La langue française

Batée

Sommaire

  • Définitions du mot batée
  • Phonétique de « batée »
  • Évolution historique de l’usage du mot « batée »
  • Traductions du mot « batée »
  • Synonymes de « batée »

Définitions du mot « batée »

Trésor de la Langue Française informatisé

BÂTER, verbe trans.

A.− [En parlant d'une bête de somme] Mettre un bât. Bâter un cheval, un mulet, un âne (Ac. 1798-1932) :
1. De quatre heures à six, on trouva le mulet. C'était un petit animal de couleur isabelle, menu, fringant, dont il fallut bander les yeux pour parvenir à le bâter. Fromentin, Un Été dans le Sahara,1857, p. 218.
B.− P. métaph. ou au fig. :
2. Elle [ma maîtresse] m'a trop bâté, tant qu'à la fin d'un coup J'ai redressé la tête en cassant mon licou. J. Richepin, Les Caresses,1877, p. 229.
3. Qu'il s'en est fallu de peu que cette petite gueuse ne me mît sous le bât mariteux et piteux! Eh! que ne l'a-t-elle fait! Que ne suis-je cocu! Du moins, je l'aurais eue. C'est déjà quelque chose, d'être bâté par ce qu'on aime! ... R. Rolland, Colas Breugnon,1919, p. 124.
Abs. Bien ou mal bâter. ,,Aller, convenir bien ou mal, comme un bât qui va ou ne va pas à la bête qui le porte`` (Lar. 19e). Affaire qui bâte bien, qui bâte mal (Nouv. Lar. ill.).
Proverbe. Qui bâte la bête la monte. ,,Celui qui habille une femme, qui pourvoit à sa toilette en obtient aisément les dernières faveurs`` (Ac. Compl. 1842).
Prononc. − [bɑte]. Passy 1914 et Barbeau-Rodhe 1930 indiquent une demi-longueur pour la voyelle de la 1resyllabe.
Étymol. ET HIST. − 1549 (Marot, Colloq. d'Erasme, 1 dans DG : Au bœuf sied mieux d'estre basté Qu'a un asne de porter mitre). Dér. de bât*; dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 6.

BÂTÉ, part. passé et adj.

I.− Part. passé de bâter*.
II.− Adjectif
A.− [En parlant d'une bête de somme] Qui porte un bât. Mulet bâté :
1. Au reste, les animaux règlent tout seuls la marche. Solidement harnachés, bâtés, sûrs que rien ne ballotte autour d'eux, la bouche libre, un licol seulement aux naseaux, quelques pompons, une sonnaille parfois au poitrail, ils choisissent d'instinct le sol le plus sûr, ... Pesquidoux, Le Livre de raison,1925, p. 181.
B.− P. métaph. ou au fig.
1. [En parlant d'une pers.]
a) Qui subit une contrainte morale.
b) Qui est muni, pourvu de quelque chose d'aussi encombrant qu'un bât :
2. Et quand même je reviendrais à Paris pour m'y enfariner de grec et de latin autant qu'on l'exige et bâté enfin d'un diplôme de professeur, entrer dans la carrière, quelle beauté, quel charme d'avenir dans une profession presque ridicule qui suffit à peine à la subsistance et mortifie tous mes goûts? M. de Guérin, Correspondance,1837, p. 272.
2. Loc. et proverbes.
a) Âne bâté. Personne très ignorante, d'un esprit lourd :
3. triboulet.Au roi. Il n'est pas d'animal, Plus hérissé, plus sale, et plus gonflé de vent, Que cet âne bâté qu'on appelle un savant! Hugo, Le Roi s'amuse,1832, p. 370.
4. Cette chaise que j'ai occupée si longtemps à la droite du baron sera la proie du gouverneur. Ô malheureux que je suis! un âne bâté, un ivrogne sans pudeur, me relègue au bas bout de la table! Musset, On ne badine pas avec l'amour,1834, p. 30.
5. À qui la faute, après tout? Au marquis seul qui avait appelé cet âne bâté de Bonnefille sans même prévenir Andermatt... Maupassant, Mont-Oriol,1887, p. 114.
b) L'âne du commun est toujours le plus mal bâté. ,,Il n'est rien de moins soigné que ce qui appartient au public`` (Lar. 20e).
Prononc. : [bɑte]. Passy 1914 et Barbeau-Rodhe 1930 attribuent à la voyelle de 1resyll. une demi-longueur; voir de même Grammont Prononc. 1958, p. 32, qui qualifie cette voyelle de ,,postérieure et un peu longue``.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 22.
BBG. − Gottsch. Redens. 1930, p. 56.

Wiktionnaire

Nom commun

batée \ba.te\ féminin

  1. Partie sur laquelle bat une porte lorsqu'on la ferme.
  2. Quantité de feuilles que le relieur bat à la fois.
  3. Quantité de terre pétrie à la fois.  [2]
  4. Récipient peu profond qui constitue l'outil de base de l'orpailleur (ou chercheur d'or).
    • On avait donc eu la malchance de recueillir de l'or dans les batées : fâcheux présage pour un chercheur de diamants. — (Claude Lévi-Strauss, Tristes tropiques, Plon, 1955, chapitre XXI)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BÂTER. v. tr.
Charger d'un bât. Bâter un cheval, un mulet, un âne. Prov. et fig., C'est un âne bâté, un vrai âne bâté, C'est un lourdaud, ou C'est un homme fort ignorant. Prov. et fig., Il n'y a point d'âne plus mal bâté que celui du commun. Voyez ÂNE.

Littré (1872-1877)

BATÉE (ba-tée) s. f.
  • Voy. BATTÉE au Supplément.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « batée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
batée bate

Évolution historique de l’usage du mot « batée »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « batée »

Langue Traduction
Anglais pan
Espagnol batea
Italien batée
Portugais armação
Source : Google Translate API

Synonymes de « batée »

Source : synonymes de batée sur lebonsynonyme.fr
Partager