Rogner : définition de rogner


Rogner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ROGNER1, verbe trans.

A. −
1. Couper une chose en retranchant une partie de son pourtour, de ses bords, de son extrémité, pour lui donner un aspect plus net ou des dimensions déterminées. Synon. égaliser, raccourcir, rectifier.Il avait un peu rogné, pour ne point se refuser à la mode, ses belles moustaches gauloises, mais par l'effet d'une vieille habitude, il continuait de les chercher à leur place ordinaire avec un geste caressant (Duhamel, Combat ombres, 1939, p. 291):
1. ... en même temps il [l'ouvrier] presse avec le genou droit la branche mobile des cisailles qui taillent les pointes tout en rognant les fils de fer. On continue de rogner ceux-ci, et de former des pointes avec ces rognures, tant que la longueur des fils de fer le permet. Nosban, Manuel menuisier, t. 2, 1857, p. 203.
2. Spécialement
a) PAPET., RELIURE. Couper le bord des feuilles de papier, des feuillets d'un livre pour les rendre nets ou leur donner la dimension voulue. Synon. émarger, massicoter.Couteau, machine à rogner (synon. massicot2). Marion, formée par Séchard père, façonnait le papier, le trempait, aidait Kolb à l'imprimer, l'étendait, le rognait (Balzac, Illus. perdues, 1843, p. 555).Les livres brochés sont rognés sur les bords pour obtenir des tranches lisses (Civilis. écr., 1939, p. 10-14).
Part. passé en empl. adj. En France, la faveur va au livre broché non rogné (Civilis. écr., 1939, p. 10-14).
b) VITIC. Faire le rognage des sarments de vigne. On fait usage [de la cisaille à main] en viticulture pour rogner les sarments des vignes qui sont palissées sur fils de fer (Brunet, Matér. vitic., 1909, p. 153).Il se penchait sur le cep dangereusement délaissé, réduisait et rognait avec une passion vétilleuse (Lacretelle, Silbermann, 1922, p. 24).
3.
a) Vieilli. Rogner les ongles, les griffes. Couper les ongles, les griffes. L'accoucheur doit se découvrir le bras jusqu'au-dessus du coude, toutes les fois qu'il est obligé de porter la main profondément dans la matrice; et il doit avoir l'attention auparavant de bien rogner ses ongles (Baudelocque, Art accouch., 1812, p. 350).T'as des griffes comme une charrue (...); je te rognerai les griffes à coups de serpe, moi (Giono, Colline, 1929, p. 66).
Part. passé en empl. adj. Louise (...) posa ses deux mains, aux ongles rognés, à plat, sur ses cuisses (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p. 306).
Au fig. Rogner les ongles à qqn. V. ongle A 1.
b) Rogner les ailes (à un oiseau). Lui couper l'extrémité des ailes pour le garder en captivité. Part. passé en empl. adj. Elle s'enfuit vers sa cage fermée où elle ne put rentrer, tourna autour, se blottit derrière contre les barreaux, enfouit sa tête sous son aile rognée, et refusa obstinément de manger, de boire et de bouger pendant tout le reste du jour (Pergaud, De Goupil, 1910, p. 226).
Au fig., littér. Ôter la liberté, l'élan, l'esprit d'indépendance à quelqu'un ou à quelque chose. Le poëte a dit des paroles qu'elles étaient ailées; pourquoi leur rogner les ailes? (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 2, 1862, p. 295).V. aile ex. 82.Part. passé en empl. adj. La paix chuchote son espérance, aux ailes rognées... et, dès les premières mesures du Dona, voyez ce petit vol inquiet, palpitant, brisé, des violons (Rolland, Beethoven, t. 2, 1937, p. 404).
4. Vieilli. Couper, limer la tranche d'une pièce de monnaie en métal précieux pour prélever frauduleusement ce métal. Il ne craignait pas de visiter (...) les juifs sordides, afin d'apprendre (...) le titre des métaux, le prix des pierres précieuses et l'art de rogner les monnaies (A. France, Barbe-bleue, Mir. Gd St Nic., 1909, p. 94).Changeurs et orfèvres (...) s'arrangent pour rogner sur les deniers les plus lourds un peu de métal précieux (Faral, Vie temps st Louis, 1942, p. 76).
Part. passé en empl. adj. Ce n'est qu'à ce prix qu'il obtient l'argent qu'il emprunte à gros intérêts, et qu'on lui compte en écus rognés (Jouy, Hermite, t. 3, 1813, p. 64).
5. Fam. ou pop.
a) Vx. Guillotiner. Tu sais bien celui [cet assassin] qu'on a rogné y a quéque temps (...) les autres disent qu'il ne faudrait plus condamner au bagne, [mais] rogner toute la fripouille (Poulot, Sublime, 1870, p. 151).Absol. Condamné aux galères perpétuelles (...) [il] me regarda [moi le condamné à mort] d'un air d'envie en disant: − Il est heureux! il sera rogné (Hugo, Dern. jour condamné, 1829, p. 73).
b) Amputer. La guerre rogne un peu ses héros; on nous coupe, au lendemain d'une victoire, une jambe, un bras (Vallès, Réfract.,1865, p. 30).Il a été blessé, vous avez su? À la main. En avril 17, près de Fismes. Vous connaissez?... Il s'était engagé en 16... On lui a rogné ces deux doigts-là... Heureusement, c'est la gauche (Martin du G., Thib., Épil., 1940, p. 850).
B. − P. anal.
1. Diminuer, raccourcir une durée, un espace. Elle rencontra, sur la place, Lestiboudois, qui s'en revenait; car, pour ne pas rogner la journée, il préférait interrompre sa besogne, puis la reprendre, si bien qu'il tintait l'Angelus selon sa commodité (Flaub., MmeBovary, t. 1, 1857, p. 127).Au passif. Ils n'osaient pas aller dormir (...) parce qu'en se réveillant ils se trouveraient devant le petit tas de leurs six jours déjà rogné (Romains, Hommes bonne vol., 1939, p. 15).Les mêmes plantes se cultivent de plus en plus hors des grandes plantations européennes, et celles-ci rognées sur leurs bords, perdent de leurs dimensions (Meynier, Paysages agraires, 1958, p. 51).
Rogner sur + subst.Penser que vous consacrez à votre fils − ne parlons pas de moi: je ne compte pas − un jour et demi par semaine, et que vous parvenez à rogner sur ce pauvre jour et demi! Arriver ici à près de dix heures du soir! (Montherl., Fils personne, 1943, i, 1, p. 276).
2. Raccourcir, amputer un texte, un discours, une œuvre littéraire. Cette sacrée petite Océane risque de flanquer notre troisième acte par terre. Il faut absolument lui rogner son rôle, dût-elle nous inonder de larmes (L. Daudet, Médée, 1935, p. 32):
2. Lui-même est encore obligé de disputer pour ne pas être rogné ou remanié: on lui indique des endroits, « où il faudrait des généralités... » Singulières et honteuses choses, que ces fourches caudines du style, subies au XIXesiècle par les plus grands, les plus fameux, les plus considérables, Rémusat comme Cousin! Goncourt, Journal, 1863, p. 1243.
3. En partic.
a) Souvent péj. Diminuer d'une petite quantité un avantage matériel qui revient à quelqu'un, dans un but de profit ou d'économie. Rogner un salaire. On ne vous guillotinera pas [la bourgeoisie], vous ne méritez pas Sanson; mais on vous rognera vos fortunes (Goncourt, Journal, 1861, p. 926).Le décimateur et le seigneur n'éveillaient pas moins de colère: ils devenaient accapareurs du fait de leurs prélèvements, qui, amputant une faible moisson, rognaient la subsistance du cultivateur (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p. 136).
Rogner sur + subst.Économiser petitement, lésiner sur quelque chose. Il dut rogner beaucoup sur sa nourriture. Il mangeait une fois par jour, à une heure de l'après-midi (Rolland, J.-Chr., Foire, 1908, p. 793).Il rognait sur la solde des troupes, si bien que les meilleurs soldats le quittèrent et que la défense d'Édesse ne fut assurée que par des effectifs squelettiques (Grousset, Croisades, 1939, p. 163).
b) Diminuer la valeur, l'importance de quelqu'un ou de quelque chose. C'est ainsi qu'en 1661 il [Sully] rogna les attributions des fonctionnaires provinciaux pour ne plus leur laisser qu'un rôle financier (P. Rousseau, Hist. transp., 1961, p. 155).
REM.
Rogne, subst. fém.a) Reliure. ,,Action de couper les tranches d'un livre pour obtenir une surface unie`` (Vogüé-Neufville 1971). b) Technol. Outil de sabotier servant à creuser les sabots. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [ʀ ɔ ɳe], (il) rogne [ʀ ɔ ɳ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. a) [Fin xies. redo[g]nier « rogner » (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, 879)]; ca 1180 rooignier « couper, trancher (par exemple la tête) » (Fierabras, 32 ds T.-L.); xiiies. [date des mss] reoignier, rooingnier « id. » (Troie, éd. L. Constans, 15712, var.); b) ca 1135 reoignier « tonsurer » (Couronnement Louis, éd. Y. G. Lepage, rédaction AB, 516); 1246 rongnier « id. » (Gerbert de Metz, Image du monde ds T.-L.); c) fig. ca 1165 reoingnier « raccourcir (par exemple un nom) (Chrétien de Troyes, Guillaume d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 995); 1176-81 reoignier « id. (en parlant d'une ennemi taillé en pièces) » (Id., Chevalier Lion, éd. A. Micha, 1912); d) ca 1260 roignier ses ongles (Philippe de Novare, Quatre Ages, 157 ds T.-L.); e) spéc. 1283 rooignier « enlever une partie de la matière d'une monnaie » (Philippe de Beaumanoir, Coutumes Beauvaisis, éd. Am. Salmon, 835); 1567 rogner « couper les branches, des racines de » (Ch. Estienne, Agriculture et Maison rustique, f o135 r o); f) expr. 1358 bien près rongnier les ongles à aucun « diminuer, retrancher les profits, l'autorité de quelqu'un » (Lett. de Marcel ds Hist. de Flandre, t. 3, p. 390); 1549 rongner les ongles à qqn (Est.); 1549 rongner les aelles (ibid.); 1549 tailler et rongner quelques faict de son autorité « diminuer l'autorité de quelqu'un » (ibid.); 1608 tailler, roigner « agir à sa guise » (Régnier, Satyre X ds Œuvres, éd. G. Raybaud, p. 109, 28); 1549 oster et rongner de son prouffit « retrancher à quelqu'un une partie de ce qui lui appartient » (Est.). Du lat. pop. *retundiare, altér. de *rotundiare « couper en rond », dér. du lat. class. rotundus (rond*). Cf. a prov. redonhar (Rayn., Levy Prov.).
DÉR. 1.
Rognage, subst. masc.a) Opération par laquelle on rogne un objet, une matière, généralement pour la rendre conforme à une norme. Synon. massicotage.[Les fausses marges] s'observent surtout avant le rognage du livre (Maire, Manuel biblioth., 1896, p. 362).Le rognage d'une grume est plutôt une opération de tronçonnage (Métro1975).b) Vitic. Coupe de l'extrémité des sarments de vigne qui ont atteint une certaine longueur. Le rognage a pour but de concentrer la sève dans la base des sarments afin de leur permettre de nourrir les raisins (Brunet, Matér. vitic., 1909, p. 152).V. écimage dér. s.v. écimer ex. de Levadoux.[ʀ ɔ ɳa:ʒ]. 1resattest. a) 1761 asse de rognage « outil de tonnelier muni d'un tranchant » (Savary t. 3, p. 445), b) 1842 vitic. (Ac. Compl.), c) 1870 « action de rogner » (La Châtre); de rogner1*, suff. -age*.
2.
Rognement, subst. masc.Fait de rogner quelque chose. Synon. rognage.P. anal. Fait d'économiser, de lésiner; p. méton. ce qui oblige à économiser. Pour les enfants, elle prend son parti de n'en pas avoir: elle connaît des gens bien qui n'en ont pas. Puis, c'est un dérangement du monde et un rognement sur les toilettes (Goncourt, Journal, 1862, p. 1091). [ʀ ɔ ɳ əmɑ ̃]. 1resattest. a) fin xives. roingnement « action de rogner » (Aalma, 9.565 ds Roques t. 2, p. 325), 1538 rongnement (Est. s.v. resectio), b) 1600 roignement « action de couper (des branches) (Ol. de Serres, Théâtre d'agriculture, III, 4, p. 175), 1910 vitic. (Lar. pour tous), c) 1636 rognemant « action de rogner (un livre, etc.) » (Monet); de rogner1*, suff. -(e)ment1*.
3.
Rognoir, subst. masc.Appareil servant à rogner le papier, le carton, des feuilles métalliques; en partic., reliure, outil servant à rogner les pages d'un livre. On fait aussi des rognoirs mécaniques (Chesn.t. 21858).[ʀ ɔ ɳwa:ʀ]. 1resattest. 1803 « plaque de cuivre chaude sur laquelle on rogne le pied des chandelles » (Boiste), 1835 « tout outil dont on se sert pour rogner quelque chose » (Raymond); de rogner1*, suff. -oir*.

ROGNER2, verbe intrans.

Fam. Être en rogne, grogner, bougonner. Synon. pop. plus usuels râler, rouspéter.Dis donc, Ginginet cela s'appelle casser du sucre sur la tête du chef d'orchestre (...) ça le fera rogner, ce racleur! (Huysmans, Marthe, 1876, p. 14).J'aurai juste un accessit en gymnastique, il me l'a dit. Tu penses si le vétérinaire va rogner, je l'entends déjà: les sacrifices que je m'impose pour te préparer un avenir dont la famille n'ait pas à rougir. Vieux con (Aymé, Jument, 1933, p. 117).
Prononc. et Orth.: [ʀ ɔ ɳe], (il) rogne [ʀ ɔ ɳ]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. [xiiies. [ms.] ruignier « gronder » (Rom. de Kanor, B.N. 1446, f o8 v ods Gdf.; on est tenté de rapprocher le mot de l'a. fr. ruigier « rugir »)] 1876 (Huysmans, loc. cit.); certainement plus anc. à en juger d'apr. les dér. rogne2*, rognonner* et la présence du mot dans de nombreux dial., v. FEW t. 10, p. 461b. Dér. du rad. onomat. ron- qui exprime le grondement (cf. grogner, gronder, grommeler); dés. -er.
STAT.Rogner1 et 2. Fréq. abs. littér.: 181.

Rogner : définition du Wiktionnaire

Verbe 1

rogner \ʁɔ.ɲe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se rogner)

  1. Retrancher, ôter quelque chose sur les extrémités, sur les bords d’une étoffe, d’un cuir, d’un morceau de bois, etc.
    • […] que Dieu permettait bien aux Juifs de se marier avec leurs captives et de changer des Moabites en filles de Sion, pourvu qu'ils leur rognassent les ongles, qu'ils leur rasassent les cheveux, et qu'ils pratiquassent à leur égard diverses purifications : […]. — (Pierre Bayle, Pensées diverses sur la comète, 1682, éd. E. Cornély et cie, tome 1, 1911, p. 223)
    • Rogner un bâton, les bords d’un chapeau, la marge d’un livre, les ongles à un chat, les ailes à un oiseau.
    • Rogner en pince la corne du pied d’un cheval.
    • Il n’en faut pas tant rogner.
    1. (En particulier) (Infographie) Découper les bords d'une image.
    2. (En particulier) (Numismatique) Découper les bords une pièce de monnaie pour récupérer du métal précieux.
  2. (Figuré) (Familier) Retrancher, ôter à quelqu’un ou à quelque chose une partie de ce qui lui appartient, de ce qui lui revient.
    • Parfois, c’est le pouvoir adjudicateur de lui-même qui retarde la notification dans l’optique de ne pas rogner sur la durée du contrat, qui ne peut être exécuté tant que les mesures de confinement ne sont pas levées. — (source à préciser)
    • On lui a rogné ses revenus, ses appointements.

Verbe 2

rogner \ʁɔ.ɲe\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Populaire) Être de mauvaise humeur.
    • C’est un homme qui rogne du matin au soir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Rogner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ROGNER. v. tr.
Retrancher, ôter quelque chose sur les extrémités, sur les bords d'une étoffe, d'un cuir, d'un morceau de bois, etc. Il faut rogner ce bâton, il est trop long. Il n'en faut pas tant rogner. Rogner les bords d'un chapeau. Rogner la marge d'un livre. Rogner en pince la corne du pied d'un cheval. Rogner les ongles à un chat, les ailes à un oiseau. Fig. et fam., Rogner les ongles à quelqu'un, lui rogner les ongles de près, Lui diminuer ou même lui retrancher ses profits, son autorité. Fig. et fam., Rogner les ailes de quelqu'un, L'empêcher d'agir librement, de déployer ses facultés.

ROGNER signifie aussi, figurément et familièrement, Ôter, retrancher à quelqu'un une partie de ce qui lui appartient, de ce qui lui revient. On lui a rogné ses revenus, ses appointements. Il s'emploie intransitivement dans le langage populaire et signifie Être de mauvaise humeur. C'est un homme qui rogne du matin au soir.

Rogner : définition du Littré (1872-1877)

ROGNER (ro-gné) v. a.
  • 1Retrancher sur la longueur, sur la largeur, sur les extrémités. Rogner du papier. Rogner la marge d'un livre, ou rogner un livre. Permettez donc [vous, lion] qu'à chaque patte On vous les rogne [les ongles] ; et pour les dents Qu'on vous les lime en même temps, La Fontaine, Fabl. IV, 1. Il [le chantre] saisit, en pleurant, ce rochet qu'autrefois Le prélat trop jaloux lui rogna de trois doigts, Boileau, Lutr. IV. Ne pourrait-il pas me dire, comme Diogène à celui qui lui reprochait d'avoir rogné les espèces : il est vrai ; ce que tu es à présent, je le fus autrefois, mais tu ne deviendras jamais ce que je suis, Diderot, Claude et Nér. I, 22.

    Fig. Rogner les ongles à quelqu'un, les lui rogner de près, lui diminuer, lui retrancher son pouvoir, son profit, sa fortune. Les opérations de finances … m'ont rogné les ongles, Mme du Deffant, Lett. à H. Walpole, t. IV, p. 307, dans POUGENS. On a rogné jusqu'au vif les griffes de l'inquisition ; elle n'est plus qu'un fantôme, Voltaire, Lett. d'Argental, 6 mai 1768. Si Balthazar Beker s'en était tenu à rogner les ongles au diable, Voltaire, Dict. phil. Beker.

    Fig. Rogner les ailes, empêcher d'agir, de s'élever. Si je ne vous fais pas aussi bonne chère que je voudrais, c'est la faute de monsieur votre intendant qui m'a rogné les ailes avec les ciseaux de son économie, Molière, l'Av. V, 2. Puisque vous êtes, monsieur, à portée de rendre service aux belles-lettres, ne rognez pas de si près les ailes à nos écrivains, Voltaire, Mél. litt. à un premier commis. Platon dit que les âmes avaient autrefois des ailes ; je crois qu'elles en ont encore aujourd'hui, mais on nous les rogne, Voltaire, Lett. Chabanon, 28 sept. 1770.

    Fig. et absolument. Taillez et rognez comme il vous plaira, je vous laisse le maître absolu. Que chacun taille, rogne et glose sur mes vers, Régnier, Sat. XI. Je me mis à tailler et à rogner à ma fantaisie ; et tout ce que je fis fut trouvé fort bien, Lesage, Guzm. d'Alf. III, 9. Lui seul dans la maison taille, rogne, gouverne, Rousseau J.-B. Flatteur, I, 1.

  • 2 Terme rural. Couper des branches, des racines.
  • 3Rogner le pied d'un cheval, abattre la mauvaise corne.
  • 4 Fig. et familièrement. Ôter, retrancher à quelqu'un une partie de ce qui lui est dévolu. M. de Louvois, à la mort du duc du Lude, voulut rogner l'office du grand maître de l'artillerie en faveur de sa charge de secrétaire d'État, Saint-Simon, 23, 12. Le lansquenet défendu va rogner ses rentes et son équipage, Dancourt, Désol. des joueuses, sc. 1.

    Il se dit aussi pour dépenser, entamer. Mon fils par vous accoutumé à rogner ce grand héritage, Voltaire, Ép. 59.

HISTORIQUE

XIIe s. Toi ne autrui ne prisent un denier ; Ainz te manascent la teste à rooignier, Se il te puent [peuvent] ne tenir ne baillier, Raoul de C. 57.

XIIIe s. Donques me faites rooignier [tonsurer], Ren. 1082. Les chevaliers qui se combatent por murtre ou por homecide se deivent combatre à pié et sans coifes, les testes roigniées à la reonde, Ass. de Jér. I, 165. La quarte maniere de fax monniers [monnayeurs], si est quant aucun rongnent monnoie, car le [la] monnoie en pert son pois, Beaumanoir, XXX, 12. Ses ongles [il] roongnoit aus denz, Rutebeuf, II, 122.

XIVe s. Quelconque personne qui sire soit de ce chastel [Montereau] se peut bien vanter que ces villains de Paris sont en son dangier [sous son autorité], et que bien près leur peut rongnier les ongles, Lett. de Marcel, dans Hist. de Flandre, t. II, p. 390.

XVIe s. Le premier Scipion, qui leur osta et rongna [aux Carthaginois] pour l'amende une bonne partie de leur empire, Amyot, Caton, 53. Ressembler la monnoye rongnée, Cotgrave Qui fief rongne fief pert, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Rogner : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ROGNER, v. act. (Gram.) c’est ôter à une chose, ou de sa longueur, ou de sa largeur, ou de son poids. On rogne les monnoies ; on rogne des manches trop longues ; on rogne un bâton, une canne ; on rogne une branche d’arbre, la vigne. Il se prend au figuré, comme dans cette façon de parler proverbiale : taillez, rognez, comme il vous plaira, je ne m’en mêle pas.

Rogner la chandelle, c’est, lorsque la chandelle est finie, poser le bout d’en-bas sur une plaque de cuivre qui est faite en forme d’auge, & est un peu en pente, sous laquelle il y a du feu, pour faire fondre le suif qui est de trop. Voyez les Pl.

Rogner, (Jardinage.) il faut modérément rogner les racines des arbres, seulement les rafraîchir.

Rogner les livres, les Relieurs appellent rogner les livres, ôter la superficie des marges qui est toujours brute & inégale. On rogne les livres à trois fois & de trois côtés, à commencer par le haut du volume qu’on appelle la tête ; avant de rogner cette partie, il faut coucher la presse à rogner sur le porte-presse. Voyez Presse à rogner & Porte-presse. Puis on a soin de rabaisser les deux côtés du carton pour en rogner les extrémités avec la marge ; puis mettant deux bandes d’un carton sort à côté du volume dont celle à gauche excede le bord, & celle à droite est juste à l’endroit où l’on veut rogner, on coule ce livre & les cartons entre les deux pieces de la presse à rogner que l’on serre avec les deux vis également ; ensuite on passe le fust dans la rainure de la tringle qui est sur la piece de derriere de la presse à rogner, & en le conduisant du long de la presse, on coupe avec le couteau, en serrant toujours la vis du fust, à fur & mesure qu’il avance, jusqu’à ce qu’il soit parvenu au carton élevé qui est contre la piece de derriere. Cela fait, on frotte avec les rognures la tranche qu’on vient de rogner, pour en ôter ce qui auroit pu y rester ; puis on sort le livre de la presse avec les deux bandes de carton, & prenant un compas, on mesure sur une page du livre l’endroit où l’on doit rogner le bas que l’on marque sur le carton avec la pointe du compas, en laissant une hauteur pour les chasses du carton ; cela fait, on prend le volume du côté où il doit être rogné, & abaissant les deux côtés du carton suffisamment pour les chasses, on met les deux bandes de carton, comme pour la premiere opération, en observant que la bande à droite soit bien juste aux trous du carton ; puis on serre la presse, & l’on rogne la tranche d’en-bas, avec le même soin qu’on a eu pour la tranche du haut. Il faut bien observer que l’on donne aux deux côtés du carton la même hauteur, sans quoi une des chasses se trouvant plus haute que l’autre, cela feroit un effet très-désagréable. En troisieme lieu, on rogne le livre sur le devant ; ce qui s’appelle faire la gouttiere. On mesure l’endroit où l’on doit rogner, avec la même exactitude que le bas, & on la marque avec la pointe du compas ; puis au lieu des bandes de carton, on prend deux petites planches de bois d’hêtre, l’une plus large qu’on met derriere le livre, en laissant tomber le carton qui ne se rogne pas à ce moment, l’autre plus étroite qu’on met sur le devant du livre, juste aux trous qu’on a faits avec le compas. Ensuite de cela, l’ouvrier tenant ces deux planches fermes dans sa main, fait baisser adroitement les deux côtés du livre, & élever le milieu, ensorte que mettant le livre dans la presse comme auparavant, & ayant rogné, il trouve sa gouttiere toute faite, en retirant son livre où il ne reste plus que les cartons du devant à couper. Outre le compas, l’ouvrier doit avoir toujours près de sa presse qui est sur le porte-presse, une pierre à éguiser son couteau & une cheville de fer pour serrer & desserrer les vis de sa presse. Voyez Fust, Presse a rogner, Compas, Tranches. Voyez Pl. I. de la Relieure, fig. C.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rogner »

Étymologie de rogner - Littré

Wallon, rognî ; Berry, reugner, rougner ; prov. redonhar, rezonar, rezoynar, rogner, tondre, couper ; du lat. rotundus, rond : proprement couper en rond. Rotundus avait donné dans le provençal redon, et dans le vieux français reon, roon ; le vieux français dit rooignier, en trois syllabes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de rogner - Wiktionnaire

(Verbe 1) Faisait redonier dans les gloses de Raschi, rodné puis rooignier en ancien français, du latin populaire *retundiare, ou *rotundiare (« couper en rond »), dérivé de rotundus (« rond »).
(Verbe 2) De l’onomatopée *ron- qui exprime le grognement → voir ronronner et rugir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rogner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rogner rɔɲe play_arrow

Conjugaison du verbe « rogner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe rogner

Citations contenant le mot « rogner »

  • Fin octobre, il semble évident que l’année 2020 se fera sans revalorisation autre que les accords PPCR passés sous le gouvernement précédent et reportés par l’actuel qui n’a fait, depuis son arrivée au pouvoir, que rogner sur le pouvoir d’achat des fonctionnaires et singulièrement des profs. Mais après tout, pour revaloriser, il faut d’abord avoir valorisé… Et pour qu’il y ait reconnaissance, cela nécessite au préalable une réelle connaissance des enseignants… L’instit’humeurs, L’été, c’est replay (1) : retraites et revalorisation, le jeu de dupes | L’instit’humeurs | Francetv info
  • Bosch enrichit sa gamme « service batterie » d’un nouveau testeur polyvalent qui se veut simple et d’un bon rapport qualité prix, sans rogner sur la fiabilité. , Bosch : nouveau testeur de batterie BAT 115
  • Voilà une occasion à ne pas rater si vous rêvez de vous offrir le top de l’image avec ce téléviseur Oled Philips grand format qui bénéficie d’une remise exceptionnelle. Et si vous voulez dépenser moins sans rogner sur la taille de l’écran, Darty propose aussi une belle remise sur un TV LCD Philips de 70 pouces. CNET France, Bon plan Darty : -1 000 euros sur un téléviseur Oled Philips 65 pouces - CNET France
  • Alors, tout se joue maintenant s'ils veulent sauver leur affaire et rembourser leur crédit. Le restaurant a un emplacement idéal sur le port de Saint-Martin. Café et jus d'orange pressés sont proposés dès 8 heures du matin. Ils doivent surmonter un obstacle : à cause du confinement, leur fournisseur de confiture n'a pas fourni autant que d'habitude. Il a fallu s'adapter. Le prix n'a pas bougé. Ils préfèrent rogner leur marge pour conserver les clients et leurs 28 employés. Franceinfo, Île de Ré : un couple de restaurateurs se démène pour sauver son affaire
  • Thauvin est lié à l’OM jusqu’en 2021 et pour le moment, aucune discussion n'a été entamée en vue d’une prolongation. Et sur la Canebière, le président Jacques-Henri Eyraud cherche surtout à baisser ou à lisser les salaires de ses stars. Et pas à accorder des émoluments plus juteux. Les cas Dimitri Payet et Steve Mandanda en sont les meilleurs exemples. Sauf qu’à son âge, Thauvin n’a sans doute pas forcément envie de rogner ses 4 M€ annuels. Foot Mercato : Info Transferts Football - Actu Foot Transfert, OM : des clubs tapis dans l'ombre pour Florian Thauvin
  • La baisse des recettes liées au sponsoring inquiète les clubs de foot amateurs en Bretagne. Avec des budgets en baisse et des charges courantes stables, ils vont devoir rogner sur leur fonctionnement ou diversifier leurs sources de revenus. France Bleu, Covid-19 : les clubs amateurs de foot bretons, en mal de recettes, sont inquiets pour la rentrée

Images d'illustration du mot « rogner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rogner »

Langue Traduction
Corse tagliate
Basque moztu
Japonais トリム
Russe отделка
Portugais aparar
Arabe تقليم
Chinois 修剪
Allemand trimmen
Italien tagliare
Espagnol podar
Anglais trim
Source : Google Translate API

Synonymes de « rogner »

Source : synonymes de rogner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rogner »


Mots similaires