Sacrifice : définition de sacrifice


Sacrifice : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SACRIFICE, subst. masc.

A. − RELIGION
1. Action sacrée par laquelle une personne, une communauté offre à la divinité, selon un certain rite, et pour se la concilier, une victime mise à mort (réellement ou symboliquement) ou des objets qu'elle abandonne ou brûle sur un autel. Synon. holocauste, immolation, oblation, offrande.Agréer un sacrifice; faire, offrir un sacrifice; offrir qqc. en sacrifice (à un dieu). Il l'instruisoit de tous les usages des sacrifices: il lui montroit à choisir la génisse sans tache (...), à répandre l'orge sacrée (Chateaubr., Martyrs, t. 1, 1810, p. 128).V. autel ex. 3, bûcher1B 1 a ex. de Renan, hécatombe ex. 1, holocauste ex. 1 et oblation ex. 1:
Le sacrifice est l'action sacrée par excellence. Il déploie la variété de ses formes entre l'offrande, qui en est le plus bas degré, et le martyre, où le sacrifiant s'offre lui-même comme victime. Si l'on supprime le sacrifice, le culte perd sa fonction essentielle, la mythologie ou la théologie s'appauvrissent d'un de leurs dynamismes créateurs, et l'ascétique, la morale d'une dimension maîtresse. Philos., Relig., 1957, p. 34-13.
SYNT. Sacrifice agréable (à Dieu, aux dieux); sacrifice privé, public, rituel, solennel; sacrifices païens; sacrifice d'animaux; sacrifice d'action de grâces, d'adoration, de communion, de louange; sacrifice expiatoire, propitiatoire; appareil, apprêts, rites du sacrifice; autel, couteau, parfum, sang, viande, victime du sacrifice.
En partic.
Sacrifice humain. Sacrifice dans lequel on immole une personne offerte comme victime. Sacrifice d'enfants, d'une jeune fille, de captifs. Ce fut assez vite le sentiment commun, le sacrifice humain loin d'alléger fit horreur (G. Bataille, Exp. int., 1943, p. 207).
RELIG. JUIVE. Sacrifice perpétuel, quotidien. Sacrifice ,,offert deux fois par jour, vers 9 h et vers 15 h. Il comportait l'immolation d'un agneau d'un an, l'oblation de farine mélangée d'huile et une libation de vin`` (Dheilly 1964).
Sacrifice sanglant. Sacrifice comportant la mise à mort d'une victime. Le sacrifice [à Rome] qui était une offrande ou une expiation pouvait être sanglant ou non sanglant. Dans le second cas, on offrait des gâteaux, des produits de la terre ou encore on pratiquait des libations (Pell.1972).
Sacrifice de (+ nom propre).[Le compl. désigne celui qui offre le sacrifice] Sacrifice d'Abel, de Caïn. Le sacrifice d'Abraham est la figure de la Passion (Flaub., Bouvard, t. 2, 1880, p. 130).[Le compl. désigne la victime] Sacrifice d'Iphigénie. Dieu est dans le sacrifice de Régulus et de Socrate, comme il est dans celui de Jésus (P. Leroux, Humanité, 1840, p. 933).
2. RELIG. CHRÉT. Sacrifice du Christ, sacrifice du calvaire, de la croix. Sacrifice parfait du Christ s'offrant à Dieu son père, sur la croix, en oblation unique pour le salut de l'homme et renouvelé dans l'Eucharistie. La théologie nous enseigne que la messe, telle qu'elle se célèbre, est le renouvellement du sacrifice du calvaire (Huysmans, Là-bas, t. 2, 1891, p. 183).La notion de l'eucharistie répétition du sacrifice de la croix (Philos., Relig., 1957, p. 5-12).V. oblation ex. 1.
THÉOL. CATH. Sacrifice (de la messe, de l'autel); sacrifice eucharistique; saint sacrifice (de la messe). Renouvellement sur l'autel du sacrifice de Jésus-Christ sur la croix, par le ministère du prêtre. Synon. messe.Ne négligez pas d'assister au divin sacrifice; il est la source de toutes les grâces et le complément de tous les dons (Lamennais, Lettres Cottu, 1818, p. 4).Jamais il n'avait senti si profondément le désir d'être prêtre et de célébrer à son tour le saint sacrifice (A. France, Orme, 1897, p. 20).Savez-vous que la messe, le sacrifice de la messe est l'acte unique d'obéissance, l'acte essentiel (Bloy, Journal, 1899, p. 344).V. messe ex. de Billy.
B. −
1. Renoncement, privation que l'on s'impose volontairement ou que l'on est forcé de subir soit en vue d'un bien ou d'un intérêt supérieur, soit par amour pour quelqu'un. Grand, petit, gros sacrifice; accomplir, offrir un, des sacrifice(s); accepter le sacrifice (de qqn, de qqc.); consentir à un sacrifice. Alors son oncle essaya de la consoler de l'énorme sacrifice de quatre robes qu'elle venait de faire (Stendhal, Lamiel, 1842, p. 130).Albert (...) ne comptait pas comme un mince sacrifice celui d'être privé des cigares du café de Paris (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 500).V. holocauste ex. 2.
Vieilli. Faire un sacrifice à qqn. Puisque ta mère t'a commandé de faire le plus grand des sacrifices à ton frère l'aveugle, tous les autres sacrifices que tu pourras faire aux autres seront bien faciles et bien légers (Lamart., Tailleur pierre, 1851, p. 495).
SYNT. Sacrifice généreux, héroïque, douloureux; sacrifice de son bonheur, de son cœur, de son orgueil; sacrifice de sa fortune, de sa situation, de son temps, de sa vie; douleur, force, grandeur, magnanimité, prix du sacrifice; s'imposer un, des sacrifice(s); être prêt au sacrifice; recueillir le fruit de son sacrifice; aller jusqu'au bout de son sacrifice.
2. En partic.
a) RELIG. CHRÉT. Sacrifice (moral, spirituel). Offrande à Dieu d'un acte de renoncement, d'une privation en union avec le sacrifice du Christ. Elle repoussait tout dessert. Elle refusait la barre de chocolat du goûter. M. Georges était trop au courant des habitudes pieuses. Il y vit des « sacrifices » (La Varende, Indulg. plén., 1951, p. 211).
Vieilli. Faire des sacrifices à. Tout passe en ce monde, nos douces jouissances d'abord, ces fleurs de la vie. Il faut en faire des sacrifices à Dieu (E. de Guérin, Lettres, 1846, p. 478).
b) Sacrifice (de soi). [Corresp. à se sacrifier] Fait de renoncer à ses intérêts propres voire à sa propre vie, pour un idéal ou par amour de son prochain. Synon. dévouement.Faire le sacrifice de soi. La vertu roide et domestique (...) d'une lignée de femmes irréprochables, obscures, tenaces dans le bien, à la fois sages et ingénues, toujours prêtes à l'oubli de soi, au renoncement, au sacrifice, enragées à se sacrifier (Bernanos, Dialog. ombres, 1928, p. 52).Alvaro: Car tu te sacrifies, n'est-ce pas? La générosité, c'est toujours le sacrifice de soi; il en est l'essence. Tu te sacrifies, Mariana? (Montherl., Maître Sant., 1947, iii, 5, p. 654).
Esprit de sacrifice. V. esprit 2esection II A loc.
c) Sacrifice (financier, d'argent). Fait de renoncer à un gain, de se priver pour consacrer une somme d'argent à un autre usage d'intérêt supérieur. Consentir à des sacrifices; économiser à force de sacrifices. Le titre d'avocat équivaut à une profession. Les familles font à l'envi de grands sacrifices pour pousser les enfants jusque-là (Reybaud, J. Paturot, 1842, p. 107).Vous n'avez fait aucun sacrifice, s'écria Simon. J'ai passé tous mes examens comme boursier, j'ai crevé de faim (Druon, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 29).
COMM. Rabais que fait un vendeur. Le prix naturel [d'une marchandise] est donc composé des sacrifices antérieurs, faits par le vendeur (Destutt de Tr., Comment. sur Espr. des lois, 1807, p. 263).P. exagér. Et le prix, mesdames et messieurs, il est minime et dérisoire. Ce n'est pas une vente que je fais, c'est un sacrifice (Arnoux, Paris, 1939, p. 173).
d) Sacrifices (d'hommes). Perte en soldats au cours d'une bataille, d'une guerre. Finalement, après des sacrifices immenses d'hommes et d'argent, ils [les Autrichiens] furent heureux d'accorder les honneurs de la guerre aux défenseurs (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 409).
e) ÉCON. Sacrifice d'un animal. Mise à mort d'un animal pour la consommation ou en cas d'accident ou de maladie. Synon. abattage.L'intérêt conduit au sacrifice d'un animal [bœuf] de 11 à 16 mois, pesant de 400 à 500 kg (Wolkowitsch, Élev., 1966, p. 155).
C. − Sacrifice à (+ subst.).Action de se plier, de plus ou moins bon gré, à quelqu'un ou à quelque chose. Synon. concession.Des sacrifices à l'opinion, moi! Et à quel titre? (Toepffer, Nouv. genev., 1839, p. 430).Ce fut [bitumer une entrée], d'ailleurs, le seul sacrifice aux architectes modernes qu'il accepta jamais (Zola, Curée, 1872, p. 399).
D. − ARTS, LITT., au plur. Suppression de détails dans une composition, une peinture pour donner plus de vigueur à l'ensemble. Quelles tortures ce polisson de passage m'aura fait subir! Je fais des sacrifices de détail qui me font pleurer (Flaub., Corresp., 1853, p. 381).On remarque dans les ouvrages des Hollandais et des Flamands (...) un art même de dérober les sacrifices qui charme l'imagination (Delacroix, Journal, 1857, p. 142).
REM.
Sacrification, subst. fém.,rare. a) Littér. Action de sacrifier. [L'affaire Dreyfus] allait éclater pour la sacrification de nos jeunesses (Péguy, V.-M., comte Hugo, 1910, p. 765).b) Écon. ,,Opération consistant à se priver d'un animal qu'il est nécessaire d'abattre prématurément d'un point de vue économique (accident, maladie)`` (Termes nouv. Sc. Techn. 1983).
Prononc. et Orth.: [sakʀifis]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1119 « offrande à la divinité » (Philippe de Thaon, Comput, éd. E. Mall, 705); b) 1remoit. xiies. en partic. « mort du Christ pour la rédemption du genre humain » (Psautier de Cambridge, éd. Fr. Michel, XIX, 3); 1694 sacrifice de Jesus-Christ (Ac.); c) 1670 saint sacrifice « la messe » (Bossuet, Duch. d'Orl. ds Littré); 2. 1651 « abandon volontaire, renoncement » (Pascal, Lettre sur la mort de son père ds Œuvres, éd. J. Mesnard, t. 2, p. 853). Empr. au lat.sacrificium « offrande à la divinité » (de sacrificare, v. sacrifier), et chez les aut. chrét. « le sacrifice eucharistique, la messe », « pain consacré, divines espèces » (v. Blaise Lat. chrét.). Fréq. abs. littér.: 4 792. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 9 124, b) 6 017; xxes.: a) 5 661, b) 5 964.
DÉR.
Sacrificiel, -ielle, adj.a) [En parlant d'un inanimé] Qui concerne le sacrifice, qui est propre aux sacrifices. Synon. vx sacrificatoire.Offrande sacrificielle; rite sacrificiel. P. métaph. La possibilité propre de l'être (...) c'est d'être fondement de soi comme conscience par l'acte sacrificiel qui le néantit (Sartre, Être et Néant, 1943, p. 124).b) [En parlant d'une pers. ou d'un ensemble de pers.] Littér. Qui est enclin au sacrifice de soi. Je suis Celte, Celte de la tête aux pieds, notre race est sacrificielle. La rage des causes perdues, quoi! (Bernanos, Journal curé camp., 1936, p. 1094).V. immoler ex. 2. [sakʀifisjεl]. 1reattest. 1931 (Bernanos, Gde peur, p. 181); de sacrifice, suff. -iel*.
BBG.Dub. Dér. 1962, p. 48 (s.v. sacrificiel). − Gall. 1955, p. 33. − Méditation sur le sacrifice. Foi Lang. 1981, n o1, pp. 73-74.

Sacrifice : définition du Wiktionnaire

Nom commun

sacrifice \sa.kʁi.fis\ masculin

  1. (Religion) Action par laquelle on offre certaines choses ou certaines victimes aux dieux, ou à Dieu, avec certaines cérémonies, pour rendre hommage à sa souveraine puissance.
    • Il offre des sacrifices, aux autres dieux selon le rite albain, à Hercule selon le rite grec, suivant en cela la règle établie par Évandre. — (Tite-Live, Histoire romaine, éd. 'Les belles Lettres, 1940, texte établi par J. Bayet et traduit par G. Baillet, tome 1, livre 1, § VII, p.13)
    • On ouvrit la séance par un sacrifice à Cérès. Des prêtres immolèrent un jeune cochon, et de son sang purifièrent l'enceinte. — (E.-F. Lantier, Voyages d'Anténor en Grèce et en Asie, Paris : chez Belin & chez Bernard, 2e édition revue, an VI, tome 1er, p.5)
    • Ils prétendent que Tyndare oublia Vénus dans un sacrifice qu'il offrit à tous les dieux , et qu'en punition de ce mépris, Vénus fit en sorte que les filles de ce prince fussent bigames , trigames, et désertrices de leurs maris. — (Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle, t.7 (G-Hem), Paris, Desoer, 1820, p.546)
  2. (Figuré) Abandon volontaire de quelque chose ; privation que l’on s’impose, ou qu’on accepte, pour l’amour de Dieu ou d’une personne, ou en considération de quelque chose.
    • Après chaque procès suivi d'exécutions, après chaque calamité publique réduite à coups d'impitoyables sacrifices et de mensonges de propagande, il lui faut des apothéoses. Nous avons décrit ces ovations des congrès, prolongées un quart d'heure entier. — (Victor Serge, Portrait de Staline, 1940)
    • Admettre cette préséance, c'est léser l'esprit républicain, porter atteinte aux principes de 89, faire fi des sacrifices consentis par les révolutionnaires de 1830 à 1871, c'est accepter de voir rétablir les iniquités qu'ils ont combattues au prix de leur sang ! — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • La loi fondamentale est celle-ci : vous n'avez le privilège de prendre qu'en donnant. C'est le véritable sens du sacrifice. — (Arnaud Desjardins, Les chemins de la sagesse, La Table Ronde, Pocket spiritualité, 1999, p. 446)
    • Je semble défier la mort et pourtant je ne peux protéger les corps meurtris. Les soldats vont encore être obligés de faire des sacrifices pour un résultat plus qu'incertain, probablement un échec. — (Jean-Louis Riguet, Aristide, la butte meurtrie (Vauquois 1914-1918), Éditions Dédicaces, 2014)
  3. (Par hyperbole) Concession que l'on accepte de faire.
    • Si j’oublie l’injure qu’il m’a faite, c’est un sacrifice que le vous fais. Je fais volontiers ce sacrifice à notre ancienne amitié.
  4. (Figuré) Cérémonie ; sacrement.
    • Vous avez entendu parler des prodiges qui se sont passés en l'église de cette paroisse, pendant le saint Sacrifice de la messe, […]. — (Les hosties sanglantes de Vrigne-aux-Bois (Ardennes): trois lettres de M. l'Abbé Jules Morel, Paris & Tournai : chez H. Casterman, s.d. (peu après 1859), p. 5)
    • C’est nous que ses joyeux tintements appellent au dining-car, et nous marchons en procession vers le lieu du sacrifice[…]. Sur les plates-formes se sont groupés les curieux empressés à ne rien perdre de la cérémonie nuptiale.— (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. XXII, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)

Verbe

sacrifice \Prononciation ?\

  1. Sacrifier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Sacrifice : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SACRIFICE. n. m.
Action par laquelle on offre certaines choses à Dieu avec certaines cérémonies, pour rendre hommage à sa souveraine puissance. Sacrifice solennel. Sacrifice propitiatoire, expiatoire. Les sacrifices de l'ancienne loi. Le sacrifice d'Abraham. Offrir un sacrifice, quelque chose en sacrifice. Le ministre du sacrifice. L'appareil du sacrifice. La victime destinée au sacrifice. L'autel des sacrifices. JÉSUS-CHRIST s'est offert en sacrifice à son Père sur la croix. Le sacrifice de la croix. JÉSUS-CHRIST est offert tous les jours en sacrifice sur nos autels. Le saint sacrifice de la messe ou simplement Le saint sacrifice. En termes de l'Écriture sainte, Offrir un sacrifice de louanges, Célébrer les louanges de Dieu.

SACRIFICE se dit aussi en parlant du Culte qu'on rendait aux idoles, aux fausses divinités, en leur offrant des victimes ou des dons. Les païens faisaient des sacrifices aux dieux, aux idoles. Le sacrifice d'Iphigénie. La victime destinée au sacrifice. Sacrifice sanglant, Celui où l'on immole une créature vivante. Sacrifice humain, Celui où l'on immole un être humain.

SACRIFICE signifie, au figuré, Abandon volontaire de quelque chose, privation que l'on s'impose, ou qu'on accepte, pour l'amour de Dieu ou d'une personne, ou en considération de quelque chose. Faire à Dieu le sacrifice de soi-même, de ce que l'on a de plus cher. Si j'oublie l'injure qu'il m'a faite, c'est un sacrifice que le vous fais. Je fais volontiers ce sacrifice à notre ancienne amitié. Avoir l'esprit de sacrifice. Il a recueilli le fruit de son sacrifice. C'est un sacrifice que l'honneur vous commande. Un sacrifice d'argent. Il a fait le sacrifice de sa vie. Elle a fait de grands sacrifices pour l'éducation de ses enfants.

Sacrifice : définition du Littré (1872-1877)

SACRIFICE (sa-kri-fi-s') s. m.
  • 1Chez les Hébreux, offrande faite à Dieu avec certaines cérémonies et consistant en des victimes ou des dons. Que les sacrifices des païens seront reçus de Dieu, et que Dieu retirera sa volonté des sacrifices des Juifs, Pascal, Pens. XXI, édit. HAVET. Qu'on lise le Vieil Testament en cette vue [qu'il est figure du Nouveau Testament], et qu'on voie si les sacrifices étaient vrais, si la parenté d'Abraham était la vraie cause de l'amitié de Dieu…, Pascal, ib. XVI, 16 bis. Selon la loi des sacrifices, quiconque mange la victime est assuré par cette action qu'il a part à l'oblation qu'on en a faite, Bossuet, Euchar. II, 7. Voici comme ce Dieu vous répond par ma bouche… Quel fruit me revient-il de tous vos sacrifices ? Ai-je besoin du sang des boucs et des génisses ? Racine, Athal. I, 1. Le peuple fuit, le sacrifice cesse, Racine, ib. II, 5. Un Dieu n'a pas besoin de nos soins assidus ; Si l'on peut l'offenser, c'est par des injustices ; Il nous juge sur nos vertus, Et non pas sur nos sacrifices, Voltaire, Pour et contre.

    Sacrifice perpétuel, sacrifice par lequel on offrait tous les jours quatre agneaux en holocauste, deux le matin et deux le soir. Depuis le temps que le sacrifice perpétuel aura été aboli, et que l'abomination de la désolation aura été établie, Sacy, Bible, Daniel, XII, 11.

    Sacrifice de jalousie, cérémonie à laquelle le sacrificateur soumettait une femme dont le mari suspectait la fidélité. Que si elle n'a point été souillée, elle n'en ressentira aucun mal, et elle aura des enfants ; c'est là la loi du sacrifice de jalousie, Sacy, Bible, Nomb. V, XXVIII, 29.

    Terme de l'Écriture. Offrir un sacrifice de louanges, célébrer les louanges de Dieu.

    En un sens analogue. Un sacrifice de larmes, de prières. Ceux dont elle a présenté les vœux ou les plaintes, offrent pour elle de tous côtés les sacrifices de leurs larmes ou de leurs prières, Fléchier, Mme de Montaus.

    Faire d'une vertu son sacrifice du matin et du soir, la pratiquer avec une constance inviolable. Il en faisait [de l'administration de la justice] son culte perpétuel, son sacrifice du matin et du soir, selon cette parole du Sage : La justice vaut mieux devant Dieu que de lui offrir des victimes, Bossuet, le Tellier.

  • 2Chez les chrétiens, le sacrifice de Jésus-Christ, la mort de Jésus-Christ sur la croix pour la rédemption du genre humain.

    Son sacrifice continuel, sa présence perpétuelle dans l'hostie consacrée. Pour considérer ce que c'est que la mort, et la mort en Jésus-Christ, il faut voir quel rang elle tient dans son sacrifice continuel et sans interruption, et pour cela remarquer que dans les sacrifices la principale partie est la mort de l'hostie, Pascal, Lettre sur la mort de son père. Les prêtres offrent pour elle le sacrifice de Jésus-Christ sur les autels, Fléchier, Duch. de Montaus.

    Le saint sacrifice de la messe, ou, simplement, le saint sacrifice, le sacrifice de la messe. Ah ! nous pouvons achever ce saint sacrifice pour le repos de Madame avec une pieuse confiance, Bossuet, Duch. d'Orl. Il [Montausier] assistait tous les jours au saint sacrifice ; et son attention et sa modestie imprimaient le respect aux âmes les moins touchées de la révérence du lieu et de la sainteté du culte, Fléchier, Duc de Montaus. Quels châtiments réservez-vous donc, grand Dieu, aux sacrifices indignes, aux oblations profanes, aux mystères souillés ? Massillon, Confér. Excell. du sacerd.

    Absolument. Le sacrifice, le saint sacrement. Les chrétiens ne connaissent plus la sainte frayeur dont on était saisi autrefois à la vue du sacrifice ; on dirait qu'il eût cessé d'être terrible, comme l'appelaient les saints Pères, Bossuet, Louis de Bourbon.

  • 3Il se dit de ce qui était offert aux dieux, dans le polythéisme. Mais nous devons aux dieux demain un sacrifice, Corneille, Hor. V, 3. Vous armez contre Troie une puissance vaine, Si, dans un sacrifice auguste et solennel, Une fille du sang d'Hélène De Diane en ces lieux n'ensanglante l'autel, Racine, Iphig. I, 1. On fit des sacrifices à Jupiter et aux autres grands dieux, Fénelon, Tél. VI. Il offrait tous les jours le sacrifice d'une brebis blanche et sans tache, Fénelon, ib. XVII. Homère décrit assez au long les cérémonies des sacrifices, dans le Ier livre de l'Iliade et dans le IIIe de l'Odyssée, Rollin, Traité des Et. II, 2. Comme le sacrifice de bœuf est le plus estimé, on fait pour les pauvres de petits gâteaux auxquels on donne la figure de cet animal, et les prêtres veulent bien se contenter de cette offrande, Barthélemy, Anach. ch. 21.

    Fig. Faire sacrifice, sacrifier. Et je n'ai pas moins qu'elle à rougir d'un supplice Qui profane l'autel où j'ai fait sacrifice, Corneille, Théod. III, 5.

    Fig. Un sacrifice, une victime. Ptolémée à César par un lâche artifice, Rome, de ton Pompée a fait un sacrifice, Corneille, Pomp. V, 1.

  • 4Sacrifices humains, sacrifices dans lesquels la victime est un être humain. Nous serions amplement dédommagés des fatigues extrêmes de cette campagne, si nous pouvions parvenir à détruire l'usage des sacrifices humains, qu'on dit être généralement répandus chez les insulaires de la mer du Sud, La Pérouse, Voy. t. II, p. 12, dans POUGENS.

    Sacrifices sanglants, sacrifices dans lesquels on immole des victimes.

  • 5Il se dit de la consécration à la vie religieuse. Allez à l'autel, victime de la pénitence, allez achever votre sacrifice, Bossuet, la Vallière.
  • 6 Fig. Abandon, privation, perte à laquelle on se résigne. Un sacrifice d'argent. Il a fait de grands sacrifices pour l'éducation de son fils. Que ces sacrifices particuliers [de nos affections] honorent et préviennent le sacrifice universel où la nature entière doit être consommée par la puissance de Jésus-Christ, Pascal, Lettre sur la mort de son père. Je veux, dit-il, m'arracher jusqu'aux moindres vestiges de l'humanité ; reconnaissez-vous un chrétien qui achève son sacrifice, qui fait le dernier effort, afin de rompre tous les liens de la chair et du sang, et ne tient plus à la terre ? Bossuet, le Tellier. Vous offrîtes à Dieu le sacrifice de vos cheveux, Bossuet, Lett. abb. 20. J'irai pour mon pays m'offrir en sacrifice, Racine, Esth. I, 3. Mais le roi, qui le hait [Achille], veut que je le haïsse ; Il ordonne à mon cœur ce cruel sacrifice, Racine, Iph. V, 1. Il [Cromwell, dans son alliance avec le gouvernement français contre l'Espagne] traita véritablement en supérieur, en obligeant le roi de France de faire sortir de ses États Charles II et le duc d'York… on ne pouvait faire un plus grand sacrifice de l'honneur à la fortune, Voltaire, Louis XIV, 6. Il est doux pour un véritable amant de faire des sacrifices qui lui sont tous comptés, Rousseau, Hél. I, 11. Tel est, mon ami, l'effet assuré des sacrifices que l'on fait à la vertu ; s'ils coûtent souvent à faire, il est toujours doux de les avoir faits, Rousseau, ib. I, 44. Non, madame, dit-il, restez ; il n'est plus temps ; je ne veux point de sacrifices, Marmontel, Mém. VIII. L'homme n'agit qu'en vue de son bonheur, il ne cesse point de s'aimer, et il ne s'aime jamais plus que quand il fait les plus grands sacrifices, Bonnet, Causes prem. IV, 17. Le sacrifice des forces navales fut jugé, mal à propos peut-être, indispensable, Raynal, Hist. phil. XIII, 58. Il y a une certaine gloire attachée aux grands sacrifices, qui du moins satisfait un peu l'amour-propre, Genlis, Vœux témér. t. II, p. 245, dans POUGENS. Un sacrifice absolu est plus facile à obtenir qu'un demi-sacrifice, Genlis, Ad. et Th. t. II, p. 292. Depuis la veille, quatre mille traîneurs et trois mille soldats étaient morts ou égarés ; les canons et tous les bagages perdus ; à peine restait-il à Ney trois mille combattants et autant d'hommes débandés ; enfin, quand tous ces sacrifices ont été consommés, et tout ce qui avait pu passer réuni, ils ont marché…, Ségur, Hist. de Nap. X, 9.
  • 7 Terme de peinture. Artifice qui consiste à négliger certains accessoires d'un tableau, pour mieux faire ressortir les parties principales.

    PROVERBE

    Obéissance vaut mieux que sacrifice, la prompte obéissance est particulièrement agréable.

REMARQUE

Le sacrifice est tantôt passif : le sacrifice d'Abraham, le sacrifice fait par Abraham ; tantôt actif : le sacrifice d'Isaac par Abraham, d'Iphigénie par Agamemnon

HISTORIQUE

XIVe s. Les sacrifices anciennement ordenés et teles assemblées estoient faites après ce que les fruis sont cuillis, Oresme, Eth. 246.

XVIe s. Les sacrifices qu'immoloyent pour lors les Israelites, Calvin, Instit. 512. Henri Cardinal, maintenant roi, craignant que Dom Antonio present le fist deposer, comme heritier par les masles, ou craignant du roi d'Espagne ce qui parut après, lui fit un sacrifice de calicuth, c'est à dire de peur, jetta dans le feu cet arrest et touttes les pieces justificatives de Dom Antonio, D'Aubigné, Hist. II, 397.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SACRIFICE. - HIST. Ajoutez : XIIe s. Liclers fu nés d'Egypte ; hon ne sot plus de sort [homme ne sut plus de divination], Et es respons as dex [dieux] se fioit il mult fort, Le sacrefixe a fait lès le temple en un ort [jardin], li Romans d'Alix. p. 414.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Sacrifice : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SACRIFICE, s. f. (Gram.) culte qu’on rend à la divinité par l’oblation de quelque victime, ou par quelqu’autre présent.

Sacrifice d’Abel, (Critique sacrée.) plusieurs lecteurs vont me demander avec curiosité, que je leur dise dans cet article, en quoi consistoit le sacrifice d’Abel, pourquoi l’être suprème eut égard à son offrande, & non à celle de Caïn, qui cependant lui présentoit les prémices de son travail & le fruit de sa sueur ; enfin comment Dieu fit connoitre que l’oblation d’Abel lui étoit seule agréable. Je vais répondre de mon mieux à ces trois questions qui partagent les interpretes de l’Ecriture, anciens & modernes.

L’auteur de la Genèse, c. iv. v. 4. dit, suivant nos traductions, qu’Abel offrit des premiers nés de son bétail, & de leur graisse ; c’est sur ce passage que la plûpart des commentateurs, d’après les rabbins, croient qu’Abel offrit à Dieu les premiers nés de son troupeau en holocauste, & ils prétendent que cet ordre de sacrifice étoit le seul qui fût en usage avant la loi ; mais divers savans, au nombre desquels est l’illustre Grotius, sont d’une autre opinion. Ils pensent qu’Abel n’offrit que du lait, ou de la crême de son bétail ; ils remarquent, pour appuyer leur sentiment, que l’on n’offroit à Dieu que ce qui servoit de nourriture aux hommes ; & comme avant le déluge ils n’usoient point de viande, ils ne sacrifioient aussi aucune créature vivante.

Nos versions disent qu’Abel offrit des premiers nés de sa bergerie, & de leur graisse. Grotius & M. le Clerc observent que par les premiers nés, il faut entendre les meilleurs, & que le terme בכור signifie souvent tout ce qui excelle dans son genre. Ils remarquent encore que le mot khalab, que l’on a traduit par celui de graisse, signifie aussi du lait, ou la graisse du lait, c’est-à-dire de la crême ; que c’est ainsi que les septante l’ont souvent rendu, & en particulier Genèse xviij 8. où nos versions portent du lait. Les anciens égyptiens offroient aussi du lait à leurs dieux. Diodore de Sicile rapporte que les habitans de l’île de Méroé avoient coutume de remplir tous les jours trois cens soixante vaisseaux de lait, en invoquant les noms des divinités qu’ils adoroient.

Quant au défaut du sacrifice de Caïn, Philon le fait consister en deux choses : 1°. qu’il ne l’offrit pas assez promptement, mais μεθ’ ἡμέρας, après quelques jours ; 2°. qu’il n’offrit que des fruits de la terre, & non les premiers nés de son bétail. L’auteur sacré de l’épître aux Hébreux, c. xj. v. 4. dit bien mieux, que ce fut la foi d’Abel qui fit préférer son sacrifice à celui de Caïn ; cette foi, qui est une subsistance, ou une ferme attente, ὑπόστασις, des choses qu’on espere, c’est-à-dire, la persuasion que Dieu récompensera les gens de bien dans cette vie ou dans une autre.

Selon la plûpart des commentateurs, Dieu fit descendre le feu du ciel pour marquer que le sacrifice d’Abel lui étoit agréable ; mais il est fort permis de penser différemment. On convient qu’il y a dans l’histoire sainte des exemples de sacrifices consumés par un feu miraculeux ; mais lorsque cela est arrivé, l’Ecriture l’a dit en termes exprès ; au lieu que dans l’occasion dont il s’agit ici, il n’est point fait mention d’un tel feu ; & nous ne devons pas supposer des miracles sans nécessité. D’ailleurs il y a tout lieu de croire que l’impie Caïn se seroit mis peu en peine que son sacrifice fût consumé par le feu ou non. Il est donc naturel de chercher quelqu’autre marque de l’approbation de Dieu dont Caïn ait pu être touché, & qui ait été capable d’exciter son ressentiment contre son frere ; or voici l’idée ingénieuse d’un professeur de Leyde sur cette troisieme question.

Il convient que Moise rapporte (immédiatement après avoir dit que Caïn & Abel offrirent des sacrifices) que Dieu eut égard à l’oblation d’Abel, & qu’il n’eut point d’égard à celle de Cain ; mais l’on ne doit pas conclure de-là que les marques de l’approbation divine suivirent d’abord le sacrifice. La maniere dont cette histoire nous est rapportée, nous insinue qu’Abel & Caïn vécurent plusieurs années, l’un comme berger, & l’autre comme laboureur ; & l’on peut supposer, sans faire violence au texte, que lorsqu’ils retirerent quelque profit de leur travail, ils en offrirent les fruits à Dieu, & qu’ils continuerent pendant plusieurs années. Abel, dit l’historien sacré, étoit berger ; mais Caïn étoit laboureur, & il arriva au bout de quelque tems, &c. Ces paroles, au bout de quelque tems, en hébreu mikketz jamin, signifient quelquefois au bout de quelques ou plusieurs années, comme on peut le voir Deut. c. xiv. v. 28. au bout de trois ans, où le mot de trois détermine le nombre des armées ; mais comme il n’y a point de nombre marqué dans le passage en question, on pourroit le traduire, au bout de quelques années.

En effet, il est très-probable que ce ne fut qu’au bout de quelques années qu’Abel connut qu’il étoit agréable à Dieu, & Caïn qu’il ne l’étoit point. Le premier prospéra, & vit son troupeau augmenter : Caïn au contraire s’apperçut qu’il ne fleurissoit point, & que la terre ne lui fournissoit pas d’abondantes récoltes : ce furent-là les voies par lesquelles Dieu fit connoitre qu’il avoit agréé le sacrifice d’Abel, & qu’il n’avoit point eu égard à celui de Caïn ; & c’est ce qui aigrit le jaloux Caïn contre son frere. Voyant que Dieu le bénissoit beaucoup plus que lui, il résolut enfin de le tuer, & exécuta cet horrible dessein.

On sait de quelle maniere attendrissante & pathétique l’auteur spirituel du poëme de la mort d’Abel a traité tout récemment ce sujet de notre religion. Non-seulement c’est un ouvrage neuf par sa structure, sa forme & son ton ; mais M. Gessner a encore eu l’art d’augmenter l’intérêt que nous prenons à cet évenement de l’histoire sainte, par la maniere vive & touchante dont il peint les diverses passions de nos premiers ayeux, & par les graces & la vérité qu’il met dans ses tableaux, lorsqu’il décrit les mœurs des premiers hommes qui ont habité la terre. A l’égard du sacrifice qu’Abel offrit à Dieu, il a cru devoir préférer l’opinion d’une victime en holocauste, au sentiment de Grotius, & voici comme il s’exprime à ce sujet dans la traduction soignée qu’en a faite M. Huber. C’est un trop beau morceau pour n’en pas décorer mon article. Lisez-le.

Le soleil ne donnant plus qu’une lumiere adoucie, dardoit encore ses derniers rayons à-travers le feuillage, prêt à s’aller cacher derriere les montagnes ; les fleurs distribuoient leurs parfums sur les zéphirs, comme pour les charger de les exhaler sur lui ; & les oiseaux à l’envi lui donnoient l’agréable amusement de leurs concerts. Caïn & Abel arriverent sous le feuillage, & virent avec une joie délicieuse leur pere rendu à leurs yeux. Sa priere finissoit ; il se leva, & embrassa les larmes aux yeux, sa femme & ses enfans ; après quoi il s’en retourna dans sa cabane. Cependant Abel dit à Caïn : mon cher frere, quelles actions de graces rendrons-nous au seigneur de ce qu’il a exaucé nos gémissemens, & de ce qu’il nous rend notre précieux pere ? Je vais pour moi, à cette heure où la lune se leve, m’acheminer vers mon autel, pour y offrir au seigneur en sacrifice le plus jeune de mes agneaux. Et toi, mon cher frere, es-tu dans la même idée ? Voudrois-tu aussi sur ton autel, faire un sacrifice au seigneur ?

Caïn le regardant d’un œil chagrin : oui, dit-il, je vais aller à mon autel offrir en sacrifice au seigneur, ce que la pauvreté des champs me donne. Abel lui répondit gracieusement : mon frere, le seigneur ne compte pour rien l’agneau qui brûle devant lui, ni les fruits de la campagne que la flamme consume, pourvu qu’une piété sans tache brûle dans le cœur de celui qui donne l’un ou l’autre.

Caïn repartit : il est vrai, le feu tombera tout d’abord du ciel pour consumer ton holocauste ; car c’est par toi que le seigneur a envoyé du secours ; pour moi il m’a dédaigné ; mais je n’en irai pas moins lui offrir mon sacrifice.

Abel alors se jetta tendrement au cou de Caïn, en disant : ah, mon frere, mon cher frere, est-ce que tu te fais un nouveau sujet de chagrin de ce que le seigneur s’est servi de moi pour porter du secours à mon pere ? S’il s’est servi de moi, c’est une commission dont il m’a chargé pour nous tous. O mon frere, écarte, je t’en supplie, ces fâcheuses idées ; le seigneur qui lit dans nos ames, sait bien y découvrir les pensées injustes & les murmures sourds. Aime-moi, comme je t’aime. Vas offrir ton sacrifice ; mais ne permets pas que des dispositions impures en souillent la sainteté ; & compte qu’alors le seigneur recevra favorablement tes louanges & tes actions de graces, & qu’il te bénira du haut de son thrône.

Caïn ne répondit point ; il prit le chemin de ses champs, & Abel le regardant avec tristesse, prit celui de ses pâturages, chacun s’avançant vers son autel. Abel égorgea le plus jeune de ses agneaux, l’étendit sur l’autel, le parsema de branches aromatiques & de fleurs, & mit le feu à l’holocauste ; puis échauffé d’une piété fervente, il s’agenouilla devant l’autel, & fit à Dieu les actions de graces & les louanges les plus affectueuses. Pendant ce tems, la flamme du sacrifice s’élevoit en ondoyant à-travers les ombres de la nuit ; le seigneur avoit défendu aux vents de souffler, parce que le sacrifice lui étoit agréable.

De son côté, Caïn mit des fruits de ses champs sur son sacrifice, & se prosterna devant son autel ; aussitôt les buissons s’agiterent avec un bruit épouvantable, un tourbillon dissipa en mugissant, le sacrifice, & couvrit le malheureux de flammes & de fumée. Il recula de l’autel en tremblant, & une voix terrible, qui sortit de la nuée, lui dit : pourquoi trembles-tu, & pourquoi la terreur est-elle peinte sur ton visage ? Il en est encore tems, corrige-toi, je te pardonnerai ton péché ; sinon ton péché & son châtiment te poursuivront jusque dans ta cabane. Pourquoi haïs-tu ton frere ? il t’aime & t’honore. La voix se tut, & Caïn saisi de frayeur quitta ce lieu affreux pour lui, & s’en retourna ; le vent furieux chassoit encore après lui la fumée infecte du sacrifice ; son cœur frissonnoit, & une sueur froide coula de ses membres.

Cependant, en promenant ses regards, il vit dans la campagne les flammes du sacrifice de son frere qui s’élevoient en tournoyant dans les airs. Désespéré par ce spectacle, il tourna ses pas ailleurs, & traina loin de-là sa noire mélancolie, jusqu’à ce qu’enfin il s’arrêta sous un buisson, & bientôt le sommeil déploya sur lui ses sombres ailes.

Depuis long-tems un génie que l’enfer appelloit Anamalech, observoit ses démarches. Il suivit en secret les traces de Caïn, & saisit ce moment pour troubler son ame par toutes les images qui pouvoient faire naître en lui, l’égarement, l’envie à la dent corrosive, la colere emportée, & toutes les passions furieuses. Tandis que l’esprit impur travailloit à troubler ainsi l’ame de Caïn, un bruit épouvantable se fit entendre sur la cime des montagnes, un vent mugissant agitoit les buissons, & rabattoit les boucles des cheveux de Caïn le long de son front & de ses joues. Mais en vain les buissons mugirent ; en vain les boucles de ses cheveux battirent son front & ses joues, le sommeil s’étoit appesanti sur ses yeux ; rien ne put les lui faire ouvrir.

Caïn frémissoit encore de son songe, lorsqu’Abel qui l’avoit apperçu dans le bocage au pié du rocher, s’approcha, & jettant sur lui des regards pleins d’affection, il dit avec cette douceur qui lui étoit propre : ah mon frere, puisses-tu bientôt te réveiller, pour que mon cœur gros de tendresse, te puisse exprimer ses sentimens, & que mes bras puissent t’embrasser ! Mais plutôt modérez-vous, desirs empressés. Peut-être que ses membres fatigués ont encore besoin des influences restaurantes du sommeil. Mais… comme le voilà étendu, défait… inquiet ; …la fureur paroit peinte sur son front. Eh pourquoi le troublez-vous, songes effrayans ? laissez son ame tranquille ; venez, images agréables, peintures des douces occupations domestiques & des tendres embrassemens, venez dans son cœur. Que tout ce qu’il y a de beau & de flatteur dans la nature, remplisse son imagination de charmes & de délices ; qu’elle soit riante comme un jour de printems ! que la joie soit peinte sur son front, & qu’à son réveil les hymnes éclosent de ses levres. A ces mots, il fixa son frere avec des yeux animés d’un tendre amour & d’une attente inquiete.

Tel qu’un lion redoutable dormant au pié d’un rocher, glace par sa criniere hérissée le voyageur tremblant, & l’oblige à prendre un détour pour passer : si d’un vol rapide une fleche meurtriere vient à lui percer le flanc, il se leve soudain avec des rugissemens affreux, & cherche son ennemi en écumant de rage ; le premier objet qu’il rencontre, sert de pâture à sa fureur ; il déchire un enfant innocent qui se joue avec des fleurs sur l’herbe. Ainsi se leva Caïn les yeux étincelans de fureur. Maudite soit l’heure, s’écria-t-il, à laquelle ma mere, en me mettant au monde, a donné la premiere preuve de sa triste fécondité. Maudite soit la région où elle a senti les premieres douleurs de l’enfantement. Périsse tout ce qui y est né. Que celui qui veut y semer, perde ses peines, & qu’une terreur subite fasse tressaillir tous les os de ceux qui y passeront.

Telles étoient les imprécations du malheureux Caïn, lorsqu’Abel pâle, comme on l’est au bord du tombeau, risqua de s’avancer à pas chancelans. Mon frere, lui dit-il d’une voix entrecoupée par l’effroi : mais non… Dieu !… je frissonne !… un des séditieux reprouvrés que la foudre de l’Eternel a précipités du ciel, a sans doute emprunté sa figure, sous laquelle il blasphème ? Ah fuyons. Où es-tu, mon frere, que je te bénisse ?

Le voici s’écria Caïn avec une voix de tonnerre, le voici ce favori du vengeur éternel & de la nature ; ah toute la rage de l’enfer est dans mon cœur. Ne pourrai-je ?… Caïn, mon frere, dit Abel, en l’interrompant avec une émotion dans la voix & une altération dans le visage, qui exprimoit tout-à-la-fois sa surprise, son inquiétude & son affection, quel songe affreux a troublé ton ame ? Je viens des l’aurore pour te chercher, pour t’embrasser, avec le jour naissant ; mais quelle tempête intérieure t’agite ? Que tu reçois mal mon tendre amour ! Quand viendront hélas, les jours fortunés, les jours délicieux où la paix & l’amitié fraternelle rétablies seront revivre dans nos ames le doux repos & les plaisirs rians, ces jours après lesquels notre pere affligé & notre tendre mere soupirent avec tant d’ardeur ? O Caïn, tu ne comptes donc pour rien ces plaisirs de la réconciliation, à quoi tu feignis toi-même d’être sensible, lorsque tout transporté de joie je volai dans tes bras ? Est ce que je t’aurois offensé depuis ? Dis-moi si j’ai eu ce malheur ; mais tu ne cesses pas de me lancer des regards furieux. Je t’en conjure par tout ce qu’il y a de sacré, laisse-toi calmer, souffre mes innocentes caresses ! En disant ces derniers mots, il se mit en devoir d’embrasser les genoux de Caïn ; mais celui-ci recula en-arriere ;… ah, serpent, dit-il, tu veux m’entortiller !… & en même tems ayant saisi une lourde massue, qu’il éleva d’un bras furieux, il en frappa violemment la tête d’Abel. L’innocent tomba à ses piés, le crane fracassé ; il tourna encore une fois ses regards sur son frere, le pardon peint dans les yeux, & mourut ; son sang coula le long des boucles de sa blonde chevelure, aux piés même du meurtrier.

A la vue de son crime, Caïn épouvanté étoit d’une pâleur mortelle ; une sueur froide couloit de ses membres tremblans ; il fut témoin des dernieres convulsions de son frere expirant. La fumée de ce sang qu’il venoit de verser, monta jusqu’à lui. Maudit coup ! s’écria-t-il, mon frere !… reveille-toi… reveille-toi, mon frere ? Que son visage est pâle ! Que son œil est fixe ! Comme son sang inonde sa tête… Malheureux que je suis… Ah, qu’est-ce que je pressens !… Il jetta loin de lui la massue sanglante. Puis se baissant sur la malheureuse victime de sa rage, il voulut la relever de terre. Abel !… mon frere… crioit-il au cadavre sans vie ; Abel, réveille-toi…. Ah, l’horreur des enfers vient me saisir ! O mort… c’en est donc fait pour toujours, mon crime est sans remede. (Le chevalier de Jaucourt.)

Sacrifices du paganisme, (Mythol. antiq. Lit.) Théophraste rapporte que les Egyptiens furent les premiers qui offrirent à la divinité des prémices, non d’encens & de parfums, bien moins encore d’animaux, mais de simples herbes, qui sont les premieres productions de la terre. Ces premiers sacrifices furent consumés par le feu, & de là viennent les termes grecs θύειν, θυεία, θυματήριον, qui signifient sacrifier, &c. On brula ensuite des parfums, qu’on appella ἀρώματα, du grec ἀράομαι, qui veut dire prier. On ne vint à sacrifier les animaux que lorsqu’ils eurent fait quelque grand dégât des herbes ou des fruits qu’on devoit offrir sur l’autel. Le même Théophraste ajoute qu’avant l’immolation des bêtes, outre les offrandes des herbes & des fruits de la terre, les sacrifices des libations étoient fort ordinaires, en versant sur les autels de l’eau, du miel, de l’huile, & du vin, & ces sacrifices s’appelloient Nephalia, Melitosponda, Elæosponda, Ænosponda.

Ovide assure que le nom même de victime marque qu’on n’en égorgea qu’après qu’on eut remporté des victoires sur les ennemis, & que celui d’hostie fait connoître que les hostilités avoient précédé. En effet, lorsque les hommes ne vivoient encore que de légumes, ils n’avoient garde d’immoler des bêtes dont la loi du sacrifice vouloit qu’on mangeât quelque partie.

Ante Deos homini quod conciliare valeret,
Fas erat, & puri lucida mica satis.

Pythagore s’éleva contre ce massacre des bêtes, soit pour les manger, ou les sacrifier. Il prétendoit qu’il seroit tout au plus pardonnable d’avoir sacrifié le pourceau à Céres, & la chevre à Bacchus, à cause du ravage que ces animaux font dans les blés & dans les vignes ; mais que les brebis innocentes, & les bœufs utiles au labourage de la terre, ne peuvent s’immoler sans une extrême dureté, quoique les hommes tâchent inutilement de couvrir leur injustice du voile de l’honneur des dieux : Ovide embrasse la même morale.

Nec satis est quod tale nefas committitur ipsos
Inscripsere deos sceleri ; numenque supernum,
Cæde laboriferi credunt gaudere juvenci.

Horace déclare aussi que la plus pure & la plus simple maniere d’appaiser les dieux, est de leur offrir de la farine, du sel, & quelques herbes odoriférantes.

Te nihil attinet
Tentare multâ cæde bidentium,
Mollibis aversos penates,
Farre pio, & saliente mica.

Les payens avoient trois sortes de sacrifices, de publics, de domestiques, & d’étrangers.

Les publics, dont nous décrirons les cérémonies avec un peu d’étendue, se faisoient aux dépens du public pour le bien de l’état, pour remercier les dieux de quelque faveur signalée, ou les prier de détourner les calamités qui menaçoient, ou qui affligeoient un peuple, un pays, une ville.

Les sacrifices domestiques se pratiquoient par ceux d’une même famille, & à leurs dépens, dont ils chargeoient souvent leurs héritiers. Aussi Plaute fait dire à un valet nommé Ergasile, dans ses captifs, qui avoit trouvé une marmite pleine d’or, que Jupiter lui avoit envoyé tant de biens, sans être chargé de faire aucun sacrifice.

Sine sacris hæreditatem suam adeptus effertissimam.


« J’ai obtenu une bonne succession, sans être obligé aux frais des sacrifices de la maison ».

Les sacrifices étrangers étoient ceux qu’on faisoit lorsqu’on transportoit à Rome les dieux tutélaires des villes ou des provinces subjuguées, avec leurs mysteres & les cérémonies de leur culte religieux.

De plus, les sacrifices s’offroient encore ou pour l’avantage des vivans, ou pour le bien des défunts, car la fête des morts est ancienne, les Romains l’avoient avant les catholiques ; elle se célébroit chez eux au mois de Février, ainsi que Ciceron nous l’apprend : Februario mense, qui tunc extremas anni mensis erat, mortuis parentari voluerant.

La matiere des sacrifices étoit comme nous l’avons dit, des fruits de la terre, ou des victimes d’animaux, dont on présentoit quelquefois la chair & les entrailles aux dieux, & quelquefois on se contentoit de leur offrir seulement l’ame des victimes, comme Virgile fait faire à Entellus, qui immole un taureau à Eryx, pour la mort de Darès, donnant ame pour ame,

Hanc tibi, Eryx, meliorem animam pro morte Daretis,
Persolvo.

Les sacrifices étoient différens par rapport à la diversité des dieux que les anciens adoroient ; car il y en avoit aux dieux célestes, aux dieux des enfers, aux dieux marins, aux dieux de l’air, & aux dieux de la terre. On sacrifioit aux premiers des victimes blanches en nombre impair ; aux seconds des victimes noires, avec une libation de vin pur & de lait chaud qu’on repandoit dans des fosses avec le sang des victimes ; aux troisiemes on immoloit des hosties noires & blanches sur le bord de la mer, jettant les entrailles dans les eaux, le plus loin que l’on pouvoit, & y ajoutant une effusion de vin.

cadentem in littore taurum,
Constitutam ante aras voti reus, extaque salsos
Porriciam in fluctus, & vina liquentia fundam.

On immoloit aux dieux de la terre des victimes blanches, & on leur élevoit des autels comme aux dieux célestes ; pour les dieux de l’air, on leur offroit seulement du vin, du miel, & de l’encens.

On faisoit le choix de la victime, qui devoit être saine & entiere, sans aucune tache ni défaut ; par exemple elle ne devoit point avoir la queue pointue, ni la langue noire, ni les oreilles fendues, comme le remarque Servius, sur ce vers du 6 de l’Enéïde.

Totidem lectas de more bidentes.


Idest, ne habeant caudam aculeatam, nec linguam nigram, nec aurem fissam : & il falloit que les taureaux n’eussent point été mis sous le joug.

Le choix de la victime étant fait, on lui doroit le front & les cornes, principalement aux taureaux, au génisses, & aux vaches :

Et statuam ante aras auratâ fronte juvencum.

Macrobe rapporte au I. liv. des saturnales, un arrêt du sénat, par lequel il est ordonné aux décemvirs, dans la solemnité des jeux apollinaires, d’immoler à Apollon un bœuf doré, deux chevres blanches dorées, & à Latone une vache dorée.

On leur ornoit encore la tête d’une infule de laine, d’où pendoient deux rangs de chapelets, avec des rubans tortillés, & sur le milieu du corps une sorte d’étole assez large qui tomboit des deux côtés ; les moindres victimes étoient seulement ornées de chapeaux de fleurs & de festons, avec des bandelettes ou guirlandes blanches.

Les victimes ainsi parées, étoient amenées devant l’autel, & cette action s’exprimoit par ce mot grec ἄγειν, ἐλᾶν, agere, ducere ; la victime s’appelloit agonia, & ceux qui la conduisoient, agones. Les petites hosties ne se menoient point par le lien, on les conduisoit seulement, les chassant doucement devant soi ; mais on menoit les grandes hosties avec un licou, au lieu du sacrifice ; il ne falloit pas que la victime se débattît, ou qu’elle ne voulût pas marcher, car la résistance qu’elle faisoit, étoit tenue à mauvais augure, le sacrifice devant être libre.

La victime amenée devant l’autel, étoit encore examinée & considerée fort attentivement, pour voir si elle n’avoit pas quelque défaut, & cette action se nommoit probatio hostiarum, & exploratio. Après cet examen le prêtre revêtu de ses habits sacerdotaux, & accompagné des victimaires, & autres ministres des sacrifices, s’étant lavé & purifié suivant les cérémonies prescrites, commençoit le sacrifice par une confession qu’il faisoit tout haut de son indignité, se reconnoissant coupable de plusieurs péchés, dont il demandoit pardon aux dieux, espérant que sans y avoir égard, ils voudroient bien lui accorder ses demandes.

Cette confession faite, le prêtre crioit au public, hoc age, soyez recueilli & attentif au sacrifice ; aussitôt une espece d’huissier tenant en main une baguette qu’on nommoit commentaculum, s’en alloit par le temple, & en faisoit sortir tous ceux qui n’étoient pas encore instruits dans les mysteres de la religion, & ceux qui étoient excommuniés. La coutume des Grecs, de qui les Romains l’emprunterent, étoit que le prêtre venant à l’autel demandoit tout haut, τίς τῇδε, qui est ici ? Le peuple répondoit πολλοὶ καὶ ἀγαθοί, plusieurs personnes & gens de bien. Alors l’huissier crioit dans tous les coins du temple Ἑκὰς, ἑκάς ἐστε βέϐηλοι, c’est-à-dire loin d’ici méchans ; ou bien Ἑκὰς, ἑκὰς ἴθι ἀλιτροί, loin d’ici profanes. Les Latins disoient ordinairement, nocentes, profani, abscedite ; chez les Grecs, tous ceux qu’on chassoit des temples, étoient compris sous ces mots généraux, βέϐηλοι, ἄμυστοι, ἀκάθαρτοι, &c.

Ovide a nommé dans ses fastes liv. II. la plûpart des pécheurs qui ne pouvoient assister aux mysteres des dieux. Voici sa liste qui devroit nous servir de regle.

Innocui veniant, procul hinc, procul impius esto
Frater, & in partus mater acerba suos :
Cui pater est vivax : qui matris digerit annos,
Quæ premit invisam socrus amica nutum.
Tantalidæ fratres absint, & Jasonis uxor,
Et quæ ruricolis semina tosta dedit !
Et soror, & Progne, Tereusque duabus iniquus ;
Et quicumque suas per scelus auget opes.

Nous apprenons de ces beaux vers, qu’à parler en général, il y avoit deux sortes de personnes à qui on défendoit d’assister aux sacrifices ; savoir les profanes, c’est-à-dire ceux qui n’étoient pas encore instruits dans le culte des dieux, & ceux qui avoient fait quelque action énorme, comme d’avoir frappé leur pere ou leur mere. Il y avoit certains sacrifices en Grece, dont les filles & les esclaves étoient bannis. Dans la Chéronée, le prêtre tenant en main un fouet, se tenoit à la porte du temple de Matuta, & défendoit à haute voix aux esclaves étoliens d’y entrer. Chez les Mages ceux qui avoient des taches de rousseur au visage, ne pouvoient point approcher des autels, selon le témoignage de Pline, livre XXX. chap. ij. Il en étoit de même chez les Germains, de ceux qui avoient perdu leur bouclier dans le combat ; & parmi les Scythes, de celui qui n’avoit point tué d’ennemi dans la bataille. Les dames romaines ne devoient assister aux sacrifices que voilées.

Les profanes & les excommuniés s’étant retirés, on crioit favete linguis ou animis, & pascite linguam, pour demander le silence & l’attention pendant le sacrifice. Les Egyptiens avoient coutume, dans le même dessein, de faire paroître la statue d’Harpocrate, dieu du silence, qu’ils appelloient σιγαλόεντα. Pour les Romains, ils mettoient sur l’autel de Volupia, la statue de la déesse Angéronia, qui avoit la bouche cachetée, pour apprendre que dans les mysteres de la religion, il faut être attentif de corps & d’esprit.

Cependant le prêtre bénissoit l’eau pour en faire l’aspersion avec les cérémonies ordinaires, soit en y jettant les cendres du bois qui avoit servi à bruler les victimes, soit en y éteignant la torche du sacrifice ; il aspergeoit de cette eau lustrale, & les autels & tout le peuple, pendant que le chœur des musiciens chantoit des hymnes en l’honneur des dieux.

Ensuite on faisoit les encensemens aux autels, aux statues des dieux, & aux victimes ; le prêtre ayant le visage tourné vers l’orient, & tenant les coins de l’autel, lisoit les prieres dans le livre des cérémonies, & les commençoit par Janus & Vesta, en leur offrant avant toute autre divinité, du vin & de l’encens. Héliogobale ordonna cependant qu’on adressât la préface des prieres au dieu Héliogobale. Domitien voulut aussi qu’on les commençât en s’adressant à Pallas, dont il se disoit fils, selon le témoignage de Philostrate. Toutefois les Romains restituerent cet honneur à Janus & à Vesta.

Après cette courte préface, l’officiant faisoit une longue oraison au dieu à qui il adressoit le sacrifice, & ensuite à tous les autres dieux qu’on conjuroit d’être propices à ceux pour lesquels on offroit le sacrifice, d’assister l’empire, les empereurs, les principaux ministres, les particuliers, & l’état en général. C’est ce que Virgile a religieusement observé dans la priere qui fut faite à Hercule par les Saliens, ajoutant, après avoir rapporté ses belles actions :

Salve vera Jovis proles, decus addite divis,
Et nos & tua dexter adi pede sacra secundo.

Æneid. l. VIII.

Apulée rend à la déesse Isis une action de grace qui mérite d’être ici rapportée, à cause de sa singularité.

Tu quidem sancta & humani generis sospitatrix perpetua, semper fovendis mortalibus munifica, dulcem matris affectionem miserorum casibus tribuis, nec dies, nec quies ulla, acne momentum quidem tenue tuis transcurris beneficiis otiosum, quâ mari terrâque protegas homines, & depulsis vitæ procellis salutarem porrigas dexteram, quâ fatorum etiam inextricabiliter contorta retractas licia, & fortunæ tempestates mitigas, & stellarum varios meatus cohibes.

Te superi colunt, observant inferi, tu rotas orbem, luminas solem, regis mundum, calcas tartarum ; tibi respondent sidera, redeunt tempora, gaudent numina, serviunt elementa, tuo natu spirant flumina, nutriunt nubila, germinant semina, crescunt gramina. Tuam majestatem perhorrescunt aves cœlo meantes, feræ montibus errantes, serpentes solo latentes belluæ, ponto natantes.

At ego referendis laudibus tuis exilis ingenio, & adhibendis sacrificiis tenuis patrimonio. Nec mihi vocis ubertas, ad dicenda quæ de tuâ majestate sentio, sufficit, nec ora mille, linguæque totidem, vel indefensi sermonis æterna series. Ergo quod solùm potest religiosus quidem, sed pauper, alioquin efficere curabo, divinos tuos vultus, numenque sanctissimum, intra pectoris mei secreta conditum, perpetuò custodiens, imaginabor.

Ces prieres se faisoient de bout, tantôt à voix basse, & tantôt à voix haute ; ils ne les faisoient assis que dans les sacrifices pour les morts.

Multis dum precibus Jovem salutat,
Stans summos resupinus usque in ungues.

Mart. l. XII. épigr. 78.


Virgile dit :

Luco tùm fortè parentis,
Pilumni Turnus sacratâ valle sedebat.

Æneïd. l. IX.

Le prêtre récitoit ensuite une espece de prône, pour la prospérité des empereurs & de l’état, comme nous l’apprenons d’Apulée, livre II. de l’âne d’or. Après, dit-il, qu’on eut ramené la procession dans le temple de la déesse Isis, un des prêtres appellé grammateus, se tenant debout devant la porte du chœur, assembla tous les pastophores, & montant sur un lieu élevé, prit son livre, lut à haute voix plusieurs prieres pour l’empereur, pour le sénat, pour les chevaliers romains, & pour le peuple, ajoutant quelque instruction sur la religion : Tunc exiis quem cuncti grammateum vocabant, pro foribus assistens, cœtu pastophorum (quod sacro sancti collegii nomen est) velut in concionem vocato, indidem de sublimi suggestu, de libro, de litteris faustâ voce præfatus principi magno, senatuque, equiti, totique populo, noticis, navibus, &c.

Ces cérémonies finies, le sacrificateur s’étant assis, & les victimaires étant debout, les magistrats ou les personnes privées qui offroient les prémices des fruits avec la victime, faisoient quelquefois un petit discours ou maniere de compliment ; c’est pour cela que Lucien en fait faire un par les ambassadeurs de Phalaris aux prêtres de Delphes, en leur présentant de sa part un taureau d’airain, qui étoit un chef-d’œuvre de l’art.

A mesure que chacun présentoit son offrande, il alloit se laver les mains en un lieu exprès du temple, pour se préparer plus dignement au sacrifice, & pour remercier les dieux d’avoir bien voulu recevoir leurs victimes. L’offrande étant faite, le prêtre officiant encensoit les victimes, & les arrosoit d’eau lustrale ; ensuite remontant à l’autel, il prioit à haute voix le dieu d’avoir agréables les victimes qu’il lui alloit immoler pour les nécessités publiques, & pour telles ou telles raisons particulieres ; & après cela le prêtre descendoit au bas des marches de l’autel, & recevoit de la main d’un des ministres, la pâte sacrée appellée mola salsa, qui étoit de farine d’orge ou de froment, pâitrie avec le sel & l’eau, qu’il jettoit sur la tête de la victime, répandant par-dessus un peu de vin ; cette action se nommoit immolatio, quasi molæ illatio, comme un épanchement de cette pâte, mola salsa, dit Festus, vocatur sar totum, & sale sparsum, quo deo molito hostiæ aspergantur.

Virgile a exprimé cette cérémonie en plusieurs endroits de son poëme ; par exemple,

Jamque dies infanda aderat mihi sacra parari,
Et salsæ fruges, & circùm tempora vellæ.

Éneïd. l. II.

Le prêtre ayant répandu des miettes de cette pâte salée sur la tête de la victime, ce qui en constituoit la premiere consécration, il prenoit du vin avec le simpule, qui étoit une maniere de burette, & en ayant gouté le premier, & fait gouter aux assistans, il le versoit entre les cornes de la victime, & prononçant ces paroles de consécration, mactus hoc vino inferio esto, c’est-à-dire que cette victime soit honorée par ce vin, pour être plus agréable aux dieux. Cela fait il arrachoit des poils d’entre les cornes de la victime, & les jettoit dans le feu allumé.

Et summa scarpens media inter cornua setas,
Ignibus imponit sacris.

Il commandoit ensuite au victimaire de frapper la victime, & celui-ci l’assommoit d’un grand coup de maillet ou de hache sur la tête : aussi-tôt un autre ministre nommé popa, lui plongeoit un couteau dans la gorge, pendant qu’un troisieme recevoit le sang de l’animal, qui sortoit à gros bouillons, dont le prêtre arrosoit l’autel.

Supponunt alii cultros, tepidumque crucrem
Suscipiunt pateris.

Virgile.

La victime ayant été égorgée, on l’écorchoit, excepté dans les holocaustes, où on brûloit la peau avec l’animal ; on en détachoit la tête, qu’on ornoit de guirlandes & de festons, & on l’attachoit aux piliers des temples, aussi-bien que les peaux, comme des enseignes de la religion, qu’on portoit en procession dans quelque calamité publique, c’est ce que nous apprend ce passage de Cicéron contre Pison. Et quid recordaris cùm omni totius provinciæ pecore cumpulso, pellicum nomine omnem quæstum illum domesticum paternumque renovasti ? Et encore par cet autre de Festus, pellem habere Hercules fingitur, ut homines cultus antiqui admoneantur ; lugentes quoque diebus luctûs in pellibus sunt.

Ce n’est pas que les prêtres ne se couvrissent souvent des peaux des victimes, ou que d’autres n’allassent dormir dessus dans le temple d’Esculape, & dans celui de Faunus, pour avoir des réponses favorables en songe, ou être soulagés dans leurs maladies, comme Virgile nous en assure par ces beaux vers.


Huc dona sacerdos
Cum tulit & Cæsarum ovium sub nocte silenti
Pellibus incubuit stratis, somnosque petivit ;
Multa modis simulachra videt volitantia miris,
Et varias audit voces, fruiturque deorum
Colloquio, atque imis acheronta affatur avernis.
Hic & tum pater ipse petens responsa Latinus,
Centum lanigeras mactabat ritè bidentes,
Atque harum essultus tergo, stratique jacebat
Velleribus.

Éneïde, l. VII. v. 86.

Lorsque le prêtre a conduit les victimes à la fontaine, & qu’il les y a immolées, il en étend pendant la nuit les peaux sur la terre, se couche dessus & s’y endort. Alors il voit mille fantômes voltiger autour de lui ; il entend différentes voix ; il s’entretient avec les dieux de l’olympe, avec les divinités même des enfers. Le roi pour s’éclaircir sur le sort de la princesse, sacrifia donc dans cette forêt cent brebis au dieu Faune, & se coucha ensuite sur leurs toisons étendues.

Cappadox, marchand d’esclaves, se plaint dans la comédie de Plaute intitulée Curculio, qu’ayant couché dans le temple d’Esculape, il avoit vu en songe ce dieu s’éloigner de lui ; ce qui le fait résoudre d’en sortir, ne pouvant espérer de guérison.


Migrare certum est jam nunc è fano foras.
Quandò Æsculapi ita sentio sententiam :
Ut qui me nihili faciat, nec salvum velit.

On ouvroit les entrailles de la victime ; & après les avoir considérées attentivement pour en tirer des présages, selon la science des aruspices, on les saupoudroit de farine, on les arrosoit de vin, & on les présentoit aux dieux dans des bassins, après quoi on les jettoit dans le feu par morceaux, reddebant exta diis : de-là vient que les entrailles étoient nommées porriciæ, quod in aræ soco ponebantur, diisque porrigebantur : de-sorte que cette ancienne maniere de parler, porricias inferre, veut dire, présenter les entrailles en sacrifice.

Souvent on les arrosoit d’huile, comme nous lisons, liv. VI. de l’Éneïde.

Et solida imponit taurorum viscera flammis,
Fingue super oleum fundens ardentibus extis.

Quelquefois on les arrosoit de lait & du sang de la victime, particulierement dans les sacrifices des morts, ce que nous apprenons de Stace, l. VI. de la Thébaïde.

Spumantisque mero pateræ verguntur & atri
Sanguinis, & rapti gratissima cymbia lactis.

Les entrailles étant consumées, toutes les autres cérémonies accomplies, ils croyoient que les dieux éxoient satisfaits, & qu’ils ne pouvoient manquer de voir l’accomplissement de leurs vœux ; ce qu’ils exprimoient par ce verbe, litare, c’est-à-dire tout est bien fait ; & non litare au contraire, vouloit dire qu’il manquoit quelque chose à l’intégrité du sacrifice, & que les dieux n’étoient point appaisés. Suétone parlant de Jules-César, dit qu’il ne put jamais sacrifier une hostie favorable le jour qu’il fut tué dans le sénat. Cæsar victimis cæsis litare non potuit.

Le prêtre renvoyoit le monde par ces paroles, I licet dont on se servoit pareillement à la fin des pompes funebres & des comédies, pour congédier le peuple, comme on le peut voir dans Térence & dans Plaute. Les Grecs se servoient de cette expression pour le même sujet, λαοῖς ἄφιστις, & le peuple répondoit feliciter. Enfin on dressoit aux dieux le banquet ou le festin sacré, epulum ; on mettoit leurs statues sur un lit, & on leur servoit les viandes des victimes offertes ; c’étoit là la fonction des ministres des sacrifices, que les Latins nommoient epulones.

Il résulte du détail qu’on vient de lire, que les sacrifices avoient quatre parties principales ; la premiere se nommoit libatio, la libation, ou ce léger essai de vin qu’on faisoit avec les effusions sur la victime ; la seconde immolatio, l’immolation, quand après avoir répandu sur la victime des miettes d’une pâte salée, on l’égorgeoit ; la troisieme étoit appellée redditio, quand on en offroit les entrailles aux dieux ; & la quatrieme s’appelloit litatio, lorsque le sacrifice se trouvoit accompli, sans qu’il y eût rien à y redire.

Je ne dois pas oublier de remarquer qu’entre les sacrifices publics, il y en avoit qu’on nommoit stata, c’est-à-dire fixes, immobiles, qui se faisoient tous les ans à un même jour ; & d’autres extraordinaires nommés indicta, indiqués, parce qu’on les ordonnoit extraordinairement pour quelque occasion importante & inopinée ; mais les curieux trouveront de plus grands détails dans Stuckius, de sacrificiis veterum, & dans d’autres auteurs qui ont traité cette matiere à fond. Voyez aussi les articles Hostie & victime.

Je n’ajouterai qu’un mot sur les sacrifices des Grecs en particulier. Ils distinguoient quatre sortes de sacrifices généraux ; savoir, 1°. les offrandes de pure volonté, & qu’on faisoit en conséquence d’un vœu, en grec χαριστήρια, ou εὐκταῖα, comme pour le gain d’une victoire ; c’étoit encore les prémices des fruits offerts par les laboureurs, pour obtenir des dieux une abondante récolte ; 2°. l’offrande propitiatoire, ἱλαστήρια, pour détourner la colere de quelque divinité offensée, & tels étoient tous les sacrifices d’usage dans les expiations ; 3°. les sacrifices supplicatoires, αἰτητικὰ, pour le succès de toutes sortes d’entreprises, 4°. les sacrifices expressément ordonnés par tous les prophetes ou oracles qu’on venoit consulter, τὰ ἀπὸ μαντείας. Quant aux rites de tous ces divers sacrifices, il faut consulter Potter, Archæol. græc. tom. l. pag. 209. & suivantes.

Pour ce qui regarde les sacrifices humains, j’en déchargerai la lettre S, qui sera fort remplie, & je porterai cet article au mot Victime humaine. (Le chevalier de Jaucourt.

Sacrifices des Hébreux, (Critiq. sacrée.) avant la loi de Moïse, la matiere des sacrifices, la qualité, les circonstances, le ministere, tout étoit arbitraire. On offroit les fruits de la terre, la graisse ou le lait des animaux, le sang ou la chair des victimes. Chacun étoit prêtre ou ministre de ses propres sacrifices, ou c’étoit volontairement qu’on déféroit cet honneur aux plus anciens, aux chefs de famille, & aux plus gens de bien. La loi fixa aux Juifs ce qu’ils devoient offrir, & la maniere de le faire ; & elle déféra à la seule famille d’Aaron le droit de sacrifier.

Les Hébreux avoient deux sortes de sacrifices, les sanglans & les non sanglans. Il y en avoit trois de la premiere espece ; 1°. l’holocauste, l’hostie pacifique, & le sacrifice pour le péché. Dans l’holocauste, la victime étoit brûlée en entier, sans que le prêtre ni celui qui l’offroit pussent en rien réserver, Lévit. j. 13. parce que ce sacrifice étoit institué pour être une reconnoissance publique de la suprème majesté devant qui tout s’anéantit, & pour apprendre à l’homme qu’il doit se consacrer entierement & sans réserve à celui de qui il tient tout ce qu’il est. 2°. L’hostie pacifique étoit offerte pour rendre grace à Dieu, ou pour lui demander quelque bienfait, ou pour acquitter un vœu ; on n’y brûloit que la graisse & les reins de la victime ; la poitrine & l’épaule droite étoient pour le prêtre, & le reste appartenoit à celui qui avoit fourni la victime. Il n’y avoit point de tems marqué pour ce sacrifice ; on l’offroit quand on vouloit, & la loi n’avoit rien ordonné sur le choix de l’animal ; il falloit seulement que la victime fût sans défaut. Lév. iij. 1. 3°. Dans le sacrifice pour le péché, le prêtre avant que de répandre le sang de la victime au pié de l’autel, trempoit son doigt, & en touchoit les quatre cornes de l’autel. Celui pour qui le sacrifice étoit offert n’en remportoit rien ; on en faisoit brûler la graisse sur l’autel. La chair étoit toute entiere pour les prêtres, & devoit être mangée dans le lieu saint, c’est-à-dire dans le parvis du tabernacle. Deutéron. xxvij. 7. Si le prêtre offroit pour ses péchés ou pour ceux de tout le peuple, il faisoit sept fois l’aspersion du sang de la victime devant le voile du sanctuaire, & répandoit le reste au pié de l’autel des holocaustes. Lév. iv. 6.

On employoit cinq sortes de victimes dans ces sacrifices, des vaches, des taureaux ou des veaux, des brebis ou des béliers, des chevres ou des boucs, des pigeons, des tourterelles ; & on ajoutoit à la victime immolée qu’on faisoit brûler sur l’autel, une offrande de gâteaux cuits au four ou sur le gril, ou frits sur la poële ; ou une certaine quantité de fleur de farine, avec de l’huile, de l’encens, du vin, & du sel.

Cette oblation qui accompagnoit presque toujours le sacrifice sanglant, pouvoit être faite seule, sans être précédée de l’effusion du sang, & c’est ce qu’on appelloit sacrifice non sanglant ; on l’offroit à Dieu comme principe & auteur de tous les biens. On y employoit l’encens, dont la flamme par l’odeur agréable qu’elle répand, étoit regardée comme le symbole de la priere, & des saints desirs de l’ame. Moise défendit qu’on y mêlât le vin & le miel, figure de tout ce qui peut corrompre l’ame par le péché, & l’amollir par les délices. Le prêtre prenant une poignée de cette farine arrosée d’huile, avec l’encens, les répandoit sur le feu de l’autel, & tout le reste étoit à lui. Il devoit manger la farine sans levain dans le tabernacle, & nul autre que les prêtres n’avoit droit d’y toucher.

Il y avoit encore des sacrifices où la victime demeuroit vivante & en son entier, tels que le sacrifice du bouc émissaire au jour de l’expiation, & le sacrifice du passereau pour la purification d’un lépreux. Le sacrifice perpétuel, est celui où l’on immoloit chaque jour sur l’autel des holocaustes deux agneaux, l’un le matin, lorsque le soleil commençoit à éclairer, & celui du soir, lorsque les ombres commençoient à s’étendre sur la terre ; voilà quels étoient les sacrifices des Hébreux.

Tertullien en a fort bien indiqué l’origine ; ce n’est pas, dit-il, que Dieu se souciât de ces sacrifices, mais Moïse les institua pour ramener les Juifs de la multitude des dieux qui étoient alors adorés, à la connoissance du seul véritable. Dieu a commandé à vos peres, dit Justin martyr à Tryphon, de lui offrir des oblations & des victimes, non qu’il en eût besoin, mais à cause de la dureté de leurs cœurs, & de leur penchant à l’idolâtrie. (D. J.)

Sacrifices des chrétiens, (Critique sacrée.) S. Paul, Hébr. ch. xiij. nous les indique en deux mots louanges du seigneur, confession de son nom, bénéficence & communion. En voici le commentaire par Clément d’Alexandrie, Strom. l. VIII. p. 729. Les sacrifices du chrétien éclairé sont les prieres, les louanges de Dieu, les lectures de l’Ecriture-sainte, les pseaumes & les hymnes. Mais n’a-t-il point encore, ajoute-t-il, d’autres sacrifices ? Oui, il connoît la libéralité & la charité ; qu’il exerce l’une à l’égard de ceux qui ont besoin de secours temporels, l’autre à l’égard de ceux qui manquent de lumieres & de connoissances. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sacrifice »

Étymologie de sacrifice - Wiktionnaire

Du latin sacrificium.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de sacrifice - Littré

Wallon, sacrifieg ; provenç. sacrifici ; espagn. sacrificio ; ital. sagrifizio ; du lat. sacrificium, de sacer, sacré, et facere, faire : action de faire une œuvre sacrée. L'ancienne langue disait sacrifiement.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de sacrifice - Wiktionnaire

Du latin sacrificium dérivé de sacrificare (« faire sacré, sacrifier »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sacrifice »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sacrifice sakrifis play_arrow

Citations contenant le mot « sacrifice »

  • Les femmes doivent-elles faire le sacrifie du bélier pour la fête de Tabaski au même titre que les hommes ? C'est le sujet que nous évoquons dans notre magazine « Toutes les femmes du Mali ». Selon les religieux les femmes adultes qui ont les moyens peuvent s’acquitter de ce sacrifice. Toutefois, les personnes qui n'ont pas de moyens sont exemptées, précisent-ils. , Sacrifice mouton Tabaski : la femme est elle concernée ? - Studio Tamani : Toutes les voix du Mali : articles, journaux et débats en podcast
  • Christian Falceto, maire de Miramont, prit le soin de retracer les hauts lieux de la Résistance du Corps Franc Pommiès dans le Gers, de Ponsampère en décembre 1943 jusqu’aux 19 et 20 août à L’Isle-Jourdain, pour replacer le sacrifice des deux victimes de Miramont dans une perspective historique. Francis Dupouey prit la parole à son tour pour dire et redire son attachement aux valeurs de la Résistance et du Devoir de Mémoire. ladepeche.fr, Miramont-d'Astarac. Nul n’a oublié le sacrifice de Jean Cassé et André Carpi - ladepeche.fr
  • Les musulmans du monde entier célébraient hier, l’Aïd el-Adha (fête du sacrifice), l’une des plus importantes fêtes du calendrier musulman. Les festivités se sont faites à l’ombre de la pandémie, au Québec comme partout ailleurs. D’un pays à l’autre, les fidèles ont cependant pu profiter de l’assouplissement des mesures sanitaires, chacun à sa façon. Le Devoir, L'Aïd el-Adha, la « fête du sacrifice » s’est tenue malgré la pandémie de COVID-19 | Le Devoir
  • Si l’association de protection animale pointe du doigt cette « fête du sacrifice », elle en profite également pour dénoncer d’autres pratiques religieuses comme l’agneau de Pâques ou « les festins de Noël » chez les catholiques. « Aucune raison, tradition, religion ou autre idéologie ne peut légitimer et laisser perdurer tant de cruautés inutiles sur les animaux qui sont à notre merci », explique-t-elle. , Lyon. L'association Dignité animale manifeste jeudi 30 juillet contre le sacrifice des moutons pour l'Aïd | Actu Lyon
  • La « fête du sacrifice », ou Aïd el-Adha, est une des plus importante des fêtes musulmanes. Elle a lieu cette année le 31 juillet. Le Monde.fr, Que fêtent les musulmans lors de l’Aïd-el-Kébir ?
  • C'est aujourd'hui que commencent les célébrations du "Kurban Bayramı". Cette fête du sacrifice durera quatre jours, pendant lesquels le partage et la nourriture seront au centre des préoccupations, même si cette année, le climat est quelque peu particulier. Retour sur les origines et les festivités du Kurban Bayram.Lors du "Kurban Bayram", chaque famille disposant de moyens financiers est censée sacrifier un animal et en distribuer les deux tiers, d'abord aux "pauvres", ensuite aux voisins et aux amis. Le dernier tiers est réservé aux invités de la table familiale. Le sacrifice de l'animal (le plus souvent un mouton), doit respecter minutieusement certaines règles : l'animal aux yeux bandés doit être tué par une personne maîtrisant la pratique afin de ne pas le faire souffrir. , La fête du sacrifice Istanbul, Kurban Bayrami | lepetitjournal.com
  • Vendredi, 1er jour de l'Aïd el-Kebir, la FBB sera -comme chaque année- présente sur des sites clandestins pour sauver les moutons du sacrifice (+ de 2000 déjà placés sous la protection de la Fondation) et faire condamner ces actes sordides et illégaux. pic.twitter.com/YpjSWfDC8Y Valeurs actuelles, [Vidéo] Aïd-el-Kebir : la fondation Brigitte Bardot sauve des moutons destinés à des sacrifices clandestins | Valeurs actuelles
  • Un sacrifice qu'on reproche n'est plus qu'une faute dont on s'accuse. De Xavier Forneret
  • Le christianisme dans son essence (et c'est sa paradoxe grandeur) est une doctrine de l'injustice. Il est fondé sur le sacrifice de l'innocence et l'acceptation de ce sacrifice. De Albert Camus / Actuelles
  • Le sacrifice de Marie est une participation spécifique à la révélation de la Miséricorde. De Jean-Paul II
  • La générosité, c'est toujours le sacrifice de soi ; il en est l'essence. De Henry de Montherlant / Le Maître de Santiago
  • Tous les devoirs procurent du bonheur, même le sacrifice généreusement accepté ! De Joseph Lallier / Allie
  • Le sacrifice de nous-mêmes nous permet de sacrifier les autres sans honte. De George Bernard Shaw / Bréviaire d'un révolutionnaire
  • La charité n’est une vertu que dans la mesure où elle est sacrifice. De Firmin van den Bosch / Aphorismes du temps présent
  • L’amitié n’a de sens que si elle prête à se prouver par un sacrifice. De Sully Prudhomme
  • Le sacrifice est une fête entre l'âme et Dieu... De Frère Gilles / L'Héritage maudit
  • Le sacrifice est le seul domaine aussi fort que celui du mal. De André Malraux
  • Il faut faire le sacrifice de ses préférences mais pas celui de ses convictions. De René Bazin
  • Un grand sacrifice est aisé, mais ce sont les petits sacrifices continuels qui sont durs. De Johann Wolfgang von Goethe / Les Affinités électives
  • Quoi de plus inhumain qu’un sacrifice humain ? De Alphonse Allais / Le Chat noir - 11 Janvier 1890
  • Le sacrifice de soi est la condition de la vertu. De Aristote
  • […] Ce plaisir morose que procure à certaines femmes la pensée de se sacrifier. William Makepeace Thackeray, Pendennis, 7
  • Le goût du sacrifice que chaque femme porte en soi-même, comme une fleur prête à fleurir […]. Pierre Dumarchais, dit Pierre Mac Orlan, Marguerite de la nuit, Émile-Paul
  • Dieu ne parvient que par sa pitié à distinguer le sacrifice du suicide. Jean Giraudoux, Sodome et Gomorrhe, I, Prélude, l'archange , Grasset
  • [La poésie, ] le sacrifice où les mots sont victimes. Georges Bataille, L'Expérience intérieure, Gallimard
  • L'amour comme un vertige, comme un sacrifice, et comme le dernier mot de tout. Henri Alban Fournier, dit Alain-Fournier, Correspondance avec Jacques Rivière, Gallimard

Images d'illustration du mot « sacrifice »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sacrifice »

Langue Traduction
Corse sacrifiziu
Basque sakrifikatu
Japonais 犠牲
Russe приносить в жертву
Portugais sacrifício
Arabe تضحية
Chinois 牺牲
Allemand opfern
Italien sacrificio
Espagnol sacrificio
Anglais sacrifice
Source : Google Translate API

Synonymes de « sacrifice »

Source : synonymes de sacrifice sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « sacrifice »


Mots similaires