Roche : définition de roche


Roche : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ROCHE, subst. fém.

I. − Dans le lang. cour.
1.
a) Masse de pierre qui affleure, ou qui est isolée au-dessus de la surface du sol en blocs importants. Cette pierre est une énorme roche qui s'avance en saillie par-dessus le sentier (Toepffer, Nouv. genev., 1839, p. 395):
1. Le Chaco qui s'étend au pied des Andes ne renferme pas un seul caillou; les indigènes s'y servent d'os, de coquillage, de dents et de bois dur, car il est difficile d'importer des roches. Lowie, Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p. 127.
Cristal de roche. V. cristal A 2.Eau de roche. Eau très limpide qui jaillit d'une roche. Des interstices de la pierre jaillissaient en bruine vaporeuse ou filtraient en larmes de cristal des sources d'eau de roche (Gautier, Tra los montes, 1843, p. 68).Pierre de roche ou, p. ell., roche. Pierre la plus dure d'une carrière employée pour la construction. La roche proprement dite est un calcaire dur et coquillé d'un grain très serré, demi-compact, très dense et propre aux travaux de maçonnerie (Bourde, Trav. publ., 1928, p. 82).Roche vive. Roche compacte, sans corps étranger. J'étais seul, les pieds dans le sable, assis sur des roches vives (Fromentin, Dominique, 1863, p. 202).
[P. allus. hist.] La roche Tarpéienne. Colline de Rome d'où l'on précipitait les criminels condamnés à mort. Il projetait au milieu du Champ-de-Mars un temple, au pied de la roche Tarpéienne un amphithéâtre, à Ostie un port (Michelet, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 279).Il n'y a pas loin du Capitole à la roche Tarpéienne. La chute peut être très proche du triomphe.
b) En partic. Importante masse de pierre située dans l'eau et pouvant affleurer; récif. La pointe méridionale (...), celle du sud-ouest de l'île, est terminée par quelques roches ou brisans, qui portent au large d'environ un quart de mille (Voy. La Pérouse, t. 1, 1797, p. 69).L'excès du tirant d'eau, qui brise la carène contre les roches sous-marines (Maizière, Nouv. archit. nav., 1853, p. 57).
Poisson de roche. Petit poisson vivant aux alentours des roches. Ces jolis poissons de roche de la Méditerranée (...) qui semblent peints pour plaire aux yeux (Maupass., Sur l'eau, 1888, p. 306).
c) Vx. Minerai qui renferme des pierres fines ou précieuses. Turquoise de (la) vieille roche. Variété de turquoise issue de gisements anciens. Turquoise de la nouvelle roche. Variété de turquoise dont la formation est plus récente. Turquoise de vieille roche. Turquoise bleue, purement minérale. (...) Turquoise de nouvelle roche. Turquoise provenant de dents et d'os enfouis au sein de la terre et accidentellement colorés en bleu verdâtre (A. Pérès, Pierres et roches, 1896, p. 43).
d) Région. (Canada). Pierre, caillou. Un homme ça réagit toujours de façon stupide devant un oiseau. J'ai vu un homme parler à un oiseau (...). Un autre, donner des coups de pieds, tirer des roches, siffloter (J. Garneau, Inventaire pour St-Denys, 1972, p. 109 ds Richesses Québec 1982, p. 2026).
2. P. méton., au sing. Matériau minéral qui constitue une roche. Taillé dans la roche. Les gîtes [des mines de diamants du Cap] sont formés d'une roche dure, épanchée à travers de véritables boutonnières ouvertes dans le schiste (Haton de La Goupillière, Exploitation mines, 1905, p. 463).À l'endroit où les murailles de roche sont le plus abruptes et le plus élevées, l'île est fendue en deux, dans toute sa hauteur, par une gorge étroite (T'Serstevens, Itinér. esp., 1933, p. 131).
SYNT. Roche blanche, éboulée, élevée, escarpée, moussue, grise, nue; grande, grosse, haute roche; banc, bloc de roche; au flanc, au milieu des roches; parmi les roches; fragment, pain, pointe, quartier, saillie de roche.
3. Expr. fig.
Anguille sous roche. V. anguille A.Clair comme de l'eau de roche. V. eau I A 2 c.Cœur de roche. Cœur insensible. Ils s'embrassèrent à s'étouffer; c'était à arracher des larmes, à attendrir un cœur de roche (Sue, Atar-Gull, 1831, p. 7):
2. m. dubriage: Quoi! ce proche parent?... laure: N'a pas daigné nous voir. m. dubriage: Que dites-vous? cet homme a donc un cœur de roche!... laure: Ce n'est pas le moment de lui faire un reproche. Non, il n'est point cruel; il est humain et bon... Collin d'Harl., Vieux célib., 1792, IV, 3, p. 97.
De (la) vieille, d'ancienne, de l'ancienne roche. De qualité, d'une authenticité garantie par la tradition, l'ancienneté. Le Français de l'ancienne roche, le Français dont cette littérature [actuelle] peint le caractère, n'a aucun goût pour les beautés naturelles (Stendhal, Mém. touriste, t. 3, 1838, p. 263).Cet endroit, visiblement fait pour boire vite et sans plaisir, et non pour y causer gentiment, en bon Français de la vieille roche (Miomandre, Écrit sur eau, 1908, p. 80).Mes associés, qui sont des capitalistes de vieille roche (Romains, Hommes bonne vol., 1938, p. 163).(Noblesse) de (la) vieille roche. (Noblesse) très ancienne, de vieille souche. Les comtesses resteront, reprit de Marsay. Une femme élégante sera plus ou moins comtesse, comtesse de l'Empire ou d'hier, comtesse de vieille roche, ou, comme on dit en italien, comtesse de politesse (Balzac, Autre ét. femme, 1842, p. 381).
II. − Dans le lang. des sc. de la terre
A. − GÉOL., PÉTROGR.
1. Matériau solide ou liquide constitutif de l'écorce terrestre et de celle des planètes, composé de minéraux, présentant les mêmes caractères d'ensemble à assez grande échelle. La science des roches porte depuis longtemps le nom de pétrographie que certains auteurs anglais et américains réservent toutefois à sa partie descriptive (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 486):
3. ... les variations de la température agissent sur la désagrégation des roches, l'eau des pluies tend à enlever par dissolution ou transport certains de leurs constituants, les eaux et les vents produisent une érosion, et les sols parviennent jusqu'à des états où s'efface plus ou moins la nature des roches primitives. Maurain, Météor., 1950, p. 199.
[Matériau caractérisé par ses constituants minéraux] La désagrégation des roches granitiques sous l'influence des agents atmosphériques (Boule, Conf. géol., 1907, p. 66).[Matériau caractérisé par son aspect, sa présentation] Des roches disposées en assises (...) et que, pour ce motif, on appelle roches stratifiées (Lapparent, Abr. géol., 1886, p. 3).[Matériau caractérisé par ses propriétés] Nous connaissons maintenant, dans les roches les plus solides, une perpétuelle transformation des espèces minérales (Teilhard de Ch., Phénom. hum., 1955, p. 67).
2. [Classification des roches suivant leur origine] Roches endogènes, éruptives, ignées ou magmatiques. Roches qui proviennent de la profondeur de l'écorce terrestre. Roches exogènes, sédimentaires. Roches qui proviennent des roches endogènes érodées, désagrégées, remaniées mécaniquement. Roches métamorphiques. Roches qui proviennent de la transformation des roches sédimentaires ou magmatiques par l'influence de la pression, de la température ou d'une action chimique. Le micaschiste est une roche métamorphique, comme on l'admet généralement aujourd'hui (Élie de Beaumontds B. Sté géol. Fr., t. 4, 1847, p. 58).La croûte terrestre est constituée par des roches d'origine interne, appelées roches ignées et par des roches formées en surface, dites roches sédimentaires. La transition entre ces deux catégories est assumée par les roches métamorphiques (Metta, Pierres préc., 1960, p. 15).
B. − PÉDOL. Roche(-)mère. Roche à partir de laquelle s'est constitué le sol par des altérations physiques ou chimiques. Les sols forestiers sont formés d'une part par la désagrégation de la roche sur laquelle ils reposent et que l'on appelle pour cette raison la « roche mère », d'autre part par la décomposition des débris végétaux (Cochet, Bois, 1963, p. 48).L'acidification est un phénomène général même sur les sols développés sur roche-mère calcaire (Wolkowitsch, Élev., 1966, p. 99).
SYNT. Analyse, étude, composition, formation, genèse, groupe, métamorphisme, nature des roches; roche ancienne, basique, cristalline, naturelle, poreuse, siliceuse.
Prononc. et Orth.: [ʀ ɔ ʃ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Fin xes. « bloc considérable de pierre très dure, en masse ou isolée » (Passion, éd. d'Arco Silvio Avalle, 323); b) 1553 « appui, refuge (terme biblique) » (Bible de l'imprimerie Gérard, Samuel, 22, 3); c) av. 1573 cœur de roche « dur, insensible » (Jodelle, Œuvres, I, 168 ds IGLF); 1587 [éd.] « chose ferme, inébranlable » (Malherbe, Les Larmes de Saint Pierre imitées du Transille, 74 ds Œuvres, éd. L. Lalanne, t. 1, p. 7: cette roche de foi); d) 1690 eau de roche (Fur., s.v. eau); 1690 fig. clair comme de l'eau de roche (Fur.); 2. a) 1178 « pierre (matériau utilisé dans la construction d'un mur) » (Renart, éd. M. Roques, 3326); b) ca 1210 « caverne, grotte » (Guiot de Provins, Bible, 1885 ds T.-L.); c) ca 1245 roce « château fort bâti sur une roche, citadelle » (Philippe Mousket, Chronique, éd. Reiffenberg, 17039); d) 1269 roke « carrière de pierres » (doc. de Tournai ds Gdf.); 3. a) 1677 cristal de roche (Miege); b) 1683 turquoise de vieille roche (Inventaire gén. du mobilier de la Couronne sous Louis XIV, éd. J.-J. Guiffrey, t. 1, p. 198); 1690 « matière pierreuse contenant des pierres fines » (Fur.); d'où fig. 1653 Dieu de la vieille roche (Scarron, Virgile travesti, VII, 287a ds Richardson); c) 1690 « borax impur » (Fur.); d) 1691 roche de feu (Ozanam); 1736 roche à feu (Aubin); e) 1749 « substances minérales considérées en masse (terme de minér.) » (Buffon, Théorie de la terre ds Hist. nat. t. 1, p. 330); 1776 « granit » (Valm.); 1779 « pierre la plus dure d'une carrière » (Saussure, Voyages dans les Alpes, t. 1, p. 98 ds Brunot t. 6, p. 602); 1835 pierre de roche (Ac.). Représente un type rocca, d'orig. inc., sans doute prélat. (d'où aussi l'ital. dialectal rocca, le cat. et l'esp. roca et l'it. roccia empr. au fr.). Fréq. abs. littér.: 2 028. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 039, b) 5 374; xxes.: a) 1 979, b) 1 961. Bbg. Blochw.-Runk. 1971, p. 458.

Roche : définition du Wiktionnaire

Nom commun

roche \ʁɔʃ\ féminin

  1. Bloc minéral d’origine naturelle et dure.
    • […] ; un peu plus loin sur la droite, face au large, l’étrange roche à figure humaine qu’on appelle le roi Grallon se silhouettait confusément. — (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.22)
    • Roche dure. — La pointe d’une roche. — Ce pays est tout couvert de roches. — Des roches sous-marines.
  2. (En particulier) (Marine) Masse de pierre sous l’eau ou à fleur d’eau ; écueil.
    • A 2 milles dans l’est-nord-est se trouverait une roche couverte de 2 mètres d’eau, désignée sous le nom de Helen, porté par un brigantin de Dundee qui s’y perdit le 19 avril 1824 : […]. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  3. (Géologie) Agrégat naturel de minéraux.
    • Les sables verts et la gaize présentent aussi de belles forêts. La forêt d’Argonne croît sur cette dernière roche. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 159)
  4. (Maçonnerie) La pierre la plus dure d’une carrière.
    • On emploie la roche, la pierre de roche dans les fondations.
  5. (Zoologie) Synonyme de gardon commun (poisson).
  6. (Québec) Pierre ; cailloux ; garnotte.
    • J’ai trouvé une roche par terre.

Forme de verbe

roche \ʁɔʃ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de rocher.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de rocher.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de rocher.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de rocher.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de rocher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Roche : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ROCHE. n. f.
Masse de pierre de même composition, le plus souvent apparente et quelquefois isolée. Roche dure. La pointe d'une roche. Ce pays est tout couvert de roches. Des roches sous-marines. Fig., Clair comme eau de roche, Très clair, très transparent. Fig. et fam., Il y a quelque anguille sous roche, Il y a dans cette affaire quelque chose de caché. Il se prend ordinairement en mauvaise part. La roche Tarpéienne, Lieu élevé de l'ancienne Rome, d'où l'on précipitait certains criminels. Fig., La roche Tarpéienne est près du Capitole se dit pour donner à entendre qu'il n'y a souvent pas loin du triomphe à la chute.

ROCHE, en termes de Minéralogie, se dit d'une Masse de substances minérales. Le granit est une roche composée. Le schiste est une roche feuilletée. Roche sédimentaire. Roche éruptive. Roches argileuses, calcaires, granitiques, etc. Roches volcaniques. Cristal de roche. Voyez CRISTAL. En termes de Carrier et de Maçon, Pierre de roche ou simplement Roche, La pierre la plus dure d'une carrière. On emploie la roche, la pierre de roche dans les fondations. Fig., Un cœur de roche, Un cœur dur, insensible. Fig. et fam., C'est un homme de la vieille roche, C'est un homme d'une intégrité qu'on ne peut entamer, fidèle aux principes traditionnels. On dit aussi : Noblesse de la vieille roche, de vieille roche, Noblesse ancienne. Amis de vieille roche, Amis sûrs, éprouvés.

Roche : définition du Littré (1872-1877)

ROCHE (ro-ch') s. f.
  • 1Bloc considérable de pierre très dure, en masse ou isolée. Je cours longtemps en vain ; mais enfin, d'une roche, J'en découvre le tronc [du corps de Pompée] vers un sable assez proche, Corneille, Pomp. V, 1. Tant qu'une fontaine se conserve dans son canal, telle qu'elle est sortie de la roche qui lui a donné sa naissance, Bossuet, 4e sermon, Profession, Préambule. De l'autre côté du Capitole est la roche Tarpéienne ; au pied de cette roche l'on trouve aujourd'hui un hôpital appelé l'Hôpital de la consolation, Staël, Corinne, IV, 4. Les Gaulois se retirèrent [de Rome]… ils avaient peu d'intérêt de conquérir la roche du Capitole, Lévesque, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. III, p. 228.

    Les marins ne disent pas roc ou rocher, mais toujours roche.

    Eau de roche, eau qui sourd d'une roche et qui est très limpide. Clair comme de l'eau de roche.

    Fig. Il y a anguille sous roche, voy. ANGUILLE.

    Fig. Cœur de roche, cœur dur, insensible. Avec ce beau visage avoir le cœur de roche ! Corneille, Suivante, III, 2. Et son cœur, croyez-moi, n'est point roche après tout, Molière, l'Ét. III, 2.

    De roche se dit aussi quelquefois pour indiquer la constance, la fermeté. Et bien, où maintenant est ce brave langage ? Cette roche de foi ? cet acier de courage ? Malherbe, I, 4. Dites-moi qu'elle est sans reproche, Que sa constance est une roche, Malherbe, V, 23.

  • 2 Terme de minéralogie. Il se dit des substances minérales considérées en masse. Roches volcaniques. Le schiste est une roche feuilletée. Les premières et les plus hautes montagnes, qui tiennent, par leur base, à la roche intérieure du globe, Buffon, Add. théor. terre, Œuv. t. XII, p. 447.

    Roches aqueuses, roches formées par les matières que les eaux ont déposées.

    Roche molle, se dit des cayes.

    Roche noire, se dit quelquefois des basaltes, des traps et des roches de serpentine.

    Roche morte, nom que donnait Buffon au roc vif qui a perdu sa dureté et sa consistance par l'impression des éléments humides à la surface de la terre, Min. t. I, p. 56.

    Terme de géologie. Masses minérales de la croûte terrestre, qu'elles soient molles ou qu'elles soient pierreuses ; le sable et l'argile sont compris sous cette dénomination.

  • 3Pierre de roche ou, simplement, roche, pierre la plus dure d'une carrière. Les fondations se font avec la pierre de roche, avec la roche.
  • 4Roche d'émeraudes, de topazes, etc. roche contenant des émeraudes, des topazes, etc.

    Turquoises de la vieille roche, turquoises qu'on retire de l'ancienne mine, par opposition à turquoises de la nouvelle roche, lesquelles proviennent de mines plus récemment découvertes et qui sont moins belles et moins vives.

    Fig. Un homme de la vieille roche, un homme d'une probité antique, d'une vertu éprouvée. Dieu, non pas des nouveaux venus, Mais un dieu de la vieille roche, Scarron, Virg. VII. Balzac, Voiture, Corneille, Racan, Chapelain, Desmarets, d'Ablancourt et les autres académiciens de la vieille roche, Furetière, Factums, t. I, p. 165. Il n'y a point d'esprits ni de cœurs sur ce moule [l'archevêque d'Arles, qui venait de mourir]… il n'y en a plus de cette vieille roche, Sévigné, 18 mars 1689. [Bignon] C'était un magistrat de l'ancienne roche pour le savoir, l'intégrité, la vertu, la modestie, Saint-Simon, 43, 256. Les gueux de la vieille roche, ceux qui se font un point d'honneur de marcher sur les pas de leurs ancêtres, qui les ont élevés dans la gueuserie, Lesage, Guzm. d'Alf. III, 3.

    Noblesse de la vieille roche, de vieille roche, noblesse ancienne.

    Amis de la vieille roche, amis sûrs, éprouvés.

  • 5Cristal de roche, pierre transparente, qui est une cristallisation du quartz, ou de la silice pure.
  • 6Gravier que l'on trouve dans une pierre précieuse.

    Masse de pierres à chaux ou de tuiles qui se sont collées ensemble par l'action du feu.

  • 7Sorte de fontaine faite en rocaille.
  • 8Fromages de roche, fromages ronds du poids de deux livres, que l'on tire de Roanne.

HISTORIQUE

XIe s. Les roches bises, les destreiz merveillus, Ch. de Rol. LXIV.

XIIe s. Chi tresturnad la pierre en estangs d'ewes et la roche en fontaines ? Liber psalm. p. 175.

XIIIe s. Au Seigneur qui de la roche fist sordre eve ou [au] desert, Psautier, f° 79. A esgardé, si a choisi [vu] Trois cens hermites et molt plus, Ki en la roke là desus Menoient vie d'ermitage, Gui de Cambrai, Barl. et Jos. p. 131. Et après çou n'orent guieres nagiet, quant li vens les porta à une roche et peçoia toute la barge, Chr. de Rains, p. 47. De celle place là où les Turs estoient, descendoit une roche taillée en la cité, Joinville, 276. Sire, la haute roche que tu as esgardée, C'est une fermeté qui moult est redoutée, Du Cange, rupes.

XIVe s. L'endemain s'en revont par ces estroits sentiers, Plains de roiches, d'espines, de ronces, d'esglantiers, Girart de Ross. V. 2287. Icellui Jehan avoit trouvé ladite exposant en sa roiche ou cave, Du Cange, roca.

XVe s. Il arriva en une roche [montagne] en laquelle avoit une petite chapelle, Lancelot du lac, t. III, f° 111, dans LACURNE.

XVIe s. Des roches haultaines, Marot, I, 222.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Roche : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ROCHE, s. f. ROC ou ROCHER, (Gram.) c’est une masse de pierre qui s’éleve au-dessus de la surface de la terre ou de la mer, vers les côtes & les îles, & qui cause souvent les naufrages des vaisseaux, ou qui les détourne de leur droite route.

Roches molles, voyez Cayes.

Roche, s. f. (Architect.) c’est la pierre la plus rustique & la moins propre à être taillée. Il y a de ces roches qui tiennent de la nature du caillou, & d’autres qui se délitent par écailles. On appelle roche vive la roche qui a ses racines fort profondes, qui n’est point mêlée de terre, & qui n’est point par couche comme dans les carrieres. (D. J.)

Roche, s. m. (Hydr.) est un monceau de cailloux, de pétrifications, de coquillages de différentes couleurs, élevé & formant un rocher, au haut duquel est un jet qui retombe sur ce cailloutage. Ce peut être encore une fontaine rocaillée, adossée contre un mur, imitant la caverne d’où sortent des bouillons & nappes d’eau. (K)

Roche a feu, (Artificier.) les artificiers appellent ainsi un mélange de soufre, de salpêtre & de poudre qui est propre à beaucoup d’artifices. Voici la maniere de le faire.

Prenez du soufre fondu lentement une livre, de salpêtre quatre onces, de poudre quatre onces ; jettez le salpêtre dans le soufre en le fondant peu-à-peu & le remuant très-bien, & ensuite la poudre de même ; remuez le tout ; & lorsque le mélange commencera à se refroidir, vous y ajouterez trois onces de poudre grenée, & remettrez le tout ensemble.

Roche, la, (Géog. mod.) en latin du moyen âge, rupes Ardenuæ ; ville des Pays-Bas, au duché de Luxembourg, dans la forêt d’Ardenne, bâtie sur une roche, d’où lui vient son nom, à 12 lieues au nord-ouest de Luxembourg, avec un château fortifié. Long. 23. 25. lat. 50. 7.

2°. La Roche est le nom d’une autre petite ville de Savoie, dans le Faucigni, assez près de la riviere d’Arve, & sur la Gauche. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « roche »

Étymologie de roche - Littré

Provenç. roca, rocha ; espagn. roca ; portug. rocha ; ital. roccia et rocca ; bas-lat. rocca, dans un texte de 767, où il paraît signifier une retraite parmi les roches : multas roccas et speluncas conquisivit. Le mot se trouve dans le celtique : bas-bret. roc'h ; gaël. roc, roc ; kymri, rhwg, quelque chose de proéminent. Il se trouve dans l'anglais : rock. On a voulu le tirer de roc, ancien nom de la tour aux échecs (voy. ROC 2) ; mais il est trop ancien pour cela. Diez propose, par conjecture, une forme rupea, dérivée du latin rupes, rocher, qui rendrait raison de l'ital. roccia, et une forme rupica qui rendrait raison de rocca. Mais, vu la présence du mot dans tous les dialectes celtiques, on peut croire que c'est de là qu'il vient dans les langues romanes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de roche - Wiktionnaire

(Vers 980) Terme inchangé de l'ancien français, venant du bas latin rocca (même sens), lui-même d'origine incertaine, sûrement prélatin.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « roche »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
roche roʃ play_arrow

Citations contenant le mot « roche »

  • Il y a tant d'égoïsme dans le coeur des hommes, tant d'intérêts personnels chez eux, que les belles initiatives viennent s'y briser comme les lames de la mer sur un rocher inébranlable. De Donat Dufour / Vers les sommets
  • Les vieillards ont tous de la beauté. Comme les roches, ils se cristallisent et resplendissent. De Catherine Hermary-Vieille / Le jardin des Henderson
  • L'homme doit être ferme et stable, comme un rocher, et non pas léger et mobile, comme le vent. De Proverbe oriental
  • Se plaindre de sentir des ennuis et des peines, C'est se plaindre d'être un homme et non arbre ou rocher. De Jean Bertaut / Cantique
  • On peut fendre un rocher ; on ne peut pas toujours attendrir un coeur. De Proverbe indien
  • Les gouttes qui tombent sans cesse usent le rocher. De Choerilos
  • Va donc d’instant en instant comme on improvise un chemin de rocher en rocher pour traverser le torrent. De Benjamin Kunkel / Indécision
  • Chercher le bonheur dans son travail, c'est comme creuser une galerie dans la roche dure, à la recherche de l'or. On a besoin de toute son énergie, de toute la force et de l'ardeur de sa nature pour y parvenir. De Elizabeth Goudge / L'arche dans la tempête
  • Parmi les styles clairs, il y en a qui ont la saveur de l’eau de roche, mais d’autres la fadeur de l’eau filtrée. De Alfred Capus / Les Pensées
  • Quand le visage montre un trop beau sourire, c'est pour cacher un coeur dur comme la roche des champs. De Roch Carrier / Il n'y a pas de pays sans grand-père
  • Face à la roche, le ruisseau l’emporte toujours, non pas par la force mais par la persévérance. De H. Jackson Brown
  • La roche tarpéienne est près du Capitole. De Mirabeau / Discours à l'Assemblée Constituante

Images d'illustration du mot « roche »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « roche »

Langue Traduction
Corse scogliu
Basque rock
Japonais
Russe рок
Portugais rocha
Arabe صخرة
Chinois
Allemand felsen
Italien roccia
Espagnol rock
Anglais rock
Source : Google Translate API

Synonymes de « roche »

Source : synonymes de roche sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires