La langue française

Priser

Sommaire

  • Définitions du mot priser
  • Étymologie de « priser »
  • Phonétique de « priser »
  • Citations contenant le mot « priser »
  • Images d'illustration du mot « priser »
  • Traductions du mot « priser »
  • Synonymes de « priser »
  • Antonymes de « priser »

Définitions du mot priser

Trésor de la Langue Française informatisé

PRISER1, verbe trans.

A. − Vieilli. Estimer, donner une valeur monétaire à. Synon. évaluer.Les bestiaux et ustensiles servant à faire valoir les terres, seront censés compris dans les donations entre-vifs ou testamentaires desdites terres; et le grevé sera seulement tenu de les faire priser et estimer (Code civil, 1804, art. 1064, p.193).Quelle bille équarrie! Sans compter les traverses des maîtresses branches et le bois de chauffage du débris. Il a été prisé... et vendu, hélas! 760 francs (Pesquidoux, Livre raison, 1928, p.35).
Empl. pronom. réfl., p.métaph. Ce manque total d'estime personnelle annonçait dès lors les insouciances ou les sévérités d'un esprit qui devait s'observer de bonne heure, se priser à sa juste valeur et se condamner (Fromentin, Dominique, 1863, p.67).
B. − Au fig., littér.
1. [Le compl. désigne un inanimé concr. ou abstr.] Porter un grand intérêt à, attacher du prix à (v. prix I C 2). Synon. apprécier, estimer.Il y en avait un [manuel] dont j'ai oublié le titre, que Deschartres avait placé au plus haut de ses rayons et qu'il prisait pour l'ancienneté de l'édition (Sand, Hist. vie, t.2, 1855, p.373).Bernard, qui ne prisait que le naturel, mais pourtant était plein de considération pour Ubu (Gide, Faux-monn., 1925, p.1170):
. ... jamais fils gâté de grand seigneur n'a reçu une éducation plus molle. Le courage militaire aux yeux de mes parents était une qualité des Jacobins, on ne prisait que le courage d'avant la révolution qui avait valu la croix de Saint-Louis au chef de la branche riche de la famille. Stendhal, H. Brulard, t.2, 1836, p.477.
2. [Le compl. désigne un animé hum.] Avoir de l'estime pour, apprécier. Que prisez-vous le plus de Mozart ou d'Homère? (Balzac, Gambara, 1837, p.100).Il en prisait peut-être d'autant mieux sa femme. Il n'imaginait pas qu'il pût se passer d'elle (Pourrat, Gaspard, 1922, p.107).
Empl. pronom. réciproque. Les premiers moments qu'elle [l'amitié] s'éveille, alors que les parties se connaissent peu et se prisent fort (Barrès, Barbares, 1888, p.76).
Prononc. et Orth.: [pʀize], (il) prise [pʀi:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1100 preiser «faire cas de quelqu'un ou quelque chose» et «faire l'évaluation, estimer» (Roland, éd. J. Bédier, 636, 1683). Du b. lat. pretiare «estimer, priser».
DÉR.
Prisable, adj.Qui peut être prisé. Synon. appréciable.L'esprit particulier aux artistes qui comporte plusieurs prisables qualités (Balzac, Illus. perdues, 1837, p.41). [pʀizabl̥]. Att. ds Ac. 1878. 1resattest. ca 1150 proisable «de haut prix» Charroi de Nîmes, éd. D. Mac Millan, 1065), ca 1265 prisable (Brunet-Latin, Trésor, éd. F. J. Carmody, p.178); de priser1, suff. -able*.
BBG.Lanly (A.). Morphol. hist. des verbes fr. Paris, 1977, pp.134-135. _Lerch (E.). Frz. priser... Rom. Forsch. 1941, t.55, pp.66-76.

PRISER2, verbe trans.

Aspirer par les narines (de la poudre de tabac). Tabac à priser. L'académicien Auger avait été chercher sa tabatière pour priser tout en marchant à la mort (Balzac, Peau chagr., 1831, p.13).Il m'offre une prise. C'est sa belle-mère qui lui a appris à priser. Il fume aussi, et il a une pipe (Renard, Journal, 1906, p.1069).
P. anal. [En parlant d'une poudre quelconque et, en particulier, de la drogue] Priser un médicament, un stupéfiant.
Prononc. et Orth.: [pʀize], (il) prise [pʀi:z]. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1807 «aspirer par le nez de la poudre de tabac» (Michel (J.-F.) Expr. vic., p.156); 1875 «aspirer une poudre quelconque» (Lar. 19e). Dér. de prise*; dés. -er.
STAT. Priser1 et 2. Fréq. abs. littér.: 167.
BBG.Baldinger (K.). Zur Entwicklung der Tabakindustrie und ihrer Terminologie. In: [Mél. Piel (J.)]. Heidelberg, 1969, p.39.

Wiktionnaire

Verbe 1

priser \pʁi.ze\ transitif ou intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Aspirer par le nez (du tabac, ou une autre substance : cocaïne, etc.).
    • Au milieu est placé un grand brasero qui sert à allumer les encensoirs et peut-être aussi les cigarettes, car beaucoup de prêtres espagnols fument, ce qui ne nous paraît pas plus inconvenant que de priser du tabac en poudre, jouissance que le clergé français se permet sans aucun scrupule. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Toujours vêtu de culottes noires, habit marron, il prisait dans une tabatière d’argent richement armoriée, en plissant sa figure sèche et ridée. — (Marcel Schwob, La Dernière Nuit dans Cœur double, 1891)
    • Elle m’a répondu que c’était pour faire comme la nièce de madame, mademoiselle Cynthia, qui buvait, fumait, prisait des tas de cochonneries, dont la Lucie m’a dit les noms, qui étaient des drôles de noms que je ne rappelle pas. — (René Crevel, Babylone, Éditions du Sagittaire/Simon Kra, 1927, chapitre 3)
    • Un jour, il [Charles Lamb] faisait une promenade avec William Hone, à Hampstead Heath. Hone prisait énormément, de même que Lamb. Comme ils s'entretenaient de ce sujet, ils tombèrent d'accord qu’il était indigne de priser autant qu’eux, et, s’exhortant tous deux à s’affranchir de leur servitude, ils lancèrent leurs boîtes de tabac dans les bruyères. La nuit venue, Lamb, un peu honteux, s’en fut chercher la sienne dans les broussailles de Hampstead Heath, et comme il marchait courbé en deux, il heurta quelqu’un dans l’obscurité : c'était Hone qui cherchait sa boîte. — (Julien Green, Charles Lamb, dans Suite anglaise, 1927, Le Livre de Poche, page 73)

Verbe 2

priser \pʁi.ze\ transitif

  1. Considérer quelque chose comme ayant de la valeur.
    • Deschartre avait un livre, placé au plus haut des rayons, qu'il prisait pour l'ancienneté de l'édition. (George Sand, Histoire de ma vie, 1855, Édition de la Pléiade, T.I, 1970, p. 714.)
    • Telcide ne prise pas du tout ce genre de boniment. Elle a froncé le sourcil. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 106.)
    • Michel-Ange le traitera publiquement de goffo (de balourd). Le Vinci, je suppose, ne doit pas le priser davantage. — (Serge Bramly, Léonard de Vinci, Ed. Jean-Claude Lattès, 1988, Le livre de poche, p. 186)
    • Je retire ma main et, prisant la moindre seconde, je veux poursuivre mes observations, lorsque Varienka glisse convulsivement son bras sous le mien et se serre contre mon flanc. — (Anton Tchekhov, Fragments du journal d’un irascible, traduction Anne Coldefy-Faucard, Librio 698, 2004, E.J.L.)
  2. (Finance) Fixer un prix en réponse à une demande sur un marché ou la valeur d’un bien ou d’un instrument financier, pour des raisons comptables, que ce soit sur un marché organisé ou un marché de gré à gré.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PRISER (pri-zé) v. a.
  • 1Mettre le prix à une chose qui doit être vendue, en faire l'estimation.

    Fig. Il prise trop sa marchandise, se dit d'un homme qui fait trop valoir ce qu'il a ou ce qu'il est.

  • 2Estimer, apprécier. Ce que prise un bon père est prisé de son fils ; Ils ont mêmes amis et mêmes ennemis, Rotrou, Antig. IV, 6. Je prise auprès des tiens si peu mes intérêts Que…, Corneille, Suiv. II, 12. Les parents de la belle Surent priser son mérite et son zèle [de l'amant], La Fontaine, Rem. On ne peut assez priser un tel avantage, Pascal, Prov. v.
  • 3Louer. Tandis que mon faquin qui se voyait priser, Boileau, Sat. III. Et je gagerais bien que, chez le commandeur, Villandri priserait sa séve et sa verdeur [d'un vin], Boileau, ib.
  • 4Se priser, v. réfl. S'estimer. Nous ne nous prisons pas, tout petits que nous sommes, D'un grain moins que les éléphants, La Fontaine, Fabl. VIII, 15. Peut-être que César ne se prisait pas moins de ses commentaires que de ses victoires, Diderot, Sur Térence.

HISTORIQUE

XIe s. Tant nel vous sai ne preiser ne louer…, Ch. de Rol. XXXIX.

XIIe s. Perdu [il] i out maint chevalier prisé, Ronc. p. 69. Sire, ce dist Sebile, moult [vous] faites à proisier, Sax. VI. [Ils] Ne prisent vos menaces le pris d'une chastaine, ib. XX.

XIIIe s. Li rois, qui estoit de grant cuer, ne prisa riens la plaie, ne le conselg des mires [médecins], Chr. de Rains, p. 80. L'en ne porroit pas prisier L'avoir que les pierres valoient, Qui en l'or assises estoient, la Rose, 1100. Et quant ce chat [sorte de machine de guerre] fu fait, le merrien [bois de charpente] fu prisé à dix milles livres et plus, Joinville, 223. Pour ce que en [on] prise si pou les excommuniements hui et tous les jours…, Joinville, 200.

XVe s. Et à ce temps là les Escots aimoient et prisoient assez peu les Anglois, et encore font-ils à present, Froissart, I, I, 34. Tant vaut l'homme comme on le prise, Villehardouin, Ball.

XVIe s. C'est… elle seule [la majesté divine] qui peult estimer de soy quelque chose, et à qui nous desrobbons ce que nous nous comptons et ce que nous nous prisons, Montaigne, II, 150. Chose accoutumée, rarement prisée, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 271.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PRISER, v. act. (Comm.) mettre le prix à une chose ; ce sont les huissiers priseurs qui mettent le prix aux meubles, ustensiles de ménages, & marchandises qui se vendent par autorité de justice dans les encans publics. Les maîtres jurés-experts charpentiers ou maçons prisent les ouvrages de charpente, maçonnerie, & couverture dont les prix sont en contestation entre les bourgeois & les entrepreneurs & ouvriers. Voyez Huissier priseur, Expert, &c.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « priser »

(Verbe 1) Dénominal de prise.
(Verbe 2) Du latin pretiare (« donner du prix à »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, préhî, prihî ; provenç. prezar, catal. presar ; ital. prezzare ; du lat. pretiare, de pretium, prix (voy. PRIX).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « priser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
priser prize

Citations contenant le mot « priser »

  • Le segment des services publics est principalement stimulé par laugmentation des incitations financières et des soutiens réglementaires des gouvernements à léchelle mondiale. Les denrées Tabac à priser actuelles sont principalement affectées par la pandémie de COVID-19. La plupart des projets en Chine, aux États-Unis, en Allemagne et en Corée du Sud sont retardés, et les entreprises sont confrontées à des problèmes opérationnels à court terme en raison des contraintes de la chaîne dapprovisionnement et du manque daccès au site en raison de lépidémie de COVID-19. LAsie-Pacifique devrait être fortement affectée par la propagation du COVID-19 en raison de leffet de la pandémie en Chine, au Japon et en Inde. La Chine est le centre épique de cette maladie mortelle. La Chine est un pays majeur en termes dindustrie chimique. Thesneaklife, Le marché mondial des Tabac à priser 2020 connaîtra une croissance énorme d’ici 2026 | Swedish Match, American Snuff Company, Copenhagen, Skoal, Timberwolf, Husky, Imperial Tobacco Group – Thesneaklife
  • Estimation de la taille du marché: La taille du marché mondial Tabac à priser a été estimée en termes de valeur (USD). Analyse des tendances et des prévisions: les tendances et prévisions du marché (2020-2021) par type de produit, technologie, application, utilisateur final et secteur vertical ont été mentionnées dans ce rapport. Analyse de segmentation: Une analyse approfondie des segments de marché en termes de valeur et de volume a été fournie dans ce rapport. Analyse régionale: Sur la base de la géographie, le marché est segmenté en Amérique du Nord, en Europe, en Asie-Pacifique, en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Afrique. Opportunités de croissance: la dynamique du marché, y compris les opportunités de croissance potentielles dans différentes applications, a été détaillée. En outre, les conducteurs, les contraintes, les défis et les menaces sont également mentionnés dans ce rapport. Analyse stratégique: les fusions et acquisitions, les lancements de nouveaux produits, les développements clés et le paysage concurrentiel du marché mondial Tabac à priser ont été fournis dans ce rapport de recherche. En outre, le rapport se concentre également sur l’analyse SWOT des principaux acteurs et sur le modèle des cinq forces de Porter. Thesneaklife, Marché Tabac à priser Le dernier rapport sur les tendances est en plein essor à l’échelle mondiale par les meilleurs acteurs Swedish Match, American Snuff Company, Copenhagen, Skoal, etc. – Thesneaklife

Images d'illustration du mot « priser »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « priser »

Langue Traduction
Anglais snuff
Espagnol rapé
Italien tabacco da fiuto
Allemand schnupftabak
Chinois 鼻烟
Arabe شم
Portugais rapé
Russe нюхательный табак
Japonais 嗅ぎ取る
Basque tabakoaren
Corse tabacco
Source : Google Translate API

Synonymes de « priser »

Source : synonymes de priser sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « priser »

Partager