Peser : définition de peser


Peser : définition du Wiktionnaire

Verbe 1

peser \pə.ze\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Examiner la pesanteur d’une chose, la rapporter à un poids déterminé.
    • […] mais elles n’existaient plus l’échoppe du cordonnier que traversaient les émissions sportives et la boulangerie où la mère de Josette pesait le pain. — (Kléber Haedens, Adios, Grasset, 1985)
    • Il fit peser les camions aux points de départ, d’arrivée, et en chemin. Cela n’éveilla pas les soupçons : on pèse les camions à des fins fiscales. — (Vladimir Volkoff, Le Berkeley à cinq heures, L’Âge d’Homme, 1993, p. 23)
    • Par leur étude, nous savons vraiment peser les atomes, et non pas seulement estimer assez grossièrement leur poids. — (Jean Perrin, Les Atomes, Félix Alcan, 1913, édition 1924, p. 154)
  2. Mesurer la masse volumique d’un liquide pour déterminer sa concentration en un élément particulier.
  3. (Figuré) Apprécier, estimer la valeur d’une chose.
    • Décidément, il est sage de ne pas peser un ecclésiastique sur sa mine. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  4. (Figuré) Examiner attentivement une chose, pour en connaître le fort et le faible.
    • Peser mûrement les choses, les raisons pour et contre, les conséquences d’une affaire.
    • On compte les voix, on ne les pèse pas.
    • Peser ses mots, ses paroles ; peser la valeur de chaque terme : Examiner, en parlant, la valeur, la conséquence de ce qu’on dit.
    • Peser toutes ses paroles, peser tout ce qu’on dit : Parler avec lenteur et circonspection.

Verbe 2

peser \pə.ze\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Avoir un certain poids.
    • On vient d’abattre à Lyon un platane géant. Cet arbre cubait près de 12 mètres et le tronc seul pesait 19540 kilogr. — (Bulletin de la Société royale forestière de Belgique, volume 15, 1908, page 224)
    • (Transitif)La carnassière, maintenant bien remplie, pesait à ses épaules le poids de deux forts lièvres. — (Alphonse de Châteaubriant, Monsieur des Lourdines, chap. 2, 1910)
    • Las, dans le petit monde de l’Université, la probité candide ne mène à rien, et l’enthousiasme pèse peu face aux manœuvres misérables de ceux qui ne reculent devant rien pour faire carrière. — (Alexis Liebaert, « On achève bien les profs », dans Marianne (magazine), n° 758, 29 octobre 2011, p. 85)
    • Il était devenu habituel que les terrassiers missent au jour de gros pavés esseulés au milieu de leur gangue de sable et de molasse. Quelquefois, les ouvriers devaient s'y mettre à quatre pour sortir les pierres, qui pesaient leur comptant. — (Jean-Paul Malaval, Quai des Chartrons, part. 1 : La fin des illusions, chap. 4, dans Histoires de familles, éditions Omnibus, 2013)
    • En 2000, je suis allé au Kosovo et j'ai revêtu une de ces cuirasses des démineurs. C'est lourd, ça pèse trente-cinq kilos. — (Pascal Convert, Raymond Aubrac. Résister, reconstruire, transmettre, Éditions du Seuil, 2011)
  2. (Informatique) Occuper un certain espace de stockage, en parlant d'un fichier.
    • Les pièces jointes ne doivent pas peser plus de 8 mégaoctets.
  3. (Par extension) (Figuré) Avoir une certaine valeur.
    • Cette entreprise pèse 5 milliards d’euros.
  4. (Familier) Définition manquante ou à compléter. (Ajouter)
    • Cela ne pèse pas plus qu’une plume : Se dit d’une chose très légère.
  5. (Figuré) (Familier) Définition manquante ou à compléter. (Ajouter)
    • Ne pas peser une once : N’être d’aucun poids.
    • Cette objection n’a pas pesé une once.
    • Cette pièce d’or ne pèse pas : Elle n’a pas le poids fixé par la loi.

Verbe 3

peser \pə.ze\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Appuyer fortement sur une chose, faire sentir son poids.
    • J’avais oublié le cran d’arrêt : je pèse sur cette languette amovible qui poussée en arrière découvre une lettre majuscule gravée, une esse, initiale du mot sûreté. — (Gaston Cherpillod, Les Changelins, L’Âge d’Homme, 1981, p. 147)
    • Comme un seul homme, ils sautent sur leurs mobs et pèsent sur les pédales à grands coups de reins et de jarrets.
      Ils n’ont qu’une idée, les petits galopins : déguerpir.
      — (Joseph Joffo, Tendre été, chap. 13, Jean-Claude Lattès, 1981)
    • Peser sur un levier.
    • Pesez sur cette planche pour la maintenir, pendant qu’on la sciera.
    • Peser sur les étriers.
    • Cette viande, cette boisson pèse sur l’estomac, Elle est difficile à digérer.
    1. (Canada) (Nantes) (Suisse) Presser, appuyer (sur un bouton, un interrupteur, etc.)
      • Peser sur le bouton de l’ascenseur
  2. (Équitation)
    • Ce cheval pèse à la main : Il s’appuie sur le mors et fatigue la main du cavalier.
  3. (Figuré) (Familier)
    • Cette personne lui pèse sur les épaules : Elle lui est à charge par son importunité.
  4. (Figuré) (Familier)
    • Cette personne, cette chose lui pèse sur les bras : Elle lui est à charge par la dépense qu’elle lui occasionne.
  5. (Figuré) Exercer sur la conscience un chagrin, un ressentiment, un repentir.
    • Cela lui pèse sur le cœur.
    • Ce souvenir, ce remords lui pèse sur la conscience.
  6. (Figuré) Causer de la peine, de l’inquiétude ou de l’embarras.
    • Toutes les ruses, il les imagine et les déploie avec un machiavélisme qui parfois lui pèse. — (Michel Droit, De Lattre, maréchal de France, Pierre Horay, éditions de Flore, 1952, p. 81)
  7. (Figuré)
    • Un secret lui pèse : Se dit en parlant d’une personne qui n’est pas capable de garder un secret.
  8. (Figuré) Demeurer plus longtemps, insister plus longtemps.
    • Il faut peser sur cette note. — Il faut peser sur cette syllabe.
  9. (Figuré) Exercer sur quelqu’un de l’influence, une sorte de contrainte morale.
    • L’impuissance de l’Europe à peser sur l’issue du conflit du Proche-Orient aggrava leurs difficultés […] — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 178)
    • En cette occasion le ministère pesa fortement sur la Chambre. — Je me reprocherais de peser sur votre choix.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Peser : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PESER. (Au futur, Je pèserai, et au conditionnel, Je pèserais.) v. tr.
Examiner la pesanteur d'une chose, la rapporter à un poids déterminé. Peser de la viande. Peser du pain. Peser une lettre, un paquet. Peser une pièce d'or. Peser avec des balances. Peser avec une bascule. Il signifie, au figuré, Apprécier, estimer la valeur d'une chose. Dieu pèse toutes nos actions. Il signifie encore, au figuré, Examiner attentivement une chose, pour en connaître le fort et le faible. Peser mûrement les choses. Peser les raisons pour et contre. Peser les conséquences d'une affaire. On compte les voix, on ne les pèse pas. Peser ses mots, ses paroles; peser la valeur de chaque terme, Examiner, en parlant, la valeur, la conséquence de ce qu'on dit. Peser toutes ses paroles, peser tout ce qu'on dit, Parler avec lenteur et circonspection.

PESER est aussi intransitif et signifie Avoir un certain poids. Ce paquet pèse peu, pèse beaucoup, pèse lourd. Le tout ensemble pesait plus de cent kilogrammes. Ses vêtements lui pesaient. Fam., Cela ne pèse pas plus qu'une plume, se dit d'une Chose très légère. Fig. et fam., Ne pas peser une once, N'être d'aucun poids. Cette objection n'a pas pesé une once. Cette pièce d'or ne pèse pas, Elle n'a pas le poids fixé par la loi.

PESER signifie aussi Appuyer fortement sur une chose, faire sentir son poids. Peser sur un levier. Pesez sur cette planche pour la maintenir, pendant qu'on la sciera. Peser sur les étriers. Cette viande, cette boisson pèse sur l'estomac, Elle est difficile à digérer. En termes de Manège, Ce cheval pèse à la main, Il s'appuie sur le mors et fatigue la main du cavalier. Fig. et fam., Cette personne lui pèse sur les épaules, Elle lui est à charge par son importunité. Fig. et fam., Cette personne, cette chose lui pèse sur les bras, Elle lui est à charge par la dépense qu'elle lui occasionne. Fig., Cela lui pèse sur le cœur, Cela lui cause du chagrin, du ressentiment. Fig., Ce souvenir, ce remords lui pèse sur la conscience, Il se repent de la manière dont il a agi. Fig., Cela lui pèse, Cela lui cause de la peine, de l'inquiétude, de l'embarras. Fig., Un secret lui pèse, se dit en parlant d'une Personne qui n'est pas capable de garder un secret.

PESER s'emploie aussi figurément, et il signifie Demeurer plus longtemps, insister plus longtemps. Il faut peser sur cette note. Il faut peser sur cette syllabe.

PESER signifie encore, au figuré, Exercer sur quelqu'un de l'influence, une sorte de contrainte morale. En cette occasion le ministère pesa fortement sur la Chambre. Je me reprocherais de peser sur votre choix.

Peser : définition du Littré (1872-1877)

PESER (pe-zé. La syllabe pe prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : je pèse, je pèserai) v. a.
  • 1Comparer la pesanteur d'une chose avec un poids connu et certain. Peser du pain, de la viande. C'est une chose bien étonnante qu'on soit parvenu à peser en quelque sorte les corps célestes ; mais croiriez-vous qu'on détermine à peu près le poids qu'auraient sur la surface de Saturne et celle de Jupiter les corps que nous pesons sur notre globe ? Condillac, Art de rais. III, 10.
  • 2 Fig. Examiner une chose attentivement pour en connaître le pour et le contre. Pesez bien les effets qui suivront mes paroles, Rotrou, St Gen. II, 8. Vous voulez tout peser avant que de faire le premier pas, Massillon, Panégyr. Sainte Magdel. Comme il [Louis XIV] était sage, et qu'il savait combien les paroles des rois sont pesées, Mme de Caylus, Souvenirs, p. 114, dans POUGENS. Connais tes intérêts, pèse-les et choisis, Voltaire, Olymp. IV, 2. On ne pardonne rien aux hommes d'un certain ordre : on pèse leurs plus indifférentes actions dans une balance rigoureuse, Diderot, Claude et Nér. I, 95.

    Absolument. Pesez, examinez ; j'ai résolu d'attendre, Et j'approuverai tout, Destouches, Irrésolu, II, 10.

    Peser les mots, les paroles, en apprécier les conséquences. Je pèse mes discours, je me trouble et m'étonne, Tant j'ai peu d'assurance en la foi de personne, Malherbe, V, 23. Personne ne pèse plus ses paroles que vous sur les choses importantes, Sévigné, 24 janv. 1689. Tous les mots sont à peser, Bossuet, Lett. 16. Pesez votre réponse avant de la faire, Rousseau, Hél. VI, 6.

    Peser toutes ses paroles, peser tout ce qu'on dit, parler avec lenteur, avec circonspection. Tous pesant leurs paroles, tous embarrassés de leurs voisins et d'eux-mêmes, Voltaire, Princ. de Babyl. 4. Il pèse tous ses mots, mesure tous ses pas, Desmahis, l'Impertinent, sc. 5.

  • 3Apprécier, en parlant des personnes. Il pesait les esprits, et donnait à chacun le rang qu'il méritait, Fléchier, Duc de Montausier. Il tient la balance éternelle Qui doit peser tous les humains, Rousseau J.-B. Odes, I, 11. Et Dieu nous pesa tous dans la même balance, Voltaire, 1er disc.

    On dit dans un sens analogue : peser les voix, les raisons, etc. Je ne compte pas les voix, je les pèse, Guez de Balzac, liv. VI, lett. 1. Elle [l'Académie] s'est persuadé qu'il fallait plutôt peser les raisons que compter les hommes qu'elle [la tragédie du Cid] avait de son côté, Acad. sentim. Cid. Acante, le public à vos vers applaudit ; C'est quelque chose, mais la gloire Ne compte pas toujours les voix, Elle les pèse quelquefois, La Fontaine, Lett. XII.

  • 4 V. n. Avoir un certain poids. Tous les corps connus pèsent, et il y a longtemps que la légèreté absolue a été comptée parmi les erreurs d'Aristote et de ses sectateurs, Voltaire, Phil. Newt. III, 1. Dans l'année 1750, un Anglais mourut âgé de vingt-neuf ans, à Mader en Essex ; il pesait 609 livres, poids anglais, Buffon, Suppl. à l'hist. nat. Œuv. t. XI, p. 118. On sait que, volume pour volume, la terre pèse quatre fois plus que le soleil, Buffon, Hist. nat. 2e disc. Œuv. t. I, p. 100. Un bateau placé sur la rivière déplace une quantité d'eau qui pèse précisément autant que le bateau et toute sa charge, Brisson, Traité de phys. t. I, p. 269.

    Cette pièce d'or ne pèse pas, elle n'a pas le poids légal

    Cela ne pèse pas plus qu'une plume, se dit d'une chose très légère.

    Fig. Il ne pèse pas une once, se dit d'un homme que la joie rend vif, alerte.

    Fig. Ce que pèse son bras, sa force, sa vaillance dans les combats. Tu l'as vu tant de fois au milieu des combats Montrer à tes pareils ce que pesait son bras, Corneille, Perth. III, 4.

    Par menace. Tu sauras ce que pèse ma main, tu éprouveras les effets de ma colère. Si je te vois jamais regarder cette porte, M'entends-tu ? tu sauras ce que pèse ma main, La Fontaine, l'Eunuque, v, 5. Je vous ferai sentir ce que pèsent mes coups, Boursault, le Merc. gal. I, 3.

    Terme de marine. Le vent pèse, il fait incliner le navire.

    Terme de chasse. Se dit en parlant des bêtes fauves qui enfoncent beaucoup leurs pieds dans la terre.

  • 5Graviter. Tous les corps, selon M. Newton, pèsent les uns sur les autres, ou s'attirent en raison de leurs masses, Fontenelle, Newton. Les satellites de Jupiter pèsent sur Jupiter, comme la lune sur la terre, les satellites de Saturne sur Saturne, toutes les planètes ensemble sur le soleil, Fontenelle, ib. Nous ne pouvons douter que les corps ne pèsent les uns sur les autres en raison directe de leurs masses et inverse du carré de leurs distances, Buffon, Hist. nat. Preuv. théor. terr. Œuv. t. I, p. 226.
  • 6 Fig. Avoir la valeur de. L'un et l'autre [le héros et le grand homme] mis ensemble ne pèsent pas un homme de bien, La Bruyère, II. La vie de l'ignorant ne pèse pas une heure de l'homme qui sait, Diderot, Opin. des anc. phil. (Sarrasins).
  • 7Faire sentir un poids. Que ces vains ornements, que ces voiles me pèsent ! Racine, Phèdre, I, 3. Sur lui pèse d'en haut une invisible main, Delille, Parad. perdu, IV.

    Terme de manége. Ce cheval pèse à la main, il s'appuie sur le mors de manière à lasser la main de son cavalier.

    Fig. Peser à la main, être à charge et ennuyeux.

  • 8Appuyer fortement sur une chose. Peser sur un levier. Passer ainsi la vie à chamailler, c'est peser sur le collier sans relâche comme les malheureux chevaux de la remonte des fleuves, Beaumarchais, Mar. de Figaro, III, 16.

    Fig. Peser sur, exercer une pression, de l'intimidation. Les ennemis se sont rendus puissants, on a pesé lourdement sur la Bretagne et sur le gouverneur, Sévigné, 590. Que l'Asie, pour peser sur l'Europe, eût acquis un nouveau poids, Montesquieu, Rom. 17.

    Terme de marine. Agir sur les cordages par son propre poids, les roidir en les tirant de haut en bas.

  • 9 Fig. Causer un malaise comparé à la pesanteur. Cette viande pèse sur l'estomac. Son déjeuner lui a pesé toute la journée.

    Causer un malaise moral. Cela lui pèse. À quelque esprit léger ou de votre heur jaloux, à qui ce grand secret a pesé comme à vous, Corneille, Héracl. II, 1. Rien ne pèse tant qu'un secret ; Le porter loin est difficile aux dames ; Et je sais même sur ce fait Bon nombre d'hommes qui sont femmes, La Fontaine, Fabl. VIII, 6. Pleurâtes-vous longtemps ? ne dormiez-vous point ? aviez-vous quelque chose qui vous pesait sur le cœur ? mon Dieu ! comment faisiez-vous ? Sévigné, 153. Cet aveu me pesait, quoiqu'il fût nécessaire, Lanoue, Coquette corr. IV, 1.

    L'argent lui pèse, se dit d'un prodigue qui a hâte de dépenser. Cet argent-là lui pèse ; il veut s'en dessaisir, Destouches, Dissip. I, 1.

    On dit aussi : l'argent ne lui pèse guère, il le dépense facilement.

  • 10 Fig. Être soutenu, comme est soutenu un poids, en parlant de choses importantes. Tout le fort des combats pèse aujourd'hui sur moi, Delille, Én. XI.
  • 11Être à charge. Tout ceci ne me pèse et l'esprit ne me trouble, Régnier, Sat. VI. Je ne sais comme on peut inhumainement peser sur les gens qu'on doit aimer, Sévigné, 25 sept. 1687. M. de Rennes vous garde votre appartement… c'est un homme admirable ; il ne pèse rien, ni ses gens aussi, Sévigné, 26 janv. 1680. Ma funeste amitié pèse à tous mes amis, Racine, Mithrid. III, 1. Il croit peser à ceux à qui il parle, La Bruyère, VI. Une dépense qui commençait à peser, Hamilton, Gramm. 6. Dans l'état où je suis, on pèse à l'amitié, Gresset, Sidn. II, 6. À présent les vingt-quatre heures me pèsent beaucoup, Staël, Corinne, I, 3.

    Peser sur les épaules, être ennuyeux, fatigant. Que sa présence me pèse sur les épaules ! Molière, Bourg. gent. III, 6. L'abbé Testu est parti, disant que Paris lui pèse sur les épaules, Sévigné, 52.

    On dit dans le même sens : peser sur. la poitrine. Ce Figaro pèse sur ma poitrine, Beaumarchais, Mère coupable, IV, 3.

    Peser sur les bras, être à charge par la dépense.

  • 12Demeurer plus longtemps sur. Il faut peser sur cette syllabe.

    Peser sur, faire remarquer. Je pèse sur l'agrément et sur l'utilité même de cette sorte de vivacité [la présence d'esprit], Sévigné, 10 déc. 1688. Pesons davantage sur cette parole, Bossuet, 1er sermon, Annonc. 1.

  • 13Se peser, v. réfl. Être pesé. Cela se pèse à la balance.

REMARQUE

Pour l'accord du participe passé, il faut bien distinguer peser, v. a. et peser v. n. Ainsi on écrira sans difficulté : Des trente kilogrammes que j'ai pesés un à un pour en déterminer le poids exact ; mais on écrira : Des trente kilogrammes que cet enfant a pesé, il en faut retrancher plusieurs pour avoir son poids après la maladie dont il sort ; car ici peser n'est qu'en apparence verbe actif.

HISTORIQUE

XIe s. Que mort [il] l'abat, cui qu'en peist ou cui non [qui que ce soit qui en ait du chagrin ou non], Ch. de Rol. XCVI. Et d'Oliver lui peise mout forment, ib. CLXXX.

XIIe s. La nuit fist-il sa chape une feiz recouper ; à peine la poeit, issi pesout [tant elle pesait], porter, Th. le mart. 48.

XIIIe s. Et le fist moult honorablement sevelir comme empereour, et mettre en terre, et fist grant semblant que il l'en pesast [d'en être affligé], Villehardouin, XCVIII. [Je] Ne vous feroie mal pour mil mars d'or pesé, Berte, CXIV. Nus bateur d'estain ne doit rien de chose que il vende ne achate apartenant à son mestier, se la chose n'est pesée ou pois le roy, Liv. des mét. 76. Si doit on peser en casune [chacune] vile au pois qui y est acoustumés, Beaumanoir, XXVI, 16.

XIVe s. … Je tien pour le meillour Qu'à tout compter et bien penser à drame [peser à drachme], Je voi assez puisque je voi ma dame, Machaut, p. 132. Celui à qui il en poise est appelé nolens en latin, et celui à qui il n'en poise pas est appelé non nolens, Oresme, Eth. 61.

XVe s. Or d'une corde d'une toise, Sçaura mon col que mon cul poise, Villon, Quatr.

XVIe s. Et qu'ainsi soit, le moindre de tous ceulx Pesoit [valait] ung duc, ung marquis ou un conte, Marot, J. V, 177. Ce que j'eusse passé à un aultre sans m'y arrester, je l'ai poisé et remarqué en…, Montaigne, I, 58. Parce que ces evenements nous poisent [semblent importants], il semble qu'ils luy poisent aussi [à Dieu], Montaigne, II, 268. Entre deux pareils ouvrages je poiserois tousjours contre le mien, Montaigne, III, 32. Je serois d'opinion que nous pesissions nos escus, Despériers, Contes, CIV. Des vases pesans chacun trois talents, Amyot, P. Aem. 56. Il pesoit trop toutes choses pour ne rien perdre, et ne mettre rien en hasard, Amyot, Marcell. 12. La teste d'un chef en peze plusieurs milliers, D'Aubigné, Hist. III, 285. À un chacun son fardeau poise, Cotgrave Mal poise qui ne contrepoise, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Peser : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PESER, v. a. (Gramm. & Comm.) c’est examiner la pesanteur de quelque chose, la confronter avec un poids certain, réglé & connu, tel que peut être la livre, le marc, le cent, le quintal, &c.

Pour peser les métaux, les drogueries, les épiceries, les cotons, les laines & autres semblables marchandises d’œuvres de poids, que l’on vend en gros ; l’on se sert de la romaine, ou des grandes balances à plateaux.

A l’égard des mêmes marchandises qui se vendent en détail, c’est de la petite balance a bassins, ou du peson dont on se sert. Le trébuchet est pour peser l’or, l’argent, & autres choses précieuses.

On dit qu’il faut peser des marchandises net, pour faire entendre qu’elles doivent être pesées sans emballages, caisses, ni barils : au contraire, quand on dit qu’elles doivent être pesées ort ou brut, cela veut dire qu’il faut les peser avec leur emballage, leurs caisses & leurs barils. Dictionn. du commerce. (D. J.)

Peser les malades, c’étoit anciennement en Angleterre une coutume de guérir les enfans malades, en les pesant au tombeau de quelque saint, en mettant, pour les contrebalancer, dans l’autre côté de la balance, de l’argent, du pain de froment ou quelqu’autre chose que les parens avoient la volonté de donner au bon Dieu, à ses saints ou à l’église.

Mais c’étoit toujours une somme d’argent qui devoit faire partie du contrepoids ; on venoit à bout de les guérir par ce moyen, ad sepulchrum sancti nummo se ponderabat.

Supposé que cette coutume fût reçue en Angleterre, elle approche de celle que la pieuse crédulité des fideles a introduite dans différentes provinces de France, de vouer leurs enfans malades aux Saints sur leurs tombeaux, ou sur leurs autels, de les y faire asseoir, de leur faire boire de l’eau des fontaines qui coulent près de leurs reliques ou des églises qui leur sont dédiées.

Peser la pierre, (terme de Carrier.) c’est la soulever de dessus le tas avec la grosse barre, pour la mettre sur les boules.

Peser a la main, en terme de Manége, se dit d’un cheval qui n’ayant point de sensibilité dans la bouche, s’appuie sur le mords au point de fatiguer le bras du cavalier.

Peser, (Marine.) c’est tirer de haut en bas.

Peser sur une manœuvre, ou sur quelque autre chose, c’est-à dire, tirer sur cette manœuvre pour la faire baisser.

Peser sur un levier, c’est aussi le faire baisser.

Peser, (Chasse.) se dit d’une bête qui enfonce beaucoup de ses piés dans la terre ; c’est une marque qu’elle a grand corsage.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Peser : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « peser » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « peser »

Étymologie de peser - Wiktionnaire

(Date à préciser) Du latin populaire *pesare, en latin classique pensare, dérivé de pendere (« peser ».) Peser est doublet populaire de penser (→ voir penser).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de peser - Littré

Picard, epser, poiser ; bourguig. poisé ; provenç. pessar, pezar ; espagn. pesar ; ital. pesare ; du lat. pensare, peser, fréquentatif de pendere [2ème e bref] (voy. PENDRE et PENSER). Dans le moyen âge, peser, verbe neutre, avait le sens d'être pénible à l'âme.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « peser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
peser pœze play_arrow

Conjugaison du verbe « peser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe peser

Citations contenant le mot « peser »

  • Le club champion de France n'avait pas besoin de ça. Sur les 45 matches joués cette saison, Mbappé en a manqué 11. En moyenne, le PSG marque 3,2 buts/match avec lui, et 2,1/match sans lui. En Ligue des champions, il est impliqué sur 9 buts cette saison (5 réalisations, 4 passes décisives). Il était apparu en jambes lors des derniers matches amicaux, et face aux Verts où il est à l'origine de l'unique but signé Neymar. Son absence va peser d'autant plus lourd qu'elle n'est pas la seule. Angel Di Maria sera suspendu face à l'Atalanta tandis qu'Edinson Cavani n'a pas prolongé son contrat. À l'heure où la règle temporaire des 5 changements autorisés multiplie les options pour les entraîneurs, Thomas Tuchel devra faire avec un banc très limité dans le secteur offensif. Tout le contraire de Gian Piero Gasperini et son effectif étoffé à l'Atalanta. Sport24, Le PSG sans Mbappé : que disent les stats ? - Ligue des champions - Football
  • On finit toujours par s’ennuyer quelque peu en villégiature. En une de ces heures où la paresse ne suffit plus et finit par peser sur l’esprit autant qu’un lourd travail. De Alfred Capus / Monsieur veut rire
  • En face des effroyables menaces que l'homme fait peser sur lui-même, on doit se demander s'il pourra se sauver autrement qu'en se dépassant. De Jean Rostand / Ce que je crois
  • Oh quel bien-être, quel bien-être indicible que de se sentir en sécurité avec quelqu’un à l’abri de tout danger, sans avoir à peser ses pensées, à mesurer ses paroles. De Sagesse indienne
  • Pour combien d'esprits penser n'est pas peser le pour et le contre, mais pencher pour quelque chose ! De Pierre Baillargeon / Commerce
  • Rien dans la vie n'est plus extraordinaire que la foi, cette grande force qu'on ne peut ni peser ni vérifier. De William Osler
  • Qui saura peser ce qu'il entre du comédien dans tout homme public toujours en vue ? De Alfred de Vigny / Servitude et grandeur militaires
  • Un ami fidèle n'a pas de prix, et pas de poids pour peser sa valeur. De La Bible / L'Ecclésiastique
  • La légèreté chez la femme est une qualité essentielle : ne peser jamais sur un homme ! De Nadine de Rothschild / Le Figaro - 4 Mai 1987

Images d'illustration du mot « peser »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « peser »

Langue Traduction
Corse pisu
Basque pisatzen
Japonais 重さ
Russe взвешивать
Portugais pesar
Arabe وزن
Chinois 称重
Allemand wiegen
Italien pesare
Espagnol pesar
Anglais weigh
Source : Google Translate API

Synonymes de « peser »

Source : synonymes de peser sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « peser »


Mots similaires