La langue française

Cotillon

Sommaire

  • Définitions du mot cotillon
  • Étymologie de « cotillon »
  • Phonétique de « cotillon »
  • Évolution historique de l’usage du mot « cotillon »
  • Citations contenant le mot « cotillon »
  • Vidéos relatives au mot « cotillon »
  • Traductions du mot « cotillon »
  • Synonymes de « cotillon »

Définitions du mot cotillon

Trésor de la Langue Française informatisé

COTILLON1, subst. masc.

HABILLEMENT
A.− Vieilli. Cotte, jupe de dessous particulièrement chez les femmes du peuple et les paysannes. Cotillons bleus; rallonger, retrousser ses cotillons :
MmeSaillard n'avait pas de robes, mais ce vêtement antique nommé, dans la Touraine et dans la Picardie, des cottes, ou plus généralement en France, des cotillons, espèce de jupes plissées derrière et sur les côtés... Balzac, Les Employés,1837, p. 53.
SYNT. Chemise et cotillon pour les femmes; cotillons rouges, à fleurs, de gros drap; relever, trousser ses cotillons.
P. ext. Culotte ou pantalon de grande ampleur.
En partic.
Cotillon de toile. Large pantalon porté par le boulanger travaillant le torse nu.
PÊCHE. Large pantalon de toile que les pêcheurs de la Manche mettent pour aller à la mer.
B.− P. méton., fam. La femme en général, spécialement la femme-objet. Coureur, trousseur de cotillons; aimer, courir le cotillon. Ne me parlez pas des hommes qui aiment le cotillon, ce qui est tout autre chose que d'aimer! (Balzac, Lettres Étr.,t. 2, 1850, p. 348).Vieux garçon ne chassant pas le cotillon (Rolland, C. Breugnon,1919, p. 59).
Arg. Faire danser le cotillon. ,,Battre sa femme`` (Delvau 1883).
Prononc. et Orth. : [kɔtijɔ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Pour Littré il conviendrait d'écrire cottillon p. anal. avec cotte; mais comme le fait remarquer Dupré 1972, p. 540 ce n'est pas très important puisque cotillon est actuellement beaucoup plus cour. que cotte. Étymol. et Hist. 1. 1461 « sorte de blouse » (Villon, Testament, éd. J. Rychner et A. Henry, 2010); Trév. 1704 note ,,on le dit particulièrement de celle [la cotte] des enfans, des païsannes, ou des petites gens``; 1718 aimer le cotillon (Ac.); 2. 1708 « danse [avec le cotillon relevé] » danser les cotillons (Regnard, Légataire universel, 336 ds IGLF); 1740 danser le cotillon (Ac.). Dér. de cotte*; suff. -illon (-ille* et -on*).

COTILLON2, subst. masc.

A.− Vx. Danse collective mêlée de figures, de scènes, de mimiques, le plus souvent à la fin d'un bal. Danser le cotillon, figure de cotillon.
SYNT. Le cotillon commence; conduire, mener le cotillon; donner le signal du cotillon.
B.− Usuel. Réunion accompagnée de danses et de jeux, le plus souvent à l'occasion d'une fête. Repas suivi d'un cotillon, à la Saint-Sylvestre. Accessoires pour bals et cotillons. Accessoires de papier pour une fête, confettis et serpentins. Sac de 300 boules couleur pour cotillon (Catal. jouets [Mag. Trois-Quartiers], 1936).
Prononc. et Orth. Cf. cotillon1. Admis seulement ds Ac. 1740-1932. Étymol. et Hist. Cf. cotillon1. Fréq. abs. littér. : 147.
DÉR. 1.
Cotillonner, verbe intrans.Danser, conduire le cotillon. Avec les fêtes (...) et les bals, (...) briller, papillonner, cotillonner, réveillonner (Halévy, Abbé Const.,1882, p. 141). [kɔtijɔne], (je) cotillonne [kɔtijɔn]. 1reattest. 1866 (Villars, Préc. du jour, p. 33); de cotillon, dés. -er.
2.
Cotillonneur, euse, subst.Danseur, conducteur de cotillon; la grande cotillonneuse du Faubourg Saint-Germain. Synon. cavalier.Et, si vous êtes bien sage, je vous prendrai mercredi pour mon cotillonneur (Goncourt, R. Mauperin,1864, p. 178). 1reattest. 1864 id.; de cotillon, suff. -eur2*. Fréq. abs. littér. : 2.
BBG. − Darm. 1877, p. 117 (s.v. cotillonner). − Gottsch. Redens. 1930, p. 204. − Lew. 1960, p. 330. − Pauli 1921, p. 86 (s.v. cotillonner). − Rétif (A.). Affiquets et falbalas. Vie Lang. 1971, p. 455.

Wiktionnaire

Nom commun

cotillon \kɔ.ti.jɔ̃\ masculin

  1. Cotte ou jupe de dessous.
    • Ma femme a trente-six cotillons et j’ai même pas une culotte !
  2. (En particulier) Jupon des femmes du peuple et des paysannes.
    • Une fille passa, conduisant un troupeau de dindons ; elle était vêtue d’un cotillon ignoble, et elle était sans beauté. — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, page 126)
    • Puis pivotant dans son ample cotillon, qui fit une gracieuse corolle autour de ses chevilles, elle voleta d'un pas léger vers la cuisine. — (Robert Merle, En nos vertes années, III., 1979)
  3. (Par extension) (Péjoratif) Femme, dans un jeu de séduction.
    • FRANÇOISE : […]. Et ça vous enrage de voir de braves garçons se troubler la cervelle pour le premier cotillon venu !
      PIERRE : Le premier cotillon venu ! Dites une femme comme il n'y en a pas deux, une femme...
      FRANÇOISE, vivement : Ah ! t'es amoureux ?
      — (Jules de Prémaray, La boulangère a des écus : drame en cinq actes et six tableaux, Prologue, scène 12, Paris : chez M. Levy frères, 1855, p. 6)
  4. (Vieilli) Danse avec figures variées qui terminait certains bals.
    • Danser, conduire, mener le cotillon.
    • Vers une heure du matin, entrait avec bruit le petit groupe de la jeunesse dorée bruxelloise, décidé à ne s’amuser et à ne danser le cotillon qu’entre soi. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 312)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COTILLON. n. m.
Cotte ou jupe de dessous. Il se dit plus particulièrement du Jupon des femmes du peuple et des paysannes. Fig. et pop., Courir le cotillon, Rechercher les femmes de condition inférieure. Il se dit aujourd'hui d'une Danse avec figures variées qui termine certains bals. Danser, conduire, mener le cotillon.

Littré (1872-1877)

COTILLON (ko-ti-llon, ll mouillées, et non ko-tiyon) s. m.
  • 1Cotte ou jupe de dessous. Cotillon de serge. Cette fille Qui frétille N'a pourtant qu'un cotillon, Béranger, Frétill.

    Fig. et familièrement. Aimer le cotillon, être adonné aux grisettes, aimer les femmes.

    Général du cotillon, s'est dit, dans le XVIIIe siècle, par plaisanterie, des généraux faits par l'influence de la maîtresse du roi.

  • 2Jupon des paysannes. Et voilà pour t'avoir, Georgette, un cotillon, Molière, École des f. IV, 4. Légère et court-vêtue, elle allait à grands pas, Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile, Cotillon simple et souliers plats, La Fontaine, Fabl. VII, 10. Certaine nièce assez proprette Et sa chambrière Pâquette Devaient avoir des cotillons, La Fontaine, Fabl. VII, 11.
  • 3Sorte de branle, où la danse est fréquemment interrompue par de petites actions partielles et ridicules, comme de ramasser un chapeau par terre avec les dents sans y mettre les mains, d'allumer un papier attaché au dos de quelqu'un qui remue sans cesse pour qu'on ne l'allume pas, etc. Le cotillon ne se danse qu'à la fin des bals. Danser un cotillon. Le cotillon se danse à autant de personnes que l'on veut.

    Air pour cette danse.

    Autrefois, danse à quatre ou huit personnes, chacun faisant son personnage à son tour ; et, aussi, nom de la contre-danse anglaise ou country-dance (voy. CONTRE-DANSE 2). Je veux que nous dansions ensemble le rigaudon, la chasse, les cotillons, la jalousie et toutes les autres danses nouvelles, Regnard, Critique du lég. sc. 8.

  • 4Au jeu de la guinguette. Remuer le cotillon, mêler le talon, et y prendre une carte en échange de celle qu'on a écartée.

REMARQUE

Comme on écrit cotte, il faudrait, pour être conséquent, écrire cottillon.

HISTORIQUE

XVIe s. Avecques sa cotte laisser sa honte, et la reprendre avecques son cottillon, Montaigne, I, 96.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

COTILLON.
1Ajoutez : Pourquoi, lui dis-je [à l'archevêque de Paris, Noailles], ne manquent elles de rien [les religieuses de Port-Royal] ? Parce que des personnes comme moi vendent leur cotillon plutôt que de les laisser manquer de quelque chose, Mlle de Joncoux, dans STE-BEUVE, Port-Royal, t. VI, p. 279, 3e éd.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

COTILLON, s. m. partie de l’habit des femmes ; c’est une jupe courte de dessous ; il est très-léger en été, & très-fourré en hyver. Nous avons une danse légere du même nom. C’est une espece de branle à quatre, huit personnes. Voyez Branle.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cotillon »

Dérivé de cotte avec le suffixe diminutif -illon.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Diminutif de cotte. L'ancien français avait un autre diminutif, c'est cotele.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « cotillon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cotillon kɔtijɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « cotillon »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cotillon »

  • Légère et court vêtue, elle allait à grands pas, Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile, Cotillon simple et souliers plats. Jean de La Fontaine, Fables, la Laitière et le Pot au lait
  • Les vêtements de Cendrillon, son cotillon, son corsage sont mis en valeur et montrent les gestes audacieux de l'amoureux. AgoraVox, A la chasse aux papillons... avec Brassens... - AgoraVox le média citoyen

Vidéos relatives au mot « cotillon »

Traductions du mot « cotillon »

Langue Traduction
Anglais cotillion
Espagnol cotillón
Italien cotillon
Allemand cotillion
Chinois illion
Arabe كوتليون
Portugais cotilhão
Russe котильон
Japonais コティリオン
Basque cotillion
Corse cotillione
Source : Google Translate API

Synonymes de « cotillon »

Source : synonymes de cotillon sur lebonsynonyme.fr
Partager