La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « pèlerin »

Pèlerin

Variantes Singulier Pluriel
Masculin pèlerin pèlerins
Féminin pèlerine pèlerines

Définitions de « pèlerin »

Trésor de la Langue Française informatisé

PÈLERIN, -INE, subst.

I.
A. − Personne qui fait un pèlerinage. Bourdon, coquille de pèlerin; caravane, choeur, procession de pèlerins; pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle; les pèlerins chantent, prient, s'agenouillent; bénir les pèlerins. Il faisait à pied, son bâton de pèlerin à la main, quelque pieuse visite à la trappe ou à Marmoutiers, ou dans tout autre de ces lieux célèbres par la dévotion des peuples (Sainte-Beuve, Port-Royal, t.3, 1848, p.544).De nombreux éléments de civilisation ont été apportés par des arabes venus dans l'Insulinde, ou rapportés par des pèlerins revenant de la Mekke (Cuisinier, Danse sacrée, 1951, p.99):
. [Marie] se trouvait (...) [dans le train de Lourdes] où s'entassaient outre les cinq cents pèlerins valides, près de trois cents misérables, épuisés de faiblesse, tordus de souffrance, charriés à toute vapeur d'un bout de la France à l'autre. Zola, Lourdes, 1894, p.2.
Au fém., rare. La pèlerine qui s'avance pieds nus dans les montagnes de Jérusalem, porte ainsi les présents sacrés qu'elle doit offrir au saint Tombeau (Chateaubr., Natchez, 1826, p.395).
P. métaph. Pèlerin du doute, j'ai fait ce que font les pèlerins de la foi; j'ai visité les tombeaux; j'ai touché dans les catacombes les os des martyrs (Quinet, All. et Ital., 1836, p.196).Mais il n'y a pas seulement, dans les casinos, des pèlerins de la fortune. Il y a aussi des «savants» (Jeux et sports, 1967, p.477).
Pèlerins d'Emmaüs. Hommes qui partagèrent leur repas avec le Christ après sa résurrection (sujet traité par de nombreux peintres sous le titre Repas des pèlerins d'Emmaüs). Pourquoi n'avons-nous pas dit à cette chère ombre ce que dirent au Maître les pèlerins d'Emmaüs: −Demeurez avec nous (A. France, Livre ami, 1885, p.84).
En empl. adj. Argile toujours vierge, inburinable airain, (...) Art (...) Meilleur mystérieux de l'esprit pèlerin! (Rollinat, Névroses, 1883, p.53).
B. − P. ext.
1. Personne qui voyage. [Chénier] a suivi vos pas sous le ciel de l'Attique. Pèlerin curieux, il a tout visité, Sur les plus hauts sommets (Murger, Nuits d'hiver, 1861, p.134).Toute jeune pèlerine qui cherche à travers l'Europe une fièvre dont on ne se lasse point, Marie Bashkirtseff nous laisse son souvenir à chérir et sa légende à amplifier (Barrès, Renan, Trois stations de psychothérapie, 1891, p.146).
(Re)prendre son bâton de pèlerin. Poupelin reprit son bâton de pèlerin et se remit à parcourir les communes (Vallès, Réfract., 1865, p.78).
2. Fam. [Avec une connotation méprisante] Individu quelconque. Synon. gaillard.Vous allez avec Rusca?... me dit mon capitaine. Prenez garde à vous, c'est un malin singe et un vaurien fini (...). Voilà le pèlerin... Ainsi attention! (Balzac, OEuvres div., t.2, 1832, p.495).
C. − Pop. Gardien de la paix. (Ds Fustier, Suppl. dict. Delvau, 1889, p.567).
II. − Subst. masc., ZOOL.
A. − (Requin) pèlerin. Requin géant. Le pèlerin habite surtout les mers tempérées, notamment l'Atlantique Nord (Animaux1981).
B. − (Faucon) pèlerin. Faucon commun. Au faucon, au gerfaut, au gentil pèlerin, enfin à tout oiseau chasseur (A. France, Génie lat., 1909, p.86).
Prononc. et Orth.: [pεlʀ ε ̃], [pe-], fém. [-in]. Ac. 1694: pellerin; 1718, 1740: pele-; 1762: péle-; dep. 1798: pèle-. Étymol. et Hist.A. 1. a) Ca 1050 subst. masc. «étranger» (St Alexis, éd. Chr. Storey, 354: Suz mun degret gist uns morz pelerins); 1remoitié xiies. empl. adj. peregrins a (Psautier Oxford, éd. F. Michel, LXVIII, 11: estranges sui faiz a mes freres e peregrins as filz de ma mere); b) id. spéc. en parlant de l'homme de passage sur cette terre (Psautier de Cambridge, éd. F. Michel, XXXVIII, 14: kar estranges sui envers tei, e pelerins sicume tuit mi paerre [advena sum apud te, et peregrinus]); fin xiies. emploi adj. fém. ainrme pelerine (Sermons de St Bernard, 21, 10 ds T.-L.); ca 1300 (Guillaume de Digulleville, Pèlerinage Vie humaine, 6, ibid.: ... ceuz de ceste regiön Qui point n'i ont de mansïon, Ains y sont tous, com dit Saint Pol [Hébr. XI, 13], ... Pelerins et pelerines); 2. a) «celui, celle qui se rend par piété dans un lieu saint» α) ca 1100 subst. masc. (Roland, éd. J. Bédier, 3687: Desur l'alter seint Sevrin le baron [à Bordeaux, étape vers Compostelle] Met l'oliphan plein d'or e de manguns: Li pelerin le veient ki la vunt); ca 1135 (Couronnement de Louis, éd. Y. A. Lepage, réd. AB, 1439: En mi sa voie encontre un pelerin, L'escherpe au col, el poing le fust fresnin); ca 1200 (Renaut de Montauban, 250, 13 ds T.-L. : Il [Maugis] prist chape locüe a un grant chaperon, Et chauça un trebus, puis a pris un bordon; Et les paumes au col et l'escrespe environ, Bien samble pelerin k'ait gëu en prison); β) 1210-30 subst. fém. (Guillaume Le Clerc, Ste Marie Madeleine, éd. A. Schmidt, 273); b) 1erquart xiiies. en parlant du chrétien cheminant durant sa vie terrestre vers la Cité céleste (Renclus de Molliens, Carité, éd. A. G. Van Hamel, LIX, 6: Prestre, toi convient estre sage...; Car tu as mise t'ame en gage Des pelerins a port nagier); 3. ca 1213 «voyageur» (Li Fet des Romains, éd. L. F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, III, XIII, § 11, t.1, p.553, 30 et t.2, p.191: qui verais povre est, il est plus seürs que cil as granz richeces... li povres pelerins chante devant le laron [cf. Juvénal, X, 22: cantabit vacuus coram latrone viator]); 4. 1ertiers xiiies. «croisé» (Guiot de Dijon, Chanterai por mon corage [Chanson de croisade] ds Chansons, éd. E. Nissen, 10); 5. 1erquart xiiies. a) «individu, personne»; spéc. «mendiant, pauvre hère» (Renclus de Molliens, Miserere, éd. A.G. van Hamel, XLV, 9: O rikes hom,... tes orilles estoupas A ce mesel povre pelerin [Lazare]); 1280 (Clef d'amor, 560 ds T.-L.); b) fin xives. «bon compagnon» (Eustache Deschamps, MCCCXLIII, 33 ds OEuvres, éd. Queux de St Hilaire, t.7, p.120). B. Ca 1265 «espèce de faucon» (Brunet Latin, Trésor, I, 149, 5, éd. Fr. J. Carmody, p.140, 7: faucon ke l'en apiele pelerins, pour çou que nus ne trueve son nit, ains est pris autresi comme en pelerinage); mil. xives. faucons peregrin (Entrée d'Espagne, 10750 ds T.-L.). Du b. lat. des inscriptions (CIL III, 4222; XI, 2875) pelegrinus, issu par dissimilation du class. peregrinus «qui voyage à l'étranger, qui vient de l'étranger, qui concerne l'étranger» adj. et subst. Sous l'inspiration chrét., ce mot s'est rattaché à différents types de marche et d'exil pour Dieu, notamment ceux du peuple de l'Exode, et des justes et des prophètes errant dans le désert, images du chrétien «étranger et voyageur sur la terre» (Hébr. XI, 13 et supra A 1 b). Ces modèles sont, entre autres, à la source de la marche d'exil du moine quittant son pays pour aller vivre dans un autre en étranger (cf. St Alexis, supra A 1 a) et de celle sur les traces du Christ et des saints, ce dernier type remontant à St Jérôme qui entraîna un bon nombre de fidèles en Terre sainte (Hier., Ep., 108, 14; cf. vies. Règle de St Benoît, LIII et id. Antonini Placentini itinerarium [récit d'un pèlerinage aux Lieux saints], p.175, 2: susceptio peregrinorum ds Blaise Lat. chrét.); mais c'est surtout entre le ixeet xies. que le terme peregrinus désigne couramment le voyageur religieux vers un sanctuaire (A 2); à partir de la fin du xies., le pèlerin de Terre sainte deviendra tout naturellement un croisé ( A 4). Du sens 2, sont issus les sens 3 (un lieu saint étant très souvent, au Moy. Âge, un but de voyage) et 5 (trafiquants et bandits de toutes sortes se mêlant aux pèlerins). Sur peregrinus, notamment sur l'évolution du sens de «étranger» à celui de «pèlerin», v. Cah. de Fanjeaux, XV, 1980, Le pèlerinage; v. aussi E. R. Labande, Rech. sur les pèlerinages dans l'Europe des XIeet XIIes. ds Cah. civilisation médiév., t.1, 1958, pp.159-169 et 339-347. Fréq. abs. littér.: 701. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1176, b) 881; xxes.: a) 1321, b) 1135. Bbg. Callebaut (B.). Index hist. et explicatif des noms des oiseaux en fr. Trav. Ling. Gand. 1980, no7, 147. _ Quem. DDL t.19.

Wiktionnaire

Nom commun - français

pèlerin \pɛl.ʁɛ̃\ masculin (pour une femme, on dit : pèlerine)

  1. (Religion) Celui qui, par piété, fait un voyage à un lieu de dévotion, un pèlerinage.
    • Je n’avais guère vu jusque-là que des pèlerins isolés. Ils semblaient honteux, si on les regardait, comme un baigneur dont la maladie est venue à contre-temps et qui circule dans la ville d’eau quand la saison est finie. Ils se rangeaient devant les bicyclettes, devant les arbres, devant la route, et suivaient les trottoirs, rougissant quand une demoiselle de magasin s’adossait à la devanture. — (Jean Giraudoux, Provinciales, Grasset, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 54)
    • Il serait bon encore d’invoquer la protection du grand thaumaturge vers qui des milliers et des milliers de pèlerins venaient de toutes les provinces, de toutes les nations. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Sur les routes de Terre sainte parsemées de périls, les pèlerins trouvent aide et réconfort auprès des moines soldats : ceux-ci appartiennent à l’ordre des Hospitaliers, fondé en 1113 et à l’ordre des Templiers, fondé en 1119. — (Brigitte Coppin, À la découverte du Moyen Âge, Père Castor Flammarion, 1998)
    • (Absolument) Pèlerin de Saint-Michel, pèlerin de Saint-Jacques : Pèlerin qui va au Mont-Saint-Michel, qui va à Saint-Jacques de Compostelle ou qui en revient.
    • Les pèlerins d’Emmaüs : Les deux disciples qui allaient à Emmaüs, après la résurrection de Jésus-Christ.
  2. (Religion) Ellipse de Pères Pèlerins, calque de l’anglais Pilgrim Fathers : groupe de dissidents religieux anglais et européens, qui quittèrent l’Angleterre en 1620 à bord du « Mayflower » pour s'installer dans le Massachusetts.
    • En Amérique, où l’antiquité est de fraîche date, elle [une maison] était considérée comme fort ancienne et l’on voyait en effet, au milieu d’une poutre de la façade, une inscription attestant qu’elle avait été construite en 1640, à l’époque où les Pèlerins établissaient à coups de mousquet le royaume de Dieu dans ces régions barbares. — (Julien Green, Le voyageur sur la terre, 1927, Le Livre de Poche, pages 205-206)
  3. Voyageur — Note d’usage : Dans quelques phrases proverbiales.
    • Rouge soir et blanc matin, c’est la journée du pèlerin. : Le ciel rouge au soir et blanc au matin présage du beau temps.
    • Pluie du matin n’arrête pas le pèlerin.
    • Pluie du matin réjouit le pèlerin.
  4. (Figuré) (Familier) Personne qui a de la finesse, de l’adresse.
    • Avec des pèlerins comme ça pour mettre leur grain de sel partout, je vais me faire rire si j'ai pas bouclé quelqu'un en deux coups de cuiller à pot, grommela le poulet. — (Ange Bastiani , Le coup du Père Noël, Presses de la Cité, 1962, chap. 4)
    • Je sais que les schmitts ne vont pas tarder à me contrôler vu qu'il ne reste plus qu'un pèlerin à pied dans tout le Bois et que ce pèlerin, c'est moi. — (Johann Zarca, Le Boss de Boulogne, Don Quichotte éditions, 2014)
  5. (Péjoratif) Personne fourbe qui manifeste de la dissimulation.
    • Un drôle de pèlerin.
  6. (Ichtyologie) Variante de requin pèlerin.

Adjectif - français

pèlerin \pɛl.ʁɛ̃\

  1. (Religion) (Rare) Qui fait pèlerinage.
  2. (Figuré) (Rare) Qui voyage.
    • […] elle donne asile aux bécassines, aux oies sauvages, aux grues, à toutes les bêtes pèlerines des eaux […] — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  3. (Figuré) (Rare) Qui entraîne des déplacements permanents.
    • Le christianisme est nécessairement une religion pèlerine. — (Bruno Chenu, Disciples d'Emmaüs, Bayard, Paris, 2003, p. 122)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PÈLERIN, INE. n.
Celui, celle qui, par piété, fait un voyage à un lieu de dévotion. Un pèlerin qui va à Rome, à Jérusalem, à Saint-Jacques de Compostelle, à Lourdes. Absolument, Pèlerin de Saint-Michel, pèlerin de Saint-Jacques, Pèlerin qui va au Mont-Saint-Michel, qui va à Saint-Jacques de Compostelle ou qui en revient. Les pèlerins d'Emmaüs, Les deux disciples qui allaient à Emmaüs, après la résurrection de JÉSUS-CHRIST.

PÈLERIN signifie Voyageur, dans quelques phrases proverbiales. Rouge soir et blanc matin, c'est la journée du pèlerin, Le ciel rouge au soir et blanc au matin présage un beau temps. Pluie du matin n'arrête pas le pèlerin.

PÈLERIN, INE, se dit, figurément et familièrement, d'un Homme, d'une femme qui a de la finesse, de l'adresse, de la dissimulation. Vous ne connaissez pas le pèlerin.

Littré (1872-1877)

PÈLERIN (pè-le-rin, ri-n') s. m.
  • 1Celui, celle qui va en pèlerinage. De pèlerins, dit-on, une troupe grossière En public à Paris y monta la première [sur le théâtre], Boileau, Art p. III. Une reine de France, que l'on croit être Catherine de Médicis, fit vœu que, si elle terminait heureusement une entreprise, elle enverrait à Jérusalem un pèlerin qui en ferait le chemin à pied, en avançant de trois pas et reculant d'un pas à chaque troisième, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuv. t. IV, p. 135, dans POUGENS. A-t-il besoin de revoir un parent, un ami, il fait un vœu, prend le bâton et le bourdon du pèlerin ; il franchit les Alpes ou les Pyrénées, visite Notre-Dame de Lorette ou saint Jacques en Galice…, Chateaubriand, Génie, III, V, 6. À Notre-Dame de Lorette J'ai promis, dans mon noir chagrin, D'attacher sur ma gorgerette… Les coquilles du pèlerin, Hugo, Ballade, La fiancée du timbalier.

    Pèlerin de Saint-Michel, pèlerin de Saint-Jacques, pèlerin qui va à Saint-Michel, à Saint-Jacques, ou qui en revient.

    Les pèlerins d'Emmaüs, les deux disciples qui allaient à Emmaüs, après la résurrection de Jésus-Christ.

    Se dit aussi des mahométans qui font le voyage de la Mecque.

  • 2Voyageur, voyageuse. Marché fait, les oiseaux forgent une machine Pour transporter la pèlerine [tortue qui voulait voir le pays], La Fontaine, Fabl. X, 3.

    Adj. Cette pauvre princesse pèlerine [Christine, reine de Suède] a fait son abjuration à Inspruck, où elle a embrassé la religion catholique, Patin, Lettres, t. II, p. 231.

  • 3 Fig. et familièrement. Personne, individu. C'est une adroite pèlerine. Nos gaillards pèlerins, Par monts, par vaux et par chemins, Au gué d'une rivière à la fin arrivèrent, La Fontaine, Fabl. II, 10. Si tu connaissais le pèlerin, tu trouverais la chose assez facile pour lui, Molière, Don Juan, I, 1. Je connus d'abord le pèlerin, je m'aperçus qu'il voulait passer pour un saint personnage, Lesage, Gil Blas, I, 17.
  • 4Nom d'une espèce de faucon, nommé ainsi parce qu'il est oiseau de passage.

    Pèlerin très grand, grand squale des mers du Nord,

PROVERBES

Rouge au soir, blanc au matin, c'est la journée du pèlerin, c'est-à-dire ces deux couleurs du ciel montrent qu'il doit faire beau temps durant le jour. Cela signifie aussi par plaisanterie : il faut boire du vin rouge le soir, et du vin blanc à déjeuner.

Vent du soir et pluie du matin n'étonnent pas le pèlerin.

La pluie du matin réjouit le pèlerin [parce qu'elle abat la poussière].

HISTORIQUE

XIe s. Li pelerin le veient qui là vont, Ch. de Rol. CCLXIX.

XIIe s. Diex ! quant crieront outrée, Sire, aidez à pelerin [croisé], Pour qui [je] sui espouvantée, Car felon sont Sarazin, Dame de Faiel.

XIIIe s. Et quant li dus de Venise le sot [le danger des croisés à l'assaut de Constantinople], si fist ses gens retraire… et dist qu'il voleit vivre ou morir avec les pelerins [les croisés], Villehardouin, LXXXII. Tout li segneur doivent moult penre garde que li pelerin ne soient pris ne destorbé por petite occoison, Beaumanoir, XXV, 25.

XIVe s. Tatius non pas seulement de peuple pelerin et estrange, mes encore de peuple anemi et adversaire, Bercheure, f° 19, recto. Faucons pelerins sont ceulx qui sont pris au filé et se sont peüs et ont volé aux champs, Ménagier, III, 2.

XVe s. Dieu sçait qui est bon pelerin, Leroux de Lincy, Prov t. I, p. 17. Prince, après ce qu'on ot mangié, Et beu tant qu'on estoit blecié, Vont estuver li pelerin [les bons compagnons], Deschamps, Poésies mss. f° 365.

XVIe s. Si quelqu'un avoit fait promesse d'aller en une avanture à quelqu'une de ces pelerines [donzelles], qui marchoyent tousjours toutes seules avecques eux…, Lanoue, 144. Pelerin qui chante larron epouvante, Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 39. Pelerine de Venus, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « pèlerin »

Provenç. pelegrin, pelegri, pelleri, peleri ; catal. pelegri, peregri ; espagn. peregrino ; ital. pellegrino ; du lat. peregrinus, étranger, de pereger, parti pour un pays lointain, de per, outre, au-delà, et ager, champ.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1080) Du latin peregrinus (« étranger, celui qui est d'un autre pays »). À comparer avec le picard prinage et pregrinage. Le féminin pèlerine est attesté dès 1210. En 1050, le mot a le sens de « étranger ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pèlerin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pèlerin pɛlœrɛ̃

Fréquence d'apparition du mot « pèlerin » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « pèlerin »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « pèlerin »

  • C’est peut-être pour admirer les vitraux restaurés depuis peu qu’est arrivé l’immense pèlerin de verre qui orne le fond de l’imposante église, un personnage emblématique créé par l’imagination inspirée d’un artiste, d’abord par dessin numérique puis reproduit sur verre en référence au vitrail qui fait écho aux connotations symboliques de lumière sacrée et de transcendance divine.
    Culture - Loisirs | Un pèlerin à l’Abbatiale
  • La donation sera faite par acte du 1er novembre 1844 « à M. Bohic, Supérieur de la Maison de Retraite, à condition que la tour soit de même forme et de même hauteur que l’ancienne ». Le vieux clocher sera donc démonté rue des Ursulines puis remonté, rue de la Rive. La chapelle se trouve aujourd’hui dans l’obligation d’imaginer un nouveau chapitre de son histoire. Mercredi 29 juillet, des représentants de la municipalité et de la paroisse étaient sur place pour imaginer les affectations possibles. Base pérenne pour les scouts ? Académie éclatée d’art sacré ? Halte pèlerine ? Une décision sera prise dans les prochains jours.
    Le Telegramme — Quel avenir pour la chapelle Saint Joseph ? - Saint-Pol-de-Léon - Le Télégramme
  • Les Oiseaux volent et nous marchons est un concert- spectacle en itinérance : une pèlerine chanteuse et danseuse vous propose un spectacle lors de son pèlerinage sur le chemin de St Jacques de Compostelle. Venez découvrir ces voyages chantés sur les chemins de Compostelle: Vivaldi, Purcell, Hildegard vs Bingen, Schumann, Britten, Chants du monde
    Unidivers — Concert : Les Oiseaux Volent et Nous Marchons Lalbenque lundi 27 juillet 2020
  • Pluie du matin n’arrête pas le pèlerin.
    Proverbe français
  • Ces anciens agriculteurs d’Héric en Loire-Atlantique ont été freinés dans leur élan par la pandémie de coronavirus. "C’est notre première fois. Nous devions partir en avril et avons dû attendre le feu vert du président Macron. Nous sommes surpris, presque déçus, de voir aussi peu de pèlerins sur le chemin. Nous n’avons rencontré qu’un seul pèlerin vers Nantes. Depuis, plus rien." Covid ou pas, les pèlerins sont de toute façon généralement moins nombreux l’été. Un regret compensé par les multiples rencontres faites en route avec des locaux curieux de leur périple. 
    SudOuest.fr — Tourisme en Gironde : le retour très discret des pèlerins de Compostelle sur la voie de Tours
  • Teresa Koenig, pèlerine, marcheuse sur le chemin de St Jacques de Compostelle, propose un concert-spectacle dans le cadre d’un pèlerinage artistique où, pendant 35 jours, elle marche pendant la journée sur le chemin et le soir elle donne des concerts dans les églises des villages d’étapes ou dans les gîtes. Son répertoire : Vivaldi, Purcell, Hildegard v. Bingen, Schumann, Britten, Chants du monde…
    Unidivers — Concert « Les Oiseaux Volent et Nous Marchons » Montcuq-en-Quercy-Blanc jeudi 30 juillet 2020
  • La messe au Monseigne est prévue samedi 18 juillet, et sera célébrée à 10 h 30. Elle sera précédée par une marche pèlerine priante. Rendez-vous à 8 h 15, devant l’église de Mauriac, pour un départ à 8 h 30 (il est préférable de porter des chaussures de marche). Chaque année, cette rencontre estivale attendue par beaucoup, donne l’occasion aux résidents de se retrouver avec les vacanciers sur ce sommet du Lévézou qui offre un panorama à 360° à la ronde, où se mêlent villages et pâturages, et qui se prête si bien à la méditation.
    midilibre.fr — Bientôt la messe au Monseigne - midilibre.fr
  • Dès qu'il a placé le premier pas sur la route, le pèlerin sait qu'il se perd dans le monde, et qu'à mesure qu'il avancera il se perdra de mieux en mieux.
    André Dhôtel — Rhétorique fabuleuse, Cahiers du Sud
  • Représenter la neige constitue une gageure. Les ateliers développent alors un système de réserve sophistiqué pour laisser immaculé certaines portions du papier : ici, une partie d’une ombrelle ou de la pèlerine d’un marcheur ; là, le feuillage des arbres dont seuls les branches et troncs sont marqués d’un fin trait.
    La Croix — « Fuji, pays de neige », les sommets de l’estampe japonaise au musée Guimet
  • Marie-Noëlle Lapouge est une artiste pèlerine qui a fait le chemin de Saint-Jacques il y a quelques années en partant du Puy.Elle a réalisé une série d’aquarelles au fur et à mesure de son aventure...
    L'Eveil de la Haute-Loire - Marie-Noëlle Lapouge expose des aquarelles du Saint-Jacques
Voir toutes les citations du mot « pèlerin » →

Traductions du mot « pèlerin »

Langue Traduction
Anglais pilgrim
Espagnol peregrino
Italien pellegrino
Allemand pilger
Chinois 朝圣
Arabe الحاج
Portugais peregrino
Russe паломник
Japonais 巡礼者
Basque erromes
Corse pelegrinu
Source : Google Translate API

Combien de points fait le mot pèlerin au Scrabble ?

Nombre de points du mot pèlerin au scrabble : 8 points

Pèlerin

Retour au sommaire ➦