Quête : définition de quête


Quête : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

QUÊTE1, subst. fém.

A. − Action de chercher à trouver, à découvrir.
1. Littér. Recherche obstinée de quelqu'un, de quelque chose. La quête de Dieu; la quête de la vérité; quête fiévreuse, passionnée. Essayant si tu peux Dérober quelques fleurs au beau jardin des cieux, Et puis ayant fini ton voyage et ta quête, Redescends vite avec l'odorante conquête (M. de Guérin,Poés., 1839, p. 101).On peut rendre sensible la ferveur de la recherche alchimique − cette ferveur par laquelle elle s'apparente à la quête du Graal (qui est aussi, dans le Parzival, la quête de la pierre) (Caron, Hutin,Alchimistes, 1959, p. 180):
1. Cette confession longuement préparée (...), cette nuit de recherches, cette quête patiente, cet effort pour remonter à la source de son acte, enfin ce retour épuisant sur soi-même était peut-être au moment d'obtenir son prix. Mauriac,Th. Desqueyroux, 1927, p. 277.
Loc. En quête ou, rare, à la quête de. À la recherche de. Être, se mettre, aller en quête de qqn, de qqc. Il battait les rues de Paris et la banlieue, en quête vaguement de quelque aventure, que parfois il trouvait (Rolland,J.-Chr., Maison, 1909, p. 1011).En rapport à la fois avec les ouvriers en quête d'ouvrage et les patrons en quête d'ouvriers, il avait organisé chez lui une sorte d'agence gratuite de placement (Gide,Si le grain, 1924, p. 512):
2. Parfois je me croirais en quête d'une patrie dont je serais exilé; mais j'ai beau la chercher, je ne la rencontre nulle part; elle ressemble à l'île d'Ithaque qui fuyait toujours devant Ulysse. Le meilleur moyen d'arriver est encore de mourir. Du Camp,Mém. suic., 1853, p. 268.
2. CHASSE. Action du chien et, p. méton., du chasseur qui cherche la voie du gibier. Un épagneul bon pour la quête. Ce chien est trop vif, trop ardent, il n'est pas bon pour la quête (Ac.).Il faut connaître la gamme des sensations et des émotions que procure la chasse au chien d'arrêt − de la quête ardente de l'animal jusqu'à son admirable immobilisation de « l'arrêt » − pour comprendre l'effort de l'homme à l'endroit de la race canine, afin de la porter à un degré de perfection toujours plus grand (Vidron,Chasse, 1945, p. 110).Sont qualifiés de chiens « à grande quête » ceux qui chassent au galop en plaine, même hors de portée du coup de fusil de leur maître (...). Les autres quêtes sont qualifiées de vives ou de lentes, de moyennes ou de courtes (Duchartre1973).V. quêter A 3 ex. de La Hêtraie.
P. métaph. Chasseur passionné, il retrouvait son plaisir favori dans cette poursuite hasardeuse des suffrages. Il avait le sentiment de partir chaque matin pour sa tournée avec une carnassière, et de la rapporter le soir vide ou pleine, après une journée de quête dans l'inconnu (Vogüé,Morts, 1899, p. 101).
Ton de quête ou quête. Sonnerie donnée au moment de la quête des chiens. Voici les principaux tons de chasse connus: la quête, le lancé, la vue, le hourvari, le retour, la requête, le relancé, le débuché, le hallali (Rougnon1935, p. 195).[Il] sonne de toutes ses forces le ton de quête qui appuie les chiens (Genevoix,Dern. harde, 1938, p. 203).
VÉN. ,,Action par laquelle un valet de limier détourne un animal pour le localiser avant la chasse`` (Vén. 1974). Un équipage de vénerie se compose ordinairement d'un bon veneur ou maître d'équipage qui a la direction du courre, de piqueurs (on dit presque toujours piqueux), de valets de limiers pour la « quête » et de valets de chiens (Vialar,Rendez-vous, 1952, p. 246).La première phase de la chasse est la quête, effectuée par un valet-limier aidé d'un chien habile (...). La plupart du temps, la quête a lieu en deux fois: la veille de la chasse, pour connaître, dans un morceau de forêt, les animaux qui y sont cantonnés; le jour même de la chasse, pour confirmer les renseignements obtenus la veille (Écho de la mode, 6 nov. 1966, p. 79, col. 1).
P. méton. ,,Canton désigné à un valet de limier pour y trouver et détourner les bêtes`` (Baudr. Chasses 1834).
B. − Action de demander et de recueillir des dons, généralement en argent (pour soi, pour les pauvres, pour une œuvre de bienfaisance, etc.). Quêtes dans les églises; quêtes à domicile, à la terrasse d'un café; quête pour les pauvres, pour les chômeurs, pour les blessés. Le reste allait son train ordinaire; les foires, les marchés se suivaient, les impôts se payaient, les gens criaient, les capucins faisaient leurs quêtes (Erckm.-Chatr.,Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 97).Toute pétition, quête ou souscription (à l'exception des collectes autorisées par le ministre) est interdite à l'école maternelle (Encyclop. éduc., 1960, p. 98):
3. ... [Amphitrite] est attendue à quelque réunion de bienfaisance où des Néréïdes font la quête, escortées au milieu de la foule par des tritons empesés dans leur faux-col de cérémonie, et où les sirènes doivent se faire entendre au profit des cités ouvrières qui fabriquent le corail. Cros,Coffret santal, 1873, p. 128.
En partic. Pratique liturgique qui consiste à collecter au cours de la célébration eucharistique, les offrandes des fidèles, en nature ou en argent (d'apr. Foi t. 1 1968). Après tout, c'est bien peu de chose, c'est un sou à la quête (Hugo,Corresp., 1830, p. 465).On voit dans les églises, aux messes d'onze heures, pliant le genou et généreux à la quête, une multitude de damnés (Montherl.,J. filles, 1936, p. 1072).
P. méton. Produit de la quête. Une quête abondante (Nouv. Lar. ill., Lar. encyclop., Quillet 1965).
Prononc. et Orth.: [kεt]. Homon et homogr. quête2. Ac. 1694, 1718: queste; dep. 1740: quête. Étymol. et Hist. 1. 1174-78 « gain, acquisition » (Etienne Fougères, Manières, éd. R. A. Lodge, 910: queste); 2. a) 1176-81 « recherche » (Chrétien de Troyes, Chevalier Lion, éd. M. Roques, 4826: por li s'est an la queste mise); b) 1376 chasse (Modus et Ratio, 10, 1 ds T.-L.); 3. 1262 « action de demander et de recueillir de l'argent pour des œuvres pieuses ou charitables » (Jean Le Marchant, Miracles N. D. Chartres, éd. P. Kunstmann, XXIII, 63). Fém. pris subst. d'un part. passé, disparu avant les premiers textes, de querre (anc. forme de quérir*), lat. quaesita, de quaesitus, part. passé de quaerere, v. quérir. Voir FEW t. 2, 2, p. 1409a, 1410a et Bl.-W.5Fréq. abs. littér.: 641. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 373, b) 881; xxes.: a) 1 145, b) 1 250. Bbg. Gohin 1903, p. 309.

QUÊTE2, subst. fém.

MAR. ,,Inclinaison vers l'arrière, soit de l'étambot, du tableau, par rapport à la quille, soit d'un mât par rapport à la verticale`` (Merrien 1958). En général, l'étambot de ces navires [à hélices jumelles] n'a pas de quête (Croneau,Constr. nav. guerre, t. 1, 1892, p. 283).Les mâtures d'aujourd'hui ont presque toujours un peu de quête (Merrien1958).
Prononc. et Orth.: [kεt]. Homon. et homogr. quête1et formes du verbe quêter. Att. ds Ac. 1762-1878. Étymol. et Hist. 1643 [éd.] (G. Fournier, Hydrographie, Paris, M. Soly, p. 12: queste, est l'eslancement, que faict l'estable et l'estambord hors la Quille et corps du Navire). Forme norm. de chete, anc. var. dial. de l'a. fr. cheoite « chute », v. chute. Voir D. Behrens, Beiträge zur französischen Wortgeschichte und Grammatik, p. 378.

Quête : définition du Wiktionnaire

Nom commun

quête \kɛt\ féminin

  1. Action par laquelle on cherche.
    • […]… quel incident de voyage… quelle matière à chronique !… Et voyez jusqu’où peut aller la surexcitation cérébrale d’un reporter en quête de reportage ; […]. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. IV, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Là-dessus, Capestang se mit en quête d'une auberge pour s'y loger avec Cogolin. — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Agressif ou flatteur, impromptu ou acharné, le dragueur égrène tout au long de son infructueuse quête sa concupiscente litanie. On presse alors le pas, tête baissée, découragée et battue, tristement ramenée à son humiliante condition de femme […]. — (Djamila Saadi-Mokrane, « Petit lexique du dragueur algérois », dans La virilité en islam, sous la direction de Nadia Tazi & Fethi Benslama, Éditions de l'Aube & Intersignes, 1998, réédition de poche : Éditions de l'Aube, 2004, p. 261)
  2. Action de demander et de recueillir des aumônes pour les pauvres ou pour une œuvre de charité.
    • Les capucines étaient non-seulement confessées et dirigées par les capucins, mais nourries par eux et du produit de leurs quêtes. — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, p.92)
    • Faire la quête dans l’église, à domicile, pour les œuvres de la paroisse, pour les pauvres.
  3. (Chasse) Action d’un valet de limier qui va détourner une bête pour la lancer.
    • Aller en quête.
  4. (Chasse) Action du chien qui démêle la voie d’un gibier qu’on veut détourner.
    • Un épagneul bon pour la quête.
    • Ce chien est trop vif, trop ardent, il n’est pas bon pour la quête.
  5. (Chasse) (Musique) Ton de chasse que l’on sonne pour exciter les chiens à trouver l’animal qu'on veut leur faire chasser.
    • Lorsqu’on entre en chasse, il faut sonner la quête à de courts intervalles. Les chiens savent alors qu’il faut travailler. La quête les excite, les encourage, leur rappelle d’heureux souvenirs ; vous les voyez s’animer à l'envi les uns des autres, et déjà quelques uns lancent par-ci par-là des notes graves comme des points d'orgue. — (Elzéar Blaze, La musique de chasse, La France musicale, 1842.)
    • Ce livre contient les tons de chasse suivants : la quête, deux tons pour chiens, le laissé courre royal, le forhu, pour remettre les chiens dans la bonne voye et pour le hourvary, le débucher, l’eau, la sortie de l’eau, l’hallali, l’appel, la retraite prise. — (Bon Dunoyer de Noirmont., Histoire de la chasse en France depuis les temps les plus reculés jusqu’à la Révolution, par le baron Dunoyer de Noirmont. Tome 2 , 1867.)
    • Lorsqu’on entre en chasse, on sonne la quête pour encourager les chiens.— (Charles Diguet, Le livre du chasseur , 1881.)
    • « Tu dis vrai, Nicamor (nom du chien)! » s’écriait-il… et il sonnait la quête et la requête…, l'hourvari, quand le vieux chien tombait à bout de voix…, la vue, alors que, changeant le lieu de sa reposée, le piqueur tentait de se dérober à la meute…, l’hallali, lorsqu'après une heure de chasse, Nicamor, démêlant toutes les ruses de la bête, aboyait au fort devant la nappe du cerf, dont l’honnête serviteur s’était fait un manteau; puis, la fête terminée, le gentilhomme regagnait sa demeure en sonnant de toutes les forces de ses poumons la joyeuse fanfare de la retraite prise. — (Adolphe d'Houdetot, La petite vénerie ou La chasse au chien courant, 1930.)
  6. (Marine) Inclinaison d’un mât vers l’arrière ou l’avant.
    • Il se retira à l’arrière de la dunette et braqua sa longue-vue au-dessus des bastingages. Il voyait deux mâts présentant une forte quête avec deux grandes voiles sombres, pareilles à des ailes. — (Alexander Kent, traduction d'Alain Bories, Capitaine de Sa Majesté, Phébus, coll. Libretto, 1992, p. 238)

Forme de verbe

quête \kɛt\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de quêter.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de quêter.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de quêter.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de quêter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de quêter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Quête : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

QUÊTE. n. f.
Action par laquelle on cherche. Il y a longtemps que je suis en quête d'un tel, en quête de telle chose. Se mettre en quête. Il se dit, en termes de Chasse, de l'Action d'un valet de limier qui va détourner une bête pour la lancer, et de l'Action du chien qui démêle la voie d'un cerf, d'un sanglier, etc., qu'on veut détourner. Aller en quête. Un limier bon pour la quête. Il se dit de même en parlant de la Chasse des perdrix. Un épagneul bon pour la quête. Ce chien est trop vif, trop ardent, il n'est pas bon pour la quête.

QUÊTE désigne aussi l'Action de demander et de recueillir des aumônes pour les pauvres ou pour une œuvre de charité. Faire la quête dans l'église, à domicile, pour les œuvres de la paroisse, pour les pauvres. Donner à la quête. Les religieux des ordres mendiants font la quête.

Quête : définition du Littré (1872-1877)

QUÊTE (kê-t') s. f.
  • 1Action par laquelle on cherche. Ils conviennent de prix et se mettent en quête [de l'ours, pour en avoir la peau], La Fontaine, Fabl. V, 20. Si bien qu'à votre quête ayant perdu mes peines, Molière, l'Ét. V, 14. La violence de mon amour et les sévérités de son père me firent prendre la résolution de m'introduire dans son logis, et d'envoyer un autre à la quête de mes parents, Molière, l'Av. V, 5. On conçoit qu'un animal abandonne le pays qu'il habite, en quête de nourriture et d'abri, Chateaubriand, Génie, I, V, 9.
  • 2 Terme de chasse. Action d'un valet de limier qui va détourner une bête pour la lancer.

    Le canton destiné à un valet de limier pour y trouver et détourner les bêtes.

    L'action d'un chien qui démêle la voie d'un cerf, d'un sanglier, etc. ou qui cherche les perdrix. Aller en quête. Un limier bon pour la quête.

    Il se dit aussi du loup qui chasse. Le loup retourne au fond des bois, se met en quête, Buffon, Morceaux choisis, p. 232.

    Tons que l'on sonne pour faire quêter les chiens.

    Il se dit de même en parlant de la chasse du gibier à plume. Un épagneul bon pour la quête. Ce chien a la quête brillante, a une fort belle quête. Lorsque le chien rencontre un râle, on peut le reconnaître à la vivacité de sa quête, au nombre de faux arrêts…, Buffon, Ois. t. XV, p. 230. Les chasseurs en font de nombreuses captures [des canards sauvages] soit à la quête du jour ou à l'embuscade du soir, soit aux différents piéges et aux grands filets, Buffon, ib. t. XVII, p. 175.

  • 3L'action de demander et de recueillir des aumônes pour les pauvres ou pour des œuvres pieuses. Ayant recueilli, d'une quête qu'il fit faire, douze mille drachmes d'argent, il les envoya à Jérusalem, Sacy, Bible, Machab. II, XII, 43. L'on compte quatre-vingt-dix-huit ordres monastiques dans l'Église ; soixante-quatre qui sont rentés, et trente-quatre qui vivent de quête, sans aucune obligation, disent-ils, de travailler ni corporellement ni spirituellement pour gagner leur vie, mais seulement pour éviter l'oisiveté, Voltaire, Dict. phil. Quête.

    Le produit de la quête. La pucelle était fort dévote ; Les dimanches elle quêtait, Et la quête aux pauvres portait, Scarron, Virg. VII.

  • 4Anciennement, dans le droit coutumier, terres de quête, celles qui devaient une rente levée par une collecte que les habitants faisaient sur eux-mêmes.

    Droit de quête, cens à la quête, droit que le seigneur pouvait faire demander, mais qu'on n'était pas obligé de porter chez lui.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et s'ele [la demande] est niée, li sires puet [peut] fere enquerre de sa autorité, et par sa queste fere le amender, Liv. de just. 12.

XIVe s. Si te diray les quatre manieres d'aller en queste [à la chasse], Modus, f° X. Et lors le doit son mestre fere mener le limier en queste au matin après luy, Gaston Phébus, Livre de chasse, ch. 28.

XVe s. Je m'en irai costoyant ces vallées pour ouïr et savoir si j'aurai nulles nouvelles de Geronnet, qui nous a mis en celle queste, Froissart, II, III, 99.

XVIe s. Pourtant, plaideurs aux amoureuses questes, Allez ailleurs presenter vos requestes, Marot, I, 388. Sa queste [de la vertu] est scabreuse et laborieuse, Montaigne, I, 70. Les oyseaux vont à la queste du grain, Montaigne, I, 142. Il tendit les filets, un autre prist la queste, Ronsard, 689. Celuy qui a taille ou queste es quatre cas peut tailler ses sujets : quand il va en voyage d'outremer visiter la terre sainte, quand il est prisonnier des ennemis, quand il marie sa fille, et quand il est fait chevalier, Coust. gén. t. II, p. 431.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Quête : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

QUÊTE, s. f. (Gramm.) action de chercher ; on dit : il y a long-tems que je suis en quête de cet homme, de sa demeure, de sa naissance, de cette vente. On dit de l’action de demander les aumônes des fideles pour quelque œuvre pieuse, faire une quête. On fait une quête pour les brûlés, pour des pauvres familles honteuses, pour les prisonniers. Il faut une permission expresse de la police, de l’archevêque, pour faire une quête publique. Il y a un grand nombre de religieux qui n’ont pour vivre que ce qu’ils tirent de leurs quêtes.

Quête, (Hist. de la Chevalerie.) terme de l’ancienne chevalerie, qui signifie les courses ou voyages que plusieurs chevaliers qui venoient de recevoir les honneurs de la chevalerie, ou qui avoient assisté aux fêtes qui y étoient relatives, faisoient en commun, soit pour retrouver un fameux chevalier qui avoit disparu, soit pour reprendre une dame restée au pouvoir d’un ennemi, soit pour d’autres objets encore plus relevés, comme celui de la quête du S. Graal. Ces sujets se sont étendus & multipliés à l’infini dans l’imagination des faiseurs de romans. Nos héros errant de pays en pays, parcouroient sur-tout les forêts presque sans autre équipage que celui qui étoit nécessaire à la défense de leur personne ; & ils vivoient uniquement de leurs chasses : des pierres plates plantées en terre, qu’on avoit exprès placées pour eux, servoient à faire les apprêts de leurs viandes, comme à prendre leurs repas ; les chevreuils qu’ils avoient tués étoient mis sur ces tables, & recouverts d’autres pierres, avec lesquelles ils pressoient pour en exprimer le sang, d’où cette viande est nommée dans nos romans, chevaux de presse, nourriture des héros : du sel & quelques épices, les seules munitions dont on se chargeoit, en faisoient tout l’assaisonnement. Afin de surprendre plus surement les ennemis qu’ils alloient chercher, ils ne marchoient qu’en petites troupes de trois ou de quatre, ayant soin pour n’être point connus, de changer, de déguiser leurs armoiries, ou de les cacher en les tenant couvertes d’une housse. L’espace d’un an & d’un jour, étoit le terme ordinaire de leur entreprise. Au retour, ils devoient, suivant leur serment, faire un récit fidele de leurs avantures, exposer ingénuement leurs fautes, leurs malheurs & les succès qu’ils avoient eus dans leurs quêtes. (D. J.)

Quête, (Marine.) c’est la saillie, l’élancement ou l’angle, que l’étrave & l’étambord font aux extrémités de la quille. Cet angle est plus grand à l’étrave qu’à l’étambord.

Quête, (Charpent.) c’est l’avance que font les bateaux sur les rivieres, tant du côté du chef que de la quille, lorsqu’elle s’éleve & ne touche plus sur le chantier. La quête du chef d’un bateau-foncet est de la septieme partie de la longueur du fond ; & celle de la quille est de la fixeme partie de celle du chef. Savary.

Quête, (terme de Chasse.) action de celui qui va détourner une bête pour la lancer & la chasser avec des chiens courans. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « quête »

Étymologie de quête - Littré

Provenç. questa, quista ; espagn. questa ; ital. chiesta ; du lat. quæsitus, cherché (voy. QUERIR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de quête - Wiktionnaire

Du latin quaesita, dérivé de quaerere (« chercher »), en ancien français queste.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « quête »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
quête kɛt play_arrow

Citations contenant le mot « quête »

  • Les habitants en quête de fraîcheur dans les Alpes de Haute-Provence. Depuis ces derniers jours, le thermomètre ne cesse de grimper. Il a frôlé ce jeudi les 40°C dans de nombreuses communes. Pour les Dignois, plusieurs astuces sont de mises pour tenter de se mettre au frais. Direction le plan d'eau des Férréols : D!CI TV & Radio, Alpes de Haute-Provence : les habitants en quête de fraîcheur à Digne-les-Bains | D!CI TV & Radio
  • Le théâtre ne relève pas de la chasse à l'homme mais de la quête de l'être. De Claude-Henri Buffard
  • Le politicien est un acteur contrarié, toujours en quête de bravos ; le poète est un spectateur implacable toujours prêt à siffler. De Miguel Torga
  • Le sérieux, c'est la seule condition de la quête du bonheur. De Jean-Claude Clari / Le Mot chimère a deux sens
  • Comme elle est longue à vivre, la quête de l'existence, quand on n'a pas de dieu qui la dirige. De Monique Bosco / Un amour maladroit
  • C'est le pire des égoïsmes, cette stupide quête de l'amour. De Claude Jasmin / Revoir Rethel
  • L'amour, la quête. Le mariage, la conquête. La nuit de noces, la quéquette. Le divorce, l'enquête. De Helen Rowland
  • Les religions ne sont que des quêtes du bon mode d'emploi de l'existence humaine. De Bernard Werber / Les Thanatonautes
  • Le but de notre voyage, de notre quête est de parvenir à percer le mystère des choses de la vie. De Proverbe africain
  • Ne sois pas trop gourmand dans ta quête du bonheur et qu’il ne t’effraie pas. De Lao-Tseu
  • Nous sommes plus riches que nous ne pensons ; mais on nous dresse à l'emprunt et à la quête. De Michel de Montaigne
  • Notre vie est une longue et pénible quête de la Vérité. De Gandhi
  • Toutes les religions se ressemblent par la quête. De Jules Renard
  • Le bonheur est toujours une quête à renouveler. De Michel Piccoli
  • Comme l’a dit Saint Jérôme, qu’importent les chemins par lesquels on vient à la Vérité, pourvu qu’on donne à la quête.r De François Cavanna / 4 rue Choron
  • L'origine de toute joie en ce monde est la quête du bonheur d'autrui. L'origine de toute souffrance en ce monde est la quête de mon propre bonheur. De Shantideva

Images d'illustration du mot « quête »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « quête »

Langue Traduction
Corse quistione
Basque bilaketa
Japonais 探求
Russe поиск
Portugais busca
Arabe بحث
Chinois 寻求
Allemand suche
Italien ricerca
Espagnol búsqueda
Anglais quest
Source : Google Translate API

Synonymes de « quête »

Source : synonymes de quête sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « quête »



mots du mois

Mots similaires