dieux. Adorer des simulacres. Il signifie aussi Spectre, fantôme. En ce sens, il s'emploie ordinairement avec l'épithète de Vain. De vains simulacres. Il se dit figurément d'une Vaine représentation de quelque chose, d'une apparence. Dans les derniers règnes des Mérovingiens, il n'y avait qu'un simulacre de puissance royale. Après Jules César, il n'y eut plus qu'un vain simulacre de république. Il se dit également des Actions par lesquelles on feint d'exécuter une chose, on l'imite on la représente. Un simulacre de débarquement, de combat.

Littré (1872-1877)

SIMULACRE (si-mu-la-kr' ; au XVIIe siècle, l'a était long : simulâcre, d'après Chifflet, Gramm p. 183) s. m.
  • 1Image, représentation d'une divinité païenne. Je défendis qu'il y eût dans les temples aucun simulacre, parce que la divinité qui anime la nature ne peut être représentée, Voltaire, Dict. phil. Religion. Déjà est né le nouveau Cyrus qui brisera les derniers simulacres des esprits des ténèbres, et mettra le trône des Césars à l'ombre des saints tabernacles, Chateaubriand, Mart. III. Les Grecs n'eurent d'abord que des pierres ou des morceaux de bois pour simulacres de leurs dieux, Lévesque, Instit. scienc. mor. et pol. t. II, p. 42.
  • 2Spectre, fantôme ; en ce sens il se joint le plus ordinairement à l'épithète vain. De vains simulacres.
  • 3 Fig. Image, représentation. J'accorderai, si l'on veut, au divin Platon, au presque divin Malebranche (car Platon l'eût regardé comme son simulacre en philosophie)…, Buffon, Hist. anim. ch. V. Peuple entier [le peuple indien avec ses trois castes], qui présente à la divinité Le simulacre humain de sa triple unité, Delavigne, Paria, IV, 3.

    Plus particulièrement, vaine apparence, vaine image de quelque chose. Quoi ! tu te laisses aller au murmure, ô vertu contrefaite et déconcertée ?… va, tu n'étais qu'un vain simulacre de la piété chrétienne, Bossuet, Panég. St André, 3. C'est ainsi que les brigands mêmes, qui sont les ennemis de la vertu dans la grande société, en adorent le simulacre dans leurs cavernes, Rousseau, Économ. polit. Un simulacre de liberté fait endurer plus patiemment la servitude, Rousseau, Lett. de la Mont. 7.

  • 4Action de feindre l'exécution de quelque chose. Le simulacre d'un combat naval. Un simulacre de débarquement.

HISTORIQUE

XIIe s. Et tut fist depescier e esmier cel vilain simulacre ; kar ço ert [était] ydle [idole] de pecchié e de lecherie, Rois, p. 302.

XVIe s. Simulacres divins, flammes saintes et claires, Qui luisez dans le ciel…, Desportes, Cléonice, XXXII. Je ne suys pas la secte de Pythagoras, que les hommes prennent une ame nouvelle quand ils approchent des simulacres des dieux pour recueillir leurs oracles, Montaigne, III, 267.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SIMULACRE, (Gramm. & Hist. de l’idolat.) vieux mot consacré, qui signifie idole, image, représentation. Il en est si souvent parlé dans l’Ecriture-sainte, qu’il importe de rechercher la source de ce genre d’idolâtrie.

L’origine des simulacres vient de ce que les hommes se persuaderent que le soleil, la lune & les étoiles étoient la demeure d’autant d’intelligences qui animoient ces corps célestes, & en regloient tous les mouvemens. Comme les planetes étoient de tous ces corps célestes les plus proche de la terre, & celles qui avoient le plus d’influence sur elles, ils en firent le premier objet de leur culte. Telle a été l’origine de toute l’idolâtrie qui a eu cours dans le monde. On servit ces intelligences célestes par des tabernacles, des chapelles, des temples, ensuite par des images & des simulacres. C’est pourquoi lorsque les peuples firent leurs dévotions à quelqu’une d’elles, ils dirigeoient leur culte vers la planete dans laquelle ils supposoient qu’habitoit cette intelligence divine, objet de leurs adorations. Mais ces corps célestes se trouvant la plûpart du tems sous l’horison, ils ne savoient comment les invoquer dans leur absence.

Pour remédier à cet inconvénient, ils eurent recours aux statues dans lesquelles ils croyoient qu’après leur consécration, ces intelligences étoient aussi présentes par leurs influences, que dans les planetes ; & que toutes les prieres qu’on leur adressoit avoient autant d’efficacité devant l’une que devant l’autre.

Tel fut le commencement de l’adoration des simulacres. On leur donna le nom des planetes qu’ils représentoient, qui sont les mêmes qu’elles ont aujourd’hui : de-là vient que nous trouvons Saturne, Jupiter, Mars, Apollon, Mercure, Vénus & Diane placés au premier rang dans le polythéisme des anciens ; c’étoient-là leurs grands dieux. Ensuite l’opinion s’étant établie que les ames des gens de bien, après leur séparation du corps, alloient habiter d’autres planctes, on déifia plusieurs de ceux qu’on crut tels, & le nombre des dieux s’augmenta dans les tems idolâtres.

L’adoration des simulacres commença dans la Chaldée, se répandit dans tout l’orient, en Egypte, & chez les Grecs qui l’étendirent dans tout l’occident. Ceux qui suivoient ce culte dans les pays orientaux furent nommés Sabéens ; & la secte qui n’adoroit que Dieu par le feu, reçut le nom de Mages. Toute l’idolâtrie du monde se vit partagée entre ces deux sectes. Voyez Mages & Sabéens. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « simulacre »

(XIIe siècle) Provient du latin simulacrum, à rattacher au verbe simulo. [1] [2] [3]
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. simulacra, féminin ; catal. simulacre ; espagn. et ital. simulacro ; du lat. simulacrum, qui vient du radical simula, thème du dénominatif simulare (voy. SIMULER), avec le suffixe cro, de creare ; sanscr. kri, faire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « simulacre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
simulacre simylakr

Citations contenant le mot « simulacre »

  • Le pouvoir n'existe plus que comme un simulacre. De Jean Baudrillard / Oublier Foucault
  • La beauté n’est que simulacre, la jeunesse n’est qu’un leurre. De Marcel Gotlib / Ecrits fluides et rires glaciaux
  • Le théâtre est un art violemment polémique. Il ressemble à la guerre. La représentation est toujours le simulacre d'un conflit. De Antoine Vitez
  • L'âge n'est qu'un simulacre. Au plus profond de soi, il n'y a de vif et de vrai que son enfance et sa jeunesse. De Jacques Ferron / Le Saint-Elias
  • Qu'il y ait simulacre, imitation et fable, et que plusieurs prennent plaisir, non seulement à jouer, mais à regarder et à s'étonner : le théâtre se définit par là tout entier. De Michel Deutsch
  • Les applaudissements sont des simulacres et des gifles. La dernière punition de la soirée. De Yves Reynaud
  • Le code du théâtre est beaucoup moins riche que la variété des simulacres de la vie. De Philippe Minyana / Petit dictionnaire de théâtre
  • Je n'avais pas vécu, j'avais usé le temps par toutes sortes de simulacres. Ce n'était pas une vie, mais une salle des pas perdus. De Geneviève Dormann / La fanfaronne, 1975
  • «Je n’irai pas à un traquenard. Je ne participerai pas au spectacle d’une direction de parti qui entretiendrait un simulacre de procès politique. Je ne me prêterai pas à la mise en scène d’un élu du peuple convoqué pour se faire exclure de sa formation politique au milieu d’un parterre de journalistes. Je fais de la politique par passion, pas par masochisme.» , Pierre Maudet dénonce un «simulacre de procès politique» - Léman Bleu Télévision
  • Après ce moment de sidération et d'incompréhension, comprendre que ces nominations sont en fait savamment orchestrées afin de semer le trouble, voire la panique, voire la révolte. A mettre en avant plus Tartuffe que lui, plus obscène, plus incompétent, il masque ainsi son imposture et surtout sa main mise nuisible sur un fleuron en péril. Macron ou le simulacre de tout : le simulacre de la république, le simulacre du mariage, le simulacre par son absence de la paternité. Il n'est en fait rien de tangible et complètement libre, à la manière de ces parents dysfonctionnels qui affichent un masque social irréprochable, de façon sournoise et perverse, laissé libre de mettre un pays à feu et à sang afin de servir au mieux des intérêts financiers vils et juteux,tout comme un enfant peut être maltraité en toute impunité des années durant.  Club de Mediapart, De la logique de ce remaniement | Le Club de Mediapart
  • "La procédure en Arabie saoudite était tout sauf de la justice. C'était un simulacre de justice", a déclaré Mme Callamard, la rapporteure de l'ONU, à la presse. LaProvence.com, France - Monde | Assassinat de Khashoggi: 20 Saoudiens jugés par contumace en Turquie | La Provence
  • Mais plus profondément, la vraie distinction platonicienne se déplace et change de nature : elle n’est pas entre le modèle et la copie, mais entre deux sortes d’images (idoles), dont les copies (icônes) ne sont que la première sorte, l’autres étant constituée par les simulacres (phantasmes). Si les copies sont justifiées, sauvées et sélectionnées au nom de l’identité du modèle, et grâce à leur ressemblance intérieure avec le modèle idéel, les simulacres, quant à eux, sont identifiés à des phantasmes qu’il faut chasser, identifiés au sophiste lui-même, ce diable, cet insinuateur ou ce simulant, ce faux prétendant toujours déguisé et déplacé. El Watan, L’angle mort du hirak : la subversion | El Watan
  • Madame Chantal Delsol résume comme ceci la conformation du simulacre du temps dans « Le crépuscule de l’universel », son dernier ouvrage de février 2020 : « La morale des droits de l’homme a acquis pour son compte le caractère sacré autrefois porté par la religion originelle. Notre morale est, littéralement, devenue une religion, la seule religion qui nous reste après la fin de la chrétienté. La ferveur qu’elle suscite, l’organisation de ses rites par l’intermédiaire de ses prêtres, ne laisse aucun doute là-dessus. Que s’est-il passé ? Arendt et Voegelin avaient montré l’aspect religieux des totalitarismes du XXème siècle. Probablement nous trouvons-nous, avec l’humanitarisme, devant une nouvelle expression religieuse. » Dedefensa.org, Dedefensa.org | Journal dde.crisis de Philippe Grasset | “Ainsi soit-il”, – approximativement, en tout cas

Traductions du mot « simulacre »

Langue Traduction
Anglais simulacrum
Espagnol simulacro
Italien simulacro
Allemand simulacrum
Chinois 模拟
Arabe simulacrum
Portugais simulacro
Russe видимость
Japonais simulacrum
Basque simulacrum
Corse simulacru
Source : Google Translate API

Synonymes de « simulacre »

Source : synonymes de simulacre sur lebonsynonyme.fr
Partager