Peiner : définition de peiner


Peiner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PEINER, verbe

I. − Empl. intrans. [Corresp. à peine III]
A. − Faire un travail physique très pénible, travailler très durement. Synon. besogner; marner (pop.), trimer (fam.).Les quartiers les plus grouillants et les plus noirs où s'entassent et peinent les hommes et les femmes de Paris (Faure, Hist. art, 1921, p.115).Nous regarderons avec émotion la foule anonyme des mineurs (...) qui (...) peinent au fond des galeries (E. Schneider, Charbon, 1945, p.152).V. bricole ex. 8.
B. − P. ext.
1. [Absol. ou constr. avec un compl. prép.; le suj. désigne une pers.] Avoir de grandes difficultés, beaucoup de mal à faire un travail, une activité quelconque. Synon. s'évertuer, se fatiguer, s'échiner (fam.).Peiner pour faire qqc. Du matin à la nuit, sans relâche et repoussant le repos, la main à la plume, il peinait sur le dernier livre qu'il devait signer (Goncourt, Journal, 1870, p.551).Peinant et soufflant à chaque pas, il gravit les rampes qui escaladent le flanc de la vallée (Moselly, Terres lorr., 1907, p.197):
. Ceux qui sourient en voyant les novices patauger, et peiner, et perdre du temps à se débrouiller au milieu des inventaires, en négliger de précieux et en dépouiller d'inutiles, se disent qu'eux-mêmes ont passé jadis par des épreuves analogues. Langlois, Seignobos, Introd. ét. hist., 1898, p.16.
Peiner à (suivi d'un verbe à l'inf.).Synon. avoir de la peine* à (suivi d'un verbe à l'inf.).Peiner à marcher. Je suis revenue atteinte d'un violent frisson, et depuis ce temps j'ai peiné à me remettre; mais ce ne sera rien (Champfl., Bourgeois Molinch., 1855, p.225).L'esprit peine à enfermer dans une définition exacte les mots siècle, ou génération (J.-R. Bloch, Dest. du S., 1931, p.137).
2. P. anal. [Absol.; le suj. désigne un matériau, une machine] Fournir un effort trop grand. Synon. fatiguer.Poutre qui peine (Lar. Lang. fr.). Un autobus peinait dans la côte (Giono, Gd troupeau, 1931, p.100).Ce cliquetis se produit généralement en abordant la fin d'une montée et, en règle générale, quand le moteur peine (Chapelain, Techn. automob., 1956, p.340).
P. anal. [Le suj. désigne une partie du corps] D'après une statistique (...) [des soldats] auraient souffert du dos et des membres inférieurs, parce que les muscles de ces régions peinaient davantage au cours des opérations militaires (Ravault, Vignon, Rhumatol., 1956, p.588).V. grimpette B ex.
II. − Empl. trans. [Corresp. à peine II] Faire de la peine à quelqu'un. Synon. affliger, attrister, blesser, chagriner, contrarier, fâcher, contrister (littér.), navrer.J'ai trouvé à mon retour votre lettre du 6; elle m'a rassuré et peiné en même temps; car je ne m'habitue pas à vous savoir souffrante (Lamennais, Lettres Cottu, 1820, p.98).Cette visite le peinait: il trouvait son ami déchu, amoindri, vidé (Martin du G., Devenir, 1909, p.167).V. amical ex. 38.
Prononc. et Orth.: [pene], [pε-], (il) peine [pεn]. Att. ds Ac. dep.1694. Étymol. et Hist.A. Intrans. ca 980 «se donner du mal, faire des efforts» (Fragment de Valenciennes sur le prophète Jonas, éd. G. de Poerk, v o10, 1. 143). B. Ca 1050 réfl. se pener de «se donner du mal (à)» (Alexis, éd. Chr. Storey, 404); 1130-40 soi pener de + inf. «s'efforcer de» (Wace, Ste Marguerite, éd. E. A. Francis, 206 [ms. A, cf. aussi St Nicolas, 1240 etc. ds Keller, p.153a]). C. Trans. 1. ca 1050 «tourmenter, soumettre à dure épreuve» (Alexis, éd. Chr. Storey, 162); 2. 1671 «causer de l'embarras, du chagrin à» (Pomey, p.676). D. Part. passé adj. 1. ca 1160 «très fatigué, exténué» (Eneas, 72878 ds T.-L.); 2. 1694 (Ac.: On dit, qu'Un ouvrage est bien peiné, qu'un tableau est bien peiné, pour dire, qu'On a pris beaucoup de peine en y travaillant); 3. 1699 «qui a du chagrin» (Fénelon, Télémaque, éd. A. Cahen, Grands écrivains de la France, livre XI, t.2, p.154). Dér. de peine*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 244. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 44, b) 94; xxes.: a) 522, b) 633.

Peiner : définition du Wiktionnaire

Verbe

peiner \pe.ne\ ou \pɛ.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se peiner)

  1. Faire de la peine, causer du chagrin, de l’inquiétude, affliger.
    • Cette nouvelle m’a beaucoup peiné.
    • Votre situation me peine extrêmement.

peiner intransitif

  1. Faire des efforts pour, se fatiguer à.
    • Lui qui, d'habitude, d'une plume sûre, attaquait méthodiquement le papier, s'exténuait sur ses phrases. Il peinait, raturait, repoussait soudain une feuille avec violence […]. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 54)
    • On peine beaucoup à marcher dans ces chemins raboteux.
    • Il a beaucoup peiné sur ce travail.
    • On peine à suivre cet orateur diffus.
    • (Impersonnel) Il me peine de vous voir faire cette besogne.
  2. (Par extension) Être chargé d’un poids trop lourd.
    • Cette poutre, cette solive peine beaucoup, peine trop.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Peiner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PEINER. v. tr.
Faire de la peine, causer du chagrin, de l'inquiétude, affliger. Cette nouvelle m'a beaucoup peiné. Votre situation me peine extrêmement. Il s'emploie aussi intransitivement et signifie Faire des efforts pour, se fatiguer à. On peine beaucoup à marcher dans ces chemins raboteux. Il a beaucoup peiné sur ce travail. On peine à suivre cet orateur diffus. Cette poutre, cette solive peine beaucoup, peine trop, Elle est chargée d'un poids trop lourd.

PEINER s'emploie quelquefois impersonnellement. Il me peine de vous voir faire cette besogne. Le participe passé s'emploie adjectivement et signifie Qui a de la peine, du chagrin. Vous me voyez fort peiné. Il signifie aussi Qui trahit beaucoup de peine, d'effort, de travail. Un style peiné.

Peiner : définition du Littré (1872-1877)

PEINER (pè-né) v. a.
  • 1Causer de la fatigue. Ce travail vous peinera beaucoup. Comment, en faisant le monde par sa parole, il [Dieu] montre que rien ne le peine, Bossuet, Hist. II, 1.
  • 2Causer du chagrin, de l'inquiétude. Le soulagement de quelque chose qui vous peine, Sévigné, 202. Cet objection ne peine pas plus l'auteur que la première, Mém. de Trév. 1725.
  • 3Faire avec difficulté (peu usité en ce sens). Ce peintre peine beaucoup ses ouvrages.
  • 4 V. n. Se fatiguer à. Nous suons, nous peinons comme bêtes de somme, La Fontaine, Fabl. III, 2. Le cerveau peine en ceux qui n'ont pas acquis cette heureuse immobilité [l'immobilité de l'âme dans l'attention], Bossuet, Conn. de Dieu, III, 18. M. de Leibnitz peinait quelquefois à parler, Fontenelle, Leibnitz. Le régent avait la vue fort basse, elle peinait surtout en écrivant, Saint-Simon, 505, 143.

    Il se dit de poutres chargées d'un fardeau trop pesant. Cette solive peine trop pour résister longtemps.

  • 5Éprouver du déplaisir. On peine à l'entendre.

    Répugner à. Il peine à punir.

    Impersonnellement. Il me peine de vous faire faire cette besogne.

  • 6Se peiner, v. réfl. Se tourmenter. Pourquoi d'âme et de corps faut-il que je me peine ? Régnier, Sat. XVI. Il faut se trop peiner pour avoir de l'esprit, Molière, Fem. sav. III, 6. L'honnête homme est celui qui s'est peiné à n'avoir que de la vertu, La Bruyère, XII. Pour des bienséances [à la mort de Monsieur] Mme de Maintenon ne s'en peina pas, Saint-Simon, 93, 227.

HISTORIQUE

Xe s. Jonas propheta habebat mult laboret et mult penet à cel populum, Fragm. de Valenc. p. 468.

XIe s. Dis e set ans, n'en fut nient à dire, Penat sun cors el damne Deu service [au service du Seigneur Dieu], St-Alexis, XXXIII.

XIIe s. De ceste amour qui tant me fait pener, Couci, x. … Moult nous doit enuyer Que tant nous veut cist rois pener et travaillier, Sax. XVI. Les eises de sun cors fuï e esluigna, E el servise Deu jor et nuit se pena, Th. mart. 93.

XIIIe s. Por ce se devroit chascun pener de savoir la [la rhétorique], se sa nature li sueffre et li aide, Latini, Trés. p. 9. Il [l'avocat] doit estre paiés selonc ce qu'il avoit pené, ains qu'il connust le [la] querele à malvese, Beaumanoir, V, 12.

XVe s. Et prioit moult gracieusement que chacun se penast de bien faire la besogne [Édouard III à son armée], Froissart, I, I, 41.

XVIe s. D'abandonner du tout mes affaires il m'est très facile ; de m'y prendre sans m'en peiner, très difficile, Montaigne, IV, 72. Il y a plus de quarante ans que je travaille et me peine à l'esclaircissement et perfection de la chirurgie, Paré, Dédic.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « peiner »

Étymologie de peiner - Littré

Peine ; provenç. et espagn. penar ; ital. penare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de peiner - Wiktionnaire

Dénominal de peine et -er. (Vers 950) penet (« peinat »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « peiner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
peiner pene play_arrow

Conjugaison du verbe « peiner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe peiner

Citations contenant le mot « peiner »

  • Des tonnes de plants détruits, invendus: l'horticulture, qu'elle soit ornementale ou légumière, va peiner à se remettre du coronavirus, alors que tous les points de vente sont fermés au moment même ou la filière réalise les trois-quarts de son chiffre d'affaires. Terre-net, L'horticulture va peiner à se remettre du coronavirus
  • Parlant de peiner à marquer des buts, Dale Weise aurait pu forcer la main de l’état-major à lui faire une place à la gauche de Max Domi et Jordan Weal samedi contre lors du début de la série contre les Penguins. RDS.ca, François Gagnon : quatre mois n’ont rien changé aux mauvaises habitudes du CH (LNH) | RDS.ca
  • Si vous êtes un amateur de rétrogaming, voilà une nouvelle qui devrait vous peiner... Attendue pour 2020, la petite console Analogue Pocket ne verre finalement que le jour à partir du mois de mai 2021. Créée dans le but de proposer une Game Boy nouvelle génération, elle affiche des compatibilités intéressantes : Game Boy, Game Boy Color, Game Boy Advance, Game Gear ou encore Neo Geo Pocket Color… Les précommandes s'ouvriront dès la semaine prochaine via le site officiel (le 3 août), mais l'attente risque d'être encore longue jusqu'à son arrivée... Dotée d'un écran LCD de 3,5" avec une résolution de 1 600 x 1 440 pixels, la petite console s'achètera 199 dollars tandis que le dock permettant de jouer sur une télévision coûtera 100 dollars. iPhoneSoft.fr, Analogue Pocket : la Game Boy modernisée est reportée à mai 2021 - iPhone Soft
  • C’est une nouvelle qui va peiner bon nombre de cyclistes amateurs. L’Étape du Tour est annulée. Reprogrammée le 6 septembre, à Nice, les organisateurs ont annoncé son annulation, mardi 28 juillet. « Devant les difficultés pour beaucoup de participants de se rendre disponibles à cette date, et notamment ceux, nombreux, devant venir de plusieurs pays à travers le monde, il a donc été décidé de donner rendez-vous à tous les inscrits en 2021 pour l’Étape du Tour de France qui se déroulera sur le parcours tant attendu prévu en 2020 », précisent les organisateurs dans un communiqué. , Cyclisme. D’abord reprogrammée en septembre, l’Étape du Tour est finalement annulée. Sport - Hyères.maville.com
  • La grandeur de l'homme est qu'il peut trouver à peiner là où une fourmi se reposerait. Jean Giraudoux, Supplément au voyage de Cook, scène 4, Mr. Banks , Grasset

Images d'illustration du mot « peiner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « peiner »

Langue Traduction
Corse toilà
Basque nekatzen
Japonais 苦労する
Russe трудиться
Portugais trabalhar
Arabe الى الكدح
Chinois 辛苦
Allemand zu arbeiten
Italien a faticare
Espagnol trabajar duro
Anglais to toil
Source : Google Translate API

Synonymes de « peiner »

Source : synonymes de peiner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « peiner »


Mots similaires