La langue française

Peiné

Définitions du mot « peiné »

Trésor de la Langue Française informatisé

PEINÉ, -ÉE, part. passé et adj.

I. − Part. passé de peiner*.
II. − Adjectif
A. − [Corresp.à peiner I] Dans le vocab. de la crit. esthét. Qui laisse paraître le travail, la recherche, qui manque de spontanéité, de simplicité. Cet art appliqué et peiné, ils y mettaient de la conscience, parce qu'ils n'avaient rien d'autre à y mettre (Ramuz, A. Pache, 1911, p.154).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Et lorsqu'il [Chardin] aborde des personnages un peu grands, (...) il est facile de voir sa gêne, son embarras, le peiné de son travail (Goncourt, Art XVIIIes., 1880, p.88).
B. − [Corresp. à peiner II] Peiné (de qqc.).Qui éprouve de la peine, de la tristesse (à propos de quelque chose). Synon. affligé, chagriné, contrarié, désolé, triste, contristé (littér.), navré (littér.).La Gandara (...) assistait à l'enterrement de Carriès (...). Il est très peiné, laissant échapper à voix basse: «C'était mon plus intime ami!» (Goncourt, Journal, 1894, p.606).Je m'imagine alors qu'on m'écarte, par méfiance, et je me trouve tout à coup peiné d'être mis à part (Bosco, Mas Théot., 1945, p.146).
Être peiné que (suivi d'une prop. au subj.).−Qu'est-ce que tu lui diras? −Que ma mère est malade, morte... Est-ce que je sais? Il fut peiné qu'elle parlât si légèrement (Rolland, J.-Chr., Adolesc., 1905, p.331).
Être peiné pour qqn.Je suis heureux pour lui, si peiné pour Degas, qu'il n'ait pas eu à l'assumer (Gide, Corresp.[avec Valéry], 1918, p.471).
[P. méton. du déterminé] Avoir l'air peiné; sourire peiné, voix peinée. Sa figure était peinée, son esprit semblait faire des comparaisons avec le passé (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.606).Elle avait pris un ton peiné, baissant la voix pour étaler cette plaie secrète de son coeur (Zola, Dr Pascal, 1893, p.17).
Prononc.: [pene], [pε-]. Fréq. abs. littér.: 230. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 169, b) 309; xxes.: a) 466, b) 370. Bbg. Gohin 1903, p.236.

Wiktionnaire

Adjectif

peiné \pe.ne\ ou \pɛ.ne\

  1. Qui a de la peine, du chagrin.
    • Vous me voyez fort peiné.
  2. Qui trahit beaucoup de peine, d’effort, de travail.
    • Un style peiné.

Forme de verbe

peiné \pe.ne\ ou \pɛ.ne\

  1. Participe passé masculin singulier de peiner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PEINER. v. tr.
Faire de la peine, causer du chagrin, de l'inquiétude, affliger. Cette nouvelle m'a beaucoup peiné. Votre situation me peine extrêmement. Il s'emploie aussi intransitivement et signifie Faire des efforts pour, se fatiguer à. On peine beaucoup à marcher dans ces chemins raboteux. Il a beaucoup peiné sur ce travail. On peine à suivre cet orateur diffus. Cette poutre, cette solive peine beaucoup, peine trop, Elle est chargée d'un poids trop lourd.

PEINER s'emploie quelquefois impersonnellement. Il me peine de vous voir faire cette besogne. Le participe passé s'emploie adjectivement et signifie Qui a de la peine, du chagrin. Vous me voyez fort peiné. Il signifie aussi Qui trahit beaucoup de peine, d'effort, de travail. Un style peiné.

Littré (1872-1877)

PEINÉ (pè-né, née) part. passé de peiner
  • 1Qui éprouve de la peine, du chagrin. Une âme peinée par les terreurs de l'enfer, Bossuet, Ét. d'orais. IX, 8. Il s'apercevait que j'étais peiné contre lui, Fénelon, Tél. XII.
  • 2 Fig. Où le travail se fait beaucoup sentir. Un style peiné. Ce tableau paraît trop peiné.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PEINÉ, adj. se dit en Peinture, & en Sculpture, & même en Littérat. des ouvrages où rien n’est fait avec facilité, & qui annoncent par-tout la peine que l’artiste a eu à les produire : ces sortes d’ouvrages sont toujours recherchés, prononcés jusqu’à en être secs & mesquins ; on dit ce tableau est peiné, ouvrage peiné.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Phonétique du mot « peiné »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
peiné pɛ̃e

Citations contenant le mot « peiné »

  • La grandeur de l'homme est qu'il peut trouver à peiner là où une fourmi se reposerait. Jean Giraudoux, Supplément au voyage de Cook, scène 4, Mr. Banks , Grasset

Traductions du mot « peiné »

Langue Traduction
Anglais pained
Espagnol dolorido
Italien addolorato
Allemand gequält
Chinois 痛苦的
Arabe يتألم
Portugais dolorido
Russe больно
Japonais 痛い
Basque mina
Corse adduluratu
Source : Google Translate API

Antonymes de « peiné »

Peiné

Retour au sommaire ➦

Partager