La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « sac »

Sac

Variantes Singulier Pluriel
Masculin sac sacs

Définitions de « sac »

Trésor de la Langue Française informatisé

SAC1, subst. masc.

I. − [Désigne un contenant]
A. −
1. Contenant fait d'une matière souple mise en double et assemblée sur les côtés et le fond, la partie supérieure étant seule ouverte. Synon. poche, sachet, sacoche.Elle mangeait lentement les marrons et jetait sans cesse un coup d'œil au fond du sac comme pour voir s'il en restait toujours (Maupass., Bel-Ami, 1885, p. 306).Il ne voulait pas partir que les semailles ne fussent faites (...) les poignées de grains volaient en faisant lueur. Et le semeur revenait vers le sac debout au coin de la haie qui se vidait peu à peu (Pourrat, Gaspard, 1925, p. 64).
Sac à + subst. (désignant le contenu).Sac à blé, à farine, à charbon, etc. Sac destiné à recevoir, à contenir du blé, de la farine, etc. Un jeune garçon de seize à dix-huit ans s'occupait incessamment à remplir, à allumer et à nettoyer le chibouk du maître. Il portait à la ceinture un sac à tabac, brodé d'or et de perles fines (About, Roi mont., 1857, p. 81).
Sac de + subst. (désignant le contenu).Sac de blé, de bonbons, de cerises, de grains, etc. Sac contenant du blé, des bonbons, des cerises, des grains, etc. Il y a de la neige (...) et tous les rugissements ne remplaceraient pas un sac de charbon (Bloy, Journal, 1899, p. 319).
Sac de/en + subst. (désignant la matière dont le sac est fait).Le jeune avocat se plaisait à jouer avec le riche chapelet contenu dans un petit sac en velours vert (Balzac, Double fam., 1830, p. 271):
1. ... avec d'infinies précautions, M. Lavoine sortait de sa poche un petit sac de peau. Dans le sac de peau, il y avait un sac de velours et, dans le sac de velours, un sac de soie et, dans le sac de soie, une petite boule d'ivoire. Elle était sculptée à jour, très délicatement. Duhamel, Suzanne, 1941, p. 231.
Sac de terre, sac à terre. Sac rempli de terre ameublie et servant de matériaux pour établir des fortifications provisoires, pour soutenir des tranchées, pour protéger du feu de l'ennemi. Les sacs à terre [dans la bataille de mouvement], faciles à déplacer, sont toujours préférables [aux abris creusés] (Paloque, Artill., 1909, p. 383).
Sac (de sable) (sports (boxe)). ,,Sac en grosse toile, rempli de sable et recouvert de cuir, sur lequel le boxeur frappe à l'entraînement`` (Petiot 1982). Domitien Van Bergen était un homme méthodique. Il se levait à l'aube, s'en allait une heure, au fond de son jardin, lutter avec des haltères, des punching-balls et des sacs de sable (Van der Meersch, Empreinte dieu, 1936, p. 82).
Sacs postaux. Sacs servant au transport des lettres. Parmi les passants ignorants, je promenai une jeune ferveur. J'étais fier de coudoyer ces inconnus avec mon secret au cœur. Ils m'ignoraient, ces barbares, mais leurs soucis, mais leurs élans, c'est à moi qu'ils les confieraient au lever du jour avec la charge des sacs postaux (Saint-Exup., Terre hommes, 1939, p. 145).
Sac poubelle. Sac en matière plastique ou en papier remplaçant les poubelles traditionnelles ou doublant les poubelles ménagères. Selon les services des villes et communes qui ont adopté les sacs poubelles, les avantages sont considérables: propreté, bruit, odeurs, imperméabilité, travail du personnel (LemaireEnvir.1975).
P. anal. (de couleur)
Sac à charbon, sac à carbi (pop., vx). Prêtre en soutane. Synon. corbeau.Le prêtre (...) [ces enfants] l'appelleront corbeau ou, d'un mot plus à la mode en ce moment: sac à charbon (Le Figaro, août 1884ds Fustier, Suppl. dict. Delvau, 1889, p. 579).
ASTRON. Sac à charbon. Espace du ciel, dans l'hémisphère austral, sans étoiles:
2. Sous ces latitudes, la Croix du Sud est maîtresse de l'hémisphère. Le sac à charbon se situe exactement au-dessous (...) Il y a là une poche noire. Et plus on la contemple, plus elle semble profonde. C'est un tel abîme hypnotique et d'un noir si intense, qu'il prend du recul, détache, donne du relief à toutes les étoiles en fission qui flambent pour un instant au premier plan... Cendrars, Lotiss. ciel, 1949, p. 210.
Loc. fig. Tirer d'un sac deux moutures. V. mouture.
P. euphém. [Juron remplaçant sacré] Sac à papier! Sac à laine! (vx), sac à ficelles! C'était pour lui trop de contrainte que de rester une demi-heure sans allumer son cigare, sans faire de grimaces, et sans proférer à chaque phrase son jurement favori, sac à papier! (Sand, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 308).
SYNT. Sac de/en bure, caoutchouc, chanvre, cuir, jute, papier, tissu, toile; sac à café, fruits, glace, grains, pansements, plombs, raisins; sac de/d'argent, billes, ciment, dragées, écus, farine, graines, marrons, moules, noix, plâtre, plumes, pommes, pommes de terre, pralines, semence, son; toile à sac; sac plein, rempli, vide; sac crevé, éventré; sac bourré, énorme, gonflé, volumineux; sac pour l'emballage, le transport; expédier un sac; mettre en sac; charger, (r)emplir, fermer, lier, manipuler, porter, soulever, vider un sac; entrée, fond, oreilles, ouverture d'un sac; grand, gros, petit sac.
2. P. anal.
a) [Avec la forme, avec l'aspect gonflé d'un sac rempli] Il tapa sur ses poches, il tapa sur les gros sacs que faisaient ses poches, en bas et de chaque côté de sa veste (Ramuz, Gde peur mont., 1926, p. 103).
Fam. Sac de pommes de terre. Protubérance musculaire sur le biceps. Son mari, un tout jeune homme (...) frêle et charmant dans une veste de chasse dont le coutil laissait apercevoir aux biceps le sac de pommes de terre du savetier (E. de Goncourt, Élisa, 1877, p. 111).
HIST. DE L'ANGLETERRE. Sac de laine. Coussin qui sert de siège au président de la Chambre des Lords. S'il arrivait en ce pays qu'un homme tenant le pouvoir (...) fît du sac de laine l'oreiller de son corps de garde (...) qu'est-ce que le peuple anglais ferait à cet homme? (Hugo, Actes et par., 2, 1875, p. 201).
MAR. [En parlant d'une voile] Faire le sac. Se gonfler sous l'action du vent. Une voile qui fait le sac est très défavorable pour la navigation au plus près (Soé-Dup.1906).
b) [Avec la forme droite, rectangulaire d'un sac vide] Vêtement droit, sans forme marquée. J'ai longuement considéré les baigneuses. Il faut que le genre humain soit devenu complètement imbécile pour perdre jusqu'à ce point toute notion d'élégance. Rien n'est plus pitoyable que ces sacs où les femmes se fourrent le corps (Flaub., Corresp., 1853, p. 290).En appos. Paletot, robe sac. Paletot, robe sans taille marquée. Mon époux, M. Grospré, rencontra devant la boutique de Girard un personnage dont l'aspect était fort singulier (...) il avait une espèce de paletot sac (...) un pantalon à pied extrêmement large (Kock, Âne M. Martin, 1862, p. 55).
[En signe de pénitence, sac étant associé à cendre] Vêtement simple fait de grosse toile. Porter le sac et la cilice, le sac et la cendre. L'humilité, vêtue d'un sac, les reins ceints d'une corde, les pieds nus, le front couvert de cendre (...) devint une des premières vertus du fidèle (Chateaubr., Génie, t. 1, 1803, p. 84).On aurait vu pleurer Ninive, et Tyr descendre De son trône, et Sidon vêtir le sac de cendre (Hugo, Fin Satan, 1885, p. 855).
c) [Avec la fonction du sac qui est de contenir, d'envelopper qqc.]
Sac de couchage, sac à viande (arg. milit., pop.). Enveloppe (de toile, de coton) cousue à un bout et sur les côtés remplaçant les draps. Quand on se réveillait le matin, tout était raide, le sac à viande, la couverture (...) les godillots surtout (Vialar, Morts viv., 1947, p. 79).Arg., SPORTS. Sac de couchage, sac à puces. Sac fait d'un matériau isolant muni d'une fermeture à glissière (permettant d'ouvrir un côté et le fond) et souvent d'un capuchon, utilisé par les campeurs, les alpinistes pour dormir. Les sacs de couchage destinés aux alpinistes doivent être chauds, légers et solides. Les meilleurs sacs sont faits d'un duvet de très bonne qualité: les autres matériaux, laine ou produits synthétiques, ne sont pas suffisamment isothermiques (Gautrat1970).
Course en sac. Jeu dans lequel les concurrents, le corps enfermé dans un sac et la tête seule dépassant, doivent avancer le plus rapidement possible en sautillant. Chaque cabaret organisait un jeu spécial pour attirer les clients. Ici, une course en sacs, les concurrents obligés de courir les pieds et les jambes contenus dans un sac, sautant, roulant et culbutant (Van der Meersch, Empreinte dieu, 1936, p. 109).
Loc. fig.
[P. réf. au sac dans lequel on enfermait les malfaiteurs avant de les noyer] Hommes, individus, gens de sac et de corde. Scélérat, canaille digne d'être noyé(e) dans un sac. Je ne pouvais m'empêcher de sourire en les suivant des yeux, ceux-là..., ces diables-là..., funambules de la calade qui à chaque palier grouillaient, bossus, cagneux, mendiants, lépreux, avec femmes et enfants de sac et de corde, véritable cour des miracles (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 133).
Avoir la tête dans un sac (fam., vx). Être dans l'ignorance totale, ne rien comprendre, ne rien savoir de quelque chose, d'une situation. Mon frère avait, comme on dit, la tête dans un sac en arrivant dans un pays si différent du sien (J. de Maistre, Corresp., 1809, p. 355).
Mettre au sac (pop., vx). Mettre dans l'embarras, dans une situation délicate, périlleuse; mettre en danger. [Je vais] battre en brèche leur industrie [des voleurs] (...) la mettre au sac (Vidocq, Mém., t. 4, 1828-29, p. 58).
Prendre qqn la main dans le sac (fam.). Prendre quelqu'un sur le fait; prendre quelqu'un en flagrant délit de vol ou en train de commettre un acte délictueux, répréhensible. J'ai été obligé de le chasser parce que je l'ai pris plusieurs fois la main dans le sac, et qu'il volait par trop impudemment (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 652):
3. ... il revenait à son projet (...) de rendre méprisable sur la place de Paris l'homme vertueux et honorable par lequel il avait été pris la main dans le sac (...) tout est réparable. Mais avoir été saisi en flagrant délit de lâcheté?... le duel qui s'ensuit entre le criminel et le témoin du crime ne se termine que par la mort de l'un ou de l'autre. Balzac, C. Birotteau, 1837, p. 282.
d) ANAT. Cavité en forme de poche, ayant généralement une ouverture étroite et contenant fréquemment un liquide. Sac aérien, branchial, membraneux, pulmonaire. [Les poumons] émettent de larges sacs à parvis très minces et remplis d'air (Coupin, Animaux de nos pays, 1909, p. 60).[Le corps de l'os hyoïde] contient des sacs, communiquant avec le larynx (E. Perrier, Zool., t. 4, 1932, p. 3393).
Sac herniaire. ,,Poche formée par la partie du péritoine à l'intérieur de laquelle se trouve le contenu herniaire`` (Méd. Biol. t. 3 1972). Ce microbe se trouve seul ou associé dans la sérosité des sacs herniaires (Lemierre, Widalds Nouv. Traité Méd.fasc. 3 1927, p. 242).Sac lacrymal. Canal cylindrique, situé à l'angle extrême de l'œil, fermé en haut en cul de sac et s'ouvrant en bas dans le canal lacrymo-nasal. Ablation, inflammation, tuméfaction du sac lacrymal. Il se reprit à pleurer de plus belle. Pleurer devant ses gens! (...) il fallait que l'arme du bon Ayvaz, en tranchant le canal nasal, eût ébranlé le sac lacrymal et les tubercules eux-mêmes (About, Nez notaire, 1862, p. 83).Sac vocal. ,,Renflement, poche que certains singes et amphibiens anoures portent sous la gorge`` (Animaux 1981).
BOT. Sac embryonnaire. [Chez les Angiospermes] Partie de l'ovule comprenant l'oosphère qui après fécondation donnera l'œuf. Des tissus (...) chez les végétaux supérieurs, se forment dans le sac embryonnaire de l'ovule et précèdent le développement germinatif du nouvel individu (Bergson, Évol. créatr., 1907, p. 108).Sac pollinique. ,,Poche portée par les étamines contenant les cellules mères des grains de pollen`` (Lend.-Delav. Biol. 1979). Dans une fleur de moutarde parasitée (...) l'anthère peut présenter un nombre anormal de sacs polliniques (Plantefol, Bot. et biol. végét., t. 1, 1931, p. 409).
3. P. méton.
a) Pop. Somme d'argent importante; fortune, richesse. Voilà trois ans que je casque, et j'étais prête à continuer. J'ai même offert le gros sac à Mercier pour lui racheter le dossier (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 471):
4. Il y a des femmes (...) qui, se croyant trompées, se défendent avec leur cœur, avec leurs larmes, avec leur douleur (...) Mais il en est d'autres pleines de sang-froid (...) qui se contentent d'étendre le bras et de mettre la main sur l'argent (...) sur le sac! Labiche, Ptes mains, 1859, II, 15, p. 73.
Arg., pop. Avoir le sac. Être riche. Par exemple, c'est ça qui m'est égal! cria-t-elle en éclatant de rire. Est-ce que mon petit Mufe n'a pas le sac! (Zola, Nana, 1880, p. 1440).
[Avec un numéral et gén. dans des comptes ronds] Billet, somme de mille francs. Quatre-vingt-quinze kilos [d'or] à cinq cents sacs, ça faisait quarante-sept briques et demie (Simonin, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 204).
b) Fam. Sac d'écus (vieilli), sac. Personne fortunée, riche. L'usage n'était point alors général [au 17esiècle] de marier un sac d'écus avec un sac d'écus (Nerval, Nouv. et fantais., 1855, p. 199).
Se marier, épouser le (gros) sac. Faire un riche mariage, se marier avec quelqu'un de fortuné. Ceux qui prétendaient qu'elle avait épousé un sac, ou bien que le fils Schoudler avait voulu vieillir l'or bancaire de son blason autrichien, étaient également dans l'erreur. Ce mariage n'avait été qu'un mariage d'amour (Druon, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 41).
B. −
1. Contenant souple qui sert à ranger et/ou à transporter diverses choses. Par quelle complication ai-je, hier, en descendant du train, refusé mes bagages au porteur, tenant à trimbaler moi-même ma lourde valise et le gros sac jusqu'à la voiture (Gide, Journal, 1935, p. 1239).À ses pieds, un sac jaune dont le cuir se fendillait par endroits était bourré au point de ressembler à une sphère. Au bout d'un instant, il (...) allongea une grande main vers le sac qu'il déplaça sans bruit de quelques centimètres (Green, Moïra, 1950, p. 1).
Sac de nuit (vieilli), sac de voyage. Bagage à main souple généralement de forme allongée et arrondie. Il nous a fourni pour tapissier un de ses amis (...) qui vient travailler apportant ses outils dans un sac de voyage (Goncourt, Journal, 1868, p. 470).Je le trouvai en train d'empiler méticuleusement dans un sac de nuit des objets de toilette, du linge de jour et une chemise de nuit (G. Leroux, Parfum, 1908, p. 12).
Sac à dos. Sac de toile, muni de bretelles permettant de le porter sur le dos. Synon. sac tyrolien.Les « équipes volantes » [dans le Vercors] entraient en action trois par trois transportant dans leur sac à dos des livres, des textes, des marchandises considérées dans ce temps par l'ennemi comme aussi dangereuses que des explosifs (Cacérès, Hist. éduc. pop., 1964, p. 138).
Sac à ouvrage. Sac (en toile, en tapisserie) renfermant l'ensemble du matériel de couture. Sur sa tête déjà chauve, car il pouvait bien avoir cinquante ans, se trouvait placé un chapeau de femme, et il portait à son bras un sac à ouvrage (Ponson du Terr., Rocambole, t. 1, 1859, p. 485).
Sac à provisions. Sac qui sert à transporter les achats faits pour le ménage. Synon. cabas.La vieille demoiselle sortait des bas d'un sac à provisions et les mettait à sécher à même le poêle (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 28).
Sac de plage. Sac servant à transporter les maillots et les draps de bain. J'ai aperçu (...) tout au bout de la plage (...) deux Arabes en bleu de chauffe (...). Masson a demandé comment ils avaient pu nous suivre jusque-là. J'ai pensé qu'ils avaient dû nous voir prendre l'autobus avec un sac de plage (Camus, Étranger, 1942, p. 1162).
Loc. fig., fam.
Mettre sac à terre. Débarquer; p. ext., faire grève (d'apr. Le Clère 1960). C'était mon dernier voyage à bord du Volturno à destination de New-York, où je devais mettre sac à terre et quitter le bord (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 248).
Trousser, prendre son sac et ses quilles (vx). Prendre ses affaires et s'en aller. (Dict. xixeet xxes.). Donner, flanquer, ficher son sac à qqn; donner à qqn son sac et ses quilles. Congédier une personne, la mettre à la porte. [Lemploy] était absent (...) le jour où les patrons (...) ont flanqué leur sac à deux des contremaîtres (Toulet, Nane, 1905, p. 198).
Mettre, fourrer dans le même sac. Englober dans un même mépris, dans la même appréciation. Bourgeois et socialistes sont à fourrer dans le même sac. La France succombe sous une immense bêtise (Flaub., Corresp., 1871, p. 259).L'opinion a tôt fait de loger dans le même sac une femme qu'on courtise et une femme qui a succombé (Boylesve, Leçon d'amour, 1902, p. 174).
Sac au dos! [Commandement militaire pour donner le signal du départ] Un coup de sifflet les interrompt. « Rompez les faisceaux! La colonne repart! » − « Sac au dos! Debout, là-bas! Sac au dos! » (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 738).
SYNT. Sac de fantassin, de matelot, de militaire, de soldat; sac d'artiste, de peintre; sac alpin, tyrolien; sac d'alpiniste, de bivouac, de campeur, de randonnée, de scout, de varappe; sac de pêche; sac à gibier; sac à outils; sac à plusieurs poches, à soufflet; boucler, déballer, porter un sac; mettre qqc. dans un sac; sortir, tirer qqc. d'un sac; faire son sac; bretelles, courroies d'un sac.
2. Sac à main, et, absol., sac. Accessoire de la toilette féminine, porté à la main ou en bandoulière, qui sert à ranger divers objets personnels. Sac en/de cuir, en crocodile; sac brodé; sac du soir; fermeture, poignée d'un sac. Tu as oublié ton sac (...) et il le lui lança. Le sac se vida sur le trottoir et Marguerite se mit à genoux pour ramasser son argent, son peigne, son rouge à lèvres (Nizan, Conspir., 1938, p. 215):
5. J'offrirais à Zaza, pour sa fête, un sac que je confectionnerais de mes mains. J'achetai une soie rouge et bleue, brochée d'or, qui me parut le comble du luxe; d'après un patron de la Mode pratique, je la montai sur une armature de sparterie et je doublai la pochette avec du satin cerise... Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p. 121.
3. Vieilli. Sac (d'écolier, d'école). Synon. de cartable, sacoche, serviette.L'année prochaine, elle ira en quatrième (...) quittera le sac (la serviette) pour quatre livres noués par une sangle et un carré de tapis (Cocteau, Enfants, 1929, p. 8).
4. Vx. Sac de procès, ou, absol., sac. Dossier contenant toutes les pièces d'un procès. Madame Violante s'était mariée (...) à un avocat (...) Ce bonhomme préférait à sa moitié ses sacs de procès qui n'étaient point faits comme elle (A. France, Contes Tournebroche, 1908, p. 101).
Loc. fig.
Sac de nœuds, sac d'embrouilles. Affaire très compliquée, confuse. Le type qui l'accompagnait, on finira par le trouver. On a le témoignage de la dame qui logeait dans l'appartement où ils avaient installé leur canon. Tu vois qu'on va finir par y voir clair, dans ce sac de nœuds (J. Houssin, À la santé du Dobermann!, Paris, Fleuve noir, 1982, p. 195).En pleine nuit il faut toujours faire attention à ce qu'on dit. Le soleil arrive presque toujours ensuite et le jour se lève sur un sac d'embrouilles (P. Djian, Zone érogène, 1986 [1984], p. 7 ds Bernet-Rézeau 1989).
Condamner, juger sur l'étiquette du sac (vx). Condamner, juger sur les apparences. (Dict. xixeet xxes.).
Montrer, voir, livrer le fond du sac (vieilli). Montrer, livrer les pièces les plus secrètes d'un procès; p. ext., livrer ce qui est/doit être tenu secret. Notre vie à tous les trois va être bien étroite, et (...) trois ou quatre mille francs de rentes de plus me feraient du bien (...). Tu vois que je t'ouvre « le fond du sac » comme à un ami (Flaub., Corresp., 1875, p. 206).[Daudet] me confie que dans cette marche, Zola a soudainement montré le fond de son sac, avoué sa jalousie contre moi et laissé éclater sa mauvaise humeur contre Bourget (Goncourt, Journal, 1886, p. 561).
L'affaire est dans le sac (fam.). L'affaire est pratiquement réglée (avec succès). Petite sotte, ne vois-tu pas que l'affaire est dans le sac, que le vieux t'épousera alors que ton gigolo aura tôt fait de te renvoyer au trottoir? (Mauriac, Chair et sang, 1920, p. 146).
Vider son sac (fam.)
Vx. Être à bout d'inspiration, au bout du rouleau. Canalis avait, selon la pittoresque expression des journalistes, vidé son sac; il se sentait incapable d'inventer une nouvelle forme de poësie; sa lyre ne possède pas sept cordes, elle n'en a qu'une (Balzac, Modeste Mignon, 1844, p. 60).
Usuel. Dire, de manière directe et sans ménagement, ce que l'on a sur le cœur; avouer des faits tenus cachés jusque là. De vous à moi, et pour vider mon sac, et pour me confesser à mon pasteur comme il convient, je vous avoue que j'ai du bon sens. Je ne suis pas fou de votre Jésus qui prêche à tout bout de champ le renoncement et le sacrifice (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 41).
En faire un sac (arg.). En faire une histoire. Au fait tu m'dois cent sacs j'en fais pas un sac (Renaud, Mistral gagnant, Paris, éd. Le Seuil, 1988, p. 108 ds Bernet-Rézeau 1989).
C. − [À propos d'une pers., plus rarement d'un animal]
1. Fam. Corps d'une personne. Le bonhomme décline, il y a quelque chose dans son sac qui sonne mal, l'œil est triste, le mouvement de son bras s'affaiblit (Balzac, Cous. Pons, 1847, p. 57).Dans ce vieux sac tanné, avons-nous fait entrer des plaisirs et des peines, des malices, facéties, expériences et folies (Rolland, C. Breugnon, 1919, p. 17).
Pop. Sac à puces. Personne sale; chien malpropre.
Pop. Sac à vin. Ivrogne, alcoolique. [La fille Prouane] finit par supplier Mademoiselle de lui laisser emporter la bouteille (...) − Pour que tu la vides d'un coup (...) dit Lazare. C'est de toi qu'on se méfie maintenant, petit sac à vin! (Zola, Joie de vivre, 1884, p. 1006).
Pop. Sac d'os. Personne très maigre. Madame Andréa? une petite vieille, un vieux sac d'os (Aymé, Uranus, 1948, p. 90).
2. Estomac, ventre. Ce sacré soûlard était sa préoccupation (...). Lui, rigolo, le sac plein tous les jours, la tête sens devant dimanche, toussait, crachait (Zola, Assommoir, 1877, p. 687).
Pop. En avoir plein son sac. Être rassasié; avoir bien mangé, bien bu. (Dict. xixeet xxes.). Au fig. En avoir (plein) son sac. En avoir assez, être excédé. Synon. en avoir plein* le dos, ras le bol (v. bol2).Toutes les vannes qu'on peut vous filer avec des paroles! Merde! Plus pour moi! J'avais mon sac!... J'en étais gavé pour toujours des confidences et des salades!... Salut! (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 270).
3. [P. réf. au prestidigitateur] Ensemble des astuces et des tours dont dispose quelqu'un. Sac à malice. Tire de ton sac à malice Piéton heureux cette fois-ci Mes souhaits à Madame Alice Mirbeau Carrières-Sous-Poissy (Mallarmé, Vers de circonstance, 1898, p. 105).Avoir plus d'un tour, bien des tours dans son sac. Être rusé, avoir beaucoup de ressources (intellectuelles) pour se tirer d'affaire. La traduction dudit bouquin dans une revue russe me rapportera près de 3 000 francs! (...) et j'ai d'autres « tours dans mon sac ». Enfin je crois que je vais devenir pratique!!! (Flaub., Corresp., 1873, p. 105).Croyez-vous qu'ils n'aient pas plus d'un tour dans leur sac pour se débarrasser d'un homme qui voit trop clair? (Bernanos, Crime, 1935, p. 817).
II. − Contenu d'un sac. Pour un demi-mètre cube de béton on emploie 500 litres de (...) matériaux [de démolition] et on ajoute deux sacs de ciment sans chaux (J. Cahen, Bruet, Carrières, 1926, p. 124).
MAR. Sac de marin. ,,Ensemble des effets réglementaires et des objets personnels constituant le contenu du sac d'un marin`` (Gruss 1952); p. méton., sac cylindrique contenant les effets réglementaires.
Travailler aux sacs. ,,Donner, aux marins, un moment de liberté pour s'occuper de leurs linge et vêtements`` (J. Cahen, Bruet, Carrières, 1926, p. 124).
REM. 1.
Sache, subst. fém.,région. (Suisse). Sac allongé en grosse toile. Une sache de café, de charbon, de farine, de noix. La Chambre des Blés de cette ville fera vendre des sacs et saches vides (Pierreh.1926).
2.
Saquette, subst. fém.,vieilli. Petit sac, sachet. Synon. sacoche.Jean (...) sortit quatre clous d'or de sa saquette (Arène, Contes Paris, 1887, p. 19).
3.
Sacciforme, adj.,anat. En forme de sac. Synon. sacculiforme (rem. s.v. saccule).Anévrisme sacciforme; appendice, cavité, glande sacciforme. [Les canaux biliaires] présentant des dilatations sacciformes (Le Gendreds Nouv. Traité Méd.fasc. 7 1924, p. 303).
4.
Polochon-sac. V. polochon.
Prononc. et Orth.: [sak]. Homon. sac2. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1050 « sorte d'étoffe grossière » (Alexis, éd. Chr. Storey, 144); b) 1remoit. xiies. « habit misérable de pénitence et d'humiliation » (Psautier Cambridge, 29, 13 ds T.-L.); 1690 « vêtement inélégant » (Fur.); c) 1160-74 « contenant de matière souple, ouvert par le haut » (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, II, 3514); d) 1269-78 sas de charbon « sac contenant effectivement du charbon » (Jean de Meung, Rose, éd. F. Lecoy, 5019); e) 1675 avoir la tête dans un sac « être dans l'ignorance la plus complète » (Mmede Sévigné, Corresp., éd. R. Duchêne, t. II, p. 94); 1798 prendre qqn la main dans le sac (Ac.); 1842 course en sac (Ac. Compl.); 1881 mettre dans le même sac (Zola, Romanc. natur., Romanc. contemp., p. 276); f) 1790 sac à clous! ([Lemaire], 2elet. bougrement patriotique du véritable père Duchêne, p. 3 ds Quem. DDL t. 19); 1791 sac à papier! ([Robin], Je suis le véritable père Duchêne, moi, foutre, n o2, p. 8, ibid.); 1840 sac à farine! (Bayard et Dumanoir, Les Guêpes, xi, in Répertoire dram., IV, ibid., t. 5); g) 1844 avoir le sac « être riche » (Vidocq, Vrais myst. Paris, t. 1, p. 209); 1846 un sac « somme de mille francs » (ds Esn.); 1859 « grosse somme d'argent » supra ex. 4; h) 1881 sac à puces « chien » (Rigaud, Dict. arg. mod., p. 339); 1916-17 id. « sac de couchage » (ds Esnault, Notes compl. Poilu); 1902 sac à viande (ds Esn.); 1904 sac de couchage (Nouv. Lar. ill.); 2. a) 1599 sac de nuit (Inv. de Gabrielle d'Estrees ds Havard t. 4); 1740 sac à ouvrage (Ac.); 1868 sac de voyage (Goncourt, Journal, p. 470); 1907 sac à main (Colette Willy, La Retraite sentimentale, p. 253 ds Quem. DDL t. 16); b) 1824 « petite malle renfermant tous les objets usuels du fantassin et qu'il porte sur son dos » (Ségur, Hist. de Nap., VII, 1 ds Littré); 1890 sac-au-dos « soldat d'infanterie » (Lar. 19eSuppl.); 1904 sac tyrolien (C.A.F. Manuel ds Petiot 1982); 1928 sac alpin (J. Droit, Le Loup bavarde, p. 209); 1957 sac à dos (Butor, Modif., p. 167); 3. a) 1478 « dossier contenant les pièces d'un procès » (Lettres de Louis XI, VI, 373 ds Bartzsch); b) 1680 l'affaire est dans le sac (Rich.); 4. a) fin xives. « ventre » (E. Deschamps, Ball. Chacun ne cherche plus qu'à s'enrichir, éd. Queux de St Hilaire, t. 1, p. 230); 1673 vider le fond du sac « soulager son ventre en le purgeant » (Molière, Malade imaginaire, III, 6); 1837 vider son sac « dire le fond de sa pensée » (Balzac, Employés, p. 136); 1844 id. « avoir perdu sa faculté d'invention » (Id., Modeste Mignon, p. 60); b) ca 1480 sac à vin « ivrogne » (Mist. Viel Testament, éd. J. de Rothschild, 34435); c) 1678 avoir cent ruses au sac (La Fontaine, Fables, l. 9, fable 14, éd. H. Régnier, t. 2, p. 427); 1935 avoir plus d'un tour dans son sac (Ac.); d) 1872 sac à la malice (Littré Add.); 1875 sac à malice (Lar. 19e); e) 1878-79 en avoir son sac (de) « être excédé, ne plus pouvoir supporter quelque chose ou quelqu'un » (La Petite lune, n o15, p. 3); 5. 1677 « cavité de l'organisme » (Bossuet, Connaiss. de Dieu, II, 4 ds Littré); 1732 sac lacrymal (Trév.); 1831 sac embryonnaire (Lecoq, Juillet, Dict. raisonné de bot., p. 557). Du lat. saccus « sac, besace », « vêtement de crin grossier », lui-même empr. au gr. σ α ́ κ κ ο ς « étoffe grossière de poil de chèvre », d'où « manteau grossier », « sac de pénitent, cilice », « sac, bourse ».
DÉR. 1.
Sachée, subst. fém.,rare. Contenu d'un sac (supra II). [Mr Doolittle] saisit des ciseaux à ongles et éventra son trésor. La sachée se composait de menues pelures dorées qu'il prit après coup pour des confettis (Morand, Rococo, 1933, p. 244). [saʃe]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1reattest. ca 1190 sachiees de charbon (Renart, éd. M. Roques, 9047); de sac1, suff. -ée*.
2.
Sacherie, subst. fém.a) Industrie, fabrication des sacs. (Ds Lar. Lang. fr. et Rob. Suppl. 1970). b) Ensemble de sacs, sachets. Les normes prescrivent que la date de fabrication doit être indiquée sur la sacherie (Cléret de Langavant, Ciments et bétons, 1953, p. 110). [saʃ ʀi]. 1resattest. 1485 saquerie, sacquerie « peut-être endroit où l'on remisait les sacs ou pièce du haut de laquelle on les extrayait des bateaux » (Escript de parchon d'entre Jehan de Hurtebise et Jehan Jeneviere, Chir., St-Brice, Arch. Tournai ds Gdf.), 1941 sacherie « industrie, fabrication des sacs » (Dupont, Bois carburant, p. 28); de sac1, suff. -erie*.
BBG.Chautard Vie étrange Argot 1931, p. 297. − Hope 1971, p. 49. − Möhren Landw. Texte 1986, pp. 234-240. − Quem. DDL t. 5, 6, 9, 16, 17, 19, 27, 30, 31, 32. − Rapin (R.). Le Genre, indice de grandeur. Fr. mod. 1953, t. 21, p. 120; 1960, t. 28, p. 6.

SAC2, subst. masc.

Pillage, dévastation (d'une ville, d'une région prise à l'ennemi). Synon. ravage, saccage.Ah! quel beau sac que celui de cette ville de Longnac! L'eau m'en vient à la bouche rien que d'y penser! (Mérimée, Chron. règne Charles IX, 1829, p. 22).L'amour c'est une suave émotion qui causa le sac, le pillage, l'incendie, l'anéantissement de Troyes (Balzac, Œuvres div., t. 2, 1831, p. 281).
Mettre à sac. Piller, dévaster, saccager. Massacrer les Parisiens, traiter Paris en place prise d'assaut, mettre à sac un quartier de Paris, violer la seconde Ville Éternelle, assassiner la civilisation (...) ce que Platow n'avait pas osé faire faire par ses cosaques, toi, tu l'as fait faire par des soldats français (Hugo, Nap. le Pt, 1852, p. 102).Empl. subst. Ce matin, appris que Paris, en juin 1940, avait de justesse échappé à une mise à sac (Green, Journal, 1940, p. 21).
P. ext. Vider, dépouiller. Elle fit main basse (...) sur les poires comptées par son père (...). Elle aurait bien voulu mettre à sac toute la maison de son père; mais il avait les clefs de tout (Balzac, E. Grandet, 1834, p. 98).P. métaph. Cartuyvels en deviendra fou, et on l'entendra délirer sur les ruines de ses préjugés sociaux mis à sac (Larbaud, Barnabooth, 1913, p. 154).
Prononc. et Orth.: [sak]. Homon. sac1. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1466-67 metre en saq « massacrer » (Ovide moralisé en prose, éd. C. de Boer, p. 336); 1502 mestre a sac (J. d'Auton, Chron., éd. Maulde la Clavière, t. 2, p. 268); 2. 1527 mettre à sac « détruire, saccager » (Le Loyal Serviteur, Hist. du gentil seigneur de Bayart, ch. 17 ds Hug.). Empr. à l'ital.sacco « saccage », att. dep. 1348-63 (M. Villani) notamment dans des expr. telles que fare il sacco, mettere a sacco, issu p. abrév. de saccomano également att. dep. le xives. aux sens de « saccage » (M. Villani; à l'orig. du m. fr. saquement « id. », att. dep. la fin du xives., metre a sacremanne, J. d'Outremeuse ds Gdf., cf. mettre a saqueman [et non a sac] en 1409, Bouciquaut, Livre des fais, éd. D. Lalande, p. 384, 59; v. aussi D. Lalande ds Romania t. 103, pp. 334-335) et de « brigand, pillard » (Fr. Sacchetti ds Tomm.-Bell.), empr. au m. h. all. Sakman « valet d'armée, pillard », ce sens s'expliquant par le fait que les pillards emportaient leur butin dans des sacs. Voir K Jaberg ds Mél. Jud (J.), Genève, 1943, pp. 312-314; FEW t. 17, pp. 7-8 et Hope, p. 49, s.v. saccager.
STAT.Sac1 et 2. Fréq. abs. littér.: 3 739. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 588, b) 5 668; xxes.: a) 6 403, b) 5 951.

Wiktionnaire

Nom commun - français

sac \sak\ masculin

  1. Contenant muni d’une ouverture éventuellement refermable et fait d’un matériau souple (plastique, cuir, étoffe…) qui sert à mettre toutes sortes de choses.
    • Un sac tout neuf. — Sac de toile, de treillis, de crin.
    • L’entrée du sac. — Le fond d’un sac. — Sac en papier.
  2. (En particulier) Contenant pour toutes sortes de marchandises.
    • Sac à blé, sac à charbon, sac à avoine, sac à terre.
    • Porter un sac de ciment.
  3. (Par extension) Contenu de ce contenant.
    • Moudre un sac de blé.
    • Sac de blé, de charbon, d’avoine, de plâtre, de farine, de noix, de pommes.
  4. (Canada) Sachet de plastique scellé d’un format standard contenant environ 1.3 litre de lait.
  5. Un sac à main ou à dos.
    • Leurs compagnes ouvraient leurs sacs, y prenaient un miroir et s’arrangeaient coquettement les cheveux. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
  6. Pillage et massacre des habitants d’une ville.
    • C’est de 450 à 456, époque marquée par l’invasion d’Attila; le sac de Rome, par Genseric ; […], que l’auteur a mis en action ses personnages. — (Anonyme, Revue littéraire, 1830, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)
  7. (Vieilli) (Argot) Somme de mille anciens francs français (soit dix nouveaux francs français).
    • Ben, je me l’suis offert pour quinze sacs. C’est une affaire. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Mais avec votre papelard à dix sacs la rame, vous pourrez toujours vous établir marchand de papier, ou vous en servir à ce que je pense, comme ça vous liquiderez votre stock ! — (Michel Audiard, Le cave se rebiffe, 1962)
  8. (Programmation) Type abstrait de données non ordonnées.
    • Fondamentalement, une file de priorité est un sac (un multiensemble) d’entiers naturels doté de deux opérations particulières par rapport aux sacs : la suppression d’une occurrence du plus petit élément du sac (suppression d’un élément prioritaire de la file) et la recherche d’une occurrence du plus petit élément (recherche d’un élément prioritaire de la file).— (Marc Guyomard, Structures de données et méthodes formelles, Springer Science & Business Media, 19 avril 2011)
  9. (Désuet) Habit de pénitence, d’affliction, d’humiliation, robe dont se couvraient les pénitents dans leurs cérémonies, dans leurs processions.
    • Faire pénitence sous le sac et la cendre.
    • Porter le sac et le cilice.
    • Tous les pénitents étaient revêtus de sacs noirs, blancs, bleus.
    • Ce vêtement ressemble à un sac, est un sac ; on est dans ce vêtement comme dans un sac se dit d’un vêtement mal fait, mal taillé et trop large.
  10. (Baby-foot) Règle de jeu qui interdit la déviation de la balle jouée par les demis (milieux) adverses avec ses propres demis.
  11. (Populaire) (Péjoratif) (Figuré) Personne grosse, voire obèse.
    • Étonnant ! Me voilà devenu un véritable sac en peu de temps ! — (Boulet, Comment avoir du succès dans la vie ?, 3 janvier 2005 → lire en ligne)
  12. (Québec) Un sac du quart au football canadien (ou américain) est l'action d'un joueur défensif qui rabat le quart-arrière au sol lorsque ce dernier est en possession du ballon.
    • Le quart-arrière Matthew Stafford a été victime de seulement 17 sacs cette saison, le deuxième plus bas total parmi les quarts-arrières qui ont amorcé au moins 11 matchs. — (Stéphane Cadorette, Un exploit remarquable, Le Journal de Québec, 12 décembre 2021)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SAC. n. m.
Sorte de poche faite de cuir, de toile ou d'étoffe, ouverte seulement par le haut et qui sert à mettre toutes sortes de choses. Un sac tout neuf. Un vieux sac. Sac de toile, de treillis, de crin. L'entrée du sac. Le fond d'un sac. Sac de papier, Sorte de poche de papier en forme de sac, dont le bas et les côtés sont collés et qui sert à mettre de menues denrées d'épicerie, des bonbons, etc. Sac à blé, sac à charbon, sac à avoine, sac à terre, Sac à mettre du blé, du charbon, de l'avoine, de la terre; et Sac de blé, de charbon, d'avoine, de plâtre, de farine, de noix, de pommes, etc., Sac plein de blé, de charbon, d'avoine, de plâtre, de farine, de noix, de pommes, etc. Sac de blé, sac de farine se disent aussi d'une Certaine mesure de blé, de farine. Prov. et fig., Tirer d'un sac deux moutures, Prendre double profit dans une même affaire. Fig. et fam., Un homme de sac et de corde, Un scélérat, un mauvais garnement. Fig. et pop., Un sac à vin, Un ivrogne. Fig., Prendre quelqu'un la main dans le sac, Le prendre sur le fait, le surprendre au moment où il commet quelque vol, quelque indélicatesse. Fam., Ce vêtement ressemble à un sac, est un sac; on est dans ce vêtement comme dans un sac se dit d'un Vêtement mal fait, mal taillé et trop large. Sac de soldat, Sac de peau dans lequel chaque fantassin enferme les objets à son usage et qui se porte sur le dos à l'aide de deux bretelles. Porter le sac. Sac au dos. Sac de matelot, Sac de toile, allongé, renfermant l'ensemble des effets d'un matelot. Sac de couchage, Sorte de grand sac en toile, dans lequel le soldat se couche en campagne. Fig. et fam., Prendre son sac et ses quilles, S'en aller sans demander son reste. Il est vieux. Sac de nuit, Sac où l'on met, en voyage, ses effets de nuit. Sac à ouvrage, Sac où les femmes renferment l'ouvrage auquel elles travaillent. Sac à main, Sorte de petit sac que les femmes portent à la main et où elles mettent les menus objets dont elles peuvent avoir besoin. En termes de Guerre, Sac à terre, Sac plein de terre, dont on se sert en faisant les tranchées, abris, batteries, etc., pour mettre les soldats à couvert du feu des ennemis. Sac de procès et absolument Sac se disait d'un Sac contenant les pièces d'un procès. Cette expression a vieilli; on dit aujourd'hui Les pièces ou Le dossier. Fig. et fam., C'est la meilleure pièce de son sac se dit en parlant d'un Homme qui sollicite quelque grâce, qui entreprend quelque affaire, et signifie : C'est la chose la plus avantageuse pour lui, celle qui doit le plus sûrement lui procurer le succès qu'il désire. Fig. et fam., Votre affaire est dans le sac, Tout est préparé pour qu'elle réussisse, on peut regarder le succès comme acquis. Fig., et fam., Voir le fond du sac, Pénétrer dans ce qu'une affaire a de plus secret, de plus caché. On dit dans le même sens : Montrer le fond du sac. Fig. et fam., Vider son sac, Dire tout ce qu'on a à dire sur tel sujet, dans telle occasion. Il n'a plus rien à dire, il a vidé son sac. Quand il a vidé son sac d'anecdotes, de bons mots, il s'en va. Sac à papier! Sorte de juron. Fig. et fam., Un sac à malices, Une personne très rusée. Fig. et fam., Avoir plus d'un tour dans son sac, Être plein d'habileté, de ruse.

SAC se dit aussi du Contenu d'un sac. Moudre un sac de blé. Fig. et fam., Avoir le sac, Avoir beaucoup d'argent, avoir une grosse dot.

SAC se dit aussi d'un Habit de pénitence, d'affliction, d'humiliation. Faire pénitence sous le sac et la cendre. Porter le sac et le cilice. Il se dit également des Grandes robes dont se couvrent les pénitents dans leurs cérémonies, dans leurs processions. Tous les pénitents étaient revêtus de sacs noirs, blancs, bleus. En termes d'Anatomie, Sac lacrymal, Petite cavité qui est placée au côté interne de l'orbite de l'œil et qui sert de réservoir à l'humeur sécrétée par la glande lacrymale. En termes de Chirurgie, Sac herniaire, Portion de membrane qui enveloppe une hernie extérieure. Cul-de-sac. Voyez ce mot à son rang alphabétique.

Littré (1872-1877)

SAC (sak ; au XVIe s. le pluriel se prononçait saz, c'est-à-dire sâ, PALSGRAVE, p. 25) s. m.
  • 1Espèce de poche en toile, en cuir ou étoffe, ouverte par le haut et cousue par le bas et par les côtés. Un sac de crin. À la gueule du sac. L'entrée, l'ouverture du sac. Nous ne rougissons point d'avouer hautement la mauvaise fortune d'un de nos confrères, ni de montrer au public le sac et le bâton d'un Diogène, quoique nous soyons dans un siècle où les Diogènes sont moins considérés que jamais, Fontenelle, Poupart. Mettez du blé dans les sacs de ces gens-là [les fils de Jacob, en Égypte], et l'argent de chacun d'eux à l'entrée de leurs sacs ; et mettez une coupe d'argent dans le sac du plus jeune, Rollin, Traité des Ét. liv. V, 2e part. II, 1. J'ai caché en terre un sac de cuir où il y a vingt mille francs, Regnard, Retour impr. sc. 13. La pauvreté prive souvent un homme de tout ressort et de toute vertu ; il est difficile à un sac vide de rester debout, Franklin, cité par SAINTE-BEUVE, Causeries, t. VII, p. 115. Chaque soldat portait en bandoulière un sac de toile contenant deux pains, chacun de trois livres, Ségur, Hist. de Nap. VII, 1.

    Course en sac, divertissement public, dans lequel on fait courir, pour un prix, des gens dont les bras et les jambes sont enfermés dans un sac.

    Cet habit ressemble à un sac, c'est un sac, se dit d'un habit, d'une robe qui vont mal et sont trop larges.

    On dit de même : On est dans cet habit comme dans un sac.

    Fig. Tirer d'un sac deux moutures, tirer double profit d'une même affaire.

    Prendre quelqu'un la main dans le sac, le surprendre au moment où il commet quelque vol, quelque infidélité.

    Par extension. Prendre quelqu'un la main dans le sac, trouver chez quelqu'un qui a commis une erreur ou dit une sottise, la cause de son erreur ou de sa sottise qu'il voudrait dissimuler.

    Fig. Le sac est plein, il a comblé la mesure, il faut qu'il soit puni.

    C'est un sac percé, on ne saurait l'enrichir, se dit d'un prodigue.

    Fig. Avoir la tête dans un sac, ne rien voir, ne rien entendre, être dans une ignorance complète de ce qui arrive. J'emporte l'inquiétude de mon fils [qui était à l'armée] : il me semble que je m'en vais avoir la tête dans un sac pendant dix ou douze jours ; et vous jugez bien que, sans de bonnes raisons, je ne quitterais pas Paris dans ce temps de nouvelles, Sévigné, 6 sept. 1675.

    Fig. Mettre quelqu'un au sac, le mettre hors d'état de répondre aux objections. Dans un exercice public, un pédant de collége, tout gonflé de son savoir, fut mis ce qu'ils appellent au sac par un capucin qu'il avait méprisé, Diderot, Mém. Rêve de d'Alembert.

    Fig. et populairement. Un sac à vin, un ivrogne, un buveur déterminé. Infâme sac à vin, insolent, effronté, Tu te repentiras de ta témérité, Scarron, Jodelet ou le maître val. III, 12. Madame la princesse de Conti, se tournant à Mme de Châtillon, lui dit qu'elle aimait mieux être grave [sérieuse] que sac à vin, Saint-Simon, 32, 122.

  • 2Sac de papier, sorte de poche de papier, en forme de sac, dont le bas et les côtés sont collés, et qui sert à mettre des épiceries, des drogues, des bonbons, etc.
  • 3Sac à blé, sac à charbon, sac à avoine, sac à terre, sac à mettre du blé, du charbon, de l'avoine, de la terre.

    Sac à poudre, sac dans lequel les perruquiers mettent leur poudre.

  • 4Sac de blé, de charbon, d'avoine, de plâtre, de farine, de pommes de terre, etc., sac plein de blé, de charbon, d'avoine, de plâtre, de farine, de pommes de terre, etc.
  • 5Petit sac de grosse toile dans lequel on met l'argent. Un sac d'argent. Un sac de mille francs.

    Un sac d'écus, ou, très familièrement, un sac, un sac plein d'écus. Avez-vous le sac ?

  • 6Sac de blé, sac de farine, une certaine mesure de blé, de farine. Le fournisseur a livré tant de sacs de blé.
  • 7 Terme d'artillerie. Sac à étoupilles, petit sac en cuir destiné à renfermer des étoupilles.

    Sac à charge, sac en cuir qui sert, dans les batteries de campagne, à porter les charges du caisson à la bouche à feu.

    Sac à terre, sac en toile qu'on remplit de terre et qu'on utilise dans la construction des batteries, des retranchements. Batterie en sacs à terre. Sape en sacs à terre. Revêtement en sacs à terre. Sacs à terre, artillerie et autres choses nécessaires, Pellisson, Lett. hist. t. I, p. 101.

    Sac à feu, espèce de bombe ou de carcasse. On prétend, quand nos établissements seront faits, désoler la place par les bombes ou sacs à feu de la nouvelle manière, Pellisson, Lett. hist. t. III, p. 158.

    Terme d'artificier. Sac à poudre, enveloppe qui contient la chasse des pots à feu ou à aigrette.

  • 8En Angleterre, lord siégeant sur le sac de laine, le lord chancelier, président de la chambre des lords.
  • 9Autrefois, sac de procès, et, absolument, sac, le sac qui contenait toutes les pièces d'un procès ; on dit aujourd'hui les pièces ou le dossier. Le bon homme Broussel avait vieilli entre les sacs, dans la poudre de la grand'chambre, avec plus de réputation d'intégrité que de capacité, Retz, Mém. t. I, liv. II, p. 200, dans POUGENS. Il vous en faudra [de l'argent] pour les consultations et plaidoiries des avocats, pour le droit de retirer le sac, et pour les grosses d'écritures, Molière, Scapin, II, 8. Jamais, contre un renard chicanant un poulet, Un renard de son sac n'alla charger Rollet, Boileau, Sat. VIII. Là, sur des tas poudreux de sacs et de pratique, Hurle tous les matins une sibylle étique, Boileau, Lutr. V. Que de sacs ! il en a jusques aux jarretières, Racine, Plaid. I, 4.

    Il faut trois sacs à un plaideur, un sac de papier, un sac d'argent et un sac de patience.

    Sac commun, celui où sont les pièces de rebut d'une partie qui n'ont pas été produites.

    Fig. C'est la meilleure pièce de son sac, c'est la chose la plus favorable au succès, ou la personne qui a le plus d'influence. Elle fera de ce nouvel ami, Alexandre VIII, tout ce qu'on en peut faire, et ce sera pendant quelque temps la meilleure pièce de son sac, Sévigné, 605. Je pense souvent, aussi bien que vous, à nos soirées de l'année passée, nous en pourrons refaire encore ; mais la meilleure pièce de notre sac y manquera, Sévigné, 1er mai 1676.

    Fig. Vider son sac, dire tout ce qu'on pense sur un sujet.

    Fig. Le fond du sac, ce qu'une affaire a de plus secret. Toujours le fond du sac ne vient en évidence, Régnier, Sat. II. Sans voir le fond du sac ils prononcent l'arrêt, Régnier, ib. V. J'ai voulu vous le confier à vous seule, pour vous faire voir le fond du sac, Sévigné, 591.

    Le fond du sac se dit quelquefois pour signifier ce que quelqu'un possède en fait de ressources. Pourquoi songez-vous aux Adhémars [pour fournir à la dépense du jeune Grignan], quand vous savez le fond de leur sac ? Sévigné, mars 1690.

    Fig. Juger sur l'étiquette du sac, voy. ÉTIQUETTE, n° 2.

    Juger sur l'étiquette du sac, signifie aussi juger une question qui ne présente point de difficulté. Cela peut se juger sur l'étiquette du sac.

    Fig. L'affaire est dans le sac, on est assuré qu'elle réussira. Valère : Mais crois-tu… ? - Carlin : Laissez-moi, l'affaire est dans le sac, Regnard, le Distr. V, 8.

  • 10Petite malle dans laquelle le fantassin renferme tous les objets à son usage et qu'il porte sur son dos. Chacun de ces sacs [dans le corps de Davoust, expédition de Russie], réduit au strict nécessaire quant aux vêtements, contenait deux chemises, deux paires de souliers avec des clous et des semelles de rechange, un pantalon et des demi-guêtres de toile, quelques ustensiles de propreté, une bande à pansement, de la charpie et soixante cartouches ; dans les deux côtés étaient placés quatre biscuits, de seize onces chacun ; au-dessous et dans le fond un sac de toile, long et étroit, était rempli de dix livres de farine ; le sac entier, ainsi composé, ses bretelles et la capote roulée et attachée par-dessus, pesait trente-trois livres, douze onces, Ségur, Hist. de Nap. VII, 1. Que les régiments, trop souvent recrutés, manquaient d'ensemble… que le premier rang cachait en vain la faiblesse des deux autres ; que déjà, faute d'âge et de santé, beaucoup succombaient dans les premières marches sous le seul poids de leurs sacs et de leurs armes, Ségur, ib. II, 2.

    Il y a aussi de ces sortes de sacs pour les marins.

    Sac analogue à celui des soldats, à l'usage des voyageurs à pied. Quand l'argent nous manquera, nous regagnerons la France à pied gaiement et le sac sur le dos, Picard, Voy. interrompu, I, 1.

  • 11Le sac et les quilles, les quilles avec le sac pour les enfermer quand on ne joue plus.

    Fig. Trousser son sac et ses quilles, prendre son sac et ses quilles, prendre ses hardes et s'en aller.

    Donner à quelqu'un son sac et ses quilles, mettre quelqu'un dehors, s'en défaire.

    Fig. Avoir son sac et ses quilles, être chassé. Si je n'obéis pas, j'ai mon sac et mes quilles, Boursault, Lett. nouv. t. III, p. 356, dans POUGENS.

    Fig. Ne laisser aux autres que le sac et les quilles, prendre le meilleur et laisser aux autres ce qui ne vaut rien, proprement prendre l'argent du jeu et ne laisser aux autres que les quilles et leur sac. Mettez ce qu'il en coûte à plaider aujourd'hui… Vous verrez que Perrin tire l'argent à lui, Et ne laisse aux plaideurs que le sac et les quilles, La Fontaine, Fabl. IX, 9.

  • 12Sac de nuit, sac qui sert en voyage à serrer les hardes de nuit.
  • 13Sac à ouvrage, ou, absolument, sac, sorte de poche que les dames portent avec elles, et où l'on a disposé ce qu'il faut pour coudre, broder, faire de la tapisserie. Mme Durillon avait bien un sac de velours avec des galons, Dancourt, les Agiot. II, 5.

    Sac d'église, sac où les femmes mettent leurs livres de dévotion et de prières pour aller à l'église.

  • 14 Terme de marine. Sac, se dit quelquefois pour hamac.

    Sac d'écubier, sorte de matelas pour boucher les écubiers.

    Embarqué en sac, se dit des marins qui font un voyage à Terre-Neuve, et qui sont engagés seulement pour travailler à la pêche.

    Cette voile fait le sac, son fond a trop d'ampleur.

    Un mât de hune est dans le sac, quand il casse.

    Sac à terre, enveloppe de maçonnerie qu'on établit autour des soutes aux poudres pour les préserver.

    Nom donné, sur les bancs des galères, à une espèce de matelas ou long sac, rempli de bourre ou de laine, sur lequel les rameurs couchaient.

  • 15 Terme d'astronomie. Sac du charbonnier ou sac à charbon, trouée sans étoiles qu'on aperçoit en certaines parties de la voie lactée dans l'hémisphère austral.
  • 16Habit simple et grossier, qui sert de signe et d'instrument de pénitence et d'affliction. Alors David dit à Joab et à tout le peuple qui était avec lui : Déchirez vos vêtements, couvrez-vous de sacs, et pleurez aux funérailles d'Abner, Sacy, Bible, Rois, II, III, 31. Finir sa vie sous le sac et sur la cendre, Sévigné, 5 août 1684. Mardochée… leur faisait voir [aux Juifs] une espérance assurée de protection en la personne de la reine Esther, en sorte qu'il ne leur restait qu'à prier Dieu, dans le sac et dans la cendre, qu'il conduisît les desseins de cette reine, Bossuet, 5e avert. 24. On voyait [à un autodafé] au milieu des alguazils et des grands environ quarante personnes couvertes de sacs sur lesquels on avait peint des diables et des flammes, Voltaire, Voyage de Scarmentado. Louis [le Débonnaire] fut enfermé un an dans une cellule du couvent de Saint-Médard de Soissons, vêtu du sac de pénitent, sans domestiques, sans consolation, mort pour le reste du monde, Voltaire, Mœurs, 23. Un sac était l'habit ordinaire des pro phètes… ils vivaient dans la pauvreté, séparés du peuple, occupés à la prière, au travail, à l'instruction, à l'étude, Condillac, Hist. anc. Consid. sur les Juifs, ch. 2.

    Grande robe dont se couvrent les pénitents dans leurs cérémonies, dans leurs processions. Les pénitents étaient revêtus de sacs noirs

    Fig. Se couvrir d'un sac mouillé, se servir d'excuses, faire l'hypocrite (voy. MOUILLÉ, n° 1).

    L'ordre du Sac, voy. SACHET, n° 2.

  • 17 Terme de botanique. Corps formé par la soudure des étamines, qui, dans les asclépiadées, recouvre l'ovaire comme un capuchon.
  • 18 Terme d'anatomie. Se dit de certains organes. La rate est à l'opposite du foie ; c'est une espèce de sac spongieux où le sang est apporté par une grosse artère…, Bossuet, Connais. II, 4.

    Cavité plus ou moins grande, entourée par des parois membraneuses, souvent distinguée d'une autre cavité analogue par une simple dépression des parois. C'est dans ce sens qu'on dit : les sacs de l'estomac, les sacs du rumen.

    Sac lacrymal, voy. LACRYMAL. Quel rapport y a-t-il entre une idée triste et cette liqueur limpide et salée, filtrée par une petite glande au coin externe de l'œil, laquelle humecte la conjonctive et les petits points lacrymaux, d'où elle descend dans le nez et dans la bouche par le réservoir appelé sac lacrymal ? Voltaire, Dict. phil. Larmes.

  • 19Ancien terme de médecine. Dépôt d'humeurs, de matières. Quand une plaie est mal pansée, il s'y forme un sac.

    Terme de chirurgie. Sac herniaire, enveloppe renfermant les organes qui constituent la hernie.

  • 20 Fig. et familièrement. L'estomac, le ventre. J'ai pris des eaux, et le bon abbé aussi, pour vider un peu son sac, qu'il avait trop rempli à Époisse, Sévigné, 25 sept. 1677.

    Remplir son sac, manger beaucoup.

    En avoir plein son sac, être complétement ivre.

    Vider son sac, se purger. Je ne voulais plus qu'une douzaine de médecines pour vider le fond du sac, Molière, Mal. imag. III, 6. Le bon abbé prend des eaux pour vider son sac qui est plein, Sévigné, 359.

  • 21 Fig. et familièrement, Esprit, souvenir, mémoire. Le renard au chat dit enfin : Tu prétends être fort habile ; En sais-tu tant que moi ? j'ai cent ruses au sac… Une meute apaisa la noise. Le chat dit au renard Fouille en ton sac, ami, La Fontaine, Fabl. IX, 14. Mme de Fontanges pleure de n'être plus aimée [du roi] ; les grands établissements ne la peuvent consoler ; voilà qui est bon pour mettre dans notre sac aux réflexions, Sévigné, 30 juin 1680. Vous avez donc ri… de tout ce que je vous mandais d'Orléans… c'était le reste de mon sac, qui me paraissait assez bon, Sévigné, 6 oct. 1675. Il ne manqua pas de tirer de son sac deux ou trois contes qu'il débita d'un air imposant et bien étudié, Lesage, Gil. Bl. III, 11.

    Mettre dans son sac, dévorer un affront sans pouvoir le venger.

  • 22Sac à noir, petite chambre où l'on brûle de la poix-résine, pour faire le noir de fumée.
  • 23 Terme rural. Quantité de marc qui reste après un pressurage de cidre ou de vin.
  • 24 Terme de pêche. Espèce de filet pour le petit poisson.
  • 25Crêpons ou sacs [étoffe de laine], Tabl. annexé aux lett. pat. 18 sept. 1780, Auch.
  • 26 Terme d'exploitation minière. Sorte de filon disposé comme un sac. Ces sacs ou nids de mine de fer ne s'étendent pas horizontalement, mais descendent presque perpendiculairement, Buffon, 3e époq. nat. Œuv. t. XII, p. 173. Dans les minières qui sont en sacs perpendiculaires, la partie supérieure est toujours la plus pure, Buffon, Min. t. IV p. 111.
  • 27Gens de sac et de corde, scélérats. C'est avec ce ramassis de sac et de corde [la cabale du président d'Oppède] qu'on servait sa Majesté, Sévigné, janvier 1674. On enfermait ces malheureux dans un sac lié par le haut avec une corde ; de là vient l'expression proverbiale de gens de sac et de corde, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuvr. t. III, p. 77, dans POUGENS. Qu'est-ce que ces philosophes ? a dit une grande dame ; un homme grave a répondu madame, ce sont des gens de sac et de corde, qui examinent dans quelques lignes d'un livre en vingt volumes in-folio [l'Encyclopédie] si les atomes sont insécables ou sécables, Voltaire, Odes, XI.
  • 28Cul-de-sac, voy. CUL, n° 11.

    Fig. Être enfourné dans un cul-de-sac, être engagé dans une affaire dont l'issue est difficile.

  • 29Sac à papier, juron qui est un euphémisme pour un juron plus grossier.

PROVERBES

Cependant le bonhomme n'a pas son sac, se dit quand quelqu'un paye de belles paroles un autre à qui il fait tort.

Il ne saurait sortir d'un sac que ce qui y est, un sot ne peut dire que des sottises, un méchant ne peut faire que des méchancetés.

Autant pèche celui qui tient le sac que celui qui met dedans, c'est-à-dire les receleurs et les voleurs méritent une égale punition.

On frappe sur le sac, pour que l'âne le sente.

HISTORIQUE

XIe s. " Cambre [chambre], dist ele, jamais n'estras parede [parée], Ne jà ledece [liesse] n'ert an tei demenede " ; Sas i fait pendre, curtines deramedes, St Alexis, XXIX. S'il [l'objet volé] est trové dedenz sache et soche [dans une terre ayant droit de sac et de soc]…, Lois de Guill. 31.

XIIe s. Dunc cumandad li reis à Joab et à tut le pople, k'il desirassent lur guarnemenz [déchirassent leurs vêtements], e vestissent sei de sacs et feissent lur plainte devant le cors Abner, Rois, p. 132.

XIIIe s. Autant tient poche comme sas, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 179. Deus ait [a] ma doleur abaissie, Si l'ait en joie convertie, Mon sac de poverteit tranchait [il trancha], Psaumes en vers, dans Lib. psalm. p. 279. Si faite gent [les bavards] sont trop diviers ; De lor bouces font sas ouvers Où on ne puet riens esconser, Baudouin de Condé, t. I, p. 69.

XIVe s. Les unes [tumeurs] sont dans un sac [kyste], les autres non, H. de Mondeville, f° 101. Il ne vous faut que tendre vo sac, s'iert tous emplis [il sera tout rempli], Guesclin, V. 21678-21696.

XVe s. Et troussez vos sacs et vos quilles, Orléans, Rondel. Aussitost muert homs qu'on puet dire clac ; Que devendra la poure ame esbahie ? Car nul ne tent qu'à remplir son sac, Deschamps, Ball. Chacun ne pense qu'à soi. Tout y alloit contre poil et contre ongle ; y avoit ung roy assis en chaiere ; autant y eust fait un sac de laine que l'on traine par les rues, Chastelain, Chr. des ducs de Bourg. III, 190. Et estoient les deux freres et le roi comme trois testes en ung sac toujours ensemble, Chastelain, ib. III, 56.

XVIe s. Puis après il les exhorte de courir au sac et à la cendre, à pleurs et à jusnes, Calvin, Inst. 997. Ces bons valets-là ne sont pas encore trop mal habiles de se couvrir d'un sac mouillé de bonne heure, et de laisser toute la coulpe à leurs maistres, Lanoue, 217. Il [le père de d'Aubigné] demeura malade à Amboise d'un sac qui se fit en sa playe ; là il mourut, D'Aubigné, Vie, 1563. Le roi establit l'ordre et les processions des penitens, entroit lui mesme dans le sac deux et trois fois la semaine, D'Aubigné, Hist. II, 330. Sacs de peau de veau pour la poudre et les boulets, D'Aubigné, ib. III, 87. Aux petits sacs sont les meilleures espices, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 179. Avarice rompt le sac, Leroux de Lincy, ib. Il lui a laissé son sac et ses quilles [il l'a renvoyé], Leroux de Lincy, ib. p. 180. Le sac ne fut oncques si plein Qu'il n'y entrast bien un grain, Leroux de Lincy, ib. Sac plein dresse l'oreille, Leroux de Lincy, ib. p. 414. D'un sac à charbon ne peut sortir que de la poussiere noire, Cotgrave Chascun ira au moulin avec son sac, Cotgrave On lie bien le sac avant qu'il soit plein, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « sac »

Du latin saccus (« sac », « bourse », « filtre », « besace », « cilice »).
Au sens de « saccage » : empruntée au moyen allemand Sakman « valet d’armée, pillard », cette acception est due au fait que les pillards utilisaient des sacs pour emporter leur butin.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, seg ; Berry, sa, au plur.  ; bourg. say ; provenç. sac ; espagn. saco ; ital. sacco ; du lat. saccus, qui vient du grec σάϰος, σάϰϰος, qui paraît être dérivé des langues sémitiques : hébreu, schak ; chaldéen, sak.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « sac »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sac sak

Fréquence d'apparition du mot « sac » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « sac »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « sac »

  • La bohème n'est pas un chemin, c'est un cul-de-sac.
    Henri Murger
  • Vendredi soir à la gare de Strasbourg, trois jeunes gens de 15 et 16 ans ont tenté de voler le sac à main d’une dame. Le conjoint de la victime a réussi à les rattraper mais a reçu des coups. Des agents de la SNCF, qui ont essayé de lui prêter main-forte, ont aussi été frappés. Ensemble, ils ont finalement réussi à maîtriser deux adolescents. Le troisième a pris la fuite avant d’être interpellé par des policiers du bureau local. L’un d’eux a été blessé par le fuyard. Les trois mis en cause ont été placés en garde à vue.
    Faits-divers - Justice | Sac volé, policier mordu à la gare de Strasbourg
  • Il ne sort du sac que ce qu’il y a dedans.
    Proverbe français
  • Il faut trois sacs à un plaideur : un sac de papiers, un sac d'argent et un sac de patience.
    Proverbe français
  • Le sac des désirs n’a pas de fond.
    Proverbe japonais
  • Haricot par haricot se remplit le sac.
    Proverbe grec moderne
  • Une poignée d'abeilles vaut mieux qu'un sac de mouches.
    Proverbe arabe
  • Quand nous avons le sac, il nous manque le blé ; quand nous avons le blé, il nous manque le sac.
    Proverbe catalan
  • Les années ne peuvent se cacher dans un sac.
    Proverbe touareg
  • Il ne sort du sac que ce qu’il y a.
    Proverbe français
Voir toutes les citations du mot « sac » →

Traductions du mot « sac »

Langue Traduction
Anglais bag
Espagnol bolso
Italien sacchetto
Allemand tasche
Chinois
Arabe كيس
Portugais bolsa
Russe мешок
Japonais バッグ
Basque poltsa
Corse saccu
Source : Google Translate API

Synonymes de « sac »

Source : synonymes de sac sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot sac au Scrabble ?

Nombre de points du mot sac au scrabble : 5 points

Sac

Retour au sommaire ➦