La langue française

Chape, chappe

Sommaire

  • Définitions du mot chape, chappe
  • Étymologie de « chape »
  • Phonétique de « chape »
  • Évolution historique de l’usage du mot « chape »
  • Citations contenant le mot « chape »
  • Traductions du mot « chape »
  • Synonymes de « chape »

Définitions du mot chape, chappe

Trésor de la Langue Française informatisé

CHAPE, CHAPPE, subst. fém.

A.− HABILLEMENT
1. Vx. Synon. de cape*.Elle est vêtue, malgré la saison, d'une immense chape de chinchilla (R. Martin du Gard, Devenir,1909, p. 75).
P. métaph. Ses œufs (du bouvreuil) sont ardoisés comme la chappe de son dos (Chateaubriand, Génie du Christianisme,t. 2, p. 176).
Rem. D'où le nom d'une maladie des volailles que l'on reconnaît au fait que le volatile laisse tomber les ailes comme les bords d'une chape (d'apr. Fén. 1970).
Spéc. Chape de plomb. Ancien instrument de torture consistant dans un manteau de plomb :
1. ... nous ressemblions à ces malheureux que Dante a peints se traînant et haletant sous des chapes de plomb, ... Lamennais, L'Avenir,1830-31, p. 185.
Au fig. Fardeau moral lourd à supporter :
2. ... la volupté (...) l'a jeté ensuite dans la satiété et l'ennui, l'ennui brut et mort comme une chape de plomb qui couvre l'âme et l'écrase. Flaubert, Smarh,1839, p. 99.
P. métaph. ou au fig. Chape de glace, de neige; chape de silence :
3. Et peut-être est-ce plus beau encore quand l'atterrissage du réveil se fait brutalement et que nos pensées du sommeil, dérobées par une chape d'oubli, n'ont pas le temps de revenir progressivement avant que le sommeil ne cesse. Proust, Sodome et Gomorrhe,1922, p. 981.
2. Long manteau de cérémonie agrafé par devant et que revêtent des ecclésiastiques pour la célébration de certains offices. Chape d'or; chape brodée :
4. Le costume de religion vise à donner au corps l'immobilité sans contracture, ce qui se connaît principalement aux épaules, aux bras, à la tête; la chape s'oppose à ces mouvements de tête en arrière, qui déplacent l'attention et permettent l'arrogance; ... Alain, Système des beaux-arts,1920, p. 61.
Expr. Se battre de la chape à l'évêque. Être en contestation au sujet d'une chose qui n'appartient à aucune des personnes en cause :
5. − L'enfant n'est pas encore venu. Vous vous battez de la chape à l'évêque, répondit-il [le rebouteur] froidement au comte en cachant l'avorton. Balzac, L'Enfant maudit,1831-36, p. 360.
B.− [P. anal. avec le sens A 1]
1. [P. anal. de forme]
a) Vieux
ARTS MÉN. Couvercle bombé permettant de maintenir les plats au chaud.
FOND. Châssis intermédiaire employé pour le moulage des pièces hautes entre le dessus et le dessous du moule (d'apr. Bader-Th. 1962).
b) Usuel
MAR. ,,Petit cône placé au milieu d'une aiguille aimantée`` (Gruss 1952).
TECHNOL. Toute monture métallique portant l'axe d'une poulie, d'un galet, d'une pièce pivotante (chirurgie, horlogerie, etc.). Chape à pivot, de manutention, à coussinet; poulie à chape mobile. L'extrémité de la bielle, (...) est reliée par une chape (...) à une roue dentée (A.-M. Villon, Dessinateur et imprimeur lithographe,1932, p. 318).
2. [P. anal. de fonction]
ARM. Garniture de l'extrémité supérieure du fourreau d'une épée.
TECHNOL. Épaisseur de gomme qui constitue la bande de roulement d'un pneumatique (cf. rechaper). Chape d'un pneumatique.
TRAV. PUBL. Couche superficielle et imperméable à base de ciment, d'asphalte, destinée à empêcher les infiltrations d'eau. Chape d'une voûte; chape en mortier, en bitume.
C.− HÉRALD. Pièce honorable de l'écu, constituée par deux triangles. Cf. aussi chapé; attesté ds Lar. 20eet Rob.
Prononc. et Orth. : [ʃap]. Ds Ac. 1694-1932. Orth. avec 1 p dans l'ensemble des dict. pour le terme qui désigne le vêtement. Orth. avec 2 p admise ds Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Lar. 19e-20e, Littré, Guérin 1892 pour le terme de pêche et de technol., ds Rob. pour le terme de blason. Noter ds Guérin 1892 la var. chaple (technol.) et ds Lar. encyclop. la var. schappe (text.). Étymol. et Hist. 1. xies. cape « manteau de chœur des ecclésiastiques » (St Alexis, éd. G. Paris et L. Pannier, 117b); ca 1131 chape « manteau ample » (Couronnement Louis, 274 ds T.-L.); 2emoitié xiiies. « manteau des religieux » (Ph. de Novare, éd. Kohler, LV, 26, ibid. : la chape saint Johan [vêtement des Hospitaliers]); 1680 « manteau de ville de certains religieux » (Rich.); 2. p. anal. ca 1100 la cape del ciel « la voute du firmament » (Roland, éd. J. Bédier, 545); 3. techn. a) maçonn. 1403 « revêtement » (Lille, ap. La Fons, Gloss. ms., Bibl. Amiens ds Gdf.); 1704 « enduit de ciment d'une voute » (Trév.); b) 1690 « couvercle bombé qui se met sur les plats » (Fur.); 4. 1690 hérald. (ibid.). Du b. lat. cappa « capuchon » (Grégoire de Tours, Vit. patr. 8, 5, ds TLL s.v., 354, 33); p. ext. « manteau à capuchon » (viies., Isidore, Etym., 19, 31 ds Nierm.), en part. « vêtement de moine » (ann. 767-850, Epistolae, var. I 13, p. 512, 20 ds Mittellat. W. s.v., 236, 61) notamment « vêtement de cérémonie des prêtres, des moines » (ca 1000, Consuet. Trev. 43, p. 47, 26, ibid. 237, 54); v. aussi cape et chapelle. Fréq. abs. littér. : 176.
DÉR. 1.
Chapé, ée, adj.a) Revêtu d'une chape et plus spécialement de la chape ecclésiastique. Et sur ce brancard resplendissait, crossé, chapé et mitré, le nouveau pape des fous, le sonneur de cloches de Notre-Dame, Quasimodo le bossu (Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 82).Les bergers sont chapés de couvertures brunes à rayures claires, qui leur tombent jusqu'aux genoux (T'Serstevens, L'Itinéraire espagnol,1933, p. 228).b) [P. anal. de forme avec la chape ecclésiastique] Hérald. Écu chapé. Écu s'ouvrant en chape du milieu du chef jusqu'au milieu du pavillon (d'apr. Grandm. 1852). [ʃape]. Ds Ac. 1762. 1resattest. 1558 (S. Fontaine, Histoire catholique de nostre temps, 257bcité par Vaganay ds Fr. mod. t. 5, p. 72); 1690 hérald. (Fur.); de chape, suff. *. Fréq. abs. littér. : 4.
2.
Chapier, subst. masc.a) Vx. Celui qui porte la chape. Lui-même [l'abbé] était allé se mettre à genoux sur le prie-Dieu et toute sa cour de cérémoniaires, de chapiers, de religieux en aube, s'agenouillait aussi et l'on ne voyait plus qu'une volute d'or, dominant un champ de lunes mortes (Huysmans, L'Oblat,t. 1, 1903, p. 253).b) ,,Meuble composé d'énormes tiroirs demi-circulaires pivotant autour d'un axe central et dans lesquels on place les chapes qui, étendues, se développent suivant un demi-cercle`` (J. Adeline, Lex. des termes d'art, 1884). [ʃapje]. Ds Ac. 1694-1932. 1resattest. 1440 « meuble de rangement pour les chapes » (Bull. Comité de la langue, 1853, p. 66 ds IGLF), attesté ds la lexicogr. dep. 1731, Dict. des Arts ds Trév. Suppl. 1752; 1680 « celui qui porte la chape » (Rich.); de chape, suff. -ier*. Fréq. abs. littér. : 2.
BBG. − Gottsch. Redens. 1930, p. 206, 390. − Goug. Mots t. 1, 1962, p. 21. − Henry 1960, pp. 182-184. − Vidos 1939, p. 283.

Wiktionnaire

Nom commun

chape \ʃap\ féminin

  1. (Habillement) Sorte de manteau long, sans plis et agrafé par devant, allant jusqu’aux talons, que portent l’évêque, le célébrant, les chantres, etc. durant l’office ; se dit aussi du grand manteau de drap ou de serge des chanoines.
    • Vous avez pillé tous mes coffres, déchiré ma chape de dentelles brodées, qui était digne d’un cardinal. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • […] j’entends toujours ce glas, toujours j’entends le curé me dire en pleurant : « Pauvre petit diable ! », et je revois le bedeau et ses tintenelles, les chantres et leurs chapes. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Mon oncle)
    • L’évêque de Ptolémaïs portait la chape par-dessus la cuirasse. — (Voltaire, Mœurs, 56)
  2. (Habillement) Habit que portent les cardinaux et qui a un capuce doublé d’hermine.
    • Son costume se compose d'une mitre précieuse, imitant un décor de broderies de perles, et d'une chape à bords orfrayés, recouvrant une tunique à larges manches, retenue au niveau de la poitrine par un gros fermail. — (Didier Rykner, La sculpture du XVe siècle en Franche-Comté de Jean sans Peur à Marguerite d'Autriche (1404-1530), Édition des Amis des musées du Jura, 2007, p. 121)
  3. (Figuré) Ce qui pèse sur l'esprit, sur l’âme.
    • D'où cette chape mortifère sous laquelle j'ai vécu, tremblé, pendant des mois sans un cri (sauf à l'infirmerie) sans un pleur (sauf en cachette) et sans pouvoir m'en plaindre à qui que ce soit - à Élise moins qu'à tout autre, qui m'avait placée là pour mon bien : […]. — (Vera Feyder, Un manteau de trous, Bruxelles : Éditions le Grand miroir, 2007, p. 23)
  4. (Zoologie) En parlant d’un oiseau, partie du plumage qui recouvre le dos et qui est d’une couleur différente du reste.
    • Les œufs du bouvreuil sont ardoisés comme la chape de son dos. — (François René Chateaubriand, Génie, I, V, 6)
  5. (Vieilli) Variante de cape.
    • Mais il n’est, comme on dit, pire eau que l’eau qui dort, Et vous menez, sous chape, un train que je hais fort. — (Molière, Tartuffe I, 1 (les éditions rajeunies ont « sous cape »))
  6. Se dit, dans les arts, de certaines choses qui s’appliquent sur d’autres, les couvrent, les enveloppent.
    • La chape d’une voûte : Le mortier qui recouvre l’extrados.
    • La chape d’un alambic : Son couvercle.
    • Chape de poulie : La monture d’une ou de plusieurs poulies.
    • La chape d’une boucle : La partie par où elle tient au soulier, à la ceinture.
    • L’ajustage des parties frottantes demande des précautions, notamment celui des coussinets sur les arbres et essieux. On doit leur donner un peu de jeu, surtout à l’entrée, afin d’éviter le pincement qui se produirait si l’axe venait à chauffer et à se dilater. Ils doivent, par contre, être très-exactement retenus dans leur chape ou palier. — (Jules Gaudry, Traité élémentaire et pratique de la direction, de l’entretien et de l’installation des machines à vapeur fixes, locomotives, locomobiles et marines, première partie (tome I), Victor Dalmont, Éditeur, Paris, 1856)
  7. (Cuisine) Couvercle bombé qui, mis sur les plats, tient les mets chauds et les préserve de la poussière.
  8. Double futaille qui sert d’enveloppe à un baril de poudre et aux tonneaux de vin que l’on expédie au loin.
  9. (Habillement) Partie des mitaines qui recouvre le dos de la main.
  10. (Imprimerie) Petit calibre de tôle, taillé à l’extrémité comme une matrice de lettre.
  11. (Musique) Planches qui, portant les tuyaux d’orgue, servent de couverture au sommier, et où se fait la distribution du vent.
  12. (Marine) Petit cône creux fixé au milieu de l’aiguille d’un compas, et posé sur le pivot vertical qui s’élève du fond de la boîte de la boussole.
  13. (Maçonnerie) Couche de mortier que l’on étale avant de poser le pavé.
  14. Pièce de cuivre qui enveloppe le touret des graveurs sur pierres fines.
  15. Morceau de métal arrondi qui borde l’extrémité supérieure d’un fourneau.
  16. (Armement) Pièce de métal qui garnit l’extrémité supérieure d’un fourreau d'épée.
  17. Enveloppe qui assujettit les différentes pièces d’un moule.
  18. Composition dont on couvre les cires pour former le moule dans les grands ouvrages de fonderie.
  19. Pièce en forme de U, composant (ou solide), participant à une articulation entre deux solides.
  20. (Héraldique) Pièce formée par par deux triangles.
    Senaux : D'or coupé de gueules, chapé, chaussé de l'un en l'autre.
    • La chape est un vêtement de deux triangles rectangles, formés par les bords de l’écu et par deux lignes menées du milieu du chef à chacun des angles de la pointe. — (P.-B. Gheusi, Le Blason, 1932)

Nom commun

chappe \ʃap\ féminin

  1. Variante de chape.
    • Un écrivain parle d’un comte et d’une comtesse, si pauvres, qu’ils n’avaient qu’une chappe en commun. — (Emmanuel-Justin Barthelemy de Beauregard, Histoire de Charles V. Roi de France, 1843)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHAPE. n. f.
Vêtement d'église, en forme de manteau, qui s'agrafe par-devant et va jusqu'aux talons, et que portent l'évêque, le prêtre officiant, les chantres, etc., durant certaines parties du service divin. Chape de drap d'or, de satin, de damas. Chape en broderie. Chape violette. Chape noire. Il se dit aussi de l'Habit que portent les cardinaux et qui a un capuce doublé d'hermine. Chape rouge. Il désigne par analogie, en termes d'Arts, Certaines choses qui s'appliquent sur d'autres qui servent à les couvrir, à les envelopper, telles que l'Enduit de mortier dont on recouvre l'extrados d'une voûte, le Couvercle d'un alambic, la Futaille qui recouvre un tonneau de vin, etc. La chape d'une voûte. Mettre la chape sur l'alambic. Chape de poulie.

Littré (1872-1877)

CHAPE (cha-p') s. f.
  • 1Sorte de manteau long, sans plis et agrafé par devant, que portent l'évêque, le célébrant, les chantres, etc. durant l'office ; se dit aussi de l'habit à capuce fourré d'hermine des cardinaux, et du grand manteau de drap ou de serge des chanoines. L'évêque de Ptolémaïs portait la chape par-dessus la cuirasse, Voltaire, Mœurs, 56.

    Fig. Se disputer de la chape à l'évêque, se dit de gens se disputant pour une chose qui n'est pas leur et qu'ils ne doivent point obtenir. De la chape à l'évêque, hélas ! ils se battaient, La Fontaine, Joc. La chape à l'évêque signifie, suivant une construction ancienne et populaire, la chape de l'évêque.

  • 2En parlant d'un oiseau, partie du plumage qui recouvre le dos et qui est d'une couleur différente du reste. Les œufs du bouvreuil sont ardoisés comme la chape de son dos, Chateaubriand, Génie, I, V, 6.
  • 3Anciennement, chape, le même que cape, sorte d'ample vêtement.

    Sous chape, à la sourdine. On dit présentement sous cape. Mais il n'est, comme on dit, pire eau que l'eau qui dort, Et vous menez, sous chape, un train que je hais fort, Molière, Tart. I, 1. Les éditions rajeunies ont : sous cape.

  • 4Se dit, dans les arts, de certaines choses qui s'appliquent sur d'autres, les couvrent, les enveloppent. La chape d'une voûte, le mortier qui recouvre l'extrados. La chape d'un alambic, le couvercle. Chape de poulie, la monture d'une ou de plusieurs poulies. La chape d'une boucle, la partie par où elle tient au soulier, à la ceinture, etc.

    Couvercle bombé qui, mis sur les plats, tient les mets chauds et les préserve de la poussière.

    Double futaille qui sert d'enveloppe à un baril de poudre et aux tonneaux de vin que l'on expédie au loin.

    Partie des mitaines qui recouvre le dos de la main.

    Terme d'imprimerie. Petit calibre de tôle, taillé à l'extrémité comme une matrice de lettre.

    Terme de musique. Planches qui, portant les tuyaux d'orgue, servent de couverture au sommier, et où se fait la distribution du vent.

  • 5 Terme de marine. Petit cône creux fixé au milieu de l'aiguille d'un compas, et posé sur le pivot vertical qui s'élève du fond de la boîte de la boussole.
  • 6Couche de mortier que l'on étale avant de poser le pavé.
  • 7Pièce de cuivre qui enveloppe le touret des graveurs sur pierres fines.

    Morceau de métal arrondi qui borde l'extrémité supérieure d'un fourneau.

    Enveloppe qui assujettit les différentes pièces d'un moule.

    Composition dont on couvre les cires pour former le moule dans les grands ouvrages de fonderie.

  • 8Chape-chute, voyez CHAPE-CHUTE.

HISTORIQUE

XIe s. N'a tel vassal sous la cape du ciel, Ch. de Rol. X.

XIIe s. Une chape à pluie afubla, De sus la chape se fist ceindre, Wace, Rou, 7180. À Lungeville aveit un villan païsant, Qui aveit sis bels boefs e sa charrue avant ; Fame aveit espusée, ne sai s'out nul enfant ; Mez la fame esteit auques de ses mains aerdant [voleuse] ; Chape chaete prist, s'el n'eüst bon garant ; Tant ala cel mestier comme fole menant, Que la fin en fu male, e co [ce] fu avenant, Wace, Roman de Rou, V. 1904. Dunc s'esteit desparé de l'aube senz delai, En chape e en surpliz remist [resta]…, Th. le mart. 37. En une chape à pluie qu'il soleit chevalchier, ib. 160.

XIIIe s. Que li prestre qui avoient capes à manches les averoient reondes, Chr. de Rains, 88. Demain matin quant tu venras, Soz ta chape en ta main tenras Tot coiement une coignie Qui soit trenchant et aguisie, Ren. 15972. Cil s'enfuient, Renart eschape, Dès or gart bien chascun sa chape, ib. 9576. Ge fais entendant par ma chape Que li riches est entechiés, Plus que li povres, de pechiés, la Rose, 11458. Si ot [vieillesse] d'une chape forrée Moult bien, si cum je me recors, Abrié et vestu son corps, ib. 398. Vous faites de moi chape à pluie, Quant orendroit lès vous m'apuie, ib. 8549. Mes orguex, qui toz biens esmonde, I a tant mis iniquité Que par lor grant chape roonde [les ordres mendiants] Ont versé [renversé] l'université, Rutebeuf, 152. Le chevalier ne fu pas esbahi, aincois le prist par la chape et li dist…, Joinville, 205.

XVIe s. De chappes, de rochetz…, Du Bellay, J. VI, 32, verso. Après quelques sacrifices faits, il vest la chappe de pourpre de la deesse Proserpine, Amyot, Dion, 70. Deux vaisseaux qu'on nomme en un mot alembic : l'un d'iceux est appelé proprement cucurbite ou vaisseau contenant : l'autre est dit chapiteau ou chape, auquel sont amassées les vapeurs converties en eau, pour ce qu'il represente quelque certaine forme et figure de chef ou de teste, Paré, XXVI, 5. Ces couvertures sont grands chapeaux façonnés comme cloches larges par bas, ou comme chapes d'alambics, De Serres, 545. La chappe ou cloche, sous laquelle s'amassent les vapeurs des matieres distillées, De Serres, 889. M. de T***, sortant de la maison d'une dame, avoit failli d'estre maltraité par certains ruffians qui cherchent volontiers des chapes cheutes à l'entour de telles personnes, Régnier de la Planche, dans le Dict. de DOCHEZ.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHAPE. Ajoutez :
9Matière textile faite avec les frisons et la bourre de soie, dite aussi fleuret.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHAPE, s. f. (Hist. eccl.) ornement d’église que portent les choristes ou chantres, & même le célébrant, dans certaines parties de l’office.

La chape est un vêtement d’étoffe de soie, ou d’or & d’argent, avec des franges & des galons, de couleur convenable à la fête ou à l’office que l’on fait ; elle couvre les épaules, s’attache sur la poitrine, & descend jusqu’aux piés. Elle est ainsi principalement nommée d’un chaperon qui servoit autrefois à couvrir la tête, mais qui n’est plus aujourd’hui qu’un morceau d’étoffe hémisphérique, souvent plus riche & plus orné que le fond de la chape. Anciennement on appelloit celle-ci pluvial ; & on la trouve ainsi nommée dans les pontificaux & rituels, parce que c’étoit une espece de manteau avec sa capote que mettoient les ecclésiastiques, lorsque par la pluie ils sortoient en corps pour aller dire la messe à quelque station. Voyez Pluvial & Station.

Quelques-uns ont cru que nos rois de la premiere race faisoient porter en guerre la chape de S. Martin, & qu’elle leur servoit de banniere ou de principal étendart. Pour juger de ce qu’on doit penser de cette opinion, voyez Etendart, Enseignes militaires. (G)

* Chape, en Architecture ; c’est un enduis sur l’extrados d’une voûte, fait de mortier & quelquefois de ciment.

* Chape, (Ceinturier.) ces ouvriers appellent ainsi les morceaux de cuir qui soûtiennent dans un baudrier les boucles de devant, & celles du remontant. Voyez Baudrier.

* Chape, (Cuisine.) couvercle d’argent ou de fer-blanc dont on couvre les plats, pour les transporter des cuisines chaudement & proprement.

* Chape, terme de Fondeur en statues équestres, en canon, en cloche, &c. est une composition de terre, de fiente de cheval & de bourre, dont on couvre les ciris de moules dans ces ouvrages de Fonderie : c’est la chape qui prend en creux la forme des cires, & qui la donne en relief au métal fondu. Voyez les articles Bronze, Canon, Cloche &c.

* Chape, (Fonderie.) c’est cette partie faite en T dans certaine boucles, & percée à jour, & armée de pointes dans d’autres, qui se meut sur la goupille qui traverse en même tems l’ardillon, & dans l’ouverture de laquelle on passe d’un côté une courroie qui arrête la boucle dont l’ardillon entre dans une autre courroie, ou dans le bout opposé de la même. Il y a quatre parties dans une boucle ; le tour qui retient le nom de boucle ; l’ardillon, la goupille, & la chape : la goupille traverse le tour, l’ardillon, & la chape ; les pointes de l’ardillon portent sur le tour supérieur de la boucle ; & le tour inférieur de la boucle porte sur la partie inférieure de la chape.

* Chape, en termes de Fourbisseur, c’est un morceau de cuivre arrondi sur le fourreau qui en borde l’extrémité supérieure. Voyez les figures 12. & 13. qui représentent, la premiere le mandrin des chapes pour les lames à trois quarts ; & la seconde, le mandrin pour les autres lames.

* Chape, en Méchanique, se dit des bandes de fer recourbées en demi-cercle, entre lesquelles sont suspendues & tournent des poulies sur un pivot ou une goupille qui les traverse & leur sert d’axe, & va se placer & rouler dans deux trous pratiqués, l’un à une des ailes de la chape, & l’autre à l’autre aîle : tout cet assemblage de la chape & de la poulie est suspendu par un crochet, soit à une barre de fer, soit à quelqu’autre objet solide qui soûtient le tout. On voit de ces poulies encastrées dans des chapes, au-dessus des puits. Voyez Poulie.

* Chape, (à la Monnoie.) est le dessous des fourneaux où l’on met les métaux en bain. Il est des chapes en massif & en vuide. Voyez Fourneau de monnoyage.

Chape, dans l’Orgue, est la table a, b, c, d, (fig. 9. & 10.) de bois d’Hollande ou de Vauge, dans les trous de laquelle les tuyaux sont placés. Voyez l’article Sommier de grand orgue.

Chape de plein jeu, représentée figure 13. Pl. Org. est une planche A, B, C, D, de bois d’Hollande, de deux pouces ou environ d’épaisseur, sur le champ de laquelle on perce des trous I, II, III, &c. qui tiennent lieu de gravure : ces trous ne doivent point traverser la planche dans toute sa largeur BC ; on doit laisser environ un demi-pouce de bois. Si cependant on aime mieux percer les trous de part en part, on sera obligé de les reboucher ; ce qui se fera avec une bande de parchemin que l’on collera sur le champ de la chape, après que les trous ou gravures que l’on perce avec une tarriere, & que l’on brûle avec des broches de fer ardentes de grosseur convenable, ont été percés. On perce autant de trous, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 sur le plat de la chape, qu’il doit y avoir de tuyaux sur chaque touche ; ces trous doivent déboucher dans les gravures : on les brûle aussi & on les évase par le haut, afin qu’ils puissent recevoir le pié des tuyaux d, e, que l’on fait tenir debout sur la chape par le moyen d’un faux-sommier. Voyez Faux-sommier.

Lorsque ces pieces sont ainsi achevées & placées en leur lieu, on met des porte-vents de plomb, qui sont des tuyaux cylindriques de grosseur convenable ; ces porte-vents prennent d’un bout dans un trou de la chape du sommier du grand orgue, & vont aboutir de l’autre bout à une des gravures de la chape du plein jeu : ce qui établit la communication. Les porte-vents sont arrêtés dans les trous où ils entrent, par le moyen de la filasse enduite de colle-forte, dont on entoure leurs extrémités. Il suit de cette construction, que le registre du sommier du grand orgue qui passe sous les trous où les porte-vents prennent, étant ouvert, que si l’on ouvre une soûpape, le vent contenu dans la laye entrera dans la gravure ; d’où il passera par les trous de la table du sommier & ceux du registre & de la chape, dans le porte-vent de plomb, qui le conduira dans la gravure correspondante de la chape du plein jeu : ce qui fera parler tous les tuyaux d, e, qui seront sur cette gravure.

Chape, c’est le nom que les Potiers d’étain donnent aux pieces de leurs moules qui enveloppent les noyaux de ces mêmes moules : ainsi, à un moule de vaisselle, la chape qui est creuse, est ce qui forme le dessous qui devient convexe ; il y a une ouverture à cette chape par où on introduit l’étain dans le moule, qu’on appelle le jet. A l’égard des chapes de moules de pots, il y en a deux à chaque moule qui forment le dehors du pot, & les deux noyaux le dedans. Le jet est aussi aux chapes, & le côté opposé s’appelle contre-jet. Elles se joignent aux noyaux par le moyen d’un cran pratiqué à la portée des noyaux. Il faut deux chapes & deux noyaux pour faire un moule de la moitié d’un pot. Voy. Fondre l’étain & la premiere figure des Planches du Potier-d’étain.

* Chape ; on donne ce nom dans les Manufactures de poudre, aux doubles barrils, dont on revêtit ceux qu’on remplit de poudre. On employe ces doubles barrils, pour empêcher l’humidité de pénétrer au-dedans de celui qui contient la poudre, & de l’éventer. On enchape aussi les vins. Il y a vins emballés, vins enchapés. La chape des vins empêche aussi le vin de s’éventer ; mais elle a encore une autre utilité, c’est d’empêcher le voiturier de voler le vin.

Chape, adj. terme de Blason ; il se dit de l’écu, qui s’ouvre en chape ou en pavillon depuis le milieu du chef jusqu’au milieu des flancs. Telles sont les armoiries des Freres-Prêcheurs & des Carmes ; & c’est l’image de leurs habits, de leurs robes, & de leurs chapes.

Brunecost en Suisse, & au comté de Bourgogne, d’argent chapé de gueulles. (V)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chape »

Picard, cape ; provenç. et espagn. capa ; ital. cappa ; bas-lat. capa, quia quasi totum capiat hominem, dans Isidore ; du latin capere, contenir, prendre (voy. CAPABLE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1080) Du bas latin cappa (« cape »). Voir aussi cape, chapelle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chape »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chape ʃap

Évolution historique de l’usage du mot « chape »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chape »

  • Le Rapport sur le marché Plaques de chape a également fourni des données sur l’impact du COVID 19 sur le marché mondial. Le monde fait face à une crise mondiale de la santé sans précédent dans les 75 dernières années. Elle a touché tous les segments de la population et est particulièrement préjudiciable aux membres des groupes sociaux dans les situations les plus vulnérables. Ainsi, l’économie mondiale a beaucoup de prétention face à cette pandémie. Le Rapport comprend des données complètes sur l’impact du COVID 19 sur le marché Plaques de chape pour aider les utilisateurs à prendre des décisions à grande échelle. Instant Interview, Marché mondial des plaques de chape 2020 – Everpads, VOLVO, VOGELE, Kaito (Suzhou) Construction Machinery, Kenco Engineering – Instant Interview
  • Ce dimanche 21 juin, la Guadeloupe a été placée en alerte rouge pour pollution de l'air. La qualité de l'air est en effet très mauvaise avec un indice atmosphérique de 10. La concentration en particules fines PM10 dans l’air dépasse les 80 μg/m3 en moyenne sur 24h, valeur correspondant au seuil d’alerte. Une chape de brume de sable s'est abattue sur la Guadeloupe depuis plusieurs jours mais elle est particulièrement importante ce dimanche. Une pollution qui devrait être présente encore ce lundi.  RCI, La Guadeloupe sous une chape de brume de sable | RCI

Traductions du mot « chape »

Langue Traduction
Anglais screed
Espagnol capa
Italien massetto
Allemand abdeckung
Portugais ângulo
Source : Google Translate API

Synonymes de « chape »

Source : synonymes de chape sur lebonsynonyme.fr
Partager