La langue française

Caricature

Définitions du mot « caricature »

Trésor de la Langue Française informatisé

CARICATURE, subst. fém.

A.−
1. ARTS PLASTIQUES. [Gén. en parlant d'une pers. (ou d'un groupe), rarement en parlant d'un animal ou d'une chose] Portrait en charge, le plus souvent schématique, dessiné ou peint, mettant exagérément l'accent, dans une intention plaisante ou satirique, sur un trait jugé caractéristique du sujet. Les légendes de ses dessins étaient célèbres, (...) aucun trône ne résistait à ses caricatures (Giraudoux, Suzanne et le Pacifique,1921, p. 210):
1. Tous les autres voyageurs, alignés et muets, (...) avaient l'air d'une collection de caricatures, d'un musée des grotesques, d'une série de charges de la face humaine, ... Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, La Dot, 1884, p. 562.
2. Des têtes politiques, barbues, joufflues, échevelées, affaissées, violentes, ressemblaient à leurs quotidiennes caricatures. Druon, Les Grandes familles,1948, p. 100.
SYNT. Faire une caricature, faire la caricature de qqn; prêter à la caricature; un album, une série de caricatures; des caricatures politiques.
Rem. 1. La caricature, ,,utilise la déformation physique comme métaphore d'une idée`` (Encyclop. univ., p. 955) en s'appuyant sur ,,la relation caractère − morphologie`` (Ibid., p. 956). D'où cette rem. de Taine : Le peintre national anglais, Hagarth, n'a fait que des caricatures morales (Philos. de l'art, t. 1, 1865, p. 265). 2. Les personnages des caricatures peuvent être en situation et l'on a, alors, la caricature de situation, d'événement, de mœurs :
3. ... des caricatures de lui circulent, qui le représentent, lui si débonnaire, féroce, armé d'un pistolet énorme (...), faisant un grand massacre d'élèves, ou, prosterné devant ceux-ci, les mains jointes, implorant, (...) « un peu de silence », par pitié. Gide, Les Faux-monnayeurs,1925, p. 1217.
P. méton.
a) Personne laide ou ridicule du fait de son accoutrement, de son maquillage, etc. Dépasser la mode, c'est devenir caricature (Balzac, Œuvres diverses,t. 2, 1850, p. 184):
4. Nous avons eu la visite du roi et de la reine du Portugal... Ils avaient avec eux un certain nombre de caricatures mâles et femelles, qui semblaient ramassées exprès dans quelque magasin rococo. Mérimée, Lettres à une inconnue,t. 2, 1870, p. 275.
b) Le genre de la caricature :
5. L'avènement de la bourgeoisie est l'avènement de la caricature. Ce plaisir bas de la dérision plastique, cette récréation de la laideur, cet art qui est à l'art ce que la gaudriole est à l'amour, est un plaisir de famille bourgeoise; elle y prend tant de joie qu'elle a ri même de Daumier. E. et J. de Goncourt, Journal,1860, p. 724.
2. P. ext., dans d'autres arts d'expression.Admirable jeu des acteurs. Ils poussent à l'extrême la caricature du Juif et atteignent à des effets saisissants (Green, Journal,1937, p. 115).... tout art d'expression tend à aboutir à la caricature, l'expression étant basée sur l'amplification du caractère individuel (Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 65):
6. ... il [Henri Béraud] s'efforce d'ameuter ses lecteurs. (...) il croit (...) faire ma caricature; il ne réussit que la sienne... Gide, Journal,1923, p. 757.
B.− P. métaph., péj. Image non conforme à la réalité qu'elle représente ou suggère, et par rapport à laquelle elle est une altération déplaisante ou ridicule.
1. [En parlant d'une pers.] Il vaut mieux n'être rien et être soi qu'être la charge, ou la caricature, ou même une épreuve pâle d'un grand homme (Karr, Sous les tilleuls,1832, p. 275).
2. [En parlant d'une chose abstr., plus rarement d'une chose concr.] Le meilleur de nous, ce fantôme, cette caricature de la perfection et du bonheur! (Montherlant, Le Songe,1922, p. 177).« La tactique-plan contredit l'esprit fondamental du marxisme! » Mais c'est là une calomnie, une caricature du marxisme (Lénine, Que faire?1933, p. 454):
7. On peut se demander si l'imagination des inventeurs de civilisation ne devrait pas s'appliquer à découvrir des formes de vie et de travail qui permettent de réunir dans un homme plus complet les vertus de la vie urbaine et celles de la vie champêtre. La vie de banlieue n'est qu'une infernale caricature de cet espoir. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 87.
3. [En parlant d'un événement, d'une situation, d'un comportement, etc.] :
8. ... il [Napoléon] a fini par citer en preuve la célèbre affaire de Malet, qu'il disait plaisamment être, en petit, son retour de l'île d'Elbe, sa caricature. Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 2, 1823, p. 267.
Rare, en constr. d'appos. avec valeur adj. :
9. Il y avait chez eux deux émigrés rentrés, (...), qui sont bien ce qu'on peut voir de plus drôle au monde; deux figures à mettre aux variétés. Ce ne sont que des révérences, compliments, cérémonies; tout tellement caricature, qu'il y a de quoi crever de rire. Courier, Lettres de France et d'Italie,1816, p. 880.
Rem. On rencontre ds la docum. caricaturesque, adj., rare, péj. Qui s'apparente à une caricature (cf. caricatural, ale, aux). Il ne réussit à tirer de lui qu'une image décolorée, passablement caricaturesque de Jean-Michel (R. Rolland, Jean-Christophe, L'Adolescent, 1905, p. 238). Qualifié de néol. ds Guérin 1892, seul à l'enregistrer.
Prononc. et Orth. : [kaʀikaty:ʀ]. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. 1. 1740 « reproduction grotesque par le dessin ou la peinture » (D'Argenson, Mémoires, II, 146 ds R. Hist. litt. Fr. t. 6, p. 295); av. 1784 « image déformée, outrée de la réalité (dans une œuvre littéraire) » (Diderot, Paradoxe du comédien, 81 ds Brunot t. 6, p. 1394); 2. 1822 fig. « personne ridiculement accoutrée, très laide » (Michelet, Mémorial, p. 196). Empr. à l'ital. caricatura (dér. du part. passé de caricare « charger (au propre et au fig.) » avec suff. -ura, v. suff. -ure, proprement « action de charger, charge »; « portrait ridicule en raison de l'exagération des traits » dep. le xviies. (Baldinucci ds Batt.). Fréq. abs. littér. : 538. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 607, b) 1 024; xxes. : a) 678, b) 808. Bbg. Goug. Lang. pop. 1929, p. 57. − Hope 1971, p. 357. − Kohlm. 1901, p. 37.

Wiktionnaire

Nom commun

caricature \ka.ʁi.ka.tyʁ\ féminin

  1. Image satirique dans laquelle l’artiste représente d’une manière grotesque, bouffonne, les personnes qu’il veut tourner en dérision.
    • La caricature est une arme très dangereuse. Les Français excellent dans la caricature.
    • Yohanân ressemblait à une caricature de prophète : trop maigre, trop barbu, trop hirsute, couvert d'immondes peaux de chameau autour desquelles bruissaient et voltigeaient des mouches attirées par la puanteur. — (Eric-Emmanuel Schmitt, L'Évangile selon Pilate, Albin Michel, 2000. Prologue)
    • Ni les religions et leurs intégristes, ni les idéologies et leurs militants, ni les bien-pensants et leurs préjugés ne doivent pouvoir entraver le droit à la caricature, fût-elle excessive. — (Cabu, cité dans Le Canard enchaîné, 14 janvier 2015)
  2. (Par extension) Portrait grossier ou peu flatteur d'un personnage, souvent en parlant d’ouvrages littéraires.
    • La caricature qu’elles avaient faite de l’étrangère, et le portrait flatteur qui était venu ensuite, avaient également de la ressemblance avec mademoiselle de Risthal. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
  3. (Figuré) Personne ridiculement accoutrée.
    • Voyez cette femme : quelle caricature !
  4. (Figuré) Représentation outrée.
    • A. Comte avait fabriqué une caricature du catholicisme, dans laquelle il n'avait conservé que la défroque administrative, policière et hiérarchique de cette Église ; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.IV, La grève prolétarienne, 1908, p.194)
    • Et pour les hacktivistes, l'humour est aussi un outil. « On accepte toutes les caricatures, tous les foutages de gueule, affirme Okhin, parce qu'on sait que nos adversaires ne les acceptent pas du tout. — (Amaelle Guiton, Hackers: Au cœur de la résistance numérique, Au Diable Vauvert, 2013)
    • La conséquence est simple : nous devons accepter par avance les caricatures de nous-même, car le caricaturé accepte d'être caricaturable. La raison critique est actrice de ses propres progrès. — (Charles Coutel, Les philosophes des Lumières, nos contemporains, dans Marianne, n°878 du 8 janvier 2016, p. 58)

Forme de verbe

caricature \ka.ʁi.ka.tyʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de caricaturer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de caricaturer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de caricaturer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de caricaturer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de caricaturer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CARICATURE. n. f.
Image satirique dans laquelle l'artiste représente d'une manière grotesque, bouffonne, les personnes qu'il veut tourner en dérision. La caricature est une arme très dangereuse. Les Français excellent dans la caricature. Par extension, en parlant d'Ouvrages littéraires, Ce n'est point là un portrait, c'est une caricature. Le principal personnage de cette pièce n'est qu'une caricature. Il se dit au figuré d'une Personne ridiculement accoutrée. Voyez cette femme : quelle caricature!

Littré (1872-1877)

CARICATURE (ka-ri-ca-tu-r') s. f.
  • 1 Terme de peinture. Représentation grotesque de personnes, d'événements qu'on veut ridiculiser. Une caricature spirituelle. Les caricatures politiques.
  • 2Imitation dérisoire, charge. Molière a fait le portrait de l'avare, dont d'autres n'ont donné que la caricature. Votre oiseau [flamant] ressemble assez aux caricatures que M. Hubert a faites de moi, Voltaire, Lett. à Cath. 122. C'est cette vérité dans la couleur qui distingue le portrait d'avec la caricature, Diderot, Réfl. sur Térence. Ce ne sont là de la part de nos adversaires que des caricatures économiques qui ne permettent pas les regards sérieux de la raison, Mirabeau, Collection, t. IV, p. 151.
  • 3Personne ridiculement accoutrée ou dont la figure est grotesque. Avec ses plumes et sa robe rose, cette vieille femme est une caricature.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CARICATURE.
1Ajoutez : À l'école une fois la semaine, les élèves s'assemblent ; un d'eux sert de modèle ; son camarade le pose et l'enveloppe ensuite d'une pièce d'étoffe blanche, le drapant le mieux qu'il peut ; et c'est là ce qu'on appelle faire la caricature, Diderot, Œuvres compl. 1821, t. IX, p. 16.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CARICATURE, s. f. (Peinture.) Oe mot est francisé, de l’Italien caricatura ; & c’est ce qu’on appelle autrement charge. Il s’applique principalement aux figures grotesques & extrêmement disproportionnées soit dans le tout, soit dans les parties qu’un Peintre, un Sculpteur ou un Graveur fait exprès pour s’amuser, & pour faire rire. Calot a excellé dans ce genre. Mais il en est du burlesque en Peinture comme en Poësie ; c’est une espece de libertinage d’imagination qu’il ne faut se permettre tout au plus que par délassement. (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « caricature »

Ital. caricatura, charge, de caricare, charger (voy. CHARGER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’italien caricatura, dérivé de caricare (« charger »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du français caricature.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « caricature »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
caricature karikatyr

Évolution historique de l’usage du mot « caricature »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « caricature »

  • La caricature est un témoin de la démocratie. De Tignous / interview au Festival de Berck-sur-Mer le 4 décembre 2012
  • La caricature est l'hommage que la médiocrité paie au génie. De Oscar Wilde
  • C'est étonnant comme toutes les célébrités littéraires gagnent à être vues en caricature ! De Jules Renard / Journal 1887-1892
  • L’opposition n’est pas toujours constructive. La caricature est sans doute plus efficace. De Yan Lindingre / Evene.fr - Novembre 2006
  • L'art doit découvrir et révéler la beauté que le préjugé et la caricature ont dissimulée. De Alan Locke / Le Nouveau Noir
  • L'ambition est l'affaire des hommes ; chez les femmes, cela tourne à la caricature. De Stefan Zweig / Clarissa
  • L'ennui avec nos hommes politiques, c'est qu'on croit faire leur caricature, alors qu'on fait leur portrait. De Sennep / Potins de la commère
  • La caricature sert un peu à venger des gens qui eux ne peuvent pas s’exprimer. De Tignous / une interview à « Celui-là, il va tuer » », Sociétés & Représentations en 2000
  • Le monde est une caricature perpétuelle de lui-même ; à chaque instant il moque et contredit ce qu'il prétend être. De George Santayana / Soliloques en Angleterre
  • En France, le système, c’est un peu comme les curés, les blondes ou les campagnes de Creuse ou de Corrèze, ça appelle la caricature. De Yves Bichet / Lettres de rupture
  • La paix intérieure vient de n'avoir personne à ses trousses, personne qui vous caricature ou qui vous snobe, ou qui vous méjuge. De Philip Roth / La tache
  • La caricature existe dès l’Antiquité et traverse les siècles. Le dessin d’humour est plus récent, apparaît au début du XXe siècle. De Frédéric Pajak / Libération Livres, 12 février 2015
  • Depuis la publication des caricatures de Mahomet, la nature irresponsable de la caricature a progressivement disparue. Depuis 2007, nos dessins sont lus au premier degré. De Luz / Inrockuptibles, 10 janvier 2015
  • Parodies et caricatures sont les plus pénétrantes des critiques. Aldous Huxley, Point Counter Point, 28
  • Plus un personnage a de pouvoir, plus il devient caricature. De Lindsay Anderson / Jeune cinéma
  • Rien ne ressemble plus à quelque chose que sa caricature. De Gaston Bouthoul / Huit mille traités de paix
  • La caricature peut se définir comme une œuvre graphique déformant comiquement les traits d’un individu et, par extension, comme la présentation exagérée d’une réalité, selon le Dictionnaire d’esthétique et de philosophie de l’art (Armand Colin, 2007). Par l’amplification, le décalage, le détournement, elle transgresse les codes figuratifs et esthétiques habituels. La situation d’un personnage ou la présence de certains attributs peuvent également contribuer à cette forme de subversion. « La caricature, en délégitimant les codes de représentation au plan artistique comme au plan social, participe de l’invention d’un art véritablement nouveau et susceptible d’être populaire. » (Ségolène Le Men). , La caricature en Asie de l'Est : regards croisés (ENS Lyon)
  • Une caricature qui agace dans les rangs de Mathieu Klein qui dénoncent une « majorité sortante agressive », « aux abois » et qui « vire dans la campagne de caniveau ».  , Municipales à Nancy : une caricature visant Mathieu Klein publiée par LR provoque un tollé | Lorraine Actu

Images d'illustration du mot « caricature »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « caricature »

Langue Traduction
Anglais caricature
Espagnol caricatura
Italien caricatura
Allemand karikatur
Portugais caricatura
Source : Google Translate API

Synonymes de « caricature »

Source : synonymes de caricature sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « caricature »

Caricature

Retour au sommaire ➦

Partager