La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « pénitent »

Pénitent

Définitions de « pénitent »

Trésor de la Langue Française informatisé

PÉNITENT, -ENTE, adj. et subst.

I. − Adj., THÉOL. CHRÉT. [Corresp. à pénitence A 1 et A 3]
A. −
1. [En parlant d'une pers.] Vieilli. Qui est contrit d'avoir péché, qui a le regret intérieur et effectif de ses fautes; qui pratique des exercices de pénitence. Synon. contrit, repentant.Pécheur pénitent; femme pénitente. David avoit jadis pleuré son péché dans ces lieux: de toutes parts on voyait sur les murs des vers écrits de la main du monarque pénitent, lorsqu'il versa ses larmes immortelles (Chateaubr., Martyrs, t. 3, 1810, p.85).Je voudrais bien me ranger à une meilleure vie. Je viens à vous, plein de contrition. Je suis pénitent. Je me confesse. Je me frappe la poitrine à grand coups de poing (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p.453).
2. Qui manifeste le repentir. Larmes pénitentes. Ces stances pénitentes d'une adorable ingénuité: Le ciel est par-dessus le toit (A. France, Vie littér., 1891, p.314).Dans la nuit d'un confessionnal, il jeta toutes ses faiblesses. Il heurta le bois vernis de son front pénitent (Mauriac, Enf. chargé de chaînes, 1913, p.218):
1. Madeleine repentie, elle expie dans d'austères pratiques les tendres péchés de sa jeunesse. Sa prunelle blanche prêche l'amour de Dieu, et son oeil tout pénitent ne pleure qu'eau bénite. Sainte-Beuve, Tabl. poés., fr., 1828, p.138.
B. − P. ext. [En parlant d'un inanimé] Consacré, voué à la pénitence. Tous [les habitants des nations de l'Orient], d'accord sur quelques points de son histoire, célèbrent sa vie pénitente [de Dieu], ses mortifications, ses jeûnes, ses fonctions de médiateur et d'expiateur (Volney, Ruines, 1791, p.158).Le couvent de chez Mmede Duras est un vrai cloître, rude, austère, pénitent (Sainte-Beuve, Portr. femmes, 1844, p.52).
II. − Substantif
A. −
1. RELIG. CATH. [Corresp. à pénitence A 2] Personne qui se confesse auprès d'un prêtre pour recevoir le sacrement de pénitence. Absoudre, confesser un pénitent. Hiltrude, la pénitente du pape Eugène (Hugo, Rhin, 1842, p.231).Rastignac s'était confessé à lui-même: il avait été le prêtre et le pénitent, le juge et l'accusé (Balzac, Splend. et mis., 1844, p.26).«Ouvre la porte de la pénitence... Donne-moi les larmes qui lavent l'impureté de mon coeur» implorent le prêtre et le pénitent ensemble (Philos., Relig., 1957, p.52-2).
Loc. verb. fam., vx. Avoir l'air d'un pénitent. ,,Avoir l'air contrit, humilié ou affecter cet air par hypocrisie`` (Ac. 1835, 1878).
2. HIST. RELIG. CATH. Personne qui, ayant gravement péché, se trouvait exclue de la participation aux sacrements et devait se soumettre en public à certaines pénitences avant d'être réintégrée dans la société des fidèles. Exclusion, réconciliation des pénitents. Dans la primitive église, le pénitent s'accusait à voix haute devant l'assemblée des fidèles (Coppée, Bonne souffr., 1898, p.181).
B. − [Corresp. à pénitence A 3]
1. Personne qui fait pénitence, qui vit dans l'austérité. M. Le Noir de Saint-Claude, qui demeurait depuis environ quatorze ans (...) dans la petite maison de la cour (...) y vivant le plus qu'il pouvait en solitaire et en pénitent, et ne redevenant avocat la plupart du temps qu'en guêtres encore et en sarrau (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 5, 1859, p.549).
En partic. Religieux, religieuse appartenant à un ordre ou à une congrégation voués particulièrement à la pénitence:
2. ... le souvenir et l'exemple du glorieux séraphin d'Assise, dont elle [St Élisabeth] était déjà fille comme pénitente du tiers-ordre, l'emporta dans son coeur (...) et elle se décida à embrasser sa règle dans toute sa rigidité primitive... Montalembert, Ste Élisabeth, 1836, p.197.
2. Membre d'une confrérie laïque qui se livre à des exercices particuliers de pénitence, qui participe à des oeuvres de charité et qui porte dans certaines occasions une longue cagoule caractéristique. Pénitent blanc, bleu, gris, rouge; file, procession de pénitents. Les prières bourdonnantes des pénitents noirs qui accompagnaient un criminel au supplice (Bertrand, Gaspard, 1841, p.129).V. aussi infra ex. 4:
3. À la nuit close, les «pénitents» revêtus d'une robe monacale noire ou brune, la tête couverte d'une cagoule qui ne laisse voir que leurs yeux, chargent une longue et lourde croix sur les épaules de l'un d'eux ou portent un Christ mort, à la lueur des torches dans les rues du village (Auvergne). Menon, Lecotté, Vill. Fr., 1, 1954, p.59.
III. − Subst. masc., spéc.
A. − GLACIOL. Pénitents (de neige). Lames de neige sèche, à la surface du névé, qui se développent jusqu'à dépasser la taille d'un homme et sont propres aux névés et aux glaciers des montagnes tropicales ou subtropicales sèches (d'apr. George 1970). Les pénitents font songer aux confréries de pénitents blancs qui défilent encore en Espagne pour les processions de la Semaine Sainte, d'où leur nom (L. Lliboutry, Traité de glaciol., Paris, Masson, t. 1, 1964, p.372):
4. Les phénomènes d'ablation sont à l'origine, à la surface des glaciers, d'un microrelief dont une des formes les plus caractéristiques sont les pénitents de neige (...). Ce sont des reliefs en saillie, de forme grossièrement conique (...). Ils forment toujours des champs parfois très denses, où la circulation entre les pénitents est malaisée. J. Tricart, A. Cailleux, Traité de géomorphol., Paris, t. 3, 1962, p.38.
B. − JEUX (de société). [Corresp. à pénitence B 1 c] Personne qui, au cours d'un jeu, se voit attribuer une pénitence:
5. Le joueur qui ordonne la pénitence s'adjuge généralement le rôle de guide et, prenant alors par la main celui qui a failli, il le prie de tenir un chandelier et l'entraîne dans le cercle formé par les assistants. Chaque fois qu'il arrive devant une dame il l'embrasse galamment et, par compensation, essuie avec son mouchoir la bouche du pénitent qui tient le chandelier. D'Allemagne, Récr. et passe-temps, 1904, p.191.
C. − MINES, vx. Homme qui était chargé dans les mines d'enflammer préventivement le grisou avant que ce gaz ne fût en trop grande quantité dans les galeries (D'après Mots rares 1965). Autrefois (...) un homme (...) enflammait (... ) les accumulations [de grisou] (...) [Son] costume, [son] capuchon de cuir (...) lui avait fait donner le nom de pénitent (Haton de La Goupillère, Exploitation mines, 1905, p.989).Malgré les descentes fréquentes du pénitent pour enflammer les poches de grisou, (...) il [le piqueur ou le traîneur] sait le danger d'un éboulement, d'une irruption de gaz ou d'une venue d'eau (E. Schneider, Charbon, 1945, p.169).
Prononc. et Orth.: [penitɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:t]. Ac. 1694 et 1718: pe-; 1740: pe- mais «Pécheur pénitent``; dep. 1762: pé-. Étymol. et Hist. I. Subst. A. Ca 1200 «châtiment, punition» (Chevalier au cygne, 67 ds T.-L.), ex. isolé et leçon isolée du ms. BN fr. 1621, cf. The Old French Crusade Cycle I, Beatrix, éd. J. A. Nelson, 1875, paiemens (cf. var.). B. 1. a) 1598, 19 juin «membre d'une confrérie de laïcs pratiquant la pénitence» (doc. Arch. Hte-Garonne E 920: la Confrairie de Mr St Hierosme des Poenitans Bleus [de Toulouse]); b) xvies. «personne qui fait pénitence» (Vaux-de-vire d'Olivier Basselin, éd. P. L. Jacob, Paris, 1858, XXX, p.54: [Eau] Beuvrage de pénitent); 2. 1636 «personne qui va en confession» (Monet); 3. 1902 spéc. glaciol. pénitents des neiges (Écho des Alpes, no9, pp.339-40 ds Quem. DDL t. 27). II. Adj. 1. 1370-72 «qui se repent» (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, VII, 12, p.388: non penitent ou non repentant); 2. 1603 «(d'une chose) qui exprime la pénitence; voué à la pénitence» (M. Régnier, Satires, XIII, 30, éd. G. Raibaud, p.173: Son oeil tout pénitent ne pleure qu'eau bénite). Empr. au lat. paenitens «qui regrette, qui se repent» (part. prés. du verbe impers. paenitet, v. pénitence) employé comme subst. dans la lang. chrét. au sens de «celui qui se repent» (av. 257, St Cyprien) et de «pénitent; pénitent public» (ves.), Blaise Lat. chrét. Cf. la forme adaptée peneänt «pénitent» subst. (ca 1150, Wace, St Nicolas, 1204 ds T.-L.) et adj. (1170 Horn, 3949, ibid.: un paumer pen[ë]ant). Le sens I B 3 est empr. à l'hispano-amér. penitente «reste de glaces et neiges de glaciers» (dans la Cordillère des Andes; cf. Al.). Fréq. abs. littér.: 485. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 956, b) 722; xxes.: a) 530, b) 540.

Wiktionnaire

Adjectif - français

pénitent

  1. (Religion) Qui a regret d’avoir offensé Dieu, qui est dans la pratique des exercices de la pénitence.
    • Pécheur pénitent. — Femme pénitente.
  2. Qui fait pénitence.
    • Dieu consent enfin à interrompre la tâche pénitente de ses maux ; Il lui accorde de souffler et le Démon profite de cette accalmie pour entrer en scène. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)

Nom commun - français

pénitent \pe.ni.tɑ̃\ masculin (pour une femme, on dit : pénitente)

  1. (Religion) Personne qui se repent de ses péchés et fait pénitence ; personne qui confesse ses péchés au prêtre.
    • Une chose qui me fit donner une attention plus particulière aux exploits de ce brigand, c'est que sa femme, qui demeurait dans la ville basse d'Étampes, était une de mes pénitentes les plus assidues. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes,)
    • Eh bien ! reprit Bois-Guilbert, je parlerai avec autant de franchise que jamais le fit une pénitente crédule à son père spirituel, au confessionnal. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Des archers à barbe pointue, portant de larges chapeaux à plumes, marchaient d’abord sur deux rangs avec de longues hallebardes, puis, se partageant en deux files de chaque côté de la rue, renfermaient dans cette double ligne deux lignes pareilles de pénitents gris ; du moins donnerons-nous ce nom, connu dans quelques provinces du midi de la France, à des hommes revêtus d’une longue robe de cette couleur, qui leur couvre entièrement la tête en forme de capuchon, et dont le masque de la même étoffe se termine en pointe sous le menton comme une longue barbe, et n’a que trois trous pour les yeux et le nez. On voit encore de nos jours quelques enterrements suivis et honorés par des costumes semblables, surtout dans les Pyrénées. — (Alfred de Vigny, Cinq-Mars, Michel Lévy frères, 1863)
    • Le père Cotton craignait si peu que ses pénitentes le quittassent, qu'au contraire il leur conseillait d'aller parfois aux autres confesseurs : […]. — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, page 83)
    • — Vous l’avez vu ? vous l’avez vu ? dit Mlle Chotard, en écrasant de nouveaux pieds pour regagner sa chaise, il m’a saluée pour se moquer de moi. Je n’ai que faire de ses saluts. Il est vexé que je ne sois plus sa pénitente — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 175)
  2. (Par extension) Membre d'une confrérie religieuse qui organise des processions où l'on simule le repentir.
    • Ce furent ensuite, — ainsi j'ai entendu, ainsi je raconte, -[…]— et les prières bourdonnantes des pénitents noirs qui accompagnent un criminel au supplice. — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • À ce moment, ils virent, dans la nuit tombée, rouler de loin vers eux des lumières et des chants lugubres. Et puis, comme des fantômes chassés par le vent, apparurent les pénitents noirs. Le crucifix courait devant eux. C’étaient les Frères de la Miséricorde, qui, sous la cagoule, tenant des torches et chantant des psaumes, portaient un mort au cimetière. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 193)
    • À Ypres, avec les pénitents noirs dans la ronde des flambeaux et des tambours endeuillés qui battaient le tocsin. — (Pol Vandromme; Belgique - La descente au tombeau, 2008)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PÉNITENT (pé-ni tan, tan-t') adj.
  • 1Qui a regret d'avoir offensé Dieu, qui fait pénitence. Ne pouvant parvenir à la première gloire de la vertu, qui serait de ne point faillir, ils négligent la seconde, qui est de savoir rhabiller ses fautes ; ne pouvant être parfaits, ils ne veulent point être pénitents, Guez de Balzac, De la cour, 6e disc. Jésus-Christ n'impute sa justice qu'à ceux qui sont pénitents et sincèrement pénitents, c'est-à-dire sincèrement contrits, sincèrement affligés de leurs péchés, sincèrement convertis, Bossuet, Var. III, 38. Il [Lamotte] alla se jeter à la Trappe, et se crut pénitent parce qu'il était humilié, D'Alembert, Éloges, Lamotte.

    Voué à la pénitence, en parlant des choses. Loin du monde elle fait sa demeure et son gîte ; Son œil tout pénitent ne pleure qu'eau bénite, Régnier, Sat. XII. Ces saints religieux dont Cassien nous rapporte la vie pénitente, Bourdaloue, 6e dimanche après la Pentecôte, Dominic. t. III, p. 13. J'ai révélé mon cœur au Dieu de l'innocence ; Il a vu mes pleurs pénitents, Gilbert, Ode imitée de plusieurs psaumes.

  • 2 S. m. et f. Pénitent, pénitente, celui, celle qui se repent d'avoir offensé Dieu. Un pénitent est un homme pensif et attentif à son âme, Bossuet, Sermons, Vérit. convers. 1. Qu'est-ce qu'un pénitent ? c'est un coupable qui se reconnaît coupable ; qui se dénonce lui-même comme coupable ; qui vient en qualité de coupable réclamer la miséricorde de son juge et demander grâce, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 325. J'avoue qu'on ne voit que trop de ces demi-pénitents, sans trouble et sans scrupule ; mais ce que je regarde comme le souverain malheur pour eux, c'est cette paix même où ils vivent, Bourdaloue, ib. t. I, p. 389.

    Pénitent du diable, celui qui, après avoir fait pénitence, retourne au péché. Ce charme [du monde] les entraîne [ceux qui avaient fait pénitence], et, les faisant repentir de leur premier choix, les rend des pénitents du diable, selon la parole de Tertullien, Pascal, Lett. à Mlle de Roannez, 6.

    Celui, celle qui fait pénitence. Le cardinal de Retz conservera son équipage de chevaux et de carrosses ; car il ne peut plus avoir la modestie d'un pénitent à cet égard-là, comme dit la princesse d'Harcourt, Sévigné, 10 juill. 1675. Les saints canons ordonnaient autrefois aux pénitents d'être plusieurs années dans un état d'expiation, avant que d'être admis à la participation des sacrés mystères, Fléchier, Mme de Mont.

    Avoir l'air d'un pénitent, avoir l'air contrit, humilié. Plus défait et plus blême Que n'est un pénitent sur la fin d'un carême, Boileau, Sat. I.

    Celui, celle qui confesse ses péchés à un prêtre. Malgré certains pénitents que je lui vois [à un prêtre], je ne crois pas sa morale relâchée, Maintenon, Lett. à Mme de Ventadour, t. VII, p. 6, dans POUGENS. Vous pouvez dès ce jour le voir de ma part ; c'est mon pénitent et mon ami, Lesage, Gil Blas, X, 11.

  • 3Nom commun de plusieurs ordres religieux. Les filles pénitentes de la Madeleine. Pénitentes d'Orviète.
  • 4Religieux du tiers ordre de Saint François, qui se disent fondés par le pape Nicolas IV, et qui portaient, à Paris, le nom de piquepus, parce qu'ils avaient un couvent dans un petit village de ce nom.
  • 5Membres de certaines confréries d'Italie et du midi de la France, qui font des processions, nu-pieds, le visage couvert, et se donnent la discipline ; ils assistent les criminels au supplice, ils leur donnent la sépulture. Il y a des pénitents bleus, des pénitents blancs, des pénitents noirs, suivant la couleur de leur habillement. Aller en masque le mardi gras, et le jour des cendres à la procession en sac de pénitent, avec un grand fouet, Fénelon, Dial. des morts mod. (Henri III, la duchesse de Montpensier)
  • 6Nom donné autrefois, dans les mines, avant l'invention de la lampe de sûreté de Davy, à un mineur qui, vêtu de larges vêtements de laine, la tête protégée par un capuchon, allait, risquant bravement sa vie, le soir à la fin du travail, mettre le feu au grisou, avant qu'il ne fût en grande quantité.

HISTORIQUE

XIIe s. Bien sembloit poure peneant, Au baston s'aloit apuiant, Brut, ms. f° 108, dans LACURNE.

XIVe s. Et est necessaire qu'il soit non penitent ou non repentant, Oresme, Eth. 208.

XVe s. [Eau] Breuvaige de penitent, Qui te prent N'a pas bien cause de rire, Basselin, XXIX.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « pénitent »

Lat. poenitentem, de poenitere, qui est le dénominatif de poenitus, pour punitus, de punire ; comparez punir et peine. La forme ancienne et régulière était peneant ; pénitent est refait sur le latin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin paenitens, participe présent de paenitere (« se repentir »)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pénitent »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pénitent penit
pénitente penitɑ̃t

Citations contenant le mot « pénitent »

  • Il n'y a pas de lieu où l'on mente plus que dans un confessionnal : les pénitents par excès de pudeur, les pénitentes par excès d'imagination. De Anonyme
  • Chaque soir, donc, nouvelle aventure. Sur les pas des Grecs, de la commedia dell’arte, d’un simple pêcheur, d’un pénitent, de Catherine Ségurane, de Garibaldi... Le Château, haut-lieu symbolique, berceau du jadis local. Résistant. Assiégé. Détruit. Conservant toute son âme. Celle qui habite les 16 artistes aux talents pluriels. Nice-Matin, Du théâtre en plein air dans un cadre idyllique: la Castellada de retour sur la colline du Château à Nice - Nice-Matin
  • D'ici la fin de l'année, un comité d'experts mandaté par l'état (Cerema-BRGM- RTM) va réaliser un inventaire détaillé pour déterminer avec précision l'état de santé des autres pénitents. « D'ici fin 2020, nous aurons recensé toutes les potentielles fragilités des pénitents. Dans le courant de l'année 2021 nous pourrons approfondir cette étude et voir si des instabilités méritent d'être investiguées. Mais nos constatations de visu actuelles nous permettent d'être confiants. Aucun risque à court terme n'est envisagé » estime Philippe Bouvet, directeur RTM Alpes du Sud TPBM Semaine Provence, Minage du Pénitent des Mées : le village libéré
  • Car on l’a vu, c’est ainsi que Justin Trudeau espère s’en tirer: en prenant la pose du pénitent, de l’homme agenouillé, qui jure de ses bonnes intentions, mais qui n’a pas compris dans quelle aventure son gouvernement et sa famille se retrouvaient. Un peu plus et il pleurera. On sait qu’il pleure sur commande. Le Journal de Montréal, Les excuses de Justin | Le Journal de Montréal
  • Si le lancement officiel des travaux avait lieu ce lundi 20 janvier, les hélicoptère, qui viendront déposer les explosifs chargés de faire descendre la masse rocheuse de 900 m3 qui reste instable, ne voleront au dessus des pénitents que d'ici deux semaines. TPBM Semaine Provence, Chute d'un pénitent aux Mées : les travaux commenceront dans deux semaines

Traductions du mot « pénitent »

Langue Traduction
Anglais penitent
Espagnol penitente
Italien penitente
Allemand büßer
Chinois 悔者
Arabe تائب
Portugais penitente
Russe кающийся
Japonais ペニテント
Basque penitentea
Corse penitente
Source : Google Translate API

Synonymes de « pénitent »

Source : synonymes de pénitent sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « pénitent »

Pénitent

Retour au sommaire ➦

Partager