La langue française

Sillonner

Sommaire

  • Définitions du mot sillonner
  • Étymologie de « sillonner »
  • Phonétique de « sillonner »
  • Citations contenant le mot « sillonner »
  • Images d'illustration du mot « sillonner »
  • Traductions du mot « sillonner »
  • Synonymes de « sillonner »

Définitions du mot sillonner

Trésor de la Langue Française informatisé

SILLONNER, verbe trans.

A. −
1. [Le suj. désigne une pers.] Vx. Tracer des sillons dans la terre. Synon. labourer.Fatiguez-vous à sillonner le champ? (Volney, Ruines, 1791, p. 96).Ces terribles taureaux, qu'il devait atteler à la charrue, et avec lesquels on le forçait de sillonner le champ consacré à Mars (Dupuis, Orig. cultes, 1796, p. 271).
2. [Le suj. désigne une chose] Creuser des entailles en forme de sillons sur une surface. Synon. crevasser, fendre, fissurer, lézarder.La ravine d'une rigole sillonnait la terre d'une longue cicatrice (Gautier, Fracasse, 1863, p. 141).Vous constaterez facilement la lézarde dont je vous parlais; elle sillonne le mur neuf, à gauche du lit, du haut en bas (Colette, Cl. école, 1900, p. 106).
En partic. [Le suj. désigne les plis du visage, les rides] Synon. rider.Visage sillonné de cicatrices. Des plis profonds que les mille cicatrices d'une horrible petite vérole rendaient hideux et semblables à des ornières déchirées, sillonnaient sa figure olivâtre et cuite par le soleil (Balzac, Splend. et mis., 1844, p. 40):
... tout à coup elle s'aperçut que les mille rides qui le sillonnaient, aussi nombreuses que sur la peau craquelée d'un brugnon, étaient agitées d'un frisson presque imperceptible, d'une espèce de trémulation qui lui donnait quelque ressemblance avec la face indéchiffrable de certains insectes hérissés de cils et d'antennes. Bernanos, Mauv. rêve, 1948, p. 1018.
Littér. Poloche s'était relevé, un large rire sillonnant sa face (Moselly, Terres lorr., 1907, p. 123).
B. − Parcourir, traverser d'un bout à l'autre ou en tous sens.
1. [Le suj. désigne un bateau] Ces flots que le Britannia sillonnait sans doute quelques jours avant son naufrage (Verne, Enf. cap. Grant, t. 2, 1868, p. 34).Les trains partaient en sifflant sur des voies sans fin et les navires sillonnaient des mers lumineuses (Camus, Peste, 1947, p. 1441).
2. [Le suj. désigne une ligne longue et sinueuse (rivière, voie de communication)] Car le siècle où tu es né est un siècle heureux: les chemins de fer sillonnent la campagne (Flaub., Corresp., 1842, p. 99).Dans les plaines que sillonnent nos fleuves, les terrasses qui correspondent à d'anciennes berges se couronnent volontiers de maisons ou de villages (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p. 179).
P. anal. [Le suj. désigne un liquide (sang, sueur) sécrété par le corps] Fabrice (...) releva la tête, et son fidèle serviteur vit les larmes qui sillonnaient ses joues (Stendhal, Chartreuse, 1839, p. 195).Une froide sueur sillonna son visage (Bouilhet, Melaenis, 1857, p. 170).
3. [Le suj. désigne une chose en mouvement, un projectile] Le tonnerre gronde, de fréquents éclairs sillonnent les nues (Dusaulx, Voy. Barège, t. 1, 1796, p. 333).Les gerbes des balles traçantes de la défense aérienne sillonnaient le ciel (Gide, Journal, 1942, p. 154).
4. [Le suj. désigne un véhicule ou une pers. en mouvement] Place sillonnée de véhicules; sillonner une région, un pays en voiture. Les rares passants qui sillonnaient la rue saint-Louis en divers sens (Ponson du Terr., Rocambole, t. 1, 1859, p. 233).La place de la gare, que sillonne un va-et-vient de piétons et de véhicules (Martin du G., J. Barois, 1913, p. 552).
REM.
Sillonneur, subst. masc.,agric. ,,Variété de houe, avec un cadre, des mancherons et un train d'attelage pour biner des plantes sarclées, maïs, pommes de terre, etc.`` (Fén. 1970). Le sillonneur, destiné à diriger automatiquement le tracteur, se monte sur une direction réversible (Passelègue, Mach. agric., 1930, p. 367).
Prononc. et Orth.: [sijɔne], (il) sillonne [-ɔn]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1538 seilonner « tracer des sillons (sur un champ) » (Est., s.v. imporcare); 2. a) ca 1570 seillonner « traverser en laissant une trace, un sillage » (Carloix, Mémoires sur la vie du maréchal de Vieilleville, V, 18 ds Littré); b) 1575 sillonner « parcourir un espace de mer en tous sens » (Thevet, Cosmographie universelle, I, 10 ds Gdf. Compl.); c) ca 1850 « en parlant des voies de communication, traverser de part en part, s'étendre dans toutes les directions » (Blanqui ds Poitevin, Dict. de la lang. fr., 1851); 3. 1616 (se) seillonner « (se) rider » (Aubigné, Tragiques, VII (IV, 303) et V (IV, 194) ds Hug.). Dér. de sillon*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 504. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 179, b) 728; xxes.: a) 543, b) 416.
DÉR.
Sillonnement, subst. masc.,rare, littér. Action, fait de sillonner, d'être sillonné. La nature fait comme un cultivateur qui laboure sa terre dans des sens opposés: elle met dessus ce qui était dessous, dessous ce qui était dessus, au nord les fossiles du midi, au midi ceux du nord; l'océan est son soc. Le globe se prête à tous ces sillonnements, par sa forme ronde (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p. 176). [sijɔnmɑ ̃]. 1ereattest. 1814 id.; de sillonner, suff. -(e)ment1*.

Wiktionnaire

Verbe

sillonner \si.jɔ.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire des sillons.
    • Il faut observer que, si l’on plante en côtes, il faut sillonner en travers, cela conserve la fraicheur & les terres ; au lieu de quoi si l’on sillonnoit de haut en bas, les pluies feroient des ravins : […]. — (L’agronome ou dictionnaire portatif du cultivateur, Rouen, 1787.)
    • (Figuré)[…], ils supprimèrent les innombrables droits de douane qui sillonnaient le sol de la France et qui le déchiraient dans tous les sens; […]. — (Joseph Caillaux; Discours à la Chambre du 13 décembre 1904 in Ma doctrine, 1926.)
  2. (Par extension) Marquer d'un sillon.
    • L’adolescent se tenait debout, son calot à la main. Il avait l'air songeur, préoccupé : une ride lui sillonnait douloureusement le front. — (Francis Carco, Les Hommes en cage, Éditions Albin Michel, Paris, 1936, p. 121.)
  3. (Figuré) Laisser des traces de son passage.
    • Il y a tantôt soixante-sept ans que les ballons sillonnent l’espace, et cependant, à chaque ascension, une sorte de curiosité inquiète rassemble autour de l'aérostat une foule aussi nombreuse que si c’était la première fois que ce spectacle fût donné aux hommes. — (Julien Turgan, Les Ballons: histoire de la locomotion aérienne, 1851, préface, page II.)
    • Aucune route frayée ne sillonnait le voisinage, et, pour atteindre notre heureuse retraite, il fallait repousser le feuillage de milliers d’arbres forestiers […]. — (Edgar Poe, Éléonora, dans Histoires grotesques et sérieuses, traduction de Charles Baudelaire.)
    • Les rafales d’une violence inouïe, accès de colère de Wottan ou de Thor, tombent des hauteurs en sifflant et soulèvent des tourbillons d’embruns qui sillonnent la mer. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928.)
    • Leurs vaisseaux sillonnent les mers.
  4. (Par extension) (Figuré) Parcourir en tous sens.
    • Ce fut pour moi le début d’une longue errance à travers Paris, à la recherche de celle qui m’obsédait de plus en plus. Je sillonnais la ville avec méthode, arrondissement par arrondissement, quartier par quartier, rue par rue, station de métro par station de métro. — (Amélie Nothomb, Cosmétique de l’ennemi, Albin Michel, Paris, 2001, p. 62.)
    • « GAI COMME LE CANAL ». Cette expression d’effroi glacé n'est pas usurpée quand nous prend l’idée saugrenue de sillonner les parties les plus urbaines des canaux de l’Ourcq et de Saint-Denis. — (« Les canaux aussi », par C.D.S., le 11 avril 2001, sur le site du Parisien libéré (www.leparisien.fr))
    • Au-dehors, les chiens sillonnent la pelouse en se disputant un vieux ballon de foot. — (Éric-Emmanuel Schmitt, L'Homme qui voyait à travers les visages, 2016, ch. 20)
    • Il me suffirait de suivre le vieux, le long de la rue Mitjaville, sillonner dans les escaliers, exiger qu'il prenne du cash à la tirette de la Banque Populaire, et le braquer sans violence. — (Justine Bo, Onanisme, Éditions Grasset, 2019)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SILLONNER. (ILLO se prononce IYO.) v. tr.
Faire des sillons. Dans le sens propre, il n'est guère d'usage qu'au participe. Un champ bien sillonné. Il se dit, figurément, de Certaines choses qui laissent des traces de leur passage. Les torrents qui sillonnent le flanc des montagnes. L'éclair, la foudre a sillonné la nue. Leurs vaisseaux sillonnent les mers. Un front sillonné de rides. Le participe passé

SILLONNÉ s'emploie adjectivement, en termes d'Anatomie et d'Histoire naturelle, pour qualifier des Organes, des parties qui sont marquées de stries profondes, de fentes ou raies creuses.

Littré (1872-1877)

SILLONNER (si-llo-né, ll mouillées, et non siyo-né) v. a.
  • 1Faire des sillons. Je crois que Lucidas serait bien votre fait, La fortune lui rit, tout lui vient à souhait : De vingt paires de bœufs il sillonne la plaine, Racan, Silène, I, 3. La terre obéissante et les flots étonnés Par la rame et le soc déjà sont sillonnés, Delille, Géorg. I.
  • 2 Fig. Laisser une trace, un sillon en passant. Sur cet amas brillant de nacre et de coral, Qui sillonne les flots de ce mouvant cristal, Corneille, Tois. d'or, II, 3. [Les oiseaux d'eau] également prompts à prendre les routes de l'atmosphère, à sillonner celles de la mer, ou plonger sous les flots, Buffon, Ois. t. XVII, p. 168. Alors, en se jouant, des pieds armés de fer Vont sillonnant ces flots endurcis par l'hiver, Delille, Trois règn. III. Si les vaisseaux sillonnent un moment les ondes, la vague vient effacer aussitôt cette légère marque de servitude, Staël, Corinne, I, 4. L'éclair sillonne le nuage, Mais il n'a point frappé vos yeux, Béranger, Orage.
  • 3En parlant des rides. L'âge a sillonné son visage.

HISTORIQUE

XVIe s. Je voy la fuyante suyte D'une eau sillonnant sa fuyte Au pied d'un rocher moussu, Du Bellay, J. VII, 20, recto. Nous vismes un homme à pied, en la plaine, qui venoit droict à nous à grande course, traversant les champs, et seillonnant [franchissant] les bleds verds, Carloix, V, 18.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « sillonner »

Sillon.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Dérivé de sillon avec la désinence -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sillonner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sillonner sijɔne

Citations contenant le mot « sillonner »

  • Les pistes cyclables et les nombreux circuits accessibles aux vélos permettent de sillonner tout le territoire. tendanceouest.com, Dieppe. Le long de la côte ou dans la campagne : faites votre choix !
  • Retrouvez une histoire, une légende à raconter aux enfants... Pia est une maman en vadrouille. Elle passe son temps à sillonner la France à la recherche de ses trésors. Aujourd'hui, elle part à la découverte de la presqu'île de Guérande en Loire-Atlantique. France Bleu, Maman, raconte-moi... la presqu'île de Guérande
  • Le soleil brille déjà fort quand nous prenons la direction du village de Montagrier, qui surplombe la vallée de la Dronne, pour sillonner le Périgord vert. Ce haut lieu de la randonnée à vélo est la base de 27 itinéraires de tous niveaux, du très facile au difficile, pour découvrir le territoire d’un œil nouveau. SudOuest.fr, Tourisme en Dordogne : en VTT, à la découverte de la vallée de la Dronne
  • Le bus de dépistage du coronavirus qui circule dans Laval depuis le 22 juillet continuera à sillonner la ville jusqu'au 15 août minimum : la ville a choisi de prolonger le dispositif. Un nouveau quartier va par ailleurs être desservi. France Bleu, Laval : le bus de dépistage prolongé, un nouveau quartier desservi

Images d'illustration du mot « sillonner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sillonner »

Langue Traduction
Anglais crisscross
Espagnol cruzado
Italien incrociato
Allemand kreuz und quer
Chinois 交错
Arabe متقاطع
Portugais cruzado
Russe крест-накрест
Japonais 十字架
Basque crisscross
Corse crisscross
Source : Google Translate API

Synonymes de « sillonner »

Source : synonymes de sillonner sur lebonsynonyme.fr
Partager