La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « raviner »

Raviner

Définitions de « raviner »

Trésor de la Langue Française informatisé

RAVINER, verbe trans.

A. − [Le suj. désigne un agent physique, atmosphérique] Creuser un terrain, une surface d'entailles plus ou moins profondes, de ravins, de ravines. Le temps se gâta, des vents terribles soufflèrent, un dernier orage ravina les pentes (Zola,Dr Pascal, 1893, p. 127).La pluie avait raviné les murailles, le soleil les avait fendues (Tharaud,Fête arabe, 1912, p. 120).
Empl. pronom. passif. Par les grandes pluies, la chaussée se ravine, elle se dégrade et devient même dangereuse (Bourde,Trav. publ.,1929, p. 12).Les terres rouges de Chine se ravinent, prêtes à recevoir leur épais manteau de loess jaune (Teilhard de Ch.,Phénom. hum.,1955, p. 218).
À la forme passive
(Être) raviné par + compl. désignant un agent physique, atmosphérique.Plaine inégale et caillouteuse, coupée de monticules, et ravinée par le Chéliff (Fromentin,Été Sahara, 1857, p. 39).[Terrain] raviné par le passage des roues surchargées (Pesquidoux,Livre raison, 1928, p. 30).
(Être) raviné de/par + compl. désignant la nature de l'entaille.[Métairies] ravinées de fossés (Hugo,Quatre-vingt-treize, 1874, p. 9).Ce limon imperméable et décalcifié (...) en a fait un sol de forêt, d'étangs, de terres froides. Il est raviné par des vallées étroites et parallèles (Vidal de La Bl.,Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 257).
Part. passé en empl. adj. [En parlant d'un terrain, d'une surface] Qui est creusé d'entailles plus ou moins profondes. Sentier raviné; pente, route ravinée. Chemins creux, ravinés, meublés de noyers (Balzac,Pierrette, 1840, p. 25).Et la campagne donc, c'était tout raviné, sans un arbre, avec des fondrières à se rompre le cou (Moselly,Terres lorr., 1907, p. 100).
B. −
1. [Le suj. désigne un facteur d'ordre physique ou moral, parfois une pers.] Marquer (le corps, une partie du corps, en partic. le visage) de sillons, de creux, de traces, de rides. Tant pis si un vice, une passion, une laideur caractérielle (...) ravinent les traits d'une physionomie; Hogarth ne vous fera grâce ni d'une ride ni d'un pli (Gautier,Guide Louvre, 1872, p. 317).Larmes qui ont raviné son visage (Bloy,Femme pauvre, 1897, p. 297).
Rare. Raviner de + subst. (indiquant la nature de la marque).L'aisance de Berruguete (...) à raviner un ventre musculeux de ténèbres et de clartés (Faure,Hist. art, 1921, p. 62).
Empl. pronom. passif. Cou amaigri, consumé, qui se ravinait (Châteaubriant,Lourdines, 1911, p. 264).Ses cheveux avaient blanchi. Ses joues se ravinaient (Van der Meersch,Invas. 14, 1935, p. 216).
À la forme passive. (Être) raviné de/par.Front raviné de soucis (Genevoix,Boue, 1921, p. 126).Visage raviné par de lentes et roides grimaces (Duhamel,Maîtres, 1937, p. 254).
Part. passé en empl. adj. [En parlant du corps, d'une partie du corps] Face ravinée; joues ravinées. Poitrine rougeaude et ravinée (Fromentin,Maîtres autrefois, 1876, p. 57).Corps maigre et raviné (Gyp,Raté, 1891, p. 199).
2. [P. méton.; le suj. désigne la nature de la marque] Creuser, marquer une partie du corps, du visage. Des rides qu'on eût dites tracées à l'encre ravinaient ses joues et son front (Green,Moïra, 1950, p. 177).
Empl. pronom. passif. Se raviner de + subst. (indiquant la nature de la marque).Se garer assez bien la face pour qu'elle ne se ravinât point de traînées bleues (Huysmans,Sœurs Vatard, 1879, p. 115).
À la forme passive. (Être) raviné de + subst. (indiquant la nature de la marque).Mentons ravinés de cicatrices et de balafres (Huysmans,À rebours, 1884, p. 49).
Prononc. et Orth.: [ʀavine], (il) ravine [-in]. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1. Av. 1592 « ravager par une ravine » (Cholières, Contes et discours bigarrez, f o215, éd. 1610), repris dep. Trév. 1771; 2. 1813 « creuser de ravins » (Ramond, Instit. Mém. scienc., 1815, p. 126 ds Littré). Dér. de ravine*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 88.

Wiktionnaire

Verbe - français

raviner \ʁa.vi.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Creuser de sillons profonds, des ravines.
    • Sur les pentes de quelques monticules, le sol fut absolument raviné et la croûte blanche mise à nu. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Au fond de la place, la butte se dresse ravinée, couverte d’une herbe lépreuse, fanée comme du velours râpé, jaunâtre ou plutôt incolore. — (Jules Claretie, Le Train 17, 1877)
    • Octobre fut d’abord splendide, un automne ardent, une chaude passion d’été dans une maturité large, sans un nuage au ciel ; puis, le temps se gâta, des vents terribles soufflèrent, un dernier orage ravina les pentes. — (Émile Zola, Le Docteur Pascal, G. Charpentier, 1893, chapitre VI)
  2. (Figuré) Causer des rides.
    • Les larmes avaient surtout raviné la figure d’Hubert. Il avait cette expression laide et touchante de quand il était enfant, à l’époque où Isa, le prenant sur ses genoux, lui disait : « Mais c’est un vrai chagrin qu’il a, mon petit garçon… » — (François Mauriac, Le Nœud de vipères, Grasset, 1933, réédition Le Livre de Poche, page 132)
    • La mer m’avait raviné le visage. — (Amélie Nothomb, Mercure, Éditions Albin Michel, Paris, 1998, page 108)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RAVINER. v. tr.
Creuser de sillons profonds. Les pluies d'orage ont raviné les campagnes. Des champs ravinés par l'orage. Fig., Un visage raviné.

Littré (1872-1877)

RAVINER (ra-vi-né) v. a.
  • 1Ravager par une ravine. Des champs ravinés par un orage.
  • 2Creuser de ravins. Un vallon profondément raviné, Ramond, Instit. Mém. scienc. 1813, 1814, 1815, p. 126.

HISTORIQUE

XVIe s. Voicy une lavasse d'eau qui ravine la semence, Contes de CHOLIÈRES, f° 215, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « raviner »

Dénominal de ravine.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « raviner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
raviner ravine

Fréquence d'apparition du mot « raviner » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « raviner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « raviner »

  • Les averses du matin ont retardé le départ de plus d’une heure et Bairstow se dirigeait bientôt directement vers le pavillon, donnant à Lasith Embuldeniya son troisième du match avec un aiguillon pour raviner.
    Joe Root Century renforce l’emprise de l’Angleterre sur le premier test contre le Sri Lanka | Marseille News .net

Traductions du mot « raviner »

Langue Traduction
Anglais gully
Espagnol quebrada
Italien burrone
Allemand schlucht
Chinois 沟渠
Arabe أخدود
Portugais barranco
Russe водосток
Japonais ガリ
Basque amildegia
Corse gola
Source : Google Translate API

Synonymes de « raviner »

Source : synonymes de raviner sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot raviner au Scrabble ?

Nombre de points du mot raviner au scrabble : 10 points

Raviner

Retour au sommaire ➦