La langue française

Libation

Définitions du mot « libation »

Trésor de la Langue Française informatisé

LIBATION, subst. fém.

A. − RELIG. Acte qui consiste à répandre un liquide (vin, huile, lait p. ex.) à l'intention d'une divinité. Offrir une libation. Démodocus, saisissant une coupe, alloit faire une libation aux pénates de Lasthénès (Chateaubr., Martyrs, t. 1, 1810, p. 167):
... le patron d'une des pirogues de la baie de Crillon, auquel j'avais donné une bouteille d'eau-de-vie, en jeta, avant de partir, quelques gouttes dans la mer, nous faisant comprendre que cette libation était une offrande qu'il adressait à l'Être suprême. Voy. La Pérouse,t. 3, 1797, p. 110.
P. anal. Peyrony but (...). Puis nous tous, l'un après l'autre, pleins de joie, à ce même verre. Telle fut notre libation à la journée (Montherl., Olymp.,1924, p. 276).
P. méton. Liquide destiné à cet acte. Répandre, verser la libation. Je lui présentai les vases qui contenoient des libations sacrées; elle répandit le lait et le vin au pied de l'arbre (Genlis, Chev. Cygne, t. 1, 1795, p. 204).
B. − Gén. au plur., fam. Fait d'absorber de l'alcool de façon abondante et répétée. Faire des libations. De fréquentes libations de vin de Bordeaux animèrent cette discussion (Balzac, Chouans,1829, p. 195).Il entra chez plusieurs marchands de vin et raconta (...) son aventure (...). Sa journée se passa en libations et en adieux (Dabit, Hôtel Nord,1929, p. 24).
P. anal. Bien dormi; grâce peut-être à une abondante libation d'eau de fleurs d'oranger (Gide, Journal,1912, p. 385).
REM.
Libatoire, adj.[En parlant d'un vase] Qui sert aux libations sacrées. Et ses yeux n'ont pas vu sur le cippe romain Le vase libatoire auprès de la patère (Heredia, Trophées,1893, p. 84).Certains dict. du xixes. et Quillet 1965 le relèvent comme subst. masc. au sens de « vase à libations ».
Prononc. et Orth. : [libasjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1491 [éd.] relig. (La Mer des Histoires, I, 132 b ds Rom. Forsch. t. 32, p. 97); 2. 1750 fam., au plur. (Fougeret de Monbron, Margot la Ravaudeuse, p. 59). Empr. au lat.libatio, au sens religieux. Fréq. abs. littér. : 180.

Wiktionnaire

Nom commun

libation \li.ba.sjɔ̃\ féminin

  1. (Antiquité) Action de répandre du vin ou un autre liquide en l’honneur d’une divinité.
    • Qui n’a même reconnu un vestige des anciens cultes païens dans ces libations faites à des fontaines sacrées que leurs propriétés curatives ont rendues célèbres ? — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • En 1927, au cours d’un voyage en Grèce, me trouvant à Olympie, je ne pus résister au désir d’offrir une libation d’un certain ordre aux ruines du temple de Zeus. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 57.)
    • Au fond du vallon, sur la pierre que le poète appela « Pierre de la Rencontre », eut lieu la cérémonie de l’absinthe. Il avait en effet apporté dans une musette une fiole de ce poison (dixerat pater), une bouteille d’eau, et tout le nécessaire.
      Avant de boire, il versa sur la pierre quelques gouttes du breuvage, en nous informant que c’était une libation de reconnaissance aux Dieux sylvestres ».
      — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, pages 167-168.)
  2. (Antiquité) (Par métonymie) Liquide destiné à cet acte.
  3. (Figuré) (Familier) Beuverie abondante, avec réjouissances.
    • Aussi, le dimanche soir, quand leurs sentimens pour moi avaient été réchauffés par quelques libations, il n’aurait pas fallu venir me chercher querelle ; l’île entière se serait levée comme un seul homme pour défendre M. le docteur. — (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, L’Archipel de Chausey, souvenirs d’un Naturaliste, Revue des Deux Mondes, tome 30, 1842)
    • Il est certain que le débauché dissipera son talent, que le buveur le dépensera dans ses libations, sans que l’homme vertueux puisse se donner du talent par une honnête hygiène ; […]. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Pour ne pas se griser, malgré les nombreuses libations inhérentes à des fêtes de ce genre, on garnissait de lierre, bouteilles, lampes et meubles ! — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1895, éd.1923)
    • […], et il était connu à cinq lieues à la ronde pour sa bonté naturelle et aussi (chacun a ses petits défauts) pour son insolence rare et d’ailleurs sans malice, quand les libations trop prolongées l’avaient mis hors de ce qu’il est convenu d’appeler l’état normal. — (Louis Pergaud, Le retour, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LIBATION. n. f.
T. d'Antiquité. Action de répandre du vin ou un autre liquide en l'honneur d'une divinité. Les païens faisaient des libations en l'honneur de leurs dieux. Des libations particulières étaient prescrites à l'adresse des dieux mânes. Fig. et fam., Faire des libations, Boire abondamment, surtout du vin et en manière de réjouissance. Fêter un succès par d'abondantes libations. Passer son dimanche en libations. Être un peu trop gai pour avoir fait d'amples libations.

Littré (1872-1877)

LIBATION (li-ba-sion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
  • 1 Terme d'antiquité. Action de répandre, soit du vin, soit une autre liqueur, en l'honneur d'une divinité. Alexandre immola un taureau à Neptune, et, pour faire une offrande aux dieux marins, il jeta dans la mer le vase d'or dont il s'était servi pour faire les libations, Du Ryer, Suppl. à Quinte Curce, II, 3. Alors il immolera l'holocauste, et il le mettra sur l'autel avec les libations qui doivent l'accompagner, Sacy, Bible, Lévit. XIV, XIX, 20. Tu sais combien je hais leurs fêtes criminelles, Et que je mets au rang des profanations Leurs tables, leurs festins et leurs libations, Racine, Esth. I, 4. Ce fut l'usage indigne et sensuel que les enfants d'Héli faisaient des dons faits à l'autel et du revenu de leur sacerdoce, qui livra l'arche sainte aux Philistins, et qui fit cesser pour quelque temps dans Israël la libation et le sacrifice, Massillon, Confér. reven. ecclés.
  • 2 Au pluriel. Familièrement et par allusion. Des libations, nombreux coups de vins, bus par plaisir plus que par besoin. Nous avons fait à ce dîner de nombreuses, d'amples libations.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LIBATION, s. f. (Littér. gréq. & rom.) en grec λοιϐὴ & σπονδὴ, Hom. en latin libatio, libamen, libamentum, d’où l’on voit que le mot françois est latin ; mais nous n’avons point de terme pour le verbe libare, qui signifioit quelquefois sacrifier ; de-là vient que Virgile dit l. VII. de l’Ænéide, nunc pateras libate Jovi ; car les libations accompagnoient toujours les sacrifices. Ainsi pour lors les libations étoient une cérémonie d’usage, où le prêtre épanchoit sur l’autel quelque liqueur en l’honneur de la divinité à laquelle on sacrifioit.

Mais les Grecs & les Romains employoient aussi les libations sans sacrifices, dans plusieurs conjonctures très-fréquentes, comme dans les négociations, dans les traités, dans les mariages, dans les funérailles ; lorsqu’ils entreprenoient un voyage par terre ou par mer ; quelquefois en se couchant, en se levant ; enfin très-souvent au commencement & à la fin des repas ; alors les intimes amis ou les parens se réunissoient pour faire ensemble leurs libations. C’est pour cela qu’Eschine a cru ne pouvoir pas indiquer plus malicieusement l’union étroite de Démosthene & de Géphisodote, qu’en disant qu’ils faisoient en commun leurs libations aux dieux.

Les libations des repas étoient de deux sortes ; l’une consistoit à séparer quelque morceau des viandes, & à le brûler en l’honneur des dieux ; dans ce cas, libare n’est autre chose que excerpere ; l’autre sorte de libation, qui étoit la libation proprement dite, consistoit à répandre quelque liqueur, comme de l’eau, du vin, du lait, de l’huile, du miel, sur le foyer ou dans le feu, en l’honneur de certains dieux, par exemple, en l’honneur des Lares qui avoient un soin particulier de la maison ; en l’honneur du Génie, dieu tutélaire de chaque personne ; & en l’honneur de Mercure, qui présidoit aux heureuses avantures. Plaute appelle assez plaisamment les dieux qu’on fêtoit ainsi, les dieux des plats, dii patellarii.

En effet on leur présentoit toujours quelque chose d’exquis, soit en viandes, soit en liqueurs. Horace peint spirituellement l’avarice d’Avidienus, en disant qu’il ne faisoit des libations de son vin, que lorsqu’il commençoit à se gâter.

Ac nisi mutatum parcit defundere vinum.

On n’osoit offrir aux dieux que de l’excellent vin, & même toujours pur, excepté à quelques divinités à qui, pour des raisons particulieres, on jugeoit à propos de le couper avec de l’eau. On en usoit ainsi à l’égard de Bacchus, peut-être pour abattre ses fumées, & vis-à-vis de Mercure, parce que ce dieu étoit en commerce avec les vivans & les morts.

Toutes les autres divinités vouloient qu’on leur servît du vin pur ; aussi dans le Plutus d’Aristophane, un des dieux privilégiés se plaint amérement qu’on le triche, & que dans les coupes qu’on lui présente, il y a moitié vin & moitié eau. Les maîtres, & quelquefois les valets, faisoient ces tours de pages.

Dans les occasions solemnelles on ne se contentoit pas de remplir la coupe des libations de vin pur, on la couronnoit d’une couronne de fleurs ; c’est pour cela que Virgile en parlant d’Anchise qui se préparoit à faire une libation d’apparat, n’oublie pas de dire :

Magnum cratera coronâ
Induit, implevitque mero.

Avant que de faire les libations, on se lavoit les mains, & l’on récitoit certaines prieres. Ces prieres étoient une partie essentielle de la cérémonie des mariages & des festins des noces.

Outre l’eau & le vin, le miel s’offroit quelquefois aux dieux ; & les Grecs le mêloient avec de l’eau pour leurs libations, en l’honneur du soleil, de la lune, & des nymphes.

Mais des libations fort fréquentes, auxquelles on ne manquoit guere dans les campagnes, étoient celles des premiers fruits de l’année, d’où vient qu’Ovide dit :

Et quodcunque mihi pomum novus educat annus,
Libatum agricolæ ponitur antè deos.

Ces fruits étoient présentés dans des petits plats qu’on nommoit patellæ. Ciceron remarque qu’il y avoit des gens peu scrupuleux, qui mangeoient eux-mêmes les fruits réservés en libations pour les dieux : atque reperiemus asotos non ità religiosos, ut edant de patella, quæ diis libata sunt.

Enfin les Grecs & les Romains faisoient des libations sur les tombeaux, dans la cérémonie des funérailles. Virgile nous en fournit un exemple dans son troisieme livre de l’Ænéide.

Solemnes tùm forte dapes, & tristia dona
Libabat cineri Andromache, manesque vocabat
Hectoreum ad tumulum.

Anacréon n’approuve point ces libations sépulcrales. A quoi bon, dit-il, répandre des essences sur mon tombeau ? Pourquoi y faire des sacrifices inutiles ? Parfume-moi pendant que je suis en vie ; mets des couronnes de roses sur ma tête....

Quelques empereurs romains partagerent les libations avec les dieux. Après la bataille d’Actium, le sénat ordonna des libations pour Auguste, dans les festins publics, aiusi que dans les repas particuliers ; & pour completter la flatterie, ce même sénat ordonna l’année suivante, que dans les hymnes sacrés le nom d’Auguste seroit joint à celui des dieux. Mais en vain desira-t-il cette espece de déification, pour ne se trouver tous les matins à son réveil, que le foible, tremblant, & malheureux Octave. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « libation »

Du latin libatio, de libare (« verser, répandre ») ; du grec λιβάς, libas (« goutte »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. libationem, de libare ; grec, λείϐειν, verser, répandre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « libation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
libation libasjɔ̃

Citations contenant le mot « libation »

  • Construit sur une superficie de 1600 m2, ce marché est situé vers la sortie sud de la ville, à côté du nouveau marché préfectoral sis au quartier Mossonta. Un enclos y est construit. Ce marché servira de point de vente et d’achat de bovins des éleveurs, bouchers, commerçants et autres clients de la préfecture. La cérémonie d’inauguration traduite par une libation, s’est déroulée en présence du préfet de la localité, Douti N’Sarma Mabiba et du maire de la commune Kéran I, Kpémou Kounama. Etaient également des éleveurs, commerçants et bouchers. Le marché a été construit pour réduire les tracasseries et peines endurées par les acteurs dans le commerce de bœufs et faciliter les transactions. Dans la localité ce marché est devenu le carrefour commercial. Il est question maintenant de sensibiliser les usagers pour l’entretien de ce lieu. Le Temps, Un marché de bovins s’ouvre à Kanté - Le Temps
  • Rarement attesté en Gaule, l’usage de conduits à libation concerne une tombe sur trois à Narbonne. Dépassant du sol, ces conduits sont des céramiques, parfois des amphores, enfoncées dans la tombe pour arriver au plus près du défunt. Ils permettaient d’y introduire des offrandes. Certains renferment encore des coupelles, ayant servies aux libations, et des coquillages. Les études mises en œuvre s’attachent à identifier et caractériser les pratiques libatoires grâce à des analyses de chimie organique.  France Culture, Narbonne, archéologie d’outre-tombe
  • Côte d'Ivoire : Yamoussoukro, pas de libation au meeting du RHDP, le logo du RHDP sans l'emblème du PDCI-RDA KOACI, Côte d'Ivoire : Yamoussoukro, pas de libation au meeting du RHDP, le logo du RHDP sans l'emblème du PDCI-RDA - KOACI
  • Dans un entretien accordé à Bénin Web TV, le roi Agoli-Agbo a expliqué les tenants et aboutissants de la cérémonie de libation dite « Danminvo Fifon » qui s’est tenue dans son palais royal personnel à Abomey. Il s’agit selon lui, d’une cérémonie qui a connu un retard en raison des guéguerres entre les protagonistes depuis le levé du jour au palais royal des Agoli-Agbo. « Nous n’avons pas pu faire ça parce qu’entre temps, il y a eu de guéguerres dans la maison, ce qui est normal » a t-il expliqué. Pour lui, cette cérémonie qui dure 5 jours a reçu la bénédiction du roi central d’Abomey. BENIN WEB TV, Bénin: cérémonie de Libation dite "Danminvo Fifon" initiée par le roi Agoli-Agbo (vidéo)
  • Votre chanson "Libation", premier titre de l'album, nous rappelle la communion avec la nature…  Lisa Simone : Ce titre est lié aux ancêtres, qui faisaient des libations régulièrement. Je voulais que cet album commence comme un rituel, que l'on convoque les morts et les vivants. Même si nous ne pouvons pas voir les morts, je crois dur comme fer qu'ils sont toujours avec nous. La fréquence et les vibrations qui se dégagent du titre plongent les auditeurs dans un certain état d'esprit pour qu'ils soient prêts à entendre à quel point ils sont merveilleux, comme je le chante dans la chanson qui vient juste après, Wonderful (merveilleux en anglais, ndlr). J'ai spécialement utilisé le pronom "Je" pour que les personnes qui chantent la chanson s'incluent aussi.  , Lisa Simone : "Ma mère était un génie bipolaire maniaco-dépressif"
  • Lors du meeting, le chef du village d’Alui-N’Guessankro, Nanan Djah Ouffouet, a fait une libation en langue locale, le Baoulé, qui a dû refroidir les ardeurs du président du Sénat.  “Dieu Tout Puissant, Esprits de la terre, À vous nos ancêtres, Voici la boisson pour vous. La raison pour laquelle je m’adresse à vous par cette libation est la suivante : "Notre père Léon Konan Koffi, avant ton rappel à Dieu, le petit-enfant que tu nous as confié, est venu me voir avant-hier pour me dire qu’il a un petit sujet à nous présenter. Raison pour laquelle il a réuni ce jour les gens venus de partout pour leur présenter son petit sujet. C’est lui seul qui sait ce qu’il veut dire, c’est de sa propre bouche, il va parler, donc il est le seul responsable de ses propos. C’est pour cette raison que je vous demande d’accepter cette boisson et de la boire et ce qu’il va dire, nous l’écouterons silencieusement et attentivement. Quand il aura fini de parler, notre seule réaction, c’est de dire merci. Que tous ceux qui se sont déplacés en voiture ou à pieds sur notre terre de Didiévi soient dans la paix et que sur le chemin du retour, ils rejoignent leurs proches dans la paix. Que sous votre protection, rien de mal n’arrive à Didiévi à cette occasion et que notre terre rejette toutes les mauvaises intentions qui pourraient s’y trouver".  Ainsi, comme le procurateur romain, Ponce Pilate, les chefs baoulés se sont lavés les mains et mis Ahoussou  Jeannot devant ses responsabilités.  , Adhésion d’Ahoussou au RHDP : Comment les chefs de Didiévi l’ont mis devant ses responsabilités | Pressecotedivoire

Traductions du mot « libation »

Langue Traduction
Anglais libation
Espagnol libación
Italien libagione
Allemand trankopfer
Chinois
Arabe إراقة
Portugais libação
Russe возлияние
Japonais 解放
Basque libation
Corse libazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « libation »

Source : synonymes de libation sur lebonsynonyme.fr

Libation

Retour au sommaire ➦

Partager