La langue française

Poivre

Sommaire

  • Définitions du mot poivre
  • Étymologie de « poivre »
  • Phonétique de « poivre »
  • Citations contenant le mot « poivre »
  • Images d'illustration du mot « poivre »
  • Traductions du mot « poivre »
  • Synonymes de « poivre »
  • Antonymes de « poivre »

Définitions du mot poivre

Trésor de la Langue Française informatisé

POIVRE, subst. masc.

A. − BOT. Épice d'origine orientale, fruit du poivrier, se présentant sous la forme d'une petite baie de saveur piquante et aromatique, très utilisée en cuisine, consommée en grains séchés, broyés ou pulvérisés. Poivre en grains, moulu, concassé (synon. mignonnette); ajouter du poivre; assaisonner de poivre; concasser, moudre, piler du poivre; grain, huile de poivre; moulin à poivre; une pointe de poivre; sauce, steack au poivre. L'épicier pour peser le poivre prend une balance plus fine que pour peser le savon (Barrès,Cahiers, t.3, 1903, p.79).Un soir, à table, je m'avisai de mettre à la dérobée une pincée de poivre sur la part de tarte à la crème réservée à la vieille Mélanie qui raffolait de sucreries (A. France,Pt Pierre, 1918, p.125).V. poivrier A ex. de Brunerie:
. Mais les tables bourgeoises n'ignorent pas non plus les plantureux services. On voit, dans un fabliau, un prêtre de campagne, aidé de sa nièce et de sa servante-maîtresse, apprêter, pour traiter un chevalier, un repas qui lui fasse honneur. On broie l'ail, le cumin et le poivre... Faral,Vie temps st Louis, 1942, p.167.
Poivre blanc. ,,Fruit du poivrier cueilli mûr puis ayant subi un traitement de macération, de trituration, qui élimine l'enveloppe externe`` (Clém. Alim. 1978). Le poivre blanc des cuisines est la même graine que le poivre noir, dont on a enlevé la surface noire par macération pendant 6 semaines dans l'eau (Audot,Cuisin. campagne et ville, 1896, p.146).
Poivre noir. ,,Fruit du poivrier cueilli vert au moment où les grains commencent à jaunir, puis séché au soleil`` (Clém. Alim. 1978). On emballait le pain de sucre drapé d'un biais de papier indigo, les cinq kilos de chocolat, la vanille, la cannelle, la noix-muscade, le rhum pour les grogs, le poivre noir et le savon blanc (Colette,Sido, 1929, p.139).
Poivre vert. Poivre ,,cueilli avant maturité; il est vendu séché, au vinaigre ou en saumure; son parfum est (...) fruité`` (Courtine Gastr. 1984). Les Assaisonnades (...). Il s'agit de produits lyophilisés par le froid et mis en bocaux sous vide. Huit produits différents, depuis l'estragon et la ciboulette hachés, les oignons en morceaux et le poivre vert en grains (Madame Figaro, 10 sept. 1983, p.110).
Poivre gris. ,,Produit commercial obtenu par mélange de poivre blanc et de poivre noir`` (Clém. Alim. 1978).
P. anal.
Autre fruit ou épice utilisé comme condiment. Poivre à queue (cubèbe); poivre long (poivron). Je trouvai là les éléments d'une guerre (...) entre le copahu et le poivre cubèbe: des mémoires pour et contre avaient été lancés (Reybaud,J. Paturot, 1842, p.94).C'est un excitant généralement assez recommandable et fréquemment employé toutes les fois qu'il s'agit de stimuler l'organisme (...) propriétés médicinales très analogues (...) poivre de la Jamaïque (Bouchardat,Nouv. formulaire, 1894, p.176).Les autres épices parfois commercialisées sous ce nom [poivre] doivent y adjoindre un qualificatif, tels le poivre «de Guinée», au goût voisin du poivre noir, le poivre «long», très piquant, le «petit» poivre (...). Quant au poivre «de Cayenne», c'est du piment réduit en poudre. Enfin, le poivre «rose», ou «d'Amérique», est le fruit du Schinus molle, petit arbre sud-américain (CourtineGastr.1984, p.771).
Poivre d'eau. ,,Espèce de renouée ou herbe de saint-Innocent`` (Quillet 1965).
B. − P. anal.
1. Loc. Poivre et sel. Mêlé de poils ou de cheveux foncés et blancs. C'est touchant de le voir, cet homme à la barbe terrible, devenue un peu poivre et sel, jouer tout à fait la petite mère attentive (Goncourt,Journal, 1898, p.845).
Au fig. Fauchelevent était en effet de cette espèce que le vocabulaire impertinent et léger du dernier siècle qualifiait: demi-bourgeois, demi-manant; et que les métaphores tombant du château sur la chaumière étiquetaient dans le casier de la roture un peu rustre, un peu citadin; poivre et sel (Hugo,Misér., t.1, 1862, p.628).
2. Arg. et pop.
a) Poison. Il a été butté, on lui a tranché un arpion, pour avoir donné le poivre à sa daronne (Ansiaume,Arg. bagne Brest, 1821, § 352).
b) Eau-de-vie. ,,Un poivre, un verre d'eau-de-vie. −«De la bière, deux poivres ou un saladier?»`` (P. Mahalinds Rigaud, Dict. arg. mod., 1881, p.303).
Moulin, mine à poivre. Cabaret de bas étage. Et il proposait aux deux camarades d'aller au Petit bonhomme qui tousse, une mine à poivre de la barrière saint-Denis, où l'on buvait du chien tout pur (Zola,Assommoir, 1877, p.412).
P. méton. Personne alcoolique. Synon. poivrot.−Et alors! Tous les grands peintres ça picolait. Tous des poivres. Van Gogh, Utrillo, la peinture à l'eau c'était pas leur fort (R. Fallet,Le Beaujolais nouveau est arrivé, 1975, p.127 ds Cellard-Rey 1980).
Empl. adj. Ivre. Il est poivre, murmura-t-elle d'un air de dégoût mêlé d'épouvante. L'administration devrait au moins ne pas envoyer des pochards (Zola,Assommoir, 1877, p.665).
c) Maladie vénérienne; en partic., syphilis. ,,Être au poivre, être atteint de syphilis`` (Rigaud,Dict. arg. mod., 1881,p. 303).
C. − Au fig.
1. Ce qui donne du piquant, de l'intérêt; ce qui rend mordant, excitant. Ce baiser fougueux, inapaisable, éternel: ce baiser odorant et capiteux où passaient les parfums féroces des Fleurs du mal (...) et les exécrables poivres du Désir (Bloy,Hist. désobl., 1894, p.93).Parmi les artistes du genre cynique, l'une s'était fait une réputation pour la virulence de ses propos et le poivre de ses aventures (L. Daudet,Qd vivait mon père, 1940, p.242).Il parlait fort bien mais avec un accent étranger. «Serait-ce le fameux général? se dit Angélo. En tout cas il connaît la chanson et il y ajoute du poivre» (Giono,Bonheur fou, 1957, p.179).
2. Locutions
a) Grain de poivre. Petite touche caustique, piquante. J'accepte en général les jugements de l'auteur anglais [Sir Henry Bulwer sur Talleyrand], mais je les complète, et j'y mêle le grain de poivre que la politesse avait toujours chez nous empêché d'y mettre (Sainte-Beuve,Nouv. lundis, t.12, 1869, p.130).
b) Cher à poivre (pop., vx). ,,Se dit d'une marchandise d'un prix exorbitant`` (Hautel 1808).
c) Chier* du poivre à qqn.
d) Piler* du poivre.
P. ext., pop.
,,S'agiter, tressauter sur son siège`` (Rey-Chantr. Expr. 1979).
,,Faire une marche pénible`` (Delvau Suppl. 1883).
,,Médire de quelqu'un en son absence`` (Delvau 1866, p.30).
Négliger son travail. (Ds Lav. 1828).
Prononc. et Orth.: [pwa:vʀ ̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. Ca 1140 peivere «baie du poivrier» (Voyage de Charlemagne, éd. G. Favati, 211); ca 1200 fém. poivre molüe (Raimbert de Paris, Ogier le Danois, 10366 ds T.-L.); id. livre de poivre (Guiot, Bible, 2047 ds OEuvres, éd. J. Orr, p.73); 1269-78 [ne valoir un] grain de poevre [ici, pour exprimer une valeur minime] (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 5716), cf. F. Möhren, Renforcement affectif de la négation, 1980, p.147; 1225-30 (d'une personne) plus noirs que poivres (Bueve de Hantone, III, 4125 ds T.-L.); ca 1280 poivre noir (Bataille de Caresme et de Charnage, éd. G. Lozinski, 215); 2. xiiies. poivre lonc (Livre des simples médecines, éd. P. Dorveaux, 867-868. II. Fig. A. 1. 1269-78 braier tel poevre «susciter de tels ennuis» (Jean de Meun, op. cit., 10868); 1739 chier du poivre (à qqn) «vouloir nuire, jouer un mauvais tour (à quelqu'un)» (Comte de Caylus, Ecosseuses, OEuvres, t.10, p.551 ds Littré); 1901 id. empl. abs. «déserter» (Bruant, p.158); 2. piler du poivre a) 1765 «piétiner sans avancer (en parlant du dernier rang d'une colonne)» (Encyclop., s.v. piler, t.12, p.621a); 1833 «être fatigué par le trot sec de son cheval» (Vidal, Delmart, Caserne, p.356); 1866 «attendre avec impatience en allant et venant» (Delvau); b) 1828 «(d'un ouvrier) négliger son travail» (Lav.). B. 1. 1692 «trait piquant; ce qui relève une oeuvre littéraire» (Regnard, Les Chinois, sc. dern. ds DG: Le poivre tragique ou le sel comique); 2. «ce qui donne du piquant, du relief» a) 1913 (Colette, Music-hall, Paris, 1949, p.82: On raconte [...] qu'elle a du chien, qu'elle a du poivre dans les jambes); b) 1940 (L. Daudet, loc. cit.). C. 1. 1733 «syphilis» (Stances tirées du Cabinet satirique et jointes aux Satyres et autres oeuvres de M. Régnier, éd. 1733 ds OEuvres de M. Régnier, éd. P. Jannet, p.227 [cf. éd. P. Poitevin, p.281]: Je trouvai la poudre à la teste, Mais le poivre estoit vers le bas); 1881 être au poivre «être atteint de syphilis» (Rigaud, loc. cit.); 2. a) 1821 arg. «poison» donner le poivre «empoisonner» (Ansiaume, loc. cit.); b) 1837 «eau-de-vie» [le vin, l'eau-de-vie mêlés de poivre se servaient dans certains cabarets, v. R. Arveiller ds Fr. mod. t.18, p.237] (Vidocq, Vocab. d'apr. Sainéan, Sources Arg. t.2, p.151); 3. 1835 empl. subst. «homme ivre» (Raspail ds Le Réformateur, 29 sept., p.2); 1861 empl. adj. «ivre» (Larch.). D. 1867 loc. adj. (cheveux) poivre et sel (Delvau). Du lat. piper, -ĕris (empr. au gr. π ε ́ π ε ρ ι , lui-même empr. oriental, cf. Chantraine) «poivre» spéc. piper album «poivre blanc» (Scrib. Larg.); piper longum (Scrib. Larg.; Celse); piper nigrum, usuel; André Bot., p.251. C 1 est peut-être tiré de (se) poivrer «prendre, transmettre une maladie vénérienne», v. FEW t.8, p.555a, note 4; C 3 est prob. issu de poivrot* par apocope. D poivre et sel, prob. d'apr. l'angl. pepper and salt, loc. adj., appliqué à un vêtement dep. 1774 ds NED. Fréq abs. littér.: 233. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 184, b) 460; xxes.: a) 339, b) 382.

Wiktionnaire

Nom commun

poivre \pwavʁ\ masculin

  1. Épice obtenue à partir des baies de différentes espèces de poivriers, plantes de la famille des pipéracées.
    • Mettre du poivre dans une sauce.
    • C’est eux également qui importèrent le poivre, condiment devenu si rare, qu’on l’utilisa comme monnaie. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Sur une table du jardin sont posés en vrac coriandre, graines de moutarde, cardamome, cumin, poivre, feuilles de cannelle et de kaloupilé...— (Stéphane Davet, « Au pays de la ronde marmite », Le Monde, 16 juin 2013 → lire en ligne)
  2. (Argot) Poison.
    • Il a été butté, on lui a tranché un arpion, pour avoir donné le poivre à sa daronne. — (Ansiaume, Argot du bagne de Brest, 1821)
  3. (Argot) Eau-de-vie.
    • De la bière, deux poivres ou un saladier ? — (P. Mahalinds Rigaud, Dict. arg. mod., 1881)
    • Mine à poivre, cabaret de bas étage.
    • Et il proposait aux deux camarades d'aller au Petit bonhomme qui tousse, une mine à poivre de la barrière saint-Denis, où l'on buvait du chien tout pur. — (Émile Zola, L'Assommoir, 1877)
    1. Personne alcoolique, poivrot.
      • − Et alors ! Tous les grands peintres ça picolait. Tous des poivres. Van Gogh, Utrillo, la peinture à l'eau c'était pas leur fort. — (R. Fallet, Le Beaujolais nouveau est arrivé, 1975)
  4. (Cryptographie) Valeur secrète utilisée pour chiffrer, et stockée dans le code[4].

Adjectif

poivre \pwavʁ\ masculin et féminin identiques

  1. (Argot) Ivre, saoul.
    • Plus qu'il boira, dit Bob, plus qu'il s'ra bon. L'mec est déjà poivre aux trois quarts. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
  2. (Figuré) Couleur.
    • Une barbe poivre et sel désigne une barbe grisonnante.

Forme de verbe

poivre \pwavʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de poivrer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de poivrer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de poivrer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de poivrer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de poivrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

POIVRE. n. m.
Graine fortement épicée qui est le fruit du poivrier. Poivre blanc. Poivre noir. Poivre pulvérisé. Poivre concassé. Un grain de poivre. Mettre du poivre dans une sauce. Poivre long, Poivre rouge, Poivre de Cayenne, Sortes de piments. Fig., Poivre et sel, Mélange de blanc et de noir. Il se dit des Cheveux et de la barbe qui grisonnent.

Littré (1872-1877)

POIVRE (poi-vr') s. m.
  • 1Fruit de diverses plantes du genre piper, qui croissent dans les pays chauds et surtout dans les Indes orientales ; le fruit sert d'épice ; il doit la saveur qui lui est propre à une huile concrète, peu volatile. D'après la relation d'Houtman et les lumières qu'on devait à son voyage, les négociants d'Amsterdam conçurent le projet d'un établissement à Java qui donnerait le commerce du poivre, Raynal, Hist. phil. II, 3.

    Cela est cher comme poivre, se dit d'une chose très chère. Cet ancien proverbe : cela est cher comme poivre, proverbe trop bien fondé sur ce qu'en effet une livre de poivre valait au moins deux marcs d'argent avant les voyages des Portugais, Voltaire, Fragm. sur l'hist. art. XX.

    Fig. Une barbe poivre et sel, une barbe grisonnante.

    Fig. Moudre du poivre, avancer péniblement dans une marche.

    Fig. et grossièrement. Chier du poivre à quelqu'un, lui nuire, lui jouer un mauvais tour. Le chien n'a pas voulu gober l'hameçon ; ce gueux-la me chie du poivre, Comte de Caylus, Écosseuses, Œuv. t. X, p. 551, dans POUGENS. Ils jurent bien de chier du poivre à la nation, cela fait au moins quinze mille hommes aliénés à la République, Corresp. du gén. Klinglin, I, 55.

  • 2Le poivre noir et le poivre blanc (piper nigrum et album) proviennent l'un et l'autre du piper nigrum, L. plante sarmenteuse de Java et de Sumatra. Le poivre blanc n'est autre chose que le poivre noir qu'on a dépouillé de sa pellicule en le plongeant dans l'eau chaude.

    Poivre grabeau, poivre concassé de qualité inférieure.

  • 3Poivre long, fruit du piper longum, Rumphius, cueilli avant sa maturité et desséché. L'odeur et la saveur en sont plus faibles que celle du poivre ordinaire.
  • 4Poivre de la Jamaïque, nom donné dans le commerce à la graine appelée amomi par les Hollandais ; c'est le fruit de l'eugénie piment (myrtacées).
  • 5Poivre de Guinée, poivre d'Inde, piment, corail des jardins, fruit du capsicum annuum (solanées).
  • 6Poivre cubèbe, poivre à queue, fruit desséché du piper cubeba, L.
  • 7Poivre d'eau, nom de la renouée âcre (polygonum hydropiper, L.), dite aussi persicaire âcre, persicaire brûlante, curage et piment brûlant.
  • 8Petit poivre ou poivre sauvage, le gattilier.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et vous di que en ces isles naist le poivre blanc comme noifs [neige] à moult grant planté [quantité], Marc Pol, p. 550. Peivere [il] soudout [broyait] en un morter [peivere n'est que de deux syllabes], Lai del desiré. Ce ne vaudroit ung grain de poivre, la Rose, 5790. Mès je di : cil fet à blasmer Qui riens nule plus vous demande Fors bons vins et bone viande, Et que li peivres soit bien fors, Rutebeuf, 95. Par saint Jake ! il me rendra bon poivre [il me le payera], Chron. de Rains, p. 172.

XVIe s. Fille de trente ans noire comme poivre et d'apetit ouvert, Sat. Mén. p. 92. Le poivre est noir, et chascun en veut avoir, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 213.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

POIVRE. Ajoutez :
9Condamner au poivre, se dit de livres dignes d'être envoyés chez l'épicier. Que de livres de théologie, de chicane et de politique, elle [la Constitution] a condamnés au poivre ! L. du P. Duchêne, 162e lettre, p. 5.
10 Terme d'anthropologie. Chevelure en grains de poivre, chevelure qu'on rencontre chez les Papous de la Mélanésie et chez quelques tribus africaines, et dans laquelle les cheveux forment sur la tête des espèces de petits îlots, séparés par des espaces parfaitement glabres, De Quatrefages, l'Espèce humaine, 2e éd. 1877, p. 269.

REMARQUE

Poivre et sel, qui signifie, comme il est dit dans le Dictionnaire, barbe grisonnante, s'applique aussi à des étoffes grisâtres. M. Brown était un gros homme qui portait un habit et un gilet noirs, des culottes poivre et sel, et pour cravate un grand col de satin, Rev. Britan. juin 1875, p. 451. Au reste cette locution paraît être d'origine anglaise ; du moins Walter Scott, Guy Mannering, ch. XXXVI, parle d'un vêtement of peper-and-salt coloured mixture.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

POIVRE, s. m. (Hist. des drog. exot.) espece d’aromate qui a toujours été recherché dans tous les siecles & dans tous les pays pour assaisonner les alimens. Il est aussi connu qu’employé par les anciens grecs, les arabes, & les modernes. Dioscoride, Galien, & d’autres auteurs, en distinguent trois sortes ; savoir, le noir, le blanc & le long, qu’ils croient être les mêmes fruits, mais seulement différens entr’eux par le degré de maturité : mais le poivre noir & le poivre long que nous connoissons sont des fruits de différentes plantes, que nous considérerons aussi séparément.

Les Grecs appellent cet aromate πέπερι, les Arabes fulfel, & nos botanistes latins piper. On en distingue différentes especes que nous décrirons séparément, en nous bornant ici à quelques remarques sur cet aromate en général. (D. J.)

Poivre noir, (Hist. des drog. exot.) Le poivre noir est le piper rotundum de C. B. P. 411. C’est un fruit, ou une graine desséchée, petite, de la grosseur d’un pois moyen, sphérique, & revêtue d’une écorce ridée, noire ou brune ; cette écorce étant ôtée, on voit une substance un peu dure & compacte, dont l’extérieur est d’un verd jaune & l’intérieur blanc. Elle laisse une fossette vuide à son milieu ; cette graine est âcre, vive, brûlant la bouche & le gosier. On nous l’apporte des parties des Indes orientales qui sont sous la domination des Hollandois. On choisit le plus gros, le plus pesant, & le moins ridé.

La plante sur laquelle ce fruit croît, s’appelle en françois poivrier ; par Pison, lada ; aliis, molanga sive piper aromaticum ; Pison. mant. arom. 180. molago-coddi : hort. malab. tom. VII. xxiij.

Sa racine est petite, fibreuse, flexible, noirâtre ; elle pousse des tiges sarmenteuses en grand nombre, souples, pliantes, grimpantes, vertes, ligneuses, qui se couchent sur la terre comme fait le houblon, lorsqu’elles ne sont pas soutenues par des échalas ; elles ont plusieurs nœuds, de l’entre-deux desquels sortent des racines qui entrent dans la terre, lorsqu’elles sont couchées dessus. De chaque nœud naissent des feuilles solitaires, disposées alternativement ; elles sont à cinq nervures, arrondies, larges de deux ou trois pouces, longues de quatre, terminées en pointe, épaisses, fermes, d’un verd clair en-dessus ; portées par des queues courtes, épaisses, vertes, & cannelées intérieurement.

Les fleurs viennent en grappes soutenues par un seul pédicule ; elles sont monopétales, partagées en trois à leur bord. Quand elles sont tombées, il leur succede des fruits, ou des grains tantôt plus gros, tantôt plus petits, sphériques, de la grosseur d’un pois moyen ; il y en a jusqu’à vingt, & même jusqu’à trente attachés sur un petit pédicule commun ; ils sont verds d’abord, rouges lorsqu’ils sont mûrs, unis à leur superficie, laquelle se ride & se noircit lorsqu’on les seche. Tantôt ces grappes viennent à l’extrémité des tiges, & ce sont celles que le vulgaire appelle semelles : tantôt elles naissent dans la partie moyenne des tiges sur les nœuds, & opposées à la queue des feuilles ; celles-ci sont nommées fleurs mâles.

Cette plante fleurit tous les ans, & même deux fois lorsqu’elle est vigoureuse. On recueille ses fruits mûrs quatre mois après que ses fleurs sont tombées, & on les expose au soleil pendant sept ou huit jours, pendant lesquels l’écorce se noircit. On trouve cette plante dans les îles de Java & de Sumatra, & dans tout le Malabar. On la cultive en plantant dans la terre des morceaux de ses branches que l’on a coupés, & que l’on met à la racine des arbres ; ou bien on la soutient avec des échalas comme la vigne.

En ôtant l’écorce du poivre noir, on fait par l’art le poivre blanc qui est le seul que l’on nous apporte aujourd’hui. On enleve cette écorce en faisant macérer dans l’eau de la mer le poivre noir ; l’écorce extérieure s’enfle & s’ouvre par la macération, & on en retire très-facilement le grain qui est blanc, & que l’on seche ; il est beaucoup plus doux que le noir, & lui est préférable.

Ce n’est pas seulement les grains de poivre qui ont de l’acrimonie, c’est encore toute la plante ; car les feuilles soit vertes, soit seches, les sarmens, & la racine quand on les mâche, brûlent la langue & le gosier, & excitent la salive. (D. J.)

Poivre blanc, (Hist. des drog. exot.) Le poivre blanc, piper album, & leucopiper off. piper rotundum, album, C. B. P. 413. est de deux sortes : l’un naturel que l’on nous apporte très-rarement, l’autre factice très-commun ; ce n’est autre chose que le poivre noir dont on a ôté l’écorce avant de le sécher. Il ne differe du noir que par la couleur grise ou blanchâtre.

On ne découvre aucune différence entre la plante qui porte le poivre noir, & celle qui porte le blanc ; de la même maniere que la vigne qui porte le raisin noir, n’est distinguée de celle qui porte le raisin blanc, que lorsque les raisins y sont encore attachés, & même qu’ils sont mûrs : mais les plantes qui portent le poivre blanc sont très-rares, & ne naissent que dans quelques endroits du Malabar, & de Malaca, & encore en petite quantité. Etienne de Flacourt, dans sa description de l’île de Madagascar, raconte qu’il y vient une espece de poivrier blanc ; mais comme il ne l’a pas décrite, nous ne pouvons assurer si c’est la même plante que celle qui porte notre poivre blanc, ou si elle en est différente. (D. J.)

Poivre long, (Hist. des drog. exot.) Le poivre long, piper longum, & macropiper off. piper longum, orientale, C. B. P. 412. est un fruit desséché avant sa maturité, long d’un pouce ou d’un pouce & demi, semblable aux chatons de bouleau ; il est oblong, cylindrique, & cannelé obliquement comme en spirale avec des tubercules placés en forme de réseau. Il est partagé intérieurement en plusieurs petites cellules membraneuses, rangées sur une même ligne en rayons ; chacune de ces cellules contient une seule graine, arrondie, large à-peine d’une ligne, noirâtre en-dehors, blanche en-dedans, d’un goût âcre, brûlant, un peu amer. Ces chatons sont attachés à un pédicule grêle d’un pouce de longueur. On choisit celui qui est gros, entier, récent, qui ne pique pas la langue aussi-tôt, mais dont l’impression dure longtems ; on rejette celui qui est percé, carié, ou falsifié.

La plante qui porte le poivre long, s’appelle pimpilim, sive piper longum, par Pison, mantiss. arom. 182. catta-tirpali, hort. malab. tom. VII. p. 27. Elle differe du poivrier à fruit rond par ses tiges qui sont moins ligneuses, par les queues des feuilles, & par les feuilles même qui sont plus longues, d’un verd plus foncé, découpées vers leur base, plus minces & plus molles, ayant deux ou trois petites nervures outre la côte qui regne dans le milieu ; ces nervures sont saillantes des deux côtés, s’étendent depuis la base jusqu’à la pointe, & la nervure extérieure jette en se courbant d’autres petites nervures transversales qui se répandent vers le bord.

Les fleurs sont monopétales, partagées en cinq ou six lanieres, & fort attachées au fruit. Ce fruit est cylindrique, cannelé par des spirales obliques & paralleles, couvert dans les intersections comme par de petites feuilles arrondies en forme de bouclier : parmi ces spirales il paroît des boutons sur lesquels les fleurs étoient appuyées ; ils sont saillans, marqués d’un point noir, verd, jaune d’abord, d’un blanc jaunâtre en-dedans, ensuite d’un verd foncé, & enfin étant mûrs & secs, ils sont d’un gris noirâtre. Lorsqu’on coupe ces fruits transversalement, on y remarque des cellules disposées en rayons, lesquelles cellules contiennent des graines oblongues & noirâtres. On cueille ces fruits avant qu’ils soient mûrs, & on les fait sécher pour l’usage. (D. J.)

Poivre d’Afrique, (Hist. des drog. exot.) il est autrement nommé poivre de Guinée, poivre indien, maniguette, malaguette, méleguette, & cardamome d’Afrique, car il a tous ces noms. Cordus l’appelle en latin meleguetta, seu cardamomum piperatum. C’est une graine luisante, anguleuse, plus petite que le poivre, rousse ou brune à sa superficie, blanche en dedans, âcre, brûlante comme le poivre & le gingembre, dont elle a aussi l’odeur. On nous en apporte en grande quantité, & on s’en sert à la place du poivre pour assaisonner les nourritures. Cette graine croît en Afrique & dans l’île de Madagascar, d’où les Hollandois l’apportent en Europe. J’ai lu dans le recueil des voyages, les descriptions de la plante qui produit ce poivre ; on ne peut y ajouter aucune foi, parce qu’elles sont toutes infidelles, & se contredisent les unes les autres. (D. J.)

Poivre d’Ethiopie, (Hist. des drog. exot.) en latin piper Æthiopicum, silicosum. J. B. piper nigrum, & granum zelim, Serap. On trouve sous ce nom de poivre d’Ethiopie dans quelques boutiques de droguistes curieux, plusieurs gousses attachées à une tête, longues de deux, trois, quatre pouces, cylindriques, de la grosseur d’une plume d’oie, noirâtres, un peu courbées, divisées en petites loges, selon le nombre de graines qu’elles contiennent ; ridées, composées de fibres longues, pliantes, difficiles à rompre, & d’une substance rouge-cendrée. Les graines sont ovalaires, & chacune est dans une loge séparée par des cloisons charnues ; il est difficile de les tirer de leur gousse. Elles sont de la grosseur de la plus petite feve, noires en-dehors & luisantes, d’une substance un peu dure, roussâtre, à texture en maniere de réseau, semblable à un rayon de miel. Le goût tant de la gousse que des graines, approche de celui du poivre noir. Ce poivre naît en Ethiopie ; c’est de-là que lui vient le nom qu’il a parmi les Arabes. Les Ethiopiens s’en servent pour les douleurs de dents ; ils pourroient en faire un meilleur usage. (D. J.)

Poivre de Guinée, (Botan.) autrement nommé poivre d’Inde, poivre du Brésil, piment, & c. Ce n’est point un fruit, une graine, une baye ; c’est le genre de plante que les Botanistes appellent capsicum. Voici ses caracteres selon Ray.

La fleur est une rosette à cinq pointes ; son fruit est une capsule composée d’une seule peau charnue, partagée en trois loges, quelquefois en deux, qui renferment des semences plates. M. de Tournefort caractérise le capsicum de la maniere suivante :

Sa fleur est monopétale, découpée en divers segmens sur les bords ; le pistil qui s’éleve du calice est fixé en maniere de clou au centre de la fleur ; il mûrit insensiblement en un fruit doux & membraneux, qui contient plusieurs graines applaties, & taillées en forme de rein. Le même botaniste distingue 26 especes de capsicum ; la plus commune est celle qu’on appelle vulgairement poivre de Guinée, & en Botanique capsicum vulgare, siliquis longis, propendentibus. I. K. H. 152.

La racine de cette plante est courte, grêle, garnie sur les côtés d’un grand nombre de fibres ; elle pousse une tige à la hauteur d’un ou deux piés, anguleuse, dure, velue, rameuse ; ses feuilles sont longues, pointues, plus larges que celles de la persicaire, un peu épaisses & charnues, glabres ou sans poil, d’un verd brun, tirant quelquefois sur le jaune, attachées à des queues longues d’un pouce ou deux, sans dentelures.

Sa fleur, qui sort des aisselles des feuilles & à la naissance des rameaux, est une rosette à plusieurs pointes, de couleur blanchâtre, ressemblante à celle de la morelle commune, mais plus grande, soutenue par un pédicule assez long, charnu & rouge. Après que cette fleur est passée, il lui succede un fruit qui est une capsule longue & grosse comme le pouce, droite, formée par une peau luisante, polie, verte d’abord, puis jaune, enfin rouge comme du corail ou purpurine quand elle est en maturité. Cette capsule est divisée intérieurement en deux ou trois loges, qui renferment beaucoup de semences applaties de couleur blanchâtre tirant sur le jaune, formées ordinairement comme un petit rein.

Toutes les parties de cette plante ont beaucoup d’âcreté, mais particulierement son fruit, qui brûle sa bouche ; elle croît naturellement en Guinée & au Brésil : on la cultive & on l’éleve aisément de graine dans les pays chauds, comme en Espagne & en Portugal, en Languedoc, en Provence & dans nos jardins, où la couleur rouge de ses capsules fait plaisir à voir. On les confit au sucre pour les adoucir, & les Vinaigriers en mettent dans leur vinaigre pour le rendre fort & piquant. (D. J.)

Poivre de Guinée, (Hist. des drogues exot.) c’est encore le poivre autrement nommé poivre d’Afrique, voyez Poivre d’Afrique.

Poivre de la Chine, (Hist. des drog exot.) Le P. le Comte dans ses mémoires dit que le poivre de la Chine a les mêmes propriétés que celui des Indes. L’arbre qui le produit est grand comme nos noyers. Son fruit est de la grosseur d’un pois, de couleur grise mêlée de quelques filets rouges. Quand il est mûr, il s’ouvre de lui même, & fait voir un petit noyau noir comme du jay. Après qu’on l’a cueilli, on l’expose au soleil pour le sécher, & l’on jette le noyau, qui est d’un goût trop fort, ne réservant que l’écorce. L’odeur de ces arbres à poivre est si violente, qu’il en faut cueillir le fruit à plusieurs reprises, crainte d’en être incommodé. (D. J.)

Poivre de la Jamaïque, (Hist. des drog. exot.) On appelle en françois poivre de la Jamaïque, poivre de Theves, piment de la Jamaïque, amomi, ou toutes épices, un fruit ou une certaine baie aromatique, que l’on apporte depuis quelque tems de l’île de la Jamaïque, & dont les Anglois font un très-grand usage dans leurs sauces Cette baie est entierement différente des especes de poivre dont nous venons de parler : celui-ci est nommé pimienta ou the Jamaica pepper tree en anglois ; piper jamaicense quibusdam par Dale, pharmacol. 421 ; piper odoratum jamaicense nostratibus, par Ray, hist. 1507 ; cocculi indici, aromatici, dans le mus. reg. soc. Lond. 1218.

C’est un fruit desséché avant sa maturité, orbiculaire, ordinairement plus gros qu’un grain de poivre ; son écorce est brune, ridée ; il a un ombilic ou petite couronne au haut partagée en quatre, contenant deux noyaux noirs, verdâtres, séparés par une paroi mitoyenne, d’un goût un peu âcre, aromatique, & qui approche du clou de girofle.

L’arbre qui porte ce fruit est appellé par le chevalier Hans Sloane, dans son catal. plant. jamaic. myrthus arborea, aromatica, follis laurinis latioribus & subrotundis ; & par le P. Plumier, botan. Americ. mss. myrius arborescens, citri follis glabris, fructu racemoso, caryophilli sapore.

Cet arbre surpasse en hauteur nos noyers d’Europe lorsqu’il est dans une bonne terre ; mais comme il se plaît dans les forêts seches, il ne s’eleve alors que médiocrement ; il est branchu & touffu ; son tronc est le plus souvent droit & haut ; son bois est dur, pesant, d’un rouge noirâtre d’abord, ensuite devenant avec le tems noir comme l’ébene, ce que l’on doit entendre du cœur. Il est couvert d’un obier épais, blanchâtre, & d’une écorce lisse, mince, & qui tombe quelquefois par lames. L’arbre entier fait une belle figure, par la disposition de ses branches & par son feuillage.

Ses feuilles sont très-lisses & d’un verd fort agréable ; elles naissent deux-à-deux, & opposées à chaque nœud des rameaux ; elles sont de différentes grandeurs : les plus amples sont longues de quatre, cinq ou six pouces, larges de trois ou quatre, de la figure d’une langue, fermes, d’un verd foncé, luisantes, parsemées de petite veines paralleles & obliques, que l’on a peine à appercevoir, & portées sur des queues d’un pouce de longueur ; elles sont d’une odeur & d’une saveur qui approche beaucoup de la cannelle & du clou de girofle, légérement astringentes, & d’une amertume qui n’est pas désagréable.

L’extrémité des tiges est terminée par plusieurs pédicules longs d’un pouce, portant chacun une petite fleur composée de cinq pétales blancs, arrondie, concave, & disposée en rose ; du fond du calice de la fleur, s’éleve un pistil pointu, accompagné d’étamines blanches. Quand ces fleurs sont tombées, il leur succede beaucoup de baies couronnées ou creusées en maniere de nombril ; elles sont d’abord petites & verdâtres ; mais dans leur maturité elles sont plus grosses que les baies de génievre, noires, lisses & luisantes ; elles contiennent une pulpe humide, verdâtre, âcre, aromatique.

Cette pulpe renferme le plus souvent dans le centre deux graines hémisphériques, séparées par une membrane mitoyenne, ensorte qu’elles forment ensemble un petit globe ; c’est pourquoi Clusius, qui a decrit le premier cet aromate, ne lui attribue qu’une seule graine divisée en deux parties.

Cet arbre vient dans les îles Antilles ; le R. P. Plumier l’a observé dans les îles de Sainte-Croix, de Saint-Domingue, & les Grenadines ; mais il croît par-tout dans les forêts qui sont sur les montagnes de la Jamaïque, & en particulier du côté du septentrion, où il porte des feuilles tantôt plus larges, tantôt plus étroites. On le cultive aujourd’hui précieusement à la Jamaïque ; il fleurit en Juin, Juillet & Août, suivant les pluies & l’exposition, mais le fruit mûrit bientôt ensuite.

Les negres montent sur quelques-uns de ces arbres pour cueillir le fruit ; ils en coupent d’autres & les abattent ; ils prennent les rejettons chargés de fruits verds, qu’ils séparent des petites branches des feuilles & des baies qui sont mûres ; ensuite ils les exposent sur de l’étoffe pendant plusieurs jours aux rayons du soleil, depuis son lever jusqu’à son coucher, prenant garde qu’ils ne soient mouillés de la rosée du matin & du soir. Ces baies étant ainsi séchées, se rident, & de vertes qu’elles étoient, elles deviennent brunes & en état d’être vendues. Les Anglois les regardent comme un des meilleurs aromates qui soient en usage ; & son goût agréable, & qui tient du clou de girofle, de la cannelle & du poivre, avec plus de douceur, fait qu’ils lui donnent un nom qui signifie tous les aromates ensemble.

Ce fruit distillé dans un ballon, fournit une huile essentielle qui va au fond de l’eau, & dont l’odeur est agréable. On emploie ce fruit pour assaisonner les alimens ; il fortifie l’estomac, il aide la digestion, il récrée les esprits, & augmente le mouvement du sang. Les chirurgiens du pays emploient les feuilles de cet arbre dans les bains pour les jambes des hydropiques, & pour faire des fomentations sur les membres paralytiques. Phil. trans. n°. 192. (D. J.)

Poivre à queue, (Hist. des drog. exot.) Les habitans de l’île Bourbon appellent poivre à queue une graine aromatique qui n’est guère plus grosse qu’un grain de millet ; cette graine a un goût piquant & poivré ; elle vient en bouquets à l’extrémité des branches d’une plante sarmenteuse qui croît aux Indes dans les bois, & s’entortille autour des arbres comme nos vignes sauvages. (D. J.)

Poivre petit, (Botan.) nom vulgaire donné à la semence de l’agnus castus. Cette semence est presque ronde, grise, grosse comme le poivre, ayant un goût un peu âcre & aromatique.

Poivre, eau de, (Science microscop.) Le microscope a découvert quantité de sortes de petits animaux dans de l’eau de poivre factice : voici la maniere de la préparer & d’examiner les insectes qu’elle contient.

Jettez du poivre noir ordinaire, grossierement pulvérisé, dans un vaisseau ouvert, ensorte que le fond en soit couvert de la hauteur environ d’un demi-pouce : versez-y de l’eau de pluie ou de riviere, ensorte qu’elle s’éleve au-dessus du poivre d’un pouce ou à-peu-près : agitez bien l’eau & le poivre la premiere fois que vous les mêlez ensemble, mais n’y touchez plus dans la suite : exposez votre vaisseau à l’air sans le couvrir, & dans peu de jours vous y verrez une petite pellicule qui couvrira toute la surface de l’eau, & qui réfléchira les couleurs du prisme. Vous trouverez au microscope que cette pellicule contient des millions de petits animaux que vous aurez peine à distinguer au commencement, même avec la plus forte lentille, mais qui deviennent tous les jours plus gros, jusqu’à ce qu’ils aient pris leur grandeur naturelle. Quoique leur nombre croisse excessivement chaque jour, jusqu’à ce qu’à la fin presque tout le fluide paroisse en vie, cependant ces animaux restent principalement sur la surface de l’eau, & ne s’y enfoncent pas beaucoup, à-moins qu’ils ne soient effrayés ou détournés ; mais lorsque cela arrive ils s’y précipitent quelquefois tous à-la-fois, & ne paroissent plus de quelque tems. Dans les chaleurs de l’été cette pellicule s’éleve plûtôt sur la surface, & l’on s’apperçoit qu’elle est plus serrée que dans un tems froid, quoique cependant au milieu de l’hiver l’expérience réussisse si l’eau n’est pas glacée.

Si vous prenez de cette écume environ la grosseur de la tête d’une épingle, avec le bec d’une plume nouvellement taillée, ou avec un petit pinceau, & si vous l’appliquez à un morceau de talc, vous verrez d’abord avec la troisieme lentille, ensuite avec la premiere, différentes sortes d’insectes plus petits les uns que les autres, & qui different considérablement non-seulement en grandeur, mais en especes.

Voici ceux que l’on a observé. 1°. La longueur de la premiere espece est d’environ le diametre d’un cheveu, & leur largeur trois ou quatre fois plus petite ; leurs corps sont fort minces & transparens, mais le côté qui paroît en-dessous est plus noir que l’autre. Ils se tournent eux-mêmes dans l’eau très-souvent, & présentent tantôt le dos, & tantôt le ventre. Leur contour est comme garni d’une frange ou d’un grand nombre de piés extraordinairement petits, qui se distinguent sur-tout aux deux extrémités ; dans l’une on voit aussi certaines soies plus longues que les piés, & qui ressemblent à une queue : leur mouvement est rapide ; & comme ils tournent, retournent & s’arrêtent subitement, il semble qu’ils sont continuellement occupés à chasser leur proie. Ils peuvent se servir de leurs piés pour marcher, comme pour nager ; car lorsqu’on met un cheveu parmi eux, on les voit souvent courir sur ce cheveu d’un bout à l’autre, & prendre différentes postures extraordinaires.

2°. Une espece assez commune, est celle de ceux dont la longueur est environ le tiers de l’épaisseur d’un cheveu, & qui ont des queues cinq ou six fois aussi longues que le corps. Quelquefois lorsqu’ils sont sans mouvement, ils poussent en-dehors une langue frangée ou barbue, & l’on voit continuellement un courant qui coule vers eux, & qui est causé vraissemblablement par le mouvement précipité de quelques nageoires fines, ou de quelques jambes trop subtiles pour être discernées.

3°. Une autre espece de la grandeur de la derniere, mais sans queue, paroît quelquefois sous une figure ovale, semblable au poisson plat nommé carrelet. On peut voir leurs piés, qui sont fort petits, & c’est lorsque l’eau est sur le point de s’évaporer, car alors ils les mouvent fort promptement. De tems en tems on en voit deux joints ensemble.

4°. Une quatrieme espece paroît semblable à des vers fort minces, environ cinquante fois aussi longs que larges ; leur épaisseur est à-peu-près la centieme partie de celle d’un cheveu ; leur mouvement est uniforme & lent, balançant leur corps ordinairement, mais fort peu en s’avançant ; ils nagent aussi facilement en avant qu’en arriere, mais il est difficile de déterminer l’extrémité où leur tête est placée.

5°. Une cinquieme sorte est si prodigieusement petite, que le diametre d’un grain de sable en contiendroit plus de cent bout-à-bout, & qu’il en faudroit par conséquent plus d’un million pour égaler un grain de sable en volume : leur figure est presque ronde.

6°. Une sixieme sorte est environ de l’épaisseur des précédentes, mais ils sont presque doubles en longueur. Il y en a surement d’autres especes, qu’il n’est pas possible de distinguer.

Il est assez agréable pendant que ces petits animaux sont devant le microscope, d’observer les différens effets que produisent parmi eux les différentes mixtions : par exemple, si l’on y verse la plus petite goutte qu’on puisse imaginer d’esprit de vitriol avec la pointe d’une épingle, on voit ces animaux s’étendre immédiatement après, & tomber morts. Le sel distillé les tue, mais avec cette différence, qu’au lieu de s’applatir comme dans le premier cas, ils se roulent en figure ovale. La teinture de sel de tartre les jette dans des mouvemens convulsifs, après quoi ils deviennent foibles, languissans, & meurent sans changer de figure. L’encre les tue aussi promptement que l’esprit de vitriol, mais elle semble les resserrer en différentes manieres. Le sucre dissous les fait aussi périr, mais alors quelques-uns meurent plats, & les autres ronds.

Si l’on laisse évaporer l’eau sans aucun mélange, quelques-uns de ces insectes périssent d’abord, mais d’autres non ; & si l’on y verse une goutte d’eau fraîche, en peu de tems plusieurs de ces derniers revivent & se mettent à nager de nouveau. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « poivre »

(Vers 1140) peivere ; (XIIIe siècle)[1] poivre.
Du latin pĭper, -ĕris, emprunté au grec ancien πέπερι, péperi, lui même du sanskrit पिप्पलि, pippali (« poivre long, Piper longum »). Les deux premiers termes durant l’Antiquité désignant une épice qui provenait d’un poivrier (Piper spp.) mais pas forcément de P. nigrum[2]. Durant le Moyen-Âge c’était surtout le poivre long qui était utilisé en Europe[3].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, peûv ; prov. pebre ; ital. pepe ; du lat. piper ; grec, πέπερι ; sanscr. pippalî, qui est le nom du poivre long ; Lassen (ind. Alt. I, 278), suppose que c'est le nom original et qu'il est devenu πέπερι, en passant par l'ancien persan, qui n'avait pas la lettre l.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « poivre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
poivre pwavr

Citations contenant le mot « poivre »

  • Le sel de l’existence est essentiellement dans le poivre qu’on y met. De Alphonse Allais
  • L’homme est comme le poivre, tu ne le connais pas avant de l’avoir mâché. De Proverbe haoussa
  • Ne jugez pas le grain de poivre d'après sa petite taille, goûtez-le et vous sentirez comme il pique. De Proverbe arabe
  • Il faut quatre hommes pour faire une salade : un prodigue pour l'huile, un avare pour le vinaigre, un sage pour le sel et un fou pour le poivre. De François Coppée
  • Une ville sans concierge ça n'a pas d'histoire, pas de goût, c'est insipide telle une soupe sans poivre ni sel, une ratatouille informe. De Louis-Ferdinand Céline / Voyage au bout de la nuit
  • Et alors ! Tous les grands peintres ça picolait. Tous des poivres. Van Gogh, Utrillo, la peinture à l'eau c'était pas leur fort. De René Fallet / Le Beaujolais nouveau est arrivé
  • Marché mondial Huile de poivre noir qui permet au consommateur d’évaluer la demande à long terme et d’estimer des implémentations particulières. La croissance croissante qui est vraiment attendue en fonction de l’analyse donne des informations complètes sur le marché mondial Huile de poivre noir. Les moteurs et les contraintes se préparent après toute la prise de conscience de la croissance de l’industrie mondiale Huile de poivre noir. boursomaniac, Aperçu de la croissance de Mondial Huile de poivre noir Marche (2020-2029) || Katyani Exports, Kazima Perfumers, AOS Products - boursomaniac
  • Le rapport de recherche sur l’industrie mondiale du marché Moulin à poivre 2020 est une enquête approfondie sur l’état authentique et le flux et le reflux du marché / des entreprises pour l’industrie mondiale du Moulin à poivre. De même, le rapport de recherche classe le marché mondial du Moulin à poivre par segment par joueur, type, application, canal de Marchéing et région. Ce rapport évalue en outre les grossistes du marché mondial Moulin à poivre, les canaux de négociation, les défis, les ouvertures, les moteurs, les exemples futurs, le taux d’amélioration, la part de marché, la scène de conflit et le statut. Topographiquement, ce rapport donne l’importation, la charge, l’utilisation claire et la formation de Moulin à poivre en Asie du Sud-Est, au Japon, en Chine, en Europe, en Amérique du Nord et en Inde. , Marché Moulin à poivre – Analyse d’impact COVID-19 avec les données des pays mondiaux, 2020 | Part de l’industrie mondiale, taille et croissance du marché, marge brute, tendance, demande future, analyse par le principal acteur et prévisions jusqu’en 2025 – Énergies Renouvelables Afrique
  • Soluble dans lhuile de poivre noir Oleoresin , Mondial Poivre noir Oleoresin marché Taille 2020 Les dirigeants -KEY Analyse, Segmentation, croissance, Tendances, Marge brute, Demandes, technologies émergentes par Prévisions régionales 2025 – 360 Mises à jour du marché – JustFamous
  • Une employée d’une épicerie californienne a été suspendue pendant cinq jours après avoir pulvérisé du poivre sur un client qui lui a enfoncé à plusieurs reprises son chariot après lui avoir dit qu’il devait porter un masque. News 24, Ralphs suspend son épicier pendant cinq jours après avoir pulvérisé du poivre sur un client en colère - News 24
  • Vert, noir, blanc ou rouge…Il s’agit du même fruit. Le poivre vert est un fruit cueilli avant maturité. Il est subtilement épicé, délicatement piquant et d’une grande fraîcheur. Myafricainfos, Poivre vert, noir, blanc ou rouge, quelle différence ? | Myafricainfos
  • Du vin blanc dans le steak au poivre ? S'i me rémunère grassement, je lui file la vraie recette. Le Point, Le steak flambé au poivre de Jean-François Piège - Le Point

Images d'illustration du mot « poivre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « poivre »

Langue Traduction
Anglais pepper
Espagnol pimienta
Italien pepe
Allemand pfeffer
Chinois 胡椒
Arabe فلفل
Portugais pimenta
Russe перец
Japonais コショウ
Basque piper
Corse pimentine
Source : Google Translate API

Synonymes de « poivre »

Source : synonymes de poivre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « poivre »

Partager