La langue française

Revêtement

Définitions du mot « revêtement »

Trésor de la Langue Française informatisé

REVÊTEMENT, subst. masc.

A. − BÂTIMENT
1. Élément de nature diverse (ardoise, brique, carrelage, ciment, enduit, marbre, plâtre, peinture, stuc, etc.) dont on recouvre les murs ou les parois d'une construction à l'extérieur ou à l'intérieur pour consolider, pour protéger ou pour orner. Au-dessus d'un revêtement d'azulejos arabes à mi-hauteur, montait un ancien cuir de Cordoue (Bourges, Crépusc. dieux, 1884, p. 96).L'aspect des maisons effondrées est hideux; le mince revêtement s'est écaillé, qui donnait aux immeubles une assez décente apparence, laissant paraître tout ce que l'on s'efforçait de cacher: un misérable bâtis économique de matériaux inavouables (Gide, Journal, 1943, p. 204).
Revêtement (de sol, de mur). Matériau qui revêt certaines parties d'une construction. Revêtement mural; revêtement (de sol) plastique. Les parquets mosaïques ou autres revêtements de sol collés (Industr. fr. bois, 1955, p. 10).Protéger également les autres revêtements de sol et les carrelages avec des journaux (Bonnel-Tassan1966, p. 140).
SYNT. Revêtement épais, mince, maçonné; revêtement de façade; revêtement de/en brique, faïence, marbre, menuiserie, pierre, plâtre, stuc; plaque de revêtement.
2. En partic.
a) Pierre taillée constituant en surface une partie de l'épaisseur d'un mur de maison. Selon le cas, il s'agit de pierre porteuse, de parpaing de pierre ou de revêtement en pierre mais celle-ci est toujours présente (Lambertie, Industr. pierre et marbre, 1962, p. 113).
b) Mur de pierre ou d'une autre matière (brique, gazon) dont on revêt les terres d'un talus, d'une terrasse pour les stabiliser. Les revêtements sont ordinairement en talus, afin de mieux soutenir la poussée des terres (Ac.1835-1935).
FORTIF. Ouvrage qui a pour but de consolider ou de soutenir les talus raides des fortifications fixes ou de campagne. Revêtement en gazon, en pisé, en gabions, en sacs de terre. De quelle façon le revêtement de la barricade allait-il se comporter sous le boulet? Le coup ferait-il brèche? (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 439).
c) BEAUX-ARTS. Enduit constituant le fond d'une fresque. De même peut-on concevoir deux revêtements du mur. Le premier sera strictement appliqué sur la paroi et n'imitera jamais la profondeur. Cimabue, Giotto, Lorenzetti, en fournissent les exemples (Lhote, Peint. d'abord, 1942, p. 99).
d) ÉQUIP. Couche superficielle composée de différents matériaux (asphalte, bitume, goudron, macadam, pavé) dont on revêt un chemin, une route et qui permet la circulation routière. Revêtement antidérapant, bétonné, lisse. Ainsi préparé, il sert [le mastic] principalement à la confection des trottoirs et de quelques types de revêtements de chaussées qu'on désigne sous le nom de revêtement en « asphalte coulé » (Bourde,Trav. publ., 1929, p. 114).
e) MINES. Couche faite de maçonnerie, de briques, de béton; ,,cloisonnement en bois servant à soutenir les murs et le plafond des galeries des mines`` (Forest. 1946). Lorsque (...) on approche d'un bain, on établit sur le front de taille un robuste revêtement, au moyen d'un boisage fortement étançonné (Haton de La Goupillière, Exploitation mines, 1905, p. 1359).
B. − TECHNOLOGIE
1. Ce qui revêt un objet, un matériau quelconque pour le protéger, le consolider, lui donner diverses qualités et en particulier une résistance à certains agents physiques ou chimiques. Revêtement antiadhésif, ignifuge, réfractaire; revêtement calorifuge des tuyaux de chauffage central; revêtement d'un réservoir. Quand les réservoirs sont crevés, vaut mieux surveiller ces instruments-là! Je les surveille. Les revêtements de caoutchouc tiennent le coup (Saint-Exup., Pilote guerre, 1942, p. 350).
2. En partic.
a) Garniture intérieure d'un appareil de fusion des métaux et alliages dans un convertisseur, un haut fourneau. En aciérie, on utilise (...) un revêtement siliceux dans le cas du convertisseur Bessemer ne traitant pas les fontes phosphoreuses (Guillet, Techn. métall., 1944, p. 55).
b) Revêtement (métallique). Couche métallique qui ajoute à un objet métallique certaines propriétés (solidité, résistance à l'oxydation, etc.). Elle a l'éclat et presque le son d'une vraie pièce; son revêtement est en or (Gide, Faux-monn., 1925, p. 1086).Revêtement (électrolytique). ,,Dépôt d'une couche de métal par électrolyse, l'objet à recouvrir formant la cathode, dans une cuve à l'électrolyse ou un bain contenant une solution d'un sel du métal à déposer`` (Uv.-Chapman 1956). L'or a des propriétés de revêtement très développées (H. Fontaine, Électrolyse, 1885, p. 125).
c) MAR. Revêtement d'un navire. Bordé dont on revêt la coque. Navire en chêne, revêtement en sapin (Merrien1958).
d) BOT. ,,Partie périphérique différenciée des organes et des organismes`` (Verch.-Bud. 1981).
C. − P. anal. Ce qui revêt, forme couche à l'extérieur, tapisse quelque chose. Revêtement végétal de la terre; revêtement pileux. V. bigarrure ex. 2, exfolier rem. a β et ganglionnaire ex. de Quillet Méd. 1965.P. métaph. Madame Gérard l'accueillit avec son revêtement de douleur, ce même air particulier de sévérité dolente qui inspirait des remords à la jeune fille (Duranty, Malh. H. Gérard, 1860, p. 294).
REM.
Revêtissement, subst. masc.,vieilli, synon. de revêtement.Procope vit encore le revêtissement de marbre et les ornements sculptés qui décoraient le reste du tombeau [d'Adrien] (Stendhal, Prom. ds Rome, t. 2, 1829, p. 174).
Prononc. et Orth.: [ʀ əvεtmɑ ̃]. Ac. 1694, 1718: -ves-; dep. 1740: -vê-. Étymol. et Hist. 1. 1249 revestement « donation mutuelle » (Trésor des Chartes du Comté de Rethel, éd. G. Saige et H. Lacaille, t. 1, p. 766); 2. a) déb. xives. revestement « vêtement sacerdotal » (Grandes Chroniques de Fr., éd. J. Viard, t. 7, Saint-Louis, LXXX, p. 201, hapax); b) 1470 revestement « action de mettre un habit sacerdotal » (Ord. de Louis XI pour l'ordre de S. Michel, ms. Bibl. Louvre, E 1444, f o35 r ods Gdf. Compl.); 3. constr. a) 1508 revêtement « placage qu'on fait à une construction pour lui donner plus de solidité ou d'aspect » (Comptes du château de Gaillon, p. 278); b) 1587 [éd.] revestement « ouvrage de pierre, de brique, etc., servant à retenir les terres d'un fossé, d'une terrasse » (Lanoue, Discours pol. et milit., p. 402); 4. 1749 « ce qui recouvre (en parlant du poil) » (Buffon, Hist. nat., t. 3, p. 361); 5. 1894 trav. publ. (Bricka, Cours ch. de fer, t. 1, p. 262). Dér. de revêtir*; suff. -(e)ment1*. Cf. 1415 revestisement « donation mutuelle » (Arch. Nord, B 17618, dossier Ghistelles ds IGLF); 1545 [éd.] revestissement « revêtement (d'un mur, etc.) » (Jehan Martin, Trad. de Sebastien Serlio, f o14 r ods Gdf.). Fréq. abs. littér.: 94. Bbg. Quem. DDL t. 21, 30.

Wiktionnaire

Nom commun

revêtement \ʁə.vɛt.mɑ̃\ masculin

  1. Action de revêtir.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. (Architecture) Sorte de placage de plâtre, de mortier, de bois, de marbre, etc., qu’on fait à une construction pour l’orner ou la consolider.
    • Par contre, pour le petit granit et pour les ardoises, la crise continue, par suite de la tendance à remplacer les produits indigènes par des produits importés et de l'emploi plus fréquent de pierres blanches et de revêtements en pierre reconstituée. — (L'Économie belge en 1955, Bruxelles : Ministère des affaires économiques et des classes moyennes, 1955, p. 102)
    • Ce coffrage est rempli de mortier autolissant et autonivelant et peut recevoir tous les revêtements classiques de sols. — (L'Architecture d'aujourd'hui, n° 267 à 269, Armand Margueritte, 1990, page 174)
    • Une seconde partie mentionnait la synthèse de revêtements autoréparants à base de polymères fluorés sous champ magnétique oscillant. — (Bruno Ameduri, Compte-Rendu du Congrès International «Fluoropolymers10» 13-16 juin 2010 (Mèze, Hérault))
  3. Ouvrage de pierre, de brique, ou de quelque autre matière, servant à retenir les terres d’un fossé, d’un bastion, d’une terrasse.
    • Le revêtement de ce fossé est de maçonnerie.
    • Les revêtements sont ordinairement en talus, afin de mieux soutenir la poussée des terres.
  4. Ce dont on a recouvert une voie et qui la rend carrossable, partie extérieure superficielle d’un chemin, d’une route, d’une circulation.
    • Le revêtement en place, souvent recouvert de gravillons, n'est pas conçu pour être normalement circulable, mais seulement ponctuellement emprunté dans le cadre d'interventions de maintenance. — (Terrasse privative : dépasser les difficultés administratives et réglementaires, dans Copropriété & Travaux, n°10, Été 2009, page 41)
  5. Couche superficielle appliquée à un objet, par exemple métallique, et constituée d’un matériau choisi pour ses propriétés.
    • Le revêtement antiadhésif breveté garantit un nettoyage aisé de votre poêle à frire.
    • Le bois est traité avec un revêtement protecteur qui le rend quasiment inaltérable.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

REVÊTEMENT. n. m.
T. d'Architecture. Sorte de placage de plâtre, de mortier, de bois, de marbre, etc., qu'on fait à une construction pour l'orner ou la consolider. Le revêtement de ce mur est de plâtre; celui des piédestaux est de marbre. Le revêtement des murs de cet appartement est de bois, de stuc. Il se dit aussi d'un Ouvrage de pierre, de brique, ou de quelque autre matière, servant à retenir les terres d'un fossé, d'un bastion, d'une terrasse. Le revêtement de ce fossé est de maçonnerie. Les revêtements sont ordinairement en talus, afin de mieux soutenir la poussée des terres.

Littré (1872-1877)

REVÊTEMENT (re-vê-te-man) s. m.
  • 1Ce qui revêt. Le revêtement de la peau par du poil, de la plume, des écailles, des têts, des coquilles, Buffon, Des sens. Les vallées étaient étroites et boisées ; quelques-unes me rappelèrent, mais sur une moindre échelle, le site de la grande Chartreuse et son magnifique revêtement de forêts, Chateaubriand, Itin. part. I.

    Fig. J'ai touché les raisons pour lesquelles le maréchal [de Boufflers] ne l'aimait pas [Chamillart], entre lesquelles son revêtement de Mme de Maintenon, pour ainsi parler de son dévouement pour elle, Saint-Simon, 237, 155.

  • 2 Terme d'architecture. Espèce de placage, etc. qu'on fait à une construction pour lui donner plus de solidité ou d'aspect. Du temps d'Hérodote et de Philon, il [ce monument, la grande pyramide d'Égypte] était recouvert d'un revêtement de pierres polies, qui a été détruit, Girard, Inst. Mém. scienc. mor. et pol. t. V, p. 68. On emploie cette pierre [la chaux sulfatée] à Milan pour en faire des tables et des revêtements de cheminées, Brongniart, Traité de min. t. I, p. 186, dans POUGENS.

    Dalles de revêtement, celles qui se rapportent au droit de la retraite d'un mur.

    Revêtement ou lambris de revêtement, se dit aussi du lambris qui couvre un mur.

  • 3Ouvrage de pierre, de brique, etc. servant à retenir les terres d'un fossé, d'une terrasse. Le revêtement d'un fossé.

    Particulièrement, en fortification, les revêtements ont pour but de consolider ou de soutenir les talus raides des ouvrages, ou les batteries d'artillerie. Revêtements en gazon, pisé, fascines, gabions…

    Demi-revêtement, paroi d'un fossé de fortification dont la maçonnerie n'atteint qu'à la hauteur du niveau de campagne.

HISTORIQUE

XVIe s. Les ingénieurs diront que l'on ne se fortifie que de terre, sans y adjouster leurs revestements de pierre ou de brique, Lanoue, 336. Sont telles formes de successions communement dites et appellées revestement de lignes, Coust. génér. t. II, p. 1065.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

REVÊTEMENT le, (Fortific.) est une espece de mur de mâçonnerie ou de gazon, qui soutient les terres du rempart du côté de la campagne. Voyez Rempart. On dit que le rempart d’une place est revêtu de mâçonnerie, lorsque le revêtement est de mâçonnerie ; & l’on dit qu’il est gazonné, lorsque le revêtement est de gazon. Voyez Gazon. Pour que le revêtement soutienne plus aisément la poussée des terres du rempart vers le fossé, on le fait en talud. Voyez Talud. Le talud forme une espece d’escarpement, qui fait donner au côté extérieur du revêtement, le nom d’escarpe. Voyez Escarpe. L’épaisseur du revêtement de mâçonnerie au cordon est ordinairement de cinq piés. On lui donne pour talud la cinquieme ou la sixieme partie de sa hauteur, à compter depuis le cordon jusqu’au fond du fossé : Lorsque le revêtement est de gazon, le talud est les deux tiers de sa hauteur. M. le maréchal de Vauban a donné une table qu’on trouve dans la science des Ingénieurs de M. Bélidor, dans laquelle il détermine l’épaisseur du revêtement & ses différens taluds, depuis la hauteur de 10 piés jusqu’à celle de 80. Mais quoiqu’elle ait été éprouvée sur plus de 500000 toises cubes de mâçonnerie, bâties à 150 places fortifiées par les ordres de Louis le grand ; comme les mesures qu’elle contient ne sont établies sur aucun principe de théorie, elles ont depuis été examinées par messieurs Couplet & Belidor. Le premier a traité cette matiere dans les mémoires de l’académie royale des Sciences, années 1726, 1727, & 1728, & il y a joint des tables dans lesquelles ces mesures se trouvent exactement déterminées, suivant les différens taluds que les terres peuvent prendre ; & le second, (M. Belidor) a donné dans le livre de la science des Ingénieurs, des tables que ceux qui sont chargés de la construction effective des fortifications, doivent consulter : toutes ces tables fixent aussi les différentes dimensions des contreforts. Voyez Contrefort. Le rempart n’est quelquefois revêtu de mâçonnerie que depuis le fond du fossé jusqu’au niveau de la campagne ; alors on dit qu’il est à demi-revêtement. Voyez Demi-revêtement.

On fait quelquefois des especes de revêtemens de saucisses & de fascines ; lorsqu’ils sont bien faits, ils peuvent durer trois ou quatre ans. On s’en sert ordinairement pour réparer les breches d’une place après un siége, en attendant qu’on ait le tems ou la commodité de rétablir les parties détruites dans leur premier état. (Q)

Revêtement des terres, (Archit.) appui de mâçonnerie qu’on donne à des terres pour les empêcher de s’ébouler.

Si l’on éleve des terres, comme pour faire une chaussée, une digue, un rempart, ces terres que je suppose qui auront la figure d’un parallélepipede, ne se soutiendront point en cet état, mais s’ébouleront ; de sorte que leur quatre côtés verticaux posés sur le plan horisontal, & qui étoient des parallélogrammes, deviendront de figure triangulaire, ou à-peu-près, parce que la pesanteur des terres, jointe à la facilité qu’avoient leurs parties à rouler les unes sur les autres, les a obligées à se faire une base plus large que celle du parallélepipede primitif ; pour empêcher cet effet, on les soutient par des revêtemens qui sont ordinairement de mâçonnerie.

Comme c’est par une certaine force que les terres élevées en parallélepipede élargissent leur base, il faut que cette force qu’on appelle leur poussée, soit combattue & réprimée par celle du revêtement, qui par conséquent, doit être du-moins égale. Pour procéder par regle à la construction d’un revêtement, il faudroit avoir terminé cette égalité, ou cet équilibre ; mais jusqu’ici, on n’a point eu cette connoissance dans la pratique de l’Architecture, & l’on s’est conduit assez au hasard.

Nous avons trois auteurs françois qui ont écrit sur cette matiere ; M. Bullet, membre de l’académie d’Architecture ; M. Gautier architecte, & finalement M. Couplet. Ce dernier a démontré par la Géométrie les regles qu’il faut observer dans les épaisseurs & les taluds qu’on doit donner aux revêtemens, pour qu’ils puissent résister à la poussée des terres qu’ils ont à soutenir. Voyez les savans mémoires qu’il a donnés à ce sujet dans le recueil de l’académie des Sciences, années 1726, 1727, & 1728 ; ils ne sont pas susceptibles d’être extraits dans cet ouvrage.

Aux démonstrations géométriques de ce savant académicien, M. de Réaumur a joint dans le même recueil de l’académie des Sciences, année 1730, une considération physique sur la nature des terres qui tendent à s’ébouler malgré les revêtemens les plus ingénieux.

Des terres coupées à plomb s’éboulent si peu, qu’à peine s’en détache-t-il quelques hottées en tout un an ; & même cette petite quantité seroit encore plus petite, si les premieres parcelles avoient été soutenues, & ne fussent pas tombées ; car ce n’est ordinairement que leur chûte qui a entraîné celle des secondes. Un mur n’a donc pas beaucoup de peine à soutenir ces terres, si on n’y considere que l’effort qu’elles font pour s’ébouler ; mais elles en ont un beaucoup plus grand, & très-violent ; c’est celui qu’elles font pour s’étendre, lorsqu’elles sont bien imbibées d’eau, & c’est à quoi le mur de revêtement doit s’opposer.

Il est vrai que cette tendance des terres à s’étendre, doit agir en tous sens, verticalement aussi-bien qu’horisontalement, & que le mur ne s’oppose qu’à l’action horisontale ; mais il faut observer que la tendance verticale n’ayant pas la liberté d’agir, du-moins dans toutes les couches inférieures de terre pressées par le poids des supérieures, toute la tendance verticale se tourne en horisontale, tant que la difficulté de soulever les couches supérieures est plus grande que celle de forcer le mur, & cela peut aller, & va effectivement fort loin.

On a observé qu’une terre qui a très-peu de hauteur, ne laisse pas de s’étendre beaucoup davantage dans le sens horisontal, & que la force qu’elle a pour s’étendre en ce sens là, est beaucoup plus grande que tout son poids, & par conséquent que la force dont elle auroit besoin pour s’étendre autant dans le sens vertical.

Plus les terres auront de facilité de s’imbiber d’eau, plus elles auront de poussée contre un mur de revêtement ; des sables n’en auroient aucune à cet égard ; & par cette raison, M. de Réaumur propose pour remede à l’inconvénient dont il s’agit, de mêler exprès des gravois dans les terres qui ne seroient pas naturellement assez sablonneuses. Non-seulement les gravois ou les sables ne s’imbiberont pas d’eau, mais ils laisseront des interstices qui seront des especes de retraites ménagées à la terre qui se renflera ; moyennant quoi elle n’agira pas contre le mur. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « revêtement »

Voy. REVÊTIR ; provenç. revestimen.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Dérivé de revêtir avec le suffixe -ment → voir vêtement.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « revêtement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
revêtement rœvɛtœmɑ̃

Citations contenant le mot « revêtement »

  • En outre, le rapport reconnaît que dans ces circonstances de marché en croissance et en amélioration rapide, les informations publicitaires et marketing les plus récentes sont très importantes pour déterminer les performances de la période de prévision et faire des choix essentiels pour la rentabilité et la croissance du Marché des systèmes de revêtement. En outre, le rapport comprend un éventail de facteurs qui ont un impact sur la croissance du Marché des systèmes de revêtement au cours de la période de prévision. De plus, cette analyse spécifique détermine également l’impact sur les segments individuels du marché. Thesneaklife, Analyse des principaux fournisseurs pour le marché mondial des systèmes de revêtement jusqu’en 2020-2025 – Thesneaklife
  • Des chercheurs canadiens auraient mis au point un nouveau revêtement liquide entièrement “omniphobe”, pouvant protéger n’importe quelle surface d’éclaboussures diverses. Mieux que ces prédécesseurs, ce nouveau matériau serait plus efficace, et surtout plus écologique. Sciences et Avenir, Un nouveau revêtement capable de repousser tous les liquides - Sciences et Avenir
  • Le rapport d’étude analyse également certains aspects cruciaux tels que la part de marché des panneaux de revêtement en fibre de ciment, les régions primitives, le taux de revenus, les coûts de production, la taille du marché des panneaux de revêtement en fibre de ciment et les acteurs notables. Nous avons également fourni des stratégies industrielles différenciables qui sont également mises en évidence sur le marché mondial des panneaux de revêtement en fibre de ciment afin que les propriétaires d’entreprise individuels puissent les capturer pour gagner la concurrence dans l’industrie internationale des panneaux de revêtement en fibre de ciment. Thesneaklife, Taille du marché des panneaux de revêtement en fibrociment 2020-26, Rieder Smart Elements GmbH, Copal, Vitrabond – Thesneaklife
  • Le rapport sur le marché, intitulé «Marché Résine de revêtement automobile», est une vaste étude qui dépend du marché Résine de revêtement automobile, qui examine la structure accrue du marché actuel dans le monde entier. Prévu par un système ordonné suffisant, par exemple une enquête SWOT, le rapport sur le marché Résine de revêtement automobile démontre une évaluation globale du marché Résine de revêtement automobile global Thesneaklife, Taille globale du marché Résine de revêtement automobile, analyse de l’industrie, technologies émergentes, tendances régionales, paysage concurrentiel, plans futurs et évaluation des opportunités d’ici 2027 – Thesneaklife
  • Le marché mondial des pistolets de revêtement présente une analyse approfondie et reconnue par les associés de l’état immédiat du marché. Le rapport d’analyse contient une étude approfondie et spécialisée associée de cet état de l’industrie fournissant des informations sur la dynamique du marché des pistolets de revêtement et les principaux acteurs. En outre, l’état historique du marché, le rapport Coating Gun fournit également des moyens de marché rentables d’exiger un avantage de l’événement du marché au cours de la période de prévision (2020-2026). Le rapport examine en profondeur l’état passé et actuel du marché et fournit des estimations de prévisions précieuses et fiables pour les facteurs nécessaires sur le marché. Journal l'Action Régionale, Impact de la demande du marché des pistolets de revêtement COVID-19 2020-2026 Krautzberger, Magnum Venus Products, Sprimag, STR TECHNICAL MACHINE – Journal l'Action Régionale
  • Les principaux acteurs du marché sur le marché Machine de revêtement de lentilles de lunettes sont analysés dans le rapport avec leur aperçu des activités, leurs opérations, leurs emplacements géographiques, l’analyse financière, le profil SWOT et les produits et services Carbon Black. Thesneaklife, Machine de revêtement de lentilles de lunettes Marché 2020: analyse commerciale des principaux acteurs et évaluation des opportunités 2026 – Thesneaklife

Images d'illustration du mot « revêtement »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « revêtement »

Langue Traduction
Anglais coating
Espagnol revestimiento
Italien rivestimento
Allemand glasur
Chinois 涂层
Arabe طلاء
Portugais revestimento
Russe покрытие
Japonais コーティング
Basque estaldura
Corse rivestimentu
Source : Google Translate API

Synonymes de « revêtement »

Source : synonymes de revêtement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « revêtement »

Revêtement

Retour au sommaire ➦

Partager