La langue française

Présider

Définitions du mot « présider »

Trésor de la Langue Française informatisé

PRÉSIDER, verbe trans.

A. −
1. Qqn préside à qqc.
a) Avoir la direction, le soin, la responsabilité de quelque chose et veiller à sa réalisation pratique sans (nécessairement) être impliqué dans l'exécution de celle-ci. Synon. veiller à.Présider à l'éducation d'un prince, aux épousailles, à l'organisation de la bataille. L'intendant réglait le nombre d'hommes à lever dans chaque paroisse; son subdélégué présidait au tirage (Tocqueville, Anc. Rég. et Révol., 1856, p.105).Le plus souvent, une bonne femme préside à l'accouchement (Renard, Journal, 1889, p.19):
1. ... un émir, avec une centaine de mamelouks, était admis dans la forteresse pour présider à l'embarquement des chrétiens. Grousset, Croisades, 1939, p.383.
Littér. Bad, chez les Perses, est le nom de l'ange qui préside aux vents (Dupuis, Orig. cultes, 1796, p.60).Mais la puissance est à Zeus qui préside à la parole (Claudel, Euménides, 1920, iii, p.978).
Loc. Présider à la/aux destinée(s) de qqc. Je me trouvai sur la plate-forme d'un autobus qui devait sans doute faire partie de la dot de la fille de M. Mariage, qui présida aux destinées de la T.C.R.P. (Queneau, Exerc. style, 1947, p.22).
b) Vx. Avoir la présidence, exercer les fonctions de président. Celui qui présidait à l'assemblée du clergé, à l'assemblée de la noblesse. Présider à une compagnie (Ac.1798-1878).Cestius présidait aux jeux des Romains (Staël, Corinne, t.1, 1807, p.235).Un jour, y présidant [au collège du Mans] à la thèse d'un de ses élèves (...), il vint au secours du soutenant (Sainte-Beuve, Port-Royal, t.2, 1842, p.17).
2. Qqc. préside à qqc.Être le principe, la raison, la cause qui soutient, qui régit l'existence ou la réalisation de quelque chose. Synon. sous-tendre.La simplicité préside à sa vie; quels principes président à cela? Ce rapprochement entre les doctrines et les travaux des quatre grands géomètres (...) nous paraît établir la véritable chaîne des pensées qui ont présidé aux progrès de la Géométrie (Chasles, Aperçu hist. orig. et développ. méth. géom., 1837, p.211).Il y a des lois vitales qui président à la santé et d'autres qui président à la maladie (Cl. Bernard, Princ. méd. exp., 1878, p.300).Le goût qui a présidé à l'aménagement de ce parloir est le goût de Maillol: sobriété et harmonie (J. Cladel, Maillol, 1937, p.3):
2. ... vous ne pouvez transformer le régime social du monde moderne qu'(...) en renouvelant les idées morales qui président à la vie du groupe social... Maritain, Human. intégr., 1936, p.132.
B. − Qqn préside qqc.
1.
a) Avoir la charge d'une assemblée, d'une réunion, d'un groupe pour en diriger (ou en ce qu'on en dirige) les délibérations, les débats ou les travaux. Présider un jury, une commission, une société, une association. Il songea à casser cette Chambre des représentants que présidait Lanjuinais (Chateaubr., Mém., t.2, 1848, p.611).Il y avait à Mâcon, avant 1789, un évêché immensément riche, dont le titulaire présidait les États du Mâconnais (Lamart., Nouv. Confid., 1851, p.76).
Au part. passé à valeur adj. Toute assemblée romaine est présidée par un magistrat qui désigne l'objet du vote (Fustel de Coul., Cité antique, 1864, p.319).Les assises seraient présidées par son vieil ami, M. Desbazeilles (Zola, Bête hum., 1890, p.275).C'est bien assez scandaleux de voir aujourd'hui la Société des études rationalistes présidée par un monsieur qui tient du mythomane et de l'illuminé (Duhamel, Maîtres, 1937, p.127).
[P. méton.] Le magistrat qui va nous présider demain trouvait cette indulgence scandaleuse (Clemenceau, Iniquité, 1899, p.341).Il sent le vent sur le côté de sa figure de l'archange qui a charge de nous présider (Claudel, Feuilles Saints, 1925, p.653):
3. ... cette grande et formidable figure qui présidait les neuf électeurs de l'empire d'Allemagne et qu'on appelait l'archevêque de Mayence. Hugo, Rhin, 1842, p.244.
Empl. abs. S'il préside somptueusement, il parle mieux encore (Billy, Introïbo, 1939, p.63).
b) Administrer, diriger, gérer quelque chose en tant que président. Il présidait des orphelinats, des alumnats, des ouvroirs, des cercles, des bureaux de placement... Il présidait de tout (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p.234).
2. Occuper la première place et/ou la place d'honneur dans une assemblée, une manifestation, une cérémonie en bénéficiant des égards ou en assumant les obligations qui y sont liées. Madame de Virieu (...) présidait ces studieuses soirées de famille (Lamart., Confid., 1849, p.318).André, ravi, préside la table avec un entrain inaccoutumé (Martin du G., Devenir, 1909, p.192).On eût dit que M. Godeau présidait la cérémonie (Jouhandeau, M. Godeau, 1926, p.22):
4... la matrone qui présidait cette assemblée de vierges sages prenait (...) une pastille de chocolat qu'elle m'offrait avec un pâle sourire. A. France, Pt Pierre, 1918, p.54.
Au part. passé à valeur adj. Ce jour-là, au temps des ducs, c'était une fête nationale, organisée et présidée par les pouvoirs publics (Barrès, Colline insp., 1913, p.148).
P. anal. Sa toile est devant lui. Elle prend figure. Sur la tête du chevalet préside le chapeau gris de M. Béraud (Renard, Journal, 1889, p.32).
Empl. abs. Ce fut un grand repas (...) Christiane présidait, ayant à sa droite le curé, et le maire à sa gauche (Maupass., Mont-Oriol, 1887, p.142).
P. anal. Dans les cours président des chênes séculaires (Berlioz, À travers chants, 1862, p.282).
Prononc. et Orth.: [pʀezide], (il) préside [pʀezid]. Ac. 1694, 1718: pre-; dep. 1740: pré-. Étymol. et Hist. A. Trans. indir. 1. ca 1365 «gouverner, commander à» (Oresme, Traité des monnaies, éd. M. L. Wolowski, p.LXXIX: la communaulté, à qui il [le tyran] préside); 2. 1388 «avoir la présidence d'une assemblée, en diriger les délibérations» (Isambert, Rec. gén. des anc. lois fr., t.6, p.641: le chancelier, qui presidoit au conseil); 1422 absol. (Alain Chartier, Quadrilogue invectif, éd. E. Droz, p.20: Justice a laissié son siege tribunal ouquel se siet et preside Voulenté); 3. a) 1545 p.ext. «avoir la direction, le soin, la surveillance de quelque chose» (Calvin, Instit. de la relig. chrét., l. IV, chap.III, § 15, éd. J.-D. Benoit, t.4, p.69: les Pasteurs doyvent présider sur l'élection); b) 1552 spéc., en parlant de forces occultes, de divinités, etc. (Ronsard, Amours, CLVII, 14 ds OEuvres compl., éd. P. Laumonier, t.4, p.150: L'arrest du ciel qui preside sur nous); 1555 (Id., Hymnes, Henry II, 377, t.8, p.25: Mars preside aux Guerriers); c) 1552 spéc., en parlant de choses (Id., Amours, XXVIII, 4, t.4, p.32: Nostre raison qui preside au courage). B. Trans. 1. 1671 «avoir la présidence (d'une assemblée)» (Pomey); 2. 1834 «occuper la place d'honneur dans» (Balzac, Langeais, p.201: présider le repas). Empr. au lat. praesidere intrans. «être assis devant, en avant; fig. veiller sur, protéger; présider à, avoir la préséance», trans. «protéger; commander, diriger»; comp. de prae «devant, en avant» (pré-*) et de sedere «être assis, siéger» (seoir*). Fréq. abs. littér.: 1308. Fréq. rel. littér.: xixes.: a)2181, b)1629; xxes.: a)1879, b)1641.

Wiktionnaire

Verbe

présider \pʁe.zi.de\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Occuper la première place dans une assemblée, avoir charge d’y maintenir l’ordre, d’y donner la parole, de recueillir les voix et de proclamer les décisions qu’elle rend.
    • Dans la même assemblée du 20 mars 1665, Sa Majesté fit connaître par son chancelier que sa volonté était que le sieur Colbert fût directeur pour elle et pour toute la cour et qu'il présidast toujours en ladite chambre de la direction générale; que le Prévost des marchands de Paris, comme chef de tout le commerce, assistast en ladite Chambre et y présidast en l'absence du sieur Colbert, […]. — (« Résultat de l'Assemblée tenue par les Syndics de la Compagnie des Indes Orientales, 20 mars 1665 », cité dans : Louis Pauliat, Louis XIV et la Compagnie des Indes orientales de 1664 : d'après des documents inédits tirés des archives coloniales du ministère de la marine et des colonies, Paris : C. Lévy, 1886,)
    • En ouvrant la séance, M. Hibon, président sortant, adresse ses remerciements pour le grand honneur, qui, dit-il, fut fait à un amateur de présider les travaux de la Société en 1936, puis il prie M. Allorge de lui succéder au fauteuil présidentiel. — (Bulletin de la Société botanique de France, tome 84, page 1, séance du 8 janvier 1937)
    • Claude Roy, donc, me fit remarquer qu'il n'était pas décent que je présidasse « Jeune-France » et proposa un nom connu, celui d'un « vrai poète » comme Patrice de La Tour du Pin, qui, de plus, étant prisonnier, fournissait un symbole d'une haute portée. — (Pierre Schaeffer, Les Antennes de Jéricho, Éditions Stock, 1978, chap. 11)
  2. Occuper la première place, la place d’honneur dans les réunions mondaines.
    • Parmi un concours de peuple considérable — estimé à 150 000 personnes — , la cérémonie serait présidée par S. Em. le cardinal Villeneuve, archevêque de Québec, légat de Sa Sainteté le pape Pie XII, entouré de nombreux évêques et archevêques : […]. — (Maurice Lelong, Célébration du fumier, Le Jas du Revest-Saint-Martin (Haute-Provence) : chez Robert Morel éditeur, 1966, p. 153)
    • Présider un dîner.
  3. (Intransitif) Avoir le soin, la direction ; veiller à.
    • C'est lui qui présidait aux accouchements difficiles et, quand un nègre avait eu le bras arraché par un crocodile, il avait réussi l'amputation. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. II, Gallimard, 1937)
    • Il s'en fera donner un extrait qu'il portera au greffe de la police correctionnelle avant d'aller répondre à son assignation. Mon avis serait que vous l’accompagnassiez chez Antoine Vélon aujourd'hui et que vous présidassiez vous-même à cette opération. — (Bulletin de la Société Gorini: revue d'histoire, vol. 10, Bourg-en-Bresse : Imprimerie centrale, 1913, p. 63)
    • Pour bien faire, il faudrait que d'habiles architectes présidassent aux plus chétifs bâtiments. C'est une grande erreur de croire qu'il n'y ait que les colonnes et les pilastres, que les temples et les palais qui soient du ressort de l'architecture. — (Isabelle de Charrière, Trois femmes, L’Âge d’Homme, 1996, p. 13)
    • La raison préside à toute sa conduite. (Par extension)
  4. (Spécialement) (Intransitif) Protéger les activités humaines, en parlant des divinités de la mythologie.
    • Minerve présidait aux sciences, Cérès aux moissons.
    • Mars est le dieu qui préside aux combats.
    • Les muses ont présidé à la naissance d’Homère, de Virgile, etc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PRÉSIDER (pré-zi-dé) v. n.
  • 1Occuper le premier rang dans une assemblée, avec droit d'y maintenir l'ordre et d'en régler la discussion. Il préside bien. Il préside mal. Ce grand ministre, choisi par la divine Providence pour présider aux conseils du plus sage de tous les rois, Bossuet, le Tellier. La lettre du concile [de Chalcédoine] à saint Léon fait voir que ce pape y présidait par ses légats, comme le chef à ses membres, Bossuet, Hist. I, 11. Charles fait condamner, le 12 mai, l'électeur de Saxe par le conseil de guerre à perdre la tête ; le sévère duc d'Albe présidait à ce tribunal, Voltaire, Ann. Emp. Charles-Quint, 1547. Saint Léon, évêque de Rome… profitant des troubles que la querelle des deux natures excitait dans l'empire, présida au concile par ses légats ; c'est le premier exemple que nous en ayons, Voltaire, Dict. phil. Conciles.

    Absolument. Le simple officier se fait magistrat, et le magistrat veut présider, La Bruyère, VI.

  • 2Avoir la direction, veiller à. Un ouvrier sage et tout-puissant a presidé à notre formation, Massillon, Carême, Avenir. Ô vous, mon Dieu !… vous qui présidâtes au moment de ma naissance, Massillon, Carême, Impén. fin. Sa mère [d'une jeune fille] avait ce jour-là présidé à sa toilette, Genlis, Veillées du château t. I, p. 215, dans POUGENS.

    Il se dit aussi des choses qui règlent. Ô qu'une sagesse profonde Aux aventures de ce monde Préside souverainement ! Malherbe, VI, 9. Qui veut entendre combien la raison préside dans les conseils de ce prince [Louis XIV], n'a qu'à prêter l'oreille, quand il lui plaît d'en expliquer les motifs, Bossuet, Mar.-Thér. Ce fut un jugement auquel la passion seule présida, Bourdaloue, Myst. Passion de J. C. t. I, p. 204. Mon hôte, en tes discours préside la sagesse, Chénier, Idylles, le Mendiant.

    Présider sur, même sens. Voyez ce qu'est Valens, voyez ce qu'est Placide ; Voyez sur quels États l'un et l'autre préside, Corneille, Théod. II, 2. Aurions-nous bien le cœur et les mains assez pures Pour présider ici sur les honneurs divins ? La Fontaine, Phil. et Baucis. Je suis né le plus humain de tous les hommes, et ce caractère a toujours présidé sur toutes mes idées, Marivaux, dans DESFONTAINES.

  • 3Il se dit des divinités du polythéisme, dans le même sens. Cérès présidait aux moissons, Mars aux combats.
  • 4 Terme de faculté. Diriger les actes qui s'y font. Présider à un acte, à un concours, etc.

    Présider à quelqu'un, être président lors de sa thèse. Il avait présidé en 1597 à feu M. Nicolas Piètre, Patin, Lett. t. II, p. 31.

  • 5 V. a. Exercer les fonctions de président. Présider une assemblée. Présider les assises. Présider une séance. C'est un tel qui nous a présidés.

    On dit aussi dans les facultés : présider un concours, présider une thèse.

HISTORIQUE

XVe s. Et en tous noz conseils l'avons fait presider sur les autres seigneurs, Lettre de Charles VIII, dans Bulletin du comité de la langue, t. III, p. 585.

XVIe s. Cimon trouva son païs marchant soubs l'enseigne d'autruy, et se porta de sorte par sa vertu, qu'il le feit presider à ses alliez et triumpher de ses ennemis, Amyot, Cim. et Lucul. III. Ilz le prierent de vouloir luy mesme presider à ceste feste, et ordonner les jeux, Amyot, Agésil. 33. Il sembloit proprement que ceste image [la statue de Pompée] presidast à la vengeance et punition de l'ennemy de Pompeius, Amyot, César, 84. Les pasteurs doivent presider sur l'election, afin que le populaire n'y procede point par legiereté, Calvin, Instit. 856. M. de Voix alors, qui presidoit à ce conseil, ayant recueilli les voix…, D'Aubigné, Vie, LXXXIV.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « présider »

Lat. præsidere, de præ, avant, et sedere, être assis (voy. SEOIR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « présider »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
présider preside

Citations contenant le mot « présider »

  • C’est l’un des droits absolus de l’Etat de présider à la constitution de l’opinion publique. De Joseph Goebbels / Et je cite
  • Pour présider, d'abord s'asseoir. De Eugenio d’Ors Y Rovira / Au grand Saint-Christophe
  • « Chaque fois que nous avons été mis au courant d’écarts de conduite, nous avons pris des décisions difficiles et nous sommes assurés qu’elles avaient un impact clair et positif, a affirmé M. Guillemot. Il apparaît maintenant clair que des individus ont trahi la confiance que j’avais mise en eux et n’ont pas agi selon les valeurs partagées d’Ubisoft. Donc je n’ai jamais fait de compromis sur mes valeurs et l’éthique. Je ne le ferais jamais. Je vais continuer à présider et transformer Ubisoft. » La Presse, Yves Guillemot : « Je vais continuer à présider et transformer Ubisoft »
  • Deux maires sont des candidats potentiels, mais non déclarés, pour présider ce syndicat important qui gère notamment l’assainissement SudOuest.fr, Bassin d’Arcachon : qui pour présider le Siba cet après-midi?

Traductions du mot « présider »

Langue Traduction
Anglais preside
Espagnol presidir
Italien presiedere
Allemand präsidieren
Chinois 主持
Arabe يترأس
Portugais presidir
Russe preside
Japonais 主宰
Basque buru
Corse presiderà
Source : Google Translate API

Synonymes de « présider »

Source : synonymes de présider sur lebonsynonyme.fr

Présider

Retour au sommaire ➦

Partager