La langue française

Robe

Sommaire

  • Définitions du mot robe
  • Étymologie de « robe »
  • Phonétique de « robe »
  • Citations contenant le mot « robe »
  • Images d'illustration du mot « robe »
  • Traductions du mot « robe »
  • Synonymes de « robe »

Définitions du mot « robe »

Trésor de la Langue Française informatisé

ROBE, subst. fém.

Vêtement de dessus, d'un seul tenant, généralement pourvu de manches, descendant jusqu'aux genoux ou jusqu'aux pieds avec une forme et une ampleur variable selon l'époque, le pays, la mode et la personne qui le porte.
A. − Vêtement long, porté habituellement par les hommes et par les femmes.
1. [À une époque hist.: Antiq., Moy. Âge et, de nos jours, en Orient, Extrême-Orient] Synon. tunique.Robe médique, royale; robe des Perses; robe de pourpre, d'écarlate; robe blanche, robe de lin des lévites, des prêtres; robe des derviches, des bonzes. L'Asiatique, à la robe traînante, à la longue barbe, à la tête rase, et au turban rond (Volney, Ruines, 1791, p. 137).[Le dauphin] se revêtit du deuil royal, et se rendit solennellement à la messe en robe violette (Barante, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 381).
[P. allus. à Jean XIX, 23] La robe sans couture(s) (du Christ). Vêtement qui fut tiré au sort par les soldats au pied de la croix et qui est une figure de l'unité de l'Église (v. couture I B). Synon. tunique.Contre les schismes et les hérésies, il [Joseph de Maistre] veut refaire « la robe sans coutures » d'une Église enfin catholique (Camus, Homme rév., 1951, p. 236).
[P. allus. à Matth. XII, 11-12] La robe nuptiale (traduite encore par vêtement, habit de noces). Vêtement porté par les invités des noces juives symbolisant les dispositions du cœur de celui qui est convié au banquet sacré. Quelle est la main qui me revêt de la robe nuptiale? Je me suis approché de l'autel d'or (Saint-Martin, Homme désir, 1790, p. 101).
[P. réf. à la légende d'Hercule] Robe de Déjanire ou robe de Nessus. Robe trempée du sang du centaure Nessus agissant comme philtre d'amour que Déjanire abusée fit porter à Hercule et qui causa indirectement la mort du héros en s'attachant à sa chair et en la brûlant. L'infortuné voit une lèpre épaisse couvrir tout son corps; ses vêtements s'attachent à sa chair, comme la robe de Déjanire (Chateaubr., Martyrs, t. 3, 1810, p. 177).Je n'envisage que le côté frivole de nos métamorphoses; je ne veux enlever que l'habit; et ce n'est pas ma faute si, comme la robe du centaure Nessus, il s'attache à la peau (Jouy, Hermite, t. 4, 1813, p. 251).
ANTIQ. ROMAINE. Vêtement des anciens Romains. Synon. toge.
Robe prétexte. V. prétexte2.
Robe virile. Robe que les jeunes Romains revêtaient à l'âge d'homme en quittant la robe prétexte. Prendre la robe virile. Prendre la robe virile (p. méton.). Devenir adulte. Louvain toutefois devient peu à peu le foyer principal, jusqu'au jour où le plus jeune des Arnauld aura pris la robe virile (Bremond, Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 106).
P. anal. Vêtement porté dans certaines circonstances. Robe rouge de pénitent. Vilar est fait pour porter la robe tragique: tunique longue ou toge, plis et surplis (Serrière, T.N.P., 1959, p. 115).
2. Vêtement long et à manches porté comme signe d'appartenance à un état, à une fonction ou à une profession inspirant l'autorité et le respect. Prendre la robe; quitter la robe. V. aventurier ex. 7.P. méton. Personne de cet état, de cette profession:
1. ... on assemble proverbialement les trois robes noires, le prêtre, l'homme de loi, le médecin: l'un panse les plaies de l'âme, l'autre celles de la bourse, le dernier celles du corps; ils représentent la société dans ses trois principaux termes d'existence: la conscience, le domaine, la santé. Balzac, Méd. camp., 1833, p. 59.
a) Vêtement porté par les ministres de certaines religions. Synon. froc, soutane.Robe blanche du pape; robe noire des prêtres; robe rouge des cardinaux; robe des moines. À la porte, une façon de saint Antoine (...) vêtu d'une robe de laine brune et chaussé de sandales. Un capucin (Barrès, Cahiers, t. 6, 1907, p. 197).Bien qu'ils fussent les ministres de ma confession, ils m'étaient [les prêtres] plus étrangers que les pasteurs, à cause de leur robe et du célibat (Sartre, Mots, 1964, p. 82).V. marmotter ex. de Bertrand.
P. méton.
α) Souvent péj. Robe noire. Prêtre. [Philis] sans cesse en conférence avec des robes noires, véritable exécuteur des volontés de la congrégation (Zola, Vérité, 1902, p. 90).
β) [Avec un poss.] La condition ecclésiastique. Je porte respect à sa robe (Ac.1798-1935).Remarquez [dit M. Pirard, prêtre] qu'il n'y a de fortune, pour un homme de notre robe, que par les grands seigneurs (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p. 235).
γ) Ordre religieux. Oratoriens, sulpiciens, religieux et religieuses de toute robe (Bremond, Hist. sent. relig., t. 3, 1921, p. 427).
(Jésuite) de robe courte (vieilli). Séculier affilié à la société de Jésus; péj., celui qui adopte les manières, les opinions attribuées aux jésuites. Sainte-Agathe: Qu'entendez-vous par robe courte? Madame Hélier: Ce que tout le monde entend! les laïques comme vous, affiliés comme vous (...) à ces messieurs (Augier, Lions, 1870, p. 170).
b) Vêtement ample des professeurs, des universitaires, généralement garni de l'épitoge et portant les insignes de leur spécialité et de leur grade, actuellement porté par dessus le vêtement ordinaire dans les cérémonies solennelles de l'université. Synon. toge.Le médecin, en robe noire, en grande perruque (Jouy, Hermite, t. 4, 1813, p. 282).Professeur, dans sa robe en satin écarlate doublé d'hermine (Proust, Guermantes 2, 1921, p. 459).[P. Valéry] m'a montré ses portraits « en anglais » (avec sa robe de docteur d'Oxford et dans diverses attitudes) (Larbaud, Journal, 1931, p. 256).
c) Vêtement ample et long des magistrats, des gens de justice dans l'exercice de leur fonction. Avocat(e) en robe; magistrats en robe rouge. Que dire des juges? Ils font leur métier, qui n'est pas beau. Ils se mettent des toques d'or et d'argent, des robes noires ou rouges, de l'hermine en peau de lapin (Clemenceau, Vers réparation, 1899, p. 105).Arrêts rendus en robes rouges. Arrêts solennels que rendent les juges portant la robe rouge. (Dict. xixeet xxes.).
P. méton.
α) Personne qui porte cette robe; magistrat. [L'assassin] a tout vu! la cour d'assises, les robes rouges, et le couteau triangulaire. Quand même, il a marché, il a frappé! (Farrère, Homme qui assass., 1907, p. 281).
β) Profession des gens de justice. Famille de robe. Un tel a quitté la robe pour prendre l'épée (Ac.1798-1935).Il avait su éviter la tare héréditaire de la vieille bourgeoisie de robe: il n'était pas pécuniairement intéressé (Martin du G., Devenir, 1909, p. 14).Vous, monsieur [un huissier], qui êtes de robe (...) vous savez peut-être ce que ça peut coûter, au point de vue légal, s'entend, quand on se laisse aller à certaines libertés. Par exemple: une paire de gifles? (Duhamel, Jard. bêtes sauv., 1934, p. 165).
Gens de robe. V. gens1.Noblesse* de robe.
[Avec ou sans maj.] La robe. Ensemble des personnes exerçant la magistrature. Les prétentions de la robe, l'esprit de la robe (Ac. 1798-1935). Toutes les branches du pouvoir exécutif sont tombées aussi dans la caste qui fournit l'Église, la Robe et l'Épée (Sieyès, Tiers état, 1789, p. 35).Haute robe. Première magistrature du pays. (Dict. xixeet xxes.). Ancienne robe. Magistrature ancienne dans une famille (Dict. xixeet xxes.).
d) Vx. Robe courte. [P. oppos. à la robe longue portée par le clergé et la magistrature] Robe portée par ceux qui appartenaient à la prévôté et exerçaient des fonctions de surveillance policière. (Juge) de robe courte. Juge, prévôt, maréchal, lieutenant, officier non gradué qui jugeait l'épée au côté. (Dict. xixes.). Gens de robe courte. Le greffier s'étant retiré (...), le lieutenant de robe courte introduisit M. Guerot (Balzac, Œuvres div., t. 1, 1830, p. 558).Des alguazils de robe courte. V. alguazil ex. 3.
B. −
1. Vêtement féminin d'une seule pièce ou composé d'un corsage et d'une jupe attenante de forme, de longueur et d'ampleur variables. Belle, jolie robe; enfiler, mettre une robe; changer de robe; aimer les robes. Ses modestes petites robes si peu coûteuses et pourtant si élégantes (Theuriet, Mariage Gérard, 1875, p. 157):
2. Il faut te reposer. Écris-moi! Pense à moi! Et puis ne mets pas tant cette robe nouvelle. Elle te va si bien! Je ne suis pas jaloux. Mais, là-bas, tu n'as pas besoin d'être si belle. L'air te la fanera. Garde-la donc pour nous. Géraldy, Toi et moi, 1913, p. 109.
Baiser la robe, l'ourlet de la robe d'une femme (en signe de respect). On te saluerait très bas, on baiserait l'ourlet de ta robe (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 167).
Couper les robes (à une femme) (au Moy. Âge, punition déshonorante). La malheureuse créature (...) se mit à leur reprocher leur crime. Le bâtard, à qui ces clameurs déplaisaient, lui fit couper ses robes (Barante, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 347).
P. méton. Femme. Je vous dois d'avoir eu tout au moins, une amie. Grâce à vous une robe a passé dans ma vie (Rostand, Cyrano, 1898, v, 6, p. 222).Debout toutes deux (...), elles me considérèrent. La robe jaune, au bout d'un temps de réflexion, jacassa quelque chose à l'intention de la robe verte (Farrère, Homme qui assass., 1907, p. 259).
SYNT. Robe neuve, simple, superbe; vieille robe; robe de couturière, de grand couturier; corsage, jupe, manche, ourlet, pli, pan d'une robe; coupe, façon d'une robe; modèle, patron de robe; bruissement, frou-frou d'une robe; passer, revêtir une robe; dégrafer, enlever, ôter une robe; acheter, bâtir, copier, coudre, couper, faire, tailler une robe.
2. [Avec un déterm. précisant]
[la couleur, l'impression] Robe blanche, bleue, écossaise, à carreaux, à fleurs, à ramages. Avenante et simple dans sa petite robe noire, l'actrice se présenta (Vogüé, Morts, 1899, p. 327).
[le tissu] Robe de cachemire, de faille, de gaze, de lainage, de laine, de liberty, de lin, de moire, de mousseline, de percale, de popeline, de satin, de taffetas, de toile, de tulle, de velours. Beau costume breton des fêtes, la grande coiffe et la robe de drap noir à broderies de soie (Loti, Mon frère Yves, 1883, p. 20).Sa robe de crêpe de Chine, toute neuve, qui tombait bien (R. Bazin, Blé, 1907, p. 164).
[la forme] Robe ample, bouffante, collante, courte, décolletée, droite, flottante, longue, montante, plissée; robe à falbalas, à taille haute, basse, à volants. Robes grecques, qui dessinent si bien le corps, et le font paraître avec toutes ses grâces naturelles (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p. 335).Les vêtements féminins [vers 1871] consistent en robes chargées de passementeries et de copieux drapés, commençant sur le devant, pour finir sur le pouf (Villard, Hist. cost., 1956, p. 100).HIST. DU COST. Robe Empire ou empire*; robe polonaise*; robe à crinoline, à paniers (v. panier), à vertugadin*.
Robe longue. Robe habillée descendant jusqu'aux pieds. Dis-lui, mon gros, que, ce soir, elle ne mette pas de robe longue. C'est un dîner de départ et on ne s'habille pas (Duhamel, Suzanne, 1941, p. 303).
Robe princesse*.
Robe à queue ou à traîne. Robe longue dont l'arrière traîne à terre. Les robes à queue se montraient rebelles et s'égaraient dans les jambes des cavaliers (Reybaud, J. Paturot, 1842, p. 226).P. méton., vx. Queue d'une robe. Cette princesse dit à son page: Prenez ma robe, portez ma robe (Ac.1798-1878).
[la destination] Robe habillée; robe de première communion; robe du dimanche, de tous les jours; robe d'été, de demi-saison; robe de deuil, de grossesse, de plage; robe à danser. Une fille de douze ans en première communiante. Sa robe et son voile blancs ont déjà fait rire (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 343).
Robe nuptiale, de mariée, de noces. Robe généralement blanche portée par la mariée le jour des noces. Robe de mariée, toute de dentelles et de perles (Zola, Rêve, 1888, p. 207).
Robe de bal, du soir, de soirée. Robe plus ou moins longue, décolletée, en tissu somptueux ou ouvragé. L'époque est aux sports (...) mais les robes de cocktail, du soir et de cérémonie, conservent le sens de la toilette (Villard, Hist. cost., 1956, p. 102).
Robe de cocktail. Robe habillée réservée aux réunions de fin d'après-midi. La robe de cocktail (...) a été créée par les couturiers, il y a quelque vingt ans, pour répondre aux exigences nouvelles nées de l'habitude de se réunir en fin de journée pour « boire un verre » entre amis (Le Figaro, 22 nov. 1951, p. 10, col. 6).
Robe d'intérieur. Robe portée à la chambre, à la maison. Synon. douillette, robe de chambre, peignoir.La traîne de la longue robe d'intérieur la suivait, une robe qui avait des manches bouffantes (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 51).
En robe détroussée (vx). [P. allus. à la traîne de la robe qu'on laisse retomber] V. détrousser A.
3. Poét., littér. Parure dont se revêt la nature, une chose. Robe d'azur, de neige; robe d'un lis, d'une rose. Mmede Caud me disait (...) que mes vers étaient rayonnants, qu'ils étaient revêtus d'une robe de lumière (Chênedollé, Journal, 1804, p. 7).La nuit brune Revêt sa robe étoilée (Cros, Coffret Santal, 1873, p. 24).
C. − Vêtement porté par les personnes des deux sexes.
1. Vêtement porté par les petits enfants, encore en usage pour les garçons au début du xxes. jusqu'à la « première culotte ». Robe de bébé. Ces mioches de deux ou trois ans étaient tous en robe et ils parlaient mal. Beaucoup n'avaient pas plus une tête de garçon qu'une tête de fille (Frapié, Maternelle, 1904, p. 23).
Robe de baptême. Long vêtement blanc porté par un enfant au jour de son baptême. Une robe de baptême, plissée et garnie d'une petite dentelle (Zola, Assommoir, 1877, p. 472).
P. métaph. ou au fig. [P. allus. à la robe blanche des baptisés] Robe d'innocence. État de pureté de celui, celle qui n'est pas souillé par le mal. Le baptême efface tous les forfaits, et rend la robe d'innocence à celui qui le reçoit (Dupuis, Orig. cultes, 1796, p. 569).J'avais souillé ma robe d'innocence en votant un jour contre le ministère: cette tache ne s'effaça plus (Reybaud, J. Paturot, 1842, p. 387).
2. Robe de chambre. Vêtement d'intérieur long, à manches, ouvert sur le devant et maintenu fermé par une ceinture ou un boutonnage. Synon. (pour les femmes) déshabillé, douillette, peignoir.Vieille robe de chambre; robe de chambre en/de laine, en/de soie, en/de velours. Une robe de chambre en soie verte à fleurs d'or et à dessins antiques (Balzac, E. Grandet, 1834, p. 76).Henriette (...) enfilait sa robe de chambre chaude, enfonçait ses pieds dans des pantoufles de feutre (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 143).
ART CULIN. Pommes de terre en robe de chambre/en robe des champs. Pommes de terre cuites à l'eau entières et servies dans leur peau. MmeRezeau nous a pourvu d'œufs durs, de salade de haricots et de pommes de terre en robe de chambre (je proteste au passage; on devrait dire: pommes de terre en robe des champs) (H. Bazin, Vipère, 1948, p. 144).
3. Robe de nuit (vieilli). Longue chemise de nuit. Synon. chemise* de nuit.Hier, elles m'ont caché ma robe de nuit, et j'ai failli rester toute nue dans le cabinet de toilette (Colette, Cl. école, 1900, p. 140).
D. − P. anal.
1. Enveloppe des fruits ou des légumes. Robe de la fève, du pois; robe de la garance. Petites fèves tendres avec leur robe (Audot, Cuisin. campagne et ville, 1896, p. 333).Synon. pelure (de l'oignon), peau (de la fève).V. oignon ex. 1.
Robe de sergent. Prune cultivée à Agen, destinée à la préparation des pruneaux et de couleur violette comme la robe des sergents de justice sous l'Ancien Régime (d'apr. Brard 1838 et Fén. 1870).
2. Pelage ou plumage des animaux considéré du point de vue de leur couleur ou de leurs particularités. Robe d'un bœuf, d'un chat, d'un chien, d'une panthère. Fuseline, la petite fouine à la robe gris-brun (Pergaud, De Goupil, 1910, p. 89).La robe uniformément blanche ou crème sans tache [du taureau charolais] (Wolkowitsch, Élev., 1966, p. 78).
En partic.
,,Ensemble des poils et des crins répartis sur le corps du cheval, qui obéit à une classification de base rigoureuse et à une classification de détail un peu plus souple`` (Tondra Cheval 1979). Tous les autres appartenaient à la race de Blankenbourg, ces chevaux à la robe argentée, les yeux, les naseaux et les sabots roses (Bourges, Crépusc. dieux, 1884, p. 53).Et sa robe donc! (...) je vous défie de l'appareiller, ce cheval-là! (...) il n'est pas alezan, il est blond doré (Gyp, Gde vie, 1891, p. 13).
Quantité de laine fournie par la tonte d'un mouton. (Ds Lar. Lang. fr., Lexis 1975).
3. Région. (Canada). Robe de carriole. Fourrure que l'on utilise l'hiver comme couverture de voyage. Marie (...) étendit les robes de carriole sur le dossier de deux chaises, tout près du poêle (L. Vien-Beaudet, Le Bois des quatre lieues, 1955, p. 31 ds Richesses Québec 1982, p. 2024).
4. ŒNOL. Couleur du vin. Un vin du Rhin dont la robe vermeille jaunissait de vieillesse (Gautier, Albertus, 1833, p. 168).Une omelette baveuse et deux litres de vin d'une robe de toute beauté (Giono, Baumugnes, 1929, p. 86).V. riesling ex. de Rustica.
5. TECHNOL., vieilli. Ce qui enveloppe, enrobe quelque chose.
a) Feuille de tabac qui enveloppe le cigare. Synon. cape1.Un cigare est toujours composé d'un intérieur d'une sous-cape et d'une cape ou robe (Wurtz, Dict. chim., t. 3, 1878, p. 182).
b) Partie superficielle du contour d'un pain de sucre. Le sucre est plus pur dans la robe du pain que dans le centre (Littré).
c) ,,Boyau qui recouvre une andouille`` (Chesn. t. 2 1858).
d) ,,Feuille de papier qui recouvre le carton`` (Chesn. t. 2 1858).
REM. 1.
Robe-, 1erélém. de compos., entrant dans la constr. de subst. fém. désignant gén. un vêtement. V. robe(-)bain-de-soleil (v. soleil), robe(-)chasuble (v. chasuble), robe(-)sac (v. sac); et aussi:a)
Robe-chemise, robe-chemisier. Robe dont le corsage a la coupe d'une chemise, d'un chemisier. Robe-chemise ouverte en triangle au milieu de la poitrine (Goncourt, Journal, 1891, p. 133).Renouvelée aussi, la robe-chemisier, légèrement blousante, à manches bouffantes (Marie-Claire, juin 1969, p. 147).
b)
Robe-fourreau. Robe droite ajustée à la taille. Elle ne voulut pourtant pas changer sa robe-fourreau noire. « En robe rose, je ne me supporterais point dit-elle (...) » (Pourrat, Gaspard, 1930, p. 24).
c)
Robe-manteau, robe-tailleur. Robe dont la coupe rappelle celle du manteau, du tailleur et pouvant être portée à l'extérieur. Robes-manteaux, très étudiées dans leurs conceptions et leurs détails (L'Œuvre, 24 févr. 1941).Jupes, manteaux, robes-tailleur, au boutonnage tout du long, derrière (L'Œuvre, 3 mars 1941).
d)
Robe-pull. Robe de lainage ayant l'aspect d'un long pull. Dans les tricots, Jacqueline Coq étire ses robes-pulls en sept coloris vifs ou classiques (Le Monde loisirs, 11 févr. 1984, p. XII).
e)
Robe(-)tablier.(Robe tablier, Robe-tablier) Blouse servant de robe, agrémentée ou non d'un tablier. Grand retour de la robe tablier. Elle est en viscose, larges bretelles croisées et boutonnage dos (Avantages, mars 1990, p. 31).
f)
Robe-redingote. V. redingote B 1 a ex. de Balzac.
g)
Robe-tonneau, robe(-)tube.(robe tube, robe-tube) Robe ayant le même diamètre de la poitrine à l'ourlet. On raffole cette année de la robe-tonneau dont le joli abandon nous donne à toutes un amusant petit cachet de rare distinction (Proust, Temps retr., 1922, p. 725).Aujourd'hui en robe tube, la femme adoptera peut-être, l'hiver prochain, la ligne « œuf » (L'Express, 19 avr. 1976, p. 143, col. 1).
h)
Robe-tunique. Robe de coupe simple rappelant les tuniques antiques. Ligne droite des robes-tunique (L'Œuvre, 19-20 mai 1941).
2.
-robe, 2eélém. de compos., entrant dans la constr. de subst. fém. V. garde-robe, mini-robe (s.v. mini- A).
Prononc. et Orth.: [ʀ ɔb]. Homon. rob1 et 2. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1155 « butin, dépouille de guerre » (Wace, Brut, 1047 ds T.-L.); 2. 1155 « biens mobiliers qui sont à l'usage d'une personne » (Id., ibid., 223 et 725, ibid.); 3. a) ca 1165 « ensemble de vêtements taillés dans une même étoffe, habillement complet composé de plusieurs pièces, à l'exclusion de la chemise » (Troie, éd. L. Constans, 13330); b) 1165-70 « vêtement féminin de dessus, d'un seul tenant, avec manches, couvrant le corps jusqu'aux pieds » (Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, 406); c) 1280 robe linge « chemise d'homme » (Philippe de Beaumanoir, Jehan et Blonde, éd. H. Suchier, 5907); d) 1387 (et non 1368 comme l'indique FEW t. 16, p. 675a) robe a relever « robe de chambre, longue chemise de nuit » (A.N. KK 18, f o13); ca 1462 robe de nuyt (Cent Nouvelles nouvelles, éd. F. P. Sweetser, Nouv. 17, p. 119); 1576 robe de chambre (Sasbout, Dict. flam.-fr., s.v. winter tabbaert ds Fonds Barbier); 1596 (Hulsius); 1870-71 fig. des pommes de terre en robe de chambre (Littré); 1938 pommes de terre en robe des champs (Mont.-Gottschalk); e) 1636 robe d'enfant « vêtement d'enfant » (Monet); 4. a) ca 1160 « vêtement de religieux » (Moniage Guillaume, I, 184 ds T.-L., ici dans l'expr. prendre la robe « devenir moine »); 1269-78 la robe ne fet pas le moine expr. corresp. au fr. mod. l'habit ne fait pas le moine (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 11028); b) 1530 homme de robe longue « homme de loi » (Palsgr., p. 238); c) 1642 « la profession des gens de judicature » (Corneille, Le Menteur, I, 1); 5. fig. 1553 « parure dont semblent se revêtir la nature, les végétaux, etc. » (Ronsard, Ode à Cassandre, 3 ds Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 5, p. 196); 6. p. anal. a) 1546 « enveloppe extérieure de certains légumes, de certains fruits (fève, oignon, noisette, etc.) » (Rabelais, Tiers Livre, chap. 49, éd. M. A. Screech, p. 329); b) ca 1640 « poil, plumage de quelques animaux (chat, chien, cheval, oiseau) sous le rapport de la couleur » (Voiture, Lettre, 91 ds Littré); c) technol. 1679 « boyau qui recouvre une andouille » (Rich.); 1730 « grande feuille de tabac qui forme l'extérieur du cigare » (Savary); 1833 « couleur du vin » (Gautier, loc. cit.); 1870-71 « partie superficielle d'un pain de sucre » (Littré). Empr. au germ. occ.*rauba « butin » (dérober*) d'où « vêtement dont on a dépouillé quelqu'un ». Robe a souvent en a. fr. et jusqu'au xvies. le sens de « butin » (Gdf., Hug.). Pomme de terre en robe de chambre, l'expr. s'explique par le sens de « enveloppe, peau » du mot robe (supra 6 a). La pomme de terre dans sa robe, en robe, est celle qui n'a pas été pelée. Quant à l'expr. pomme de terre en robe des champs, elle semble une déformation ou une corr. voulue de la précédente. Fréq. abs. littér.: 8 327. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 9 224, b) 17 440; xxes.: a) 13 747, b) 9 929.
DÉR.
Robette, subst. fém.Petite robe de fillette. Bons articles Redoute (...) pour enfant de 12 à 18 mois. (...) Robette manches longues en blanc, ciel ou rose (Catal. La Redoute, automne-hiver 1951-52, p. 7).[ʀ ɔbεt]. 1resattest. a) ca 1465 robbette « petite robe » (Chastellain, Chronique, éd. Kervyn de Lettenhove, t. 4, p. 279), b) 1679 « chemise de laine que les chartreux portent sur la peau » (Rich.); dimin. de robe, suff. -ette (-et*).
BBG.Hasselrot 1957, p. 172 (s.v. robette). − Hope 1971, p. 220. − Hotier Cirque 1973 [1972], p. 74. − Quem. DDL t. 16, 18, 33 (s.v. robe demi tailleur). − Vidos (B. E.) Contribution à l'ét. du lex. fr. Fr. mod. 1940, t. 8, p. 352.

Wiktionnaire

Nom commun

robe \ʁɔb\ féminin

  1. (Habillement) Vêtement long, en forme de fourreau plus ou moins ample, qui enveloppe le corps, tient aux épaules et a des manches ou des ouvertures pour les bras.
    • Puis le luxe de sa longue robe consistait dans une coupe extrêmement distinguée, et, s’il est permis de chercher des idées dans l’arrangement d’une étoffe, on pourrait dire que les plis nombreux et simples de sa robe lui communiquaient une grande noblesse. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Les femmes, qui sont de taille moyenne et plutôt trapues, portent une robe en vadmel, sorte de flanelle tissée avec la laine qu’elles-mêmes ont cardée et filée. — (Anna Sée, L’Archipel des Féroé, dans la revue Le Tour du Monde, L.44, 1905)
    • Elle a remis une robe ; elle me cache tous les beaux secrets qu’elle cache à tous ; elle est rentrée dans le deuil de sa pudeur. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Et fermant la marche, quelques ecclésiastiques en retard se hâtaient, saisissant d’une main leurs robes qui s’enflaient comme des ballons, […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • […]; elle ramassa ses robes sur son giron et sa voix trembla. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Mariées au lendemain de la Grande Guerre, on les a peut-être vues en robe à pois et blouse à fleurs, l’été, pendant quatre ou cinq ans, le temps que les funérailles entrent dans la danse. — (Maxime Rapaille, Le feu des Fagnes, page 59, Dricot, 2001)
  2. (Par métonymie) Profession de magistrat, d’avocat.
    • (Histoire)Monsieur le bailli, vous ne me citez, comme importans, que des noms qui appartiennent à la robe ; et la noblesse d’épée, qu’en pensez-vous ? — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T. 2, 4, 1833)
    • Les seules charges de robe qui ne s’achetassent point étaient celle de premier président du Parlement et celle du chancelier. — (Alfred Franklin, La vie privée d’autrefois - La vie de Paris sous Louis XV devant les tribunaux, Paris, Plon, 1899, page 11-12)
    • D’après le rapport sur l’avenir de la profession rédigé par Me Kami Haeri, le nombre d’avocats en France a plus que doublé en vingt-trois ans. La concurrence est rude. Un tiers des nouvelles recrues quittent la robe durant les cinq premières années d’exercice. — (Margherita Nasi, Profession avocat : attention aux ambiances toxiques, Le Monde. Mis en ligne le 21 août 2019)
  3. (Par métonymie) Profession des ecclésiastiques, des religieux ; il est toujours précédé du possessif.
    • C’est un prêtre, un religieux ; qui aurait cru qu’un homme de sa robe ferait une pareille action ?
    • Il parlait d’une voix douce et ferme et me demanda tout ce qu’un homme de sa robe a coutume de demander. — (Julien Green, Le voyageur sur la terre, 1927, Le Livre de Poche, page 67)
  4. (Par extension) Pelage de quelques animaux, considéré sous le rapport de la couleur.
    • Le maquignon de bas étage teint, en tout ou en partie, les robes pour rendre un équipage similaire, au risque de s’exposer à voir fondre la nuance sous une averse. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • […] ; puis, ayant longé un champ d’avoine, étoilé de bluets et de coquelicots, nous arrivâmes en un verger où des vaches, à la robe bringelée, dormaient couchées à l’ombre des pommiers. — (Octave Mirbeau, Le Père Nicolas, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • C’est un étalon barbe, pas grand, mais bien formé et bien musclé, un alezan étoile de blanc au front, dont la robe dorée, la queue et la crinière blondes, longues et fournies, reluisent au soleil. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 112)
  5. (Œnologie) Couleur du vin, allant du violet à l’ocre.
    • Ce vin possède une belle robe grenat.
  6. Enveloppe de certains légumes ou de certains fruits.
    • La robe d’une fève, d’un oignon.
  7. Feuille de tabac enveloppant un cigare.
    • Cette invention a pour objet une nouvelle machine servant à enrouler automatiquement les noyaux de cigares dans les feuilles de la robe. — (Description des machines et procédés pour lesquels des brevets d’invention ont été pris sous le régime de la loi du 5 juillet 1844, 1876)

Forme de verbe

robe \ʁɔb\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de rober.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de rober.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de rober.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de rober.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de rober.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ROBE. n. f.
Sorte de vêtement long, en forme de fourreau plus ou moins ample, qui enveloppe le corps, tient aux épaules et a des manches ou des ouvertures pour les bras. Robe d'enfant. Robe de femme. Robe de drap, de velours, de taffetas, de satin, de mousseline, etc. Robe d'été. Robe d'hiver. Les manches d'une robe. Une garniture de robe. Robe de mariée. Robe de deuil. Robe longue. Robe à traîne. Robe à queue. Robe courte. Robe montante. Robe décolletée. Robe de magistrat. Robe de professeur. Porter la robe au Palais. Être en robe et en bonnet. Robe fourrée. Robe violette. Robe rouge. Arrêt rendu en robes rouges, Arrêt solennel que rendent les juges étant en robes rouges. Robe de chambre, Vêtement que l'on porte chez soi en déshabillé. Il était en robe de chambre et en pantoufles.

ROBE se dit également du Vêtement long des anciens Romains. César, lorsqu'il fut assassiné, se couvrit le visage d'un pan de sa robe. La robe prétexte. La robe virile. Il sert particulièrement à désigner la Profession de magistrat. Les gens de robe. La noblesse de robe. Famille de robe. Il vient de la robe. Un tel a quitté la robe pour prendre l'épée, pour l'épée. Il désigne aussi la Magistrature. Les prétentions de la robe. L'esprit de la robe. Il désigne également la Profession des ecclésiastiques, des religieux; il est alors toujours précédé d'un adjectif possessif. C'est un prêtre, un religieux; qui aurait cru qu'un homme de sa robe ferait une pareille action? Je porte respect à sa robe. Ce sens est familier. Jésuite de robe courte, Séculier que l'on suppose affilié à la Société de Jésus; et, par dénigrement, Celui qui sans être affilié à cet ordre est censé adopter les opinions, les maximes que l'on attribue aux jésuites.

ROBE se dit, par extension, du Poil de quelques animaux, considéré sous le rapport de la couleur. Deux chevaux de même robe. Ce cheval, ce chien, ce chat a une belle robe. Cette meute est toute d'une robe. Il se dit aussi de la Couleur du vin. Un vin d'une belle robe. Il se dit encore de l'Enveloppe de certains légumes ou de certains fruits. La robe d'une fève, d'un oignon.

Littré (1872-1877)

ROBE (ro-b') s. f.
  • 1Sorte de vêtement long, non fendu, qui était propre aux peuples de l'antiquité, aux Occidentaux dans le moyen âge, et qui l'est encore à beaucoup d'Asiatiques. D'un des pans de sa robe il [Pompée] couvre son visage, Corneille, Pomp. II, 2. Aussitôt que Joseph fut arrivé près de ses frères, ils lui ôtèrent sa robe de plusieurs couleurs, qui le couvrait jusqu'en bas, Sacy, Bible, Genèse, XXXVII, 23. Portant une robe royale de couleur d'hyacinthe et de bleu céleste, Sacy, ib. Esther, VIII, 15. Ceux que vous voyez revêtus d'une robe blanche, dit saint Jean, viennent d'une grande affliction, afin que nous entendions que cette divine blancheur se forme ordinairement sous la croix, et rarement dans l'éclat des grandeurs humaines, Bossuet, Marie-Thérèse. Revenez à la maison paternelle, enfants prodigues, on vous rendra votre première robe, on célébrera un festin pour votre retour, Bossuet, Élévat. sur myst. I, 8. Un jeune enfant couvert d'une robe éclatante, Racine, Ath. II, 5. Oh ! tu n'es plus au temps de cette belle robe traînante de pourpre, avec laquelle tu charmais toutes les femmes d'Athènes et de Sparte, Fénelon, Dial. des morts anc. Alcibiade, Périclès. En général, la robe fut autrefois le vêtement de toutes les nations, Voltaire, Russie, I, 10.

    Par extension. Notre défunt était en carrosse porté, Bien et dûment empaqueté, Et vêtu d'une robe, hélas ! qu'on nomme bière, Robe d'hiver, robe d'été, Que les morts ne dépouillent guère, La Fontaine, Fabl. VII, 11.

    Fig. Tourner sa robe, changer de parti.

    Robe virile, robe que les jeunes gens prenaient à Rome quand ils devenaient hommes. Néron plaide pour les habitants d'Ilion ; il prend la robe virile avant l'âge, Diderot, Claude et Néron, I, 32.

    Fig. Dieu donne la robe selon le froid. Vous avez du courage au-dessus des autres, et, comme dit le proverbe, Dieu donne la robe selon le froid, Sévigné, à Bussy, 23 octobre 1683.

    Selon le corps on doit tailler la robe, il faut régler ses dépenses sur ses besoins.

    Selon le drap la robe, se dit des choses qui ont rapport, proportion entre elles. Mais chaque âge a son temps ; selon le drap la robe, Régnier, Sat. XII.

    Il s'en pare comme de sa belle robe, se dit quand quelqu'un fait vanité d'une chose.

    Cela ne vous déchire pas la robe, vous n'avez pas lieu de vous en offenser.

  • 2Long vêtement à manches, que portent particulièrement les femmes et les enfants. Robe d'enfant. Robe de femme. Robe d'été, robe d'hiver. Elle avait une robe d'une légère étoffe d'argent, semée de guirlandes de fleurs, qui laissait briller la beauté de sa taille, Voltaire, Crocheteur borgne. Le petit uniforme de capitaine de gendarmerie se trouva fait à point nommé pour l'enfant [Louis XV], qui, depuis quelques jours, venait de quitter la robe, Duclos, Œuv. t. V, p. 143.

    En robe détroussée, se disait autrefois pour en cérémonie. Rendre une visite en robe détroussée.

    Fig. Il commande, et soudain La terre, qui d'abord sombre, informe et hideuse, Découvrait tristement sa nudité honteuse, Prend sa robe de fête, et de riants gazons Ont tapissé la plaine, ont habillé les monts, Delille, Paradis perdu, VII.

    Terme bas et populaire. Couper la robe au cul, faire insulte à une femme. Lorsque ce guerrier invaincu Chut dans les ombres éternelles, La robe fut coupée au cu Des neuf savantes demoiselles, Mainard, dans le Dict. de RICHELET.

  • 3Il se dit, en quelques phrases, de la queue d'une robe. Cette princesse dit à son page : Prenez ma robe, portez ma robe.
  • 4Robe de chambre, espèce de robe ou de longue redingote que les hommes mettent dans l'appartement. Il se rencontre beaucoup d'autres choses desquelles on ne peut raisonnablement douter, quoique nous ne les connaissions que par le moyen des sens ; par exemple que je suis ici, assis auprès du feu, vêtu d'une robe de chambre, ayant ce papier entre les mains, Descartes, Médit. I, 3. Messire loup vous servira, S'il vous plaît, de robe de chambre, La Fontaine, Fabl. VIII, 3. Il se mit en robe de chambre, Hamilton, Gramm. 4. Il est vrai que la vie de Paris me tuerait en huit jours ; il y a plus d'un an que je suis en robe de chambre, Voltaire, Lett. Richelieu, 11 juillet 1770.

    Les femmes ont aussi des robes de chambre pour le matin ou pour l'appartement. Vous devez l'aimer [la religion des Juifs] encore plus par cette année de repos et de robe de chambre [l'année du sabbat], où vous seriez un exemple de piété [allusion à la paresse de Mme de Grignan], Sévigné, 236.

    Des pommes de terre en robe de chambre, des pommes de terre cuites dans leur peau.

  • 5Ample vêtement que portent les juges, les avocats, les professeurs, dans l'exercice de leurs fonctions. D'un magistrat ignorant, c'est la robe qu'on salue, La Fontaine, Fabl. V, 14. Et, feuilletant Louet allongé par Brodeau, D'une robe à longs plis balayer le barreau, Boileau, Sat. I. Regarde dans ma chambre et dans ma garde-robe Les portraits des Dandins : tous ont porté la robe, Racine, Plaid. I, 4. Non loin de là Rollin dictait Quelques leçons à la jeunesse ; Et, quoiqu'en robe, on l'écoutait, Voltaire, Temple du Goût. Quoi ! dans Abbeville, des Busiris en robe font périr dans les plus horribles supplices des enfants de seize ans ! Voltaire, Lett. d'Alembert, 18 juillet 1766.

    Arrêts rendus en robes rouges, les arrêts solennels que rendent les conseillers en robes rouges. Les magistrats sortirent pour prendre la robe rouge, revinrent se placer aux hauts siéges, et l'arrêt fut prononcé en pleine audience et à portes ouvertes, Duclos, Œuv. t. V, p. 68.

  • 6Les gens de robe, se disait de tous ceux qui portaient la robe. Les gens de robe sont ou ecclésiastiques ou officiers de justice, de finances et de police, Vauban, Dîme, p. 67.

    Robe courte, s'est dit jusqu'au XVIe siècle, de la profession militaire.

    Juges de robe courte, s'est dit des prévôts, des maréchaux, de leurs lieutenants, et de quelques autres officiers non gradués, qui jugeaient l'épée au côté.

    Robe longue, s'est dit, à la même époque, de la noblesse et du clergé.

    Les gens en robes longues, les gens du parlement. On a des soldats de robe longue payés uniquement pour servir contre elle [la raison], Voltaire, Lett. en vers et en prose, 170.

    Chirurgiens de robe longue, se disait de ceux qui avaient suivi les cours des écoles ; chirurgiens de robe courte, ceux qui ne les avaient pas suivis. Les chirurgiens de Saint-Côme, autrement dits de longue robe, Patin, Lett. t. II, p. 196.

  • 7La profession des gens de judicature. La noblesse de robe. À la fin j'ai quitté la robe pour l'épée, Corneille, le Ment. I, 1. Je connais le nom de notre amant, il est des premiers de la robe, Sévigné, 25 nov. 1685. Renfermé à l'exemple de ses pères dans les modestes emplois de la robe, Bossuet, le Tellier. Une téméraire jeunesse se jetait sans étude et sans connaissance dans les charges de la robe, Fléchier, le Tellier. Il naquit d'une des plus nobles et plus anciennes maisons du Nivernais, qui, après s'être distinguée dans les emplois militaires avant le règne même de saint Louis, entrant depuis sous Henri II dans les premières dignités de la robe…, Fléchier, Lamoignon. Chez nous le soldat est brave et l'homme de robe est savant ; nous n'allons pas plus loin ; chez les Romains l'homme de robe était brave et le soldat était savant : un Romain était tout ensemble et le soldat et l'homme de robe, La Bruyère, II. D'où vient que cet homme est entré dans la robe ? Massillon, Carême, Vocat. Une femme de qualité, en passant à Bordeaux, y trouva les femmes de robe un peu trop fières : " Monsieur, dit-elle, au président de G., vos femmes font les duchesses. - Madame, lui répondit le président, elles ne sont pas assez impertinentes pour cela, ", Marmontel, Œuv. t. VII, p. 467.

    L'année de robe, s'est dit pour année judiciaire. Il se peut que la multiplicité prodigieuse les affaires, sur la fin de l'année de robe, lui ait fait oublier [à un magistrat] mon paquet cette fois-ci, Voltaire, Lett. d'Argental, 5 sept. 1772.

    Les gens de judicature. L'esprit de la robe. Les prétentions de la robe. La robe ne fournit-elle pas d'aussi jolis hommes que l'épée ? Dancourt, la Folle enchère, sc. 10.

    Par une ellipse extrêmement forte. Est-ce que vous vous êtes mise dans l'épée ? je vous ai vue si fort dans la robe, Dancourt, Moulin de Jav. sc. 4. ; c'est-à-dire : est-ce que vous prenez vos amants dans le militaire ? je vous ai vue les prendre parmi les gens de justice.

    La haute robe, se disait autrefois des premiers magistrats.

    L'ancienne robe, se disait des familles anciennes de la robe.

  • 8Dans la langue familière, il se dit de l'état des ecclésiastiques, des religieux, mais alors il est toujours précédé d'un adjectif possessif. C'est un prêtre ; qui aurait cru qu'un homme de sa robe… ? Je porte respect à sa robe.

    Par dénigrement. Les robes noires, les prêtres.

    Jésuite de robe courte, séculier qui est affilié à la société de Jésus ; et, par dénigrement, celui qui, sans être affilié à cet ordre, en adopte, en défend les doctrines.

  • 9 Par extension, il se dit de ce qui revêt quelques animaux. Deux chevaux de même robe. Tertullin… après avoir dit beaucoup de choses de la robe du paon, Voiture, Lett. 91. Une autre influence du climat et de la nourriture est la variété des couleurs dans la robe des animaux, Buffon, Quadrup. t. I, p. 80. Leur robe [des panthères] est variée partout de taches noires, semblables à des yeux, Buffon, ib. t. III, p. 169. La robe des fauvettes est généralement terne et obscure, Buffon, Ois. t. IX, p. 204.
  • 10Enveloppe de certains légumes ou de certains fruits. La robe d'une fève, d'un oignon.
  • 11Se dit quelquefois de la couleur des vins. Les vignerons du midi plâtrent leurs vins pour leur donner une couleur riche, une robe éclatante et plus pure.
  • 12Boyau qui recouvre une andouille.

    Feuille de papier qui recouvre le carton.

  • 13Nom donné, dans la manufacture des tabacs, aux feuilles qui forment l'extérieur du cigare.
  • 14En sucrerie, la robe du pain, la partie superficielle du contour du pain. Le sucre est plus pur dans la robe du pain que dans le centre.
  • 15Quantité de laine qu'on lève en tondant un mouton.
  • 16Robe de sergent, variété de prune.
  • 17Bonne robe, italianisme (buona roba) qui signifie bonne marchandise, bonne épée, et fig. femme assez belle, mais de conduite peu régulière ; il est tout à fait inusité. Elle était fille à bien armer un lit… Ce qu'on appelle en français bonne robe, La Fontaine, Servante.

PROVERBES

Belle fille et vieille robe trouvent souvent qui les accroche.

Ventre de son et robe de velours, se dit d'une femme qui se prive du nécessaire pour être bien parée.

Robe de Nessus ou de Déjanire, présent funeste à celui qui le reçoit, par allusion à la robe du centaure Nessus qui causa la mort d'Hercule.

HISTORIQUE

XIIIe s. Moult est riche la robe qui d'honor est venue, Mais cele est povre et vil qui de honte est creüe, La folle et la sage. Bele Yolans en ses chambres seoit, D'un bon samit une robe cousoit, Romancero, p. 39. Or poés savoir que mainte riche robe i ot faite pour le couronement, Villehardouin, CXI. Li tailleeurs de robes langes à Paris puent avoir et tenir tant de valez et tant d'aprentiz comme il voelent, Liv. des mét. 142. Il prist la reube à un garchon, et se mist en la quisine à tourner les capons, Chr. de Rains, p. 46. Ce n'est mie cil qui vestoit Sa robe d'esté à yver : Plus donoit-il et gris et ver C'uns autres de dix tans [dix fois autant] d'avoir, Lai de l'ombre. Quant le [la] dame renonchoit as muebles et as detes, si en voloit ele porter se [sa] plus bele robe à parer et son plus bel lit furni, Beaumanoir, XIII, 21. Ele emporte tant solement se [sa] robe de cascun jor, Beaumanoir, XIII, 21.

XIVe s. Celles à qui ladite dame donne robes de compaignie, c'est assavoir ses deux filles…, Du Cange, roba. Jehan de Bas fut condempnez d'aller des prisons tout nu en robe linge [chemise]…, Du Cange, ib. Robes de corps et de nopces [robes de deuil et de noces], Du Cange, ib.

XVe s. Nonobstant qu'il eust laissé toute sa robe [effets, garde-robe] en une nave, Bouciq. I, 15. Icelui Polin par maniere de desrision ou moquerie dist au suppliant, qu'il alast à Paris vestir les robes de soie, aussi comme s'il voulsist dire que ledit suppliant estoit fils de prestre, Du Cange, roba. [Quand on couche deux] L'un veult dormir, l'autre veillier ; L'un veut sa robe [couverture] entourtiller Pour le froit ; l'autre contregaige Et tire à soy…, Deschamps, Poésies mss. f° 448. Icellui Breton avoit menacé la chambriere de lui coupper la robe par dessus le cul, Du Cange, roba. Madame tout à coup se leve et prend sa robe de nuit, Louis XI, Nouv. XVII.

XVIe s. La semence [du pantagruelion]… est sphericque, oblongue, noire, couverte de robbe fragille, Rabelais, Pant. III, 47. … et lui fit feste d'avoir trouvé la meilleure robe [amoureuse, fille de plaisir] qu'il avoit point vue, Marguerite de Navarre, Nouv. VIII. Les François, qui aux adversitez sont assez promps de retourner leur robbe, Lanoue, 599. Et ne faut point douter que ce grand animal devoratif [une armée], passant parmi tant de provinces, n'y trouvast tousjours de la pasture, et souvent la robbe du pauvre peuple qui y estoit meslée, et quelquesfois des amis, Lanoue, 628. Quant aux autres qui estoyent d'Eglise, ou de robbe longue, Lanoue, 708. Et pour chose nouvelle leur grands navires avoient une robe de plomb, contre le mal que les vers font aux longs voiages, D'Aubigné, Hist. III, 446. Et parce que l'abbé, dernier possesseur, estoit religieux, et tenoit l'abbaye en titre, tout son bien estoit acquis au roy que l'on appelle robbe-morte, Carloix, II, 10. Durant la saison belle Que les prez et les bois prennent robe nouvelle, Desportes, Roland furieux. Je pris un porreau : luy ayant coupé la teste et despouillé de deux robbes…, Paré, Introd. II. Quel est l'homme, telle doibt estre sa robe, Génin, Récréat. t. II, p. 248. Autres qui s'estiment plus sages en robe qu'en pourpoint, Dial. de Tahureau, p. 83, dans LACURNE. M. le mareschal Strozzi estoit voué à l'eglise, et, pour un chapeau rouge qui luy fut desnié, quitta la robe et se mit aux armes, Brantôme, Dames gal. t. II, p. 185. Ceux qui se sont meslez de cet estat d'amour, ils ont toujours tenu cette maxime, qu'il n'y a que le coup en robe [à la dérobée], Brantôme, ib. t. I, p. 327. Robbe d'autruy ne fait honneur à nully, Cotgrave Robbe refait moult l'homme, Cotgrave Fille trop veue, robe trop vestue, n'est pas chere tenue, Cotgrave Quant le duc de Savoie se fut assez cholerisé contre les Ligues, yl s'apaisa à la fin, mesmement voiant qu'il pouvoit torcher ceste ordure à aultre robe que la sienne, Bonivard, Chr. de Genève, II, 31.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ROBE. - ÉTYM. Ajoutez : XIVe s. La mort Anselet le tailleur de raubes, Varin, Archives administr. de la ville de Reims, t. II, 1re part. p. 43. On remarquera dans ce texte l'orthographe raube, qui coïncide avec le provenç. rauba, et avec l'étymologie rauben.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ROBE, s. f. (Géog. mod.) vêtement long & fort ample, que portent par-dessus tous les autres habits les gens de loi, ou jurisconsultes, les théologiens & les gradués d’Angleterre. La forme de ces robes n’est pas la même pour les ecclesiastiques & pour les laïques, cependant les unes & les autres s’appellent en général gens de robe.

Dans quelques universités, les Médecins portent la robe d’écarlate ; dans celle de Paris, le recteur a une robe violette avec le chaperon d’hermine ; les doyens des facultés, procureurs, questeurs des nations portent la robe rouge fourrée de vert. Les docteurs de la maison de Sorbonne portent toujours la robe d’étamine ou de voile noir par-dessus la soutane dans leur maison, & les docteurs en Théologie la portent également aux assemblées, examens, thèses, & autres actes de faculté, de même que les professeurs & autres suppôts de la faculté des Arts, dans leurs classes & assemblées, soit de leur nation, soit de l’université. Ces robes sont faites comme celles des avocats, à l’exception des manches qui sont plus courtes, quelques-unes sont garnies de petits boutons, & d’autres simplement ouvertes par-devant avec un ruban noir sur les bords. Les robes des appariteurs ou bedeaux sont de la même forme & de la même couleur, & quelquefois toutes semblables à celles des avocats. Ceux des paroisses en portent ordinairement de mi-parties ou de deux couleurs.

En France, on distingue les officiers de robe longue de ceux de robe courte, ces derniers sont ceux qui pour être reçus dans leurs charges n’ont point été examinés sur la loi : autrefois il y avoit des Barbiers de robe courte, c’est-à-dire ceux qui n’avoient point été sur les bancs & qui avoient été reçus sans examen.

La robe se prend pour la magistrature & pour la profession opposée à celle des armes ; c’est dans ce sens que Ciceron a dit, cedant arma togæ ; on dit d’un homme qu’il est d’une famille de robe, quand ses ancêtres ont possedé des charges distinguées dans la magistrature. La noblesse de robe est moins considérée dans certains pays que celle d’épée.

La robe est en général le vêtement de dessus de toutes nos femmes, quand elles sont habillées.

Robe des Romains, (Hist. Rom.) Voyez Toge & Habit des Romains.

Robe consulaire, (Hist. Rom.) c’étoit une robe prétexte, bordée en bas d’une large bande de pourpre. D’abord les consuls la prirent le premier jour de leur magistrature devant leurs dieux pénates ; dans la suite, ils la prirent dans le temple de Jupiter Capitolin, comme le rapporte Denis d’Halicarnasse, liv. V. c. xix. & Tite-Live, liv. VI. c. xix. Enfin, sous les empereurs, la puissance des consuls ayant été réduite à rien, leur extérieur en devint plus fastueux ; ils porterent alors une robe richement peinte, le laurier dans leurs faisceaux, & même on y joignit les haches. Ce n’est pas tout ; dès qu’il plaisoit à l’empereur d’illustrer quelqu’un, il lui accordoit le droit de porter la robe consulaire, quoiqu’il n’eût point été consul. Il accordoit aussi la robe triomphale, les honneurs du triomphe & les privileges attachés au triomphe, à ceux qu’il vouloit favoriser de sa bienveillance, quoiqu’ils n’eussent ni triomphé, ni fait aucun exploit remarquable. En un mot, c’étoient des honneurs de cour d’autant plus méprisables, que les gens de mérite n’en étoient pas gratifiés. (D. J.)

Robe de repas, (Antiq. Rom.) les convives se rendoient à la sortie du bain avec une robe qui ne servoit qu’à cela, & qu’ils appelloient vestis cænatoria, tricliniaria, convivalis. Elle étoit pour le plus souvent blanche, sur-tout dans les jours de quelque solemnité ; & c’étoit aussi-bien chez les Romains que chez les Orientaux, une indiscrétion punissable, de se présenter dans la salle du festin sans cette robe. Ciceron fait un crime à Vaticinius d’y être venu en habit noir, quoique le repas se donnât à l’occasion d’une cérémonie funebre. Il compare cet ennemi odieux à une furie qui vient inopinément répandre une idée funeste dans l’esprit de toute l’assistance : Atque illud etiam scire ex te cupio, quo concilio aut quâ mente feceris, ut in epulo Q. Arrli familiaris mei cum togâ pullâ accumberes ?… cum tot hominum millia,… cum ipse epuli dominus Q. Arrius albatus esset ; tu in templum castoris tecum C. Fidulo atrato, ceteris que tuis furiis funestum intulisti.

Capitolin raconte aussi que Maximin le fils, encore jeune, ayant été invité à la table de l’empereur Alexandre Sévere, & n’ayant point d’habit de table, on lui en donna un de la garde-robe de l’empereur. Pareille chose étoit arrivée autrefois à Septime Sévere encore particulier, suivant le rapport de Spartien.

Cet habillement étoit une espece de draperie qui ne tenoit presque rien, comme il paroît dans les marbres, & qui étoit pourtant différente du pallium des Grecs. Martial reproche à Lucus d’en avoir plus d’une fois remporté chez lui deux au lieu d’une, de la maison où il avoit soupé.

Et tectus lanis sæpe duabus abit. (D. J.)

Robe triomphale, (Antiq. Rom.) toga triumphalis ; robe particuliere des Romains, reservée pour le triomphe. Tacite dans ses annales nous en fournit une preuve certaine, quand il dit, que dans les jours du cirque, Néron portoit la robe triomphale, & Britannicus la simple robe des jeunes gens, pour faire connoître par cette différence d’habits, les emplois & les dignités qu’on leur préparoit. Plutarque raconte de Marius, que ce romain, si fameux par les événemens de sa vie, oubliant sa naissance, parut un jour en public avec la robe triomphale ; mais s’appercevant que le sénat désapprouvoit sa vanité, il sortit pour quitter sa robe, & revint avec la prétexte.

Dans la suite, Pompée eut le privilege de pouvoir porter la robe triomphale aux spectacles, distinction qui n’avoit été accordée qu’au seul Paul Emile avant lui. Dion & Velleius prétendent même, que Pompée ne se servit qu’une seule fois de cette prérogative.

La robe triomphale est appellée dans quelques auteurs, togula palmata, parce qu’on y représentoit apparemment des palmes, symbole de la victoire. Ciceron nomme cette robe togula picta, robe peinte, pictæ vestis considerat aurum ; on représenta depuis sur cette robe, des personnages faits à l’aiguille, comme on le voit dans différens endroits de Claudien, dans Chorippus, lib. I. mim. 15. & dans ce passage de Juvenal, sat. 6.

Illic barbaricas flexâ cervice phalanges,
Occisos reges, subjectas que ordine gentes,
Pictor acu tenui multâ formaverat arte.

Enfin, les empereurs romains avilirent la distinction éclatante de cette robe, en accordant à leurs favoris, soit qu’ils eussent triomphé ou non, la permission de la porter. (D. J.)

Robes-neuves, (Hist. de France.) on nommoit ainsi dans le douzieme & treizieme siecle, les habits que nos rois donnoient suivant l’usage à leurs officiers, au tems des grandes fêtes, comme à la fête de Noël. (D. J.)

Robe d’une coquille, (Conchyl.) c’est la couverture ou superficie de la coquille, après qu’on a levé l’épiderme. (D. J.)

Robe, en terme de Blondier, c’est une enveloppe de carte ou de parchemin dont on entoure les fuseaux pour ne point sallir la piece qu’on travaille.

Robe, (Jardinage.) on dit la robe d’un oignon, laquelle est à proprement parler, son enveloppe, sa pellicule.

Robe, (Maréchalerie.) se dit dans certaines occasions pour le poil en général. Par exemple, on dit du poil de cheval lorsqu’il frappe agréablement les yeux, qu’il a une belle robe.

Robe, (Mesure de liquides.) en Espagne la robe fait huit sommes, la somme quatre quarteaux. Les vingt-huit robes font une pipe ; la botte est de trente robes, & la robe pese vingt-huit livres. Savary. (D. J.)

Robe, (Manuf. de tabac.) ce sont les plus grandes feuilles de tabac que l’on destine à mettre les dernieres sur le tabac qu’on file, pour le parer & donner plus de consistence à la corde. Savary. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « robe »

Déverbal de l’ancien français rober (« voler ») dont est issu l’anglais rob et qui ne subsiste plus que sous forme préfixée dérober. Ce mot a eu pour sens « butin de guerre », « dépouille » puis, par spécialisation, « tunique » et enfin, par hyperspécialisation, « vêtement féminin ».
Rober est issu du bas-latin raubare (italien : rubare, espagnol : robar) d’une racine germanique raubon qui a donné rauben et Räuber en allemand moderne.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. rauba, dépouille et robe ; catal. roba ; espagn. ropa ; portug. roupa ; ital. roba, effets, marchandises. Le sens propre est dépouille, particularisé dans l'italien au sens d'objets de valeur, et particularisé encore davantage dans les autres langues au sens de vêtement ; l'étymologie est l'anc. haut-all. roubôn, all. mod. rauben, angl. to rob, dépouiller, dérober.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « robe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
robe rɔb

Citations contenant le mot « robe »

  • Le rêve - c'est l'instant où tombe enfin la robe des clairières. De André Hardellet / La Cité Montgol
  • Soit 8 robes sexy (mais chic) pour braver la canicule tout en faisant grimper son quotient mode. Vogue Paris, Robes : les 8 modèles les plus hot de l'été | Vogue Paris
  • Les dimanches ratés tournent en robe grise au rythme languissant des valses de l'ennui. De Francis Blanche
  • Le roman, c’est un peu la robe que façonne la vie. De Maryse Condé / Evene.fr - Mai 2008
  • - T’enlèves ta chemise... On te donne une robe... c’est tout bénéfice ! De Henri Jeanson / Au bonheur des dames
  • Coup de coeur ultime de l’été, cette robe sexy signée Bershka est à moins de 30 euros. Biba Magazine, Voici la robe Bershka à moins de 30 euros que l'on va toutes s'arracher cet été ! - Biba Magazine
  • La personnalité est la garde-robe du moi. De Louis Scutenaire / Mes inscriptions
  • Les avocats seraient moins bavards s’ils ne portaient robe. De Louis Bourliaguet
  • Ta robe de mariée est faite pour épouser mes regrets. De Michel Polnareff / Mes regrets
  • Le mariage c'est la robe. Après, évidemment, on a le mari ! De Jean Anouilh / Les Poissons rouges
  • Les prêtres et les magistrats ne dépouillent jamais leur robe entièrement. De Honoré de Balzac / Maximes et pensées
  • Qu’importe la robe ! Que regarde-t-on ? L’écrin qui contient le diamant ? De Georges Feydeau
  • D'un magistrat ignorant C'est la robe qu'on salue. De Jean de La Fontaine / Fables
  • La robe est parfois plus humaine que le corps. Jean Follain, Usage du temps, Gallimard
  • D'un magistrat ignorant C'est la robe qu'on salue. Jean de La Fontaine, Fables, l'Âne portant des reliques
  • La robe ne fait pas le médecin. De Proverbe français
  • Dieu donne la robe selon le froid. De Fénelon / Lettre du 4 Octobre 1699 à Monsieur Tronson
  • On peut laver sa robe et non sa conscience. De Proverbe persan
  • Alors que les vêtements de détente continuent à être à la mode, la robe sieste est au premier plan de la mode. 2051.fr, 5 façons simples de styliser la tendance de la robe de sieste - 2051.fr
  • Que l’on soit plutôt robe courte ou longue, robe portefeuille ou à encolure carrée, la robe à pois met tout le monde d’accord. Cet imprimé un brin rétro, séduit les romantiques comme les nostalgiques, mais aussi les amoureuses des imprimés à porter en mix & match. Il leur suffit alors de trouver le modèle qui trouvera grâce à leurs yeux… et à leur style. Marie Claire, Comment porter la robe à pois ? - Marie Claire
  • Une coupe mini des plus désirables, des manches ballons gonflées à bloc, un imprimé bucolique dans l’air du temps, une inspiration rétro et un combo de couleurs -le rouge et le rose – au summum de la tendance… Voici la robe Mango qui concrétise toutes nos envies modes du moment ! Estival à souhait, ce modèle, en plus de cumuler les tendances de l’été 2020, rehaussera notre teint hâlé – ou pas – à tous les coups. Biba Magazine, Style : découvrez la robe imprimée Mango qui va faire notre été - Biba Magazine
  • Si on adore observer les looks de Sophie Davant, on aime encore plus lorsqu'ils sont en promo. C'est le cas de cette jolie robe acidulée, 100% estivale ! Voici.fr, Sophie Davant : on sait d'où vient sa robe (et elle est en promo) - Voici
  • Cette robe drapée au coloris jaune safran signée Zara a tout pour être LA it dress de l'été 2020. Grazia.fr, Voici la robe d'été Zara qui attise toutes nos convoitises ! - Grazia
  • Vous aimez les longues robes satinées qui mettent en valeur vos courbes ? Vous allez être servies.   Grazia.fr, Voici la robe Oysho qui va vous faire une silhouette d'enfer ! - Grazia

Images d'illustration du mot « robe »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « robe »

Langue Traduction
Anglais dress
Espagnol vestido
Italien vestito
Allemand kleid
Chinois 连衣裙
Arabe فستان
Portugais vestir
Russe платье
Japonais ドレス
Basque soineko
Corse vestitu
Source : Google Translate API

Synonymes de « robe »

Source : synonymes de robe sur lebonsynonyme.fr
Partager