La langue française

Plus

Définitions du mot « plus »

Trésor de la Langue Française informatisé

PLUS, adv., prép., subst. masc. et particule nég.

I. − Adv. de quantité
A. − Compar. de supériorité
1. [Dans un système compar., exprime une qualité ou une intensité supérieure, soit à cette même qualité ou intensité chez un autre être ou objet, soit à une autre qualité ou intensité]
a) [Le morph. compar., corrél. de plus (mais qui peut être sous-entendu) est la conj. que] Plus... (que).
α) [La compar. concerne un autre être ou objet; le terme comparé est]
[un adj. (ou un part.)]
Plus + adj. + que + prop.Plus convaincant que (ne) l'a été son prédécesseur.
Plus + adj. + que + subst./nom.Plus belle que sa soeur.
Tous plus + adj. + les uns que les autres, l'un que l'autre.Vous êtes tous plus entêtés les uns que les autres. Ils sont tous trois plus sots l'un que l'autre (Ac.1935).
Rien n'est plus + adj. + que (ou + de + inf.) (valeur de superl.), il n'y a pas/rien de plus + adj. + que (ou + de + inf.); quoi de plus + adj. + que...! (valeur emphatique).Il n'y a pas d'homme plus patient que toi avec les autres, plus doux, plus flatteur! (Chardonne, Épithal., 1921, p.243).Quoi de plus drôle, par exemple, que ce mariage de la petite cousine avec un général Bonaparte! (Radiguet, Bal, 1923, p.18).
Plus + adj.:
1. ... la contemplation de la mort, affecte bien plus notre âme pendant l'été que dans les autres saisons de l'année. Le ciel y paraît plus élevé, plus lointain, plus infini. Les nuages (...) y sont plus volumineux (...) la lumière et les spectacles du soleil à son déclin sont plus en accord avec le caractère de l'infini. Baudel., Paradis artif., 1860, p.432.
[un adv.]
Plus + adv. + que.Plus rapidement que lui.
Plus + adv.Plus vite! Une heure plus tôt, plus tard. «Si Metz avait capitulé un jour plus tard, si la deuxième armée était arrivée un jour plus tard devant la forêt d'Orléans, il aurait fallu de toute nécessité renoncer à l'investissement de Paris (...)» (Barrès, Cahiers, t.9, 1911, p.5).
[un subst. ayant une valeur d'adj.] C'est moi qui mérite la punition, implorait MmeGuillaume. Je suis plus enfant que lui (Arland, Ordre, 1929, p.488).
[un verbe]
Verbe + plus + prop.Elle l'aimait plus que ne l'aurait aimé une mère.
Verbe + plus + subst./nom.Elle l'aimait plus que son mari («plus qu'elle n'aimait son mari» ou «plus que ne l'aimait son mari»). Tâche de t'amuser plus que ta fille: car elle s'ennuie mortellement, quand elle n'est pas auprès de toi (Restif de La Bret., M. Nicolas, 1796, p.89).
Verbe + plus.Davantage. Il travaille plus en ce moment. Entré dans les hôtels, en travaillant plus pour gagner davantage (Bourget, Actes suivent, 1926, p.97).
β) [La compar. concerne une autre qualité ou intensité ou bien un autre procès ou une autre modalité du procès; le terme comparé est]
[un adj. (ou un part.) ou bien un adv.] Un gros rire bonhomme, beaucoup plus fin d'ailleurs qu'il n'en a l'air (Bernanos, Journal curé camp., 1936, p.1036).
Plus intelligente que belle. Toute cette turlupinade de laquelle on ne saurait dire si elle est plus grotesque que lugubre (Courteline, Ronds-de-cuir, 1893, 1ertabl., 2, p.36).
[Avec bon] Il est plus bon que juste (Grev.1975,§ 364a).
[un verbe]
[La compar. concerne le procès lui-même] Le Comte: J'estime le bon sens militaire plus que vous ne le croyez peut-être (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb., t.1, 1821, p.374).
[La compar. concerne les compl. du verbe] Dans toute cette conversation, Gilberte m'avait parlé de Robert avec une déférence qui semblait plus s'adresser à mon ancien ami qu'à son époux défunt (Proust, Temps retr., 1922, p.983).
[La compar. porte sur deux procès distincts] Elle l'estimait plus qu'elle ne l'aimait.
En partic. [La compar. concerne un autre lieu ou un autre temps] Elle l'aimait plus que lorsqu'il était jeune.
[Avec un adj. ou un subst. à valeur d'adj.] Le Négro (...): Li Mozabites, bonnes gens... Plus bonnes gens qu'à Laghouai (Lenormand, Simoun, 1921, 1ertabl., p.4).
[Avec un adv.] On les apercevait en effet, s'il se peut, encore plus rarement qu'aux Champs-Élysées (Bourges, Crépusc. dieux, 1884, p.131).
Plus que jamais. Elle l'aimait plus que jamais.
Rem. Plus peut être modifié par un multiplicatif: deux fois plus grand ou par un adv. d'intensité (beaucoup, bien, nettement, un peu, etc.): beaucoup plus grand, bien plus intelligente que belle. Que depuis mon retour à Paris je n'aie pas été porté à écrire me demeurait jusqu'à ce matin un peu plus mystérieux (Du Bos, Journal, 1927, p.140).
γ) [La compar. consiste à situer ce dont on parle sur une échelle et à le déclarer supérieur à une qualité signifiée par un adj. ou un subst. ou nom. à valeur d'adj. introd. par que] C'est plus que beau, c'est superbe. Un petit clerc de notaire vivant avec sa mère, tous deux plus que pauvres (Barrès, Cahiers, t.10, 1913, p.15).D'ici là, ma position peut devenir plus que brillante. Le tout est de commencer, de se mettre à pied d'oeuvre (Duhamel, Terre promise, 1934, p.13).
En plus + adj.Avec telle qualité, à un degré supérieur, par comparaison. Quand j'en approchai, je reconnus qu'elles [des montagnes] ne présentaient, en plus grand, que le même aspect stérile et dépouillé des montagnes de la Judée (Lamart., Voy. Orient, t.2, 1835, p.9).
δ) [Précédé d'un adv. nég., pour marquer l'égalité ou l'infériorité] Ni plus ni moins* que; ne guère*... plus que.
(Ne) pas plus... (que). Pas plus haut* qu'une botte. Je n'ai pas été plus à l'abri qu'un autre du prestige de ces brillantes chimères (Destutt de Tr., Idéol. 2, 1803, p.394).Ils ne regardaient pas plus la fleur, la gazelle ou l'oiseau, qu'ils ne s'occupaient de moi (Tharaud, Fête arabe, 1912, p.22).
Non plus que. Tu n'as aucune méfiance. Non plus que ton père (Bernanos, Joie, 1929, p.537).
b) [Dans une relation corrél. avec moins ou avec lui-même]
Plus..., plus/mieux/moins[Sert à indiquer une augmentation progressive, en corrél. avec un terme marquant une augmentation ou une diminution] Synon. à mesure* que, d'autant* plus que.
Plus..., (et) plus/mieux...Plus on est de fous, plus on rit (v. fou). Plus le soleil tape, mieux ça va pour la primeur: suffit d'arroser (Martin du G., Vieille Fr., 1933, p.1020).
Plus..., (et) moins*...; moins*..., (et) plus...; d'autant* plus que.
2. Empl. de nom. Une chose plus importante, une quantité ou une qualité supérieure. Synon. davantage.
a) Plus que + compl. du compar.Vouloir être plus que qqn; en savoir plus que les autres, qu'on n'en peut retenir, qu'on n'en veut laisser paraître. Elle avait peut-être plus à dire à son petit livre que son petit livre n'avait à lui dire (A. France, P. Nozière, 1899, p.144).Tous les jours sont des dimanches et plus que des dimanches (Péguy, Myst. charité, 1910, p.13).
b) Absol. [Comme compl. d'obj. dir. ou comme compl. circ. de quantité] Demander, dire, faire, gagner plus.
Et plus, ou plus.Il y a de grandes chances (...) pour que tous ces pauvres bougres attendent une demi-journée, ou plus, parqués sur un quai de gare, avant de pouvoir monter dans un train (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p.635).
Pas plus.Il écrivait une ligne par jour, pas plus (Renard, Journal, 1893, p.154).
Sans plus.Une ligne par jour, sans plus.
Un peu plus (et)... + ind. imp. ou p.-q.-parf.Il s'en est fallu de peu, il a (j'ai, tu as, nous avons, etc.) failli (faire, subir quelque chose). Père Ubu: Ouf, un peu plus, j'enfonçais ma chaise (Jarry, Ubu, 1895, i, 3, p.38).
Tant* et plus.
Il y a plus, je dirais même plus, bien plus, (et) qui plus est. [Pour renchérir sur ce qui est affirmé, en incise dans le discours] En outre. Synon. de plus, en plus (v. infra 3).Elle se charge de tout le reste. Il y a plus; n'ai-je pas déjà prouvé qu'elle recueille déjà les fruits du système guerrier (Robesp., Discours, Guerre, t.8, 1792, p.88).Si votre religion (...) exclut les pauvres et les humbles, elle n'est pas la vraie; bien plus elle est barbare et immorale (Renan, Avenir sc., 1890, p.319).On fait ici de très bonne musique et qui plus est, on y mange à merveille (Bernstein, Secret, 1913, i, 1, p.4).
c) Plus de, adj. déterminatif indéf. numéral ou quantitatif.[Suivi d'un nombre, d'une quantité, d'une expr. numérale, pour marquer le dépassement d'un nombre, d'une quantité] En quantité supérieure à. Anton. moins* de.Plus de la moitié; il est plus de minuit (synon. minuit passé*); enfant de plus de dix ans (synon. au-dessus de); il y a, voilà plus d'un an que. Les centres nerveux contiennent plus de douze milliards de cellules (Carrel, L'Homme, 1935, p.110).
Rem. 1. ,,Devant un nom de nombre, on emploie plus que, moins que quand on veut donner au second terme de la comparaison un relief plus accusé ou lui faire prendre une signification mathématique: Ce cep portait plus de vingt grappes, c'est-à-dire plus que vingt grappes ``(Littré, s.v. de, 24o) (...) 2. Avec à demi, à moitié, aux trois quarts, etc., on dit le plus souvent plus de, moins de; mais plus que, moins que sont corrects aussi: Cela est plus d'à demi fait (Ac.). −Cela est plus qu'à demi fait (Id.).`` (Grev. 1975, § 851a, rem. 1 et 2). Les racines mêmes de la force française, qui avaient entièrement subsisté en Alsace-Lorraine, étaient plus qu'aux deux tiers arrachées sur la Sarre (Barrès, Cahiers, t.12, 1919, p.14).
Ne... pas plus de + expr. numérale.En passant devant la loge dont les rideaux étaient encore tirés, elle calcula qu'il ne devait pas être plus de cinq heures et demie (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p.627).
Absol., empl. subst., fam., néol. Les plus de vingt/trente, etc. ans. Ceux qui ont dépassé le cap des vingt/trente, etc. ans. Les retraités (...) par des placements tranquilles effectués dans le secteur privé, les «plus de 60 ans» ont déjà enlevé 30 pour cent de toutes les actions cotées en bourse (Le Point, 11 avr. 1977, p.67, col. 1).
Plus d'un(e).Adj. indéf. Plusieurs, beaucoup de, bien des, maint. Plus d'une fois*, plus d'une personne, pour plus d'une raison. Pron. indéf. [Suivi d'un verbe au sing.] Mainte personne, plusieurs personnes. Plus d'un* a péri, s'y serait trompé.
Rem. ,,Il n'est pas rare que celui qui parle ou qui écrit ait dans l'esprit, en employant plus d'un, l'idée d'une pluralité, et mette le verbe au pluriel (...). Le verbe se met au pluriel si plus d'un est répété ou encore si l'on exprime la réciprocité`` (Grev. 1975, § 807b, N. B.).
Plus de + subst. sing. ou plur.Davantage de. Je les vendis [des meubles] (...) pour pouvoir disposer de plus d'argent et envoyer plus de fleurs à MmeSwann (Proust, J. filles en fleurs, 1918, p.578).
Plus de... que de/que si.Plus de peur que de mal*.
Pas plus de... que.Pas davantage de... que. Tu n'as (...) pas plus de caractère que mon petit doigt (Bernanos, Joie, 1929, p.538).
[En corrélation avec en, dont...] Ne... pas plus.Pas davantage. Le Docteur: Voyez comme vos valises se logent facilement (...). Il est même dommage que vous n'en ayez pas plus. Vous vous seriez mieux rendu compte des commodités de ma voiture (Romains, Knock, 1923, i, p.2).
3. Dans des loc.
a) Loc. subst.
(Tout) ce qu'il y a de plus + adj. (valeur de superl. emphatique). Au plus haut point, extrêmement, très. Les forces exhalées du fond de la nature et de l'histoire de la France se heurtaient à ce qu'il y a de plus stable ou de mieux lié dans le régime (Maurras, Kiel et Tanger, 1914, p.lxxv):
2. Les Choiseul sont tout ce qu'il y a de plus grand, ils sortent d'une soeur du roi Louis Le Gros, ils étaient de vrais souverains en Bassigny. Proust, J. filles en fleurs, 1918, p.725.
b) Loc. adv.
On ne peut plus + adj. (valeur de superl. emphatique). Au plus haut point, extrêmement, très. C'est on ne peut plus satisfaisant. Il me parle des années de grande ferveur religieuse qu'il a connues et se déclare on ne peut plus sensible au charme de certains amis catholiques (Green, Journal, 1929, p.13).
De plus en plus. Toujours plus, progressivement plus. On s'était assis devant la cheminée, de plus en plus près à mesure que l'on était plus loin dans la vie, et chacun se réchauffait à la grande flamme pétillante (Pesquidoux, Livre raison, 1928, p.105).
[Avec moins] Plus ou moins*; qui plus, qui moins*; ni plus ni moins*.
Absol. Il y a plus, je dirais même plus, bien plus, (et) qui plus est (supra 2 b).
De plus
[Précédé d'un subst., sert à marquer une supériorité ou un excédent par rapport à l'autre terme de la compar.] Quelque chose de plus, quoi de plus? rien de plus; raison* de plus (pour).
[Précédé d'une indication de nombre] Avoir quelques années de plus (que qqn); une fois* de plus. Il crevait d'orgueil parce qu'il y aurait peut-être un Cazenave de plus dans le monde (Mauriac, Génitrix, 1923, p.329).
P. ext. En supplément, de surcroît. Une heure de plus et il était mort. Une seconde de plus, et j'échouais à l'oral (Colette, Naiss. jour, 1928, p.8).
Absol. De plus... En outre (pour renchérir sur ce qui vient d'être dit). Synon. il y a plus, je dirais même plus, bien plus, (et) qui plus est (supra 2 b); en plus (infra).Il a pris son parti, et de plus il m'a prouvé, sans réplique, que je devais prendre le mien (Senancour, Obermann, t.2, 1840, p.187).Yves s'acquittait très bien de ce service. De plus, nous nous rencontrions journellement pour la manoeuvre (Loti, Mon frère Yves, 1883, p.42).
En plus
Par surcroît, en supplément. Synon. aussi, également, outre* cela, par-dessus le marché* (fam.), en prime* (fam.).Il a fallu qu'on se bute presque pour pouvoir reprendre nos fringues et quelques serviettes en plus (Céline, Mort à crédit, 1936, p.560).
Fam. [Dans le discours, pour renchérir sur une affirmation] De surcroît, en outre. Synon. (supra) de plus, il y a plus, je dirais même plus, bien plus, (et) qui plus est; par dessus le marché* (fam.), en prime* (fam.), outre* cela.Louise: Ne le grattez pas [un bouton], voyons. Jef: C'est qu'il me démange, en plus! (Achard, J. de la Lune, 1929, i, 1, p.3).
En plus de, loc. prép. Outre, en sus de, en outre de, en surplus de. Je ne puis pas choisir puisqu'en plus de ce que je souffre, je souffre aussi de ce qu'il souffre (Camus, Caligula, 1944, iv, 1, p.83).
Sans plus. Sans autre chose, sans ajouter quoi que ce soit. Pour le testament, il déclara sans plus au notaire: «Voilà. Si j'ai deux cent mille francs, chacune des petites en aura cent mille. (...)» (Pourrat, Gaspard, 1922, p.15).
c) Loc. conj.
Ni plus ni moins* que; non plus que (supra A 1 a); pas plus (...) que, (ne) pas plus que.
B. − Superl. rel. de supériorité. [Marque le degré maximal] Le/la/les plus.
1. Empl. adv. [Modifie un verbe, un adj., un adv.] Ce qui manque, frappe, marque le plus; la plus grande partie, la plus petite partie; le plus grand nombre:
3. ... l'ancien ami de mes parents avait pu présenter tour à tour les états successifs par où avaient passé ceux de sa race, depuis le snobisme le plus naïf et la plus grossière goujaterie jusqu'à la plus fine politesse. Proust, J. filles en fleurs, 1918, p.432.
[Suivi d'un subst. à valeur d'adj., ou d'un syntagme inf.] Les plus à plaindre n'étaient pas ceux qui s'en allaient, mais bien ceux qui restaient (Aymé, Jument, 1933, p.9).
[Avec valeur de neutre] C'est le plus important; parer au plus pressé*; le plus tôt sera le mieux*. C'est ce que vous ne comprendrez pas qui est le plus beau, c'est ce qui est le plus long qui est le plus intéressant et c'est ce que vous ne trouvez pas amusant qui est le plus drôle (Claudel, Soulier, 1919, 1rejournée, 1, p.652).
[Avec un adj. poss. ou dém.] C'est son plus grand mérite; dans sa plus tendre enfance. Cette idée est toute de Dieu, et pour ainsi dire sa plus forte expression sur les hommes (A. France, Orme, 1897, p.17).
[Suivi d'un compl. du superl.]
Le plus... + que + verbe.Le plus grand service que nous ont rendu les sports, c'est justement de nous préserver de la culture intellectuelle (Maurois, Sil. Bramble, 1918, p.16).
Le plus (...) possible.Le plus vite, le plus loin, le plus longtemps possible. Une certaine lumière vers laquelle il se dirige en évitant le plus possible de regarder à droite et à gauche (Du Bos, Journal, 1921, p.10).
Le plus... + de + subst. ou pron.Le plus beau du monde. La plus belle des roses, toute rouge, avec les feuilles de sa tige rougeâtres comme si elle avait saigné dessus (Montherl., Songe, 1922, p.5).
Au plus + adv. Au plus tard*, au plus tôt*.
Des plus + adj., littér., superl. abs. Parmi les plus, très. Un personnage secondaire et des plus effacés (Milosz, Amour. init., 1910, p.7).
Rem. 1. Il n'y a pas d'accord au plur. lorsqu'il s'agit du plus haut degré, sans compar. avec d'autres: Les pommes les plus chères; au moment où les pommes étaient le plus cher (d'apr. Davau-Cohen 1972; v. Grev. 1975, § 319). 2. De ces deux soeurs, la cadette est celle qui est le/la plus aimé(e) (d'apr. Ac. 1835).
2. Le plus de. [Suivi d'un subst. sing. ou plur.] La quantité maximale de, le nombre maximal de. Grande discussion sur Dieu, un des sujets qui font dire le plus de bêtises aux gens d'esprit (Goncourt, Journal, 1864, p.108).On a beaucoup plus respecté la vie humaine aux époques où elle a réellement le plus de valeur (Renan, Avenir sc., 1890, p.499).
Rem. L'astronomie est une des sciences qui fait/font [plus rare] le plus d'honneur à l'esprit humain (Ac. 1798). ,,Le dernier est plus usité`` (Ac. 1935). L'homme qui s'assouvit de la sorte n'a pas eu tout à fait le courage de dire à autrui, devant autrui, les choses qu'il croyait le plus vraies (Romains, Hommes bonne vol., 1939, p.6).
3. Le plus, en empl. de nom. Le maximum (dans l'ordre du possible). Le plus que je puis/puisse faire; le plus et le moins*:
4. Pharaon, qui du seuil de son palais contemplait cette marée montante de grenouilles d'un air ennuyé et dégoûté, en écrasait le plus qu'il pouvait du bout de son sceptre, et repoussait les autres de son patin recourbé. Gautier, Rom. momie, 1858, p.331.
Proverbe. Qui peut le plus, peut le moins*. Qui est capable de grandes choses, est censé être capable d'en réaliser de moindres.
(Tout) au plus, loc. adv.
Sans rien au delà (d'une limite extrême considérée, supposée). Il ne s'ouvrait pas davantage sur l'époque qui avait suivi. Tout au plus, quelques allusions à deux illustres savants français, Pasteur et Sainte-Claire-Deville, paraissaient-elles indiquer un séjour à Paris (Bourget, Actes suivent, 1926, p.4).
[Avec un numéral, sert à indiquer la quantité supérieure maximale d'une évaluation (notamment pour exprimer un temps, une somme, une valeur monnayée)] Au maximum. Dans deux heures au plus. Jamais ils ne rattraperaient, avec le boisage, les dix centimes diminués sur la berline. Au plus toucheraient-ils huit centimes (Zola, Germinal, 1885, p.1288).
II. − Prép. ou subst. masc. marquant l'addition
A. − MATH. [Traduit le signe de l'addition, ou de la valeur positive, écrit «+»] En ajoutant. Synon. et; anton. moins.Trois plus deux égale(nt)/font cinq. Il s'agit d'être logique, mais logique (...) comme le bon Dieu a été logique quand il a dit: 2 plus 2 égal 4! (G. Leroux, Myst. ch. jaune, 1907, p.37).
Le signe «plus» (écrit «+»). Signe d'un nombre positif. Empl. subst. Additionnez vos plus et vos moins. Si le résultat est positif, prenez contact avec nous en écrivant à: Havas Contact (L'Express, 7 oct. 1978, p.178, col. 2).
B. − Vieilli. [Dans la lang. admin., sert à énumérer des inventaires, des états de compte] Outre cela. Synon. item.Plus, une armoire d'acajou (Ac.).
C. − [Suivi d'un subst. déterminé] À quoi s'ajoute(nt), avec de surcroît. Adjugé x francs, plus les frais. Le matelot gagne cent francs par mois. La marine à voile paie les siens quatre-vingt-dix francs, plus la gainée: un du mille (Hamp, Marée, 1908, p.14).
D. − [Précédant un nombre positif, sert à désigner une quantité positive, ou certaines grandeurs au-dessus du point zéro, notamment pour exprimer la température supérieure à 0 degré C] Il fait plus dix (degrés de température au-dessus de zéro) (écrit + 10oC).
Rem. Néol., public., empl. subst. neutre. Un plus. Un surcroît, un avantage supplémentaire, un progrès. Une habitude à prendre: l'utilisation d'un produit de soin avant ou après le shampooing. D'une application simple et rapide (temps de pose: 1 à 20 mn). Ces soins sont un «plus» au shampooing habituel (Elle, 10 nov. 1980, p.78).
III. − Particule négative. Pas/non/ne... plus
A. − Non plus. [En prop. négative, dans une réponse, correspond à aussi dans une réponse affirmative] (Ni) moi non plus:
5. crockson: (...) Savez-vous comment faire pour ne plus être amoureux? rascasse: Non. crockson: Moi non plus! Achard, Voulez-vous jouer, 1924, I, 1, p.17.
B. − [Valeur négative, servant à marquer la cessation d'une action, d'un état] Anton. encore, toujours.Ne... plus; ne... presque plus; ne... plus guère*; ne... plus du tout*, ne... plus longtemps*, ne... plus rien. Je suis comme les vieux: je n'ai plus d'appétit (Renard, Journal, 1904, p.876).
[Dans le syntagme nom.] Non plus. Ce second point de vue, qui est celui de la connaissance et non plus de l'action (Bergson, Évol. créatr., 1907, p.150).
1. [Par rapport à l'avenir, sert à marquer la cessation de ce qui est] Désormais... ne pas. Ne plus savoir que faire; ne... presque plus, ne... plus guère*, ne... plus du tout*; n'en jetez* plus (fam.; v. jeter). Finis-la, ton histoire, et qu'on n'en parle plus (Péguy, Myst. charité, 1910, p.18).
Absol. Plus jamais*, jamais plus, plus du tout*, plus rien. Des souvenirs lui revenaient un à un, les nuits rieuses de la Mignotte, des heures de caresse où il se croyait son enfant, puis des voluptés volées dans cette pièce même. Et jamais, jamais plus! (Zola, Nana, 1880, p.1443).
2. [Par rapport au passé, sert à marquer dans le présent la cessation de ce qui était] N'avoir plus cours*, n'en plus pouvoir*, n'y plus tenir*, n'être plus très jeune*, jusqu'à plus soif*.
En partic. N'être* plus.
3. P. ell., plus de. [Sert à indiquer]
a) [la disparition de qqc., p.ell. de il n'y a/avait plus de] Synon. fam. fini le/la/les.La bonne: Il a deux millions, not' petit monsieur, et ni papa ni maman: plus de famille! (Tr. Bernard, M. Codomat, 1907, i, 3, p.142).Plus de chômage, plus de bras inoccupés! L'industrie allume de toutes parts ses foyers, partout s'élèvent les cheminées des sucreries! (Claudel, Pain dur, 1918, i, 1, p.412).
b) [le souhait de qqc., p.ell. de qu'il n'y ait dorénavant plus de] Plus de guerre!
Plus un...! Il n'y a/qu'il n'y ait plus un seul... Plus un moment à perdre! Le parterre est complètement rempli. Plus une place vide aux galeries et aux loges (Rostand, Cyrano, 1898, i, 3, p.29).Gabrielle: Tu es drôle, mon chéri... Le soir, tu as sommeil, et puis... Constant: Ah, non! de grâce! plus un mot à ce sujet! (Bernstein, Secret, 1913, i, 1, p.4).
4. [En corrélation avec ne... que restrictif] Il n'y a plus qu'à tirer l'échelle*; il ne fallait, ne manquait plus que cela! Cela ne tient plus qu'à vous; n'avoir plus que la peau et les os*. On n'attendait plus que le sous-préfet pour commencer la cérémonie (Arland, Ordre, 1929, p.10).
P. ell., fam. Plus qu'un*.
5. Loc. div.
À n'en plus finir*.
Sans plus + inf. On s'écrase sans plus se voir (Verhaeren, Camp. halluc., 1893, p.13).
Non plus... mais. [Pour rectifier une assertion] Non plus un homme qui prie, mais l'Église en sa personne officielle (Claudel, Offrande temps, 1919, p.520).
C. − Valeur affirmative, littér. [En prop. sub., après une princ. de sens négatif] Encore, davantage, désormais. Il leur défendit d'y plus songer (Ac.1935).Il n'est pas probable que j'opère jamais plus (Bourget, Sens mort, 1915, p.132).
Prononc. et Orth.: [ply] devant consonne, [plyz] devant voyelle et h muet: plus droite [plydʀwat], plus aimable [plyzεmab̥l], plus harmonieux [plyzaʀmɔnjø]. À la pause et devant que, tendance à restituer s final dans la prononc. sous l'infl. de l'orth., par souci de clarté ou sous l'effet de l'insistance (v. G. Straka, Formation de la prononc. fr., Strasbourg, Klincksieck, 1980, pp.237-244). Gattel 1841: ,,En général, l's se fait entendre dans plus, lorsqu'après on peut faire une pause``. Prononc. relevée mais rejetée ds Littré: ,,Quelques-uns font sentir l's quand plus termine un membre de phrase. (...) il faut dire, il en a plû``. Selon Barbeau-Rodhe 1930, hésitation entre [ply] et [plys] devant une pause sauf dans de plus, en plus, ne plus (où l'on doit prononcer [ply], également devant que, si plus n'est pas précédé d'autant, de non, de pas: [dotɑ ̃plykə], [nɔ ̃plykə], [paplykə]; [plys] quand plus signifie et, en outre ainsi que dans le terme d'alg. et d'arithm. Ds Warn. 1968 même position que ds Barbeau-Rodhe à la pause sauf pour de plus pour lequel Warn. accepte [ply] ou [plys]; comme Barbeau-Rodhe dans les mêmes conditions [ply] ou [plys] pour plus suivi de que et [plys] pour le terme de math. Rob.: ,,[La prononciation avec s final] tend à se généraliser pour éviter la confusion avec le plus négatif toujours prononcé [ply] et construit sans ne dans la langue populaire``. Ex. j'en veux plus ([plys] = davantage, [ply] = ne plus). Lar. Lang. fr. uniquement [plys] devant que et à la fin d'un groupe, sans condition. Martinet-Walter 1973: j'en veux plus [plys] à l'unanimité; sans plus [plys] en majorité. Étymol. et Hist.I. Compar. A. 1. fin xes. «davantage» (La Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 5: trenta tres anz et alques plus); 1remoit. xiiies. plus précédé d'un adv. ancor plus (Première Continuation de Perceval, éd. W. Roach, II, 2578); 2. ca 1050 plus avec un adj. «à un degré supérieur» (Alexis, éd. Chr. Storey, 548); ca 1135 plus avec un verbe (Couronnement Louis, éd. Lepage, 898); 3. ca 1050 plus que (Alexis, 58); 4. a) 1100 plus de devant un numéral «un nombre plus élevé» (Roland, éd. J. Bédier, 13); 1668 plus d'un avec un subst. (La Fontaine, Fables, VII, 14, éd. H. Régnier, t.2, p.74); b) fin xiies. plus de devant un subst. (Lai Cor, 355 ds T.-L.); 5. ca 1170 plus ... plus (Béroul, Tristan, éd. E. Muret, 876); 6. loc. adv. a) déb. xiies. ço que plus est (Benoît, Voyage St Brendan, 1770 ds T.-L.); 1461 et qui plus est (Villon, Testament, éd. J. Rychner et A. Henry, 1394); 1643 bien plus (Corneille, Polyeucte, IV, 6); b) 1176-81 sanz plus (Chrétien de Troyes, Chevalier au Lyon, éd. M. Roques, 67); ca 1350 sans plus avec un inf. (Passion Nostre seigneur, éd. E. J. Gallagher, 443); 1694 sans plus de avec un subst. (Ac.); c) ca 1275 de plus en plus (Adenet le Roi, Enfances Ogier, éd. A. Henry, 3570); d) 1530 tant et plus (Palsgr., p.860b); e) 1636 de plus (Monet). B. Empl. subst. 1530 le plus de tout «la plus grande quantité possible, le maximum» (Palsgr., p.850b); 1588 le plus (Montaigne, Essais, I, 40, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, 253: celles [lettres] qui me coustent le plus sont celles qui valent le moins). C. 1. 1546 plus marquant une addition dans une série d'objets (Rabelais, Tiers Livre, 45, éd. M. A. Screech, p.303); 2. 1613 «signe de l'addition» (Douot de Bar-Leduc, Les Elemens de la Géométrie d'Euclides Mégarien, 187 d'apr. FEW t.9, p.102a). II. 1. a) Ca 1050 ne ... plus «ne ... pas davantage» (Alexis, 110); 1314 «ne ... pas plus longtemps» (Henri de Mondeville, Chirurgie, I, 672 d'apr. Chr. Marchello-Nizia, Hist. de la Lang. fr. aux 14eet 15es., p.249); 1202 i n'ia plus à avec verbe (Renart, br. 18, 15656, éd. M. Roques); b) id. ne ... plus ... que (ibid., br. 19, 18669); 2. a) 1419 non plus que «pas plus que» (Journal Bourgeois de Paris, éd. A. Tuetey, 128); b) 1588 non plus (Montaigne, Essais, I, 23, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p.122). III. Superl. 1. adv. a) ca 1050 plus placé devant un adj. (Alexis, 624); 1100 plus placé devant un adv. (Roland, 1184); id. plus placé devant un subst. (ibid., 1818); b) id. des plus «parmi les plus» (ibid., 24); c) 1450-61 plus suivi d'une prop. rel. au subj. (Pathelin, éd. R. T. Holbrook, 416: La plus rebelle villenaille, qui soit); d) 1590 plus suivi d'une prop. rel. (Montaigne, Essais, I, 31, 212); 2. nom. a) ca 1050 «le plus grand nombre, la majorité» (Alexis, 564); ca 1140 le plus de (Geffrei Gaimar, Histoire des Anglais, éd. A. Bell, 1447); b) loc. adv. ca 1195 au plus «au maximum» (Ambroise, Guerre sainte, 1620 ds T.-L.); 1538 tout au plus (Est.); 3. 1461 le plus que avec un subst. (Villon, op. cit., 849: mon plus que pere); 1558 le plus que avec un adj. (St Gelays, II, 80 ds IGLF: le plus que grand Charles, duc d'Orléans). Du lat. plus «une plus grande quantité; davantage»; plus accompagnant un adj. a tendu, de bonne heure, comme magis, à remplacer le compar. et dans ce sens plus, soutenu par minus avec lequel il faisait couple, a concurrencé magis, et même s'est substitué à lui. Fréq. abs. littér.: 400631. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 602698, b) 522354; xxes.: a) 535635, b) 587548. Bbg. Engver (K.). Place de l'adv. déterm. un inf. ds la prose du fr. contemp. Uppsala, 1972, p.22, 38. _ Faucher (E.). Les Machines comparantes. Verbum. 1978, t.1, pp.46-54. _ Fauconnier (G.). Rem. sur la théorie des phénomènes scalaires. Semantikos. 1976, t.1, no3, p.31. _ Foulet (L.). Le plus quantitatif et le plus temp. Mél. Roques (M.) 1946, pp.131-147. _ Gaatone Nég. 1971, p.35; pp.37-38. _ Jonas (P.). Les Syst. compar. à deux termes en anc. fr. Bruxelles, 1971, p.31, 95, 186, 190, 390, 479. _ Le Flem (D. C.). Syst. de la compar. en fr. contemp. Congrès Internat. de Ling. et Philol. Rom. 14.1974. Naples, 1979, pp.493-517. _ Morel (M.-A.). Ét. sur les moy. gramm. et lex. propres à exprimer une concess. en fr. contemp. Thèse, Paris, 1980, pp.395-421. _ Roggero (J.). Le Quantificateur minimal. Sigma. 1980, no5, pp.115-137. _ Vikner (C.). Les Auxil. négatifs. R. rom. 1978, t.13, no1, pp.88-109. _ Westrin (M.). Ét. sur la concurrence de davantage avec plus ds la pér. allant de 1200 à la Révolution. Lund, 1973, 133 p._ Yvon (H.). Le, la, les, art. ou pron. Fr. mod. 1950, t.18, pp.247-258.

Wiktionnaire

Adverbe 1

plus \ply\ ou \plys\

  1. Comparatif de beaucoup. On peut l’utiliser avec que. (\plys\)
    • Ne m’en dites pas plus. — Vous n’offrez pas assez, donnez quelque chose de plus.
  2. (Avec de) Comparatif de beaucoup de. Davantage de. On peut l’utiliser avec que. (\plys\)
    • Il y a plus de gens qu’hier.
  3. (Avec un adjectif ou un adverbe) Indique le comparatif d’un adjectif ou d’un adverbe. Davantage. On peut l’utiliser avec que. (\ply\)
    • Si vous préparez la crème anglaise la veille, elle n'en sera que plus parfumée et plus savoureuse. — (Valérie Lhomme, Soupes & veloutés, Larousse, 2011)
  4. (Avec le) Superlatif de beaucoup, comme un adverbe pour le verbe. Le premier en quantité ou en intensité. (\plys\)
    • Les livres que j’ai le plus aimés.
  5. (Avec un déterminant défini comme le, mon, etc., et avec un adjectif ou un adverbe) Indique le superlatif d’un adjectif ou d’un adverbe. Le premier en cette qualité, ou au pluriel, du premier à un certain rang. (\ply\) Note d’usage : L’adverbe prend toujours la forme au masculin singulier le plus.
    • La porcelaine, cette matière céramique la plus parfaite, résulte de la liaison à une température très élevée, de l’infusible kaolin et du fusible feldspath, en une masse homogène. — (Le Siècle du rococo : art et civilisation du XVIIIème siècle, Residenzmuseum München, H. Rinn, 1858, p. 223)
    • L’ortie de Chine ou Bœhmérie, nommée mai et tchou-ma par les Chinois et cay-gai par les Annamites, est, après le coton, la plante textile la plus cultivée dans toute l’Indo-Chine. — (Dr Thorel, « Agriculture et horticulture de l'Indo-Chine », dans Voyage d'exploration en Indo-Chine : effectué pendant les années 1866, 1867 et 1868 par une commission française présidée par M. le Capitaine de frégate, Doudart de Lagrée […], tome 2, France : Commission d'exploration du Mékong & Paris : Librairie Hachette, 1873, p. 409)
    • Il est l’homme le plus grand du monde.
    • Ma plus belle histoire d’amour.
    • Les trois pays les plus peuplés du monde sont la Chine, l’Inde et les États-Unis.
    • Paris est l’une des plus belles villes du monde.
    • Elle court le plus vite de ma classe.
  6. Employé avec répétition, ou avec moins pour indiquer une relation proportionnelle. (\ply\)
    • Bon, bon ! répondit le roi avec son sourire fauve, plus il y en aura, plus nous serons contents ; amenez, amenez, Henri. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre III)
    • Dans cet emploi, une tournure littéraire est d’inverser le sujet dans le second membre : Plus votre rang vous distingue des autres, plus devez-vous vous en approcher ; plus devez-vous, pour user de cette expression, vous humaniser ; plus devez-vous avoir de douceur, de modération, de charité. — (Louis Bourdaloue, Sermon sur l’ambition, deuxième partie, in Chefs-d’œuvre oratoires de Bourdaloue, Garnier-Frères libraires-éditeurs, Paris, s. d., page 317)
    • L’usage classique permet de rejeter plus ou moins après le groupe verbal du second membre : Enfin plus vous m’aimez, je vous aimerais moins. — (Abbé Claude Boyer, Aristodème, acte II, scène 4 ; Toussainct Quinet, Paris, 1649, page 30)
    • J’étais écœurée de son attitude, elle jouait les étonnées et essayait de me persuader que c'était Jojo qui avait tapé ce courrier. Elle devait se payer ma tête, mais plus elle essayait de me persuader, plus elle s'enfonçait, […]. — (Catherine Podgorski, Charlatan, Scélérat, Menteur! Je vous présente mon employeur, Éditions Publibook, 2001, page 68)
    • Puis, en grosses lettres, cette phrase : « Plus il y aura d'acheteurs de blé, meuniers ou négociants, plus les agriculteurs vendront le leur facilement et cher. »
      Il est hors de contestation que, si des éléments de concurrence nouveaux devaient surgir, le cultivateur y trouverait son compte.
      — (Annales de la Chambre des députés : Débats parlementaires, Paris : Imprimerie du journal officiel, 1921, page 1002)

Adverbe 2

plus \ply\ invariable

  1. Avec la négation, il sert à marquer la cessation d’une action ou d’un état, la privation d’un bien. Cela provient de l’expression euphémique ancienne « pas plus » (l’équivalent du "nicht mehr" allemand).
    • La baguette magique agitée opportunément pour chercher à se faire élire ne suffit plus, ne convainc plus. — (André Guillemaut, Elections présidentielles 2012, Éditions Publibook, 2011, page 14)
    • Je n’y pense plus. — Il n’a plus envie d’y retourner.
  2. (Par ellipse) (Avec de) Il n’y a plus, il ne faut plus.
    • Plus de crainte, tout est fini !
  3. (Vieilli) Sans négation, dans le corps de la phrase, il s’emploie dans le sens d’encore, davantage, désormais.
    • Il leur défendit d’y plus songer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PLAIRE. (Je plais, tu plais, il plaît; nous plaisons, vous plaisez, ils plaisent. Je plaisais. Je plus. Je plairai. Plais. Que je plaise. Que je plusse. Plaisant. Plu.) v. intr.
Agréer, être agréable. Cet homme-là me plaît beaucoup. Il a tout ce qui peut plaire. Elle n'est pas très belle, mais elle plaît à tout le monde. Elle n'a qu'à se montrer pour plaire. Elle a le don, le secret, l'art de plaire. Cet ouvrage plaît à ma raison. De telles actions plaisaient à son cœur. Cela vous plaît à dire, Locution familière servant à faire connaître qu'on ne convient pas de ce qui vient d'être dit, ou à énoncer un refus. Vous prétendez que c'est un honnête homme; cela vous plaît à dire.

PLAIRE s'emploie aussi impersonnellement, en parlant d'une Chose qu'on veut, qu'on a pour agréable. Il me plaît de faire ceci. Il a plu à Dieu de finir ses misères. Il n'en sera que ce qu'il vous plaira. Je ferai ce qu'il vous plaira. Comme il vous plaira. Il ne me plaît pas que vous alliez là. Il fait de ses amis tout ce qu'il lui plaît. Fig., Cela va comme il plaît à Dieu, se dit d'une Affaire dont la conduite est abandonnée, négligée. S'il vous plaît, employé absolument, est un simple terme de civilité. Donnez-moi cela, s'il vous plaît. Répondez, s'il vous plaît, à la question que je vais vous faire. C'est aussi une façon de donner à ce qu'on dit plus de force et un accent plus impérieux. Croyez, s'il vous plaît, que je sais ce que je dis. N'allez pas, s'il vous plaît, vous imaginer que je vous laisserai faire. Dans le style familier, une personne qu'on appelle répond quelquefois Plaît-il! c'est-à-dire Que vous plaît-il? Le plus souvent, on emploie cette formule pour faire répéter ce qu'on n'a pas bien entendu ou parfois ce qu'on ne veut pas avoir entendu. Plaise à Dieu, plût à Dieu que, Façons de parler dont on se sert pour marquer qu'on souhaite quelque chose. Plaise à Dieu qu'il revienne sain et sauf! Plût à Dieu que cela fût! On dit aussi absolument Plût à Dieu! À Dieu ne plaise, ce qu'à Dieu ne plaise, Façons de parler dont on se sert pour témoigner l'éloignement ou l'aversion que l'on a pour quelque chose. À Dieu ne plaise que j'y consente jamais. S'il meurt, ce qu'à Dieu ne plaise, je quitterai cette maison. Plaise, Formule dont on se sert dans quelques écrits ou mémoires qu'on présente aux magistrats. Plaise à la cour.

SE PLAIRE signifie Prendre plaisir à quelque chose. Il se plaît à lire. Elle se plaît à vous mettre en colère. Il ne se plaît qu'à faire du mal. Il ne se plaît à rien. Elle s'est plu à vous contredire. Ils se sont plu à me persécuter. Il signifie aussi Aimer à être dans un lieu, s'y trouver bien. Il se plaît à la campagne. C'est un des endroits où je me plais le plus. Il se dit, en ce sens, des Animaux. Le gibier se plaît dans les taillis. Les truites se plaisent dans l'eau vive. Il se dit aussi des Plantes. La vigne se plaît dans les terres pierreuses. Le sapin se plaît sur les montagnes. Se plaire à soi-même, Être content de soi. Se plaire l'un à l'autre, Être agréable l'un à l'autre.

Littré (1872-1877)

PLUS (plû ; l's se lie : plu-z actif ; quelques-uns font sentir l's quand plus termine un membre de phrase : il en a plus' ; Regnier Desmarets remarque, à la fin du XVIIe siècle, qu'on faisait sonner les consonnes finales des mots qui terminaient la phrase : il pleut' ; cela ne se fait plus et il faut dire : il en a plû ; Vaugelas remarque qu'autrefois on ne prononçait pas l'l tout en l'écrivant, mais qu'aujourd'hui on la prononce ; la prononciation pû est restée populaire, surtout dans les campagnes)

Résumé

  • 1° Une plus grande quantité.
  • 2° Plus servant de régime direct à un verbe.
  • 3° Il y a plus, bien plus, qui plus est.
  • 4° Plus construit avec à.
  • 5° Plus construit avec de.
  • 6° Plus construit avec en.
  • 7° Pour le plus, synonyme de au plus.
  • 8° En algèbre, signe d'addition.
  • 9° Plus pris adverbialement et devenant un signe de comparaison.
  • 10° Et plus exprimant une addition, une augmentation indéterminée.
  • 11° Plus que suivi d'un adjectif ou d'un substantif, et indiquant que la qualité dont il s'agit est dépassée.
  • 12° Plus suivi de que et d'un membre de phrase demande ne.
  • 13° Ne… pas plus… que, signifiant que la chose n'existe pas plus d'un côté que de l'autre.
  • 14° Plus de, pour plus que.
  • 15° Plus d'un.
  • 16° Plus avec la négation signifie la cessation de quelque état, de quelque action.
  • 17° Absolument et sans négation, indique qu'un état a cessé ou doit cesser.
  • 18° Plus sans négation signifie : encore, de nouveau.
  • 19° Plus servant au superlatif relatif.
  • 20° Le plus, adverbe.
  • 21° Plus employé sans article au sens superlatif.
  • 22° Absolument, plus signifiant outre cela.
  • 23° Plus devenant un seul et même mot avec un autre mot.
  • 24° Sans plus.
  • 25° Tant et plus.
  • 26° Plus ou moins.
  • 27° D'autant plus.
  • 28° Plus… plus, ou plus… moins.
  • 29° Plus… tant plus, ou tant plus… tant plus.
  • 30° Non plus.
  • 31° Ni plus ni moins que.
  • 32° De plus en plus indiquant progrès en bien ou en mal.
  • 33° Qui plus, qui moins.
  • 34° Plus tôt, plus tard, plus loin.
  • 1 S. m. Une plus grande quantité. Le plus qu'un auteur de bon sens doive prétendre…, Scudéry, les Conversations, Dialogue. Ces gnomons ne sont que de grands quarts de cercle, mais plus justes à proportion de leur grandeur, et ce plus de justesse paye assez tous les soins presque incroyables de leur construction, Fontenelle, Bianchini. Qui a le plus a, dit-on, le moins ; cela est faux, Vauvenargues, Œuv. compl. t. II, p. 59, dans POUGENS. Le plus ou le moins de production tient beaucoup plus à la grandeur qu'à la forme [des quadrupèdes], Buffon, Quadrup. t. VI, p. 182.

    Être sur le plus ou sur le moins avec quelqu'un, être en délicatesse sur les civilités réciproques, craindre de lui en faire plus qu'il ne faut. Quand je vois de certaines gens qui me prévenaient autrefois par leurs civilités, attendre que je les salue et en être avec moi sur le plus ou sur le moins, La Bruyère, VI.

    Familièrement. Il faut qu'il y ait du plus ou du moins à cela, c'est-à-dire probablement la chose n'est pas précisément comme on le dit.

    Il ne s'agit entre eux que du plus ou du moins, la différence ne va que du plus au moins, c'est-à-dire il n'est plus question entre eux, à propos de la conclusion d'un marché, d'une transaction, que d'une différence en plus ou en moins dans le prix.

  • 2Plus servant de régime direct à un verbe. Pour vous, estimez plus qui plus vous donnera, Régnier, Sat. XII. Faisons plus, mes amis ; jurons d'exterminer…, Voltaire, M. de Cés. II, 4. J'ai profité de tous les moments que ce grand prince et, pour plus dire, ce digne homme a passés ici, Rousseau, Lett. à du Peyrou, 9 oct. 1757.

    N'en pouvoir plus, voy. POUVOIR, verbe.

  • 3Il y a plus, bien plus, qui plus est, loc. adv. En outre (locutions où plus est évidemment substantif). C'est un joueur ; il y a plus, c'est un fripon. Il ne m'a pas obligé ; bien plus, il m'a desservi. Enfant d'Adam, mortel, et, qui plus est, ennemi de Dieu, Fléchier, I, p. 64. Il m'est venu dans l'esprit de vous mettre chez un vieil apothicaire de mes parents, et, qui plus est, de mes amis, Lesage, Estev. Gonz. 17.
  • 4Plus construit avec la préposition à.

    Au plus, tout au plus, loc. adv. qui exprime le plus haut point où une chose soit parvenue ou puisse parvenir. Il aura tout au plus le temps d'arriver. Dans deux heures au plus, par un commun accord, Le sort de nos guerriers réglera notre sort, Corneille, Hor. I, 4. Ils ne peuvent au plus qu'être les premiers d'une seconde classe, La Bruyère, I. Je l'offensai ; mais des traits d'imprudence Dignes, au plus, d'un châtiment léger, Méritaient-ils cet excès de vengeance ? Malfilâtre, Narcisse, III.

    Anciennement. Au plus de, loc. prép. à la pluralité. L'on eut peine à consentir à cette proposition, elle passa toutefois au plus de voix, Retz, II, 111.

  • 5Plus, construit avec la préposition de.

    De plus, en sus. Je suis tout ce qu'elle et, est reine encor de plus, Corneille, Sertor. II, 2. Mardochée est coupable ; et que faut-il de plus ? Racine, Esth. II, 1. Les maris aiment mieux, ils m'en seront témoins, Une vertu de plus, et deux grâces de moins, Lanoue, Coquette corr. III, 3.

    De plus, en outre. De plus, il faut remarquer. L'oisiveté étouffe les talents, et de plus engendre les vices.

    De plus que. Il a la tête de plus que moi.

    On emploie de même plus que. Je puis me vanter au moins qu'ils [mes canons] ont un grand quartier plus que ceux qu'on fait, Molière, Préc. 10. Cela m'a arrêtée un jour plus que je ne pensais, Sévigné, 18 sept. 1684. J'avais un fermier qui m'offrait deux cents livres plus que Lapierre, Sévigné, 20 juill. 1694. Bien qu'elle ait dix ans plus que moi, Béranger, Passez j. filles.

    Rien de plus, rien en sus. Il ne demande rien de plus.

    On dit aussi rien plus. Que demanda-t-elle à Dieu ? - Sa grâce, rien plus, Fléchier, Dauph.

  • 6Plus construit avec la préposition en.

    En plus, en outre. Des sommes en plus.

  • 7 Anciennement. Pour le plus, synonyme de au plus. C'est une sorte d'oisiveté… ou, pour le plus, une occupation languissante et paresseuse, Guez de Balzac, le Prince, ch. 7.
  • 8 Terme d'algèbre. Signe de l'addition. A + B signifie : A plus B. Les plus et les moins multipliés l'un par l'autre.
  • 9Plus pris adverbialement devient un adverbe de comparaison indiquant supériorité en nombre, en quantité ; que, s'il y a lieu, unit les deux termes de comparaison.

    Avec de et un substantif. Tu n'as frappé mes yeux d'un moment de clarté Que pour les abîmer dans plus d'obscurité, Corneille, Hor. III, 1. Un seul rocher ici lui coûte plus de têtes, Plus de soins, plus d'assauts et presque plus de temps Que n'en coûte à son bras l'empire des Persans, Racine, Alex. II, 2.

    Avec un adjectif, un verbe ou un adverbe. Un oracle jamais ne se laisse comprendre ; On l'entend d'autant moins que plus on croit l'entendre, Corneille, Hor. III, 3. L'envie est plus irréconciliable que la haine, La Rochefoucauld, Max. 328. Qui est plus criminel, à votre avis, ou celui qui achète un argent dont il a besoin, ou bien celui qui vole un argent dont il n'a que faire ? Molière, l'Av. II, 3. Nul ne leur a plus fait acheter la victoire [aux Romains], Racine, Mithr. V, 5. Rien de plus urgent que de l'enlever [Napoléon sorti de l'île d'Elbe] de dessous les yeux de l'Europe et de le transporter au plus tôt le plus loin possible, Villemain, Souvenirs contemp. les Cent Jours, ch. II.

    Il se dit même devant une préposition suivie de son régime. Rien ne serait plus raisonnable et plus selon l'humanité que de…, Buffon, De la vieill. et de la mort.

    Plus pour mieux, plutôt. On aurait plus deviné de le prendre [Corbinelli] pour un capitaine de cavalerie que pour un homme d'affaires, Sévigné, 8 janv. 1683.

    Plus que jamais, plus qu'en aucun temps. On l'aime plus que jamais.

    Tous plus entêtés les uns que les autres, se dit de gens très entêtés. " Cette façon de parler, dit Bouhours, que nous avons vue naître et qui était inconnue sous le règne de Louis XIII, fut reçue comme ayant je ne sais quoi de vif et d'agréable. Elle a un caractère de nouveauté qui la rend suspecte ; et M. de Méré a raison de dire : il faut éviter tout ce qui fait semblant d'avoir de l'esprit, comme : elles sont trois sœurs toutes plus laides l'une que l'autre. " La locution a cessé d'être nouvelle, et elle est reçue.

    N'être pas plus (avec un adjectif)… que de, être au plus haut point ce qui est marqué par l'adjectif. Ils ne seront pas plus ravis que de voir pendre un Limosin, Molière, Pourc. III, 2.

    On ne peut plus, au plus haut point (par ellipse de l'épithète qui précède). N'êtes-vous pas bien contente ? - On ne peut pas plus, Campistron, l'Amante amant, IV, 11.

    Plus encore, de préférence, plutôt. Il racontait avec plaisir les services que son aïeul avait rendus à Henri IV, et plus encore les conseils sages et libres qu'il lui donnait, Fléchier, Duc de Mont.

    De explétif devant plus pris comparativement (voy. DE, n° 7) ; cet emploi n'est plus usité. Rien ne paraît de plus inhumain que de…, Méré, Œuv. posth. p. 82. Ce qui est de plus admirable, c'est qu'au milieu de tant de faiblesse…, Bossuet, Panég. St-Paul, Préambule.

  • 10Et plus, exprime une addition, une augmentation indéterminée. Il est annoncé que ce monde durera mille ans et plus, Dicton de paysans. Après mille ans et plus de guerre déclarée, La Fontaine, Fabl. III, 13.
  • 11Plus que, suivi d'un adjectif ou d'un substantif, indique que la qualité dont il s'agit est dépassée. Au nom des dieux, ne me le nommez pas ; Son nom seul me prépare à plus que le trépas, Corneille, Sur. I, 2. Qu'on me rende impotent, Cul-de-jatte, goutteux, manchot, pourvu qu'en somme Je vive ; c'est assez, je suis plus que content, La Fontaine, Fabl. I, 15. Aimez ma république et soyez plus que reine, Voltaire, Brutus, III, 5. Salomon a dit Que femme sage est plus que femme belle, Voltaire, Ce qui plaît. Il se dit absolument et sans complément en un sens analogue. Sois toujours un héros ; sois plus, sois citoyen, Voltaire, Brutus, IV, 6.
  • 12Plus suivi de que et d'un membre de phrase demande ne ; voy. NE, n° 15.

    Mais on ne met jamais ne pas. Ainsi cette phrase est incorrecte : Vous avez plus faim que vous ne pensez pas, Molière, l'Ét. IV, 3.

  • 13Ne… pas plus… que, signifie quelquefois que la chose dont il s'agit n'existe ni d'un côté ni de l'autre. Il n'est pas plus riche que moi, nous ne sommes riches ni l'un ni l'autre. Je ne le connais pas plus que vous ne le connaissez, Dict. de l'Acad. Descendu sur ce petit amas de boue, et n'ayant pas plus de notion de l'homme que l'homme en a des habitants de Mars, ou de Jupiter, Voltaire, Traité de métaph. I.
  • 14Plus de, pour plus que, en quantité supérieure à. Mais un fripon d'enfant (cet âge est sans pitié) Prit sa fronde et du coup tua plus d'à moitié La volatile malheureuse, La Fontaine, Fabl. IX, 2. Nos deux furies entendirent plus d'à demi ces paroles, La Fontaine, Psyché, I, p. 76. Pourquoi ne céderait-on pas aux descendants des Mexicains et des Péruviens quelques portions de ces terres qui faisaient leur domaine, puisqu'elles sont si vastes et plus d'aux trois quarts incultes ? Buffon, Minér. t. IV, p. 342.

    On dit aussi plus que. La course de mes jours est plus qu'à demi faite, Racan, S. la retraite.

    Des grammairiens ont soutenu qu'en ces locutions on ne pouvait pas dire plus que ; c'est une erreur. Que est la forme usuelle après plus, et il n'y a aucune raison pour la déclarer incorrecte et la condamner en ces cas. Plus de est un archaïsme, voy. DE, n° 24.

    Il ne faut pas confondre avec le plus de précédent, plus de dans les locutions suivantes : Cela est plus long d'un quart ; il est plus grand que moi de toute la tête. De n'est pas ici le complément du comparatif, il exprime simplement un rapport de mesure.

  • 15Plus d'un, pour plus qu'un, voy. UN.
  • 16Plus, avec la négation, signifie la cessation de quelque action ou de quelque état, ou l'absence de quelque chose qu'on avait auparavant. N'espérons plus, mon âme, aux promesses du monde, Malherbe, I, 3. Rien plus ne le retarde, et déjà ses trompettes Aux confins de l'Artois lui servent d'interprètes, Corneille, les Vict. du roi en 1667. Je ne reverrai plus ces beaux paysages, ces forêts, ces lacs, ces bosquets, ces rochers, ces montagnes dont l'aspect a toujours touché mon cœur, Rousseau, 8e prom.

    N'être plus que, être réduit à l'état de. L'époux et l'épouse ne sont plus qu'une même cendre, Fléchier, Duc. de Mont.

    Absolument. N'être plus, avoir cessé, avoir disparu. Comme les mœurs anciennes n'étaient plus, que des particuliers avaient des richesses immenses…, Montesquieu, Rom. 8.

    Il n'est plus, il a cessé de vivre. Je vais m'endormir dans la poussière du tombeau, et, quand vous me chercherez le matin, je ne serai plus, Sacy, Bible, Job, VII, 21. C'est au temps seul à confirmer la réputation des grands ouvrages ; les artistes ne sont bien jugés que quand ils ne sont plus, Voltaire, Ess. poés. épiq. IX.

  • 17Absolument et sans négation, plus s'emploie pour dire qu'une action ou un état doit cesser ou a cessé. Ah ! seigneur, plus d'empire, à moins qu'avec Plautine, Corneille, Othon, IV, 2. Alors plus de romans qui vous firent tant rire, Et plus de dom Japhet, qui plurent tant au roi ; Plus de vers, plus de prose, en un mot plus de moi ; De tous ces plus, le dernier est le pire, Scarron, Poés. div. Œuv. t. VII, p. 619, dans POUGENS. Plus de larmes, je vous en prie ; elles ne vous sont pas si saines qu'à moi, Sévigné, 19. Non, non, plus de pardon, plus d'amour pour l'ingrate, Racine, Mithr. IV, 5. Plus de jardin, plus de ruisseau, plus de paysage ; la maison qu'elle occupait était sombre et triste, Rousseau, Confess. v.
  • 18Sans négation, encore, de nouveau. Mais d'aller plus à ces batailles…, Malherbe, III, 1. Les Mores ont appris par force à vous connaître, Et, tant de fois vaincus, ils ont perdu le cœur De se plus hasarder contre un si grand vainqueur, Corneille, Cid, II, 7. Enfin, madame, il est temps de vous rendre ; Le besoin de l'État défend de plus attendre, Corneille, Héracl. I, 2. Tais-toi, si jamais plus tu me viens avertir…, Corneille, Ment. I, 5. Si j'y retombe plus, je veux bien qu'on m'affronte, Molière, École des femmes, II, 6. Il [le roi] leur déclara [à Mlle de Montpensier et à Lauzun]… qu'il leur défendait de plus songer à ce mariage, Sévigné, 10. Permettez-moi de vous dire que je romprai tout commerce avec vous, si je vois plus dans vos lettres ce grand vilain mot de monsieur au haut de la page, avec quatre doigts entre deux, Boileau, Lett. à Brossette, 10 juill. 1701.
  • 19Plus, précédé de l'article ou d'un adjectif possessif, exprime le plus haut degré de comparaison ou superlatif relatif des grammairiens. Il a vendu son plus beau cheval. Chacun pense en être si bien pourvu [du bon sens], que ceux mêmes qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont, Descartes, Méth. I, 1. Le plus semblable aux morts meurt le plus à regret, La Fontaine, Fabl. VIII, 1. Le plus sûr est ne se point mettre à table, La Fontaine, Conf. Ayez tous les jours devant les yeux la mort et les maux qui semblent les plus insupportables, et jamais vous ne penserez rien de bas, Pascal, Entret. avec M. de Saci. Qui choisirons-nous ? le plus vertueux, le plus sage, le plus vaillant ? mais nous voilà incontinent aux mains : chacun dira qu'il est ce plus vertueux, ce plus vaillant, ce plus sage, Nicole, Ess. Traité de la grandeur, I, 5. Les bêtes féroces, telles que les lions, sont celles qui ont des muscles les plus gros aux épaules, aux cuisses, etc. Fénelon, Exist. 19.

    On peut mettre l'article indéfini au substantif, et faire suivre ce substantif de le plus, la plus. George Dandin ! George Dandin ! vous avez fait une sottise la plus grande du monde, Molière, G. Dand. I, 1. Elle se prend d'un air le plus charmant du monde aux choses qu'elle fait, Molière, l'Av. I, 2.

    Le plus, devant une locution composée, prise adverbialement. La manière d'écrire d'Épictète, de Montaigne, est la plus d'usage, qui s'insinue le mieux, qui demeure le plus dans la mémoire, Pascal, VII, 17 bis, éd. HAVET.

    Le plus homme de bien, les plus gens de bien, l'homme, les hommes qui ont le plus de probité. L'Écriture sainte, les Pères, les plus gens de bien, Malebranche, Rech. vér. éclairc. l. VI, t. IV, p. 300, dans POUGENS. Euripide, voulant reprocher aux Athéniens le crime horrible qu'ils avaient commis en condamnant le plus homme de bien qui fût alors [Socrate], composa la tragédie intitulée Palamède, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 441.

    Le plus… qu'il est possible, ou, elliptiquement, le plus… possible. Il a voyagé le plus commodément qu'il a été possible, ou le plus commodément possible.

    Ce complément manque dans cette phrase de J. J. Rousseau : Vous pourriez concerter avec elle le moyen de faire son voyage avec le plus d'économie et le plus commodément, Lett. au curé d'Ambérieux, 15 déc. 1763. Pourtant il paraît nécessaire.

    Terme de marine. Le plus près, voy. PRÈS.

  • 20Le plus, adverbe, ou le plus, la plus, les plus, voy. LE 1, n° 14.

    Il faut remarquer que le plus pris adverbialement ne peut se dire au féminin ou au pluriel que quand il est construit avec son substantif : De vos deux sœurs la plus aimée est la cadette. On ne pourrait dire le plus aimée.

  • 21Plus, employé sans article au sens superlatif ; c'est un archaïsme dont il est permis à la poésie de se servir. Et c'est aux plus saints lieux que leurs mains sacriléges Font plus d'impiétés, Malherbe, II, 12. Étant là je furète aux recoins plus cachés, Régnier, Sat. VI. Ce n'est pas, en effet, ce qui plus m'embarrasse, Corneille, Sert. IV, 2. Mais c'eût été le temple de la Grèce Pour qui j'eusse eu plus de dévotion, La Fontaine, la Vénus Callipyge. Mais je vais employer mes efforts plus puissants, Remuer terre et ciel, m'y prendre de tous sens…, Molière, l'Ét. v, 12. Quatre cent mille soldats qu'elle entretenait étaient ceux de ses citoyens qu'elle [l'Égypte] exerçait avec plus de soin, Bossuet, Hist. III, 3. Chargeant de mon débris les reliques plus chères, Racine, Baj. III, 2. Les vieillards sont ceux dont le sommeil a été plus long, La Bruyère, XI. Les instruments les plus vils sont ceux dont votre puissance se sert quelquefois avec plus de succès, Massillon, Carême, Jeûne.

    En examinant ces exemples, on voit sans peine que le sens comparatif s'y fond avec le sens superlatif.

  • 22 Absolument, plus signifie outre cela, et sert de formule dans les inventaires, dans les états de compte, etc. Plus, une aiguille à raccommoder les voiles, quatre sous, Perrot D'Ablancourt, Lucien, Dial. Mercure et Caron. Plus, dudit jour un bon clystère détersif, trente sols, Molière, Mal. imag. I, 1.
  • 23Plus, précédé de l'article et joint à un autre mot, devient quelquefois avec celui-ci un seul et même substantif. Le plus-payé.

    La plus part, ancienne orthographe de la plupart (voy. ce mot).

  • 24Sans plus, loc. adv. Sans rien ajouter. Moi qui dehors, sans plus, ai vu le châtelet, Régnier, Sat. v. Voici quatre paroles sans plus, pour opposer à tout le babil de cette insolente politique, Guez de Balzac, 4e disc. sur la cour. Car je puis Rendre trois souhaits accomplis ; Trois sans plus, La Fontaine, Fabl. VII, 6. Restait, sans plus, d'y disposer sa femme, La Fontaine, Mandr.

    Sans plus de, loc. prépos. Sans plus de délai agissez.

    Sans plus avec un infinitif. Cher appui de mon trône, allons, sans plus attendre, Offrir tout à César afin de tout reprendre, Corneille, Pomp. II, 4. Et je m'en vais pleurer leurs faveurs meurtrières [des dieux], Sans plus les fatiguer d'inutiles prières, Racine, Phèdre, v, 7.

  • 25Tant et plus, loc. adv. Abondamment, extrêmement. Ils ont bu tant et plus.
  • 26Plus ou moins, loc. adv. à peu près, environ. Cela vous coûtera vingt francs, plus ou moins.

    À différents degrés. Il a fait froid tout le mois plus ou moins. Plus ou moins se construit avec les adjectifs et les adverbes. Plus ou moins bien. Plus ou moins grand.

  • 27D'autant plus, loc. adv. à plus forte raison. Il est riche ; d'autant plus doit-il être charitable.

    Précédé de la particule en, d'autant plus exprime une augmentation corrélative. Il en est d'autant plus à craindre.

    D'autant plus… que. On doit d'autant plus être modeste qu'on est plus élevé.

    D'autant plus que… d'autant… locution vieillie et à laquelle on a substitué plus… plus. D'autant plus que vous lui en direz, d'autant moins il en fera.

    D'autant plus… d'autant plus… équivalant à ce que nous disons : plus… plus… Et d'autant plus longuement et soigneusement j'examine ces choses, d'autant plus clairement et distinctement je connais qu'elles sont vraies, Descartes, Médit. III, 12.

    D'autant plus, avec suppression du second plus. Et fut contre un tyran d'autant plus animé, Qu'il en reçut de biens et qu'il s'en dit aimé, Corneille, Cinna, III, 2.

    Cette tournure n'est plus usitée.

  • 28Plus… plus… ou plus… moins… (plus se répétant quand il y a plusieurs adjectifs, plusieurs verbes dans la phrase et se mettant devant chacun d'eux) ; cette tournure exprime une augmentation corrélative, ou, s'il y a moins, une diminution. Plus je suis votre amant, moins je suis Curiace, Corneille, Hor. II, 5. Plus on est sujet à cette loi [la loi de Dieu], plus on est heureux, plus on est libre, plus on est maître de soi-même, Bourdaloue, Purif. de la Vierge, Myst. t. II, p. 164. Plus je vois les hommes, plus je vous estime, Maintenon, Lett. au D. de Noailles, 10 juill. 1709. Plus je vais en avant, plus je trouve qu'il n'y a rien de plus doux au monde que le repos de la conscience, Racine, Lett. 24 à son fils. N'ayez plus la goutte ; mais faites souvent des vers à Sans-Souci dans ce goût-là ; plus vous serez gai, plus longtemps vous vivrez, Voltaire, Lett. au roi de Pr. 6 déc. 1771. Plus il [l'homme] a su, plus il a pu ; mais aussi moins il a fait, moins il a su, Buffon, 7e époq. nat. Œuv. t. XII, p. 327. Plus je suis pénétré de reconnaissance des bontés de Votre Majesté, moins je dois abuser de ses bienfaits, D'Alembert, Lett. au roi de Pr. 30 nov. 1770.

    Le second plus mis devant un impératif ; ce qui n'est pas une tournure habituelle, mais mérite d'être imité. Plus vous êtes grand, plus humiliez-vous en toute chose, et vous trouverez grâce devant Dieu, Sacy, Bible, Ecclésiastique, III, 20.

    On pourra aussi imiter Massillon, qui a placé un des plus secondaires dans une phrase subordonnée. Plus même vous êtes élevé, plus votre obligation là-dessus devient rigoureuse, parce que plus vos exemples deviennent utiles ou dangereux, Massillon, Carême, Confess.

    Anciennement, on n'observait pas toujours le parallélisme des plus. Et l'heur de vous revoir lui semblera plus doux, Plus elle aura pleuré pour un si cher époux, Corneille, Poly. I, 1. Mon sort est plus cruel, plus je l'ai cru propice, Quinault, Astrate, III, 2.

    Corneille a même supprimé un des plus et renversé la phrase. Mais, malgré ma bonté, qui croît plus tu l'irrites, Corneille, Poly. v, 2. Cela signifie : plus tu irrites ma bonté, plus elle croît. Cette tournure vive est à recommander.

    La correspondance du plus n'empêche pas d'user de la conjonction et. Ces avantages [les perfections de Dieu] sont si grands et si éminents que, plus attentivement je les considère, et moins je me persuade que l'idée que j'en ai puisse tirer son origine de moi seul, Descartes, Médit. III, 15. Plus grande en est la peine, et plus grande est la gloire, Corneille, Imit. I, 3 (éd. 1651). Elle [la Fortune] s'en divertit : Plus le tour est bizarre, et plus elle est contente, La Fontaine, Fabl. IX, 16. Plus obscure est la nuit, et plus l'étoile y brille, Lamartine, Rép. aux adieux de W. Scott.

  • 29Plus… tant plus, ou tant plus… tant plus… locution vieillie et qui est équivalente à plus… plus… Et je le connais moins, tant plus je le contemple, Corneille, Suite du Ment. I, 4. Tant plus le chemin est long dans l'amour, tant plus un esprit délicat sent de plaisir, Pascal, Pass. de l'amour.

    On trouve aussi plus… d'autant plus… Plus une âme est humiliée, Plus elle s'est étudiée A ce noble ravalement ; D'autant mieux cette ferme base Soutient la haute et sainte extase Ou je l'élève en ce moment, Corneille, Imit. III, 43.

  • 30Non plus sert à unir deux propositions dont le sens est négatif. S'il n'est pas juste à votre égard, vous ne l'êtes pas non plus.

    Non plus que, loc. adv. qui sert à exprimer la comparaison dans la négation. Ses plus proches voisins Ne s'en sentaient non plus que les Américains, La Fontaine, Fabl. VI, 4. Comme une aigle qu'on voit… tomber si sûrement sur sa proie, qu'on ne peut éviter ses ongles non plus que ses yeux, Bossuet, Louis de Bourbon. Notre air n'est non plus qu'un gros brouillard, Fontenelle, Mondes, 3e soir.

  • 31Ni plus ni moins que, loc. adv. de comparaison. Autant que. Je ne vous aime ni plus ni moins que si vous étiez mon frère. J'étais ni plus ni moins qu'une hébétée, Genlis, Théât. d'éduc. la Rosière, I, 2.

    Ni plus ni moins s'emploie absolument. Quoi que vous fassiez, il n'en sera ni plus ni moins. Vous avez beau le presser, il n'en fait ni plus ni moins.

    Ne plus ne moins, forme archaïque et tombée en désuétude, signifiait : comme, ainsi que. Ne plus ne moins que la statue de Memnon rendait un son harmonieux lorsqu'elle venait à être éclairée des rayons du soleil, tout de même me sens-je animé…, Molière, Mal. imag. II, 6.

  • 32De plus en plus, indique le progrès en bien ou en mal. Il devient habile de plus en plus. Tes discours dont Créon de plus en plus s'offense, Corneille, Médée, III, 3.
  • 33Qui plus, qui moins, loc. adv. Les uns plus, les autres moins. Ils y ont tous contribué, qui plus, qui moins.
  • 34Plus tôt, plus tard, plus loin, plus près, locutions de temps et de lieu qui sous cette forme sont comparatives, et qui avec l'article sont superlatives. Arriver plus tôt. Aller plus loin. Rester plus près. Partez le plus tôt que vous pourrez. Opina qu'il fallait, et plus tôt que plus tard, Attacher un grelot au cou de Rodillard, La Fontaine, Fabl. II, 2.

    Substantivement. Le plus tôt, le plus tard, le plus loin, le plus près sera le mieux.

    Au plus tôt, dans le plus court délai. Sortez au plus tôt de cette ville.

    Au plus tard, dans le plus long délai. Dans une heure au plus tard vous essuierez ses larmes, Corneille, Poly. I, 1.

    Plutôt, voy. ce mot à son rang alphabétique.

REMARQUE

1. Plus est essentiellement un substantif, comme plus en latin ; et c'est cette notion qui permet de se rendre compte, d'un bout à l'autre, de l'emploi grammatical de ce mot.

2. Plus ne se met pas immédiatement devant bon ni bien ; mais il peut s'y placer s'il y a un mot intermédiaire, par exemple : Cette phrase sera plus ou moins bonne selon que… Dans cette phrase de Voltaire : Plus il y a de malheurs particuliers, et plus tout est bien, Cand. 4, plus ne tombe pas sur bien, mais sur le membre de phrase tout entier.

HISTORIQUE

XIe s. As eschecs juent li plus saige et li viel, Ch. de Rol. VIII. Outre cest jur [nous] ne serons plus vivant, ib. CXIV. Plus est isnels [rapide] que n'est oisel qui vole, ib. CXXI. Baptizet sont assez plus de cent mille, ib. CCLXVIII.

XIIe s. Mais de son oncle Charlon lui est-il plus [son oncle Charlon lui tient plus au cœur], Ronc. p. 81. Dix mil paiens et plus, se je ne ment, ib. p. 95. [Amour] Me fait chanter de la plus debonaire Qu'on puisse au mont [au monde] ne vouer ne trouver, Couci, II. Ele voit bien et conoist et entent Qu'il n'en est plus qui si aimt [aime] leaument, ib. v. Et sachez bien, plus n'en orrez [ouïrez] parler, ib. x. Et quant je plus sui loins de sa contrée, Tant est mes cuers plus près et ma pensée, ib. XVII. Touz jours m'est plus s'amours fresche et nouvele, ib. XVIII. Onques teurtre [tourterelle] qui pert son compagnon Ne fut un jour de [que] moi plus esbahie, ib. XXIV. Car cil qui voit tel amour desevrer, A assez plus de duel [deuil] et de pesance, Que n'auroit jà li rois s'il perdoit France, ib. Quant plus est li barnages à grant joie entendanz, Sax. v. A cestui conseil sont li plus d'eus assentis, ib. XXVI. Car plus criement [craignent] assez le terrien seignur, Que il ne funt Jesu le puissant creatur, Th. le mart. 28.

XIIIe s. Cinq piés [il] ot et demi, de long plus n'en ot mie, Berte, II. Le plus avant que je onques pourrai, ib. VII. Et pour cette raison trop plus [je] m'i fierai, ib. Adès de plus en plus, si que jà [il] n'en retraie [n'y recule], ib. VIII. [La couronne] Cent mille mars valoit et plus, à droite vente, ib. x. Elle ert [était] sage et courtoise, n'ot pas plus de seize ans, ib. X. Que plus lui ert [était] la chose male et pesans et sure [aigre], [elle] Prend pour Dieu plus en gré tous les maus qu'ele endure, ib. XLII. Qui plus a à soufrir, plus vous doit aourer, ib. XLIII. Elle est plus gracieuse que n'est la rose en mai, ib. LVII. Car plus faisoit la serve outrage et dyablie, Plus en estoit sa mere baude et joians et lie, ib. LX. Nuls ne s'en retourne fors que Morant sans plus, ib. CVIII. A lui [il] en vient plus que le pas, Ren. 12028. Et por ce, qui prent arbitres, il les doit penre non pers, car l'opinion du plus doit passer, Beaumanoir, XLI, 5. Son aage n'estoit pas de plus que XVI ans ; mès onques si sage enfant ne vi, Joinville, 269. Nos gens se lesserent cheoir de la grant nef en la barge de cantiers [barque], qui plus plus, qui miex miex, Joinville, 214.

XIVe s. Et de tels biens le plus très grant et le plus excellent est celui que nous attribuons as diex, Oresme, Eth. 119. Ne m'en demande plus, amis, je le te prie, Guesclin. 15109. Quant ce dur nœud auras tranché, Emplus ne seras empesché, Traité d'alch. 850.

XVe s. S'enquit… et lui fut dit que le plus du temps le roi anglois se tenoit à Windesore, Froissart, I, I, 152. Ils estoient si tanés que plus ne pouvoient, Froissart, I, I, 118. Ces paroles, ni plus ni moins, rapporta le sire de Maubuisson à messire Jean de Hainaut, Froissart, I, I, 119. Allons ! allons ! nous perdons le plus pour le moins, Froissart, II, II, 157. Sire, dit Floridas, plus que tant feroy je pour vous, Perceforest, t. I, f° 122. Et qui plus est, après la procession retraite, allerent grand partie de ceux de l'université devers le roi faire plainte de l'offense, Monstrelet, I, 13. Les cueurs de deçà se sont tellement exposés en les honnourer et servir, que impossible est à office d'amour d'en faire plus, Chastelain, Exposit. s. vérité. Luy dist que les François estoyent ralliez sur le champ, et, s'il chassoit plus gueres, il se perdroit, Commines, I, 4.

XVIe s. [Quant à vostre âge] Vous estes en la fleur ; et gage Que le plus de vos ans ne monte Qu'à dix et sept, Marot, IV, 176. Tant et plus, Marot, II, 409. Et cessez de plus me fascher, Marot, IV, 231. [Le chien] C'est la beste du monde la plus philosophe, Rabelais, Garg. I, Prol. Lors feut enflambé Pantagruel à proufficter plus que jamais, Rabelais, Pant. II, 8. Mon amy, voulez-vous plus rien dire ? - Non, monsieur, Rabelais, ib. II, 11. Par le commandement du roy, furent assemblez quatre les plus sçavans et les plus graz de tous les parlemens de France, Rabelais, ib. II, 10. Tes petitz beuveraulx de Paris, qui ne beuvent en plus que ung pinson, Rabelais, ib. II, 14. Deux petites fillettes, de l'eage de deux ou troys ans ou [au] plus, Rabelais, ib. II, 15. Tous les plus riches et fameux marchands du monde, Rabelais, ib. IV, 2. Et ne fault s'enquerir s'il est bien ou mal fait, Car le vers plus coulant est le vers plus parfaict, Du Bellay, J. II, 79, verso. Nature en vous prodiguement feconde, Vous a donné tout son plus et son mieux, Du Bellay, J. V, 44, verso. Qu'heureux tu es [Baïf], heureux et plus qu'heureux, De ne suivre abusé ceste aveugle deesse ! Du Bellay, J. VI, 10, recto. Si on demande la raison pourquoy le Seigneur a seulement à demi signifié son vouloir, plus que l'exprimer clairement, Calvin, Instit. 278. Qu'est-ce qu'il nous reste plus, si nostre Seigneur nous efface du nombre de ses enfans ? Calvin, ib. 315. Quand il condamne le larrecin, il ne permet non plus de desrober le bien de nostre ennemi que de nostre ami, Calvin, ib. 315. Que l'evesque romain ne presidoit pas plus sur les autres qu'il leur estoit sujet, Calvin, ib. 906. Madame se tint tellement satisfaicte des lettres que luy avez escriptes, qu'il est impossible de plus, Marguerite de Navarre, Lett. 50. Je vous prie luy presenter mes plus que très humbles recommandacions, Marguerite de Navarre, ib. 52. …Et de plus en plus vous obligerés à vous… vostre, etc. Marguerite de Navarre, ib. 64. Que sauriez vous plus souhaiter, monseigneur ? que vouldriés plus davantage demander à Dieu en ce monde ? Marguerite de Navarre, ib. 131. L'occasion tire plus de mon esprit, que je n'y treuve lorsque…, Montaigne, I, 42. Il en est mort plus avant ton aage qu'il n'y en a qui…, Montaigne, I, 73. Il y a plus, Montaigne, I, 81. Lors que nous en avons le plus affaire…, Montaigne, I, 97. Ignorant des frases et vocables qui servent aux choses plus communes, Montaigne, I, 103. Plus nostre sagesse est aigue et vifve, plus elle se desfie d'elle mesme, Montaigne, I, 132. Pour en faire acheter aux ennemis l'entrée la plus chere qu'il luy seroit possible, Montaigne, I, 243. Celles [lettres] qui me coustent le plus sont celles qui valent le moins, Montaigne, I, 293. Touts les hommes, sauf le plus ou le moins, sont…, Montaigne, I, 294. Non seulement en basque, mais assez ailleurs, et qui plus est, en…, Montaigne, II, 201. Selon qu'il se sont plus ou moins esloingnez de leur spiritualité, Montaigne, II, 291. Chose hier en credit, et demain plus, Montaigne, II, 344. Tacite, aucteur bon et grave des plus, La Boétie, 53. Combien plus la mesme regle doit-elle estre pratiquée à l'endroit des hommes ! Lanoue, 70. Nos voisins [les étrangers] en pensent [de nos désordres] trois fois plus qu'il n'y en a, Lanoue, 158. Si est il bon que chacun considere sa vocation, à fin d'y aproprier celle [vertu] qui lui est le plus convenable, et de laquelle l'usage lui doit estre plus famllier, Lanoue, 198. Tu en es de tant plus estimé digne, que plus on te treuve esloigné du vice d'ambition, Amyot, Préf. XXII, 49. La ville d'Athenes se remplissoit tous les jours de plus en plus, Amyot, Solon, 42. Si d'aventure tu te rends et es las de plus tenter la fortune, aussi suis-je quant à moy las de plus vivre, Amyot, Cor. 35. Ô meschans et desloyaux hommes, les plus qui naquirent onques en Macedoine, Amyot, Eum. 36. La tourmente alloit les jetter contre l'isle de Cercina, mesmement du costé qu'elle est la plus pierreuse, plus aspre et plus dangereuse à abborder, Amyot, Dion, 32. Il a bien appris à dire toutes les admirations, comme : Jesus ; le plus du monde ; oh, oh, oh, oh ; il y a de l'excès…, D'Aubigné, Conf. II, 1.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PLUS.
25Tant et plus, autant qu'il en faut et même plus. Laissez-nous ce soin de vous chercher des pratiques ; nous vous en fournirons tant et plus, Lesage, Est. Gonz. 38.

REMARQUE

Ajoutez :

3. Avec des verbes impliquant une idée négative, il s'emploie au sens d'un état, d'une condition qui prend fin. Je cessai, toute en pleurs, d'être plus à moi-même [dès lors je ne fus plus à moi-même], Régnier, Dial.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PLUS, DAVANTAGE, (Synonymes.) Il est bon de distinguer ces deux adverbes. Plus ne se doit jamais mettre à la fin ; davantage s’y met d’ordinaire : exemple, les Romains ont plus de bonne foi que les Grecs : les Grecs n’ont guere de bonne foi ; les Romains on ont davantage. Ce ne seroit pas bien dit, les Romains ont davantage de bonne foi que les Grecs, les Romains en ont plus. Il y a des endroits où l’on peut mettre davantage devant que, aussi-bien que plus ; par exemple : vous avez tort de me reprocher que je suis emporté ; je ne le suis pas davantage que vous ; si l’on répétoit emporté, il faudroit dire, je ne suis pas plus emporté que vous.

Quand davantage est éloigné du que, il a bonne grace au milieu du discours ; par exemple : il n’y a rien qu’il faille éviter davantage en écrivant, que les équivoques : lorsqu’il n’y a point de que qui suive, on met davantage au milieu & à la fin. Bouhours. (D. J.)

Plus, prép. (Géom.) on se sert de ce mot en algebre, pour signifier l’addition. Son caractere est +. Voyez Caractere. Ainsi l’expression algébrique 4+10=14, signifie que quatre, plus dix, sont égaux à quatorze. Voyez Addition.

Toute quantité qui n’a point de signe, est censée avoir le signe +. L’opposé de ce signe est moins. Voyez Moins. Voyez aussi Positif & Négatif. (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « plus »

Du latin plus. Cette forme dénote une supplétion car son étymologie est distincte de celle de beaucoup.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, pu ; picard, puche, pus ; bourguig. pu ; Berry, pus ; provenç. plus, pus ; anc. port. chus ; ital. più ; du lat. plus, anc. lat. plous ; sanscr. pulu, puru, beaucoup ; grec, πολὺς ; goth. filu. Plus, pluris, archaïque plous, pleos, pleores, dans les Frères arvales, tient à la racine sanscrite pūr, remplir ; il veut donc dire originairement plein.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « plus »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
plus plys

Citations contenant le mot « plus »

  • Plus on est de fous, plus on rit. De Proverbe français
  • Plus le corps est faible, plus il commande ; plus il est fort, plus il obéit. De Jean-Jacques Rousseau
  • Plus fort, plus haut, plus vite. De Pierre de Coubertin
  • Plus loin, plus haut, plus fort. De Père Didon / Jeux Olympiques
  • Qui sait le plus doute le plus. De Proverbe français
  • Plus on connaît, plus on aime. De Léonard de Vinci / Carnets
  • Plus on sait, plus on doute. De Pie II
  • Plus on boit, plus on a soif. De Ovide / Les fastes
  • Rien de plus futile, de plus faux, de plus vain, de plus nécessaire que le théâtre. De Louis Jouvet
  • La plus méchante roue crie le plus. De Proverbe français
  • Plus on est debout, plus on rit. De Honoré de Balzac / Un début dans la vie
  • Plus on plaît, plus on déplaît. De Francis Picabia / Le Philaou Thibaou - Juillet 1921
  • Des indices trouvés dans le code d'OxygenOS permettent de penser qu'au moins un OnePlus Nord encore plus abordable que celui déjà officialisé serait dans les tuyaux et s'équiperait d'un Snapdragon 690. Frandroid, Un deuxième OnePlus Nord, encore plus abordable, fait déjà parler de lui
  • Alors que le prix d’un panier d’un kilo de légumes a augmenté de 4 % entre 2019 et 2020, celui des fruits a progressé de 17 % pour les produits issus de l’agriculture conventionnelle. Selon l’association Familles rurales, contrairement aux idées reçues, acheter Français ne revient pas forcément plus cher, à condition de respecter la saisonnalité des produits. , Consommer des fruits et légumes français ne coûte pas forcément plus cher 
  • Comment jugez-vous l'état de votre golf après une telle pause ?Mon jeu est plutôt bon. Je n'ai plus d'excuses : ça fait 5 mois que je me prépare (rires) ! J'ai pas mal bossé avec Benoît (Ducoulombier) mon coach et Makis (Chamalidis) mon préparateur mental. On a changé pas mal de choses, on a énormément échangé pendant cette période de pause. Techniquement on a cherché à modifier mon swing pour me permettre de plus facilement réaliser des trajectoires dans les deux sens, en draw et en fade. Je suis aussi beaucoup plus consistant. Et niveau mental, on a travaillé sur mon discours intérieur qui avait tendance à être un peu trop négatif. Donc je cherche à avoir une meilleure attitude et à mieux me parler. L'Équipe, Clément Sordet : « Je suis bien plus consistant » - Golf - EPGA - L'Équipe
  • À l’échelle nationale, 3 244 personnes sont décédées sur les routes en 2019 selon l’observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR). En Haute-Loire, on dénombre 15 tués en 2019 contre 29 en 2018, année particulièrement accidentogène. Le Gouvernement a donc décidé de prendre 18 mesures fortes dans un objectif de plus grande sévérité, notamment pour les conduites addictives et l’usage du téléphone en conduisant.Les conduites addictives et l'usage du téléphone au volant sont dans le collimateur de la sécurité routière en particulier depuis la Loi d'Orientation des Mobilités de décembre 2019 (LOM). Dans notre département, Nicolas De Maistre, préfet de la Haute-Loire, et Nicolas Rigot-Muller, procureur de la République du Puy-en-Velay, ont décidé la mise en place de nouvelles mesures. , Mauvaise attitude au volant plus sévèrement punie sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
  • Les années les plus impactées dans l’ensemble sont par ordre croissant : 2012, 2017 et 2019. Le taux d’observation des rivières en écoulement non visible ou en assec a été le plus élevé en 2019, avec un maximum dans le bassin Rhin-Meuse (28,9 %), soit plus d’une observation sur quatre. » Reporterre, le quotidien de l'écologie, De plus en plus de cours d’eau s’assèchent en France
  • Le bitcoin est au plus haut depuis près d'un an. Pour la première fois depuis six semaines, le leader des cryptoactifs a cassé le seuil symbolique des 10.000 dollars, lundi dernier. Il a ensuite continué sur sa lancée pour toucher un plus haut, mardi, à 11.410 dollars. Les Echos, Le bitcoin à son plus haut niveau depuis un an | Les Echos
  • Dans les bidonvilles plus qu'ailleurs, le coronavirus se propage à vitesse grand V. Selon une étude commandée par la municipalité de Bombay, mégalopole de 20 millions d'habitants, plus de la moitié des résidents des bidonvilles ont eu le Covid-19. Les Echos, Inde : plus de la moitié des habitants des bidonvilles de Bombay ont été exposés au coronavirus | Les Echos
  • Or, face à une dette corporate de 1,25 milliard d’euros (contre 937 millions un an plus tôt), à laquelle s’ajoute une dette de 2,5 milliards propre à la flotte (garantie par cet actif), Europcar ne pourra pas faire l’économie d’un renforcement en capital. Le Revenu, Europcar : une équation financière de plus en plus incertaine | Le Revenu
  • Le département va même plus loin que les mesures gouvernementales et rend obligatoire le port du masque sur la voie publique dans les centres-villes de quatre communes : Laval, Mayenne, Château-Gontier-sur-Mayenne et Évron. L'Obs, La Mayenne interdit les rassemblements de plus de 10 personnes face à de nouveaux foyers de Covid
  • Pourquoi les hommes sont plus riches que les femmes en France. Et de plus en plus Le Monde.fr, Le dispositif MaPrimeRénov élargi à tous les propriétaires, même les plus aisés

Images d'illustration du mot « plus »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « plus »

Langue Traduction
Anglais more
Espagnol más
Italien di più
Allemand mehr
Chinois 更多
Arabe أكثر
Portugais mais
Russe больше
Japonais もっと
Basque gehiago
Corse di più
Source : Google Translate API

Synonymes de « plus »

Source : synonymes de plus sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « plus »

Plus

Retour au sommaire ➦

Partager