Rider : définition de rider


Rider : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RIDER, verbe trans.

A. − Sillonner, marquer de rides. La colère ridait son sinistre visage (Baour-Lormian,Ossian, 1827, p. 38).Cette pâte et cette eau possèdent d'étonnantes propriétés pour agir sur la peau, sans la rider prématurément (Balzac,C. Birotteau, 1837, p. 47).Empl. pronom. Son front, pareil au front de la mer soucieuse, Se ridait à longs plis (Gautier,Comédie mort, 1838, p. 34).Elle avait ressenti âprement la faim et claquait des dents. Ses oreilles se ridèrent en s'exhaussant (Jammes,Rom. du lièvre, 1903, p. 30).
B. −
1. [Le compl. d'obj. désigne une surface liquide] Produire une légère ondulation. Un vent tiède et léger rida imperceptiblement l'eau de la mare, un oiseau siffla (Pergaud,De Goupil, 1910, p. 157).Empl. pronom. Ce n'est plus la surface plane et opaque des canaux tranquilles qui ne se rident le plus souvent que sous la rame légère du gondolier (Nodier,J. Sbogar, 1818, p. 157).Le café au lait pouvait se rider dans les tasses (Cocteau,Enfants, 1929, p. 91).Avec ell. du pron. après le verbe faire. Un vent frais fait rider la surface des eaux, Et courbe, en se jouant, la tête des roseaux (Michaud,Printemps proscrit, 1803, p. 101).
2. [À propos d'une surface quelconque] Marquer de plis ou de sillons. Le reflux avait laissé le dessin de ses arceaux concentriques sur la grève; le sable guirlandé de fucus était ridé par chaque flot comme un front sur lequel le temps a passé (Chateaubr.,Litt. angl., t. 2, 1836, p. 316).Empl. pronom. Quelle cause, en effet, aurait pu faire perdre à l'écorce terrestre la faculté de se rider sous l'influence des actions souterraines? (A. de Humboldt,Cosmos, trad. par Faye, 1848, p. 354).Pauline voulait grimper à l'arbre pour les merises noires qui brillaient comme du jais dans la feuille (...). Elle ramassait les fruits tombés qui se ridaient sur la friche jaunie (Pourrat,Gaspard, 1922, p. 155).
C. − MAR. Tendre une manœuvre dormante à l'aide de ridoirs ou de caps-de-mouton (d'apr. Gruss 1952).
Prononc. et Orth.: [ʀide], (il) ride [ʀid]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Trans. 1. 1165-70 part. passé « plissé, froncé (en parlant d'une chemise) » (Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, 404); 2. a) α) 1269-78 vielle ridée (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 12824); β) 1611 pronom. « froncer, plisser » (Cotgr.); b) α) 1553 « former de petites rides (de la surface de l'eau) » (Du Bellay, Chants de l'amour, XVIII, 140 ds Divers jeux rustiques, éd. V.-L. Saulnier, p. 43); β) pronom., avec ell. du pron. pers. 1575 « se froncer » (Paré, Œuvres, XII, 2, éd. J.-Fr. Malgaigne, t. 2, p. 280a); 1690 se rider « id. » (Fur.). B. 1572 mar. (Thierry). Prob. de l'a. h. all. rîdan, anciennement wrîdan « tourner, tordre », v. FEW t. 16, pp. 704b-706a. H. Meier (ds Mél. Lommatzsch, pp. 303-310) qui considère que cette étymol. est invraisemblable tant du point de vue sém. que géogr., propose les étymons *rūgĭdare (de ruga « ride »), pour rider « plisser » et rigidare (de rigidus « rigide »), pour rider « tendre une voile », mais les difficultés phonét. sont très sérieuses (v. Z. rom. Philol. t. 92, 1976, p. 615). Fréq. abs. littér.: 98.
DÉR. 1
Ridage, subst. masc.a) Mar. Action de rider, de tendre un cordage. Ce sont [les caps de moutons] des sortes de palans servant au ridage des haubans (Galopin,Lang. mar., 1925, p. 49).b) Défaut dû à un séchage trop rapide et non uniforme d'une peau, d'une toile (en peinture). Les défauts inhérents aux peaux séchées sont d'une autre nature: une sèche trop vive provoque un ridage et un racornissement qui disparaissent ensuite très difficilement (Bérard, Gobilliard,Cuirs et peaux, 1947, p. 24). [ʀida:ʒ]. 1resattest. a) 1831 mar. (Will.), b) 1947 « défaut dû à un séchage trop rapide et non uniforme d'une peau, d'une toile (en peinture) » (Bérard, Gobilliard, loc. cit.); de rider, suff. -age*.
2.
Ridement, subst. masc.Action de rider ou de se rider; résultat de cette action. Ces phénomènes de ridement sous-marin paraissent avoir joué un grand rôle (...). Ils ont changé les conditions bathymétriques de tout ou partie des bassins qu'ils ont affectés; ils ont entraîné, par voie de conséquence, des modifications dans la nature des sédiments, et ils ont facilité l'action érosive des courants (Cayeux,Causes anc. et act. géol., 1941, p. 66). [ʀidmɑ ̃]. 1reattest. 1520 les ridemens du corps (Gui de Chauliac, Le Guidon en françois, f o105 ds Sigurs, p. 292); de rider A, suff. -(e)ment1*.
3.
Ridoir, subst. masc.,mar. ,,Tout appareil à poulie, crémaillère ou vis permettant de tendre un cordage ou une chaîne`` (Gruss 1952). [Les] balancines sont établies à poste fixe sur le tangon et sur la muraille [du navire]; mais sur chacune d'elles est un ridoir servant à lui donner la tension voulue (Ledieu, Cadiat,Nouv. matér. nav., 1899, p. 30). [ʀidwa:ʀ]. 1reattest. 1859 (Bonn.-Paris); de rider, suff. -oir*.
BBG.Bonn. 1920, p. 120, 184. _ Brüch (J.). Der Einfluss der germanischen Sprachen auf das Vulgärlatein. Heidelberg, 1913, p. 39. _ Quem. DDL t. 21.

Rider : définition du Wiktionnaire

Verbe 1

rider \ʁi.de\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se rider)

  1. Faire des rides, causer des rides.
    • L'hiver était rude. Sur les routes que le court dégel de midi amollissait vaguement, la boue se ridait, se hérissait en lilliputiennes murailles et les sillons durcis qui bordaient les ornières ne s'affaissaient point. — (Louis Pergaud, Le retour, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Les années lui ont ridé le visage.
    • Cette grande maladie l’a tout ridé.
    • Son visage commence à se rider.
    • (Figuré) Le vent ride la surface de l’eau : il y cause de légères ondulations.
    • (Pronominal) Je rêvais surtout de reprendre à mon compte – autant que faire se pourrait – ce projet inspiré à Baudelaire par un passage des Marginalia d’Edgar Poe : mettre son cœur à nu, écrire ce livre sur soi-même où serait poussé à tel point le souci de sincérité que sous les phrases de l’auteur, « le papier se riderait et flamberait à chaque touche de la plume de feu ». — (Michel Leiris, De la littérature considérée comme une tauromachie, 1945-1946 (préface de L’âge d’homme, 1939), collection Folio, page 15.)
  2. Froncer.
    • Il ride son front, son front se ride à la moindre contrariété.
  3. (Marine) Raidir, tendre un cordage.
    • Rider les haubans et les étais.

Verbe 2

rider \ʁaj.deʁ\ intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Pratiquer un sport extrême ou un sport de glisse tel que le snowboard, le wakeboard, le skateboard, etc.
    • Je me suis demandé si j'y mettais un stand, et en fait, je vais rider pour le plaiz. — (site www.riderz.net)

Nom commun

rider \ʁaj.dœʁ\ masculin (pour une femme on dit : rideuse)

  1. (Anglicisme) Pratiquant d’un sport extrême ou d’un sport de glisse tel que le snowboard, le skateboard, etc.
    • Aujourd’hui, j’ai vu des riders au skatepark.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Rider : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RIDER. v. tr.
Faire des rides, causer des rides. Les années lui ont ridé le visage. Cette grande maladie l'a tout ridé. Son visage commence à se rider. Il signifie aussi Froncer. Il ride son front, son front se ride à la moindre contrariété. Fig., Le vent ride la surface de l'eau, Il y cause de légères ondulations. Le participe passé

RIDÉ s'emploie adjectivement. Une vieille toute ridée. Un visage ridé. Une pomme ridée, Une pomme ratatinée.

Rider : définition du Littré (1872-1877)

RIDER (ri-dé) v. a.
  • 1Causer des rides. C'est elle [l'âme] qui nous ride ou nous aplanit le front en un instant, selon ses mouvements intérieurs, La Mothe le Vayer, Vertu des païens, II, Socrate. Le temps aux plus belles choses Se plaît à faire un affront, Et saura faner vos roses Comme il a ridé mon front, Corneille, Stances à une marquise. Ce qui égayait les autres ridait son front [d'un spectateur, à l'école des femmes], Molière, Critique, 6. La vieillesse languissante et ennemie des plaisirs viendra rider ton visage, Fénelon, Tél. XIX.

    Fig. et poétiquement. Le vent ride la surface de l'eau, y produit de légères ondulations. Zéphire d'un souffle épuré Ride la surface de l'onde, Bernis, Quatre sais. Print.

  • 2Se rider, v. réfl. Prendre, se donner un air ridé. Ce vieillard dans le chœur a déjà vu quatre âges… à l'aspect du prélat qui tombe en défaillance, Il devine son mal, il se ride, il s'avance, Boileau, Lutr. I.
  • 3Devenir ridé. Ces joues-là se rideront un jour, Voltaire, Memnon.

    Fig. et poétiquement. Se froncer sous l'impulsion du vent. La face de la mer se ride et se noircit, Lamotte, dans DESFONTAINES.

    Avec suppression du pronom personnel. Le moindre vent qui d'aventure Fait rider la face de l'eau Vous oblige à baisser la tête, La Fontaine, Fabl. I, 22.

HISTORIQUE

XIIIe s. Mès cil qui jadis plus m'amoient, Vieille ridée me clamoient, la Rose, 13058. Ne le font mie toutes, mès aucunes le font [se farder], Quant temps ou maladie les ride, gaste ou font, Meung, Test. 1278.

XIVe s. [La dame] Si li ala querre une mance De drap lingne [linge] ridée et blance, Jean de Condé, t. II, p. 172.

XVIe s. Je ne ridois non plus le front de ce pensement là, que d'un aultre, Montaigne, I, 77. Hors mis un repentir qui le cœur me devore, Qui me ride le front, qui mon chef decolore, Du Bellay, J. VI, 11, recto. … Et que jamais son front ne ridast de vieillesse, Ronsard, 892. … Et face que les bandes soient belles à voir, et qu'elles ne rident point, Paré, XII, 2.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. RIDER. - HIST. Ajoutez : XIIe s. Chemise ridée [elle] li tret Fors de son cofre et braies blanches, Chrestien de Troyes, Chev. au lyon, V. 5412.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Rider : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RIDER, v. act. (Gram.) faire des rides. Voyez l’article Ride.

Rider la voile, (Marine.) voyez Ris.

Rider, (Marine.) c’est roidir.

Rider, (Vénerie.) se dit d’un chien qui suit la voie d’une bête sans crier.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rider »

Étymologie de rider - Wiktionnaire

(Verbe 1) Probablement de l'ancien haut allemand rîdan, anciennement wrîdan « tourner, tordre ».
(Verbe 2) De l’anglais ride.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de rider - Littré

Ancien espagn. en-ridar ; du germanique d'après Diez : ancien haut-allem. ga-rîdan, moyen haut-allem. rîden, tourner, tordre ; reid, crépu. Les anciens étymologistes proposaient le grec ῥυτὶς, ῥυτίδος ; mais on ne voit pas comment ce mot grec serait entré dans le français.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « rider »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rider ride play_arrow

Conjugaison du verbe « rider »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe rider

Citations contenant le mot « rider »

  • American rider du dimanche 2 août au dimanche 9 août à Le Chesnoy Unidivers, American rider Le Chesnoy Amilly dimanche 2 août 2020
  • Les riders d’Equiland du dimanche 2 août au dimanche 9 août à Domaine Equiland Unidivers, Les riders d’Equiland Domaine Equiland Cassen dimanche 2 août 2020
  • Casque noir vissé sur la tête, il tient à rester anonyme. Comme les Daft Punk à qui il a emprunté une partie du nom pour l’associer à « rider ». « Je ne veux pas mettre un nom en avant mais me mettre dans la peau d’un personnage afin de promouvoir le patrimoine alsacien », commente Daft Rider 67.De lui, on peut simplement dire qu’il est âgé de 37 ans, qu’il vit entre Haguenau et Strasbourg et qu’il est chef de projet en Allemagne, dans l’e-commerce. Et qu’il a décidé d’allier son plaisir de la glisse à la promotion du patrimoine. Car c’est en se baladant sur son skate électrique que le rider capte les images. Sa vidéo sur Wissembourg postée vendredi 3 juillet sur Facebook offre ainsi un nouveau regard sur la ville. Elle s’ouvre sur de jolies vues de la Lauter au cœur de la ville, laisse admirer la « Petite Venise », permet une escapade dans les ruelles et un détour par les remparts avant de terminer à la terrasse d’un café. , Culture - Loisirs | Daft Rider 67 filme la ville en skate électrique
  • La beauté enfanta l'amour, mais elle en accoucha trop tôt afin de ne pas se rider le ventre. De Natalie Clifford Barney / Pensées d'une Amazone

Images d'illustration du mot « rider »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rider »

Langue Traduction
Corse cavalcà
Basque gidatu
Japonais 乗る
Russe ездить
Portugais montar
Arabe ركوب
Chinois
Allemand reiten
Italien cavalcare
Espagnol a montar
Anglais to ride
Source : Google Translate API

Synonymes de « rider »

Source : synonymes de rider sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rider »


Mots similaires