La langue française

Trôner

Définitions du mot « trôner »

Trésor de la Langue Française informatisé

TRÔNER, verbe intrans.

A. − [Le suj. désigne une pers.]
1. Vieilli ou littér. Siéger sur un trône. Napoléon Buonaparté était laid; (...) marchait gauchement, se tenait sans grâce et prenait leçon de Talma chaque fois qu'il fallait « trôner » (Hugo, Rhin, 1842, p. 391).Cette royauté, Baudouin allait la prendre volontairement très au sérieux, l'entourant à dessein de toute la pompe orientale (...). Il trônera, vêtu d'un burnous tissé d'or, la barbe longue comme un basileus et faisant porter devant lui un grand bouclier doré (Grousset, Croisades, 1939, p. 63).
P. méton. Régner. Si nous laissons trôner Mahmoud à Constantinople, c'est par pure bonne volonté (Balzac, Peau chagr., 1831, p. 53).
2. P. anal. Être assis à une place d'honneur; en partic. avec une valeur iron. ou dépréc., occuper un siège, une place d'une manière ostentatoire; se pavaner. Trôner à la caisse, au comptoir, derrière le comptoir. Saccard trônait dans le cabinet le plus somptueusement installé, un meuble Louis XIV, à bois doré, recouvert de velours de Gênes (Zola, Argent, 1891, p. 246).Mmela Capitaine C. trônait sur le premier fauteuil à baldaquin du premier rang de l'Église (Jouhandeau, M. Godeau, 1926, p. 289).
[Le suj. désigne un animal] Elle avait apporté son chat, qui trônait sur un pouf (Arland, Ordre, 1929, p. 369).
3. P. ext. Faire l'important, plastronner. L'aristocratie, qui trône aujourd'hui dans son faubourg Saint-Germain, a fait pis: elle a été usurière, elle a été marchande, elle a fait des petits pâtés (Balzac, Illus. perdues, 1843, p. 714).Il laissa Pierre trôner, se gonfler d'importance, parler en maître (Zola, Fortune Rougon, 1871, p. 77).
B. −
1. [Le suj. désigne un inanimé concr.]
a) Occuper la place d'honneur; en partic. avec une valeur iron. ou dépréc., être placé en évidence, être bien en vue. Au milieu de cette pièce, sur un socle de marbre, trônait le buste de Brahms barbu (Rolland, J.-Chr., Matin, 1904, p. 191).Au centre, trônait un bureau d'apparat, où, sur la surface inhospitalière d'une glace sans tain, s'alignait une garniture en maroquin (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 109).
b) Rare. [Le suj. désigne une construction] Occuper une position dominante. Du Saillard régnait dans le château seigneurial qui trônait sur le promontoire au pied duquel nous avons vu l'humble lavoir des paysans de Carville (Stendhal, Lamiel, 1842, p. 52).
2. Au fig. Être à l'honneur, régner. À certaines époques de la science, on a vu trôner tour à tour l'anatomie, le chimisme, le physisme, la morphologie, etc. Aujourd'hui doit régner la physiologie qui réunit tout (Cl. Bernard, Notes, 1860, p. 72).Cavalleria Rusticana trônait à l'Opéra-Comique, et Pagliacci à l'Opéra; (...) la trinité musicale: Mignon, les Huguenots et Faust, avaient gaillardement passé le cap de la millième représentation (Rolland, op. cit., Foire, 1908, p. 687).
Prononc. et Orth.: [tʀone], (il) trône [tʀo:n]. Att. ds Ac. dep. 1878. − Étymol. et Hist. 1801 « régner » (Mercier Néol. t. 2, p. 500) − 1845, Besch. qui note ,,Iron.``; 1. 1831 « siéger sur un trône » (Balzac, Peau chagr., p. 52); 2. a) 1833 « (d'objets) occuper une place centrale qui attire les regards » (Id., Théor. démarche, p. 618); b) 1835 « (d'une personne) être comme sur un trône, occuper une place d'honneur » (Id., Goriot, p. 24); d'où c) 1836 péj. « (id.) faire l'important, s'étaler avec orgueil » (Id., Lys, p. 282). Dér. de trône*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 199. Bbg. Quem. DDL t. 31.

Trésor de la Langue Française informatisé

TRÔNER, verbe intrans.

A. − [Le suj. désigne une pers.]
1. Vieilli ou littér. Siéger sur un trône. Napoléon Buonaparté était laid; (...) marchait gauchement, se tenait sans grâce et prenait leçon de Talma chaque fois qu'il fallait « trôner » (Hugo, Rhin, 1842, p. 391).Cette royauté, Baudouin allait la prendre volontairement très au sérieux, l'entourant à dessein de toute la pompe orientale (...). Il trônera, vêtu d'un burnous tissé d'or, la barbe longue comme un basileus et faisant porter devant lui un grand bouclier doré (Grousset, Croisades, 1939, p. 63).
P. méton. Régner. Si nous laissons trôner Mahmoud à Constantinople, c'est par pure bonne volonté (Balzac, Peau chagr., 1831, p. 53).
2. P. anal. Être assis à une place d'honneur; en partic. avec une valeur iron. ou dépréc., occuper un siège, une place d'une manière ostentatoire; se pavaner. Trôner à la caisse, au comptoir, derrière le comptoir. Saccard trônait dans le cabinet le plus somptueusement installé, un meuble Louis XIV, à bois doré, recouvert de velours de Gênes (Zola, Argent, 1891, p. 246).Mmela Capitaine C. trônait sur le premier fauteuil à baldaquin du premier rang de l'Église (Jouhandeau, M. Godeau, 1926, p. 289).
[Le suj. désigne un animal] Elle avait apporté son chat, qui trônait sur un pouf (Arland, Ordre, 1929, p. 369).
3. P. ext. Faire l'important, plastronner. L'aristocratie, qui trône aujourd'hui dans son faubourg Saint-Germain, a fait pis: elle a été usurière, elle a été marchande, elle a fait des petits pâtés (Balzac, Illus. perdues, 1843, p. 714).Il laissa Pierre trôner, se gonfler d'importance, parler en maître (Zola, Fortune Rougon, 1871, p. 77).
B. −
1. [Le suj. désigne un inanimé concr.]
a) Occuper la place d'honneur; en partic. avec une valeur iron. ou dépréc., être placé en évidence, être bien en vue. Au milieu de cette pièce, sur un socle de marbre, trônait le buste de Brahms barbu (Rolland, J.-Chr., Matin, 1904, p. 191).Au centre, trônait un bureau d'apparat, où, sur la surface inhospitalière d'une glace sans tain, s'alignait une garniture en maroquin (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 109).
b) Rare. [Le suj. désigne une construction] Occuper une position dominante. Du Saillard régnait dans le château seigneurial qui trônait sur le promontoire au pied duquel nous avons vu l'humble lavoir des paysans de Carville (Stendhal, Lamiel, 1842, p. 52).
2. Au fig. Être à l'honneur, régner. À certaines époques de la science, on a vu trôner tour à tour l'anatomie, le chimisme, le physisme, la morphologie, etc. Aujourd'hui doit régner la physiologie qui réunit tout (Cl. Bernard, Notes, 1860, p. 72).Cavalleria Rusticana trônait à l'Opéra-Comique, et Pagliacci à l'Opéra; (...) la trinité musicale: Mignon, les Huguenots et Faust, avaient gaillardement passé le cap de la millième représentation (Rolland, op. cit., Foire, 1908, p. 687).
Prononc. et Orth.: [tʀone], (il) trône [tʀo:n]. Att. ds Ac. dep. 1878. − Étymol. et Hist. 1801 « régner » (Mercier Néol. t. 2, p. 500) − 1845, Besch. qui note ,,Iron.``; 1. 1831 « siéger sur un trône » (Balzac, Peau chagr., p. 52); 2. a) 1833 « (d'objets) occuper une place centrale qui attire les regards » (Id., Théor. démarche, p. 618); b) 1835 « (d'une personne) être comme sur un trône, occuper une place d'honneur » (Id., Goriot, p. 24); d'où c) 1836 péj. « (id.) faire l'important, s'étaler avec orgueil » (Id., Lys, p. 282). Dér. de trône*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 199. Bbg. Quem. DDL t. 31.

Wiktionnaire

Verbe

trôner \tʁo.ne\ intransitif, rarement transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Rare) Siéger sur un trône.
  2. (Familier) (Figuré) Affecter la prééminence, la supériorité.
    • D’ordinaire, monsieur Lebigre trônait derrière le comptoir, assis sur une banquette de cuir rouge capitonné. — (Émile Zola, Le Ventre de Paris, Georges Charpentier, Paris, 1873)
    • On avait disposé des sièges sur lesquels des notables trônaient en silence. — (Out-el-Kouloub, Zariffa, dans Trois contes de l'Amour et de la Mort, 1940)
    • Il trônait à l'arrière de son magnifique torpédo Delaunay-Belleville que le chauffeur de service démarre lui aussi à la manivelle, mais sans effort et toujours du premier coup ! — (Anne Muratori-Philip, ‎Jean-Claude Seven, 12 voitures qui ont changé l'Histoire, éd. Pygmalion, 2012)
    • Le frigo se remplit en permanence de crevettes, d’œufs, de chou et de gingembre. Un tétrapack de sauce aux prunes trôna sur la table. — (Amélie Nothomb, Ni d’Ève ni d’Adam, Albin Michel, Paris, 2007, p. 80)
    • Il était allé lui cueillir un bouquet de coucous pour mettre au pied de la statue de la Vierge qui trônait sur un vieux confiturier reconverti en fourre-tout de laines et de tissus où elle puisait pour occuper ses doigts. — (Élise Fischer, Le Rêve de la Grenouille : une enfance lorraine, Paris : Presses de la Cité, 2011, chap. 9)
  3. (Rare) (Transitif) Mettre sur un trône, couronner.
    • En effet, elle a terminé au 2e rang au sol, et, a été trônée championne québécoise à la poutre ainsi qu'au total des engins. — (site www.gymnaskavoltigeurs.ca)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TRÔNER. v. intr.
Siéger sur un trône. Il ne s'emploie guère que figurément et familièrement pour signifier Affecter la prééminence, la supériorité. Il trônait dans les sociétés où il se trouvait.

Littré (1872-1877)

TRÔNER (trô-né) v. n.
  • Terme familier. Avoir la prééminence. Cet homme trône dans cette société.

    Affecter une supériorité, une prééminence. Le conseiller d'Etat ne comprit pas d'abord la portée d'une pareille tactique… il se crut sérieusement le maître, et tomba presque immédiatement dans les fautes par où périssent les gouvernements faibles qui osent essayer du despotisme ; au lieu de gouverner, il trôna, Ch. de Bernard, Les ailes d'Icare, XVIII.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « trôner »

Trône.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De trône.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « trôner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
trôner trone

Citations contenant le mot « trôner »

  • Longtemps l’aloe vera a régné sur le monde de la beauté, il faut désormais compter sur le cactus. Exotique, piquant et synonyme d’évasion… Le cactus, qui pimpe notre déco, tire son épingle du jeu pour sublimer notre peau. Et si le roi du désert vient trôner dans notre salle de bain, c’est parce qu’il renferme des propriétés anti-âge pour notre épiderme. , Anti-âge : cette plante miraculeuse est un puissant anti-rides naturel… Et ce n’est pas de l’aloe vera
  • Après un passage éclair à Saint-Sever-du-Moustier, aller demander la main de la Dame de Saint-Sernin in situ, c’est-à-dire là où on l’a trouvée, au pied du village. Mais la belle dame s’est quelque peu embourgeoisée à trôner aussi au musée Fenaille de Rodez. Ici, plutôt même que Victor l’enfant sauvage, trouvé non loin de là il y a 120 ans (mais qu’un artiste, Marie Rouanet je crois, maria à la statue-menhir), la Dame se laisse plutôt séduire par les autochtones cossus. Sans rechigner toutefois pour une pose photo ! L’honneur est sauf. Et une soirée entre amis clôtura cette étape. centrepresseaveyron.fr, Une enfance au pays des statues-menhirs - centrepresseaveyron.fr
  • La CAN, c’est l’objectif du Ghana. Restant sur trois échecs successifs en finale (1992, 2010, 2015), l’équipe doit donc rectifier le tir dans les années à venir. Une grosse responsabilité pour Ayew qui est définitivement devenu le capitaine de la sélection en remplacement d’Asamoah Gyan. Sur les ondes de Joy FM, Prince Tagoe a fait savoir que la personnalité du milieu de terrain de Swansea pourrait permettre aux Black Stars de trôner sur le football africain. Afrique Sports, « C’est un leader fort », un joueur voit André Ayew remporter la CAN
  • Et plutôt que de le conserver sur place, le « gros caillou » a été donné à un jardinier qui le fait dorénavant trôner dans son jardin. Une découverte de bon augure, les menhirs seraient comme les trèfles à quatre feuilles : porteurs de chance, tout en étant moins aisés à ranger dans son portefeuille ! , Bignan. Par Toutatis, un menhir d'1,6 t sous le dallage du Bar des Sports ! | La Gazette du Centre Morbihan
  • D’un poids de 7,8 tonnes, le monument n’a heureusement pas souffert de l’opération, et pourra trôner plusieurs siècles encore à l’entrée de Saint-Victor. midilibre.fr, Le déplacement du calvaire réussi - midilibre.fr

Traductions du mot « trôner »

Langue Traduction
Anglais enthroned
Espagnol entronizado
Italien trono
Allemand thront
Chinois 登基
Arabe متوج
Portugais entronizado
Russe восседает
Japonais 即位
Basque enthroned
Corse entronatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « trôner »

Source : synonymes de trôner sur lebonsynonyme.fr

Trôner

Retour au sommaire ➦

Partager