La langue française

Phénix

Sommaire

  • Définitions du mot phénix
  • Étymologie de « phénix »
  • Phonétique de « phénix »
  • Citations contenant le mot « phénix »
  • Images d'illustration du mot « phénix »
  • Traductions du mot « phénix »
  • Synonymes de « phénix »

Définitions du mot « phénix »

Trésor de la Langue Française informatisé

PHÉNIX, subst. masc.

A. −
1. MYTH. Oiseau fabuleux, doué d'une extraordinaire longévité, qui avait le pouvoir de renaître de ses cendres après s'être consumé sur un bûcher, symbole de résurgence cyclique, de résurrection; représentation de cet oiseau. On retrouve [dans les catacombes] le paon, toujours symbole d'immortalité, et le phénix, de résurrection (Maillet, Peint. relig., 1934, p.15):
1. On pourra faire ramper sur les corniches, s'écarteler sur les étendards de soie jaune ou dresser au seuil des palais toute une armée de dragons héraldiques, de phénix, de licornes, de chimères tortueuses, qui ne représentent peut-être qu'un souvenir lointain, transmis par les vieilles légendes, des derniers monstres primitifs égarés parmi les premiers hommes. Faure, Hist. art, 1912, p.187.
P. métaph. Lors donc que notre soleil sera éteint et roulera, globe obscur, à travers l'espace, il pourra, nouveau phénix, ressusciter de ses cendres, par la rencontre d'un autre soleil éteint, et rallumer ainsi le flambeau de la vie pour de nouvelles terres (Flammarion, Astron. pop., 1880, p.390).C'était vrai. Il y avait plusieurs êtres en moi: celui qui est né de la femme; celui qui est né des livres, et aussi celui qui renaît toujours de ses cendres et de son orgueil: le triste phénix, dépenaillé et transi par la solitude (La Varende, Homme aux gants, 1943, p.299).
2. P. anal. [En parlant d'une pers. avec parfois une nuance iron.] Personne douée de qualités exceptionnelles, que l'on considère comme unique en son genre. Synon. aigle, as, oiseau* rare (fam.).C'est pas un phénix! M. Carvalho a découvert (...) un vrai ténor, et à chaque représentation la ferveur du phénix augmente (Berlioz, À travers chants, 1862, p.238).Je ne serai jamais dominée charnellement que par un homme qui m'aura dominée avant, par tout le reste. Le phénix de ces phénix s'étant dérobé, je ne chercherai pas un autre amour (Montherl., Lépreuses, 1939, p.1390):
2. Il n'avait pas une forte voix: il avait une voix juste. Sans se croire un phénix, il avait conscience de sa petite valeur, et l'idée ne lui entrait pas dans la tête qu'un jour il pût être sifflé. Renard, Journal, 1895, p.259.
Phénix de qqc.Modèle parfait de quelque chose. Où donc avez-vous découvert ce phénix du notariat, monsieur Anatole Forestier? (Fabre, Mllede Malavieille, 1865, p.43).Cette madame de Lautréamont était née les mains pleines et avait toujours eu toutes les chances: (...) le plus beau logis du département (...) et, pour entretenir cette demeure princière (...) une domestique comme on n'en fait plus, le phénix, la perle rare des servantes (Lorrain, Contes chandelle, 1897, p.74).
[P. anal.] Littér. Si l'Iliade et l'Odyssée sont les chefs-d'oeuvre de l'épopée qui se peut nommer populaire; si l'Énéide est le chef-d'oeuvre de l'épopée savante, pourquoi ne pas dire que les Martyrs sont le phénix de l'épopée systématique? (Sainte-Beuve, Chateaubr., 1860, p.404).
B. − Spécialement
1. BOT. Genre de palmiers comprenant le dattier et une quinzaine d'autres espèces d'Afrique et d'Asie tropicales, dont certaines sont cultivées comme plantes ornementales. Haie de phénix. Le guéridon supportait un phénix cravaté de rose, dans une potiche de Vallauris (Mauriac, Plongées, 1938, p.177).
En appos. Elle (...) glissa (...) dans le salon, jusqu'à la table de palissandre, surmontée d'un palmier phénix (A. France, Hist. comique, 1903, p.290).
2. HÉRALD. Oiseau représenté de profil, les ailes étendues, debout sur un bûcher (d'apr. Grandm. 1852).
3. ZOOLOGIE
a) Subst. masc. ou adj. (Coq) phénix. Coq domestique du Japon, remarquable par la longueur des plumes de sa queue, qui au lieu de tomber, s'accroissent à chaque mue. (Dict.xxes.).
b) Subst. masc. Papillon de la famille des Sphinx. (Dict. xixes. et xxes.).
Prononc. et Orth.: [feniks]. Supra A, Ac. 1694, 1718: phenix; dep. 1740: phénix; vieilli phoenix, à côté de phénix ds Land. 1834, Gattel 1841. Supra B, Rob., Lar. Lang. fr., Lexis 1975: phénix, phoenix. Plur. inv. Étymol. et Hist.1. 1121-34 «oiseau fabuleux» (Philippe de Thaon, Bestiaire, 2217 ds T.-L.); 2. a) 1176 «personne unique en son genre» (Chrétien de Troyes, Cliges, 2727, ibid.); b) 1674 cet heureux phénix (en parlant d'un sonnet sans défaut) (Boileau, Art poét., Chant II, p.165); 3. 1673 hérald. (Menestrier, Abrégé des principes héraldiques, p.94); 4. 1690 «genre de palmier» (Fur.); 5. a) 1791 «papillon» (Valmont de Bomare ds Lar. Lang. fr.); b) 1874 «ancien nom du paradisier» (Lar. 19e); c) 1903 «coq domestique du Japon» (Nouv. Lar. ill.). Empr. au lat. phoenix «oiseau fabuleux», «palmier», gr. φ ο ι ́ ν ι ξ «pourpre», «oiseau fabuleux», «palmier». Fréq. abs. littér.: 96.

Wiktionnaire

Nom commun

phénix \fe.niks\ masculin, singulier et pluriel identiques

  1. (Mythologie) (Fantastique) Oiseau fabuleux qui, disait-on, était unique en son espèce, vivait plusieurs siècles et renaissait de ses cendres.
    • Le phénix devint rapidement une figure familière dans les cercles paracelsistes, tout en suscitant des exégèses assez variées. — (Michael Maier, Sylvain Matton, Jacques Rebotier, Chansons intellectuelles sur la résurrection du Phénix, traduit du latin par M. L. L. M. (Monsieur L’abbé [Jean-Baptiste] Le Mascrier), Debure l’aîné, Paris, 1758, reproduction de J.-C. Bailly Éditeur, 1984)
    • Autrement dit, le Phénix salamandrique habite dans le feu et il est l’âme iliastrique dans l’être humain. — (ibid.)
    • Pour Paracelse, en effet, Adam et Ève existaient avant la chute dans un état de divine perfection qui est la « vie iliastrique » ; en revanche, après la chute, le corps de l’homme devint sujet à la corruption, et cet état correspond à la « vie cagastrique ». Toutefois au sein même de la vie cagastrique subsiste un résidu de la vie iliastrique. Ainsi y a-t-il dans l’homme à côté de l’âme cagastrique une âme iliastrique, qui correspond au phénix alchimique. — (ibid.)
    • Jacques Gohory (1520–1576) insiste, en trahissant son vif intérêt pour la magie et son admiration pour Trithème, sur la signification alchimique du phénix. Après avoir décrit ce dernier d’après Pline et Albert le Grand, ainsi que le basilic, Gohory poursuit : « Je conclurai de tous ces mystères que dans les paraboles le Phénix, le Basilic, la Glaure [sic : hapax ?], la Mandragore, le Caméléon sont une même chose à propos de laquelle Roger Bacon écrit […] — (ibid.)
    • Le phénix ce bûcher qui soi-même s’engendre
      Un instant voile tout de son ardente cendre
      — (Guillaume Apollinaire, « Zone », dans Alcools, 1913)
    • Et je chantais cette romance
      En 1903 sans savoir
      Que mon amour à la semblance
      Du beau Phénix s’il meurt un soir
      Le matin voit sa renaissance.
      — (Guillaume Apollinaire, « La Chanson du Mal-aimé », dans Alcools, 1913)
  2. (Figuré) Personne que l’on prétend être unique ou rare dans son espèce, que l’on trouve supérieure à toutes les autres personnes qui suivent la même carrière.
    • Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois. — (Jean de La Fontaine, « Le Corbeau et le Renard », dans Fables)
    • Cet homme est le phénix des beaux esprits, des orateurs, des poètes.
    • Cette écolière est bonne élève, ce n’est pas un phénix.
  3. (Botanique) Genre de palmiers de nom scientifique Phœnix[1].
    • Je fus introduit par un laquais en petite tenue — habit noir sur pantalon gris fer — dans un hall jonché de peaux de bêtes, entre des floraisons excessives de phénix et de lataniers. — (Maurice Dekobra, La Madone des sleepings, 1925, réédition Le Livre de Poche, page 28)
  4. (Agriculture) Variété de coq domestique du Japon dont les plumes de la queue sont très longues.
  5. (Zoologie) Race de poules décoratives, originaires du Japon, de taille moyenne, à très longues plumes chez le coq.
  6. (Héraldique) Meuble représentant l’animal fabuleux du même nom dans les armoiries. Il est généralement représenté sous la forme d'un oiseau aux ailes éployées, la tête tournée vers l’angle chef dextre, le bas du corps disparaissant dans un brasier appelé immortalité en héraldique. On doit toujours blasonner la couleur du brasier.
    • D'azur au phénix d’or sur son immortalité de gueules, qui est de Sermaize-les-Bains de la Marne → voir illustration « armoiries avec un phénix »
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PHÉNIX. n. m.
Oiseau fabuleux qui, disait-on, était unique en son espèce, vivait plusieurs siècles et renaissait de sa cendre. Il se dit, figurément, d'une Personne qu'on prétend être unique ou rare dans son espèce, qu'on trouve supérieure à toutes les autres personnes qui suivent la même carrière. Cet homme est un phénix. Cette femme est un phénix. Cet homme est le phénix des beaux esprits, des orateurs, des poètes. Cet écolier est un bon élève, ce n'est pas un phénix.

Littré (1872-1877)

PHÉNIX (fé-niks') s. m.
  • 1Oiseau fabuleux, unique en son espèce, qui, disait-on, vivait plusieurs siè-cles, et qui, brûlé, renaissait de sa cendre. Hérodote est le premier écrivain qui ait parlé du phénix, Larchey, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. I, p. 168. Lorsqu'ils [les Égyptiens] voulaient représenter l'âme, dit Horapollon, ils peignaient un phénix, parce que cet oiseau, ajoute-t-il, est de tous les animaux celui qui vit le plus longtemps, ID. ib. p. 305.

    Fig. Un tribunal impuissant Au bûcher livra l'Émile, Phénix toujours renaissant, Béranger, Muse en fuite.

    Le phénix ne se montrait qu'une fois, quand il venait se brûler pour renaître. C'est [une actrice qui avait fait une visite à Ferney] le phénix à jamais regretté, On ne le voit qu'une fois dans sa vie, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 126.

  • 2 Fig. Personne unique dans son genre, supérieure aux autres. Prête de posséder le phénix de la Grèce, La fleur de nos guerriers, le sang de tant de dieux, Corneille, Médée, II, 5. Sans mentir, si votre ramage Se rapporte à votre plumage, Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois, La Fontaine, Fabl. I, 2. Diana appelle Vasquez le phénix des esprits, Pascal, Prov. V. Le phénix de la poésie chantante [Quinault], La Bruyère, XII.

    Il se dit aussi des choses. Voilà enfin quel est ce phénix des dictionnaires [le dictionnaire de l'Académie française] qui veut être seul en son espèce et n'avoir point de pareil, Furetière, Factums, t. I, p. 161. Un sonnet sans défaut vaut seul un long poëme ; Mais en vain mille auteurs y pensent arriver, Et cet heureux phénix est encore à trouver, Boileau, Art p. II.

  • 3En astronomie, le Phénix [avec une majuscule], constellation de l'hémisphère austral qui n'est pas visible dans nos climats.

HISTORIQUE

XIIIe s. Fenix est uns oisiaus en Arrabe, dont il n'a plus que un sol en trestout le monde, Latini, Trés. p. 214. Prode fame, par saint Denis, Dont il est mains [moins] que de fenis, la Rose, 2728. Tu iez l'aigles et li fenisces Qui dou soleil reprent jouvente, Rutebeuf, II, 14.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PHÉNIX. Ajoutez :
4Sorte de papillon, sphinx celerio.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « phénix »

Φοίνιξ, le phénix, proprement le rouge, de φοίνιξ, phénicien, à cause que les Phéniciens avaient découvert la pourpre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1690) Du latin phoenix, par le grec ancien φοῖνιξ, phoînix (« pourpre, palmier-dattier, oiseau fabuleux »).
(1121-34) fenix.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « phénix »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
phénix feniks

Citations contenant le mot « phénix »

  • Sans mentir, si votre ramage Se rapporte à votre plumage, Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois. Jean de La Fontaine, Fables, le Corbeau et le Renard
  • L'amour est un phénix qu'on ne prend pas au piège. De Érasme
  • Les gens du monde ont tellement l'habitude qu'on les recherche que, qui les fuit, leur semble un phénix et accapare leur attention. De Marcel Proust
  • "On redonne vie aux maillots, comme le phénix renaît de ses cendres" Boursorama, "On redonne vie aux maillots, comme le phénix renaît de ses cendres" - Boursorama

Images d'illustration du mot « phénix »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « phénix »

Langue Traduction
Anglais phoenix
Espagnol fénix
Italien fenice
Allemand phönix
Chinois 凤凰
Arabe طائر الفينيق
Portugais fénix
Russe феникс
Japonais フェニックス
Basque phoenix
Corse fenici
Source : Google Translate API

Synonymes de « phénix »

Source : synonymes de phénix sur lebonsynonyme.fr
Partager