La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « persuadé »

Persuadé

Définitions de « persuadé »

Trésor de la Langue Française informatisé

PERSUADER, verbe trans.

A. − Amener (quelqu'un) à être convaincu (de quelque chose) par une argumentation logique ou faisant appel aux sentiments. Synon. convaincre.
1. [Le suj. désigne une pers.]
a) Qqn persuade qqn de qqc./que + ind. ou subj.Papa l'avait persuadée que cela minerait sa situation dans les affaires (Drieu La Roch., Rêv. bourg., 1937, p.260):
1. J'étais certain d'aimer bientôt. Peut-être eût-il suffi dès ce moment d'une brusque décision pour me persuader de mon amour, orgueilleusement en souffrir, en mourir. Giraudoux, Simon, 1926, p.87.
[P. ell. du compl. d'obj. dir.] Qqn persuade de qqc./que + ind. ou subj.M. de Voltaire (...) cherche à persuader qu'il y eut peu de martyrs dans l'église primitive (Chateaubr., Génie, t.2, 1803, p.369).
Qqn persuade qqn.Il n'est pas toujours nécessaire de combattre et d'abattre par la force des adversaires déclarés: on peut les persuader d'abord (Nizan, Chiens garde, 1932, p.179).
Absol. Qqn persuade.Quel charmant apôtre, que celui qui fortifie et persuade par sa seule présence (Amiel, Journal, 1866, p.174).
b) Vx ou littér. Qqn persuade à qqn qqc./que + ind. ou subj.Olivier lui persuada facilement qu'il devoit rester auprès de la duchesse (Genlis, Chev. Cygne, t.3, 1795, p.355).Il ne suffit pas qu'une chose soit dite, il faut qu'elle soit publiée, prouvée, persuadée à tous, universellement reconnue (Senancour, Obermann, t.2, 1840, p.171):
2. Je ne sais quelle amie intrigante était parvenue à persuader à cette âme naïve et si timide qu'il était de son devoir de partir pour Saint-Cloud, et d'aller se jeter aux genoux du roi Charles X. Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p.505.
[P. ell. du compl. d'obj. indir.] Qqn persuade qqc./que + ind. ou subj.Cherchez quel est son secret, par quels moyens il parvient à de tels effets, comment il persuade ses opinions (Barante, Hist. ducs Bourg., t.1, 1821-24, p.31).
c) Empl. pronom.
réfléchi
dir. C'est s'abuser soi-même que de se persuader qu'on comprend pareille chose (Destutt de Tr., Idéol. 1, 1801, p.172).Esther s'était mise à détester son fils parce que, se persuadait-elle, il avait eu la lâcheté de lui jeter sa folle résolution dans la figure (Aragon, Beaux quart., 1936, p.242).
indir., vx ou littér. Je me persuade à moi-même toutes sortes d'erreurs (Gobineau, Pléiades, 1874, p.210).Il cherchait à se persuader le contraire (Huysmans, À rebours, 1884, p.104).
réciproque. Ainsi ces deux excellents hommes (...) disputaient ensemble sans jamais se persuader l'un l'autre et sans s'apercevoir jamais de l'évidente inutilité de leurs paroles (A. France, Vie fleur, 1922, p.312).
d) Au part. passé. Synon. convaincu.Êtes-vous persuadée maintenant, madame, qu'il n'y a personne ici? (Camus, Cas intéress., 1955, 1ertemps, 3etabl., p.635).
Empl. adj. du part. passé. J'ai laissé sur cela le comte très persuadé (Staël, Lettres div., 1793, p.500).Je me sentis en ce moment si persuadé de son innocence (...) que j'étais pénétré de repentir (Musset, Confess. enf. s., 1836, p.235).
2. [Le suj. désigne une chose]
a) Qqc. persuade qqn de qqc./que + ind. ou subj.Tout, dans ses propos, son attitude, ses gestes, me persuade à nouveau de son indifférence et de sa froideur à mon égard (Gide,Journal,1914, p.493).Cette idée me persuadait que je devais avoir du plaisir auprès de Rachel (Proust, Prisonn., 1922, p.166).
[P. ell. du compl. d'obj. dir.] Qqc. persuade qqn.Ce discours persuada pleinement mon père (Genlis, Chev. Cygne, t.2, 1795, p.65).
b) Vx ou littér. Qqc. persuade à qqn qqc./que + ind. ou subj.[La Malibran] était comme les jeunes gens qui ont du talent, mais dont l'âge plus bouillant et l'inexpérience leur persuadent toujours qu'ils n'en feront jamais assez (Delacroix, Journal, 1824, p.171).Affranchi des vaines terreurs et détourné des cruautés que la religion persuade aux hommes ignorants (A. France,Île ping.,1908, p.165).
[P. ell. du compl. d'obj. indir.] Qqc. persuade qqc.L'expérience même semble persuader le contraire (J. Vuillemin, Essai signif. mort, 1949, p.53).
B. − Amener (quelqu'un) à faire quelque chose.
1. [Le suj. désigne une pers.]
a) Qqn persuade qqn de faire qqc.J'ai fini par le persuader d'en prendre une [garde-malade] que j'ai été chercher (Ramuz, A. Pache, 1911, p.305).Se soûler pour trouver le courage de te parler, pour te persuader de t'échapper de ce foutu train d'excursion (Camus, Requiem, 1956, 1repart., 3etabl., p.856).
b) Vx ou littér. Qqn persuade à qqn de faire qqc.Le moindre cuistre eût pu l'émouvoir, l'irriter, le troubler et, au besoin, lui persuader d'agir ou de s'abstenir dans la sphère de ses goûts les plus purs et de ses habitudes les plus modestes (Sand, Hist. vie, t.4, 1855, p.362).Il (...) lui persuada d'écrire (Goncourt, Ch. Demailly, 1860, p.12).
c) Empl. pronom. Les artistes se persuadent aisément de ne rien devoir à ceux qui les ont précédés (Mauriac, Vie Racine, 1928, p.227).
Vx ou littér. [Construit avec un inf. dir.] Se persuadant ne céder qu'à la cupidité seule (Péladan, Vice supr., 1884, p.150).Ils se persuadent aspirer pleinement à l'abolition de leur être, dans tous les cas (Blondel, Action, 1893, p.32).
2. [Le suj. désigne une chose] Qqc. persuade qqn/à qqn de faire qqc.Voici une raison, un intérêt, une occasion qui me détermine, en d'autre termes, qui me persuade d'agir (Lacord, Conf. N.-D., 1848, p.190).
REM.
Persuadeur, -euse, adj.,rare. Qui est susceptible de persuader. Parfums persuadeurs qui montent du lit creux! (Cros, Coffret santal, 1873, p.94).Cette existence avait fini par devenir d'un charme sombre et persuadeur (Villiers de L'I.-A., Contes cruels, 1883, p.29).
Prononc. et Orth.: [pε ʀsɥade], (il) persuade [pε ʀsɥad]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. a) 1370-72 absol. «conseiller, amener les gens à croire ou à vouloir quelque chose» (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, livre X, 20, fol. 220a, note 15, p.538); b) 1370-72 trans. (Id., ibid., livre III, 11, fol. 49c, p.197: nul ne s'efforce de persuader, admonester et enduire nous par painne, menace ou promesse); c) 1658-62 pronom. (Pascal, Pensées, éd. L. Lafuma, 737, p.596); 2. a) ca 1460 «faire admettre quelque chose par la persuasion» persuader qqc. à qqn (G. Chastellain, Chron., éd. Kervyn de Lettenhove, IV, 489); b) 1460 persuader à qqn que (Id., ibid., 439); c) 1546 persuader à qqn de faire qqc. (La Bible..., impr. à Genève par Jehan Girard, 2 Mac., 4, fol. 71 ro); 3. 1546 pronom. «s'imaginer» (Est.); 1559 avec un inf. dir. (Amyot, Calon, 29 ds Littré). Empr. au lat. class. persuadere «décider à faire quelque chose; convaincre», comp. de per- préf. à valeur intensive et de suadere «conseiller». Fréq. abs. littér.: 3778. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 6029, b) 4103; xxes.: a) 4883, b) 5784. Bbg. Gohin 1903, p.282. _Loveday (L. C.). Persuader in Mod. Fr. Mod. Lang. 1961, t.42, pp.99-100.

Littré (1872-1877)

PERSUADÉ (pèr-su-a-dé, dée) part. passé de persuader
  • Que l'on a porté à croire telle ou telle chose. On n'a qu'à voir leurs livres [des pyrrhoniens], si l'on n'en est pas assez persuadé [de l'incertitude des choses] ; on le deviendra bien vite et peut-être trop, Pascal, Pens. VIII, 1, éd. HAVET. Persuadé de la religion par sa philosophie, et incapable d'être faiblement persuadé, Fontenelle, Renau.

    Substantivement. Il avait toute la simplicité et l'enthousiasme d'un persuadé, Voltaire, Dial. 27.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « persuadé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
persuadé pɛrsyade

Citations contenant le mot « persuadé »

  • Adressez-vous plutôt aux passions qu'aux vertus quand vous voudrez persuader une femme. Donatien Alphonse François, comte de Sade, dit le marquis de Sade, La Philosophie dans le boudoir
  • Ce qui persuade, c'est le caractère de celui qui parle, non son langage. Ménandre, Hymnis, fg. 472 K (traduction G. Guizot)
  • L'exégèse ne persuade ou ne dissuade que ce qui est déjà dissuadé ou persuadé. De Henri Guillemin / L'affaire Jésus
  • Est bourgeois tout ce qui vit de persuader. Émile Chartier, dit Alain, Les Idées et les Âges, Gallimard
  • Il y a des gens qu'il faut étourdir pour les persuader. Claude Adrien Helvétius, Notes, maximes et pensées
  • Le meilleur moyen de persuader consiste à ne pas persuader. Isidore Ducasse, dit le comte de Lautréamont, Poésies, II
  • L'art de persuader consiste autant en celui d'agréer qu'en celui de convaincre. Blaise Pascal, De l'esprit géométrique
  • "ça me fait hurler. Il n'y a pas de coïncidence. ça démarre toujours au même endroit. ": je suis à peu près persuadé que c'est quelqu'un qui met le feu". midilibre.fr, Le maire de Générargues : "Je suis à peu près persuadé que c'est quelqu'un qui met le feu" - midilibre.fr
  • "Les gestes barrière pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, notamment la distanciation physique, sont impossibles à faire respecter dans les campements, et les populations précaires sont celles qui sont les plus exposées au Covid", averti M. Barda qui est persuadé que le campement se reconstituera "dans quelques jours". LaProvence.com, France - Monde | A Aubervilliers, la police évacue un vaste campement de migrants | La Provence

Images d'illustration du mot « persuadé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « persuadé »

Langue Traduction
Anglais persuaded
Espagnol persuadido
Italien persuasi
Allemand überredet
Chinois 说服了
Arabe أقنع
Portugais persuadido
Russe убежденный
Japonais 説得された
Basque limurtu
Corse cunvince
Source : Google Translate API

Synonymes de « persuadé »

Source : synonymes de persuadé sur lebonsynonyme.fr

Persuadé

Retour au sommaire ➦

Partager