La langue française

Railleur, railleuse

Sommaire

  • Définitions du mot railleur, railleuse
  • Étymologie de « railleur »
  • Phonétique de « railleur »
  • Citations contenant le mot « railleur »
  • Images d'illustration du mot « railleur »
  • Traductions du mot « railleur »
  • Synonymes de « railleur »
  • Antonymes de « railleur »

Définitions du mot railleur, railleuse

Trésor de la Langue Française informatisé

RAILLEUR, -EUSE, adj. et subst.

I. − Adjectif
A. −
1. Qui raille ou a l'habitude de railler quelqu'un ou quelque chose. Synon. moqueur, persifleur; anton. admirateur, respectueux.Cette autre mise en position était due à la railleuse Valérie, qui, sous prétexte de rajeunir son maire, l'avait doté d'un ridicule de plus (Balzac, Cous. Bette, 1846, p. 281).− Ça te change, dit Gavroche, tu es moins laid, tu devrais garder toujours ça. Montparnasse était joli garçon, mais Gavroche était railleur (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 155).Pourquoi, dit-il, railleur, hésitez-vous à me dire que vous sortez de chez d'Estrème? (Abellio, Pacifiques, 1946, p. 241).
P. anal. Un peu furieux de nos chants d'oiseaux, Vous nous couronnez de railleurs roseaux! (Desb.-Valm., Mél., 1859, p. 210).
2. [P. méton.] Qui exprime ou qui manifeste qu'on (se) raille (de) quelqu'un ou quelque chose. Synon. moqueur, goguenard; anton. admirateur, respectueux.Air, geste, regard railleur; mine, lèvre, intonation, indulgence railleuse; yeux railleurs. Un homme de trente ans au plus, à l'œil fin, à la bouche railleuse, était assis devant un bureau chargé de papiers et de cartons (Sandeau, Sacs, 1851, p. 49).Je sors de votre école, mon oncle, répondit avec une déférence à demi railleuse le prétendu marquis (Ponson du Terr., Rocambole, t. 3, 1859, p. 327).− En voulez-vous..., mon ci-devant? Et la foule, secouée de joie railleuse, suivit: − Il faut en prendre un peu tout de même, marquis! (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 152).Madame de Kerich passa (...) et lui jeta, sans s'arrêter, un bonjour railleur (Rolland, J.-Chr., Matin, 1904, p. 205).
B. − Qui consiste en une (des) raillerie(s) ou contient une (des) raillerie(s). Synon. moqueur.Mot railleur; fable, histoire railleuse. Chaque parole dure ou railleuse qui m'échappait était une faute (Musset, Confess. enf. s., 1836, p. 271).Moqueuse, elle soutint son regard, puis elle lui partit au nez d'un éclat de rire si railleur, qu'il en fut tout décontenancé (Moselly, Terres lorr., 1907, p. 221):
... Bainville écrivait des chroniques de première page, qu'il signait Léonce Beaujeu, généralement railleuses, incisives et d'un bon sens ailé, comme sa conversation. L. Daudet, Brév. journ., 1936, p. 99.
II. − Subst. Personne qui raille ou a l'habitude de railler. La race des railleurs. Et au moindre sourire malin, je me sentais le besoin de poignarder le railleur (Michelet, Mémor., 1822, p. 206).Vous n'avez plus de rivale! fut le dernier mot de ce froid railleur (Balzac, Splend. et mis., 1847, p. 656).Il rappelle en railleur à demi mondain la fameuse querelle des cordeliers sur la forme de leur capuchon (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 4, 1859, p. 327).
Empl. en nom de qualité. Ce railleur de Dubus était tout ému, hier, presque pâle, parce qu'on lui apprenait qu'un journal quelconque avait parlé de lui (Renard, Journal, 1890, p. 58).J'en étais tout attendri au fond de moi, et ce railleur de Rouveyre l'a bien vu (Léautaud, Journal littér., 3, 1910, p. 14).
REM.
Raillard, -arde, adj. et subst.a) Adj. α) Qui raille ou a l'habitude de railler. Synon. railleur.Au royaume d'Utopie, situé devers Chinon, régnait (...) le bonhomme Grandgousier (...) bon raillard en son temps, aimant à boire sec et à manger salé (Sainte-Beuve, Tabl. poés. fr., 1828, p. 269).À sa droite, une impassible et raillarde brute prétorienne surmontée d'un panache éclatant (Bloy, Journal, 1892, p. 19). β) Qui exprime ou manifeste que l'on raille quelqu'un ou quelque chose. Ton raillard. Bien au contraire régnait chez eux une certaine jovialité sur une note raillarde (Goncourt, Journal, 1878, p. 1232).b) Subst. Personne qui (se) raille (de) quelqu'un ou quelque chose. Synon. railleur.Il aurait voulu que ce méchant raillard de Scapin le vît en cette gloire et ce triomphe (Gautier, Fracasse, 1863, p. 241).
Prononc. et Orth.: [ʀ ɑjœ:ʀ], [-a-], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1410-17 subst. fém. railleresse « celle qui raille, qui se moque » (Troilus, éd. L. Moland et C. d'Héricault, Nouvelles fr. du xives., p. 293); 1464 subst. masc. railleur (Maistre Pierre Pathelin, 1497, éd. R. T. Holbrook, p. 78); 2. 1632 adj. (Corneille, La Veuve, II, 4). Dér. de railler*; suff. -eur2*. Fréq. abs. littér.: 496. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 747, b) 1 286; xxes.: a) 706, b) 357.
DÉR.
Railleusement, adv.a) D'une manière qui montre que l'on (se) raille (de) quelqu'un ou quelque chose. Synon. moqueusement.C'est sérieux, dit-elle en voyant le jeune homme qui la contemplait railleusement en se moquant de son attitude penchée (Zola, Curée, 1872, p. 323).Je vous ai dit déjà que je n'aime personne. Léonard sourit railleusement (Estaunié, Empreinte, 1896, p. 209).b) En guise de raillerie. Merci de ta psychologie, et de ta morale, interrompit railleusement Pierre (Vogüé, Morts, 1899, p. 395).Au milieu de « toutes ses grand'mères », comme dit railleusement l'ambassadeur de Russie, il se croit au tribunal de la reine de beauté (Maurois, Disraëli, 1927, p. 267). [ʀ ɑjøzmɑ ̃], [ʀa-]. 1reattest. 1834 (Sainte-Beuve, Volupté, t. 1, p. 114); de railleur, suff. -(e)ment2*. Fréq. abs. littér.: 34.

Wiktionnaire

Adjectif

railleur \ʁa.jœʁ\

  1. Porté à la raillerie.
    • Esprit railleur. - Humeur railleuse. - Cet homme est trop railleur.
  2. Qui est empreint de railleries, qui est dit pour railler, pour plaisanter.
    • Un genre de littérature dont l'origine nous appartient plus complètement, ce sont ces contes et fabliaux, peinture familière et railleuse de la vie privée, …. — (Jean-Jacques Ampère, La Littérature française dans ses rapports avec les littératures étrangères au Moyen Âge, Revue des Deux Mondes, 1833, tome 1)
    • Le capitaine s’inclina, puis d’un accent railleur il commença son récit ; …. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)

Nom commun

railleur \ʁa.jœʁ\ masculin (pour une femme on dit : railleuse)

  1. Celui, celle qui aime à railler, qui raille souvent.
    • D’autres, des railleurs, roulent ces lettres pour en allumer leur cigare, ou les donnent à leurs femmes qui s’en font des papillotes ; …. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Pour elle, pour la protéger contre les moqueries et les coups, il était toujours prêt à bousculer les railleurs. — (Out-el-Kouloub, Zariffa, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)

Nom commun

railleuse \ʁa.jøz\ féminin (pour un homme on dit : railleur)

  1. Celle qui aime à railler, qui raille souvent.
    • Car, oui, Rachida, on la croyait humoriste, une railleuse, une marrante sous ses côtés femme-mec. — (Catherine Schwaab, Rachida Khalil rit jaune, www.parismatch.com, 8 mai 2018)

Forme d’adjectif

railleuse \ʁa.jøz\

  1. Féminin singulier de railleur.

Nom commun

railleuse \ʁa.jøz\ féminin (pour un homme on dit : railleur)

  1. Celle qui aime à railler, qui raille souvent.
    • Car, oui, Rachida, on la croyait humoriste, une railleuse, une marrante sous ses côtés femme-mec. — (Catherine Schwaab, Rachida Khalil rit jaune, www.parismatch.com, 8 mai 2018)

Forme d’adjectif

railleuse \ʁa.jøz\

  1. Féminin singulier de railleur.

Nom commun

railleuse \ʁa.jøz\ féminin (pour un homme on dit : railleur)

  1. Celle qui aime à railler, qui raille souvent.
    • Car, oui, Rachida, on la croyait humoriste, une railleuse, une marrante sous ses côtés femme-mec. — (Catherine Schwaab, Rachida Khalil rit jaune, www.parismatch.com, 8 mai 2018)

Forme d’adjectif

railleuse \ʁa.jøz\

  1. Féminin singulier de railleur.

Nom commun

railleuse \ʁa.jøz\ féminin (pour un homme on dit : railleur)

  1. Celle qui aime à railler, qui raille souvent.
    • Car, oui, Rachida, on la croyait humoriste, une railleuse, une marrante sous ses côtés femme-mec. — (Catherine Schwaab, Rachida Khalil rit jaune, www.parismatch.com, 8 mai 2018)

Forme d’adjectif

railleuse \ʁa.jøz\

  1. Féminin singulier de railleur.

Nom commun

railleuse \ʁa.jøz\ féminin (pour un homme on dit : railleur)

  1. Celle qui aime à railler, qui raille souvent.
    • Car, oui, Rachida, on la croyait humoriste, une railleuse, une marrante sous ses côtés femme-mec. — (Catherine Schwaab, Rachida Khalil rit jaune, www.parismatch.com, 8 mai 2018)

Forme d’adjectif

railleuse \ʁa.jøz\

  1. Féminin singulier de railleur.

Nom commun

railleuse \ʁa.jøz\ féminin (pour un homme on dit : railleur)

  1. Celle qui aime à railler, qui raille souvent.
    • Car, oui, Rachida, on la croyait humoriste, une railleuse, une marrante sous ses côtés femme-mec. — (Catherine Schwaab, Rachida Khalil rit jaune, www.parismatch.com, 8 mai 2018)

Forme d’adjectif

railleuse \ʁa.jøz\

  1. Féminin singulier de railleur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RAILLEUR, EUSE. adj.
Qui est porté à la raillerie. Esprit tailleur. Humeur railleuse. Cet homme est trop railleur. Propos railleur, paroles railleuses, ton railleur, Propos empreint de railleries, paroles dites pour railler, ton de plaisanterie.

RAILLEUR, EUSE, est aussi employé comme nom et désigne Celui, celle qui aime à railler, qui raille souvent. Un agréable railleur. Un froid railleur. Un fade railleur. Une fine railleuse. Prov., Souvent les railleurs sont raillés, On se moque souvent de ceux qui veulent se moquer des autres.

Littré (1872-1877)

RAILLEUR (râ-lleur, lleû-z', ll mouillées, et non râ-yeur) adj.
  • Porté à la raillerie. Vous m'accusez à tort, je ne suis point railleuse, Hauteroche, les Appar. tromp. I, 12. Philippe était naturellement railleur, et ne pouvait se contenir, même en traitant les affaires les plus sérieuses, Rollin, Hist. anc. Œuvr. t. VIII, p. 259.

    Qui a le caractère de la raillerie. [L'oiseau] …qui pour chant n'eut en partage Que le talent railleur d'imiter d'autres voix, Lamotte, Fabl. I, 6. Il faudrait, avant que de prendre le ton railleur, être bien sûr qu'on a raison, Voltaire, Phil. Newt. II, 3. Il est vrai qu'à travers la railleuse gaieté du baron, l'on voyait briller dans ses yeux une maligne joie, Rousseau, Confess. IX. À considérer ces propos [des salons] selon nos idées, on aurait tort de les appeler satiriques ; car ils sont bien plus railleurs que mordants et tombent moins sur le vice que sur le ridicule, Rousseau, Hél. II, 17.

    Substantivement. Celui, celle qui aime à railler. Une fine railleuse. Sais-tu que les railleurs et les mauvais plaisants D'ordinaire avec moi passent fort mal leur temps ? Regnard, les Ménechm. I, 2. Jamais railleur n'a moins souffert la raillerie ; un trait plaisant qui l'aurait effleuré légèrement l'aurait blessé, Marmontel, Mém. v. Vous êtes grand railleur, milord ; mais je parie Que vous ne rirez pas de ma plaisanterie, Delavigne, Enfants d'Édouard, II, 1.

    Familièrement. Vous êtes un railleur, se dit à un homme qu'on suppose ne pas parler sérieusement.

    PROVERBE

    Souvent les railleurs sont raillés, on se moque souvent de ceux qui voulaient se moquer des autres. Le railleur sera raillé, il aura sur les doigts, Molière, Impromptu, 3.

HISTORIQUE

XVIe s. Railleur, irrisor, Sylvius, Gramm. p. 104.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RAILLEUR, s. m. (Gram.) un railleur de profession est communément un petit esprit & un mauvais caractere. Quelle occupation que celle de chercher perpétuellement le ridicule qu’il peut y avoir dans les choses & dans les personnes, & de le faire sortir ! Sans compter que cette habitude, qui est presque toujours applaudie par les autres, dégénere en une manie de voir tout d’un œil défavorable, ce qui marque de la fausseté dans l’esprit.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « railleur »

Railler. L'ancienne langue disait raillart : Grandgousier estoit bon raillard en son temps, Rabelais, I, 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De railler, avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « railleur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
railleur rajœr

Citations contenant le mot « railleur »

  • Le railleur n'aime pas qu'on le reprenne, avec les sages il ne va guère. De La Bible / Le livre des Proverbes
  • Je hais les railleurs malsains, les petits jeunes gens qui ricanent, ne pouvant imiter la pesante gravité de leurs papas. De Emile Zola / Mes haines
  • En proposant à Franck Scurti de faire de la nef du Grand Palais son atelier en juillet et en août, Chris Dercon, président de la Réunion des musées nationaux (RMN), savait à qui il s’adressait. Scurti, qui est né en 1965 et vit et travaille à Paris, est un poète du débris, un obsédé de la récupération, un bricoleur railleur et sacrilège – de loin l’un des meilleurs aujourd’hui dans ce genre dont l’histoire commence avec Picasso, Duchamp et Schwitters. Le Monde.fr, L’art en mouvement de Franck Scurti, au Grand Palais
  • Jair Bolso­naro, pour­fen­deur du confi­ne­ment et railleur inces­sant du coro­na­vi­rus, vient donc d’être rattrapé par la mala­die. Ulyces, Jair Bolsonaro a attrapé le Covid-19
  • Vendredi, le personnel chinois a quitté le consulat chinois de Houston vers une foule railleuse après que le gouvernement américain a ordonné la fermeture du bâtiment, le qualifiant de plaque tournante pour espionner les entreprises et les chercheurs américains. News 24, Les manifestants chahutent le personnel qui quitte le bâtiment du consulat chinois à Houston - News 24
  • Au lieu de donner dans le consensuel, elle montre la part violente, destructrice, railleuse de l’œuvre. Dans la considérable donation que l’artiste a faite en 2001 au Musée d’art moderne et d’art contemporain de Nice, dans le fonds d’atelier et dans des collections privées, elle prend des œuvres agressives, souvent exécutées dans les débuts de Niki de Saint Phalle, autour de 1960, et moins connues que les Nanas : le moment le plus intense de son œuvre, sous le signe de la destruction et de la profanation. Le Monde.fr, La part violente, destructrice et railleuse de Niki de Saint Phalle
  • Et c’est peu dire que l’on s’amuse. Le récit est alerte, l’intrigue, constamment relancée. Balto enquête en compagnie d’une jeune journaliste issue de la haute, le couple fonctionne au quart de tour. Et le texte est d’autant plus piquant et savoureux que l’histoire est racontée du point de vue de Balto, dans une langue railleuse aux accents des faubourgs. L’auteur est ainsi au plus près de son personnage, qui ne s’apitoie pas, mais permet de découvrir ce qu’étaient la misère de la zone et l’horreur des tranchées. À la comédie policière se mêle le roman social. Mariage hautement réussi. Télérama, Roman ados : “Balto, le dernier des Valets de Cœur”, une enquête dans le Paris des années folles

Images d'illustration du mot « railleur »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « railleur »

Langue Traduction
Anglais mocking
Espagnol burlón
Italien burlone
Allemand verspottung
Chinois 嘲笑
Arabe يسخر
Portugais zombando
Russe осмеяние
Japonais あざける
Basque mocking
Corse burla
Source : Google Translate API

Synonymes de « railleur »

Source : synonymes de railleur sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « railleur »

Partager