La langue française

Réticence

Sommaire

  • Définitions du mot réticence
  • Étymologie de « réticence »
  • Phonétique de « réticence »
  • Citations contenant le mot « réticence »
  • Traductions du mot « réticence »
  • Synonymes de « réticence »
  • Antonymes de « réticence »

Définitions du mot réticence

Trésor de la Langue Française informatisé

RÉTICENCE, subst. fém.

A. − Omission volontaire de ce qui pourrait ou qui devrait être dit. Parler sans réticence(s); répondre sans la moindre réticence. Zampa, dit sévèrement la comtesse, prenez garde! La moindre réticence peut vous perdre. − Madame, murmura le Portugais, je vais vous dire tout ce que je sais (Ponson du Terr., Rocambole, t. 5, 1859, p. 424).Gide (...) me dit que ce livre est plein de réticences, que je n'y ai mis que « des choses convenables ». « Oui, lui dis-je, mais j'ai très nettement indiqué les omissions et la nature de ce que j'omettais. Mais vous-même, n'avez-vous pas publié un journal où il y a beaucoup de silences? Que de choses vous ne dites pas! » (Green, Journal, 1947, p. 110).
Littér. Caractère, qualité d'une personne ou d'une chose qui omet ce qui pourrait ou qui devrait être dit. Les portraits qu'on a faits de moi, hors de toute ressemblance, sont principalement dus à la réticence de mes paroles (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 469).Un poète (...) peut n'écrire point de vers ou (...) en écrire un si petit nombre que sa réputation se fonde justement sur sa réticence (Colette, Pays. et portr., 1954, p. 214).
Spécialement
DR. Omission d'un fait que l'on est dans l'obligation de révéler. En matière criminelle, la réticence dans un témoignage peut constituer le délit de faux témoignage (Cap.1936).
RHÉT. Figure consistant à ne pas terminer un énoncé dont le contenu reste clair. [Gavarni] connaît, comme Marivaux, toute la puissance de la réticence, qui est à la fois une amorce et une flatterie à l'intelligence du public (Baudel., Curios. esthét., 1857, p. 198).
B. − Réserve mêlée de désapprobation. Approuver sans (la moindre) réticence; dévouement sans réticence(s); manifester une/de vive(s) réticence(s) contre, à l'égard de qqn ou qqc. Ce charmant F. V. Arnold est le premier Allemand (et le seul) à qui j'aie parlé en Tunisie. J'hésitais à le rencontrer, puis jugeai que ma réticence était absurde (Gide, Journal, 1943, p. 213).Les situations dans lesquelles la politique de l'organisme international se heurte à la réticence, voire à la résistance ouverte de la formation nationale sans que cette dernière fasse de la divergence un motif de départ (Meynaud, Groupes pression Fr., 1958, p. 343).
Rem. Cet empl. ne figure pas ds Ac. et il est condamné par certains puristes (v. Colin 1971, Dupré 1972); Hanse Nouv. 1983 note que le sens est entré dans le bon usage.
Prononc. et Orth.: [ʀetisɑ ̃:s]. Ac. 1694, 1718: re-; dep. 1740: ré-. Étymol. et Hist. 1. a) 1552 (Ch. Estienne, Dict. Latinogallicum, 1158b d'apr. H. Vaganay ds Rom. Forsch. t. 3, p. 153: Reticentia. Quand on se taist d'une chose qu'on debvoit dire, reticence, ou silence); b) 1671 rhét. (Pomey); c) 1807 dr. « omission volontaire (ici, dans un acte) » (Destutt de Tr., Comment. sur Espr. des lois, pp. 248-249); 2. 1751 « attitude de refus, marque de réserve » (Crebillon fils, Ah quel conte, p. 441). Empr. au lat.reticentia « fait de taire quelque chose, silence » gén. et comme terme de rhét. Fréq. abs. littér.: 311. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 224, b) 261; xxes.: a) 395, b) 753. Bbg. Morel (M.-A.). Pour une typologie des fig. de rhét. DRLAV. 1982, n o26, p. 6.

Wiktionnaire

Nom commun

réticence \ʁe.ti.sɑ̃s\ féminin

  1. Action de taire à dessein une chose qu’on pourrait ou qu’on devrait dire.
    • Indépendamment des causes ordinaires de nullité, […], le contrat d’assurance est nul en cas de réticence ou de fausse déclaration intentionnelle de la part de l’assuré, quand cette réticence ou cette fausse déclaration change l’objet du risque ou en diminue l’opinion pour l’assureur, alors même que le risque omis ou dénaturé par l’assuré a été sans influence sur le sinistre. — (Article L113-8, Code des assurances, France, version 2010)
    • Dans le récit qu’il m’a fait, il a mis beaucoup de réticence.
    • Il a usé avec moi de réticence.
  2. Chose même que l’on n’a pas dite.
    • Dans ce discours, il n’y a point de mensonge formel, mais il y a bien des réticences.
    • Dans cet acte, il y a une réticence frauduleuse.
    • Des réticences perfides.
  3. (En particulier) (Rhétorique) Figure par laquelle l’orateur en s’interrompant fait entendre ce qu’il ne veut pas dire expressément.
    • Il y a un tour de Fiction, au moyen duquel la penſée ne doit pas être entendue littéralement comme elle eſt énoncée, mais qui laiſſe apercevoir le véritable point de vûe en le rendant ſeulement plus ſenſible & plus intéreſſant par la Fiction même. De là naissent l'Hyperbole, la Litote, l'Interrogation, la Dubitation, la Prétérition, la Réticence, l'Interruption, le Dialogiſme, l'Épanorthoſe, l'Épitrope, & l'Ironie ; celle-ci ſe ſoudiviſe, à raison des points de vûe ou des tons, en ſix eſpèces ; ſavoir, la Mimèſe, le Chleuaſme ou Perſifflage, l'Aſtéiſme, le Charientiſme, le Diaſirme, & le Sarcaſme. — (Encyclopédie méthodique : Grammaire et Littérature, tome second, Panckoucke / Plomteux, Paris / Liège, 1784)
    • La réticence en dit quelquefois plus que les paroles.
  4. Réserve ou restriction.
    • En effet, il n’y a pas si longtemps que la réunion des deux éléments de ce titre — préhistoire et Amérique — aurait suscité beaucoup de réticence chez plus d’un américaniste. — (Marc-R. Sauter, en préface de Préhistoire de l’Amérique, par Salvator Canals Frau, Paris : Payot, 1953, p. 5)
    • Dans leur ardeur surexcitée, ils morigénaient ceux qui marquaient quelque indécision ou réticence, leur démontrant que dans les circonstances actuelles la meilleure des prudences était d’agir vite.— (Émile Pataud et Émile Pouget, Comment nous ferons la Révolution, 1909)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉTICENCE. n. f.
Action de taire à dessein une chose qu'on pourrait ou qu'on devrait dire. Dans le récit qu'il m'a fait, il a mis beaucoup de réticence. Il a usé avec moi de réticence. Il désigne aussi la Chose même qu'on n'a pas dite. Dans ce discours, il n'y a point de mensonge formel, mais il y a bien des réticences. Dans cet acte, il y a une réticence frauduleuse. Des réticences perfides. Il se dit, particulièrement, en termes de Rhétorique, de la Figure par laquelle l'orateur en s'interrompant fait entendre ce qu'il ne veut pas dire expressément. La réticence en dit quelquefois plus que les paroles.

Littré (1872-1877)

RÉTICENCE (ré-ti-san-s') s. f.
  • 1Suppression ou omission volontaire d'une chose qu'on devrait dire ; la chose même qu'on n'a pas dite. La réticence sur des faits si intéressants n'est point pardonnable, Voltaire, Fragm. sur l'hist. 16. Il n'y aurait donc qu'en France qu'il ne serait pas permis de faire paraître l'éloge de Louis XIV et de la France ! et cela, parce que je n'ai eu ni la bassesse ni la sottise de défigurer cet éloge par de honteuses réticences et par de lâches déguisements, Voltaire, Lett. Hénault, 1er févr. 1752. Cette réticence discrète, Marmontel, Mém. II. Divers genres de réticences rendaient ses lettres plus courtes, Staël, Corinne, XVII, 2.
  • 2Figure de rhétorique. Sorte de prétérition où, commençant l'expression de sa pensée, on s'arrête avant de l'avoir achevée : Je devrais sur l'autel où ta main sacrifie Te… mais du prix qu'on m'offre il faut me contenter, Racine, Ath. V, 5, est un exemple de réticence. La réticence consiste à passer sous silence des pensées que l'on fait mieux connaître par ce silence, que si on parlait ouvertement, Dumarsais, Œuv. t. V, p. 286. Euclide s'étendit sur les divers ornements du discours, il me cita des réticences heureuses, des allusions fines, des pensées ingénieuses, des reparties pleines de sel, Barthélemy, Anach. ch. 58.

HISTORIQUE

XVIe s. Je r'envoye les curieux aux livres faicts exprès pour la description de ces miseres, afin qu'il paroisse en moi plustost de la reticence que de l'affectation, D'Aubigné, Hist. I, 262.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « réticence »

Du latin reticentia, de reticēre (« se taire »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. reticentia, de reticere, taire, de re, et tacere (voy. TAIRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « réticence »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
réticence retisɑ̃s

Citations contenant le mot « réticence »

  • Le mot comprendre n'existe pas au théâtre. Le bonheur est que le vrai public ne comprend pas, il ressent. On peut donc tout lui montrer sans compromission et sans réticence. De Jean Giraudoux
  • La dramaturgie est synonyme d'embellissement dramatique : c'est l'art de la réticence, celui de savoir faire une entrée, une sortie, c'est la poésie du théâtre. De Charlie Chaplin / Ma vie
  • Il ajoute '' leur réticence à fournir ces informations a augmenté les craintes de la société quant à leurs motivations et à l'ampleur des manquements de GrandVision à ses obligations ''. Capital.fr, ESSILORLUXOTTICA : procédure d’arbitrage de la part de HAL et GRANDVISION - Capital.fr
  • La plus grande difficulté dans ce monde ce n’est pas notre capacité à produire mais notre réticence à partager. De Roy Lemon Smith
  • La plus grande faiblesse de la plupart des hommes est leur réticence à dire aux autres combien ils les aiment pendant qu’ils sont en vie. De O. A. Battista
  • Outre l’hébergement familial qui est privilégié, les ménages désirant voyager optent pour les maisons de location en seconde position (8,2%). Viennent ensuite les logements secondaires (4,1%), les centres d’estivage (3,2%). Les hôtels n’arrivent qu’en dernière position (3%). Une mauvaise nouvelle pour la promotion du tourisme interne. Le manque de moyens et le risque de contamination sont les raisons évoqués par les ménages ne désirant pas voyager après le confnement. Ainsi 39,4% des ménages évoquent le manque de moyens, alors que 15,3% ont peur d'être contaminés. Par ailleurs, l’autre raison de leur réticence est le fait que les membres du ménage ne sont pas habitués à voyager pendant les vacances (26,1%).  L'Economiste, Déconfinement: Pourquoi les ménages sont réticents à voyager | L'Economiste
  • Le projet se heurte à une réticence certaine des services de la concurrence de la Commission européenne, qui redoutent qu'en l'état ce rapprochement n'affaiblisse la concurrence dans les domaines de la négociation et de la compensation d'instruments financiers et des produits liés aux données financières. La Commission européenne a donc ouvert le mois dernier une enquête approfondie pour déterminer l'ampleur des retombées potentielles sur la concurrence, avant de se prononcer. BFM Bourse, Euronext : Pour assurer la reprise de Refinitiv, la Bourse de Londres pourrait revendre celle de Milan - BFM Bourse

Traductions du mot « réticence »

Langue Traduction
Anglais reluctance
Espagnol reluctancia
Italien riluttanza
Allemand widerwillen
Chinois 勉强
Arabe تردد، تحفظ
Portugais relutância
Russe нежелание
Japonais 不本意
Basque tura
Corse riluttanza
Source : Google Translate API

Synonymes de « réticence »

Source : synonymes de réticence sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « réticence »

Partager