La langue française

Répliquer

Sommaire

  • Définitions du mot répliquer
  • Étymologie de « répliquer »
  • Phonétique de « répliquer »
  • Citations contenant le mot « répliquer »
  • Traductions du mot « répliquer »
  • Synonymes de « répliquer »

Définitions du mot « répliquer »

Trésor de la Langue Française informatisé

RÉPLIQUER, verbe trans.

A. −
1. Répondre à une réponse. Synon. vx et littér. repartir1.
Qqn1réplique qqc. (à qqn2).Un labourage nonchalant et superficiel (...) ne pouvait produire une meilleure moisson. De quoi vous plaignez-vous? Vous répliquerez que le sol est ingrat? Je le concède (Romains, Copains, 1913, p. 239).Empl. abs. Mon avocat a parlé le premier, le vôtre a répondu, le mien répliquera (Ac.1798-1935).Empl. pronom. réfl. indir. Il regardait son chapelet dont il avait égrené dix grains. Mais, voyons, le prieur m'a commandé d'en débiter une dizaine, tous les jours, une dizaine de grains ou une dizaine de chapelets? De grains, se répondit-il − Et presque aussitôt il se répliqua: de chapelets (Huysmans, En route, t. 2, 1895, p. 110).
Qqn réplique (qqc.1) à qqc.2.N'avoir rien à répliquer à un argument, à des raisons. Votre réponse me satisfait, je n'ai rien à y répliquer (Ac.1798-1935).
2. Répondre promptement, avec humour ou avec esprit, souvent en s'opposant ou en s'obstinant; en partic. (le plus souvent sans compl.), protester. Synon. repartir1(vx et littér.), rétorquer, riposter.Répliquer fièrement, froidement, gaiement, sèchement, vivement; répliquer avec aigreur. Je te dis, ma petite, je te dis: les bras en anse au-dessus de la tête, comme si tu portais une corbeille! Hélène ne réplique que par un regard noir, excédé (Colette, Music-hall, 1913, p. 73).Empl. pronom. réciproque. Ils se sont mis à parler plus sec, plus du tout comme dans le théâtre... C'était plus pour rire qu'ils se causaient. Ils se répliquaient par des chiffres (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 100).Empl. pronom. réfl. L'esprit se multiplie entre ses possibles, se détache à chaque instant de ce qu'il vient d'être, reçoit ce qu'il vient de dire, vole à l'opposite, se réplique et attend l'effet (Valéry, Variété II, 1929, p. 83).
Qqn1réplique qqc. (à qqn2).Tel, ce millionnaire, répliquant à un naïf, qui lui demandait son secours pour un artiste dans la misère: − Mais, monsieur, Mozart est mort de misère! (Rolland, J.-Chr., Amies, 1910, p. 1100).[En incise] Cela vous va-t-il? − Oui, répondis-je. − Mais si c'est trop, répliqua-t-il, défendez-vous (Balzac, Gobseck, 1830, p. 403).
P. métaph. La netteté cristalline, l'imprévu quasi malicieux de ces phrases par lesquelles le piano, silencieux jusque-là, réplique, au moment voulu, au violoncelle qu'on vient d'entendre, dans un concerto de Mozart (Proust, J. filles en fleurs, 1918, p. 456).
Empl. abs. Obéir sans répliquer; ouvrir la bouche pour répliquer; qu'on ne réplique pas! Allons, voyons, ne répliquez pas! (...) Est-ce que je réplique, moi, sacrebleu, quand le capitaine me donne un ordre ou me fait une observation! (Courteline, Train 8 h 47, 1888, 1repart., II, p. 22).
B. − P. ext. Qqn1réplique à qqn2/qqc. + compl. de moyen.Riposter (à une attaque, une insulte). À chaque décharge, le carré diminuait, et ripostait. Il répliquait à la mitraille par la fusillade, rétrécissant continuellement ses quatre murs (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 411).Empl. abs. L'ennemi répliquait. Et, malgré le hasard, nous sortions de nos trous, attirés par ce chassé-croisé d'acier sonore et brûlant, dont nous attendions quelque heurt prodigieux (Pesquidoux, Livre raison, 1932, p. 155).
Prononc. et Orth.: [ʀeplike], (il) réplique [-plik]. Ac. 1694, 1740: re-; dep. 1762: ré-. Étymol. et Hist. a) xiiies. « répéter (un argument pour répondre à quelqu'un) » (Isopet de Lyon, IV, 19 ds Isopets, éd. J. Bastin, t. 2, p. 91); b) ca 1393 « répondre avec humeur; parler quand on devrait se taire » (Menagier de Paris, I, 6, éd. G. E. Brereton, p. 70). Empr. au b. lat. des juristesreplicare « répondre à ce qui a été répondu; reprendre un argument, répéter une explication » (du lat. class. replicare [de plicare « plier »] « plier en arrière, replier, déplier » d'où « dérouler (un manuscrit), lire, parcourir »). Fréq. abs. littér.: 2 649. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 4 149, b) 5 785; xxes.: a) 4 056, b) 2 186.

Wiktionnaire

Verbe

répliquer \ʁe.pli.ke\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Donner la réplique, répondre sur ce qui a été répondu par celui à qui l’on parle.
    • Les partisans de Maïmonide répliquèrent à l’interdit prononcé par les « littéralistes » en lançant, à leur tour, l’excommunication contre les auteurs de l’interdit. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Il me répondit telle et telle chose, mais je lui répliquai cela et cela.
    • Votre réponse me satisfait, je n’ai rien à y répliquer. Absolument,
    • Mon avocat a parlé le premier, le vôtre a répondu, le mien répliquera.
  2. Répondre.
    • Il me faut me fixer un plan de vie, des règles strictes. Par exemple, chaque matin, me lever à sept heures. Ne pas répliquer. On me parle, je sais que j’ai raison, mais je me tais. — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, page 200)
    • Ces injurieurs pathologiques, - ou injuromanes - sont aisément reconnaissables, notamment par un détail qui ne saurait échapper à l'observateur averti : jamais il ne répliquent avec à-propos. — (Robert Édouard, Dictionnaire des injures, précédé d'un petit traité d’injurologie, Paris : Claude Tchou éd., 1967, p. 234)
    • L’injurieur peut pousser encore plus loin l’outrage en feignant de s'adresser uniquement à ce témoin pour injurier l'autre à la troisième personne, considérant l’injurié comme absent et cherchant à lui enlever ainsi toute possibilité de répliquer. — (Christine Sautermeister, Céline vociférant ou l'art de l'injure, Société d'études céliniennes, 2003, p. 8)
    • Sur ce que je lui reprochais, il me répliqua que… Ce qu’il disait était si évident que je ne vis rien à répliquer.
    • Répliquer du tac au tac.
  3. Répondre avec humeur, parler quand on devrait obéir et se taire.
    • Cet enfant a toujours quelque chose à répliquer.
    • Quand il ordonne quelque chose, il ne souffre pas qu’on réplique.
    • Ne répliquez pas.
  4. (Informatique) Dupliquer, copier, refaire.
    • Je n’arrive pas à répliquer sur mon ordinateur le problème que vous me décrivez.
  5. Riposter.
    • Le général ordonna que l’on fasse répliquer la batterie d’artillerie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉPLIQUER. v. tr.
Donner la réplique, répondre sur ce qui a été répondu par celui à qui l'on parle. Il me répondit telle et telle chose, mais je lui répliquai cela et cela. Votre réponse me satisfait, je n'ai rien à y répliquer. Absolument, Mon avocat a parlé le premier, le vôtre a répondu, le mien répliquera. Il signifie aussi simplement Répondre. Sur ce que je lui reprochais, il me répliqua que... Ce qu'il disait était si évident que je ne vis rien à répliquer. Absolument, Répliquer du tac au tac. Il signifie encore Répondre avec humeur, parler quand on devrait obéir et se taire. Cet enfant a toujours quelque chose à répliquer. Absolument, Quand il ordonne quelque chose, il ne souffre pas qu'on lui réplique, qu'on réplique. Ne répliquez pas.

Littré (1872-1877)

RÉPLIQUER (ré-pli-ké), je répliquais, nous répliquions, vous répliquiez ; que je réplique, que nous répliquions, que vous répliquiez v. a.
  • 1Répondre sur ce qui a été répondu par celui à qui l'on parle. Il me répondit telle ou telle chose, mais je lui répliquai cela et cela.

    Absolument. Mon avocat a parlé le premier, le vôtre a répondu, le mien répliquera.

  • 2Il signifie quelquefois simplement répondre. M. de Grignan m'écrit une lettre fort honnête ; il me fait voir qu'il ne veut pas que j'aie mauvaise opinion de lui, et conte si bien toutes ses raisons, qu'il n'y a rien à lui répliquer, Sévigné, 12, 13 et 14 mai 1680. Qu'aurait-il à répliquer, puisque, dans ces lettres mêmes, il dit pis que tout cela ? Bossuet, 1er avert. 46. Il [le roi de Prusse] me répéta deux fois ces paroles [je vous jure sur l'honneur que je n'ai pas fait de propositions à la reine de Hongrie contre la France], en me frappant sur l'épaule ; et vous sentez bien que, quand un roi jure deux fois sur son honneur, il n'y a rien à répliquer, Voltaire, Lett. Amelot, 3 oct. 1743.
  • 3Répondre en s'obstinant, parler quand on devrait obéir et se taire. Cet enfant a toujours quelque chose à répliquer.

    Absolument. Ne réplique point, je connais ton amour, Corneille, Cid, I, 8. Je l'ai dit, je le veux, ne me répliquez pas, Molière, Femm. sav. V, 3. Je ne réplique pas à ce qu'un maître ordonne, Molière, Sgan. 7. Ils ne se contentent pas toujours de répliquer avec aigreur ; ils attaquent souvent avec insolence ; ils frappent sur tout ce qui se trouve sous leur langue, La Bruyère, V.

HISTORIQUE

XIVe s. Comment la dame des chiens replique [à la dame qui défendoit la fauconnerie], Modus, f° CVIII. Que vous ne soyez arrogant ne repliquant contre celluy qui sera vostre mari, Ménagier, I, 6.

XVe s. Là lui fist-on recorder de rechef toutes les paroles, requestes, ou prieres que il faisoit au roi… tantost il les repliqua doucement et sagement toutes, Froissart, II, III, 46. Confusion te suit et deshoneur ; Ty fait [tes actions] à tes diz repliquent, Deschamps, Poésies mss. f° 229.

XVIe s. …Et la mesme demande luy estant de rechef repliquée, il respondit que…, Amyot, Crass. 28. Platon tansa un enfant qui jouait aux noix. Il luy respondit : Tu me tanses de peu. L'accoustumance, repliqua Platon, n'est pas chose de peu, Montaigne, I, 107.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « répliquer »

Du latin replicare (« replier »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Prov. et espagn. replicar ; ital. replicare ; du lat. replicare, raconter, dire, proprement replier (voyez ce mot).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « répliquer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
répliquer replike

Citations contenant le mot « répliquer »

  • Une équipe de l'université du Nebraska a pour la première fois réussi à faire se répliquer des particules de SARS-CoV-2 prélevées dans l'air de chambres de malades du Covid-19. Ils valident ainsi l'hypothèse selon laquelle le virus n'est pas seulement transmissible par les postillons et les grosses gouttelettes émises par la toux et les éternuements. Les Echos, Le coronavirus pourrait effectivement se transmettre juste en respirant et en parlant | Les Echos
  • Jusque-là, il n’avait jamais été démontré que les particules virales en aérosols étaient suffisamment intactes pour se répliquer et provoquer une infection. SudOuest.fr, Le coronavirus dans l’air expiré en parlant ou respirant est sans doute infectieux, selon une étude
  • La Chine et la Russie pourraient avoir recours à leur droit de veto contre la résolution américaine, qui vise à prolonger l'embargo sur les armes, soumise au Conseil de sécurité. Une éventualité à laquelle se prépare Mike Pompeo qui veut répliquer par des sanctions Le Temps, Embargo sur les armes: Washington menace Téhéran de rétablir les sanctions à l'ONU - Le Temps

Traductions du mot « répliquer »

Langue Traduction
Anglais to reply
Espagnol responder
Italien rispondere
Allemand antworten
Chinois 回答
Arabe للرد
Portugais responder
Russe повторить
Japonais 返信する
Basque erantzuteko
Corse risponde
Source : Google Translate API

Synonymes de « répliquer »

Source : synonymes de répliquer sur lebonsynonyme.fr
Partager