La langue française

Sein

Sommaire

  • Définitions du mot sein
  • Étymologie de « sein »
  • Phonétique de « sein »
  • Citations contenant le mot « sein »
  • Images d'illustration du mot « sein »
  • Traductions du mot « sein »
  • Synonymes de « sein »

Définitions du mot sein

Trésor de la Langue Française informatisé

SEIN, subst. masc.

I. − [Chez l'homme]
A. − Vx ou littér.
1. ANAT. Partie antérieure du thorax humain qui s'étend de la base du cou jusqu'au creux de l'estomac et où se trouvent situées les mamelles. Synon. poitrine.Bercer, serrer (qqc./qqn) contre/sur son sein; sein qui palpite, se soulève; se couvrir, se frapper le sein. Il prend Coelina et Stéphany dans ses bras et les presse contre son sein (Guilbert de Pixer.,Coelina, 1801, iii, 12, p. 54).Un fils ne dirigera pas la sienne [une lance] contre le sein paternel (Bern. de St-P.,Harm. nat., 1814, p. 287).
P. métaph. [Le sein en tant que siège du cœur, foyer de la sensibilité, des sentiments] Sein angoissé, tremblant; porter un secret dans son sein. Ma fille, déposez dans mon sein l'aveu de vos fautes, et (...) que je sauve au moins votre âme (Dumas père, C. Howard, 1834, v, 8etabl., 4, p. 309).Hélène sentait bien remuer dans son sein ému quelque chose d'étrange qu'elle n'avait jamais éprouvé en présence de son beau fiancé; mais comment aurait-elle pu deviner l'amour aux tressaillements de son être (...)? (Sandeau,Mllede La Seiglière, 1848, p. 193).
Loc. fig. Enfoncer le poignard dans le sein, mettre à qqn le poignard dans le sein. Affliger profondément quelqu'un, lui causer un extrême déplaisir. On a mis à quelqu'un le poignard dans le sein (...) on a mis le poignard dans le sein de quelqu'un (Ac.1798).Se plonger le poignard dans le sein. Se causer à soi-même un extrême déplaisir. V. poignard A 2 a ex. de France.
RELIGION
Le sein d'Abraham. Lieu de repos où se trouvaient les âmes des justes avant la venue du Messie; p. ext., le paradis. Reposer dans le sein d'Abraham. Jusqu'à ce que le seigneur Dieu nous fasse signe de venir et que nous dormions en paix dans le sein d'Abraham (Erckm.-Chatr.,Ami Fritz, 1864, p. 25).P. plaisant. Le Calife eut le temps de fuir, mais les furieux se lancèrent à ses trousses, et l'ayant rejoint (...) l'envoyèrent dans le sein d'Allah, s'éclairer sur les mystères de la métaphysique (Tharaud,Mille et un jours Islam, i, 1935, p. 194).
Le sein de Dieu. Le séjour des élus, le paradis; l'intimité avec Dieu. [La religieuse:] Je vis ici pour vous, pâle et flétrie, dans le sein de Dieu! (Balzac,Langeais, 1834, p. 214).Le destin des mélancoliques pasquins de mon espèce est de poursuivre, leur vie durant, quelque vain fantôme de passion, d'art ou de philosophie, puis de s'endormir dans la sainte et unique réalité du sein de Dieu (Milosz,Amour. init., 1910, p. 237).
Le sein de l'Église. La communauté de l'Église catholique. Rentrer dans le sein de l'Église. On fait rentrer dans le sein de l'Église ceux qui en étaient tout à fait sortis: par exemple, l'hérétique qui abjure, l'excommunié qui se soumet, etc. (Sardou1877).
2. Espace entre la poitrine et les vêtements; vêtements qui couvrent la poitrine. Cacher, dissimuler, mettre un billet/une lettre dans son sein. Èthel, tirant de son sein de petits ciseaux d'or, coupa une boucle de ses beaux cheveux noirs (Hugo,Han d'Isl., 1823, p. 117).Il tire de son sein la médaille miraculeuse, qu'il couvre de baisers et de larmes (Philos., Relig., 1957, p. 34-1).
Loc. verb. fig. Nourrir, réchauffer un serpent* dans son sein.
B. − En partic.
1. Au sing., vx. Poitrine de la femme. Synon. buste1, corsage (vx), gorge (vieilli).Sein blanc; sein maigre, plat, tombant; sein naissant; sein couvert, découvert, nu. Catherine, grande et forte, en tout point semblable aux filles que les sculpteurs et les peintres prennent, comme jadis la République, pour modèles de la Liberté, charmait la jeunesse de la vallée d'Avonne par ce même sein volumineux, ces mêmes jambes musculeuses (Balzac,Paysans, 1844, p. 204).
Rem. V. poitrine I B 2 rem.
2. Au sing. ou au plur., mod.
a) Chacune des mamelles de la femme. Synon. fam. ou pop. lolo, néné, nichon, robert, rotoplot, tété (hypocor., rem. s.v. téton), téton.Bouts, boutons, pointes des seins; contour, rondeur d'un sein; beaux, superbes seins; seins plats, gros, ronds; seins en poires, en pommes; seins naissants; seins fermes, flasques, tombants; sein droit, gauche; soutenir les seins; sein borgne (v. borgne1). Une poitrine enfantine, deux soupçons de seins, si insuffisants que la respiration au galop les soulève à peine (Laforgue,Moral. légend., 1887, p. 230).À Nice, M. Jacques Médecin a ouvert la saison estivale 1974 par un arrêté qui autorisait officiellement la pratique des seins nus sur les plages de la ville (L'Express, 4 août 1975, p. 56, col. 1).V. nu2I A 2 ex. de Farrère.
P. métaph. Les seins bombés des premières falaises de Maineville (Proust,J. filles en fleurs, 1918, p. 933).
α) [Le sein en tant qu'organe glandulaire sécrétant le lait] L'enfant avait faim et s'attachait avec une ardeur ravissante au sein de sa nourrice (Janin,Âne mort, 1829, p. 188).Elle a découvert son sein pour donner à téter à un bébé tout rond et rose (Bordeaux,Fort de Vaux, 1916, p. 13).V. mamelon ex.
P. métaph. La lune dans le ciel nocturne s'étalait Comme un sein chaste et nu, sein de bonne nourrice Tendu pour les songeurs de qui c'est le caprice De boire sa clarté blanche comme du lait (Rodenbach,Règne sil., 1891, p. 213).
Loc. verb.
Donner le sein (à un enfant). Allaiter, faire téter, nourrir au sein. Aussitôt leur délivrance, elles se plongent dans l'eau, et elles y lavent même leurs enfans. Elles leur donnent le sein aussi long-tems qu'ils le veulent, et souvent ils sont déjà grands qu'ils tètent encore (Baudry des Loz.,Voy. Louisiane, 1802, p. 87).
Prendre, sucer le sein. Téter. Je voyais dernièrement un enfant qui, né avant terme, prenait pourtant le sein avec avidité (Cadet de Gassicourt,Mal. enf., 1880, p. 111).
− Domaine de la méd.Aréole, mamelon du sein; ablation, inflammation du/des sein(s); crevasses des seins. Le cancer du sein si fréquent chez les Israélites est à peu près inconnu chez les Japonais (Hist. sc., 1957, p. 1394).Nous ne verrons que quelques-uns des aspects les plus courants des tumeurs du sein bénignes ou malignes (cancer). Tumeurs bénignes. Adénofibrome. Ce sont les plus fréquentes des tumeurs bénignes (...). Elles se développent à partir de la glande sécrétant le lait (Quillet Méd.1965, p. 502).
− Domaine de la psychol.[Le sein maternel en tant que première relation d'objet du désir pour l'enfant] La mère est d'abord le sein (Choisy,Psychanal., 1950, p. 49).Dans les travaux de Fairbairn et Klein, qui estiment tous deux que toute psychopathologie a son origine dans la relation avec la mère, « le sein » est souvent « le premier objet » avec une implication uniquement théorique que c'était (c'est) une partie du corps de la mère (Rycr.1972).
[Le sein en tant que symbole de la maternité, lieu de refuge, de sécurité] Quand tu aimes il faut partir Ne larmoie pas en souriant Ne te niche pas entre deux seins Respire marche pars va-t-en (Cendrars,Du Monde entier, Le Formose, 1924, p. 171).P. métaph. V. mamelle I C ex. de Chateaubriand.
β) [Le sein en tant qu'objet érotique] Synon. appas (v. appât C), avantages (v. avantage II A).Ô seins, poires de chair, dures et savoureuses, Monts blancs où vont brouter mes caresses fiévreuses (Rollinat,Névroses, 1883, p. 117):
Jadis, les modèles érotiques du mâle américain moyen arboraient des seins comme des outres trop pleines, des citernes à lait, des pastèques adipeuses (...). Le sein était aliéné, dévoyé de sa fonction culturelle admise, pour devenir signe extérieur d'abondance et fétiche œdipien. Le Nouvel Observateur, 19 oct. 1966, p. 30, col. 3.
Faux sein(s). Sein(s) postiche(s) que les femmes adaptent à leur poitrine pour la faire paraître plus volumineuse ou prothèse(s) obtenue(s) par la chirurgie par souci esthétique, généralement pour remédier à l'ablation d'un ou des deux seins. Si on était obligé de m'enlever les seins, j'allais être obligée d'en mettre de faux (...) moi, dans ma chambre, enlevant mes faux seins alors que Lui... Il n'y a pas trente-six solutions (...) mes seins ? Ou la vie ? (Le Point, 10 mars 1975, p. 122, col. 2).
b) Rare. Mamelle de l'homme. La main posée sur le sein gauche, il dit: C'est la vérité vraie! (Courteline,Train 8 h 47, 1888, p. 247).Le vieux gardien de prison aux seins nus et suants (Larbaud,Barnabooth, 1913, p. 197).
C. − Vieilli ou littér. Partie du corps de la femme où se développe l'enfant de la conception à la naissance. Synon. entrailles, flanc (littér.), utérus, ventre.Sein maternel; porter un enfant dans son sein. Mon frère me précéda dans le sein de ma mère; il habita le premier ces mêmes et saintes entrailles dont je sortis après lui (Chateaubr.,Mém., t. 1, 1848, p. 426).Fleur du Paradis, Vierge immaculée, Puisque ton chaste sein conçut le dernier Dieu, Règne auprès de ton fils, rayonnante, étoilée (L. Ménard,Rêv. païen, 1876, p. 208).
P. métaph. C'est elle [la terre] qui les nourrit [les métaux], les fait croître, fructifier, et leur permet de se multiplier; c'est, enfin, en retournant dans le sein maternel qui les avait jadis formés et mis au jour, qu'ils renaissent et recouvrent les facultés primitives dont l'industrie humaine les avait privés (Fulcanelli,Demeures philosophales, t. 1, 1929, p. 221).
D. − P. anal. ou au fig. [Le sein est comparé à la poitrine, au cœur ou aux entrailles] Centre, milieu, partie interne d'une chose. Synon. fond, giron, tréfonds.Le sein des flots, des nues. La première racine (...) est destinée par les lois de la nature à s'implanter perpendiculairement dans le sein de la terre (Baudrillart,Nouv. manuel forest., t. 1, 1808, p. 39).Mer, en ton sein garde-moi de périr (Béranger,Chans., t. 3, 1829, p. 157).
Loc. prép.
Au sein de. [Le compl. désigne une chose phys.] Au plus profond, au milieu de. J'aperçois un enfant qui dort au sein des flots, Comme on dort au sein de sa mère! (Hugo,Odes et ball., 1828, p. 258).Retourner au sein de la terre équivaudrait à un désir de rentrer au sein maternel (Béguin,Âme romant., 1939, p. 17).Au sein de. [Le compl. désigne une chose gén. abstr.] Dans, parmi. Au sein du bonheur, de la misère, de l'opulence, du plaisir. Comment resterions-nous invariables au sein de l'agitation, calmes au milieu des orages (...)? (Senancour,Rêveries, 1799, p. 65).Ces derniers − Albanie, Bulgarie (...) − ne remplissent pas les conditions voulues pour être accueillis au sein de l'O.N.U. (Le Figaro, 19-20 janv. 1952, p. 3, col. 5).
Du sein de. Du plus profond, de l'intérieur, du milieu de. Ma fille, si du sein de sa demeure elle laissoit échapper un mot de repentir, tout ne seroit pas perdu encore (Cottin,Mathilde, t. 2, 1805, p. 228).
II. − Spécialement
A. − GÉOGR., vx. Golfe ou petite mer qui n'a de communication avec la grande mer que par un étroit passage. Le sein Persique (Ac.).
B. − MAR. ,,Partie la plus proéminente lorsque la voile est gonflée par le vent`` (Gruss 1978).
REM.
Sénologie, subst. fém.,méd. Science médicale spécialisée dans les problèmes du sein. La sénologie est née ici, à l'hôpital civil de Strasbourg, dans les années 60, grâce à mon père, le professeur Charles Gros, qui en est l'inventeur. Il a voulu que cet organe, écartelé entre le pédiatre, le gynécologue et le cancérologue, soit l'objet de soins regroupés et spécialisés (D. Grosds Télé 7 jours, 26 sept. 1987, p. 19, col. 1).
Prononc. et Orth.: [sε ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. 1121-34 sein « partie du vêtement qui recouvre la poitrine » (Ph. de Thaon, Bestiaire, éd. E. Walberg, 404); 2. a) ca 1160 « partie antérieure du thorax humain (ici au fig.: siège des sentiments) » (Eneas, éd. J. J. Salverda de Grave, 8351, var.: il lo [mon cuer] m'a de mon sein anblé); b) 1121-34 le sein d'Abraham (Ph. de Thaon, op. cit., 3162: El sein seient Saint Abraam!); 1580 le sein de Dieu (Montaigne, Essais, II, 12, éd. Villey-Saulnier, p. 541); 1681 sein de l'Église (Bossuet, Discours sur l'Histoire universelle, p. 134); 3. 1160-74 p. métaph. « partie intérieure, intime » (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, II, 493: la terre [...] me norri en son sain); 1558 loc. au sein de (J. Du Bellay, Regrets, CXXX, 4, éd. E. Droz, p. 116); 4. ca 1200 sain spéc. « poitrine (de la femme) » (Chevalier cygne, éd. C. Hippeau, 6716: li baise la bouche et les iex et le sain); 1802 donner le sein « allaiter » (Baudry des Loz., loc. cit.); 1959 psychanal. relations avec le sein maternel (M. Klein, La Psychanal. des enfants, trad. J. B. Boulanger, p. 220); 1968 relation au sein maternel (Id., Envie et gratitude, trad. V. Smirnoff, S. Aghion, M. Derrida, 1983, p. 15); 5. déb. xvies. « mamelle » (Testament Pathelin, éd. J.-C. Aubailly, 361, p. 227: ces femmes qui ont si grans sains), rare au plur. av. le xixes. 1803 (Chateaubr., Génie, t. 2, p. 192: ses deux seins); 1740 (Ac.: sein droit ... sein gauche); 6. 1682 littér. « partie du corps de la femme où elle porte l'enfant qu'elle a conçu » (I. L. Lemaistre de Sacy, La Genèse trad. en fr., chap. 30, 2). II. 1. 1534 géogr. « golfe » (G. Affagart, Relation de Terre Sainte, p. 181 ds Fonds Barbier: Mer Rouge [...] le Sein Arabique); 2. 1702 sein « partie de la voile qui est gonflée et arrondie par le vent » (Aubin, Dict. de marine, p. 689: sein d'une voile). Du lat. sinus « courbure, sinuosité, pli; plis d'une voile de navire; concavité; golfe, anse; pli de la toge en travers sur la poitrine (servant de poche, de bourse) »; fig. « la partie du corps couverte par ce pli de la toge: sein, poitrine; poitrine (en tant que siège des pensées et des émotions); partie intérieure, cœur (d'une ville) »; lat. chrét. in sinum Abrahae « dans le sein d'Abraham » (Luc 16, 22), sinus ecclesiae « le sein de l'Église ». Fréq. abs. littér.: 7 771. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 20 247, b) 9 184; xxes.: a) 7 011, b) 6 632. Bbg. Triacca-Sarnelli (M.). Champs sém. du mot sein... Nancy, 1979, passim.

Wiktionnaire

Nom commun

sein \sɛ̃\ masculin

  1. (Anatomie) Partie antérieure du thorax humain, où se trouvent les mamelles.
    • Il le pressa contre son sein.
  2. (Par extension) Poitrine de la femme.
    • La vie et la jeunesse étalaient leurs trésors […] sur un buste, gracieux encore, malgré la ceinture alors placée sous le sein. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • J’examine à la dérobée son sein qui se soulève et qui s’abaisse, et sa figure immobile, et le livre vivant qui est uni à elle. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
  3. Chacune des mamelles de la femme.
    • Il y a encore une autre région frontière orificielle qui est un foyer sexuel tactile de haute importance : le bout des seins. — (Havelock Ellis, La Sélection Sexuelle chez l'Homme : Toucher, odorat, ouïe, vision, traduit par A. Van Gennep, Paris : Mercure de France, 1922, p. 45)
    • C'est la plus jolie des trois. Ses cheveux tombent jusqu'aux talons. Elle a des seins et des fesses de statue. — (Pierre Louÿs, Trois filles de leur mère, René Bonnel, Paris, 1926, chapitre II)
    • Deux berceaux côte à côte, dans sa chambre, renfermaient les deux petits corps. La nuit, Zaheira s’éveillait pour leur donner le sein. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
    • Jusqu’à la Première Guerre mondiale, la plupart de nos grands-mères – les arrière-arrière-grands-mères de notre petit-enfant – nourrissent leurs bébés, c’est-à-dire nos mères et nos pères, au sein, comme cela s’est fait depuis des millions d’années. — (Sylvie Marion, Les Nouvelles Grands-mères: L’art et la manière d’être grand-mère aujourd’hui, Librairie Hachette, 1995)
    • Elle ressemble pas du tout aux autres filles que mon frère kiffait avant et qui avaient toutes des seins gros comme des pamplemousses. — (Claudine Desmarteau, Le Petit Gus au collège, Albin Michel, 2013)
  4. (Vieilli) ou (Littéraire) Partie du corps de la femme où se développe l'enfant de la conception à la naissance ; utérus.
    • Elles s’enfuient ensuite vers leur demeure inexpugnable, portant dans leurs seins les fruits d’unions brutales et sans volupté. — (Renée Dunan, Ces Dames de Lesbos, 1928)
  5. (Par extension) (Rare) Centre fertile d’un animal, d’une chose.
    • Selon toute apparence, la dissémination des animaux fixés est toujours due à des œufs qui, sortis du sein de la mère, vont éclore au loin, et qui, dans l’immense majorité des cas, donnent naissance à des larves, d’abord libres et mobiles. — (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, Les Métamorphoses et la généagénèse, Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 3, 1856, p.508)
  6. Partie intérieure, intime ; milieu, centre.
    • Lorsque Rousseau demandait que la démo­cratie ne supportât dans son sein aucune association particulière, il raisonnait d’après la connaissance qu’il avait des républiques du Moyen Âge ; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VI, La moralité de la violence, 1908, p.280)
    • Les desservants peuvent, désormais, disparaître ; le peuple tiendra. […]. Il tiendra, car, de son sein, des chefs surgissent qui organisent un nouveau culte. — (Auguste Billaud, La Petite Église dans la Vendée et les Deux-Sèvres, 1800-1830, page 594, Nouvelles Éditions Latines, 1961)
  7. (Figuré) Esprit ou cœur de l’être humain.
    • Déposer ses secrets dans le sein d’un ami.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SEIN. n. m.
Partie antérieure de la poitrine, où sont les mamelles. Il lui a plongé un poignard dans le sein. Il le pressa contre son sein. Il cachait un poignard dans son sein, Il le cachait dans la partie de son vêtement qui lui couvrait le sein. Fig., Mettre à quelqu'un le poignard dans le sein, Lui causer un extrême déplaisir en lui annonçant une mauvaise nouvelle, ou en lui disant quelque chose de dur, de fâcheux, de désagréable. On dit plutôt Dans le cœur. Fig., C'est un serpent que j'ai réchauffé dans mon sein, C'est un homme qui m'a de grandes obligations et qui me paie d'ingratitude. Dans le style de l'Écriture sainte, Le sein d'Abraham, Le lieu de repos où étaient les âmes saintes avant la venue de JÉSUS-CHRIST. Il désigne, par extension, dans la Théologie chrétienne, le Séjour céleste.

SEIN se dit particulièrement de la Partie antérieure de la poitrine chez les femmes. Cette femme a le sein découvert. Son enfant dormait sur son sein. Il se dit aussi de Chacune des mamelles. Le sein droit, le sein gauche d'une femme. Elle éprouve une douleur au sein droit. Donner le sein à un enfant, Lui donner à téter. Prendre le sein, en parlant d'un Enfant, Téter.

SEIN se dit aussi de la Partie du corps où les femmes conçoivent et portent des enfants. JÉSUS-CHRIST fut conçu dans le sein de la Vierge. Cet enfant qu'elle a porté dans son sein. Fig., Le sein de la terre, le sein de la mer, Ce qui est au-dessous de la surface de la terre, de la mer. Tirer des métaux du sein de la terre. Fig., Porter la guerre au sein d'un royaume, d'une province, Porter la guerre bien avant dans un royaume, dans une province. Fig., Le sein de l'Église, La communion de l'Église catholique. Il est rentré dans le sein de l'Église. On dit aussi Mourir dans le sein de l'hérésie.

SEIN signifie encore, au figuré, Milieu. Il est né au sein de l'opulence, des grandeurs. On l'a tiré du sein de la pauvreté et de l'abjection pour l'élever aux honneurs. Il mène une vie paisible au sein des arts et de l'amitié. Vivre au sein de sa famille. Du sein même de nos malheurs est sortie pour nous une cause de grandeur et de prospérité. Il désigne aussi figurément l'Esprit ou le cœur de l'homme. Déposer ses secrets dans le sein d'un ami. Verser sa douleur dans le sein de son ami.

Littré (1872-1877)

SEIN (sin) s. m.
  • 1Au sens propre, courbure, sinuosité ; de ce sens il ne reste que quelques emplois techniques.

    Terme de marine. La partie de la voile qui est gonflée et arrondie par le vent.

    Ancien terme d'hydrographie. Golfe ou petite mer, qui n'a de communication avec la grande mer, que par un étroit passage. Sur des neiges et sur des glaces, dont la commodité est si grande qu'on peut facilement, par le moyen des traîneaux, aller en un jour de Finlande en Laponie, et traverser sur les glaces le sein Bothnique, Regnard, Voyage en Laponie, 101. Il découvrit que le sein Persique était un golfe de l'Océan, Montesquieu, Espr. XXI, 8.

  • 2La partie du corps humain qui porte les mamelles, qui forme l'extérieur de la poitrine, et qui, étant bombée, a mérité d'être appelée sein. Isaac présentait le sein à l'épée que son père tenait toute prête à frapper, Bossuet, Hist. II, 2. Quelle santé nous couvrait la mort que la reine portait dans le sein ? Bossuet, Mar.-Thér. J'ai vu l'assassin Retirer son poignard tout fumant de son sein, Racine, Baj. V, 11. Quelle voix salutaire ordonne que je vive, Et rappelle en mon sein mon âme fugitive ? Racine, Esth. II, 7. Un prêtre… Portera sur ma fille une main criminelle, Déchirera son sein, et, d'un œil curieux, Dans son cœur palpitant consultera les dieux ! Racine, Iphig. IV, 4. Le premier dans un transport amoureux se perça le sein à ses pieds, La Bruyère, III.

    La partie des vêtements qui couvre le sein. Le soir qu'elle partit pour ce pieux dessein, Elle tenait caché ce poignard dans son sein, Rotrou, Antig. V, 8. J'ai trouvé ce billet enfermé dans son sein, Racine, Bajaz. IV, 5. Il [Amurat] tira le traité [violé par les chrétiens] de son sein, il demanda vengeance à Dieu, et l'obtint de son sabre, Voltaire, Dict. phil. Géogr.

    L'espace renfermé entre les deux bras. Bassien ou Caracalla, son fils aîné, aussitôt après la mort de son père, tua son frère Géta, empereur comme lui, dans le sein de Julie leur mère commune, Bossuet, Hist. I, 10. Mais Dieu… Permit que… Josabeth dans son sein l'emportât tout sanglant [Joas enfant], Racine, Ath. IV, 3.

    Fig. Réchauffer, retirer un serpent dans son sein, recevoir chez soi un homme qu'on a tiré de la misère, et qui fait tourner nos bienfaits contre nous. Vous même, de vos soins craignez la récompense, Et que dans votre sein ce serpent élevé Ne vous punisse un jour de l'avoir conservé, Racine, Andr. I, 2. Savez-vous quel serpent inhumain Iphigénie avait retiré dans son sein ? Racine, Iph. V, 4.

    Fig. Le plus intérieur du sein, l'intimité même. Sa belle-sœur deviendrait un espion dangereux dans le plus intérieur de son sein, Saint-Simon, t. VIII, p. 221, édit. CHÉRUEL.

    Fig. Mettre à quelqu'un un poignard dans le sein, lui causer un vif déplaisir, un cruel chagrin. Vous vous êtes servi de ma funeste main Pour mettre à votre fils un poignard dans le sein, Racine, Mithr. IV, 4.

    Fig. Être au sein de l'amitié, être parmi ses amis. Oui, que ses malades attendent, Il est au sein de l'amitié, Béranger, Doct. et mal.

    Fig. Le sein des pauvres, les pauvres. Elle a racheté ses péchés par les aumônes qu'elle a répandues secrètement dans le sein des pauvres, Fléchier, Duch. de Montaus.

  • 3 Fig. Il s'emploie eu un sens analogue dans le langage théologique. Elle [l'Église catholique] leur [aux païens] ouvrait son sein par toute la terre, Bossuet, Hist. II, 12. Elle jette, comme le prophète, toutes ses pensées et toutes ses frayeurs dans le sein de Dieu, Massillon, Myst. Soumiss. C'est un si grand bonheur d'être à Dieu… d'être enfin rentrés dans le sein paternel de sa miséricorde, Massillon, Carême, Pâques.

    Le sein d'Abraham, le lieu de repos où étaient les âmes des élus avant la venue de Jésus-Christ. Il arriva que ce pauvre mourut, et fut emporté par les anges dans le sein d'Abraham ; le riche mourut aussi, et il eut l'enfer pour sépulcre, Sacy, Bible, Évang. St Luc, XVI, 22.

    Le sein d'Abraham se dit aussi du paradis. Du milieu des flammes ces enfants de colère verront dans le sein d'Abraham, pendant tous les siècles, leurs frères, leurs amis, leurs proches, avec qui ils avaient vécu, jouir de la gloire des saints, Massillon, Car. Mauv. riche.

    Le sein de la gloire, le séjour des bienheureux. Dieu ouvrira pendant toute l'éternité le sein de sa gloire, Massillon, Car. Mauv. riche.

    Le sein de l'Église, la communion des fidèles. Récarède le catholique, qui venait de rentrer au sein de l'Église, Bossuet, Hist. I, 11.

    On dit aussi : mourir dans le sein de l'hérésie.

  • 4 Par antonomase, sein se dit pour mamelle. …Couvrez ce sein que je ne saurais voir ; Par de pareils objets les âmes sont blessées, Et cela fait venir de coupables pensées, Molière, Tart. III, 2.

    Il se dit de chacune des mamelles. Le sein droit, le sein gauche. Un cancer au sein droit.

    Donner le sein à un enfant, lui donner à téter.

  • 5Le siége de la conception, l'endroit où les femmes portent l'enfant. Jacob lui répondit en colère : Suis-je, moi, comme Dieu, et n'est-ce pas lui qui empêche que votre sein ne porte son fruit ? Sacy, Bible, Genèse, XXX, 2. Songez qu'une barbare en son sein l'a formé, Racine, Phèd. III, 1. …Au sein d'une chrétienne il [Saladin] avait pris naissance, Voltaire, Zaïre, IV, 1.

    Fig. Jérusalem renaît plus brillante et plus belle ; D'où lui viennent de tous côtés Ces enfants qu'en son sein elle n'a point portés ? Racine, Athal. III, 7.

    Fig. Le sein de la patrie, la patrie considérée comme une mère. Quel autre motif [sinon une ambition démesurée] le porta [César] à tourner contre le sein de la patrie les armes mêmes qu'elle lui avait mises à la main contre les ennemis de l'État ? Rollin, Traité des Ét. V, 1re part. 6.

  • 6 Fig. Le sein de la terre, la partie de la terre comparée au sein de l'homme, de la femme. La terre ne se lasse jamais de répandre ses biens sur ceux qui la cultivent ; son sein fécond ne peut s'épuiser, Fénelon, Tél. V. La terre ouvre son sein au tranchant de la charrue, Fénelon, ib. XII. Pour eux la fertile rosée, Tombant sur la terre embrasée, Rafraîchit son sein altéré, Rousseau J.-B. Odes, 8. La terre sur son sein les porte avec colère [les parias], Delavigne, Paria, I, 1.
  • 7 Fig. Ce qui cache, enferme, recèle. Après avoir été enfermé trois jours dans le sein de la terre, j'en sortirai comme Jonas sortit du ventre de la baleine, Bourdaloue, Myst. Résurrect. de J. C. t. I, p. 322. L'impatience que nous avons de recevoir de vos lettres, l'attention qui nous les fait envoyer chercher jusque dans le sein de la poste…, Sévigné, 25 oct. 1688. La Seine, au pied des monts que son flot vient laver, Voit du sein de ses eaux vingt îles s'élever, Boileau, Épît. VI. Et que du sein des monts le marbre soit tiré, Racine, Esth. III, 9. Les morts dorment en paix dans le sein de la terre : Ainsi doivent dormir nos sentiments éteints, Musset, Nuit d'octobre.

    Le sein d'une contrée, la partie intérieure de cette contrée. Et lorsque, m'arrachant du doux sein de la Grèce, Dans ce climat barbare on traîna ta maîtresse, Racine, Mithr. V, 2. Quoi, depuis si longtemps la reine Bérénice Vous arrache, seigneur, du sein de vos États ? Racine, Bérén. I, 3.

    Par extension. J'ai porté la guerre jusque dans le sein de la maison d'Autriche, Fénelon, Dial. des morts mod. Richelieu, Mazarin.

  • 8 Fig. Le milieu. Les uns assassinés dans les places publiques, Les autres dans le sein de leurs dieux domestiques, Corneille, Cinna, I, 3. Un avare, idolâtre et fou de son argent, Rencontrant la disette au sein de l'abondance, Boileau, Sat. IV. Mais une église seule à ses yeux immobile Garde au sein du tumulte une assiette tranquille, Boileau, Lutr. I. Du triste état des Juifs jour et nuit agité, Il me tira du sein de mon obscurité, Racine, Esth. I, 1. Je remercie le digne petit-fils du grand Condé de daigner se souvenir de moi du sein de sa gloire, Voltaire, Lett. Touraille, 5 janv. 1769. L'Observateur… critique ce vers de M. Gresset : Au sein des mers, dans une île enchantée ; le sein de la mer, dit-il, ne peut s'entendre de la surface ; il devrait au moins savoir qu'en poésie on dit : au sein des mers, au lieu d'au milieu des mers ; au sein de la France, au lieu d'au milieu de la France ; au sein des beaux-arts, dont on médit ; au sein de la bassesse, de l'envie, de l'ignorance, de l'avarice, etc. Voltaire, Mél. litt. Préservatif, 24. Mais quand du sein des morts il viendrait en ces lieux…, Voltaire, Mérope, I, 3. Du sein des montagnes naissent des fleuves, Bonnet, Contempl. nat. I, 4. Né dans le sein des arts, il aimait la nature, Delille, Imag. I.
  • 9 Fig. L'esprit, le cœur de l'homme. …c'est aux faibles courages Qui toujours portent la peur au sein, De succomber aux orages, Malherbe, V, 27. La muse… m'échauffant le sein De gloire et de renom relevait mon dessein, Régnier, Sat. IV. Saintes filles, ses chères amies, vous qui l'avez vue si souvent gémir devant les autels de son unique protecteur, et dans le sein desquelles elle a versé les secrètes consolations qu'elle en recevait, Bossuet, Reine d'Anglet. Non, quoi que vous disiez, cet horrible dessein Ne fut jamais, seigneur, conçu dans votre sein, Racine, Brit. IV, 3. Il s'épanchait en fils qui vient en liberté Dans le sein de sa mère oublier sa fierté, Racine, Brit. V, 3. Le ciel mit dans mon sein une flamme funeste, Racine, Phèdre, V, 7. Que jamais la douleur, même l'inquiétude, N'approchent du sein de Fanny, Chénier, Odes, V.

    Porter quelqu'un dans son sein, le chérir tendrement.

HISTORIQUE

XIIIe s. Touailles eschauffées [ils] li boutent en son sein, Berte, XLIX. Et qui chi [ici] morra por lui [Dieu], il ira el sein saint Abraham par devant lui, H. de Valenciennes, VIII.

XVe s. En mon sain le mist doulcement, Pour en faire ce que vouldroye, Orléans, Dép. d'am. en ball.

XVIe s. Ces femmes qui ont si grans seins [si grosses mamelles], Rec. de farces, p. 199. Cachant l'enfant aux replis de mon sein, Je le sauvai de l'espée homicide, Ronsard, 596. La terre ouvre son sein [au jugement dernier] ; du ventre des tombeaux Naissent des enterrez les visages nouveaux, D'Aubigné, Tragiques, Jugement.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SEIN, s. m. (Gram.) partie du corps où sont les mamelles, & qui forme l’extérieur de la poitrine. Il se prend pour la gorge, les tetons. On dit cette fille n’a point de gorge, n’a point de sein. Elle est sans modestie, elle découvre son sein. Je porte cet enfant dans mon sein. Combien de bonnes & de mauvaises actions renfermées à jamais dans le sein de la terre. Cette nouvelle m’a plongé la mort dans le sein. Il est rentré dans le sein de sa famille.

Sein, (Critique sacrée.) en grec κόλπος, en latin sinus ; ce mot sein a plusieurs significations dans l’Ecriture. Il se prend pour la partie du corps renfermée dans l’enceinte des bras : Exod. iv. 6. & de cette signification sont venues ces façons de parler ; garder la main dans son sein, pour dire ne point agir ; métaphore tirée des gens oisifs qui tiennent leurs mains dans leur sein, sans rien faire. Porter dans son sein, c’est chérir tendrement, comme font les meres & les nourrices. Le Lazare fut porté dans le sein d’Abraham. Luc, xvj. 22. Tel est un enfant bien-aimé, qui est reçu entre les bras de son pere. L’épouse du sein, désigne l’épouse légitime. L’apôtre bien-aimé reposoit sur le sein de Jésus. Jean, xiij. 23. Alors on étoit couché sur des lits la tête tournée vers la table & les piés en-dehors ; ainsi Jean, qui étoit au-dessous de Jésus, avoit la tête près de lui, & comme dans son sein ; ainsi dormir dans le sein de quelqu’un, c’est dormir auprès de lui ; couver une femme dans son sein, fovere in sinu suo, Prov. l. 20. c’est desirer de la corrompre.

Ce mot en latin désigne aussi le repli, le pan d’une robe, dont on se servoit à tirer les sorts. Prov. xvj. 33. Pour entendre cette métaphore, il faut savoir que les anciens qui portoient de longues robes, mettoient les billets dans un pan, & que c’étoit la maniere de tirer au sort ; de-là ces façons de parler proverbiales, excutere sinum suum, secouer le pan de sa robe, pour marquer l’horreur qu’on a de quelqu’un ou de quelque chose ; abscondere ignem in sinu, cacher du feu dans les replis de sa robe, pour dire nourrir secrétement dans son cœur des desirs de vengeance.

Enfin le mot grec κόλπος, & le latin sinus, signifient un golfe, parce que dans un golfe on est enfermé entre deux rivages, comme entre deux bras, act. xxij. 39. (D. J.)

Sein d’Abraham, (Critique sacrée.) les juifs ont ainsi nommé le séjour des bienheureux ; & cette expression est employée dans S. Luc, ch. xvj. 22. cependant plusieurs peres de l’Eglise ont été fort incertains sur cette matiere. Tertulien embrassant l’opinion de S. Irenée, dit que Lazare étant aux enfers dans le sein d’Abraham, y jouissoit du rafraîchissement. Lazarus apud inferos in sinu Abrahae refrigerium consecutus. Le même Tertullien enseigne ailleurs, que l’ame du Seigneur, pendant que son corps étoit au sépulcre, descendit aux enfers, & apparut sous une forme humaine aux patriarches. C’étoit-là, selon lui, qu’étoit le sein d’Abraham, où le mauvais riche vit Lazare. Cette opinion venoit ou des préjugés du paganisme, ou plutôt du manque d’intelligence du style de l’Ecriture ; voilà pourquoi les mêmes peres s’imaginerent que le sein d’Abraham étoit un lieu particulier, que le paradis terrestre subsistoit encore quelque part, & en conséquence, ils prenoient à la lettre les expressions de l’auteur de l’Apocalypse, comme si les ames des martyrs avoient été réellement enfermées sous je ne sai quel autel. Beausob. (D. J.)

Sein, (Marine.) petite mer environnée de terre, qui n’a de communication à aucune autre que par un parage.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sein »

Bourguig. soin ; provenç. sen, se ; espagn. seno ; portug. seio ; ital. seno ; du lat. sinus

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin sinus (« courbure, sinuosité, pli ; plis d’une voile de navire ; concavité ; golfe, anse ; pli de la toge en travers sur la poitrine (servant de poche, de bourse) »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sein »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sein sɛ̃

Citations contenant le mot « sein »

  • Le sein de Dorine est un accessoire métaphysique. Louis Jouvet, Témoignages sur le théâtre, Flammarion
  • Où peut-on être mieux qu'au sein de sa famille ? Jean François Marmontel, Lucile, opéra sur une musique de Grétry (1769)
  • […] Couvrez ce sein que je ne saurais voir : Par de pareils objets les âmes sont blessées, Et cela fait venir de coupables pensées. Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, Le Tartuffe, III, 2, Tartuffe
  • L'Homme a toujours besoin de caresse et d'amour […] Il rêvera partout à la chaleur du sein. Alfred, comte de Vigny, Les Destinées, la Colère de Samson
  • L’avenir est un enfant dans le sein. De Proverbe bamiléké
  • Si on te pelote le sein droit, tends le gauche. De Jacques Sternberg
  • La vie persiste au sein même de la destruction. De Gandhi / Le Jeune Inde
  • Le néant est une autre figure du sein maternel. De Marcel Mélançon / L'Homme de la Manic ou la terre de Caïen
  • Je reprends des forces dans le sein de ma mère. De François René de Chateaubriand / Mémoires d'outre-tombe
  • Le sein est une pomme dans une poire où pointe un grain de raisin. Le sein est le maximum du fondu : tous les fruits en un. De Malcolm de Chazal
  • Rien n'emplit mieux une main qu'un sein. De Jean Baudrillard / Cool Memories - 1980-1985
  • Le bonheur naît du malheur, le malheur est caché au sein du bonheur. De Lao-Tseu
  • Où peut-on être mieux qu’au sein de sa famille ? De Jean-François Marmontel
  • La Russie est un rébus enveloppé de mystère au sein d'une énigme. De Winston Churchill
  • "Mon Dieu, mon Dieu" sur la langue... et un poignard dans son sein. De Proverbe kabyle
  • L'érotisme tient dans ce sein qu'on ne saurait voir. De Jean-François Jonvelle
  • Où peut-on être mieux qu'au sein d'une famille ? Partout ailleurs ! De Hervé Bazin / Vipère au poing
  • Ne laisse pas la tristesse t’étreindre avant que la terre te prenne dans son sein. De Omar Khayyâm / Quatrains Rubâ’iyât
  • La femme est, dans le sein des nations lasses, un grand peuple neuf. De Marcel Prévost / Lettres à Françoise
  • Le poids du géant pétrolier au sein de l'indice a de fait longtemps été prépondérant. À l'issue de la révision de la méthode de calcul opéré le 1er décembre 2003 destinée à se caler sur les standards mondiaux -avec la prise en compte du flottant et non plus sur la capitalisation boursière totale, pour éviter que des groupes comme France Télécom ne jouissent d'une pondération trop importante alors que la part des titres de l'opérateur mise à disposition du public était relativement faible-, sa pondération atteignait ainsi le plafond fixé à 15% par le conseil scientifique des valeurs (aujourd'hui conseil scientifique des indices). L'AMF préconisait même de fixer ce seuil à 10%. À l'époque, les deuxième et troisième plus grosses pondérations du CAC étaient BNP Paribas (6,93%) et Aventis (devenu Sanofi, 5,96%), tandis que LVM pesait alors seulement 2,66% de l'indice. C'est dire l'avance dont disposait Total. BFM Bourse, Cac 40 : Au sein d'un CAC 40 de plus en plus concentré, LVMH détrône Total - BFM Bourse
  • La vidéo a été largement visionnée sur Twitter. Derrière un imposant toboggan rouge, on aperçoit un groupe de jeunes se poussant les uns sur les autres. Dans une autre vidéo, on voit clairement un adolescent se faire malmener. Ces faits se sont déroulés vendredi après-midi au sein de la base de loisirs d'Étampes. leparisien.fr, Essonne : une bagarre éclate au sein de la base de loisirs d’Étampes - Le Parisien
  • Tu as reçu une âme dès ta conception et tu comprends les mystères cachés aux sages et aux intelligents. Tu nous conduis à l’invisible essentiel, tu nous livres un secret : c’est que la grandeur d’une vie ne se mesure pas, ne se pèse pas et ne se compte pas. En entendant battre ton cœur dans le sein de ta mère, tu nous invites à cesser de passer nos jours au tamis des critères de réussite extérieurs. Les adultes ont l’obsession de réussir leur vie. Bien peu s’inquiètent de réussir leur mort… Et qu’est-ce qu’une vie réussie ? L’ascension sociale et professionnelle, faire une grande école, se marier, avoir des enfants, et « mourir malheureux pour ne rien regretter », comme le chantait Balavoine ? Ce sont toutes choses qui sont bonnes, mais si l’on érige en absolu la réalisation visible, tangible et palpable, alors tu n’as pas réussi ta vie… Aleteia, Lettre à… un petit enfant dans le sein de sa mère (1/5)
  • Autant de signes qui démontrent les tensions persistantes au sein du FCC-CACH, les deux membres de la coalition au pouvoir. BBC News Afrique, Tension persistante au sein de la coalition au pouvoir en RDC - BBC News Afrique
  • Suzette Delaloge est sur tous les fronts de combat contre le cancer du sein. Oncologue, chercheuse et cheffe du comité de pathologie mammaire à l'Institut Gustave Roussy, elle fait le point sur cette maladie qui emporte chaque année douze mille femmes en France. IDEAT, Interview : Suzette Delaloge, lutteuse permanente contre le cancer du sein
  • Unité de recherche de Sylvie Mader - Ciblage moléculaire dans le traitement du cancer du sein , Un financement de 3 M$ pour la recherche de nouveaux traitements en cancer du sein | UdeMNouvelles

Images d'illustration du mot « sein »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sein »

Langue Traduction
Anglais breast
Espagnol pecho
Italien seno
Allemand brust
Chinois 乳房
Arabe الثدي
Portugais seio
Russe грудь
Japonais
Basque bularreko
Corse pettu
Source : Google Translate API

Synonymes de « sein »

Source : synonymes de sein sur lebonsynonyme.fr
Partager