La langue française

Sas

Définitions du mot « sas »

Trésor de la Langue Française informatisé

SAS1, subst. masc.

A. −
1. Crible, tamis, fait d'un tissu de soie, de crin, de toile métallique, entouré d'un cercle de bois, qui sert à passer la farine, le plâtre, le sable ou bien à filtrer des liquides. Synon. blutoir, passoire.De la farine passée au gros sas (Ac.1798-1878).
Plâtre au sas. Plâtre tamisé au sas. Enduit au plâtre au sas (Robinot, Vérif., métré et prat. trav. bât., t. 1, 1929, p. 131).
2. P. anal. ,,Sorte de claie en osier pour passer les terres qu'on veut épierrer`` (Littré).
3. Vx. Faire tourner le sas. ,,Mode de divination pratiqué à l'aide d'un sas qu'on fait tourner sur la pointe de ciseaux`` (Littré).
B. − Au fig., vieilli
Passer au gros sas. On dit prov. de certaines choses qui ont été examinées avec peu de soin, qu'elles ont été passées au gros sas (J.-F. Rolland, Dict. mauv. lang., 1813, p. 122).
Au gros sas. Grossier, de peu de qualité. Ces hommes vétilleux, Qu'inspire du barreau l'esprit contentieux (...) Cicerons au gros sas, véritables croquants, Pour avoir du caquet se croyant éloquents (Pommier, Colères, 1844, p. 113).
REM.
Sasse, subst. fém.,technol. ,,Blutoir dans lequel tombe la farine en sortant du moulin`` (Chesn. t. 2 1858).
Prononc. et Orth.: [sas], [sɑ], [sɑ:s]. Littré, DG, Barbeau-Rodhe 1930, Warn. 1968 [sɑ]; Pt Rob. [sɑ] mais plus cour. [sas]; Lar. Lang. fr. [sas]; Martinet-Walter 1973 [sɑ:s], Rob. 1985 [sɑ], [sɑ:s]. [ɑ] par suite de l'amuïssement de s final. Cet s parfois restitué dans la prononc. sous l'infl. de la graph. entraîne la transformation de [ɑ] en [a], mais [ɑ] peut aussi se maintenir. Voir G. Straka ds Trav. Ling. Litt. Strasbourg t. 19 n o1 1981, pp. 215-221, 240-242 et t. 23 n o1 1985, pp. 103-105. V. aussi -as. Dans les dér. sasser1 et 2, sasse, [ɑ] est anal. de sas1 et 2[sɑ]. Homon. sasse. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) xiies. säaz « tamis fin de crin » (Glossaire de Tours, 328 ds T.-L.); déb. xiiies. saz (Gloses du Ms Harley 2742, 45 ds P. Meyer, Anc. Gloses franç. ds Romania t. 24, p. 164); 1remoit. xives. sas (Roques t. 1, 1783); b) 1845 « grosse claie utilisée pour séparer la terre ou le sable de cailloux » (Besch.); 2. a) ca 1450-65 passer au gros sas « se contenter d'un examen rapide » (Charles d'Orléans, Rondeaux ds Œuvres, éd. P. Champion, t. II, p. 362); b) 1560 faire tourner le sas « pratiquer la divination en faisant tourner un sas sur une pointe » (Ronsard, Amours de Marie, Voyage de Tours ds Œuvres, éd. G. Cohen, t. 1, p. 142 [éd. Pléiade]). Du lat. de basse époque setacium « tamis ».

SAS2, subst. masc.

A. − NAV. FLUVIALE. Partie d'un canal comprise entre les deux portes d'une écluse et qui se remplit et se vide alternativement pour permettre aux bateaux de passer. On quitta la Hollande au sas de Gand. On suivit le large canal que Karelina avait entr'aperçu dans la nuit (Van der Meersch, Empreinte dieu, 1936, p. 76).Une énorme péniche de tôle boulonnée (...) s'abaissait doucement dans le sas, entre les portes en biseau (Arnoux, Paris, 1939, p. 162).
B. − TECHNOL. ,,Dispositif généralement rotatif, permettant le passage entre deux enceintes où règnent des atmosphères de caractéristiques différentes (pression, température, humidité relative) et que l'on veut isoler l'une de l'autre`` (Tabac 1982). Sas de séparation d'un transporteur pneumatique, sas d'isolement des masses (Tabac 1982).
En partic. Compartiment étanche qui permet de faire communiquer avec l'extérieur l'intérieur d'un sous-marin, d'un caisson à air comprimé, d'un engin spatial. Alors l'un des « Vostoks » peut s'accrocher à l'autre. Et s'il existe une sorte de sas à l'abri des fuites d'air, les 2 cosmonautes pourront se retrouver (L'Aurore, 13 août 1962, p. 4, col. 3 ds Guilb. Astronaut. 1967).
C. − Petit vestibule entre deux portes servant à éviter une communication directe. Sas d'entrée.
Prononc. et Orth. V. sas1. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1. xvie-xviies. « partie de l'écluse d'un canal » (Volters, Lois et règl. sur les canaux de la Flandre, p. 141 ds DG); 2. 1887 sas à air « compartiment entre deux portes pour éviter l'arrivée directe de l'air dans un local » (Degrand, Résal, Ponts en maçonn., p. 287); 3. 1887 « sorte d'écluse à air permettant le passage entre deux milieux de pression différente » (Id., ibid., p. 215). Empl. spécialisé de sas1*.
STAT.Sas1 et 2. Fréq. abs. littér.: 11.

Wiktionnaire

Nom commun 1

sas \sas\ masculin invariable

  1. (Vieilli) Tissu plus ou moins serré de crin, de soie, etc., monté sur un cercle de bois et qui sert à passer de la farine, du plâtre, des liquides, etc., blutoir, tamis.
  2. (Rare) Sorte de claie en osier pour passer la terre qu’on veut épierrer.

Nom commun 2

sas \sas\ masculin

  1. (Par analogie) Partie d’un canal comprise entre les deux portes d’une écluse et permettant aux péniches de passer d’un niveau d’eau à l’autre.
    • L’automatisation des vannes a réduit le temps de passage dans le sas.
  2. (Par extension) Compartiment fermé par des portes étanches, permettant le passage entre un milieu clos et l’extérieur, en particulier dans un sous-marin, un vaisseau spatial, un laboratoire bactériologique etc.
    • Leonov ouvre la trappe extérieure et s’extrait du sas.
    1. Pièce intermédiaire pour éviter la communication directe (habitation, hôpital …)
      • Le sas d’entrée est désinfecté tous les matins.
    2. Passage permettant le creusement de mines sous pression grâce au « procédé Triger » lequel consiste à envoyer de l’air comprimé dans la mine, pour maintenir l’eau au fond du puits.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SAS. n. m.
Tissu plus ou moins serré de crin, de soie, etc., qui est monté sur un cercle de bois et qui sert à passer de la farine, du plâtre, des liquides, etc. Gros sas. Sas délié. Plâtre au sas, Plâtre passé au sas ou au tamis.

Littré (1872-1877)

SAS (sâ) s. m.
  • 1Tissu de crin, de soie, etc. entouré d'un cercle de bois, et qui sert à passer de la farine, des liquides. Gros sas. Sas délié.

    Plâtre au sas, voy. PLÂTRE.

    Faire tourner le sas, prétendu mode de divination à l'aide d'un sas qu'on fait tourner sur la pointe de ciseaux. Ceux qui connaissent le passé par le mouvement du sas, La Bruyère, XIV. Il faisait voir dans le verre, montrait à tourner le sas, et révélait, pour de l'argent, tous les mystères de la cabale, Lesage, Gil Bl. IV, 8. Je dis la bonne aventure ; je fais tourner le sas pour retrouver les choses perdues, Lesage, ib. X, 18.

    Fig. Passer au gros sas, ne point regarder de si près. Les maris d'aujourd'hui n'y cherchent pas tant de façons, et sont gens à passer les choses au gros sas, Gherardi, Théât. ital. le Phénix, t. I, p. 293. Croyez-vous donc qu'on se contente De passer, comme vous, les choses au gros sas ? Lamotte, Fabl. II, 11.

  • 2Sorte de claie en osier pour passer les terres qu'on veut épierrer.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et le saas pour saacier, le buletiau, Choses qui faillent en ménage.

XIVe s. Couler au plus delié sasse, Ménagier, II, 5. Seta, inde setacium, gallice saad, Du Cange, setaciare.

XVe s. J'ay la lerme assez loing de l'ueil, Passant mes ennuiz au gros sas, Orléans, Rond.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « sas »

Espagn. cedazo ; ital. setaccio ; du bas-latin, setatium, qui vient du lat. seta, soie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom 1) (1380) De l’ancien français saaz (XIIe siècle). Du bas latin setacium (« tamis ») d’époque médiévale, dérivé du latin classique saeta (« soie de porc, crin »).
(Nom 2) (XVIe siècle) A. C. Demoustier le fait venir de l’italien sasso (« pierre »), du latin saxum (« roche »). Bien que reprise par Émile Littré, c’est plutôt l’idée du tamis qui filtre et dont le sens se serait étendu à la zone de maçonnerie où l’on filtre par analogie, qui semble être retenue par le reste des étymologistes qui le rapproche au premier nom.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sas »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sas sas

Citations contenant le mot « sas »

  • La société Delta Neu, basée à la Chapelle d'Armentières (Nord) a mis au point un sas de confinement pour lutter contre le Covid-19. France Bleu, La relance éco : une société nordiste invente un sas de confinement pour lutter contre le Covid
  • Trois amis basques sont à l’initiative de cet équipement qu’ils veulent étendre aux établissements de santé, aux entreprises ou encore aux aéroports. Ce week-end, c’est au Before, à Bizanos, que le sas a été testé La-R%C3%A9publique-des-Pyr%C3%A9n%C3%A9es, Coronavirus : un sas de décontamination testé à l’entrée du Before Pub - La République des Pyrénées.fr

Images d'illustration du mot « sas »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sas »

Langue Traduction
Anglais airlock
Espagnol burbuja de aire
Italien camera di compensazione
Allemand luftschleuse
Chinois 气闸
Arabe غرفة الضغط
Portugais câmara de ar
Russe воздушная пробка
Japonais エアロック
Basque airlock
Corse pista d'aria
Source : Google Translate API

Synonymes de « sas »

Source : synonymes de sas sur lebonsynonyme.fr

Sas

Retour au sommaire ➦

Partager