Redoute : définition de redoute


Redoute : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

REDOUTE, subst. fém.

A. − ARCHIT. MILIT. Ouvrage de fortification détaché, sans angles rentrants, construit en terre ou en maçonnerie et propre à recevoir de l'artillerie. Emporter, enlever une redoute. La France produit les meilleurs grenadiers du monde pour prendre des redoutes à la baïonnette (Stendhal, Haydn, Mozart et Métastase, 1817, p. 59).Cette ville (...) avec ses quinze forts et ses six redoutes détachées (Zola, Débâcle, 1892, p. 569).
Au fig. [La duchesse] se préparait donc déjà fort habilement à élever autour d'elle une certaine quantité de redoutes qu'elle lui donnerait à emporter [à un général] avant de lui permettre l'entrée de son cœur (Balzac, Langeais, 1834, p. 253).
B. − Vx. Endroit où l'on donne des fêtes, des bals; p. méton., la fête, le bal. Une redoute, une de ces fêtes où ne vont que les femmes galantes (Zola, Nos aut. dram., 1881, p. 242).Je me rappelle encore le roi priant mon grand-père d'inviter M. Decaze à une redoute où mon père devait danser avec la duchesse de Berry (Proust, Guermantes 1, 1920, p. 192).
Prononc. et Orth.: [ʀ ədut]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1599 fortif. (Ph. de Mornay, lettre à Duplessis-Mornay, 8 oct., in Mmede Mornay, Mém., éd. 1869, t. 2, p. 232 ds Quem. DDL t. 13). B. 1752 « bal public » (Trév., qui précise « à Venise et en plusieurs Cours d'Allemagne »). Empr., avec infl. deredouter*, à l'ital. ridotto « refuge, abri » (dep. le xives. d'apr. DEI; cf. les formes fr. redote et ridoute att. en 1618, d'Aubigné, Hist. univ., t. 2, p. 67 et 91 ds Gdf. Compl.) et « lieu de fête, de bal » (dep. 1630, Davila d'apr. DEI), du lat. reductus (locus) « (lieu) retiré », part. passé adj. de reducere (cf. réduire). L'ital. ridotta « petite fortification » (dep. 1918 d'apr. DEI) est empr. au fr. redoute. Fréq. abs. littér.: 148. Bbg. Gohin 1903, p. 328. − Hope 1971, p. 300.

Redoute : définition du Wiktionnaire

Nom commun

redoute \ʁə.dut\ féminin

  1. (Militaire) Pièce de fortification détachée ; petit fort fermé, construit en terre ou en maçonnerie, et propre à recevoir de l’artillerie.
    • Le château, à la vérité, était séparé de cette barbacane par le fossé, et il n’était pas possible aux assiégeants d’attaquer la poterne du fort, située en face de celle de la redoute. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • La veille même du combat de Zouafques, le prince Thomas avait emporté plusieurs redoutes à la faveur desquelles il rétablit aussitôt ses communications avec les assiégés […] — (Mémoires authentiques du duc de La Force, maréchal de France, et de ses deux fils, vol. 1, Paris, 1843, p. C)
    • On pouvait même l’entourer d’une enceinte palissadée, qui s’appuierait aux premières rampes de la falaise, et couronner le cap lui-même d’une redoute fortifiée […] — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
  2. (Régionalisme) (Vieilli) Endroit public où l’on s’assemblait pour jouer, pour danser.
    • Aller à la redoute. Le bal de la redoute.
  3. (Vieilli) Cette fête elle-même.
    • Le bal de la princesse ne les eût pas fait revenir, mais un de leurs cousins était fort malade, et puis le duc tenait beaucoup à une redoute qui avait lieu cette nuit-là et où lui-même devait paraître en Louis XI et sa femme en Isabeau de Bavière. — (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, t. III, Le Côté de Guermantes, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1988, p. 860)

Forme de verbe

redoute \ʁə.dut\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de redouter.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de redouter.
    • Le mécanicien redoute la machine que le voyageur admire, et les officiers étaient un peu les chauffeurs de la locomotive napoléonienne, s’ils n’en furent pas le charbon. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1855)
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de redouter.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de redouter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de redouter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Redoute : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

REDOUTE. n. f.
Pièce de fortification détachée; petit fort fermé, construit en terre ou en maçonnerie, et propre à recevoir de l'artillerie. Prendre une redoute. Attaquer, enlever une redoute. Il se disait aussi, dans quelques villes, d'un Endroit public où l'on s'assemblait pour jouer, pour danser. Aller à la redoute. Le bal de la redoute. Il se dit encore aujourd'hui de la Fête elle-même. Il y a ce soir, au casino, une redoute rose et noire.

Redoute : définition du Littré (1872-1877)

REDOUTE (re-dou-t') s. f.
  • 1Ouvrage de fortification, complétement fermé et ne présentant pas d'angles rentrants (si l'ouvrage présente des angles rentrants, c'est un fort). Redoute carrée. Redoute circulaire. Les ennemis en étaient encore à la première redoute, dont ils n'avaient pu même gagner le fossé, Pellisson, Lett. hist. t. II, p. 161. On ne voyait que des hommes et des femmes occupés à mettre à l'abri les meubles et les troupeaux de leurs habitations, à élever des redoutes, à creuser des fossés, Chateaubriand, Natch. 2e partie. Sur ce sol désolé [à la Moskowa] gisaient trente milliers de cadavres à demi dévorés ; quelques squelettes restés sur l'éboulement de l'une de ces collines dominaient tout ; il semblait que la mort eût établi là son empire ; c'était cette terrible redoute, conquête et tombeau de Caulaincourt, Ségur, Hist. de Nap. IX, 7. Faites promptement fortifier la gorge de la redoute avec ces chariots, Mérimée, l'Enlèvement de la redoute.
  • 2 Autrefois, nom donné à deux grands bateaux joints par de grosses poutres ; les deux bateaux et l'intervalle qui les sépare forment un grand carré environné de balustres ; le pont et l'intérieur portent environ douze cents hommes ; les quatre coins sont garnis de bastions avec des canons ; cet engin sert à traverser les fleuves, Pellisson, Lett. hist. t. I, p. 124.
  • 3Il se dit dans quelques villes d'un endroit public où l'on danse, où l'on joue. Les gazetiers ont traduit le mot ridotto par redoute, qui signifie une espèce de fortification ; mais un homme qui sait la langue conservera toujours le mot d'assemblée, Voltaire, Dict. philos. Langues. Il y a ce soir à la redoute un grand bal paré et masqué, où toute la ville doit se rendre, Picard, Alc. de Molorido, I, 1.

HISTORIQUE

XVIe s. …aussi tost fist une ferme et rude sortie, met en fuitte l'armée, prend toutes leurs redotes, D'Aubigné, Hist. II, 67. Les Espagnols… commencerent une grande tranchée en prenant leur ligne à un angle avec des rameaux, grandes ridoutes pour le combat, D'Aubigné, ib. II, 94.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

REDOUTE. Ajoutez :
3J. J. Rousseau a fait ce mot masculin ; c'est encore un italianisme, comme il y a en a plusieurs dans sa langue : Je n'ai vraiment joué qu'une fois en ma vie, au redoute, à Venise, Lett. à M. de Saint-Germain, 26 fév. 1776.

REMARQUE

Dans le XVIIIe siècle, redoute, au sens de lieu d'assemblée pour danser et jouer, n'était pas encore reçu ; et l'on se servait du mot italien ridotto. Tout allait bien, si ma fortune au jeu ne s'était pas démentie ; mais je perdis au ridotto, en une soirée, 1300 sequins que j'avais amassés, Cazotte, le Diable amoureux, ch. VII.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Redoute : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

REDOUTE, s. f. en terme de fortification, est un ouvrage auquel on donne la figure d’un quarré, d’un bastion ou d’une demi-lune. On place les redoutes au pié du glacis, & alors elles s’appellent communément lunettes. Voyez Lunette. On en construit aussi dans les environs des places, à la portée du fusil des ouvrages les plus avancés. On choisit pour cela les lieux par où l’ennemi peut s’approcher de la place : les redoutes placées dans ces endroits servent à enfiler les travaux de l’ennemi dans les sieges, & à lui rendre les approches de la place plus difficiles. On employe encore ces ouvrages pour couvrir les écluses & les différens postes qu’on veut conserver dans les environs des places.

Les redoutes doivent être placées de maniere que l’ennnemi ne puisse ni les tourner, ni empêcher leur communication avec la ville. On doit observer qu’elles ne puissent pas après avoir été prises, lui servir de rempart contre le feu de la place.

Pour construire une redoute B vis-à-vis une place d’armes rentrante P, Pl. IV. de fortif. fig. 3, on menera par le sommet in de l’angle rentrant de la contrescarpe, & par celui de l’angle saillant de la place d’armes P, une ligne mn qu’on prolongera indéfiniment vers la campagne. On prendra le point n à 20, 30, ou 40 toises de cette place d’armes, suivant qu’on voudra que la redoute soit plus ou moins avancée dans la campagne. On menera par le point n une perpendiculaire à la ligne mn qu’on prolongera de part & d’autre de cette ligne, & sur laquelle on prendra no & np de 15 ou 20 toises pour les demi-gorges de l’ouvrage. Par les points o & p, on élevera les perpendiculaires oq, pr, à chacune desqu’elles on donnera 10 ou 12 toises, elles seront les flancs de la redoute. Des points q & r, pris pour centres & d’un intervalle de 25, 30 ou 35 toises ; on décrira deux arcs qui se couperont dans un point s, duquel on tirera les lignes sq, sr, qui seront les faces de la redoute. On donne à cet ouvrage un parapet de 7 ou 8 piés de hauteur, & de 18 d’épaisseur. On lui mene une ou deux banquettes, ensorte que le parapet n’ait que 4 piés & demi d’élevation sur la banquette. Cet ouvrage a un fossé de 8 ou 10 toises parallele à ses faces, lorsqu’il est sec, & de plus parallelement aussi à ses flancs quand il est plein d’eau. Dans le premier cas, il forme une espece de rampe douce des flancs à l’angle flanqué, où il doit avoir 8 ou 9 piés de profondeur. On le dispose ainsi, afin qu’il soit vu du chemin-couvert dans toute son étendue, & que l’ennemi, après s’en être emparé, ne s’y trouve pas à couvert du feu de la place. Les redoutes sont ordinairement entourées d’un chemin-couvert. Lorsqu’il y a plusieurs front de fortification, accompagnés de redoutes au pié du glacis ; le chemin-couvert qui les enveloppe, forme un avant chemin-couvert, comme à Landau, Luxembourg & plusieurs autres places. Les redoutes sont de terre ou de maçonnerie. Il y en a de voutées à l’épreuve de la bombe. On les appelle redoute cazemattées. Il y en a à Luxembourg de cette espece : ces redoutes ne peuvent gueres être détruites que par les mines, ce qui est une affaire difficile & de longue discussion.

On communique du chemin-couvert de la place aux redoutes & aux lunettes, par une espece de double chemin-couvert, qui va de l’angle saillant des places d’armes, devant lesquelles ces ouvrages sont construit, à la gorge des mêmes ouvrages. On construit cette communication en menant des paralleles de part & d’autre de la ligne Tn, & à la distance de 9 piés. L’élevation de terre qui lui sert de parapet, se perd en glacis, comme celui du chemin-couvert. La communication a une banquette de chaque côté avec des palissades. L’entrée du chemin-couvert est fermée par une traverse T, qui empêche que l’ennemi ne voye dans la place d’armes, après s’être emparé de la redoute. On pratique dans l’épaisseur du parapet de la communication, à côté de la traverse T, un petit passage de part & d’autre, d’environ 2 piés de largeur. La traverse a 4 ou 5 toises de longueur & 3 d’épaisseur. Elle a une banquette du côté intérieur, vers le chemin-couvert de la place. Cette traverse se nomme le tambour. Voyez Tambour. Elle sert encore à flanquer ou à défendre la communication laquelle a plusieurs tambours ou traverses. Lorsqu’il n’y a point d’avant fossé à la place, outre la communication dont on vient de parler, il y en a ordinairement une autre souteraine, qui est plus sûre que la premiere : lorsque les redoutes sont un peu avancées dans la campagne, elle met en état de les soutenir avec beaucoup d’opiniâtreté. Les communications des redoutes de Luxembourg sont de cette maniere.

Il faut observer 1°. que les faces des redoutes ou lunettes doivent être défendues par les branches du chemin-couver, sur lesquelles tombe leur prolongement ; qu’ainsi l’angle flanqué s de la redoute B ne pourroit être plus avancé dans la campagne, parce qu’alors le prolongement de ses faces pourroit tomber au-delà des angles E & F du chemin-couvert, auquel cas elles ne seroient plus défendues. Les parties Eu & tF, sont celles qui défendent la redoute B.

2°. Que l’angle flanqué des redoutes ou des lunettes ne doit jamais avoir moins de soixante degrés. S’il se trouve plus aigu, il faut diminuer les faces & augmenter la gorge de quelques toises, de maniere cependant que la redoute ou lunette se trouve toujours bien flanquée & défendue du chemin-couvert.

3°. Bien prendre garde, dans l’établissement des redoutes, & en général dans la position de tous les ouvrages qu’on construit au-delà du glacis, qu’ils ne puissent pas être pris par leur gorge ou tournés ; c’est-à-dire, que l’ennemi ne puisse pas diriger ou conduire les approches entre cet ouvrage & la place, sans être obligé de l’attaquer en forme ; car autrement la construction en devient totalement inutile pour sa défense. Les redoutes ou lunettes vis-à-vis les places d’armes rentrantes du chemin-couvert ne sont point aussi exposées à cet inconvénient que celles des places d’armes saillantes ; c’est pourquoi elles doivent y être placées préférablement. Elles ont d’ailleurs l’avantage, dans cette premiere position, de pouvoir prendre des revers sur l’ennemi, lorsqu’il veut s’établir sur les angles saillans du glacis, qui sont les premiers objets de son attaque : ce qui le met dans la nécessité de s’emparer de ces ouvrages pour pouvoir avancer ses travaux avec succès.

La construction des redoutes qu’on établit dans la campagne, c’est-à-dire, dans les environs des places, n’est susceptible d’aucune difficulté. On donne au côté des redoutes quarrées, 20 ou 25 toises de longueur ; la gorge de celles qui sont en forme de bastions, a 15 ou 18 toises, les faces 17 ou 20, & les flancs 8 ou 10. On peut augmenter ou diminuer ces mesures, suivant l’usage particulier auquel chaque redoute est destinée, & à la quantité de monde qu’elle doit contenir.

Il est d’usage de relever tous les jours la garde que l’on met dans les redoutes ; mais lorsqu’elles se trouvent trop éloignées de la place, on les construit comme des especes de petits forts particuliers. On les fait entierement de maçonnerie, & on leur donne un ou deux étages, pour y distribuer les logemens nécessaires aux officiers & aux soldats qu’on y met en garnison. On y construit aussi quelquefois, quand le terrein le permet, un soûterrein où l’on pratique un magazin à poudre, & un autre pour les vivres ou munitions de bouche. On peut aussi y construire une citerne dans laquelle on conduit les eaux de la pluie qui tombent sur la partie supérieure de la redoute, laquelle partie se nomme plate-forme. Cette plateforme a un parapet de maçonnerie percé de tous côtés par des embrazures pour tirer le canon, ou des crenaux pour tirer le fusil. La partie supérieure de ces redoutes saille quelquefois en machicoulis, afin de faire découvrir le pié du mur de la redoute. On les appelle alors redoutes à machicoulis. Voyez Machicoulis.

On construit encore des redoutes dans les lignes de circonvallation & de contrevallation, dans les différens postes qu’on veut garder à la guerre, & même quelquefois devant le front des armées en bataille, pour les fortifier, & leur servir d’espece de retranchement. Voyez Ordre de bataille. Ces redoutes sont de terre avec un rempart fraizé. Voyez Fraizes.

On peut encore se servir des redoutes pour former une espece de ligne de circonvallation autour des places, comme M. le maréchal de Saxe l’avoit fait à Maestricht en 1748 ; plusieurs militaires pensent que cette circonvallation formée d’ouvrages ainsi détachés est plus avantageuse que les lignes ordinaires. Nous observerons seulement ici sur ce sujet que les plus fameux capitaines anciens & modernes se sont servi très-avantageusement de ces lignes : qu’on n’a point encore d’exemple à alléguer en faveur des circonvallations formées de redoutes détachées ; & que dans un objet aussi important, l’amour de la nouveauté ne doit point nous porter à changer l’ancienne méthode qu’autant qu’il sera bien prouvé que la nouvelle est plus avantageuse ; & c’est ce qu’on n’a point encore fait. Nous renvoyons pour le détail de cette espece de problème militaire, à notre traité de l’attaque des places, seconde édition, dans lequel nous avons examiné les avantages & les inconvéniens des deux especes de lignes dont il s’agit. (Q)

Redoute a crémaillere, c’est une redoute ordinaire dont les faces forment des especes de redans perpendiculaires les uns aux autres de trois piés de côté ou de saillie.

L’objet de ces redans est de défendre toutes les parties de la redoute, c’est-à-dire, les angles qui dans les autres constructions ne sont pas défendues. Ingénieur de campagne par M. de Clairac.

Cette sorte de redoute demande du tems pour être construite solidement : ce qui fait qu’elle ne peut guere s’employer que dans les endroits que l’on peut fortifier à loisir. (Q)

Redoute, s. f. (Hist. mod.) en Italien ridotto. C’est un lieu public établi à Venise, où l’on s’assemble pour jouer à des jeux de hasard & sur-tout au pharaon. C’est toujours un noble Vénitien qui tient la banque, & il a à ses côtés deux dames masquées pour l’avertir des fautes d’inadvertence qu’il pourroit commettre à son préjudice. On n’y entre que masqué, & c’est pendant le carnaval que se tient la redoute. Les étrangers se plaignent de ne gagner presque jamais au jeu qui s’y tient.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « redoute »

Étymologie de redoute - Littré

Ital. ridotto, réduit, retraite, de ridurre, reduire ; c'est l'équivalent de notre réduit, s. m. On voit comment le mot peut signifier à la fois un ouvrage de fortification et un lieu où l'on danse.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de redoute - Wiktionnaire

(XVIe siècle) De l’italien ridotta (« redoute »), féminin de ridotto, du latin reductus ; le français a réduit avec un sens similaire de « lieu retiré ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « redoute »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
redoute rœdut play_arrow

Citations contenant le mot « redoute »

  • Il n'y a rien à redouter dans le fait de vivre, pour qui a authentiquement compris qu'il n'y a rien à redouter dans le fait de ne pas vivre. De Epicure / Lettre à Ménécée
  • Que redoute-t-on quand un homme fixe sa vie avant d'avoir mené la vie de garçon ? On craint que la solidité du mariage ne résiste pas au déchaînement subit de l'instinct viril. Juste crainte, mais qui n'est pas moins fondée pour la femme. De Léon Blum / Du mariage
  • Les blessures les plus profondes ont toujours eu trait à des trahisons. C’est ce que je redoute le plus, la trahison d’amis ou de proches. De Brigitte Bardot / l’interview du Figaro du 23 septembre 1996
  • Amitié ou amour, il ne faut pas s'entendre sur l'essentiel, soit qu'on craigne d'en venir aux mains, soit qu'on redoute de s'ennuyer. De Pascal Quignard / Le Salon du Wurtemberg
  • S'il y a deux substantifs que je redoute quand on parle de télévision, c'est culture et éducation. De Jean Amadou / Journal d'un bouffon
  • Ce que je redoute le plus avec l'Euro, c’est qu’il sera environ 6,5 fois plus dur d'être millionnaire. De Maxime Landron
  • Ce n’est pas s’unir à une femme qu’un homme redoute lorsqu’il pense à se marier ; c’est se séparer de toutes les autres. De Helen Rowland
  • Ce ne sont point ceux qui m'attaque que je redoute ; mais bien ceux qui me défendront. De André Gide
  • Dans les jeunes étreintes on a peur de donner la vie ; dans les dernières, on redoute de donner la sienne. De Roger Judrin
  • Je redoute l'hiver parce que c'est la saison du confort ! De Arthur Rimbaud / Une Saison en enfer
  • On se débrouille toujours pour qu’il arrive ce qu’on redoute le plus. De Denis Guedj / Le théorème du perroquet
  • Ce que l'homme redoute le plus, c'est ce qui lui convient. De Henri-Frédéric Amiel / Journal intime
  • Il ne faut jamais aller au-devant des choses qu'on redoute. De Sacha Guitry / Quadrille
  • Quel mortel reste juste s'il ne redoute rien ? De Eschyle / Les Euménides
  • Je redoute trois journaux plus que 100.000 baïonnettes. De Napoléon Bonaparte

Images d'illustration du mot « redoute »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « redoute »

Langue Traduction
Corse teme
Basque beldur
Japonais 恐れる
Russe страшиться
Portugais pavor
Arabe الفزع
Chinois 恐惧
Allemand fürchten
Italien terrore
Espagnol pavor
Anglais dread
Source : Google Translate API

Synonymes de « redoute »

Source : synonymes de redoute sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « redoute »



mots du mois

Mots similaires