La langue française

Rasoir

Sommaire

  • Définitions du mot rasoir
  • Étymologie de « rasoir »
  • Phonétique de « rasoir »
  • Citations contenant le mot « rasoir »
  • Images d'illustration du mot « rasoir »
  • Traductions du mot « rasoir »
  • Synonymes de « rasoir »
  • Antonymes de « rasoir »

Définitions du mot « rasoir »

Trésor de la Langue Française informatisé

RASOIR, subst. masc.

A. −
1. Instrument de rasage.
a) Rasoir (à lame), rasoir (à main). Instrument en forme de couteau dont la lame incurvée se plie pour rentrer dans le manche. Synon. couteau; coupe-chou (fam.), sabre (fam.).Affiler, aiguiser son rasoir; fil du rasoir; couper, trancher comme un rasoir; coupe au rasoir. César (...) referme son rasoir (Pagnol, Marius, 1931, IV, 1, p. 209).Edmond ne se trouva pas rasé d'assez près, il se redonna un coup de rasoir dans le cou. Il se coupa au menton. Où ai-je fourré la pierre? (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 326).
b) Rasoir (mécanique). Instrument composé d'un manche sur lequel se visse ou s'encastre une lame amovible. Synon. rasoir américain, rasoir de sûreté. (Dict. xxes.).Rasoir jetable. Ayant tiré de sa poche un rasoir mécanique, [Alban] se rasa dans l'ombre, à tâtons (Montherl., Bestiaires, 1926, p. 391).
Lame* de rasoir.
c) Rasoir (électrique). Appareil électrique permettant le rasage à sec. À propos d'un rasoir électrique diffusé dans toute la France, on a organisé une campagne de publicité localisée à la région parisienne (Weinand, Public. radioph., 1964, p. 36).
2. Expr. fig.
a) Être taillé, coupé au rasoir. Avoir des contours nets, anguleux. Dure figure, taillée au rasoir (Michelet, Chemins Europe, 1874, p. 518).Le rire d'une bouche coupée au rasoir (Camus, Homme rév., 1951, p. 111).
b) Au rasoir. À la perfection. Les répliques (...) que vous savez vraiment, mais vraiment « au rasoir », tout à l'heure, il faudra les dire (S. Signoret, La Nostalgie n'est plus ce qu'elle était, 1975-78ds Gilb. 1980).
c) Sur le fil, sur une lame de rasoir. Dans un équilibre instable, précaire. Je vis sur une lame de rasoir, et ne comprends rien à mon espèce de sécurité (Verlaine, Corresp., t. 3, 1887, p. 340).Dans une perfection si parfaite qu'elle semble fragile. La Nuit transfigurée, de Schoenberg, où le mariage des instruments (...) atteignait à une telle perfection, sur le fil du rasoir, à une telle pesée des nuances, à un tel frémissement dans cette musique torturée et extatique, qu'on aurait voulu la fixer immédiatement sur disque (Le Monde, 18 avr. 1984,p. 16).
B. − Fam., adj. inv. Ennuyeux, fatigant. Synon. (fam.) barbant, casse-pied (vulg.); chiant, emmerdant.Quand on jouait un drame ou un opéra-comique. J'en savais assez pour juger, avec la féroce simplicité des enfants, que « tout ça était un peu rasoir » (Gyp, Souv. pte fille, 1928, p. 227).
Empl. subst. Individu qui est très ennuyeux. Synon. raseur.Quel rasoir! (Littré).
Prononc. et Orth.: [ʀ ɑzwa:ʀ], [ʀa-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Mil. xiies. rasuir « instrument servant à raser » (Psautier Cambridge, 51, 2 ds T.-L.); ca 1180 rasouer (Jehan le Nevelon, Vengeance Alixandre, 1882 ds Elliott Monographs t. 27, p. 96); 2. 1792 « guillotine » (A. Schmidt, Tabl. Révol. fr., t. 1, p. 267 ds Brunot t. 9, p. 877); 1793-94 rasoir national « id. » (Desmoulins ds Vx Cordelier, p. 258); 3. arg. a) 1866 subst. « personne ennuyeuse » (Delvau); b) 1881 adj. « ennuyeux » (Rigaud, Dict. arg. mod.). Du b. lat. rasorium « rasoir » att. dans l'Itala (dér. de rasum, supin de radere, v. raser). Fréq. abs. littér.: 262. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 174, b) 404; xxes.: a) 487, b) 455. Bbg. Klein Vie paris. 1976, pp. 128-130. − Quem. DDL t. 19, 27. − Vaganay (H.). Pour l'hist. du fr. mod. Rom. Forsch. 1913, t. 32, p. 144.

Wiktionnaire

Nom commun

rasoir \ʁa.zwaʁ\ masculin

  1. Instrument d’acier qui a le tranchant très fin et dont on se sert pour raser la barbe.
    • Ce sont les plaies faites maladroitement, par les barbiers d’occasion, à l'aide de mauvais rasoirs, voire même de couteaux, plus ou moins bien affilés, qui créent des portes d'entrée à la contamination. — (Bulletin de la Société française de dermatologie et de syphiligraphie, vol. 20, Éditions Masson et Cie, 1909, p. 155)
    • D’un coup de rasoir, je lui coupai la tête, et le tronc, d’où un flot de sang s’échappait, gigota quelques secondes sur le parquet. — (Octave Mirbeau, La Tête coupée,)
    • Toilette du bataillon. Le barbier passe pour particulièrement francophile. Tout le monde va se raser chez lui. Chacun emporte son savon, son blaireau, son rasoir, et lui n’a guère qu’à regarder, mais enfin on se rase chez un coiffeur. — (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • Ses rasoirs, à manche d’agate, coupaient bien […] — (Orhan Pamuk, Mon nom est Rouge, Éditions Gallimard, 2011)
  2. Appareil électrique servant à raser la barbe, rasoir électrique.
  3. (Philosophie) Principe ou règle générale qui permet d'éliminer (de « raser ») des explications improbables d'un phénomène.
    • Le rasoir d'Ockham est « la maxime méthodologique suprême lorsqu'on philosophe » — (Bertrand Russell, On the Nature of Acquaintance, 1914)
  4. (Familier) (Péjoratif) Personne ou d’une chose ennuyeuse.
    • Quel rasoir ce mec!

Adjectif

rasoir \ʁa.zwaʁ\ invariable

  1. (Familier) Ennuyeux, rasant.
    • C’est toujours très rasoir ces études et analyses sur une Œuvre, composations[sic] où l’on prête le plus souvent des idées, des tendances et des intuitions à l’auteur disséqué que celui-ci n’a presque jamais eues. — (Jehan Rictus, Journal quotidien, cahier 25, p. 21, 3 août 1902)
    • Malgré ce manque de couleur et de plasticité il y a une forte émotion dans ses romans, mais combien il faut avaler de pages rasoir avant d'y parvenir. — (Jehan Rictus, Journal quotidien, cahier 102, p. 69, 25 janvier 1920)
    • Ah non, je ne regarde jamais les vœux du président à la télé y’a pas plus rasoir.

Nom commun 2

rasoir \ʁa.zwaʁ\ masculin

  1. (Ichtyologie) Espèce de poisson osseux d’eau douce, de la famille des carpes, d’Eurasie.
  2. (Ichtyologie) Variante de rason (poisson).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RASOIR. n. m.
Instrument d'acier qui a le tranchant très fin et dont on se sert pour raser la barbe. Le manche, la lame d'un rasoir. Affiler un rasoir. Repasser un rasoir. Un rasoir mécanique. Fam., Couper comme un rasoir se dit de Tout ce qui coupe très bien. Pierre à rasoir, Sorte de pierre sur laquelle on passe les rasoirs pour les rendre plus coupants. Cuir à rasoir, Cuir préparé pour le même usage.

RASOIR se dit très familièrement d'une Personne ou d'une chose ennuyeuse. Quel rasoir!

Littré (1872-1877)

RASOIR (ra-zoir) s. m.
  • 1Instrument d'acier qui a le tranchant très fin, et avec lequel on rase la barbe, les cheveux. Vous enfanterez un fils, sur la tête duquel le rasoir ne passera point, Sacy, Juges, XIII, 5. En supposant l'acier très dur, le premier degré de recuit, celui qui est propre aux rasoirs, canifs, burins, lui donne la couleur paille, Brongniart, Traité de min. t. II, p. 391, dans POUGENS.

    Couper comme un rasoir, couper très bien.

    Pierre à rasoir, espèce de pierre sur laquelle on passe les rasoirs pour les rendre plus coupants. On trouve de ces pierres à rasoir dans presque toutes les carrières dont on tire l'ardoise, Buffon, Min. t. VII, p. 144.

    Cuir à rasoir, cuir préparé sur lequel on passe les rasoirs pour en refaire le fil.

    Fig. Marcher sur des rasoirs, faire quelque chose de très difficile. Tout était enlevé [à un sermon de Bourdaloue], et disait que c'était marcher sur des charbons ardents, sur des rasoirs que de traiter cette matière [un sujet controversé entre les jésuites et les jansénistes] …, Sévigné, 5 mars 1683.

  • 2 Fig. et populairement. Un rasoir, un homme ennuyeux, fatigant Quel rasoir !

HISTORIQUE

XIIe s. …Que par ta pitied eusse fiz, durreie le tei [je te le donnerais] à tun servise, e rasur ne li munterad le chef, Rois, p. 3.

XIIIe s. Tu es si comme rasoirs aguz qui est tranchanz, Psautier, f° 63. Car lor langhe [des femmes] est plus esmolue Que n'est rasoirs ne faus ague, Gui de Cambrai, Barl. et Jos. p. 235. Barbier sans rasoir, sanz cisailles, Qui ne sez rooigner ne rere, Tu n'as ne bacins ne toailles, Ne de quoi chaufer ewe clere, Rutebeuf, 214.

XIVe s. [Une espée] Tranchant com rasoer que porte barbieur, Guesclin. 16213.

XVe s. Je vous delivrerai à Jousselin [le bourreau] qui vous fera vos barbes sans rasouer, Froissart, II, III, 8. Quand ces seigneurs bourgoignons oyrent ainsi parler le roy d'Angleterre dont les mots tranchoient comme rasoirs, Chastelain, Chron. du duc Phil. ch. 10.

XVIe s. Tu conduiras une droite ligne avec ton rasoir [scalpel] depuis là où tu as laissé l'incision du cuir du ventre inferieur, jusqu'au menton, Paré, II, 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RASOIR, s. m. (Coutellerie.) instrument composé d’un taillant d’acier fin, & d’une châsse de bois, d’écaille, ou de baleine, duquel instrument tranchant & affilé on se sert pour faire la barbe.

Voici la maniere dont se fait le rasoir dans la boutique du Coutelier. Vous alongez votre acier en pente, comme si vous vous proposiez de lui former un tranchant d’un côté & un dos de l’autre. Observez de mettre la partie saine de l’acier au dos, parce que c’est ce dos qui formera dans la suite du travail le tranchant du rasoir. Votre barre d’acier étirée en pente, doit avoir environ une ligne d’épaisseur à l’extrémité de sa pente, & trois lignes environ au dos ; quant à la largeur, elle est de 9 lignes ou environ dans toute la longueur de la barre. Vous la séparez ensuite en petits morceaux d’un pouce de longueur sur la tranche à queue qui est placée dans un trou pratiqué à la base de la bigorne de l’enclume. Quand toutes ces séparations sont faites, ce qui s’exécute en deux ou trois chaudes, vous trempez la barre ainsi divisée par ces séparations obliques, dans de l’eau fraîche ; vous frappez ensuite la barre froide de petits coups de marteau, & elle se casse à toutes les séparations, & se distribue en petits morceaux d’acier en talus, minces d’un côté, épais de l’autre, qu’on appelle bobeches.

Les bobeches étant faites, comme il n’est pas nécessaire que le dos d’un rasoir soit d’un acier aussi fin que son tranchant, on prend un morceau d’acier de Nevers, qu’on alonge, & auquel on donne la même forme qu’à celui d’Angleterre, dont on a fait les bobeches ; c’est-à-dire qu’on le tient dans toute sa longueur également large, mince par un côté, & épais par l’autre ; avec cette différence seule qu’il doit être un peu plus fort que pour les bobeches. Lorsque l’acier est sous cette forme, on l’appelle couverture.

Quand la couverture est prête, vous la faites chauffer ; & pendant qu’elle est chaude, vous la recourbez par le bout à-peu-près de la longueur de la bobeche, que vous insérez entre la partie recourbée & le reste de la barre, qui lui forment comme une châsse, dont les deux côtés intérieurs allant en talus reçoivent avec assez d’exactitude les talus de la bobeche, de maniere que la partie mince de la bobeche soit au fond de la chasse, & la partie épaisse s’éleve au dessus & sorte en-dehors, débordant environ d’une ligne & demie. Vous frapperez quelques coups de marteau sur la bobeche & sur la couverture, afin de les appliquer l’une & l’autre assez fortement, pour que la bobeche ne se sépare pas de la couverture dans le feu. Vous mettrez dans le feu cet assemblage ; vous le ferez chauffer doucement, assez pour que la bobeche & la couverture commencent à se souder : vous donnerez la seconde chaude un peu plus forte, ainsi de la troisieme ; vous acheverez de souder ; vous alongerez votre morceau d’environ quatre pouces, lui donnant une forme qui tende à celle du rasoir, & qui vous indique surement de quel côté est l’acier d’Angleterre, car c’est ce côté qui doit faire votre tranchant. Vous couperez ce morceau & le séparerez entierement de la couverture, & vous aurez ce qu’on appelle une enlevure de rasoir : Vous mettrez ainsi toute votre couverture & toutes vos bobeches en enlevure, avant que de passer à une autre manœuvre.

Cela fait, vous prendrez une enlevure & vous l’alongerez d’environ cinq pouces, lui donnant une pente du côté qui doit former votre tranchant, & un peu plus de largeur à la tête qu’à la queue. Vous continuerez d’étendre & de former la lame du rasoir avec la panne d’un marteau qu’on appelle marteau à rabattre ; il faut que cette panne ne soit ni trop ronde ni trop plate ; il faut que la tête soit un peu alongée par le côté ; qu’elle ait là un pouce & un quart ; qu’elle n’ait qu’un pouce sur le devant. Quand on a élargi suffisamment la lame avec la panne, on l’unit avec la tête ; & quand il est dans cet état, le rasoir est ce que les ouvriers appellent rabattu ; on le marque ensuite. Quand il est marqué, on le bat à froid : cette derniere façon de forge serrant les pores de l’acier, ne contribue pas peu à la bonté de l’ouvrage.

Quand le rasoir est parfait de forge, on le lime pour perfectionner sa figure, dans un étau d’environ trois piés de haut ; il doit avoir six pouces du milieu de l’œil jusqu’au-dessus des mâchoires ; les mâchoires quatre pouces de long, la boîte dix-huit pouces, la vis vingt-quatre pouces ; le diametre de la vis de 16 lignes : il doit peser en tout environ 60 livres. Il y a des pieces de chirurgie qui se forgent sur l’étau ; d’autres qui servent à sertir : ceux-ci doivent être plus petits que celui dont je viens de donner les dimensions ; les autres doivent être plus grands.

Quand on a approché à la lime le rasoir de la figure qu’il doit avoir, en enlevant toutes les inégalités, & en le terminant bien exactement, vous faites allumer un feu de charbon dans un lieu plutôt obscur que trop éclairé ; le grand jour vous empêcheroit de bien juger de la couleur que le feu donnera au rasoir. Quand votre feu sera bien allumé, vous aurez à côté de vous un soufflet moyen, avec un morceau de fer fendu par le bout, long d’environ un tiers d’aune : on appelle cet instrument un faux manche ; le faux manche est plus commode que des tenailles. Vous faites entrer votre rasoir d’environ trois quarts de pouce par le talon dans l’ouverture du faux manche ; vous le posez ensuite sur les charbons ; vous le faites chauffer doucement ; vous lui donnez un peu plus que couleur de cerise, mais non le blanc. Plus l’acier est fin, moins il doit être trempé chaud. La trempe trop chaude dilate les pores, & rend les petites dents de la scie qui forment le tranchant, trop grosses & trop écartées, & par conséquent le tranchant rude. On peut user pour la trempe d’eau de puits ou d’eau de riviere à discrétion ; observant seulement qu’avant de tremper dans l’eau de puits, il faut la dégourdir, en y plongeant un morceau de fer rouge. On trempe au contraire dans l’eau de pluie ou de riviere comme elle est, à-moins que ce ne soit en hiver ; mais quand l’une & l’autre commencent à s’échauffer, à force de recevoir des pieces trempées, il faut les rechanger.

Quand le rasoir est trempé, vous prenez un morceau de meule, & vous l’écurez & blanchissez d’un côté ; vous avez ensuite dans une poële du charbon bien allumé, ou de la braise de boulanger, que je préfere au charbon. Vous posez votre rasoir sur cette braise, le dos sur la braise & incliné, afin que le tranchant ne s’échauffe pas plus promptement que le dos, quoiqu’il ait moins d’épaisseur ; vous tenez votre rasoir dans cet état jusqu’à ce qu’il prenne la couleur de renard, mais non pas tout-à-fait celle d’or. Quand il a cette couleur, nous le trempons dans l’eau ; puis à l’aide d’un manche de bois que nous appellons faux manche, & dans lequel nous enchâssons le talon, nous nous préparons à l’émoudre.

L’opération précédente s’appelle recuit.

Nous prenons pour émoudre le rasoir une meule d’environ quinze pouces, montée sur un arbre de fer d’environ un pouce en quarré, sur dix-huit pouces de long ou environ, selon la commodité des lieux. Nous émoulons le rasoir ; nous dressons le tranchant & les biseaux ; nous formons le dos & le talon, & c’est ce que nous appellons blanchir.

A cette premiere meule on en fait succéder une autre d’environ six pouces de hauteur ; il est évident que celle-ci ayant beaucoup plus de convexité que la premiere, doit évider le milieu du rasoir : aussi fait-elle, & c’est ce que nous appellons dégrossir.

A la seconde meule on en fait succéder une troisieme d’environ dix à douze pouces de diametre, pour donner au tranchant la même force depuis le talon jusqu’à la pointe ; & c’est ce que l’on appelle mettre à tranchant. Il faut laisser au tranchant un petit biseau, qu’on gagne à la polissoire ; on fait ce petit biseau avec la pierre à affiler à l’eau.

Lorsque le tranchant, les biseaux & le dos sont bien dressés, l’on a une polissoire de bois de noyer de la hauteur ou environ de la meule à tranchant, mais de deux tiers plus mince, & l’arbre d’un tiers : on couche sur cette polissoire de l’émeri bien broyé, qu’on delaye avec un peu d’huile d’olive : vous en étendez de tems en tems sur votre lame, & vous emportez les traits de la meule, & gagnez le biseau que vous avez fait en affilant ; vous polissez par-tout, & rendez le rasoir propre.

Cela fait, vous avez une chasse d’écaille, de corne, ou de baleine, sur laquelle vous montez la lame du rasoir par le moyen d’un clou & de deux rosettes ; quelquefois on contient les côtés de la châsse en plaçant un clou & deux autres rosettes à l’extrémité.

Rasoir, outil de Gaînier, c’est une lame de rasoir emmanchée comme une lime. Cette lame est fort tranchante, & sert aux Gaîniers pour couper les grains de la roussette & du requin qu’ils emploient. Voyez les fig. Pl. du Gaînier.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rasoir »

(Date à préciser) Du verbe raser avec le suffixe -oir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Raser ; wallon, rezeu ; Berry, razouer, razoué ; provenç. razor ; anc. cat. rasó ; ital. rasoio.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « rasoir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rasoir razwar

Citations contenant le mot « rasoir »

  • La tragédie : la collaboration du glaive et du rasoir. De Miguel Zamacoïs
  • La popularité est un rasoir entre les mains d'un enfant. De Charles Joseph de Ligne / Mes Ecarts posthumes
  • On ne se rassasie pas des plaisirs du monde, pareils au miel sur le tranchant d'un rasoir. De Santideva
  • La langue des filles moqueuses est aussi affilée que le tranchant invisible du rasoir, qui divise un cheveu insaisissable au regard. De William Shakespeare / Peines d’amour perdues
  • D'ordinaire réservé aux barbes des hommes, le rasoir de sûreté séduit de plus en plus de femmes. Et pour cause, il multiplie les bons points. Zoom sur une tendance au poil ! Magazine Avantages, Contre les poils, le rasoir de sûreté séduit - Magazine Avantages
  • Le rasoir Babyliss for Men Le Designer SH500E est actuellement vendu à 60 € sur le site de Darty à l'occasion des soldes d'été. Une offre intéressante pour ce rasoir lancé initialement à 199 €. , Soldes été 2020 – Le rasoir Babyliss for Men Le Designer SH500E à 60 € - Les Numériques
  • Le suspect, 31 ans, a été trouvé en possession d’un pistolet en plastique et de deux lames de rasoir. The Times of Israël, Un homme arrêté pour avoir menacé les Netanyahu transportait des lames de rasoir | The Times of Israël
  • La Pologne a commencé à voter dimanche dans une élection présidentielle sur le fil du rasoir, entre un président populiste sortant et un libéral europhile qui veut rétablir les liens avec Bruxelles. Courrier picard, En Pologne, un vote présidentiel sur le fil du rasoir

Images d'illustration du mot « rasoir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rasoir »

Langue Traduction
Anglais shaver
Espagnol maquinilla de afeitar
Italien rasoio
Allemand rasierapparat
Chinois 剃须刀
Arabe الة الحلاقة
Portugais barbeador
Russe бритва
Japonais シェーバー
Basque shaver
Corse spaziu
Source : Google Translate API

Synonymes de « rasoir »

Source : synonymes de rasoir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rasoir »

Partager