La langue française

Poil

Définitions du mot « poil »

Trésor de la Langue Française informatisé

POIL, subst. masc.

I.
A.− ANAT. HUM. ET ANIM. ,,Phanère cutané ayant l'aspect d'un filament flexible et résistant, dont l'extrémité libre est plus ou moins effilée, alors que celle qui est enchâssée dans la peau est légèrement renflée (bulbe) et excavée en son milieu pour loger une papille dermique`` (Méd. Biol. t. 3 1972). Les paupières sont bordées de cils, poils raides qui arrêtent les poussières (Camefort, Gama, Sc. nat.,1960, p. 232).Le poil se compose de trois couches distinctes : l'épiderme, la substance corticale et la moelle (Quillet Méd.1965, p. 298).V. formation II A 1 ex. de Bergson.
B.− Au sing. ou au plur.
1. [Chez l'homme]
a) Filament apparaissant sur la peau de certaines parties du corps humain (à l'exception des cheveux, des cils et sourcils). Sur les jambes de la victorieuse (...) de petits poils blonds brillaient, minuscules fibrilles d'or pur (Montherl., Songe,1922, p. 38).La chemise se rabattit, et la foule eut une espèce de ricanement, parce qu'on voyait le sexe et les poils (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 321).V. glabre A ex., féminiser ex. 4, follet ex. 1 :
1. « Vraiment, tu commences à piquer! » Hubert n'avait que sept poils au menton et quatre poils sous le nez. Mais il les rasait une fois par semaine, pratique persévérante qui donnait de la vigueur à cette précieuse végétation sans toutefois la déterminer à l'exubérance. Duhamel, Suzanne,1941, p. 187.
En partic., dépréc. Cheveu isolé sur un crâne (partiellement) dégarni. Tandis que le vent agitait les poils follets de son crâne, il fit une grimace affreuse qui crispa sa maigre face toute coupée par la balafre (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Père Milon, 1883, p. 217).
SYNT. Les poils de la barbe, de la moustache; poils des bras, du pubis, dans les oreilles, aux aisselles, sur les jambes; corps, bras, poitrine couvert(e) de poils; poils et cheveux.
b) Loc. [Poil peut inclure dans sa désignation les cheveux ou être employé avec le sémantisme de cheveu]
Ne pas (plus) avoir un poil de sec (fam.). Être trempé de sueur (à la suite d'un effort ou d'une peur intense). Synon. ne pas (plus) avoir un fil* de sec.Ouf! gémit l'autre; y n'était qu'temps! J'en ai pus un poil de sec, moi! (Courteline, Train 8 h 47,1888, 2epart., v, p. 150).
Ne pas (plus) avoir un poil sur le caillou (pop.). Être chauve. (Dict. xixeet xxes.).
[Avec une intention plais. ou iron. plus ou moins marquée] Faire dresser les poils sur + subst. désignant une partie du corps; les poils (de qqn) se dressent, se hérissent. (Faire) éprouver de l'exaspération, de l'horreur, de la peur. Synon. faire dresser les cheveux* sur la tête; donner la chair* de poule.Deux ou trois fois je sentis tous les poils de mes bras se hérisser sur moi, croyant reconnaître le capitaine (Stendhal, Souv. égotisme,1832, p. 71).Si cette phraséologie ne te fait pas dresser les poils sur le gras des jambes, je ne te reconnais plus (Duhamel, Combat ombres,1939, p. 191).
c) Poil(s) à (suivi d'un subst. désignant une partie du corps et rimant avec le dernier mot de la phrase précédente).[Rengaine utilisée (par les enfants, les adolescents) par jeu ou pour se moquer d'une personne qui parle] . Maintenant, il hurlait : − Ce ne sont pas des manières de princesse! − Poils aux fesses! − Maintenant, c'est fini! − Poils au kiki (H. Bichonnier,Le Monstre poilu,1982,non paginé).
2. [Chez l'animal]
a) Filament apparaissant sur la peau de certains animaux (les mammifères) et constituant le pelage. Les poils de la crinière, de la queue; poil, soie et crin. Dans quelques mammifères, ce renouvellement de l'épiderme a lieu à une certaine époque de l'année, en même temps qu'ils changent de poils (Cuvier, Anat. comp.,t. 2, 1805, p. 544).Les chiens, les loups, les chats et généralement toutes les bêtes à poils (Flaub., Corresp.,1854, p. 33).V. hérissement A 2 ex. de Quillet :
2. ... il y avait toujours de l'herbe grasse pour elles [les bêtes] et l'eau accoutumée, et la nature les couvrait de poils épais l'hiver et de poils neufs, fins et légers l'été. Pesquidoux, Livre raison,1932, p. 98.
b) Poil détaché de la peau entrant dans la fabrication de divers objets. Les poils d'un pinceau; pinceau en poils de martre. On passe un pompon (sorte de large blaireau aux poils raides) sur le zinc (Arts et litt.,1935, p. 28-16).
P. anal. (de forme et de fonction). Les poils d'un balai. Je découvris, dans la remise aux outils, une brosse à poils métalliques (Gide, Journal,1916, p. 553).
SYNT. Poils épais, épars, frisés, hérissés, drus, durs; bouquet, houppe, mèche, touffe, pinceaux de poils.
C.− Au sing. coll.
1. [Chez l'homme]
a) Ensemble des poils (au sens supra B 1) qui apparaissent sur une partie du corps humain. Synon. partiel toison.Cette partie du cou où est le partage de la barbe et du poil de poitrine (Giono, Gd troupeau,1931, p. 122).Il avait le tronc assez noueux, et le poil qui dessinait une palme régulière de l'abdomen au thorax (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 284).V. gazonner A ex. de Boylesve :
3. Déjà, les formes s'arrondissent, la gorge croît sensiblement, les parties de la génération se resserrent et se couvrent d'un poil naissant. Laclos, Éduc. femmes,1803, p. 438.
Qqc. (fait) hérisse(r) le poil de qqn; le poil de qqn se hérisse (var. de la loc. supra B 1 b). Voici la lettre (abrégée cependant de près d'une moitié) qui fera hérisser le poil des diplomates de salon (Chateaubr., Mém.,t. 4, 1848, p. 315).Cette fois, avant même d'en avoir déchiffré le premier mot [d'un article de M. Robbe-Grillet], j'ai pourtant senti mon poil se hérisser (Mauriac, Mém. intér.,1959, p. 208).V. hérisser B 1 a ex. de Maupassant.
b) En partic.
α) Chevelure. Son crâne énorme et sphérique, hérissé d'un poil d'argent dur et ras (...) ses sourcils rudes (...) la forte moustache (Valéry, Variété II,1929, p. 218).
β) Barbe. L'homme barbu, vraiment barbu, celui qui porte tout son poil (oh! le vilain mot) sur les joues n'a jamais de finesse dans le visage, les traits étant cachés (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Moustache, 1883, p. 618).
Poil follet (vieilli). Barbe naissante. Synon. duvet.Un poil follet au-dessus d'une bouche (Sainte-Beuve, Poés.,1829, p. 122).
Faire le poil à qqn, se faire le poil (vieilli). (Se) raser. Ce n'est pas leurs barbiers et leur savon moderne Qui nous feront le poil, et le cuir et la peau (Péguy, Ève,1913, p. 894).
Avoir, prendre du poil au menton. Cette demoiselle de Gournay (...) d'une trop forte complexion et d'une trop verte allure, finit par prendre du poil au menton en vieillissant (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 9, 1865, p. 393).[En parlant d'un adolescent] Être suffisamment mûr (pour faire quelque chose). Attendez qu'Omer ait du poil au menton... Alors, vous le conseillerez pertinemment (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 121).
c) [Dans des constr. à valeur d'adj.; poil inclut les cheveux]
Au poil, de poil (rare) + adj. descriptif (gén. de couleur).Marianne est très vieille et court sur ses cent ans, La voici radoteuse, au poil rare, et sans dents (Verlaine, Œuvres compl., t. 3, Invect., 1896, p. 346).Un bel adolescent de dix-neuf ans (...) le cou taurin, de poil ardent, entre cuivre et carotte (Arnoux, Paris,1939, p. 204).
Adj. de couleur + de poil.Celui-là [le Bordelais pur] trapu, « pot à tabac », noir de poil et de peau; en dépit du rasoir, une barbe drue dévore souvent le visage jusqu'aux admirables yeux d'antilope (Mauriac, Écrits intimes,Du côté de chez Proust, 1947, p. 47).
Poil (de) carotte*.
Rem. Dans ces accept., l'empl. de poil connote une idée (dépréc. ou méliorative) d'animalité, de force brutale et virile, ou un jugement dépréc. sur la couleur, l'apparence des cheveux, de la barbe, des poils apparents.
SYNT. Poil argenté, blanc, blond, brun, noir, poivre et sel, roux; poil frisé, raide; poil de bête; avoir du poil aux jambes, sur la poitrine; se raser le poil.
2. [Chez l'animal]
a) Ensemble des poils (au sens supra B 2) recouvrant le corps de certains animaux. Synon. pelage, toison (partiel), fourrure.Les chèvres ont le poil long et fin; elles ont le menton garni d'une espèce de barbe pointue (Cuvier, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 602).Le long poil d'hiver des chevaux pendant sous leurs ventres en petites stalactites de glace (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 282):
4. ... d'autres [chevaux] (...), d'un gris très-clair et dont la peau se laissait voir à travers leur poil humide et rasé, se veinaient de tons humains... Fromentin, Été Sahara,1857, p. 232.
[Dans des constr. à valeur d'adj.]
Au poil + adj. descriptif (gén. de couleur).Chien au poil ras. Chiens fauves, au poil vil tirant sur le roux (Hugo, Rhin,1842, p. 207).
De poil + adj. descriptif (gén. de couleur).Cheval de poil alezan, bai. De quel poil milord désire-t-il son attelage? (Dumas père, Laird de Dumbiky,1844, i, 12, p. 33).Une chatte noire, de poil ras, qui avait deux yeux d'un jaune éclatant (Boylesve, Leçon d'amour,1902, p. 209).
De tout poil, de tous les poils. De toute couleur de pelage. Les étalons de tous les âges et de tous les poils (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 337).
Rare. Adj. descriptif + poil (non précédé d'une prép.)Un chien errant, ras poil, l'œil toujours étonné (Guèvremont, Survenant,1945, p. 49).
De bon, de mauvais poil. Qui a un pelage présentant une bonne, une mauvaise apparence, ce qui est l'indice d'une bonne ou d'une mauvaise santé. Cham [un cheval], en 1900, était un animal encore très jeune, de bon courage et de bon poil (Duhamel, Terre promise,1934, p. 91).
À contre-poil*, à rebrousse-poil*.
SYNT. Poil brillant, fauve, luisant, terne, sec; poil doux, court, frisé, laineux, lisse, serré, rude, soyeux, touffu; beau poil; poil sain; poil rongé de gale; lisser, lustrer le poil d'un cheval; perdre ses poils.
b) Spécialement
α) ÉQUITATION
Faire le poil (d'un cheval). Tondre, tailler, brosser le pelage (d'un cheval). (Dict. xixeet xxes.).
Monter un cheval à poil (vieilli). Monter un cheval sans selle. Synon. monter à cru*.Il monte à poil, et n'a point par conséquent d'étriers (Baudry des Loz., Voy. Louisiane,1802, p. 211).
β) VÉNERIE
Gibier (ou terme équivalent) à poil, de poil. Gibier dont le corps est recouvert de poils, essentiellement lapin et lièvre (d'apr. Duchartre 1973). Anton. à plume, de plume.Pendant ce temps, Nab, Harbert et le marin (...) feraient main-basse sur toute bête de plume ou de poil qui passerait à leur portée (Verne, Île myst.,1874, p. 78).Du gibier, gibier d'eau ou gibier à poil (Guèvremont, Survenant,1945, p. 75).
[P. ell. du déterminé et de la prép.] Chien pour poil. Elle ne se gêne pas pour suivre son gibier, poil ou plume, mort ou vif, sur votre propriété (Feuillet, Morte,1886, p. 153).V. fournir ex. 5, hélas ex. 4.
Le grand poil. Le gros gibier dont le corps est recouvert de poils. Il poursuivait aussi le grand poil, le sanglier et le loup (Pesquidoux, Livre raison,1928, p. 124).
[En parlant d'un chien, d'un oiseau de chasse] (Être) au poil et à la plume. (Être) dressé pour gibier à poil et gibier à plume. Vous avez là un beau chien, il est au poil et à la plume (Mérimée, Mosaïque,1833, p. 215).
Lapin, lièvre en poil. Lapin, lièvre tué auquel on n'a pas retiré la peau. (Dict. xixeet xxes.).
c) P. méton. Peau d'animal garnie de ses poils utilisée dans l'habillement. Synon. peau.Des cheveux énormes, chauds et bouffés, lui couvrent tout le corps jusqu'aux pieds comme un vêtement fait en poil d'animal (Flaub., Champs et grèves,1848, p. 362).Le caraco banal, bordé de poil de lapin, qui servait, tour à tour, à toutes les filles de la maison (E. de Goncourt, Élisa,1877, p. 93).
Rem. Poil est substitué à fourrure dans le cas de peau de peu de valeur.
Bonnet, chapeau à poil. Les bonnets à poil des gendarmes survinrent avec leurs panaches blancs selon la mode de Henri IV (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 327).
P. méton.
Poils détachés de la peau, utilisés dans la fabrication de différentes étoffes. Poil, duvet et jarre. Manteaux arabes tissés d'or et de poil de chèvre (Lamart., Voy. Orient,t. 2, 1835, p. 408).Le poil de chameau est (...) difficile à filer, fin et dur au feutrage : il s'emploie pour la chapellerie commune et quelques grosses étoffes (Comm.t. 21839).
Étoffe tissée avec des poils (autres que les poils de mouton). Le baigneur s'arme d'un gant de poil de chameau qu'il vous promène sur tout le corps (About, Grèce,1854, p. 411).
MÉGISSERIE
Peau en poil. Peau brute séparée du corps de l'animal. Une fois séparée du corps de l'animal, la peau brute est dénommée « peau en poil », quel que soit son état (Bérard, Gobilliard, Cuirs et peaux,1947, p. 19).
Côté poil. Synon. côté fleur*; anton. côté chair*.[Le procédé du salage] consiste à empiler les cuirs bruts côté poil en dessous, en recouvrant le côté chair de chacun d'eux par une couche de sel (Stocker, Sel,1949, p. 90).V. côté ex. 6.
D.− Loc., fam. et pop.
1. Loc. adj.
a) [Loc. correspondant, par leur forme à C 2 a et b), supra]
De tout poil, de tous les poils (rare), de tous poils (dépréc.). De toute espèce, de toute sorte (en parlant de pers.). Synon. de tout acabit*.Les embrassades généreuses des pacifistes et des socialisants de tous poils (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 103).Il y en avait de tous les poils et même de ces hommes de derrière le mur du Chantal qui ont des yeux verts et des figures jaunes (Audiberti, Ampélour,1937, p. 98).Les profiteurs de guerre, les mercantis de tout poil, et sur le même rang les patriotes professionnels (Romains, Hommes bonne vol.,1938, p. 216).
P. anal. [En parlant de chose] Annette, toujours imprudente, laisse, sans y penser, à la disposition de l'enfant, une quantité de livres (...). Il en est de tout poil (Rolland, Âme ench.,t. 2, 1925, p. 186).
Du même poil, de ton (...) poil. C'est toujours flatteur [pour un chef], ces pétitions-là [de passer sous son commandement], surtout quand elles viennent d'un homme de ton poil (D'Esparbès, Guerre sabots,1914, p. 43).Laisse-moi encore trouver quarante gaillards du même poil! (Claudel, Soulier,1929, 4ejournée, 8, p. 902).
De bon, de mauvais poil. De bonne, mauvaise humeur. Un client de mauvais poil met sous enveloppe avec des récriminations amères la fiche identificatrice qui permet de faire retomber sur les épaules de l'ouvrier négligent une inattention déjà ancienne (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 11).Il pensait qu'on pouvait tout expliquer à Mathieu, si seulement il était de bon poil (Sartre, Âge de raison,1945, p. 223).V. compartiment ex. 2.
À poil. Nu. (Se) mettre, (se) foutre* à poil. Il nous faisait rigoler parce qu'il croyait qu'« une femme à poil », ça voulait dire « une femme à barbe ». Georges s'est fichu de lui (Gide, Faux-monn.,1925, p. 1237).Un homme à poil n'a pas d'âge (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 8).
P. anal. [En parlant d'une chose] Le taquoir à poil est de bois nu; le taquoir habillé a un revêtement de molleton (Coston, A.B.C. journ.,1952, p. 199).
À poil! [Invective que l'on emploie pour huer qqn] Des huées terribles l'accueillirent (...). − À bas Pommard! − À poil! (R. Fallet, Le Triporteur,1951, p. 357 ds Rob. Suppl. 1970).
À poils (var. plus rare avec le même sens) Je suis toujours sur le pont À poils Et je suis toujours seul à les admirer [les levers de soleil] (Cendrars, Du monde entier,Couchers de soleil, 1957, p. 186).
Au poil et à la plume
Vx. Qui excelle en toute chose (Ac. 1798-1878).
Vieilli. Bisexuel. Synon. fam. à voile* et à vapeur.Un château de son père, où il s'enterra quelques jours, avec des filles et des garçons, − car il était au poil et à la plume, disait M. d'Oels (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 164).
Caresser, prendre qqn dans le sens du poil. Traiter quelqu'un et/ou lui parler de manière à lui plaire, à le flatter.
Anton. caresser, prendre à contre-poil*, à rebrousse-poil*.Ce retour en force de « l'école de papa », voire de grand-papa caresse, dit-on, l'opinion dans le sens du poil (Libération,14 févr. 1985, p. 3, col. 1).
b) [Poil connote une idée de force virile; v. avec la même connotation, les loc. verb. en infra D 2 b]
À poils. Qui a de la force, du courage. Il trouvait Lantier un peu fiérot, l'accusait de faire sa Sophie devant le vitriol, le blaguait parce qu'il savait lire et qu'il parlait comme un avocat. Mais, à part ça, il le déclarait un bougre à poils (Zola, Assommoir,1877, p. 618).
À tout poil (vieilli, var. avec le même sens). J'aurais besoin (...) de quelques braves à tout poil pour une expédition qu'on me propose (Gautier, Fracasse,1863, p. 323).
Brave (ou un terme équivalent) à trois poils (gén. dépréc. ou iron.). Qui fait montre de courage. Synon. partiel matamore.Dans le duel arrangé avec M. Raindre, colonel ou chef d'escadron d'artillerie légère. Ce brave à trois poils ne le fut guère! (Stendhal, H. Brulard,t. 1, 1836, p. 460).Un gaillard à trois poils, un mastard pour qui la vie des autres compte pas plus que celle d'un pou (Queneau, Loin Rueil,1944, p. 39).V. brave ex. 15.
2. Loc. verb.
a) [Poil désigne de façon vague, p. méton., le corps, une partie du corps]
Faire, refaire le poil à qqn (vieilli)
Dépouiller, tromper quelqu'un. Jamais personne n'a fait le poil à Gaudissart, à l'Illustre Gaudissart. Oui, jamais personne ne m'a enfoncé (Balzac, Gaudissart,1834, p. 15).Car vous êtes allé chercher des écus à Paris (...). Ce sera drôle à vous de refaire le poil à un pair de France (Id, Début vie,1842, p. 378).
P. ext., vieilli. Être supérieur à quelqu'un en quelque chose. Tu n'as pas besoin de rigoler (...) c'est encore pas toi, avec tes airs malins, qui lui feras le poil pour l'instruction (Courteline, Linottes,Gora, 1917, p. 217).
Avoir le poil, du poil à qqn (vieilli). Même sens. (Ds Ac. 1798).
Rem. On rapprochera ces deux loc. de faire, refaire la peau* à qqn; avoir la peau* de qqn.
Tomber sur le poil de qqn
[Le suj. désigne une pers.] Attaquer par surprise. Synon. tomber* sur qqn, sur le dos*, le paletot*, le rable* de qqn.Le Raboliot et lui, ils sont cousins, un peu trop d'accord à mon gré... Quand vous tomberez sur le poil du gars, au bon moment, il faudra bien que Tournefier verbalise (Genevoix, Raboliot,1925, p. 97).
[Le suj. désigne un événement défavorable] Survenir par surprise. Synon. tomber* sur qqn, sur le coin* de l'œil, sur le coin du nez (région.).Si, maintenant, après la fontaine, après le mal, après le feu, il y a encore quelque saloperie qui nous tombe sur le poil, qu'est-ce qu'on va faire? (Giono, Colline,1929, p. 176).
Avoir qqn sur le poil. Devoir supporter quelqu'un. Synon. avoir qqn sur le dos*.À Paris, quand on dort, on est jamais poissé. À Paris on a pas des gradés su l'poil (Benjamin, Gaspard,1915, p. 26).
Laisser du poil (dans une affaire). Essuyer une perte. Synon. (y) laisser, perdre des plumes*.On a laissé du poil. On a gagné encore ce coup-là, mais, le coup d'après? (Giono, Colline,1929p. 170).
Rem. Poil a la même valeur dans des expr. moins lexicalisées : a) Se tarder* le poil (v. Rolland, C. Breugnon, 1919, p. 23). Se tirer le poil (v. Cladel, Ompdrailles, 1879, p. 249), au sens de « se battre » (v. se tirer les cheveux*). b) Mettre la main sur le poil (v. Maupass., Contes et nouv., t. 1, Vente, 1884, p. 143), au sens de « mettre la main au collet ». c) En venir au poil (v. P. Rézeau, Notes sur le lexique d'Ernest Pérochon ds R. Ling. rom. 1978 t. 42, p. 114) au sens de « en venir aux mains ». Rey-Chantr. Expr. 1979 fait remarquer que poil (et plume) ,,se substituent à la peau humaine quand il s'agit d'exprimer les coups reçus``.
b) [Poil connote une idée de force (virile)]
Avoir du poil (vieilli), avoir du poil aux yeux, au cul (vulg.).
Être énergique, très courageux. Vous avez du poil et du cœur. Vous savez que la femme et les mômes ont besoin de soupe (La Petite lune,1878-79, no7, p. 2).Tu as juste assez d'énergie pour être hors d'état de défendre ta bourse contre l'invasion des barbares, juste assez de poil aux yeux (Courteline, Boubouroche,1893, i, 2, p. 28):
5. Rodin a du poil au menton, mais pas au c... car s'il en avait, il ne subirait pas toutes les humiliations qu'on lui fait subir à propos de son Hugo! Décidément, la colonne vertébrale d'un sculpteur est encore plus flexible, plus rentrante que celle d'un peintre. Goncourt, Journal,1891, p. 172.
Rare. Manquer de poil. Ne pas être courageux. Ses amis de l'atelier, qui étaient forcément au courant de la situation, le pressaient de brusquer la petite. − Vous manquez de poil, disait l'un (Huysmans, Sœurs Vatard,1879, p. 275).
Du poil! (vieilli). [Exclam. que l'on emploie pour exhorter au courage] Synon. du nerf!Tenez bon, mon petit, et comptez sur moi. Et du poil, crédieu! (Richepin, Césarine,1888, p. 6).
[Var. avec le même sens] Avoir du poil au cœur, aux couilles (vulg.), aux fesses, quelque part; avoir du poil aux pattes.
Reprendre du poil de la bête. Reprendre des forces, se ressaisir après une épreuve, un moment de faiblesse. Je reprends du poil de la bête; ce n'est pas comme le fils Pieuchon qui ne sort plus qu'en voiture et qu'on croit perdu, bien qu'un médecin de B... prétende le guérir (Mauriac, Baiser Lépreux,1922, p. 184):
6. J'avais vécu, pendant dix ans, tel l'ivrogne qui a peur de l'affaissement, au lendemain de l'ivresse et qui reprend du poil de la bête, saute sur le vin blanc dès son lever... Vallès, J. Vingtras,Insurgé, 1885, p. 15.
Rem. Les dict. attestent une accept. vieillie de cette loc. ,,chercher son remède dans la chose même qui a causé le mal`` (Ac. 1798-1878), en partic. « boire pour se remettre d'un excès de boisson ». L'ex. 6 illustre le passage entre cette accept. et l'accept. mod.
c) Donner, foutre (ou un verbe équivalent) un poil à qqn; recevoir (ou un verbe appartenant au même paradigme) un poil. Donner, recevoir des coups, une réprimande. Le « poil » qu'il eut à subir à sa rentrée [à l'atelier], la menace d'une expulsion à la première peccadille refroidirent pour quelque temps la folle gaieté d'Anatole et ses facétieuses imaginations (Goncourt, Man. Salomon,1867, p. 54).Grand-père m'a fichu un poil de première grandeur : − Dorénavant − m'a-t-il dit en finissant − tu resteras à côté de nous (Gyp, Souv. pte fille,1927, p. 93).
d) Avoir un poil dans la main (v. main 1reSection I H 3 d). [Var. avec le même sens] Avoir du poil dans la main, aux mains; avoir une forêt (ou un terme équivalent) de poils dans la main. Il a vu que je connaissais son métier mieux que lui, et que je n'avais pas du poil aux mains pour cet ouvrage-là! (Goncourt, Man. Salomon,1867p. 285).[Voir] Celui qui a un outil dans la main écouter celui qui n'a dans la main qu'une forêt de poils (Péguy, Argent,1913, p. 1113).
e) Chercher des poils sur un œuf; chercher du poil de grenouille. Chercher une chose introuvable. J'ai monté dans une noisette (...) chercher du poil de grenouille parce qu'il n'y en a pas en Espagne (Claudel, Soulier,1929, 1repart., 1rejournée, 14, p. 991).
E.− [Poil connote une idée de très petite dimension (en largeur) et, p. ext., de précision et de perfection] Fam. et pop.
1. Un poil. Une très petite distance, quantité, un très court espace de temps. Synon. un rien, un chouia (fam.).On n'ose pas tout à fait encore l'obscénité précise (...) mais il s'en faut d'un si petit poil qu'on peut bien dire que la chose est accomplie (Bloy, Journal,1903, p. 163).Je suis à un poil de l'échafaud. Voilà où que je me trouve! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 124).
Rem. Cheveu est substituable à poil dans les syntagmes suiv. : à un poil près, être à un poil de (faire qqc.), il s'en faut d'un poil, ne tenir qu'à un poil.
Un poil de qqc. Il voulait encore boire, dit-il. Non, il n'avait rien dit; pas un poil de ce qu'il aurait voulu dire (Giono, Batailles ds mont.,1937, p. 252).Un poil de mistral faisait frémir les magnifiques ombrages de Lamalou (L. Daudet, Qd vivait mon père,1940, p. 221).
2. Au poil
Rem. Var. au petit poil, au quart de poil, au poil du cul (vulg.).
Empl. adv.
Tout juste, exactement (dans le temps ou l'espace). Je l'ai eu mon train de sept heures quinze, quand même, mais au poil. On s'est pas fait d'adieux (Céline, Voyage,1932, p. 508).
Avec beaucoup de précision, de soins minutieux; p. ext., parfaitement. Ajuster, régler qqc. au poil. On vérifiait au poil sa mitrailleuse. On choisissait son moment (Romains, Hommes bonne vol.,1938, p. 258).La fenêtre donnait sur un jardin ratissé au petit poil (H. Bazin, Vipère,1948, p. 150):
7. Après ça on te dessinerait un de ces jolis petits mignons de pardingues bleu marine avec, en haut, juste en dessous de l'échancrure, un joli mignon bouton dessiné au petit quart de poil. Queneau, Exerc. style,1947, p. 111.
Arg. des Beaux-Arts, vieilli. Dessin au poil. ,,Dessin qui entre dans le plus petit détail`` (Hugues, Expr. atelier, s.d.).
Empl. adj. Qui convient parfaitement, parfait. J'ai un endroit de tout repos et au poil (Giono, Gds chemins,1951, p. 109).Pas question de changer la politique étrangère. Celle qu'on a choisie est au poil (Aymé, Tête autres,1952, p. 28).
[En parlant d'une pers.] Elle est au poil, cette fille-là (Rob.).
[Empl. dans une exclam.] Synon. chic! parfait!Salut, fit l'arrivant. Ça va le boulot? − Au poil. Tu peux regarder (R. Dorgelès, Le Marquis de la Dèche,1971, p. 29 ds Cellard-Rey 1980).
II.− P. anal. (de forme)
A.−
1. Filament apparaissant à la surface de certains organes végétaux. Les platanes ont changé de peau et dispersé leurs pelotes aux poils crochus (Arnoux, Paris,1939, p. 104).Le chêne pubescent est caractérisé (...) par les poils courts et serrés qui couvrent la partie inférieure de ses feuilles et justifient son nom de chêne pubescent (Cochet, Bois,1963, p. 32).
2. BOT. Production de l'épiderme des plantes, unicellulaire ou pluricellulaire, de formes diverses et remplissant différentes fonctions. Les poils en forme de plateau que supporte un pédicelle central s'appliquent sur l'épiderme foliaire par la sécheresse et obstruent les stomates, qu'ils protègent ainsi contre le vent desséchant (Bot.,1960, p. 1277 [Encyclop. de la Pléiade]).Poil absorbant, collecteur, sécréteur, urticant. V. absorbant ex. 3.
B.−
1. Petit filament apparaissant à la surface d'un tissu, d'un papier. Feutre à longs poils. Il s'était (...) fait expédier de Londres (...) des papiers à poils, des papiers reps (Huysmans, À rebours,1884, p. 187).Elle gratte la crème avec sa cuiller, en rebroussant les poils du tapis (Queneau, Loin Rueil,1944, p. 118):
8. La moquette est un tissu à surface endroit velue qui se tisse soit à poils coupés, soit à poils bouclés. Le liage des fils se fait selon les qualités soit sur simple duite, soit sur double duite. Thiébaut, Fabric. tissus,1961, p. 114.
Au sing. coll. L'homme de l'éternel, Renouant sur ses reins sa robe de poil rude (Leconte de Lisle, Poèmes barb.,1878, p. 36).
2. INDUSTR. TEXT.
a) Poil de chèvre (vieilli). Étoffe dont la trame est en laine et la chaîne en coton. Il venait au Bureau habillé fort simplement (...) il portait des souliers et des guêtres, un gilet en poil de chèvre (Balzac, Employés,1837, p. 107).
b) Fil de soie grège qui n'a reçu qu'une torsion. On peut obtenir trois sortes de fils de soie : a. Le poil, formé par un seul fil de soie grège, tordu sur lui-même; il est utilisé comme fil de chaîne pour les étoffes légères et pour la passementerie; b. La trame (...); c. L'organsin (Blanquet, Technol. mét. habill.,1948, p. 86).
c) Surface du velours. Les fibres destinées à la formation du poil sont apportées sous forme de fils de chaîne, qui sont coupés sur le métier même. La fixation de la touffe de poils peut être « à cheval » (...) ou « liée » (Thiébaut, Fabric. tissus,1961p. 111).
Chaîne de poil, fil de poil. Chaîne, fil utilisé pour confectionner cette surface. Les velours bouclés sont obtenus à l'aide de deux ensouples, la première portant les fils de fond (...), la seconde portant les fils de poil (Thiébaut, Fabric. tissus,1961p. 109).
Velours à trois, quatre, cinq, six poils. Velours dont la trame est formée de trois, quatre, cinq, six fils de soie ou de coton. (Dict. xixeet xxes.).
C.−
1. Fissure fine, défaut dans une pierre. Synon. fil.Certaines pierres portent des fissures appelées poils qui s'élargissent avec le temps en provoquant l'éclatement de la pierre (Bourde, Trav. publ.,1928, p. 92).
2. Poil noir, taché, roux. [Désigne différentes qualités d'ardoise] (Dict. xixeet xxes.).
REM. 1.
Poil à gratter, subst. masc.V. gratter.
2.
Poil-poil, loc. adv. ou adj.,pop., vieilli, var. par redoublement expr. de au poil. V. supra I E 2.Se baguenauder sur le front, en douce poil-poil (Barbusse,Feu,1916,p. 92).Là, sur des coussins « poil-poil », nous nous prélassons (La Pédale,22 déc. 1926, p. 5, col. 3 ds Esn. 1957).
3.
Poilaison, subst. fém.,hapax. Un vieillard tout couvert de poilaison blanche (Loti, Inde sans Angl.,1903, p. 148).
Prononc. et Orth. : [pwal]. Homon. poêle1, 2 et 3. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1100 anat. (Roland, éd. J. Bédier, 1012 : deit hum perdre e del quir e del peil); 2. ca 1170 « pelage (d'un cheval) » (Chrétien de Troyes, Erec, éd. M. Roques, 2905); 3. a) fin xiies. (Raoul de Cambrai, 2314 ds T.-L. : Il prent trois pox de l'ermin qu'ot vesti); b) 1395 veluyau a long poil (La Tremoïlle, Les la Tremoïlle, t. 1, p. 57); 4. a) ca 1200 pol d'herbe (Aspremont, éd. L. Brandin, 8624); b) xves. « villosité (d'une plante) » (Grant Herbier, no146, Camus ds Gdf. Compl.); 5. xiiies. poil d'erbe désignant quelque chose de négligeable (Jubinal, Jonglères et Trouvères, 71 ds Möhren Négation); ca 1373 poil « id. » (Miracles de N.D., éd. G. Paris et U. Robert, XXXI, 774). B. Expr. 1. 1176-84 fig. encontre poil « à rebrousse-poil » (Gautier d'Arras, Ille et Galeron, éd. F. A. G. Cowper, 5330), sur les nombreuses expr. usitées en a. fr. (v. T.-L. et Gdf.); 2. a) 1532 à tout le poil [pour : avec tout le poil, l'abondance du poil étant considérée comme un signe de force physique] (Rabelais, Pantagruel, II, éd. A. Lefranc, t. 3, p. 37 : Il est né à tout le poil; il fera choses merveilleuses); b) 1659 un brave à trois poils « homme courageux » (Molière, Les Précieuses, IX), c) 1793 bougres à poil « hommes déterminés, courageux » (Père Duchêne, no298 ds Esn. Poilu, p. 428); d) 1836 avoir du poil au cœur « être courageux » (A. Lagarde, Le Bonhomme Popule ds Larch. 1872); 3. 1573 y laisser du poil « perdre quelque chose » (Négoc. de la France dans le Lev., III, p. 441 ds Gdf. Compl.); 4. 1671 gens de tout poil (La Fontaine, La Coupe enchantée, 145 ds Œuvres, éd. H. Régnier, t. 5, p. 111); 5. 1808 avoir un poil dans la main (Hautel); 6. 1833 être de mauvais poil (E. Corbière, La Mer et les marins, part. 4, ch. 1, 186 ds Quem. DDL t. 20); 7. 1849 donner un poil « réprimander » (Mérimée, Corresp. gén., V, 430, ibid., t. 2); 8. 1858 être à poil « tout nu » (Larch.); 9. 1918 atterrir au poil (Esn. Poilu 1919, p. 426); v. aussi Rey-Chantr. Du lat. pilus « poil », « partie velue de quelque chose » et au fig. « un rien ». Fréq. abs. littér. : 1 956. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 873, b) 2 921; xxes. : a) 3 449, b) 3 080. Bbg. Chautard Vie étrange Argot 1931, p. 492. − Lenoble-Pinson (M.). Le Lang. de la chasse. Bruxelles, 1977, p. 11, 14, 339, 343, 347. − Quem. DDL t. 2, 16, 17, 19.

Wiktionnaire

Nom commun

poil \pwal\ masculin

  1. (Zoologie) Filet délié qui croît sur la peau de la plupart des mammifères et à certains endroits du corps humain.
    • Quant aux poils des carnivores et des rongeurs, ils fournissent à l’industrie la plus grande partie des substances employées pour faire des feutres, notamment dans la chapellerie. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • M. de La Fontaine, de l'Académie française, a écrit un poème : « La Chose impossible » pour apprendre à la jeunesse que les poils de certaines femmes ne peuvent être défrisés. — (Pierre Louÿs, Trois filles de leur mère, René Bonnel, Paris, 1926, chapitre I)
  2. (Collectivement) Tous les poils qui sont sur le corps d’un animal.
    • Malgré, ou plutôt à cause de cet état de bouffissure, l’acheteur, le plus souvent, est séduit par le poil lustré, onctueux et cette ardeur factice qui fait cabrioler, se cabrer, ou croupionner les chevaux, […]. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877).
  3. La chevelure ; mais, dans cette acception, on ne l’emploie guère qu’en parlant des cheveux dont la couleur passe pour désagréable, ou est altérée par l’âge.
    • Le poil commence à lui blanchir. — Son poil grisonne. — Il a le poil roux.
  4. (Poétique) Poil hérissé se dit des cheveux, lorsqu’ils se dressent sur la tête.
  5. La barbe de l’homme.
    • Il n’a pas encore un poil de barbe.
  6. (Figuré) (Familier) Il se laisserait arracher la barbe poil à poil, se dit d’un poltron.
    • Poil follet, poil rare et léger qui vient avant la barbe. — Ce jeune homme n’a encore que du poil follet. — Le poil follet commence à lui venir.
  7. En parlant de certains animaux, et surtout des chevaux, signifie couleur.
    • De quel poil est votre cheval ? — Poil bai, alezan, rouan, lavé ou déteint.
  8. Partie velue du drap et d’autres étoffes, comme le velours, la panne, etc.
    • Il faut brosser cette robe de manière à coucher le poil, et non à le rebrousser. — Le poil de ce velours est bien fourni. — Feutre à long poil, à poil court.
    • Velours à trois poils, à quatre poils, Velours dont la trame est de trois fils de soie, de quatre fils de soie.
  9. (Botanique) Certains filets très déliés, ordinairement cylindriques et flexibles, qui naissent sur les diverses parties des plantes.
    • Sprengel, mon maître vénéré, disait à propos du duvet qui tapisse la corolle du géranium des bois : « Le sage auteur de la nature n’a pas voulu créer un seul poil inutile. » — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 251-252.)
  10. (Vieilli) (Familier) Remontrance ; admonestation.
    • « Tenez, voilà les saletés que votre commis se permet d’adresser à ma nièce!... Flanquez-lui un poil! » Et il est sorti avec son air grandiose. — (Eugène Labiche, Les Trente Millions de Gladiator, 1875)
    • On écrit au préfet de l’Aude de donner un poil vigoureux au maire de Narbonne. — (Prosper Mérimée, Lettres à Francisque Michel (1848-1870). Journal de Prosper Mérimée, éditeur H. Champion, 1927)
    • […] ; mais son triomphe ne fut vraiment complet que le jour où le Procureur de la République flanqua au maire du pays un « poil » magistral pour avoir laissé inscrire des insanités sur les registres de l’état civil. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  11. (Vulgaire) (Familier) Pénis.
    • « Les impuretés, elles se déposent là, entre l’poil et les couilles. » — (Alain Chabat, Tonyglandyl, sketch des Nuls avec Jean-Marie Bigard, fin des années 80)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

POIL. n. m.
Filet délié qui croît sur la peau de la plupart des mammifères et à certains endroits du corps humain. De longs poils. Poils raides, poils frisés. La couleur des poils. Poils noirs, blancs, roux, blonds, gris. Poil de chèvre. Poil de lièvre. Poil de chameau. Pinceau de poil de blaireau. Il s'emploie collectivement pour désigner Tous les poils qui sont sur le corps d'un animal. Le poil lui est tombé. Un chien à long poil, à poil ras. Monter un cheval à poil, Monter un cheval tout nu et sans selle. Pop., Être à poil, se mettre à poil, Être nu, se mettre nu. Faire le poil à un cheval, Lui arranger la crinière, lui couper les crins du bas des jambes, lui arracher ou lui brûler les crins qui sont autour des mâchoires. Ce chien est dressé au poil et à la plume, est au poil et à la plume, Il est dressé à chasser, à arrêter toute sorte de gibier, comme lièvres, perdrix, etc. Fig. et fam., Reprendre du poil de la bête, Se ressaisir, reprendre le dessus. Après une période de découragement, il a repris du poil de la bête. Fam., N'avoir pas un poil de sec, Être tout en sueur. Il signifie aussi Être trempé de pluie. Fig. et pop., Avoir un poil dans la main, Être porté à la paresse. Fig., De tout poil, De toute sorte. Des gens de tout poil.

POIL se dit aussi de la Chevelure; mais, dans cette acception, on ne l'emploie guère qu'en parlant des Cheveux dont la couleur passe pour désagréable, ou est altérée par l'âge. Le poil commence à lui blanchir. Son poil grisonne. Il a le poil roux. Poétiq., Poil hérissé se dit des Cheveux, lorsqu'ils se dressent sur la tête.

POIL se dit quelquefois de la Barbe de l'homme. Il n'a pas encore un poil de barbe. Fig. et fam., Il se laisserait arracher la barbe poil à poil, se dit d'un Poltron. Poil follet, Poil rare et léger qui vient avant la barbe. Ce jeune homme n'a encore que du poil follet. Le poil follet commence à lui venir.

POIL, en parlant de Certains animaux, et surtout des chevaux, signifie Couleur. De quel poil est votre cheval? Poil bai. Poil alezan. Poil rouan. Poil lavé ou déteint. Il se dit aussi de la Partie velue du drap et d'autres étoffes, comme le velours, la panne, etc. Il faut brosser cette robe de manière à coucher le poil, et non à le rebrousser. Le poil de ce velours est bien fourni. Feutre à long poil, à poil court. Velours à trois poils, à quatre poils, Velours dont la trame est de trois fils de soie, de quatre fils de soie. Fig. et fam., C'est un brave à trois poils, se dit d'un Homme très brave.

POIL, en termes de Botanique, se dit de Certains filets très déliés, ordinairement cylindriques et flexibles, qui naissent sur les diverses parties des plantes. À rebrousse-poil. Voyez REBROUSSE-POIL (À).

Littré (1872-1877)

POIL (poil) s. m.
  • 1Filets déliés qui croissent sur la peau des animaux. On a remarqué que les chevaux engendrés de vieux étalons et de vieilles juments ont des poils blancs aux sourcils dès l'âge de neuf ou dix ans, Buffon, Quadrup. t. I, p. 52.

    Collectivement. Tous les poils qui sont sur le corps d'un animal. Un chien à long poil, à poil ras. Et son poil hérissé [d'un sanglier] semble de toutes parts Présenter au chasseur une forêt de dards, La Fontaine, Adonis.

    Un lièvre, un lapin en poil, un lièvre, un lapin auquel on n'a pas encore ôté la peau.

    Au poil et à la plume, voy. PLUME.

    Terme de fauconnerie. Mettre l'oiseau à poil, le dresser à voler le gibier tel que le lièvre et le lapin.

    Fig. Reprendre du poil de la bête, chercher son remède dans la chose même qui a causé le mal, recommencer. Il fera bien de reprendre du poil de la bête, Bussy-Rabutin, Lett. t. III, p. 462, dans POUGENS.

  • 2 Terme d'anatomie. Filament de nature cornée naissant de la peau ou des muqueuses, et y adhérant par une de ses extrémités, l'autre restant libre et amincie.

    Faire le poil à un cheval, lui arranger la crinière, lui couper les crins. Vous connaissez mes chevaux, ils sont fort beaux ; celui qui s'appelle le Favori était au travail ; on lui faisait le poil de l'oreille, Sévigné, 2 oct. 1680.

    Monter un cheval à poil, le monter sans selle.

    Avoir l'éperon au poil, se dit d'un cavalier qui pique son cheval.

    Terme de vétérinaire. Souffler au poil, se dit en parlant d'un apostème dont le pus monte au-dessus du sabot.

    Poil piqué ou planté, se dit du redressement ou hérissement des poils du cheval : signe de souffrance.

  • 3Il se dit aussi du poil qui recouvre certaines parties du corps humain. L'empereur Basile les fit fustiger ; on leur brûla les cheveux et le poil, Montesquieu, Esp. VI, 16.

    Fig. et populairement. Avoir du poil dans la main, être fainéant.

    Un homme à poil, un homme résolu. C'est un gaillard à poil.

  • 4Chez l'homme, chevelure. Et comme notre poil blanchissent nos désirs, Régnier, Sat. v. Bourreau, qui, secondant son courage inhumain, Au lieu d'orner son poil, déshonores sa main, Corneille, Clit. IV, 2, IIe édit. (changé en : Loin d'orner ses cheveux, déshonores sa main) Nous jurons par le Seigneur, qu'il ne tombera pas sur la terre un seul poil de sa tête, Sacy, Bible, Rois, I, XIV, 45.

    Poil de Judas, poil roux.

    Poil hérissé, se dit des cheveux lorsqu'ils se dressent sur la tête. Entre les deux partis Calchas s'est avancé, L'œil farouche, l'air sombre et le poil hérissé, Racine, Iphig. v, 6.

    Barbe. Se faire le poil. Ce barbier fait fort bien le poil. Un beau jeune garçon, Frais, délicat et sans poil au menton, La Fontaine, Gag. Veux-tu voir tous les grands à ta porte courir ? Dit un père à son fils dont le poil va fleurir, Boileau, Sat. VIII. J'ose dire qu'il n'est point de barbier en Espagne qui sache mieux que moi raser à poil et à contre-poil, et mettre une moustache en papillotes, Lesage, Gil Bl. II, 5.

    Poil follet, le léger poil qui vient avant la barbe. Ils mettent au jour les premiers essais de leur plume, avant même que le poil follet ne leur soit venu au menton, Analyse de Bayle, t. I, p. 124, dans POUGENS.

    Il se laisserait arracher la barbe poil à poil, se dit d'un poltron.

    Fig. et familièrement. Faire le poil bien court à quelqu'un ou, simplement, lui faire le poil, avoir un avantage sur lui.

    Avoir eu du poil de quelqu'un, lui avoir gagné son argent ou lui avoir fait quelque affront.

  • 5En parlant du cheval et de quelques autres animaux, poil signifie couleur. De quel poil est ce cheval ? Il est bai, alezan, etc. On voit des chevaux barbes de tout poil. Les animaux domestiques varient prodigieusement par les couleurs, en sorte qu'il y a des chevaux, des chiens, etc. de toute sorte de poils, au lieu que les cerfs, les lièvres, etc. sont tous de la même couleur, Buffon, Quadrup. t. I, p. 84. Les poils simples du cheval sont au nombre de huit, savoir le noir, le bai, le bai châtain, le bai doré, le bai brun, le bai à miroir ou miroité, l'alezan et le poil blanc… les poils composés sont au nombre de vingt-un…, Genlis, Maison rust. t. I, p. 192, dans POUGENS.

    Fig. et familièrement. De tout poil, de toute espèce. Des gens de tous états, de tout poil, de tout âge, La Fontaine, Coupe.

  • 6Partie velue du drap, du velours, etc. Coucher le poil. Rebrousser le poil. Et son feutre à grand poil ombragé d'un panache, Boileau, Sat. III.

    Du velours à trois poils, à six poils, velours dont la trame est de trois, de six fils de soie. Les velours forts, vulgairement appelés six lisses… pourront être… à quatre poils et trois poils… ceux de quatre poils seront de 80 portées de poil, chacune portée de 80 filets… lesdits velours à 4 poils étant de 8 fils de poil par chacune dent de peigne… pour les velours d'un poil et demi…, Statuts des march. de draps d'or, etc. 9 juill. 1667. Bourgeoise ! bourgeoise ! dans un carosse de velours cramoisi, à six poils, entouré d'une crépine d'or, Dancourt, Chev. à la mode, I, 2.

    Poil ou chaîne à poil, chaîne de surcroît qu'on insère dans la chaîne d'un fond de velours.

    Fig. et familièrement. Un poil n'y passe pas l'autre, se dit d'un homme bien propre et bien ajusté.

    Fig. et familièrement, et par une plaisanterie tirée du velours à trois poils, à quatre poils, qui est le meilleur. Un brave à trois, à quatre poils, un homme qui se pique d'une très grande bravoure. C'est un brave à trois poils, Molière, Préc. 12. Caillebot passa pour un brave à quatre poils qu'il ne fallait pas choquer, Saint-Simon, 335, 140.

  • 7Poil de chèvre, nom assez improprement donné à une étoffe dont la trame est en laine peignée et la chaîne en coton. Envoyez-moi vingt aunes de poil de chèvre noir, Maintenon, Lett. à la marquise de Villette, 21 mai 1709.
  • 8 Terme de botanique. Filets déliés et flexibles de certaines parties des plantes.

    Poils collecteurs, poils dont le style est quelquefois hérissé, et qui servent à recueillir le pollen.

  • 9Poil de nacre, se dit quelquefois de la soie de la pinne marine.
  • 10 Terme de médecine. Nom d'un engorgement inflammatoire de la mamelle assez ordinaire aux nourrices.
  • 11Défaut dans certaines pierres. Il y a d'autres matières où ces fentes perpendiculaires sont imperceptibles et remplies d'une matière à peu près semblable à celle de la masse où elles se trouvent, lesquelles interrompent cependant la continuité des pierres ; c'est ce que les ouvriers appellent des poils, Buffon, Hist. nat. Preuv. théor. terre, Œuv. t. II, p. 391.
  • 12Se dit de différentes qualités d'ardoises. Poil noir, poil roux ; poil taché.
  • 13 Terme de marine. Ancre levée par les poils, ancre levée par le moyen de son orin.

HISTORIQUE

XIe s. Et Blancandrins i vint al chenu peil, Ch. de Rol. XXXVII. En [pour cela, pour servir son roi] doit hom perdre et du cuir et du peil, ib.

XIIe s. Et par ma barbe dont li pels est meslez, Ronc. p. 3. Il prent trois pox de l'ermin qu'ot vesti, Raoul de C. 4.

XIIIe s. Hai, hai, dit li quens [le comte], voirement se dist-on voir ; adiès [toujours] avera en templiers dou poil de l'ours [de la trahison ; voy. LOUP, à l'historique], Chr. de Rains, 205. Rous ot le poil comme renart, Ren. 101.

XIVe s. Les peulx, les ongles et les cheveux, H. de Mondeville, f° 9, verso.

XVe s. Il entendoit et congnoissoit beaucoup de choses aler contre poil qui n'estoient honnourables, Chastelain, Chron. du duc Phil. Intr. J'ay ouy dire depuis qu'il y eut du poil du loup envers le susdit Montauban et ses complices, J. Chartier, Hist. de Ch. VII, édit. de D. GODEFROY, p. 213. Je volle par coups. - Je tracasse Puis au poil, puis à la plume, Villon, Baillev. et Malep.

XVIe s. Nous sommes cuidiés, M. le legat et moy, prendre au poil [dans une négociation], Lett. de Louis XII, p. 132, dans LACURNE. Ceste humilité n'est point une modestie par laquelle nous quittions un seul poil de nostre droit pour nous abbaisser devant Dieu, Calvin, Instit. 597. Le poil au chef me herisse d'horreur, Du Bellay, J. VII, 65, verso. Il ne vous dict chose qu'il ne fasse, si vous luy eschauffez gueres le poil, Despériers, Cymbal. 85. Il avoit fait faire tout le poil d'un sergent avec des fusées, D'Aubigné, Faen. III, 5. Ce prince envieux prit cette occasion au poil pour faire un affront à d'Aubigné, D'Aubigné, Vie, LXXXIII. Les fleurs du saffran sont cueillies à la main, et d'icelles incontinent le poil est retiré avec les doigts, De Serres, 729. Le chien couchant fait au poil et à la plume, De Serres, 994. La couleur des peulx [cheveux] doit estre vaire et noire, Rozier histor. I, 4. Ils sont si bas de poil que c'est pitié, ils ont esté tant battus…, Villeroy, Mém. t. III, p. 25, dans POUGENS. Les hauts prez depuis la nostre dame de mars… jusqu'à ce que le poil [l'herbe] en soit dehors, Nouv. coust. gén. t. II, p. 1095. Un poil fait ombre, Cotgrave Le loup alla à Rome, et y laissa de son poil, et rien de ses coustumes, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « poil »

Du latin pilus (« poil »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. poi ; provenç. pel, pelh, peil ; catal. pel ; espagn. et ital. pelo ; du lat. pilus ; grec, πῖλος, feutre (voy. FEUTRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « poil »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
poil pwal

Citations contenant le mot « poil »

  • La Providence a mis du poil au menton des hommes pour qu'on puisse de loin les distinguer des femmes. De Epictète
  • Les restructurations d’entreprise sont en quelque sorte le poil à gratter de la mondialisation. De Pierre-Eric Tixier / Les Echos - 2 Novembre 2001
  • Poil par poil, toute la barbe viendra. De Proverbe russe
  • Un renard change de poil, non de caractère. De Suétone / Vespasien
  • L'ange, parfois, reprend du poil de la bête. De Gilbert Cesbron
  • Là où il y a du poil, il y a de la joie. De Proverbe français
  • La lune serait habitée, on n'oserait plus bronzer à poil sur les balcons. De Jean-Marie Gourio / Brèves de comptoir
  • Pourquoi arrive-t-il même aux imberbes d’être de mauvais poil ? De Bruno Masure / Comment se fait-ce ?
  • Un chien, un chat, c'est un coeur avec du poil autour. De Brigitte Bardot / T.F.1 - Juin 1991
  • Sur les planches, on est à poil, sans filet. C'est un peu les jeux du cirque ! De Catherine Jacob
  • Il vaut mieux être à poil dans un chef d'oeuvre qu'habillée dans un navet. De Victoria Abril
  • On sait que les cheveux considérés au microscope sont creux, ce qui explique l’expression : tuyau de poil ! De Alphonse Allais / Les Pensées
  • La littérature, c'est une manière subtile de mettre l'homme à poil, à son insu. De Ronald Després / Le Scalpel ininterrompu
  • La baise, c'est la vie. Fort de cette certitude qui me hante depuis que j'ai ma lucidité et du poil autour, je considère que la femme est un merveilleux cadeau. De Frédéric Dard
  • Loin du poil à gratter qui dérange et démange, les quatre lettres qui constituent le nom de la commune sont une richesse. , Nos villages aux noms burlesques : à Poil, dans la Nièvre, la pilosité intrigue | Actu
  • Mais un phénomène inexpliqué s’empare de notre menton : cet unique poil récalcitrant non identifié. Ses spécificités ? Sa rapidité d’apparition. Du jour au lendemain il est là, bien visible sur le bas du visage. Ses différences ? Sa nuance plus foncée et sa texture bien plus drue qu’un simple poil de duvet. Son point fort ? Il semble impossible à éradiquer. On a beau l’arracher, il finit toujours par repousser. , Voici pourquoi vous avez un seul poil qui pousse sur le menton… Alors que vous êtes une femme
  • "Si tu ne te mets pas à poil"... : cette menace que Chantal Goya n'oubliera jamais Public.fr, "Si tu ne te mets pas à poil"... : cette menace que Chantal Goya n'oubliera jamais
  • D'ordinaire réservé aux barbes des hommes, le rasoir de sûreté séduit de plus en plus de femmes. Et pour cause, il multiplie les bons points. Zoom sur une tendance au poil ! Magazine Avantages, Contre les poils, le rasoir de sûreté séduit - Magazine Avantages
  • Spectacle conférence gesticulée proposée par la MJC La Pépinière. Création d’Estelle Brochard du collectif l’ouvre-boites. Sur réservation Deux en Une, comme pour les shampoings. Estelle et sa clown Ludivine viennent vous parler du poil. L'une raisonnée, l'autre enflammée : un beau mélange. Avec humour, elles vont déconstruire les idées préconçues et autres diktats qui mènent la vie dure à la pilosité féminine. , « Le poil incarne » : Spectacle a Yutz
  • Le casting ? Il ne revêt qu’une importance infime, finalement. Certains noms (au hasard : Éric Dupond-­Moretti et Roselyne Bachelot) serviront de pâturage à quelques éditorialistes ruminants. Quelques cautions (au hasard : Barbara Pompili) feront disserter les mêmes sur la permanence du « en même temps ». Cela n’est pas sans nous rappeler les fameuses distributions sarkozystes. L’ancien secrétaire général adjoint de l’Élysée à cette époque – un certain Jean Castex – n’est pas le plus mal placé finalement pour cornaquer cet attelage. Macron II, suite lointaine de Sarkozy I. Ou comme l’on dit dans les Antilles : même poil, même bête. L'Humanité, Éditorial. Même poil, même bête | L'Humanité

Images d'illustration du mot « poil »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « poil »

Langue Traduction
Anglais hair
Espagnol cabello
Italien capelli
Allemand haar
Chinois 头发
Arabe شعر
Portugais cabelo
Russe волосы
Japonais ヘア
Basque ilea
Corse capelli
Source : Google Translate API

Synonymes de « poil »

Source : synonymes de poil sur lebonsynonyme.fr

Poil

Retour au sommaire ➦

Partager