La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « ravager »

Ravager

Définitions de « ravager »

Trésor de la Langue Française informatisé

RAVAGER, verbe trans.

A. − Causer de graves dommages matériels à. Synon. détruire, dévaster, saccager.Ceux-ci étoient des peuples barbares, qui sortoient de temps en temps de leurs forêts, pour ravager les contrées voisines (Chateaubr., Génie, t. 2, 1803, p. 478):
1. Chez François de Curel, en Lorraine, c'était le moyen âge. Il vous recevait dans un modeste castel au milieu de dix mille hectares de forêts, coupées d'étangs (...). Dans ces forêts glissaient des troupeaux de cerfs invisibles qu'il chassait seul (...). Le gibier, bien entretenu, ravageait les champs des paysans voisins; c'était l'usage... Chardonne, Ciel, 1959, p. 90.
Empl. abs. Pour vous autres, la mer n'est bonne qu'à piller et ravager, c'est l'éternelle ennemie (Malot, R. Kalbris, 1869, p. 26).
P. anal. Piller, endommager, porter préjudice à. Ils avaient pour elle des attentions, des délicatesses naïves. À quatre, ils ravageaient les jardins et les haies pour lui rapporter des fleurs qu'elle aimait (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 406):
2. ... toutes les ménagères (...) donnaient assaut aux occasions, aux soldes et aux coupons (...). Des mains en l'air, continuellement, tâtaient « les pendus » de l'entrée, un calicot à sept sous, une grisaille laine et coton à neuf sous, surtout un orléans à trente-huit centimes, qui ravageait les bourses pauvres. Zola, Bonh. dames, 1883, p. 617.
B. − [En parlant de fléaux naturels] Provoquer d'importants dégâts à; entraîner une mortalité élevée en, dans. Nous ne savions pas que la grêle venait de ravager plusieurs de nos provinces (Dusaulx, Voy. Barège, t. 2, 1796, p. 190).L'épidémie, après avoir ravagé l'armée devant Bourges, s'était étendue dans les villes qu'elle avait traversées (Barante, Hist. ducs Bourg., t. 3, 1821-24, p. 290).
C. − Au fig. Porter gravement atteinte à l'intégrité physique ou morale de quelqu'un. Ravagé par la jalousie. Lui, prêtre, était capable de ravager sa vie pour tenir son serment, dans le combat de sa double hérédité, son père tout cerveau, sa mère toute foi (Zola, Lourdes, 1894, p. 290).Elle s'était seulement exposée sans précaution à des forces obscures qui avaient ravagé son âme (Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p. 84):
3. Jean est côte à côte avec Daubigny, un territorial (...) la dysenterie le ravage, sa voix est cassée et sénile, le visage ne résiste à la débâcle que par les yeux bleus. Chardonne, Dest. sent., II, 1934, p. 327.
1. Empl. abs. Faire des dégâts. Je suis le feu et vous la glace. C'est une belle rencontre, et qui fume, et qui rage, et qui ravage, et lorsque le fer rouge pénètre la glace elle crache sa colère comme mille chats (Cocteau, Bacchus, 1952, ii, 8, p. 147).
2. Ravager de.J'ai des moments de doute qui me ravagent de tristesse. Il y a vraiment trop loin de ce que j'écris à ce que j'aurais voulu écrire (Green, Journal, 1932, p. 102).
3. Empl. pronom. S'angoisser, se désespérer. Je me ravagerai encore bien plus si tu t'amuses à démolir notre amour par rancune (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 83).
REM.
Ravageant, -ante, adj.Qui cause du ou des ravages (au sens propre et au fig.). C'est à cette mort, qui est venue si prématurément faire le vide autour de ma jeunesse, que j'ai attribué l'exagération ridicule de ces douleurs ravageantes qui vont me jeter dans l'éternité (Du Camp, Mém. suic., 1853, p. 271).Augustin avait, sans mot dire, porté tout le soir son chagrin ravageant, mêlé à la sourde douceur opiniâtre de se dire qu'elle était venue (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 303).
Prononc. et Orth.: [ʀavaʒe], (il) ravage [-va:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Conjug., prend -e- devant -a- et -o-: ravageant, ravageons. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1300 revagier « arracher, par mesure pénale, les cultures d'une terre » (Etablissements de St Louis, I, XXVIII, éd. P. Viollet, t. 2, p. 41); 2. 1506-07 « ruiner par la violence, piller » ravager les navires (Jean d'Auton, Chron., éd. R. de Maulde La Clavière, XLIV, t. 4, p. 392); 1559 ravager [Megapolis] (Amyot, trad. Plutarque, Hommes illustres, Agis et Cléomène, LIII, éd. G. Walter, t. 1, p. 642); 1611 part. passé adj. (Cotgr.); av. 1704 armes ravageantes (Bossuet, 2eSermon Assompt. Vierge, 2 ds Littré); spéc. a) en parlant de fléaux atmosphériques 1611 inondations (Cotgr.); b) 1834 figure [...] ravagée par la petite vérole (Balzac, Rech. Absolu ds Œuvres, éd. P. G. Castex, Paris, 1979, t. 10, p. 668). B. 1. 1400 Poitou fig. « lever un impôt » (doc. ds Gdf.); 2. 1660 « avoir un effet néfaste, faire du mal » (Boileau, Satires, I ds Œuvres, éd. F. Escal, p. 14). Dér. de ravage*; dés. -er; la forme revagier est peut-être due à un changement de préf. (FEW t. 10, p. 63b, note 9); au sens B 1, le mot est dér. de ravage « sorte d'impôt » (1482 Orléanais ds Gdf.). Fréq. abs. littér.: 383. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 767, b) 404; xxes.: a) 607, b) 391.

Wiktionnaire

Verbe - français

ravager \ʁa.va.ʒe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire du ravage.
    • En Angleterre, une épizootie effroyable, s’étendant sur presque tout le territoire, ravageant les plus riches troupeaux et immolant 64 000 tètes de bétail (chiffre officiel qui n’exprime que la moitié environ des pertes totales). — (Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, 5 janvier 1866, page 12)
    • Raclant, ravageant, dévastant la côte ouest de l’Île, le cyclone roula vers la mer Polaire, mettant à mal bateaux, engins de pêche, quais, maisons, bétail, récoltes. — (José Gers, Sur la mort du Pourquoi pas ?, France libre, vol. 6, 1936)
    • Depuis que la Gaule est privée de la protection de Rome, sa tutrice, elle est ravagée par une série d’invasions. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Soudain une épidémie de typhoïde ravagea le village. Coup sur coup, les morts s’amoncelaient. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
    • Certains des serpents se dressent pour l'attaquer, mais il les ravage de son talon pilonneur, impitoyable et précis. Bientôt, l'écheveau de reptiles n'a plus que des soubresauts agoniques. — (Frédéric Dard, San Antonio : Meurs pas, on a du monde, Éditions du Fleuve Noir, 1980)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RAVAGER. v. tr.
Faire du ravage. Les ennemis ont ravagé toute la province. Ces enfants ont ravagé mon verger. Les sangliers ont ravagé cette pièce de blé. Les pluies, les orages ont ravagé ces contrées. Le débordement des eaux a ravagé la campagne. La grêle a ravagé ces vignes. Le participe passé s'emploie adjectivement. Un visage ravagé.

Littré (1872-1877)

RAVAGER (ra-va-jé. Le g prend e devant a et o : ravageant, ravageons) v. a.
  • 1Porter le ravage. Provinces que nos ennemis avaient déjà ravagées dans le désir et dans la pensée, vous avez encore recueilli vos moissons, Fléchier, Turenne. M. de Louvois veut qu'on aille en Allemagne, et qu'on ravage sans pitié le Palatinat, Maintenon, Lett. à Mme de St-Géran, 4 nov. 1688. Ils [les Goths] ravagèrent tout depuis le Danube jusqu'au Bosphore, exterminèrent Valens et son armée, et ne repassèrent le Danube que pour abandonner l'affreuse solitude qu'ils avaient faite, Montesquieu, Rom. 17.

    Il se dit des fléaux atmosphériques. Il aura passé comme un torrent pour ravager la terre, et non comme un fleuve majestueux pour y porter la joie et l'abondance, Massillon, Pet carême, Tent. grands.

    Il se dit aussi des maladies. La peste ravageait l'Italie.

  • 2En général, faire beaucoup de mal. Si dans les droits du roi sa funeste science, Par deux ou trois avis n'eût ravagé la France, Boileau, Sat. I. On traitait rigoureusement les rois qui, au lieu d'être bons et vigilants pasteurs des peuples, n'avaient songé qu'à ravager le troupeau comme des loups dévorants, Fénelon, Tél. XVIII. Le même corps de magistrature [où tous les pouvoirs sont réunis] a, comme exécuteur des lois, toute la puissance qu'il s'est donnée comme législateur ; il peut ravager l'État par ses volontés générales…, Montesquieu, Esp. XI, 6.

SYNONYME

RAVAGER, DÉVASTER. Ravager, dans lequel est le radical du latin rapere et rapina, exprime l'impétuosité et l'instantanéité de l'action. Dévaster, qui signifie proprement rendre vaste, c'est-à-dire désert, exprime une action étendue à une contrée où on ne laisse rien subsister, ni hommes ni choses.

HISTORIQUE

XVe s. Je Guillaume tiens et advoue à tenir le droict de prandre et ravager [lever un impôt] par droict de jussion et de juridiction jusques à sept solz sur tous ceulx qui…, Du Cange, ravale.

XVIe s. Cleomenes se meit en fantaisie de l'aller ravager [Mégalopolis] ; car il n'est rien à quoy ressemble mieux la soudaineté de cest exploit, dont personne ne se fut jamais doubté, qu'à un ravage, Amyot, Agis et Cléom. 53. Ils ont entré aux eglises et ravagé en icelles ce qu'ils ont peu prandre et voller, Carloix, VIII, 11.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ravager »

(XVIe siècle) Dénominal de ravage[1][2] ; voir l’ancien français revagier (« arracher des plants de vigne »), forme obscure peut-être due à un changement de préfixe[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ravage ; wallon, ravagi.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ravager »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ravager ravaʒe

Fréquence d'apparition du mot « ravager » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « ravager »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ravager »

  • Les flatteurs des princes ont dit que la chasse était une image de la guerre ; et en effet, les paysans, dont elle vient de ravager les champs, doivent trouver qu’elle la représente assez bien.
    Chamfort — Maximes et pensées
  • BEIJING, 2 juillet (Xinhua) -- L'observatoire national chinois a renouvelé jeudi son alerte bleue aux fortes pluies, alors que les averses continuent de ravager de nombreuses régions du pays.
    La Chine renouvelle l'alerte bleue aux fortes pluies_French.news.cn
  • L'observatoire météorologique national chinois a renouvelé jeudi son alerte bleue aux fortes pluies, alors que des pluies torrentielles continuent de ravager de nombreuses régions du pays. Affecté dans les cours moyen et supérieur du fleuve Yangtsé, le niveau d'eau du fleuve a continué d'augmenter ces dernières semaines.
    Le niveau d'eau du Yangtsé continue d'augmenter à causes des fortes précipitations
  • À Goudargues, une vingtaine de clients d'un camping ont dû être évacués et mis en sécurité. À Saint-André-de-Roquepertuis, les habitants ont vu des grêlons impressionnant tomber du ciel et ravager les jardins potagers, endommager les toitures, marquer les carrosseries des véhicules et blanchir les rues de la commune. Les blocs de glace ont également impacté les vignes. Ce jeudi matin, l'heure est au bilan pour les viticulteurs. Par endroits, le vignoble a été durement touché.
    midilibre.fr — Gard : la grêle cause d'importants dégâts à Saint-André-de-Roquepertuis - midilibre.fr
  • « Ces familles n'avaient besoin de personne mais, avec la crise, leur salaire a fondu. C'est la première fois que je vois la famine ravager la société libanaise », se désole-t-il. Plus d'un demi-million d'enfants à Beyrouth luttent pour leur survie dans un pays en plein naufrage économique, a déploré mercredi l'ONG Save the Children.
    leparisien.fr — Crise au Liban : «C’est la première fois que je vois la famine ravager notre société» - Le Parisien
  • On peut être héros sans ravager la terre.
    Nicolas Boileau dit Boileau-Despréaux — Épîtres

Traductions du mot « ravager »

Langue Traduction
Anglais ravage
Espagnol estrago
Italien devastare
Allemand verwüsten
Chinois 蹂躏
Arabe تلف
Portugais devastação
Russe опустошение
Japonais 破壊
Basque ravage
Corse ravage
Source : Google Translate API

Synonymes de « ravager »

Source : synonymes de ravager sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ravager »

Combien de points fait le mot ravager au Scrabble ?

Nombre de points du mot ravager au scrabble : 11 points

Ravager

Retour au sommaire ➦