La langue française

Rétorquer

Définitions du mot « rétorquer »

Trésor de la Langue Française informatisé

RÉTORQUER, verbe trans.

A. − Vieilli ou littér. Retourner contre l'interlocuteur en manière de réponse ce qui fonde son raisonnement. Un messager apprend à Étéocle le nom des chefs et les devises de leur bouclier qu'Étéocle rétorque toujours contre eux (Chénier,Poèmes, Amérique, 1794, p. 128).Quel rhéteur... Comme il ébranle les facultés d'enthousiasme. Ah! s'il était patriote. Il rétorque tous les arguments de Clemenceau (Barrès,Cahiers, t. 5, 1906, p. 35).
Empl. pronom. à sens passif. Les faciles déclamations de la bourgeoisie contre la noblesse héréditaire peuvent se rétorquer avec avantage contre la ploutocratie (Renan,Avenir sc., 1890, p. 35).
B. − P. ext. Répondre sous forme de riposte. Synon. répliquer, riposter.− Et ton Commandeur, ce n'est pas enfantin? dit Bertrand. − Pardon! rétorque Renaud tout rouge. Le commandeur c'est une tradition de famille (Colette,Mais. Cl., 1922, p. 257).Je leur rétorquai vivement que leur ville me navrait (Céline,Voyage, 1932, p. 266).
Rare
Empl. pronom. réciproque. Laissez maintenant la religion achever son œuvre, et soyez sans inquiétude sur la société. Ainsi parlent et se rétorquent dans une divagation sans fin les théoriciens des deux opinions (Proudhon,Syst. contrad. écon., t. 1, 1846, p. 337).
Empl. trans. indir. Rétorquer à qqc.Dubreuilh publia dans L'Espoir une série d'articles d'une extrême sévérité auxquels la presse communiste rétorqua avec humeur (Beauvoir,Mandarins, 1954, p. 259).Rétorquer sur qqc.Les Jésuites (...) auraient pu rétorquer avec de légitimes représailles sur les ruses et accommodements de conscience dont MM Arnauld et Marion ne se firent pas faute (Sainte-Beuve,Port-Royal, t. 1, 1840, p. 80).
REM.
Rétorquable, adj.Qui peut être rétorqué. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [ʀetɔ ʀke], (il) rétorque [-tɔ ʀk]. Ac. 1694, 1718: re-; dep. 1740: ré-. Étymol. et Hist. 1. Ca 1370 trans. « ramener, rapporter, attribuer » (Nicole Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, p. 417, note 1); en m. fr. uniquement; 2. 1549 id. « tourner contre son adversaire les arguments dont il s'est servi » (Est.); 3. 1840 id. « proférer en guise de riposte, répliquer » ici absol. (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 1, p. 80); 1910 rétorquer que (Péguy, V.-M., comte Hugo, p. 763). Empr. au lat. class.retorquere « tourner en arrière, changer », comp. de re-, v. re- et torquere « tordre, tourner »; pour le sens 2, cf. l'expr. lat. argumentum retorquere de même sens. Fréq. abs. littér.: 72.

Trésor de la Langue Française informatisé

RÉTORQUER, verbe trans.

A. − Vieilli ou littér. Retourner contre l'interlocuteur en manière de réponse ce qui fonde son raisonnement. Un messager apprend à Étéocle le nom des chefs et les devises de leur bouclier qu'Étéocle rétorque toujours contre eux (Chénier,Poèmes, Amérique, 1794, p. 128).Quel rhéteur... Comme il ébranle les facultés d'enthousiasme. Ah! s'il était patriote. Il rétorque tous les arguments de Clemenceau (Barrès,Cahiers, t. 5, 1906, p. 35).
Empl. pronom. à sens passif. Les faciles déclamations de la bourgeoisie contre la noblesse héréditaire peuvent se rétorquer avec avantage contre la ploutocratie (Renan,Avenir sc., 1890, p. 35).
B. − P. ext. Répondre sous forme de riposte. Synon. répliquer, riposter.− Et ton Commandeur, ce n'est pas enfantin? dit Bertrand. − Pardon! rétorque Renaud tout rouge. Le commandeur c'est une tradition de famille (Colette,Mais. Cl., 1922, p. 257).Je leur rétorquai vivement que leur ville me navrait (Céline,Voyage, 1932, p. 266).
Rare
Empl. pronom. réciproque. Laissez maintenant la religion achever son œuvre, et soyez sans inquiétude sur la société. Ainsi parlent et se rétorquent dans une divagation sans fin les théoriciens des deux opinions (Proudhon,Syst. contrad. écon., t. 1, 1846, p. 337).
Empl. trans. indir. Rétorquer à qqc.Dubreuilh publia dans L'Espoir une série d'articles d'une extrême sévérité auxquels la presse communiste rétorqua avec humeur (Beauvoir,Mandarins, 1954, p. 259).Rétorquer sur qqc.Les Jésuites (...) auraient pu rétorquer avec de légitimes représailles sur les ruses et accommodements de conscience dont MM Arnauld et Marion ne se firent pas faute (Sainte-Beuve,Port-Royal, t. 1, 1840, p. 80).
REM.
Rétorquable, adj.Qui peut être rétorqué. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [ʀetɔ ʀke], (il) rétorque [-tɔ ʀk]. Ac. 1694, 1718: re-; dep. 1740: ré-. Étymol. et Hist. 1. Ca 1370 trans. « ramener, rapporter, attribuer » (Nicole Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, p. 417, note 1); en m. fr. uniquement; 2. 1549 id. « tourner contre son adversaire les arguments dont il s'est servi » (Est.); 3. 1840 id. « proférer en guise de riposte, répliquer » ici absol. (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 1, p. 80); 1910 rétorquer que (Péguy, V.-M., comte Hugo, p. 763). Empr. au lat. class.retorquere « tourner en arrière, changer », comp. de re-, v. re- et torquere « tordre, tourner »; pour le sens 2, cf. l'expr. lat. argumentum retorquere de même sens. Fréq. abs. littér.: 72.

Wiktionnaire

Verbe

rétorquer \ʁe.tɔʁ.ke\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Retourner contre son adversaire les raisons, les arguments, les preuves dont il s’est servi.
    • Vous savez vous-même, Bénédict, combien il serait facile de rétorquer cette hyperbolique satire. — (George Sand [Amantine Aurore Lucile Dupin, baronne Dudevant], Valentine, 1832)
    • Mrs. Paulina Barnett aurait pu facilement rétorquer cette argumentation, mais il ne lui déplaisait pas d’entendre Jasper Hobson s’exprimer avec cette ardeur. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Chacun doit écouter avec courtoisie l’adversaire […] Exprimons-nous poliment. Rétorquons de même, sans nous départir de sang-froid. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉTORQUER. v. tr.
Retourner contre son adversaire les raisons, les arguments, les preuves dont il s'est servi. Rétorquer un argument, un raisonnement, une preuve. Je lui ai rétorqué, j'ai rétorqué contre lui toutes les raisons qu'il avait alléguées. Cette objection peut se rétorquer.

Littré (1872-1877)

RÉTORQUER (ré-tor-ké), je rétorquais, nous rétorquions, vous rétorquiez ; que je rétorque, que nous rétorquions, qu'ils rétorquent v. a.
  • 1Tourner contre son adversaire les raisons, les arguments dont il s'est servi. De sorte que tous les jours on rétorque contre lui [Balzac] ce même vers que Mainard a fait autrefois à sa louange : Il n'est point de mortel qui parle comme lui, Boileau, Longin, Subl. réfl. 7.
  • 2Se rétorquer, v. réfl. Être rétorqué. [Objections] qui se rétorquaient par d'autres objections non moins fortes dans le système opposé, Rousseau, 3e prom. Ce qu'on a dit contre les anges de Milton peut se rétorquer contre les dieux d'Homère, Chateaubriand, Génie, II, IV, 4.

HISTORIQUE

XIVe s. Et retorquoit chascuns la besongne en soy meïsmes, Bercheure, f° 27.

XVIe s. La malignité de ceux qui contre luy retorquent la propre coulpe dont ils se voient attains, Du Bellay, M. 497.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « rétorquer »

Lat. retorquere, de re, et torquere, tordre. Retorquer est la forme latine du verbe dont la forme française est retordre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du latin retorquere (« tourner en arrière »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rétorquer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rétorquer retɔrke

Citations contenant le mot « rétorquer »

  • Cette affaire remonte à avril 2019, lorsque les Etats-Unis nomment David Malpass à la présidence de la Banque mondiale. Conservateur américain, ce proche du président Donald Trump occupait le poste de sous-secrétaire au Trésor au côté de Steven Mnuchin. Le nouvel homme fort engage d’emblée un bras de fer avec Akinwumi Adesina. Le verbe haut et le réflexe rapide, ce dernier ne laisse pas passer les critiques et va jusqu’à rétorquer que «c’est la Banque mondiale qui est davantage responsable de la dette africaine et, sans ses programmes, l’institution basée à Washington n’aurait même pas de raison d’être». Le Temps, Un panel d’experts disculpe Akinwumi Adesina - Le Temps
  • Un blague qui a ouvert une brèche pour Julien Cohen, qui a osé rétorquer : "Ah bah il y a eu un gros budget restauration !" Un tacle qui sous-entend que Caroline Margeridon est une grande adepte de la chirurgie esthétique. Heureusement, la remarque n'a pas vexé la star de télé pour un sou, bien au contraire. Morte de rire, elle a déploré : "Quel faux-frère !" C'est vrai qu'on l'avait connu plus galant... Télé 7 Jours, Caroline Margeridon (Affaire conclue) : sa drôle de réaction à la chirurgie esthétique !

Traductions du mot « rétorquer »

Langue Traduction
Anglais retort
Espagnol retorta
Italien storta
Allemand retorte
Chinois 反驳
Arabe معوجة
Portugais retorta
Russe реторта
Japonais レトルト
Basque erantzun
Corse riproduce
Source : Google Translate API

Synonymes de « rétorquer »

Source : synonymes de rétorquer sur lebonsynonyme.fr

Rétorquer

Retour au sommaire ➦

Partager