La langue française

Corner

Définitions du mot « corner »

Trésor de la Langue Française informatisé

CORNER1, verbe.

I.− [Correspond à corne I B, C] Emploi trans. [L'obj. désigne une matière en papier, carton, etc.] Donner une certaine forme à un objet.
A.− [La forme à donner est celle d'un coin (cf. corne I B 5)]
1. [L'obj. désigne des feuilles, des pages] Faire une corne, un pli à un coin en guise de marque. Corner des pages d'un coup d'ongle; corner un passage intéressant :
1. Pendant l'examen de conscience, la pénitente n'avait besoin ni de plume ni de crayon pour noter ses fautes... Il lui suffisait de corner la petite bande portant mention d'un péché. A. France, Le Jardin d'Épicure,1895, p. 160.
2. [L'obj. désigne un livre, un dossier, un carton, etc.] Mettre des coins à. Des registres verts cornés de cuivre (cf. A. Daudet, Immortel,1888, p. 90).
Spéc. Corner un carton, une carte, un bristol. Laisser chez quelqu'un une carte de visite dont on a corné un coin, pour signifier que l'on est venu en personne lui rendre visite et qu'on ne l'a pas trouvé. Une carte qu'il a craint même de corner de peur de se compromettre (Goncourt, Journal,1890, p. 1246).Corner cartes sur cartes chez des gens dits du monde (Farrère, Homme qui assass.,1907, p. 23).
Péj. Abîmer les coins d'un livre. Synon. d'écorner.Corner la couverture.
Rem. On rencontre un homon. vx et région., correspondant à corne I A, au sens de « donner un coup de corne » (en parlant d'un animal). Cette vache a failli me corner (Guérin 1892).
B.− Arranger en forme de corne (cf. corne I C) :
2. La charcutière avait mis une feuille de papier fort sur une balance. Elle prenait le saindoux dans le pot (...) quand la balance tomba, elle enleva le papier, le plia, le corna vivement, du bout des doigts. Zola, Le Ventre de Paris,1873, p. 108.
II.− [Correspond à corne I C 2]
A.− Emploi intrans.
1. [P. réf. à la corne, instrument d'appel]
a) Produire un son en soufflant dans une corne, une trompe ou en utilisant un instrument analogue. Tandis qu'au loin cornait un pâtre solitaire (Dierx, Poèmes,1864, p. 14).
[En parlant de l'instrument] Pendant que ce cor cornait, que les crécelles craquaient... (Giono, Roi sans divertiss.,1947, p. 122).
P. métaph. La tempête cornait (La Varende, Manants du roi,1938, p. 163).
P. ext. Produire un son analogue à celui d'une corne, d'une trompe. Les hommes du haut pré cornaient dans leurs mains à travers le matin bleu (Giono, Eau vive,1943, p. 97).
Fam. Jouer une musique bruyante (à quelqu'un), avec un instrument à vent :
3. Il paraît que c'est toi qui musiquais?... Manquait plus que ça... Pour une fois, ça passe, mais si tu travaillais le jour, tu penserais moins à nous corner au moment de dormir. C'est pas un bastringue, ici, tu entends? Giono, Un de Baumugnes,1929, p. 158.
Spéc. [En parlant d'un cheval] Faire entendre la respiration sifflante propre au cornage. Lésion qui fait corner le cheval. Quel est le cheval qui corne comme ça? − C'est le mien! il siffle un peu (Gyp, Gde vie!!!1891, p. 173).
b) P. méton., péj. [En parlant des oreilles] Percevoir un son analogue à celui d'une corne. Avoir les oreilles qui cornent; les oreilles (me, lui, vous...) cornent.
Emplois métaph.
[En parlant d'une pers. qui supporte mal des paroles qu'elle entend] :
4. Déjà les oreilles me cornaient aux litanies entonnées de toutes parts en l'honneur d'une sainte femme de la plus grande beauté. Toulet, Comme une fantaisie,1918, p. 280.
[En parlant d'une pers. dont on a parlé sans qu'elle soit présente] Les oreilles ont dû vous corner, car nous avons beaucoup parlé de vous (Mérimée, Lettres Mmede Beaulaincourt,1870, p. 152).
[En parlant d'une pers. qui a cru entendre qqc.] Il ne vit personne et se dit que les oreilles lui avaient corné (A. France, Révolte anges,1914, p. 65).
2. [P. réf. à la corne, instrument servant à avertir] Actionner l'avertisseur d'un véhicule. Synon. plus cour. klaxonner.Corner dans les virages. Le conducteur du car cornait pour rallier ses voyageurs (Bourget, Conflits int.,1925, p. 23).Il se mit à corner, d'abord discrètement, puis à klaxonner à grands fracas (Morand, Homme pressé,1941, p. 93).
P. méton. [En parlant du véhicule] La petite machine, attelée à son wagon, cornait pour écarter les obstacles (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, En famille, 1881, p. 338).Les trams à trolley filaient sans corner (Martin du G., Thib.,1922, p. 638).
B.− Emploi trans.
1. Appeler quelqu'un à son de trompe, de corne, de cor, etc.
VÉN. Corner les chiens. Les rappeler, les exciter en sonnant de la trompe.
2. Annoncer (quelque chose) à son de trompe.
HIST. Corner l'eau :
5. Quant au repas, on l'annonçait au son du cor chez les nobles : cela s'appelait corner l'eau, parce qu'on se lavait les mains avant de se mettre à table. Chateaubriand, Essai sur la littér. anglaise,t. 1, 1836, p. 41.
3. P. ext.
a) Annoncer, répandre bruyamment. Corner une nouvelle. Corner qqc. à qqn. Corner qqc. aux oreilles de qqn. Dire quelque chose à quelqu'un d'une voix forte. Synon. claironner.Essayant en vain d'entendre ce qu'on lui cornait aux oreilles (Cladel, Ompdrailles,1879, p. 48).
b) Dire avec insistance, répéter très fort. Comment faut-il te dire cela : en musique? en grec? Il y a deux ans que je te le corne aux oreilles (Stendhal, Corresp.,t. 1, 1800-42, p. 87).On m'avait tant corné aux oreilles les respects qu'une mère se devait à elle-même (Balzac, Secrets Cadignan,1839, p. 352).Il fallut lui corner et recorner que tout était fini (Pourrat, Gaspard,1922, p. 223).
III. [Correspond à corne II]
A.− Emploi intrans., vx, pop. [P. réf. à la mauvaise odeur de la corne brûlée (cf. Lar. 19e)] Puer, spécialement en parlant de la viande qui commence à pourrir.
Rem. Esn. 1966 signale des dér. arg. cornancher, cornanchouiller, dans ce sens.
B.− Emploi pronom. à sens passif. Devenir dur et sec, comme de la corne. Pustules qui se cornent au bout de huit jours.
Rem. On rencontre ds la docum. cornant, part. prés. et adj. a) Part. prés. de corner. b) Emploi adj. [En parlant d'un véhicule automob.] Qui corne* (II A 2). Elle [la voiture] s'est bientôt perdue parmi les autres, absorbée par celles qui la suivent, suintantes, trépidantes, cornantes (Vialar, Bal sauv., 1946, p. 137).
Prononc. et Orth. : [kɔ ʀne], (je) corne [kɔ ʀn]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. corné, cornée. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1110 intrans. « sonner le cor » (Roland, éd. J. Bédier, 1710); ca 1150 trans. l'eve corner [v. T.-L., s.v. aigue] (Charroi de Nîmes, éd. D. MacMillan, 810); 1634 p. ext. « publier (quelque chose) (comme à son de trompe) » (Rabelais, Gargantua, V, éd. Marty-Laveaux, t. 1, p. 23); 2. ca 1170 « bourdonner (en parlant des oreilles) » (Rois, éd. E. R. Curtius, I, III, 12). B. 1829 « faire une corne à une carte » (Boiste). C. 1845 pronom. « prendre la consistance de la corne » (Besch.). D. 1883 « frapper avec la corne, encorner » (Littré). Dér. de corne*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 70.

CORNER2, subst. masc.

A.− ÉCON. Arrangement entre spéculateurs en vue d'obtenir la maîtrise du marché d'un produit dont on provoque artificiellement la hausse en acquérant les stocks disponibles. Corner sur le blé, le coton. Il avait rompu le « corner » des suifs (Claudel, Échange,1894, I, p. 675).
B.− SP. (football). Fait qu'un joueur envoie le ballon derrière sa propre ligne de but, cette faute entraînant à titre de sanction un coup de pied de remise en jeu accordé à l'équipe adverse et tiré à partir d'un coin du terrain. La balle sort en corner :
1. L'avant-centre perce, essaie de marquer. Le gardien de but plonge et doit mettre en corner, vu la charge de l'extrême droit. Montherlant, Les Olympiques,1924, p. 252.
P. méton. Coup de pied de remise en jeu accordé à l'équipe adverse. Corner botté par l'ailier droit; marquage sur corner :
2. Le redoutable « coup franc » accordé pour faute grave, à quelques mètres du but garde son nom de « penalty » (...) et celui qui est donné d'un coin du terrain s'appelle un « corner ». J. Amsler, Lang. du footballds Vie Lang.1952, p. 34.
Rem. Étiemble a proposé la francisation graph. en cornère (cf. Dupré 1972). Une enquête du Figaro (1964) contenait des propositions de francisation en coup de coin, tir en coin et coin (cf. J. Mercier, Football, 1966, p. 30).
Prononc. et Orth. : [kɔ ʀnε:ʀ] ou [-nœ:ʀ]. La var. en [-nœ:ʀ] est donnée à côté de la prononc. en [-nε:ʀ] ds Pt Lar. 1968, Warn. 1968 et Lar. Lang. fr. Pour la forme francisée cornère, cf. supra rem. Étymol. et Hist. 1. 1889 cont. amér. « coalition de spéculateurs en vue de l'accaparement d'une denrée ou d'un produit de première nécessité » (Jannet, États-Unis Contemp., II, 160 ds Bonn.); 2. 1903, 10 janv., jeux (Ill. Parisien, p. 8, c. 2, ibid.). 1 anglo-amér. corner terme du langage boursier, 1846 ds DAE, devenu d'écon. polit., emploi du subst. angl. corner; to drive into a corner « acculer quelqu'un » (1526, NED; cf. coincer*), l'opération financière en question consistant à acculer l'acheteur à payer la marchandise indûment stockée à un prix artificiellement élevé. 2 angl. corner dep. 1887 ds NED (le coup de pied en question étant donné d'un des coins du jeu). Fréq. abs. littér. : 6. Bbg. Becker (K.). Sportanglizismen im modernen Französisch. Meiserneim, 1970, p. 40, 69, 104, 329, 342. − Behrens Engl. 1927, p. 105, 219. − Bonn. 1920, p. 38.

Wiktionnaire

Verbe

corner \kɔʁ.ne\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Intransitif) Sonner d’un cornet ou d’une corne.
    • Le vacher a corné dès le matin. — J’ai entendu corner dans les bois.
  2. (Intransitif)(Par extension) (Vieilli) Faire retentir le klaxon d'un véhicule automobile. (Note : ce verbe est toujours utilisé dans certaines régions de France, en particulier à la campagne).
    • Elle se tranche les veines, elle boit du kerdane, elle aspire le gaz au tuyau, bondit par la fenêtre ou sur les rails quand le train lui corne aux oreilles, elle se vante inlassablement d’être au bout du rouleau. Sa dépendance à la mort violente est une addiction qui fait sourire le toubib. — (Yann Queffélec, L'Amante, éd. Fayard, 2006, chap. 2)
  3. (Intransitif) Parler dans un cornet, pour se faire entendre à un sourd.
  4. (Intransitif) Bourdonner fortement, tinter, en parlant des oreilles.
    • Les oreilles me cornent.
  5. (Intransitif) (Médecine vétérinaire) Faire entendre le souffle dit cornage.
    • Ce chenal corne.
  6. (Transitif) (Figuré) (Familier) Publier, quelque chose partout, avec importunité.
    • Il a corné cette nouvelle par toute la ville.
  7. (Transitif) (Cuisine) Vider un récipient à l’aide d’une corne (ustensile culinaire).
    • Bien corner le cul-de-poule afin de récupérer tout l'appareil.
  8. (Transitif) Plier en forme de corne.
    • Corner les pages d’un livre. — Corner une carte de visite.

Nom commun

corner \kɔʁ.nɛʁ\ masculin (Anglicisme)

  1. (Football) Faute, involontaire ou délibérée, au cours de laquelle un joueur envoie le ballon derrière sa propre ligne de but.
    • Mettre le ballon en corner.
  2. (Football) (Par métonymie) Coup de pied de remise en jeu, accordé à titre de sanction à l’équipe adverse, et tiré à partir du coin de terrain le plus proche du lieu où le ballon est sorti.
    • L’arbitre a accordé un corner.
    • Pendant la partie, Jérémie a raté un corner. — (Dominique Rocheteau, ‎Chérif Ghemmour, Le Guide du respect dans le football, 2008)
  3. (Commerce) Dans une grande surface, coin réservé aux produits d’une marque.
  4. Syndicat de spéculateurs qui cherchent à provoquer des hausses boursières.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CORNER. v. intr.
Sonner d'un cornet ou d'une corne. Le vacher a corné dès le matin. J'ai entendu corner dans les bois. Il signifie aussi Parler dans un cornet, pour se faire entendre à un sourd. Fig. et fam., Corner aux oreilles de quelqu'un, Parler continuellement d'une chose à quelqu'un, dans le dessein de la lui persuader. Il a obtenu cela de lui, il l'a déterminé à cela, à force de lui corner aux oreilles. Fig. et fam., Corner quelque chose partout, Le publier avec importunité. Il a corné cette nouvelle par toute la ville. Dans cette acception, il est transitif. Il signifie encore Bourdonner fortement, en parlant des Oreilles. Les oreilles me cornent. On dit aussi TINTER. Les oreilles vous cornent se dit à Quelqu'un qui croit entendre ce qu'on ne lui dit pas, ou un bruit qui n'est pas réel. Fig. et fam., Les oreilles ont bien dû vous corner, Nous avons beaucoup parlé de vous, nous avons souvent parlé de vous en votre absence. En termes d'Art vétérinaire, il signifie Faire entendre le souffle dit Cornage. Ce chenal corne. Il se dit aussi transitivement pour signifier Plier en forme de corne. Corner les pages d'un livre. Corner une carte de visite.

Littré (1872-1877)

CORNER (kor-né) v. n.
  • 1Sonner du cornet, d'une corne ou d'une trompe. Le vacher a corné dès le matin.
  • 2Parler dans un cornet pour se faire entendre au loin ou pour se faire entendre à un sourd. Il continue et corne à toute outrance : Réveillez-vous…, La Fontaine, Herm.
  • 3Bourdonner, en parlant des oreilles percevant un bruit qui n'a rien de réel. Les oreilles me cornent.

    Fig. Les oreilles vous cornent, se dit à quelqu'un qui croit entendre ce qu'on ne lui dit pas ou un bruit qui n'est pas réel. Il faut que les oreilles m'aient corné, Molière, Malade im. III, 12. Les oreilles me cornent, Molière, Éc. des maris, I, 5.

    Les oreilles ont bien dû vous corner, on a bien souvent parlé de vous.

  • 4 V. a. Fig. Publier partout. En la quittant, Gulphar alla tout droit Conter ce cas, le corner par la ville, La Fontaine, F. av. Quelqu'un qui bientôt En mille endroits cornera le mystère, La Fontaine, Mandr. Vendôme crie, écrit, corne bataille et victoire, et prépare à Mgr de Bourgogne tout l'affront d'avoir manqué le secours, Saint-Simon, 208, 54.

    Rebattre sans cesse la même chose. J'entends sans cesse corner à mes oreilles : L'homme est un animal raisonnable, La Bruyère, XII.

  • 5 Terme de vénerie. Corner les chiens, sonner du cor pour les exciter ou pour les rappeler. Corner requête, sonner du cor pour qu'ils quêtent de nouveau, lorsqu'ils sont en défaut.

HISTORIQUE

XIe s. Ce dist Rolanz : cornerai l'olifant, Ch. de Rol. CXXVII. Jà li corners ne nous aureit mestier, ib. CXXX.

XIIe s. Je cornerai se vous le me louez [conseillez], Ronc. p. 81. Tel venjance frai sur Juda e sur Jerusalem que à ces ki l'orrunt, tut les orilles lur en cornerunt, Rois, 420. Lores cornad Saül une buisine par la terre, e dist : iço voil que oient li Hebreu, Rois, 42.

XIIIe s. Quant il oï la gaite corner le jour, si se leva et ala à l'eglise proier Dieu qu'il li aidast, Chron. de Rains, p. 54. Ne ne pourront ouvrer que de la guete cornant au matin jusques à la nuit, sanz candele tant seulement, Liv. des mét. 92. Li veneor lor cors cornant, Lesqex vont durement sonant, Tot le païs vont estonant De lor huier, de lor corner, Ren. 5497. Si cornent li silvain et huient Que tuit li champ entor en bruient, ib. 8676. Humilitez est tant creüe Qu'orguex corne la recreüe ; Orguex s'en va, Diex le cravant, Et Humilitez vient avant, Rutebeuf, II, 59. Quant il encommençoient à corner, vous deissiez que ce sont les voiz des cynes qui se partent de l'estanc, Joinville, 269. Chetifs pecheours que feront, Quant tous les angels trembleront Et les archangels precieux, Et les buisines corneront Qui la venue annonceront Du très doulx fils Dieu glorieux ? J. de Meung, Tr. 1384.

XVe s. La gaite commence à corner et recorner et à mener grand friente, Froissart, II, II, 213. Puis corna le dit messire Guillaume de Douglas un cor, Froissart, I, I, 131. On peut bien, pour vous, corner prise ; Prins estes, point ne m'eschapperez, Orléans, Rondeau.

XVIe s. Le quel [un joueur de tambourin], apres que il eut soufflé en la fluste, se meit en corner en gobelet [boire], et nettoyer la vaisselle [manger], Jean D'Auton, Annales de Louis XII, p. 222, dans LACURNE. Cornons icy, à son de flaccons, que quiconques aura perdu la soif ne ayt à la chercher ceans, Rabelais, Garg. I, 5. Il n'y a veneur qui ne prend plaisir à corner sa prise, ni amoureux d'avoir la gloire de sa victoire, Marguerite de Navarre, Nouv. XLIX. Les plainctes qui me cornent aux oreilles, Montaigne, I, 197. L'esperance ne cesse de corner aux oreilles…, Montaigne, II, 380. Il ne faisoit autre chose que corner la guerre ordinairement et prescher les armes au peuple, Amyot, Phocion, 14. Quelques uns de Blois donneront le premier avis ; mais par la responce ils furent appellez corne-guerre et turbulents, D'Aubigné, Hist. II, 282. Deliberer avant que corner la guerre, Charron, Sagesse, p. 434, dans LACURNE. On dit en ce païs que le poisson corne, quand il est gasté, puant et corrompu, Bouchet, Serées, p. 231, liv. I, dans LACURNE. Ils ne trouvoient bon le gibier sinon qu'il cornast un peu, c'est à dire, sans deguiser les matieres, qu'il ne fut un peu puant, H. Estienne, Apol. d'Hérod. p. 432, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « corner »

(Verbe) Dérivé de corne avec le suffixe -er.
(Nom commun) De l’anglais corner (« coin »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, coirner ; provenç. cornar ; ital. cornare ; de corne, dans le sens de cor.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « corner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
corner kɔrne

Évolution historique de l’usage du mot « corner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « corner »

  • Kevin De Bruyne a encore régalé face au Real Madrid. Le Diable Rouge a dicté le rythme du jeu de son équipe. Et le Belge a bien failli inscrire un but génial en surprenant Thibaut Courtois sur corner. RTL sport, Un corner direct qui a failli surprendre Thibaut Courtois: l'inspiration géniale de Kevin De Bruyne (vidéo) - RTL sport
  • Carrefour mise sur les meilleurs amis de l'homme. D'ici la fin du mois de juillet, des corners Noa devraient faire leur apparition dans les hypermarchés de l'enseigne de grande distribution, affirme sur son blog Olivier Dauvers, expert Grande Conso. Cette enseigne d'animalerie est encore peu connue du grand public. Il n'existe à ce jour qu'un seul magasin, à Avranches (Manche). En revanche, le groupe à l'origine de sa création, InVivo l'est beaucoup plus. Cette union de coopératives agricoles comptent dans ses rangs Gamm vert, Jardiland, Delbard, Frais d’Ici, ou encore Bio&Co. Capital.fr, Carrefour va accueillir une nouvelle enseigne d’animalerie en corner - Capital.fr
  • C'est un réflexe universel. Quand le ballon sort en corner, une clameur s'élève des tribunes. Les grands montent et l'espoir avec eux, porté par la promesse du frisson d'un ballon envoyé devant le but. Mais cet enthousiasme est-il vraiment rationnel? RMC SPORT, Un corner est-il vraiment une grosse occasion de but?

Images d'illustration du mot « corner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « corner »

Langue Traduction
Anglais corner
Espagnol esquina
Italien angolo
Allemand ecke
Chinois
Arabe ركن
Portugais canto
Russe угол
Japonais コーナー
Basque izkina
Corse cantonu
Source : Google Translate API

Synonymes de « corner »

Source : synonymes de corner sur lebonsynonyme.fr

Corner

Retour au sommaire ➦

Partager