La langue française

Poitrine

Définitions du mot « poitrine »

Trésor de la Langue Française informatisé

POITRINE, subst. fém.

I. − [Chez l'homme]
A. − Partie du corps humain qui s'étend du cou à l'abdomen et qui contient les principaux organes de la circulation et de la respiration. Synon. buffet (fam.), buste, cage thoracique (v. cage II A 2), thorax (sc.), torse.Il me sembla que quelque chose s'était brisé dans la boîte osseuse de ma poitrine (About, Roi mont., 1857, p.53).Un muscle transversal, le diaphragme, attaché à la colonne vertébrale, à la pointe du sternum et aux deux dernières côtes ferme la cavité thoracique en bas, séparant ainsi la poitrine de l'abdomen (Baratoux, La Voix, 1912, p.12):
1. La poitrine de l'homme a la forme d'un cône applati [sic], dont la base est en bas et le sommet tronqué en haut. Elle est formée en arrière par la portion dorsale de la colonne vertébrale (...); en devant par un os plat, appelé le sternum, et sur les côtés par vingt-quatre arcs osseux qu'on nomme les côtes. Cuvier, Anat. comp., t.1, 1805, p.202.
SYNT. Poitrine étroite, large, maigre; douleurs dans la poitrine; coeur qui bat, bondit dans la poitrine; cavité, muscles, parois de la poitrine; base, côtés, hauteur, intérieur, largeur de la poitrine; bonne, mauvaise conformation de la poitrine; auscultation de la poitrine; rire, toux qui secoue la poitrine.
Tour de poitrine. Mesure de la poitrine à l'endroit le plus large. Mesurer, prendre son tour de poitrine. Les médecins militaires anglais ont noté que les conscrits des centres industriels ont un abaissement du poids et du tour de poitrine (Macaigne, Précis hyg., 1911, p.304).Ses longues jambes, qui peuvent à peine supporter son torse (...) cent dix de tour de poitrine (Sartre, Nausée, 1938, p.90).
SPORTS (athl.). ,,Unité de mesure qui sert à départager les concurrents dans une arrivée serrée`` (Petiot 1982) et qui équivaut à peu près à l'épaisseur de la poitrine. D. n'est battu que d'une très courte poitrine (L'Auto-vélo,7 juill. 1901,ibid.).
B. − En partic.
1. Partie externe et antérieure de cette partie du corps, correspondant au sternum, à la partie antérieure des côtes et aux seins. Synon. jabot (vieilli), sein (vx), poitrail (plais.).Poitrine creuse; poitrine haletante. Un homme dont la barbe noire couvrait la poitrine (Jouy, Hermite, t.4, 1813, p.308).Il avait attiré sa compagne sur sa poitrine, l'avait pressée contre la source intarissable de son coeur (Peyré, Matterhorn, 1939, p.283).V. lutte ex. 1.
SYNT. Poils de la poitrine; poitrine qui halète, palpite, se soulève; bomber la poitrine; se couvrir la poitrine; frapper (qqn) à la poitrine; bercer, étreindre, presser, serrer, tenir (qqn, qqc.) contre sa poitrine; donner, recevoir un coup dans la poitrine, en pleine poitrine, sur la poitrine; bras, mains croisé(e)s, joint(e)s sur la poitrine; peser sur la poitrine.
P. méton. Partie correspondante d'un vêtement. Synon. devant.Poche-poitrine; doubler la poitrine. Un invalide, à jambe de bois et poitrine médaillée (Verne, 500 millions, 1879, p.70).
ART MILIT. Poitrine d'acier, de fer. Cuirasse, plastron de métal. Sitôt qu'elle vit Georges, elle courut se jeter dans ses bras, et elle pressa de toutes ses forces la poitrine de fer du chevalier (A. France, Balth., Abeille, 1889, p.286).
2.
a) Seins de femme. Synon. buste, corsage (vx), gorge (vieilli ou littér.), mamelle, nichons (pop.), sein (vx ou littér.).Son corsage ouvert découvrait trop sa poitrine maigre (Flaub., Éduc. sent., t.2, 1869, p.219).La taille (...) doit être un passage lent, insensible et doux entre les deux gloires de la femme, sa poitrine et son ventre (A. France, Hist. comique, 1903, p.4).Une main indiscrète, qui montait jusqu'à la petite poitrine si bien moulée et si tentante (Benjamin, Gaspard, 1915, p.50).
SYNT. Poitrine abondante, énorme, épanouie, forte, généreuse, lourde, opulente, plantureuse, plate, pleine, ronde; poitrine basse, haute; poitrine ballante, tombante; poitrine ferme, molle; poitrine naissante; poitrine insolente, provocante; poitrine couverte, découverte, dénudée, dissimulée, nue; serrer, soutenir la poitrine.
Rem. Poitrine, qui appartient de nos jours à tous les styles, ne fut guère cour. avant la 2emoit. du xixes. Au xviieet au xviiies. on lui préférait le terme sein (au sing.) ou gorge.
b) [Gén. précédé d'un partitif] Seins bien développés. Avoir de la poitrine (synon. pop. y avoir/il y a du monde au balcon*); avoir beaucoup, peu de poitrine; ne pas avoir de poitrine. C'est comme ta poitrine. Tous les hommes avaient l'oeil dessus. Et au bout de vingt ans, plus de poitrine, c'est la vie (Aymé, Uranus, 1948, p.90).C'était une fille maigre, sans poitrine et sans hanches (Simenon, Vac. Maigret, 1948, p.173).
C. − [La poitrine, siège de divers organes internes primordiaux]
1. [La poitrine, siège des organes de la respiration, en partic. les poumons] Vieilli. Synon. pop. caisse.Poitrine délicate, faible; affection, douleur, irritation, mal de poitrine; avoir la poitrine gênée, prise, qui se dégage; être malade de la poitrine. La fièvre m'a repris, je souffre beaucoup de la poitrine (Krüdener, Valérie, 1803, p.208).J'ai plus d'inquiétudes sur l'état de sa poitrine (tuberculose au début) qu'elle n'en a elle-même (Janet, Obsess. et psychasth., 1903, p.51).
Locutions
Angine* de poitrine, fluxion* de poitrine, rhume* de poitrine.
Maladie de poitrine. Affection des bronches ou des poumons; en partic., tuberculose pulmonaire. Synon. phtisie (méd.).Le diagnostic des maladies de poitrine devait nécessairement être, comme le trouvait Baglivi, incomparablement plus obscur que celui des affections de tout autre organe interne (Laennec, Auscult., t.1, 1819, p.3).
Rem. Empl. vieilli dans le lang. méd. mais encore empl. dans le lang. cour. (d'apr. Rob.).
Mourir, partir, s'en aller de la poitrine (vieilli). Être atteint de tuberculose pulmonaire. Synon. pop. partir, s'en aller de la caisse*.Tous mouraient de la poitrine, et la reine les voyait [ses enfants] les uns après les autres partir, avec une inexprimable douleur (Loti, Mariage, 1882, p.28).Leur dernier fils «qui s'en allait de la poitrine» (Mauriac, Th. Desqueyroux, 1927, p.193).
Respirer à pleine poitrine. Inspirer fortement en emplissant ses poumons. Celui qui a un bras vigoureux et qui respire à pleine poitrine l'air de Dieu, il n'y a pas de danger qu'il enfonce! (Claudel, Soulier, 1929, 4ejournée, 11, p.928).
Casse-poitrine. V. ce mot s.v. casse-.
2. [La poitrine, siège de la voix] «Oh! Il faut nous débarrasser du passé. Il faut refaire la France.» Hélas! Tel fut le cri qui, au lendemain de nos désastres, est sorti de toutes les poitrines (Gambetta, 1871ds Fondateurs 3eRépubl., p.94).
Vx. Souffle qui permet de donner à la voix son intensité ou sa tenue plus ou moins longue; voix forte. Synon. coffre.Avoir bonne poitrine; acteur, chanteur, orateur qui a de la poitrine. Cet homme n'a point de poitrine (Ac.1835, 1878).
Loc. adj. À pleine poitrine. À pleins poumons. Crier à pleine poitrine. Soudain elle est appelée à un lit par un hurlement lancé à pleine poitrine (Goncourt, Soeur Philom., 1861, p.10).Je l'allai rejoindre en chantant à pleine poitrine, si bien que ma mère me dit pour la trois-millième fois: −Dommage que tu ne veuilles pas apprendre le chant; tu as une jolie petite voix de ténor (Duhamel, Confess. min., 1920, p.52).
Voix de poitrine (p.oppos. à voix de fausset, de tête). Voix prise en pleins poumons, qui ne vient ni de la tête ni de la gorge et dont le son est plein, appuyé sur les notes graves. Pour la voix de poitrine le larynx est plus bas que pour le fausset; les vibrations de la caisse thoracique sont plus intenses pour la voix de poitrine; celles du crâne pour la voix de tête (Bouasse, Instrum. à vent, 1930, p.197).Registre de poitrine. Registre de la voix de poitrine correspondant, dans les voix d'hommes, à la voix naturelle. Il y a trois registres dans la voix humaine: le registre de poitrine (sons graves); le registre palatal (sons moyens); le registre de tête (sons aigus) (Combarieu, Mus., 1910, p.177).Sons de poitrine. Sons larges et pleins. Les sons dits «de poitrine» sont larges, très ouverts et offrent un caractère plus viril que ceux de médium ou de tête (Arts et litt., 1935, p.36-10).
3. [La poitrine, siège du coeur, foyer de la vie intérieure et affective, centre de résonance de la sensibilité] Poitrine angoissée, oppressée, tremblante. Car je vous aimais, moi, Angèle (...) et j'ai renfermé cet amour dans ma poitrine (Dumas père, Angèle, 1834, v, 5, p.201).En entendant de ma place ce travestissement de mes paroles, je faiblis un instant et ne pus retenir un cri d'horreur: «Je m'inscris en faux contre le rapport»; ces paroles échappèrent de ma poitrine indignée (Proudhon, Confess. révol., 1849, p.205):
2. ... c'est son propre désir que Barrès fait battre dans la poitrine de ce mystagogue lorrain [Léopold Baillard] (...). Il ne peut admettre, au reste, que l'effort de son héros, un si long cri du coeur, une telle supplication à l'Esprit ait pu s'abîmer tout entier dans le vide. Massis, Jugements, 1923, p.242.
Loc. fig.
Loc. adj. En pleine poitrine. De manière très profonde et douloureuse. Synon. en plein coeur*.Si le politicien descend la pente, pour une raison quelconque, les accusations l'atteignent en pleine poitrine, ses adversaires deviennent ses ennemis, ses amis l'abandonnent (L. Daudet, Brév. journ., 1936, p.120).
Loc. verb.
Avoir, sentir un poids sur la poitrine. Synon. de avoir un poids sur le coeur.V. poids I B 2.
Qqc. serre la poitrine. Quelque chose oppresse. Une angoisse lui serra la poitrine, si forte qu'il en était haletant (Genevoix, Raboliot, 1925, p.224).
[Avec une valeur symbolique, en relation avec un geste de la main exprimant la sincérité] Synon. coeur.
Mettre, porter la main sur sa poitrine. Les sottises qu'il débitait, peut-être en y croyant, la main sur la poitrine (Mille, Barnavaux, 1908, p.227).
Se battre, se frapper la poitrine; frapper sa poitrine (v. frapper I A 1 α rem.). Synon. battre sa coulpe (v. ce mot B 2).
II. − [Chez l'animal]
A. − Région antérieure du corps de certains animaux, comprise entre le cou et le ventre; face ventrale de cette partie du corps. Synon. poitrail.Chiens bretons (...) forts de poitrine et grands hurleurs (Flaub., St Julien l'Hospitalier, 1877, p.88).Monsieur pinson fut décrit d'abord: son bec ardoisé, sa huppe bleue, sa poitrine d'un rose saumoné, et les marques blanches de ses ailes (Alain, Propos, 1921, p.238).Ucello peint des croupes de chevaux et des poitrines qui s'inscrivent nettement en demi-cercle, comme tracées au compas (Gilles de La Tourette, L. de Vinci, 1932, p.9).
B. − BOUCH. Partie inférieure des parois thoraciques constituée par le devant des côtes et la chair environnante (comprenant aussi, pour le porc, la partie inférieure de l'abdomen). Poitrine de boeuf, de mouton, de porc, de veau; lard de poitrine; poitrine fumée; poitrine de veau farcie. Boeuf (...) la pièce d'aloyau, la noix (...) la culotte, la côte couverte, la poitrine, voilà les morceaux choisis pour faire des relevés ou pièces de boeuf (Viard, Cuisin. impérial, 1814, p.69).Les produits fabriqués entrant dans le groupe des salaisons sont les jambons (crus ou cuits), les poitrines salées, les filets fumés (Industr. conserves, 1950, p.26).
C. − ENTOMOL. Face ventrale du thorax des insectes, dans sa totalité ou limitée aux deux derniers articles selon les espèces. La poitrine est la troisième articulation du corps des insectes. C'est sur cette partie que sont articulées, en dessus, les ailes de ceux qui en ont, et en dessous, les quatre pattes postérieures (Cuvier, Anat. comp., t.1, 1805, p.449).
III. − MÉTALL. Partie antérieure et inférieure d'un haut fourneau. Il n'y a jamais de tuyères à la poitrine des hauts fourneaux. Les fourneaux à poitrine fermée ont sur les fourneaux à poitrine ouverte l'avantage d'économiser sensiblement le combustible (Jossier1881).
REM.
Poitrinomane, adj.,hapax. Pourquoi as-tu été malade?... Toujours ces imprudences!!! Moi aussi d'ailleurs je me suis vu poitrinomane derechef soixante-quatre heures durant (Gide, Corresp.[Avec Valéry], 1896, p.282).
Prononc. et Orth.: [pwatʀin]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.A. D'une personne 1. Ca 1050 «devant de la cage thoracique» debatre sa peitrine (St Alexis, éd. Chr. Storey, 431); p.ext. 1389-92 «partie correspondante du vêtement» (Reg. du Chât. de Paris, I, 236, Biblioth. fr. ds Gdf.); 2. 1155 «partie du tronc située entre les épaules et l'abdomen» (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 1129); 1360-70 poitrine lee (Baudouin de Sebourg, XVI, 1173 ds T.-L.); a) 1600 mal de poitrine (O. de Serres, Theatre d'agric., éd. 1611, p.1087); 1611 poictrine empeschée (Cotgr.), cf. Rich. 1680 ,,se dit en parlant de l'homme en tant que cette partie de son corps est blessée ou malade``; b) 1688 «voix» (La Bruyère, Caractères, De la chaire ds OEuvres, éd. J. Benda, p.465: c'est moins une véritable éloquence que la ferme poitrine du missionnaire qui nous ébranle); 1694 [ce] prédicateur n'a pas de poitrine (Ac.). Au xviies., le mot est tombé en désaffection: av. 1628 Malherbe, Commentaire sur Desportes [Élégies, II] ds OEuvres, éd. A. Régnier, t.4, p.386: ... encore serois-je bien aise que l'on n'usât de ce mot de poitrine que rarement; de même, Vaug. 1647, p.60 note ,,Poitrine est condamné dans la prose comme dans les vers pour une raison aussi juste que ridicule, parce que l'on dit poitrine de veau... On ne laisse pourtant de dire encore poitrine aux maladies comme la fluxion lui est tombée sur la poitrine, il est blessé à la poitrine``; cf. G. Ménage, Obs. sur la lang. fr., 1672, p.189 ,,M. de Vaugelas se trompe en blâmant dans les vers le mot de poitrine. Il est toûjours de la belle et de la haute Poësie``; cf. encore Vaug. Obs., 1704, p.72; 3. ca 1165 désigne les seins d'une femme (Benoît de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 5559: Plus li [Polixenain] blanchëot la peitrine Que flor de lis ne flor d'espine); ca 1200 (1reContinuation de Perceval, éd. W. Roach, t.1, p.215, 7903); 1280 (Clef d'amor, 2325 ds T.-L.: Se tu as bele poiterine E beau col, ne les encortine, Mès soit ta robe escoletee, Si que chescun y muse et bee); ce sens devint très rare du xvie(cf. av. 1519 Cl. Marot, Epistre de Maguelonne a son amy P. de Provence, 42 ds OEuvres, éd. C. A. Mayer, t.3, p.116), au xixes., il est qualifié de ,,pop.`` par Boiste 1834; 1835 cette femme a une belle poitrine (Ac.). B. D'un animal [Ca 1160 en parlant de Cerbère (Eneas, 2572 ds T.-L.)] 1376 à propos du découpage d'un sanglier abattu (Modus, 48, 70, ibid.: coupe depuis la gorge... en venant par dessuz la poiterine, par entre les deus jambons devant). De l'adj. lat. vulg. *pectorinus, à l'empl. subst., dér. de pectus, v. pis. Poitrine a progressivement remplacé pis à partir du xviies., lorsque ce dernier mot s'est restreint à son accept. rurale. Cependant, en raison de la désaffection qu'a connue poitrine au xviies. (v. supra), le thorax de l'homme a fréq. alors été désigné par estomac*, cf. Wartb., Évol.7, 1965, p.177. Fréq. abs. littér.: 6515. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 8152, b) 13058; xxes.: a) 10460, b) 7462.
DÉR.
Poitriner, verbe intrans.a) Fam. Bomber le torse, la poitrine. Une concierge extraordinaire qui roucoule en poitrinant, avec une dignité de vieille pintade (Bloy, Journal, 1904, p.221).Nous nous tenions fort droits et, selon l'expression de mon père, «nous poitrinions» volontiers (Duhamel, Jard. bêtes sauv., 1934, p.136).Au part. prés. en empl. adj. [P. méton. du subst.] Corsages poitrinants des dames d'employés de l'autre côté de l'eau (Lorrain, Âmes automne, 1898, p.30).b) Au fig. Synon. de parader, poser.S'il savait comme je l'adore ainsi et comme j'espère que les années calmeront sa fièvre de parade! Alors, quand il voudra bien ne plus poitriner, alors seulement nous nous rejoindrons complètement (Colette, Cl. ménage, 1902, p.116).c) Arg., rare, jeux de cartes. Tenir ses cartes très près de la poitrine de façon à en dérober la vue à l'adversaire. Les cartes se donnaient avec une lenteur automatique. On causait en poitrinant. Ces dignes et nobles personnes avaient l'adorable petitesse de se défier les unes des autres au jeu (Balzac, Béatrix, 1839, p.44). [pwatʀine]. 1resattest. a) 1839 «serrer les cartes de son jeu contre sa poitrine» id., b) 1874 (Barbey d'Aurevilly, Les Diaboliques ds OEuvres, éd. J. Petit, t.2, p.15: Le capitaine poitrinait au feu, comme une belle femme au bal, qui veut mettre sa gorge en valeur); de poitrine, dés. -er.
BBG.Quem. DDL t.6, 19.

Trésor de la Langue Française informatisé

POITRINE, subst. fém.

I. − [Chez l'homme]
A. − Partie du corps humain qui s'étend du cou à l'abdomen et qui contient les principaux organes de la circulation et de la respiration. Synon. buffet (fam.), buste, cage thoracique (v. cage II A 2), thorax (sc.), torse.Il me sembla que quelque chose s'était brisé dans la boîte osseuse de ma poitrine (About, Roi mont., 1857, p.53).Un muscle transversal, le diaphragme, attaché à la colonne vertébrale, à la pointe du sternum et aux deux dernières côtes ferme la cavité thoracique en bas, séparant ainsi la poitrine de l'abdomen (Baratoux, La Voix, 1912, p.12):
1. La poitrine de l'homme a la forme d'un cône applati [sic], dont la base est en bas et le sommet tronqué en haut. Elle est formée en arrière par la portion dorsale de la colonne vertébrale (...); en devant par un os plat, appelé le sternum, et sur les côtés par vingt-quatre arcs osseux qu'on nomme les côtes. Cuvier, Anat. comp., t.1, 1805, p.202.
SYNT. Poitrine étroite, large, maigre; douleurs dans la poitrine; coeur qui bat, bondit dans la poitrine; cavité, muscles, parois de la poitrine; base, côtés, hauteur, intérieur, largeur de la poitrine; bonne, mauvaise conformation de la poitrine; auscultation de la poitrine; rire, toux qui secoue la poitrine.
Tour de poitrine. Mesure de la poitrine à l'endroit le plus large. Mesurer, prendre son tour de poitrine. Les médecins militaires anglais ont noté que les conscrits des centres industriels ont un abaissement du poids et du tour de poitrine (Macaigne, Précis hyg., 1911, p.304).Ses longues jambes, qui peuvent à peine supporter son torse (...) cent dix de tour de poitrine (Sartre, Nausée, 1938, p.90).
SPORTS (athl.). ,,Unité de mesure qui sert à départager les concurrents dans une arrivée serrée`` (Petiot 1982) et qui équivaut à peu près à l'épaisseur de la poitrine. D. n'est battu que d'une très courte poitrine (L'Auto-vélo,7 juill. 1901,ibid.).
B. − En partic.
1. Partie externe et antérieure de cette partie du corps, correspondant au sternum, à la partie antérieure des côtes et aux seins. Synon. jabot (vieilli), sein (vx), poitrail (plais.).Poitrine creuse; poitrine haletante. Un homme dont la barbe noire couvrait la poitrine (Jouy, Hermite, t.4, 1813, p.308).Il avait attiré sa compagne sur sa poitrine, l'avait pressée contre la source intarissable de son coeur (Peyré, Matterhorn, 1939, p.283).V. lutte ex. 1.
SYNT. Poils de la poitrine; poitrine qui halète, palpite, se soulève; bomber la poitrine; se couvrir la poitrine; frapper (qqn) à la poitrine; bercer, étreindre, presser, serrer, tenir (qqn, qqc.) contre sa poitrine; donner, recevoir un coup dans la poitrine, en pleine poitrine, sur la poitrine; bras, mains croisé(e)s, joint(e)s sur la poitrine; peser sur la poitrine.
P. méton. Partie correspondante d'un vêtement. Synon. devant.Poche-poitrine; doubler la poitrine. Un invalide, à jambe de bois et poitrine médaillée (Verne, 500 millions, 1879, p.70).
ART MILIT. Poitrine d'acier, de fer. Cuirasse, plastron de métal. Sitôt qu'elle vit Georges, elle courut se jeter dans ses bras, et elle pressa de toutes ses forces la poitrine de fer du chevalier (A. France, Balth., Abeille, 1889, p.286).
2.
a) Seins de femme. Synon. buste, corsage (vx), gorge (vieilli ou littér.), mamelle, nichons (pop.), sein (vx ou littér.).Son corsage ouvert découvrait trop sa poitrine maigre (Flaub., Éduc. sent., t.2, 1869, p.219).La taille (...) doit être un passage lent, insensible et doux entre les deux gloires de la femme, sa poitrine et son ventre (A. France, Hist. comique, 1903, p.4).Une main indiscrète, qui montait jusqu'à la petite poitrine si bien moulée et si tentante (Benjamin, Gaspard, 1915, p.50).
SYNT. Poitrine abondante, énorme, épanouie, forte, généreuse, lourde, opulente, plantureuse, plate, pleine, ronde; poitrine basse, haute; poitrine ballante, tombante; poitrine ferme, molle; poitrine naissante; poitrine insolente, provocante; poitrine couverte, découverte, dénudée, dissimulée, nue; serrer, soutenir la poitrine.
Rem. Poitrine, qui appartient de nos jours à tous les styles, ne fut guère cour. avant la 2emoit. du xixes. Au xviieet au xviiies. on lui préférait le terme sein (au sing.) ou gorge.
b) [Gén. précédé d'un partitif] Seins bien développés. Avoir de la poitrine (synon. pop. y avoir/il y a du monde au balcon*); avoir beaucoup, peu de poitrine; ne pas avoir de poitrine. C'est comme ta poitrine. Tous les hommes avaient l'oeil dessus. Et au bout de vingt ans, plus de poitrine, c'est la vie (Aymé, Uranus, 1948, p.90).C'était une fille maigre, sans poitrine et sans hanches (Simenon, Vac. Maigret, 1948, p.173).
C. − [La poitrine, siège de divers organes internes primordiaux]
1. [La poitrine, siège des organes de la respiration, en partic. les poumons] Vieilli. Synon. pop. caisse.Poitrine délicate, faible; affection, douleur, irritation, mal de poitrine; avoir la poitrine gênée, prise, qui se dégage; être malade de la poitrine. La fièvre m'a repris, je souffre beaucoup de la poitrine (Krüdener, Valérie, 1803, p.208).J'ai plus d'inquiétudes sur l'état de sa poitrine (tuberculose au début) qu'elle n'en a elle-même (Janet, Obsess. et psychasth., 1903, p.51).
Locutions
Angine* de poitrine, fluxion* de poitrine, rhume* de poitrine.
Maladie de poitrine. Affection des bronches ou des poumons; en partic., tuberculose pulmonaire. Synon. phtisie (méd.).Le diagnostic des maladies de poitrine devait nécessairement être, comme le trouvait Baglivi, incomparablement plus obscur que celui des affections de tout autre organe interne (Laennec, Auscult., t.1, 1819, p.3).
Rem. Empl. vieilli dans le lang. méd. mais encore empl. dans le lang. cour. (d'apr. Rob.).
Mourir, partir, s'en aller de la poitrine (vieilli). Être atteint de tuberculose pulmonaire. Synon. pop. partir, s'en aller de la caisse*.Tous mouraient de la poitrine, et la reine les voyait [ses enfants] les uns après les autres partir, avec une inexprimable douleur (Loti, Mariage, 1882, p.28).Leur dernier fils «qui s'en allait de la poitrine» (Mauriac, Th. Desqueyroux, 1927, p.193).
Respirer à pleine poitrine. Inspirer fortement en emplissant ses poumons. Celui qui a un bras vigoureux et qui respire à pleine poitrine l'air de Dieu, il n'y a pas de danger qu'il enfonce! (Claudel, Soulier, 1929, 4ejournée, 11, p.928).
Casse-poitrine. V. ce mot s.v. casse-.
2. [La poitrine, siège de la voix] «Oh! Il faut nous débarrasser du passé. Il faut refaire la France.» Hélas! Tel fut le cri qui, au lendemain de nos désastres, est sorti de toutes les poitrines (Gambetta, 1871ds Fondateurs 3eRépubl., p.94).
Vx. Souffle qui permet de donner à la voix son intensité ou sa tenue plus ou moins longue; voix forte. Synon. coffre.Avoir bonne poitrine; acteur, chanteur, orateur qui a de la poitrine. Cet homme n'a point de poitrine (Ac.1835, 1878).
Loc. adj. À pleine poitrine. À pleins poumons. Crier à pleine poitrine. Soudain elle est appelée à un lit par un hurlement lancé à pleine poitrine (Goncourt, Soeur Philom., 1861, p.10).Je l'allai rejoindre en chantant à pleine poitrine, si bien que ma mère me dit pour la trois-millième fois: −Dommage que tu ne veuilles pas apprendre le chant; tu as une jolie petite voix de ténor (Duhamel, Confess. min., 1920, p.52).
Voix de poitrine (p.oppos. à voix de fausset, de tête). Voix prise en pleins poumons, qui ne vient ni de la tête ni de la gorge et dont le son est plein, appuyé sur les notes graves. Pour la voix de poitrine le larynx est plus bas que pour le fausset; les vibrations de la caisse thoracique sont plus intenses pour la voix de poitrine; celles du crâne pour la voix de tête (Bouasse, Instrum. à vent, 1930, p.197).Registre de poitrine. Registre de la voix de poitrine correspondant, dans les voix d'hommes, à la voix naturelle. Il y a trois registres dans la voix humaine: le registre de poitrine (sons graves); le registre palatal (sons moyens); le registre de tête (sons aigus) (Combarieu, Mus., 1910, p.177).Sons de poitrine. Sons larges et pleins. Les sons dits «de poitrine» sont larges, très ouverts et offrent un caractère plus viril que ceux de médium ou de tête (Arts et litt., 1935, p.36-10).
3. [La poitrine, siège du coeur, foyer de la vie intérieure et affective, centre de résonance de la sensibilité] Poitrine angoissée, oppressée, tremblante. Car je vous aimais, moi, Angèle (...) et j'ai renfermé cet amour dans ma poitrine (Dumas père, Angèle, 1834, v, 5, p.201).En entendant de ma place ce travestissement de mes paroles, je faiblis un instant et ne pus retenir un cri d'horreur: «Je m'inscris en faux contre le rapport»; ces paroles échappèrent de ma poitrine indignée (Proudhon, Confess. révol., 1849, p.205):
2. ... c'est son propre désir que Barrès fait battre dans la poitrine de ce mystagogue lorrain [Léopold Baillard] (...). Il ne peut admettre, au reste, que l'effort de son héros, un si long cri du coeur, une telle supplication à l'Esprit ait pu s'abîmer tout entier dans le vide. Massis, Jugements, 1923, p.242.
Loc. fig.
Loc. adj. En pleine poitrine. De manière très profonde et douloureuse. Synon. en plein coeur*.Si le politicien descend la pente, pour une raison quelconque, les accusations l'atteignent en pleine poitrine, ses adversaires deviennent ses ennemis, ses amis l'abandonnent (L. Daudet, Brév. journ., 1936, p.120).
Loc. verb.
Avoir, sentir un poids sur la poitrine. Synon. de avoir un poids sur le coeur.V. poids I B 2.
Qqc. serre la poitrine. Quelque chose oppresse. Une angoisse lui serra la poitrine, si forte qu'il en était haletant (Genevoix, Raboliot, 1925, p.224).
[Avec une valeur symbolique, en relation avec un geste de la main exprimant la sincérité] Synon. coeur.
Mettre, porter la main sur sa poitrine. Les sottises qu'il débitait, peut-être en y croyant, la main sur la poitrine (Mille, Barnavaux, 1908, p.227).
Se battre, se frapper la poitrine; frapper sa poitrine (v. frapper I A 1 α rem.). Synon. battre sa coulpe (v. ce mot B 2).
II. − [Chez l'animal]
A. − Région antérieure du corps de certains animaux, comprise entre le cou et le ventre; face ventrale de cette partie du corps. Synon. poitrail.Chiens bretons (...) forts de poitrine et grands hurleurs (Flaub., St Julien l'Hospitalier, 1877, p.88).Monsieur pinson fut décrit d'abord: son bec ardoisé, sa huppe bleue, sa poitrine d'un rose saumoné, et les marques blanches de ses ailes (Alain, Propos, 1921, p.238).Ucello peint des croupes de chevaux et des poitrines qui s'inscrivent nettement en demi-cercle, comme tracées au compas (Gilles de La Tourette, L. de Vinci, 1932, p.9).
B. − BOUCH. Partie inférieure des parois thoraciques constituée par le devant des côtes et la chair environnante (comprenant aussi, pour le porc, la partie inférieure de l'abdomen). Poitrine de boeuf, de mouton, de porc, de veau; lard de poitrine; poitrine fumée; poitrine de veau farcie. Boeuf (...) la pièce d'aloyau, la noix (...) la culotte, la côte couverte, la poitrine, voilà les morceaux choisis pour faire des relevés ou pièces de boeuf (Viard, Cuisin. impérial, 1814, p.69).Les produits fabriqués entrant dans le groupe des salaisons sont les jambons (crus ou cuits), les poitrines salées, les filets fumés (Industr. conserves, 1950, p.26).
C. − ENTOMOL. Face ventrale du thorax des insectes, dans sa totalité ou limitée aux deux derniers articles selon les espèces. La poitrine est la troisième articulation du corps des insectes. C'est sur cette partie que sont articulées, en dessus, les ailes de ceux qui en ont, et en dessous, les quatre pattes postérieures (Cuvier, Anat. comp., t.1, 1805, p.449).
III. − MÉTALL. Partie antérieure et inférieure d'un haut fourneau. Il n'y a jamais de tuyères à la poitrine des hauts fourneaux. Les fourneaux à poitrine fermée ont sur les fourneaux à poitrine ouverte l'avantage d'économiser sensiblement le combustible (Jossier1881).
REM.
Poitrinomane, adj.,hapax. Pourquoi as-tu été malade?... Toujours ces imprudences!!! Moi aussi d'ailleurs je me suis vu poitrinomane derechef soixante-quatre heures durant (Gide, Corresp.[Avec Valéry], 1896, p.282).
Prononc. et Orth.: [pwatʀin]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.A. D'une personne 1. Ca 1050 «devant de la cage thoracique» debatre sa peitrine (St Alexis, éd. Chr. Storey, 431); p.ext. 1389-92 «partie correspondante du vêtement» (Reg. du Chât. de Paris, I, 236, Biblioth. fr. ds Gdf.); 2. 1155 «partie du tronc située entre les épaules et l'abdomen» (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 1129); 1360-70 poitrine lee (Baudouin de Sebourg, XVI, 1173 ds T.-L.); a) 1600 mal de poitrine (O. de Serres, Theatre d'agric., éd. 1611, p.1087); 1611 poictrine empeschée (Cotgr.), cf. Rich. 1680 ,,se dit en parlant de l'homme en tant que cette partie de son corps est blessée ou malade``; b) 1688 «voix» (La Bruyère, Caractères, De la chaire ds OEuvres, éd. J. Benda, p.465: c'est moins une véritable éloquence que la ferme poitrine du missionnaire qui nous ébranle); 1694 [ce] prédicateur n'a pas de poitrine (Ac.). Au xviies., le mot est tombé en désaffection: av. 1628 Malherbe, Commentaire sur Desportes [Élégies, II] ds OEuvres, éd. A. Régnier, t.4, p.386: ... encore serois-je bien aise que l'on n'usât de ce mot de poitrine que rarement; de même, Vaug. 1647, p.60 note ,,Poitrine est condamné dans la prose comme dans les vers pour une raison aussi juste que ridicule, parce que l'on dit poitrine de veau... On ne laisse pourtant de dire encore poitrine aux maladies comme la fluxion lui est tombée sur la poitrine, il est blessé à la poitrine``; cf. G. Ménage, Obs. sur la lang. fr., 1672, p.189 ,,M. de Vaugelas se trompe en blâmant dans les vers le mot de poitrine. Il est toûjours de la belle et de la haute Poësie``; cf. encore Vaug. Obs., 1704, p.72; 3. ca 1165 désigne les seins d'une femme (Benoît de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 5559: Plus li [Polixenain] blanchëot la peitrine Que flor de lis ne flor d'espine); ca 1200 (1reContinuation de Perceval, éd. W. Roach, t.1, p.215, 7903); 1280 (Clef d'amor, 2325 ds T.-L.: Se tu as bele poiterine E beau col, ne les encortine, Mès soit ta robe escoletee, Si que chescun y muse et bee); ce sens devint très rare du xvie(cf. av. 1519 Cl. Marot, Epistre de Maguelonne a son amy P. de Provence, 42 ds OEuvres, éd. C. A. Mayer, t.3, p.116), au xixes., il est qualifié de ,,pop.`` par Boiste 1834; 1835 cette femme a une belle poitrine (Ac.). B. D'un animal [Ca 1160 en parlant de Cerbère (Eneas, 2572 ds T.-L.)] 1376 à propos du découpage d'un sanglier abattu (Modus, 48, 70, ibid.: coupe depuis la gorge... en venant par dessuz la poiterine, par entre les deus jambons devant). De l'adj. lat. vulg. *pectorinus, à l'empl. subst., dér. de pectus, v. pis. Poitrine a progressivement remplacé pis à partir du xviies., lorsque ce dernier mot s'est restreint à son accept. rurale. Cependant, en raison de la désaffection qu'a connue poitrine au xviies. (v. supra), le thorax de l'homme a fréq. alors été désigné par estomac*, cf. Wartb., Évol.7, 1965, p.177. Fréq. abs. littér.: 6515. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 8152, b) 13058; xxes.: a) 10460, b) 7462.
DÉR.
Poitriner, verbe intrans.a) Fam. Bomber le torse, la poitrine. Une concierge extraordinaire qui roucoule en poitrinant, avec une dignité de vieille pintade (Bloy, Journal, 1904, p.221).Nous nous tenions fort droits et, selon l'expression de mon père, «nous poitrinions» volontiers (Duhamel, Jard. bêtes sauv., 1934, p.136).Au part. prés. en empl. adj. [P. méton. du subst.] Corsages poitrinants des dames d'employés de l'autre côté de l'eau (Lorrain, Âmes automne, 1898, p.30).b) Au fig. Synon. de parader, poser.S'il savait comme je l'adore ainsi et comme j'espère que les années calmeront sa fièvre de parade! Alors, quand il voudra bien ne plus poitriner, alors seulement nous nous rejoindrons complètement (Colette, Cl. ménage, 1902, p.116).c) Arg., rare, jeux de cartes. Tenir ses cartes très près de la poitrine de façon à en dérober la vue à l'adversaire. Les cartes se donnaient avec une lenteur automatique. On causait en poitrinant. Ces dignes et nobles personnes avaient l'adorable petitesse de se défier les unes des autres au jeu (Balzac, Béatrix, 1839, p.44). [pwatʀine]. 1resattest. a) 1839 «serrer les cartes de son jeu contre sa poitrine» id., b) 1874 (Barbey d'Aurevilly, Les Diaboliques ds OEuvres, éd. J. Petit, t.2, p.15: Le capitaine poitrinait au feu, comme une belle femme au bal, qui veut mettre sa gorge en valeur); de poitrine, dés. -er.
BBG.Quem. DDL t.6, 19.

Wiktionnaire

Nom commun

poitrine \pwa.tʁin\ féminin

  1. (Anatomie) Partie du corps depuis le bas du cou jusqu’au diaphragme, contenant les poumons et le cœur.
    • En effet, à l’appel du gong, Habib se porta rapidement à la rencontre du Suédois et le bombarda sans arrêt de swings si vigoureux à la poitrine que l’autre s’écroula. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Assise en tailleur, sa robe aux tons mandarine, dévoilant à peine le bout de ses sandalettes, elle étalait d’une main un cataplasme de kaolin sur la poitrine de Koura, tenant de l’autre sa chevelure noire qui s’était libérée et dessinait de fines stries à la surface de la matière couleur craie dans le bol, sur ses genoux. — (Claire-Lise Marguier, Le Sceau de la reine, Rouergue, 2014, pages 108-109)
    • (Par extension)En un clin d’œil La Mole écarta les aiguillettes de son pourpoint, et tira de sa poitrine une lettre enfermée dans une enveloppe de soie. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre V)
  2. Seins des femmes.
    • Il détaillait ma beauté, un cri d'extase pour mes yeux, un béement prolongé pour mes mains, un sifflement coquin pour mes jambes, un silence bien préparé pour ma poitrine. — (Pierre-Robert Leclercq, Parfois la nuit, Éditions Calman-Lévy, 1975)
    • […] une blonde à forte poitrine dont les yeux verts pétillaient d’excitation, se trémoussait sur sa chaise, jappant comme un chiot qui attend son sucre. — (Philippe Labro, L’étudiant étranger, Gallimard, 1986, page 261)
    • Les papes suivants affecteront en revanche d’être offusqués par tant de poitrines opulentes, tant de zigounettes ainsi impudiquement dévoilées. Clément VIII, Paul III et Paul IV songèrent à détruire la fresque... — (Jean-Michel Renault, Censure et caricatures: les images interdites et de combat de l'histoire de la presse en France et dans le monde, éditions Pat à Pan, 2006, page 23)
  3. Ensemble des organes contenus dans la poitrine, et principalement les poumons.
    • Or, nous devons tout essayer pour maintenir peuplés ces plateaux de sol ingrat et non chercher à éloigner la population, l’obligeant […] à périr de la poitrine dans des bourgades industrielles. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  4. (Boucherie) Partie des côtes, avec la chair qui y tient.
    • Poitrine de veau, de mouton.
    • Du bœuf dans la poitrine.
  5. (Métallurgie) Partie d’un creuset de haut fourneau située autour du trou de coulée[1].
    • Le Four est dit à Poitrine fermée lorsque le Creuset est entièrement à l’intérieur du four ; il est dit à Poitrine ouverte lorsque le Creuset, à la fois intérieur et extérieur, constitue un Avant-Creuset qui permet de travailler jusqu’au fond du Creuset intérieur — (L. Babu, Traité théorique et pratique de métallurgie générale, Tome II : Combustibles - Appareils métallurgiques, Paris, 1906, page 315)

Forme de verbe

poitrine \pwa.tʁin\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe poitriner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe poitriner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe poitriner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe poitriner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe poitriner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

POITRINE. n. f.
Partie du corps depuis le bas du cou jusqu'au diaphragme, contenant les poumons et le cœur. Poitrine large, étroite, serrée. La cavité de la poitrine. Fig., Se frapper, se battre la poitrine, Se repentir d'une faute.

POITRINE se dit aussi de la Gorge des femmes. Cette femme a une belle poitrine. Il désigne encore les Organes contenus dans la poitrine, et principalement les Poumons. Poitrine faible, délicate. Fluxion de poitrine. Maladie, affection de poitrine. Il est malade de la poitrine. Sa poitrine se dégage. Angine de poitrine. Voyez ANGINE. En termes de Musique, Voix de poitrine, Voix appuyée sur les notes graves, par opposition à Voix de tête.

POITRINE désigne aussi, en termes de Boucherie, une Partie des côtes, avec la chair qui y tient. Poitrine de veau, de mouton. Du bœuf dans la poitrine.

Littré (1872-1877)

POITRINE (poi-tri-n') s. f.
  • 1Partie du corps qui contient les poumons et le cœur, et qui est séparée du ventre par le diaphragme. Voyez comme elle frappe cette poitrine innocente, Bossuet, Mar.-Thér. On peut comparer la poitrine à un soufflet, et le poumon à une vessie qui s'y trouve renfermée, de manière que l'air n'entre dans le soufflet, lorsqu'on vient à en écarter les panneaux, que par le col de la vessie, Mairan, Élog. Brémond. Il défend son ami, l'embrasse, oppose en vain Au coup qui cherche Alvar sa poitrine et sa main, Delavigne, Paria, v, 6. Lorsque le souvenir de ta grandeur passée Venait, comme un remords, t'assaillir loin du bruit [toi, Napoléon], Et que, les bras croisés sur ta large poitrine…, Lamartine, Méd. II, 7.
  • 2Les organes qui, dans la poitrine, servent à la respiration. Une douleur et une sécheresse de poitrine épouvantable, Sévigné, 395. Il gèle peut-être à Aix comme ici, et votre poitrine en est malade, Sévigné, 396. Mme de Courcillon est toute faite pour mourir de la poitrine, Maintenon, Lett. à Mme de Caylus, 8 janv. 1717. La maréchale de Rantzau, attaquée de la poitrine, touchait au terme de sa vie, Genlis, Mme de Maintenon, t. I, p. 173, dans POUGENS.

    Une poitrine faible, poitrine disposée aux rhumes, aux fluxions, aux tubercules. Peu de poitrines faibles résistent à la maladie et au remède [le mercure], Voltaire, l'H. aux 40 écus, convers. avec un chirurgien.

  • 3 Fig. La partie morale de l'homme. Le duc de Bourgogne prit la parole avec une décision qui sentait l'indignation, et qui semblait avoir pénétré la poitrine du chancelier, Saint-Simon, 166, 212.
  • 4Voix. Cet acteur a une bonne poitrine, n'a point de poitrine.

    Voix de poitrine, voyez VOIX.

  • 5 Terme de boucherie. Poitrine de bœuf, poitrine de veau, de mouton, la partie des côtes rattachées par le sternum.
  • 6 Terme de zoologie. Chez les oiseaux et les reptiles, partie du tronc qui suit immédiatement le cou, et qu'aucune véritable limite ne distingue du ventre.

    Chez les insectes, surface inférieure du tronc ; ensemble de toute la partie inférieure et des parties latérales, ou du sternum et des flancs ; selon Latreille et Duméril, les deux derniers articles du thorax.

HISTORIQUE

XIIe s. Par mi escuz e par peitrines… [cuirasses], Benoit de Sainte-Maure, II, 1226.

XIIIe s. Od [avec] lur langues, qui mult sunt fuines, [ils] Percent lur cors e lur petrines, Marie de France, Purgatoire, 1003. Lors s'est à la terre estendue, Si come ele estoit presque nue ; Ses mains croisa sor sa poitrine, Rutebeuf, II, 145. Li cheval ont mal ès eschines, Et li riche homme en lor poitrines, Rutebeuf, 109.

XIVe s. Mais li haubert sont fort, ne puent entamer ; Les poictrines d'acier [ils] ne puent empirer, Guesclin. 16186.

XVe s. Adonc se remistrent ensemble de grant courage les Bretons, … et bouterent de bras et de poitrines courageusement sur ceux qui les avoient reculés, Froissart, II, III, 32.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

POITRINE. Ajoutez :
7 Terme de métallurgie. Poitrine ou marâtre, pièce de fonte servant de plafond aux embrasures d'un haut fourneau, F. Liger, la Ferronnerie, Paris, 1875, t. I, p. 45.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

POITRINE, on comprend communément sous ce nom, tout ce qui répond à l’étendue du sternum, des côtes, des vertebres du dos, soit au-dehors, soit au-dedans : les Anatomistes l’appellent thorax.

On divise le thorax en partie antérieure, nommée particulierement poitrine ; en partie postérieure, sous le nom de dos ; & en parties latérales, appellées simplement côtés, & distinguées en côté droit & en côté gauche.

Les parties externes du thorax, outre la peau & la membrane graisseuse, sont principalement les mamelles & les muscles qui couvrent la surface externe des côtes, & remplissent leurs intervalles. Les muscles sont principalement ceux-ci : les grands & les petits pectoraux, les sous-claviers, les grands dentelés, les dentelés postérieurs supérieurs, les grands dorsaux, les vertébraux, auxquels on peut ajouter ceux qui couvrent les omoplates. Voyez Sous-clavier, Dentelé, &c.

Les parties internes du thorax sont renfermées dans la grande cavité de cette portion du tronc, à laquelle cavité les anciens ont donné le nom de ventre moyen, comme j’ai dit ci-dessus, & à laquelle les modernes donnent simplement celui de cavité de la poitrine. Cette cavité est tapissée d’une membrane appellée plevre. Voyez Plevre.

Ces parties sont principalement le cœur, le péricarde, le tronc de l’aorte, la grande courbure de l’aorte, le tronc des arteres carotides, les arteres sous-clavieres, les troncs des arteres vertébrales, des arteres axillaires, la portion supérieure de l’aorte descendante, les arteres intercostales, la veine cave supérieure, la veine azigos, les veines sous-clavieres, les troncs des veines jugulaires, des veines vertébrales, des veines axillaires, une portion de la trachée-artere, une portion de l’œsophage, le conduit lactée ou canal thorachique, les poumons, l’artere pulmonaire, les veines pulmonaires, &c. Voyez Cœur, Poumon, &c.

Les arteres ou les veines particulieres propres du thorax, sont les arteres & les veines thorachiques supérieures & inférieures, les arteres & les veines mammaires internes & externes, les arteres & les veines intercostales supérieures & inférieures, les arteres & les veines spinales, avec les sinus veineux du canal de l’épine vertébrale. Voyez Artere, &c.

Les nerfs qui se distribuent au thorax, sont les lymphatiques moyens ou la huitieme paire, les lymphatiques universels ou grands lymphatiques, communément dits nerfs intercostaux, la derniere paire cervicale, les 12 paires dorsales, les nerfs diaphragmatiques. Voyez Nerf.

La cavité de la poitrine se termine en bas par le diaphragme, qui la sépare d’avec celle du bas-ventre. Winllow. Voyez Diaphragme.

La poitrine forme dans l’homme une espece de sphéroïde applati sur le devant ; mais dans les animaux elle est applatie sur les côtés : les efforts violens que font ces animaux en sautant sur les piés de devant, demandoient nécessairement cette figure. Voyez Saut.

Les côtes sont tellement disposées que celles du côté droit ne peuvent se baisser sans avancer vers le côté gauche ; il en est de même par rapport à celles du côté gauche : c’est donc une nécessité qu’elles supposent un obstacle mutuel sur le sternum, car elles s’y soutiennent comme autant de cintres ; mais ce n’est pas la seule cause qui suspende la poitrine. La premiere côte forme sur l’épine un cercle d’un diametre fort petit ; le cercle que forme la seconde côte est beaucoup plus grand : il est donc évident que le premier cercle ne sauroit suivre le second, puisque la partie antérieure du second parcourroit un plus grand arc, au lieu que ce premier cercle seroit obligé d’abandonner le sternum : donc la poitrine doit être suspendue par sa propre structure. Voyez Sternum, &c.

Les intercostaux sont presque les seuls muscles qui élevent les côtes ; car quand on a dépouillé la poitrine d’un chien des muscles qui pourroient agir extérieurement sur les côtes, la respiration marche comme auparavant. Voyez Intercostal.

L’usage du plan interne & du plan externe n’a pas paru facile à déterminer. Quelques physiciens ont cru que le plan externe sert à l’expiration, & que le plan interne sert à l’expiration ; mais soient deux plans paralleles, soit un de ces plans mobile & l’autre immobile, soient joints ces deux plans par deux cordes qui se croisent obliquement ; il est certain que si ces cordes se raccourcissent, le plan mobile s’approchera de l’immobile, & que l’action des deux cordes croisées concourra à rapprocher ces plans : or prenez deux côtes, la premiere & la seconde par exemple, les muscles intercostaux par l’action de leurs deux plans éléveront toujours la seconde côte.

La raison pour laquelle le plan externe des muscles intercostaux finit aux cartilages, n’est pas difficile à trouver, puisque les côtes s’éloignent par la contraction des muscles intercostaux, & que les deux plans approchent de la perpendiculaire, & sont par conséquent presque paralleles, à proportion qu’ils arrivent plus près du sternum. C’étoit donc une nécessité que la nature terminât ce plan avant qu’il arrivât au sternum, puisqu’il est évident que deux pieces paralleles, jointes ensemble par deux cordes paralleles, doivent s’approcher quand les cordes se raccourcissent ; & que les côtes au contraire sont éloignées lorsque ces deux plans des muscles intercostaux se contractent.

Telle est la caisse qui renferme les poumons ; elle est bandée par les muscles intercostaux, & la force avec laquelle ils agissent paroîtroit surprenante si on en jugeoit par certains tours, qui ont souvent attiré l’admiration du public. Il y a des hommes qui ayant une enclume sur la poitrine, souffrent qu’on casse sur cette enclume une barre de fer à grands coups de marteau ; c’est dans l’enclume & dans le marteau qu’il faut chercher le nœud de la difficulté. Soit un marteau pesant un quart de livre, & ayant un degré de vitesse ; soit une enclume qui pese 600 livres, l’enclume frappée aura 400 fois moins de vitesse que le marteau : on voit par-là que le coup de marteau peut être assez violent sans que l’enclume parcoure plus d’une ligne : or la poitrine en s’applatissant & diminuant d’une ligne son petit diametre, ne souffrira pas beaucoup.

Pour trouver la cause de la force de la poitrine pour soutenir un poids aussi énorme que le poids d’une enclume, on n’a qu’à se souvenir qu’une vessie gonflée, & qui s’ouvre par un tuyau fort étroit, soutiendra un poids fort pesant, lorsqu’une force infiniment plus petite que la pesanteur du poids comprimera le tuyau. Les poumons doivent être regardés dans le cas dont il s’agit, comme une vessie gonflée d’air, & la glotte représente le petit tuyau. Une force très-petite qui resserrera la glotte, retiendra l’air dans les poumons, & l’air étant retenu dans la poitrine, elle pourra soutenir des corps très-pesans : de-là vient que ceux qui sont cette rude épreuve ne parlent point durant le tems qu’ils sont charges de l’enclume.

La capacité de la poitrine croit successivement dans le fœtus ; mais les poumons ne croissent pas proportionnellement, on les trouve à la partie postérieure du thorax, formant un volume très-resserré ; cet espace est donc occupé par le thymus. Heist. Anat. avec des essais. Voyez Thymus.

Poitrine, maladies de la, (Médec.) Les maladies qui attaquent différentes parties de la poitrine, exigent une cure particuliere. Les blessures qui ne pénetrent point, forment un sac qui se rompt intérieurement comme dans la contusion de cette partie ; celles au contraire qui sont pénétrantes, deviennent dangereuses à raison de l’effusion du sang, & de la lésion des organes intérieurs. La fistule de la poitrine est difficile à guérir ; pour y reussir, il faut empêcher l’air d’y entrer. La déformité alors plus fréquente tant dans les côtes que dans les vertebres & le sternum, se prévient & se guérit par le moyen des machines propres au rétablissement de ces parties. On trouve dans la Chirurgie ce qui concerne la luxation des os, & la fracture de cette partie.

L’amas de quelque humeur que ce soit dans la cavité de la poitrine, s’évacue plus difficilement que par-tout ailleurs. Son enflure extérieure, signe d’une hydropisie de poitrine ordinairement difficile à connoître, ou de l’empyéme, ne permet guere une compression extérieure, mais elle exige les diurétiques. On remédie à la fréquence de la respiration qu’on y remarque alors, par la suction de l’humeur amassée, & par une respiration artificielle ; ensuite il faut avoir soin de couvrir l’ouverture extérieure.

L’échymose & l’abscés dans les parties extérieures veulent être ouvertes plutôt qu’ailleurs. La métastase qui se fait à l’extérieur n’est point dangereuse, mais celle qui arrive intérieurement l’est extraordinairement. On connoît les crachats, le pus, & l’eau contenus dans l’intérieur par leurs signes propres & particuliers.

La matiere arthritique, catharreuse, rhumatique, podagrique, & toutes les douleurs qui attaquent les parties extérieures de la poitrine, rendent la maladie plus difficile que dans les extrémités, sans cependant qu’elle soit absolument dangereuse. Mais si la matiere vient une fois à se porter à l’intérieur, le danger augmente considérablement.

Il y a une très-grande sympathie entre la poitrine, les voies urinaires, & les extrémités inférieures ; c’est pourquoi la matiere morbifique de cette partie doit y être attirée. Les battemens de la poitrine prognostiquent quelquefois l’hæmophtysie : mais la palpitation se trouve souvent jointe aux maladies convulsives & à celles du cœur. L’inflammation & l’érésipelle extérieures suivent la cure générale. La sueur qui dans les maladies phtysiques, empyématiques, & certaines autres aiguës, ne paroît que sur la poitrine, annonce du danger.

Les maladies aiguës de l’intérieur de la poitrine présentent contre l’ordinaire un pouls foible & mou : les chroniques plus que toutes les autres, rendent l’urine épaisse & trouble. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « poitrine »

Bourg. poitrène ; prov. peitrina, pectrina ; d'une forme non latine pectorina, de pectus, poitrine (voy. PIS, s. m.).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’ancien français peitrine.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « poitrine »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
poitrine pwatrin

Citations contenant le mot « poitrine »

  • Méfie-toi des femmes, mon vieux, qu'elles ne prennent jamais le pas sur toi. Elles ne sont que des médailles accrochées à la poitrine des héros. De Michèle Mailhot / Le Fou de la reine
  • Qu'importe ton sein maigre, ô mon objet aimé ! On est plus près du cœur quand la poitrine est plate : Et je vois, comme un merle en sa cage enfermé, L'amour entre tes os rêvant sur une patte. Louis Bouilhet, Dernières Poésies
  • La plupart des femmes qui ont une poitrine exorbitante sont très imperturbables et même arrogantes. Jules Laforgue, Mélanges posthumes
  • La bise de Grignan me fait mal à votre poitrine. Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné, Correspondance, à Mme de Grignan, 29 décembre 1688
  • Une belle poitrine attire Une belle poitrine retient que de tendres soins elle réclame. De Léo Malet / Ne pas voir plus loin que le bout de son sexe
  • Que de femmes ont de la cervelle plein la poitrine ! De Madame de Pompadour / Correspondance
  • Mesdames : si votre poitrine tombe... posez-la par terre. De Francis Blanche
  • Les seins ne sont jamais trop lourds pour la poitrine. De Proverbe martiniquais
  • Le chagrin, brûlure au creux de la poitrine. De Philippe Delerm / La cinquième saison
  • On est plus près du coeur quand la poitrine est plate. De Louis Bouilhet / Festons et astragales
  • Quand je regarde la poitrine d’une femme, je vois double. De Jules Renard
  • S’il y a un diamant dans la poitrine, il brille sur le visage. De Proverbe sanskrit
  • Une femme sans poitrine, c’est un lit sans oreillers. De Anatole France / La Rôtisserie de la reine Pédauque
  • La terre est comme la poitrine d'une femme : utile autant qu'agréable. De Friedrich Nietzsche / Ainsi parlait Zarathoustra
  • Un banquet sans confettis ? Aussi sinistre qu'une femme sans poitrine. De Jacques Dutronc / Pensées et répliques
  • Une maman se révèle dès qu’elle sent son ventre s’arrondir et sa poitrine se tendre. De Jean Gastaldi / Le Petit Livre de maman
  • Vous me demandez de labourer la terre ! Comment pourrai-je prendre un couteau pour lacérer la poitrine de ma mère ? De Wovoka
  • L'homme se tient debout sur ses pattes de derrière pour recevoir moins de pluie et pouvoir accrocher des médailles sur sa poitrine. De Jean Giraudoux
  • Peu de temps après, Nabilla a de nouveau pris la parole sur le réseau social. "J'ai hâte de voir le résultat. On m'a dit que c'était à la limite de devenir dangereux, donc je suis vraiment contente d'être venue", a confié la star. "J'ai aussi demandé à ce qu'il resserre ma poitrine parce qu'avec le temps, j'ai l'impression que mes seins étaient un peu écartés et je ne trouvais pas ça très joli. Je vous montrerai le résultat. Comme je vous ai dit au niveau de la taille, je n'ai rien changé. Ils seront un peu plus gros au début parce que c'est gonflé". ladepeche.fr, Nabilla donne de ses nouvelles après son opération de la poitrine - ladepeche.fr
  • Rapport de marché Global Bobine de poitrine détaille les conditions de marché agressives basées sur le volume de production, les ventes et les bénéfices. Le rapport Bobine de poitrine gère l’analyse de la chaîne de distribution des acteurs clés. Même la réalisation globale du marché Bobine de poitrine dans votre échelle mondiale se terminera par des objectifs et des avantages commerciaux inventifs. De plus, la perspective de l’arène commerciale, les spécifications des solutions et les applications éclairent le rapport mondial Bobine de poitrine. De plus, les analyses Bobine de poitrine favorisent la participation de toutes les régions et des acteurs Bobine de poitrine. Les renseignements sur l’importation ou l’exportation, la quantité de l’acheteur, le potentiel de fabrication de Bobine de poitrine et l’enquête sur le prix de vente sont également fournis sur le marché actuel de Bobine de poitrine. boursomaniac, Bobine De Poitrine Marché Analyse Avancée Des Tendances, Étrange Des Principaux Fabricants, Actions, Opportunités De Croissance Et Prévisions Jusqu'en 2029 - boursomaniac
  • Sur son compte Instagram, la sublime Bella Thorne a partagé une photo où elle a dévoilé sa poitrine avec un bikini vraiment très petit ! MCE TV, Bella Thorne dévoile sa poitrine dans un bikini rikiki !
  • À la suite des nombreux messages qu'elle reçoit relatant les complexes de certaines femmes envers leurs poitrines, elle décide en effet de lancer #cherepoitrine. Des milliers de femmes répondent à son appel, et ont partagé dans la soirée leurs ressentis concernant leurs seins, en mots et en images. Marie Claire, #Cherepoitrine, le hashtag qui permet aux femmes de se réapproprier leurs poitrines - Marie Claire
  • Mal de dos, difficultés à faire du sport, du mal à respirer ou à reprendre son souffle, difficulté à trouver des vêtements adéquats, mauvaise posture ? Certains se reconnaîtrons facilement car il s’agit là des principaux problèmes liés aux fortes poitrines. BuzzWebzine, Comment soulager les problèmes liés à une forte poitrine ?
  • Le Rapport sur le marché Capteur de poitrine a également fourni des données sur l’impact du COVID 19 sur le marché mondial. Le monde fait face à une crise mondiale de la santé sans précédent dans les 75 dernières années. Elle a touché tous les segments de la population et est particulièrement préjudiciable aux membres des groupes sociaux dans les situations les plus vulnérables. Ainsi, l’économie mondiale a beaucoup de prétention face à cette pandémie. Le Rapport comprend des données complètes sur l’impact du COVID 19 sur le marché Capteur de poitrine pour aider les utilisateurs à prendre des décisions à grande échelle. Instant Interview, Marché mondial des capteurs de poitrine 2020 – Impact du COVID-19, analyse de la croissance future et défis | Smiths Group, Philips, Proteus Digital Health, Sensirion, Stryker – Instant Interview

Images d'illustration du mot « poitrine »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « poitrine »

Langue Traduction
Anglais chest
Espagnol cofre
Italien il petto
Allemand truhe
Chinois 胸部
Arabe صدر
Portugais peito
Russe грудь
Japonais
Basque bularra
Corse pettu
Source : Google Translate API

Synonymes de « poitrine »

Source : synonymes de poitrine sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « poitrine »

Poitrine

Retour au sommaire ➦

Partager