Parfum : définition de parfum


Parfum : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PARFUM, subst. masc.

A. −
1. Odeur agréable et pénétrante d'origine naturelle ou artificielle. Synon. arôme, effluve, fragrance, senteur.Parfum de l'ambre, des arbres, de cire, de l'encens, des herbes, des orangers, du pain, de papier, de plante, de résine; doux, frais, puissant, suave parfum; parfum discret, énervant, subtil, violent; un parfum embaume, monte, traîne; dégager, exhaler, répandre un parfum; aspirer, humer, respirer un parfum; se mêler aux parfums; bouffée de parfum. Mainte fleur épanche à regret Son parfum doux comme un secret Dans les solitudes profondes (Baudel., Fl. du Mal, 1857, p.26).Les souffles qui lui arrivaient de la campagne avaient ce puissant parfum de verdure, cette odeur de fleurs sauvages qu'Albine secouait de ses bras nus, de sa taille libre, de ses cheveux dénoués (Zola, Faute Abbé Mouret, 1875, p.1275):
. Une obscurité presque complète, à cette heure extrême de la chute du jour, régnait dans toute la pièce, emplie des effluves d'un parfum pénétrant qui nageait autour des fourrures et des draperies claires, et posait sur tous les objets le sceau d'une si secrète intimité qu'Albert et Herminien s'arrêtèrent comme au seuil d'un lieu interdit. Gracq, Argol, 1938, p.172.
[En parlant d'odeurs appétissantes] Synon. arôme, bouquet (vin), fumet (d'un plat).Et, d'un bout à l'autre des façades, ça sentait le lapin, un parfum de cuisine riche, qui combattait ce jour-là l'odeur invétérée de l'oignon frit (Zola, Germinal, 1885, p.1260).Parmi les parfums des mets et des boissons, notre besoin de bonheur se gonflait sur la table, dans l'aire de nos regards embués, comme un herbivore ventru qui rumine toute une prairie (Duhamel, Confess. min., 1920, p.69).
P. antiphr. Odeur nauséabonde, désagréable. Mais oui, mon bon monsieur, je quitte votre maison de fous... vos haricots rouges commençaient à m'écoeurer... et le parfum des chaussettes de vos enfants, ces petites bêtes puantes... je vous laisse sous la férule de Folcoche... (H. Bazin, Vipère, 1948, p.75).
Rem. Par synesthésie (v. goût I C rem.). C'est ainsi que je restais souvent jusqu'au matin à songer au temps de Combray (...) à tant de jours aussi dont l'image m'avait été récemment rendue par la saveur −ce qu'on aurait appelé à Combray le «parfum» −d'une tasse de thé (Proust, Swann, 1913, p.186).
2. Au fig.
a) Ce qui laisse un souvenir agréable; rappel d'une évocation touchante. Aussi, jugez de mon bonheur, madame, lorsque je vous ai vue, m'apportant sur cette terre d'Espagne (...) un parfum de ma patrie perdue (Dumas père, Demois. St-Cyr, 1843, ii, 12, p.185).Tout le deuxième tableau qui se passe au bord de l'étang de Vaccarès, en Camargue, a un parfum d'églogue antique (Zola, Romanc. natur., A. Daudet, 1881, p.239).
b) Atmosphère délicate qui entoure un être ou une chose. Les Confidences d'un Joueur de Clarinette se composent de deux récits (...). Ce sont deux nouvelles, si discrètes et si naïves, que je n'ose y toucher, crainte d'en faner les couleurs et d'en dissiper les parfums (Zola, Mes haines, 1866, p.148).C'est un exemple bien curieux de persistance atavique que ce garçon cultivé [Léon Blum] (...) mêlé aux ouvriers français, aux disputes françaises, et conservant un parfum, une aura, un je ne sais quoi de biblique et d'hyperoriental (L. Daudet, Temps Judas, 1920, p.113).
c) Ce qui ajoute à quelque chose, l'agrémente d'une touche délicate, l'évoque de façon vague, indéfinissable. Un parfum d'absence, d'aristocratie, de bonheur, de danger, de distinction, d'innocence, de mystère, de tristesse, de volupté. Il faut à la femme un léger parfum de servitude... C'est une femme qui l'a dit (Goncourt, Ch. Demailly, 1860, p.200).
3. Arg., fam.
Être au parfum. Avoir connaissance de quelque chose. Synon. être au courant.La gueule qu'ils auraient fait [ses camarades de la S.N.C.F.] s'ils avaient été au parfum [de son trafic clandestin] (...). Eux qui le prenaient pour une truffe (Le Breton, Razzia, 1954, p.20).
Mettre qqn au parfum. Informer, renseigner. J'ai trente sacs à mettre sur Espoir du Logis III dans la troisième. On m'a mis au parfum... (Trignol, «Vaisselle de Fouille») (Pt Simonin ill., 1957, p.214).
B. − Substance aromatique agréable à l'odorat, liquide ou solide, d'origine naturelle ou artificielle. Parfum d'origine animale, végétale; parfum synthétique; parfum capiteux, discret, lourd, vulgaire; atomiseur, vaporisateur à parfum; boîte, flacon de parfum; cassolette à parfums; brûler, produire, verser des parfums. As-tu pensé quelquefois à un soir de triomphe, quand les légions rentraient, que les parfums brûlaient autour du char du triomphateur et que les rois captifs marchaient derrière? (Flaub., Corresp., 1846, p.206).Vers la fin de la soirée, le livre s'ouvrit à ce touchant poëme de la pécheresse versant des parfums sur les pieds de Jésus, qui lui pardonne ses péchés et lui dit d'aller en paix (Zola, M. Férat, 1868, p.129).V. aussi parfumeur ex. 2.
En compos. Brûle-parfum(s)*.
C.− Substance aromatique agréable au goût que l'on incorpore aux boissons, aux mets, aux desserts; p.méton. le goût lui-même. Glace parfum pistache. Les caramels mous sont faits avec des pâtes semblables à celles des fondants, cuites avec du lait, du beurre ou d'autres matières grasses végétales ou animales, parfumées au café, au cacao ou à la vanille, et colorées suivant le parfum (Brunerie, Industr. alim., 1949, p.32).
Prononc. et Orth.: [paʀfœ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1528 «odeur naturelle ou artificielle agréable» (Comptes royaux ds Gay); 1539 «id.» (doc. ds L. de Laborde, Les Comptes des bâtiments du Roi, t.2, p.415); 1546 p. ext. «odeur, exhalaison» (Rabelais, La Sciomachie ds OEuvres, éd. Ch. Marty-Laveaux, 3, p.408: fumees et perfums de la canonnerie); 2. 1953 arg. au fig. être au parfum (Le Breton, Rififi, p.19 et passim); id. mettre au parfum (Id., ibid., p.197 et passim). Déverbal de parfumer*. Fréq. abs. littér.: 3755. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 5431, b) 6239; xxes.: a) 5993, b) 4386. Bbg. Wind 1928, p.94, 146, 200.

Parfum : définition du Wiktionnaire

Nom commun

parfum \paʁ.fœ̃\ masculin

  1. Odeur aromatique, agréable, plus ou moins forte, plus ou moins subtile et suave, qui s’exhale d’une substance quelconque et particulièrement des fleurs.
    • Qu’ai-je besoin de demander aux choses d’autres jouissances que celle de leur présence, c’est-à-dire leur beauté et leur parfum ? — (Octave Mirbeau, Ma chaumière, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • Un souffle de parfum qu’elle porte, une odeur d’encens et de fleurs, vient à moi, et à ce parfum qui la désigne comme un vrai nom, je la reconnais : […]. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Des racines coupées et des feuilles de betteraves, bouillant dans une marmite sur le feu, mêlaient leur parfum âcre à l’odeur de renfermé qui semblait stagner dans les encoignures. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Et chacun de me plaisanter ; ma jeunesse à son lever, mon parfum de fille fraîche, ma chair toute neuve en son premier éclat éveillaient chez les hommes de sournoises concupiscences, aiguisaient leur regard. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 32)
    • Les soirs […], quand, à l'heure du repas, maman posait la cocotte noire sur la table, la cacasse-à-cul-nu dégageait un parfum particulier. — (Yanny Hureaux, Bille de chêne: Une enfance forestière, JC Lattès, 1996)
  2. (Cosmétologie) Produit industriel ou artisanal, extrait de certaines fleurs ou obtenus par des procédés chimiques, et dont il s’exhale une odeur agréable.
    • Ce furent les Croisades qui firent pénétrer en France l’usage des parfums : on introduisait ceux-ci sous forme de peaux odoriférantes destinées à faire des pourpoints, des ceintures, des gants. Aussi s’explique-t-on que le commerce de la parfumerie ait d’abord été aux mains des gantiers. — (Marcel Hégelbacher, La Parfumerie et la Savonnerie, 1924)
    • C’est le dimanche du carnaval. […] ; les jeunes aspergent les femmes de parfum. Elles répondent à coup de petites boules en celluloïd. — (Albert Londres, L’Homme qui s’évada, p. 163, Les éditions de France, 1928)
    • Le parfum, pour moi, ça représente ce à quoi tout homme veut accéder. [...] Le parfum pour moi, c’était une résistance. Je ne suis ni le Christ, ni Bouddha, ni sainte Thérèse d’Avila, mais je sentirai bon, je vais me moquer de l’incarnation terrestre. — (Alain Lefèvre, dans George Nicholson, Alain Lefèvre, Éditions Druide, Montréal, 2012, page 189)
  3. (Médecine) Lors des épisodes de peste à la fin du XVIIe siècle, fumigation utilisée pour préserver ou désinfecter les maisons de la maladie.
    • Il y a deux sortes de parfums ; le premier, préservatif pour ceux qui ne sont pas soupçonnés, l'autre, pour les maisons & personnes infectées. […] Le parfumeur ou Aérieur met le feu au parfum du grenier, ferme la porte, & ainsi descendant de chambre en chambre met le feu au parfum de chacune. […] Pour user et brûler le parfum il faut prendre quatre livres de foin sec pour deux livres de parfum & ainsi à proportion […] — (Père Léon Augustin, Parfums et remèdes contre la peste, … avec la manière de parfumer les maisons pour les préserver ou purger de l’air infecté, 3ème édition, Dijon, 1721)
  4. (Figuré) Effet subtil et durable d’une réalité agréable.
    • Le parfum de la louange, des louanges.
  5. (Figuré) (Par analogie) Trace diffuse, légèrement perceptible.
    • Il y a un sujet sur lequel Pékin et les manifestants de Hongkong sont d’accord : c’est bien un parfum de révolution qui flotte sur cette ville riche mais rebelle de 7,4 millions d’habitants. — (Frédéric Lemaître, A Hongkong, une révolution 2.0 qui broie du noir, Le Monde. Mis en ligne le 21 août 2019)
    • Et un rapide coup d’œil sur des campagnes antérieures du fabricant indique d’ailleurs que, moins brutales sans doute, elles dégagent quand même un fort parfum de machisme. — (Jean-Pierre Stroobants, En Belgique, une publicité pour un hamburger montrant un homme frappant une femme fait scandale, Le Monde. Mis en ligne le 10 octobre 2019)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Parfum : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PARFUM. (On prononce Parfun.) n. m.
Odeur aromatique, agréable, plus ou moins forte, plus ou moins subtile et suave, qui s'exhale d'une substance quelconque et particulièrement des fleurs. Respirer un parfum. Un parfum qui flotte dans l'air. Ces fleurs exhalent un parfum délicieux. Le parfum de ces fleurs entête. Un parfum subtil. Un parfum violent. Le parfum de l'encens. Fig., Le parfum de la louange, des louanges, Le plaisir qu'on a de s'entendre louer. On dit aussi figurément : Le parfum de la prière s'élève jusqu'à Dieu, est agréable à Dieu. Fig., Il y a dans ce livre un parfum d'antiquité, On sent, à la lecture de ce livre, que l'auteur s'est pénétré du génie des auteurs anciens.

PARFUM se dit aussi de Produits industriels extraits de certaines fleurs ou obtenus par des procédés chimiques, et dont il s'exhale une odeur agréable. L'essence de rose est un délicieux parfum. Parfums simples, composés, solides, liquides. Aimer les parfums. Avoir horreur des parfums.

Parfum : définition du Littré (1872-1877)

PARFUM (par-fun ; l'm ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des par-fun-z exquis) s. m.
  • 1Odeur aromatique agréable qui s'exhale comme une fumée, comme une vapeur, d'un corps odoriférant. Orangers, arbres que j'adore, Que vos parfums me semblent doux ! La Fontaine, Psyché, I, p. 14. Le père Charles de Condren… dont la mémoire, toujours fraîche et toujours récente, est douce à toute l'Église comme une composition de parfums, Bossuet, Bourgoing. La connaissance des affaires, l'application à ses devoirs… le firent connaître au public, et produisirent cette première fleur de réputation qui répand son odeur, plus agréable que les parfums, sur tout le reste d'une belle vie, Fléchier, le Tellier. Ces parfums, luxe de l'air déjà si pur et si doux, Staël, Corinne, II, 3.

    Fig. Le parfum de la louange, des louanges, de la renommée, le plaisir qu'on a de s'entendre louer, d'avoir de la renommée. C'est une fumée [la renommée], si vous le voulez, disait quelqu'un ; mais elle est douce, c'est le parfum, c'est l'encens des dieux de la terre, Bossuet, Disc. vie cachée.

    On dit aussi : Le parfum de la prière s'élève jusqu'à Dieu.

    On dit de même : un parfum de vertu, de piété. Il y a dans ce livre un parfum d'antiquité, c'est-à-dire on sent que l'auteur de ce livre s'est pénétré du génie des anciens.

  • 2Composition qui exhale une odeur agréable. Les mouches qui meurent dans le parfum en gâtent la bonne odeur, Sacy, Bible, Ecclésiaste, x, 1. On n'a jamais vu depuis à Jérusalem des parfums si excellents que ceux dont la reine de Saba fit présent à Salomon, Sacy, ib. Paralip. II, IV, 9. Tu brûleras des parfums sur mes autels, Fénelon, Tél. IV. Pline ajoute que la première cassette de parfums dont il soit fait mention dans l'histoire est celle qu'Alexandre trouva dans les dépouilles de Darius, Pastoret, Instit. Mém. inscr. et belles-lett. t. V, p. 137.
  • 3Composition d'une odeur forte dont on se sert dans les lazarets pour purifier les personnes et les choses.

    Terme de marine. Composition de goudron, genièvre, poudre à canon, etc. pour désinfecter.

  • 4Chez les tireurs d'or, composition pour donner le fumage au fil d'argent, afin de le faire passer pour du fil d'or.
  • 5Parfum d'août, espèce de poire.

HISTORIQUE

XVIe s. Si on fait perfum aux images de l'empereur, Calvin, Instit. 65. Parfum est une evaporation de medicamens humides, visqueux aucunement, et gras ; il y a deux manieres de parfums et suffumigations, les uns sont secs, les autres humides, Paré, XXV, 40. Pithou, qui ne fut jamais vendeur de parfums [donneur de galbanum], Pasquier, Rech. V, p. 443.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Parfum : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PARFUM, s. m. (Composition de parfums.) la plûpart des parfums se font avec le musc, l’ambre gris, la civette, le bois de rose & de cedre, l’iris, la fleur d’orange, la rose, le jasmin, la jonquille, la tubéreuse, & autres fleurs odorantes. On y fait encore entrer le storax, l’encens, le benjoin, le girofle, le macis, & autres semblables drogues, que l’on nomme communément des aromates. On compose aussi des sachets parfumés avec des herbes aromatiques, telles que peuvent être la lavande, la marjolaine, la sauge, le thim, la sarriette, l’hyssope, &c.

Autrefois les parfums où entroient le musc, l’ambre gris, & la civette, étoient recherchés en France, mais ils sont tombés de mode, depuis que nos nerfs sont devenus plus délicats. Parfum se prend souvent pour les corps mêmes d’où s’exhalent les parfums ; en ce sens, les meilleurs parfums se tirent d’orient, & des pays chauds. (D. J.)

Parfum, (Littérat.) les anciens regardoient les parfums non-seulement comme un hommage qu’on devoit aux dieux, mais encore comme un signe de leur présence. Les dieux, suivant la théologie des Poëtes, ne se manifestoient jamais sans annoncer leur apparition par une odeur d’ambroisie. Aussi Hyppolite expirant, & entendant une voix qui lui parloit (c’étoit la voix de Diane sa protectrice), s’écrie dans Euripide, « ô divine odeur ! car j’ai senti, déesse immortelle, que c’étoit vous qui me parliez ».

On employoit aussi des parfums sur les tombeaux pour honorer la mémoire des morts ; ainsi Antoine recommande de répandre sur ses cendres du vin, des herbes odoriférantes, & de mêler des parfums à l’agréable odeur des roses.

Sparge mero cineres, & odoro perlue nardo
Hospes, & adde rosis balsama puniceis.

Anacréon avoit dit long-tems auparavant, ode 4, « à quoi bon répandre des essences sur mon tombeau ? Pourquoi y faire des sacrifices inutiles ; parfume-moi plutôt pendant que je suis en vie ; mets des couronnes de roses sur ma tête ». (D. J.)

Parfum, (Critique sacrée.) l’usage des parfums étoit recherché des Hébreux & des Orientaux. Moïse donne la composition de deux especes de parfums, dont l’un devoit être offert au seigneur sur l’autel d’or, & l’autre étoit destiné à oindre le grand-prêtre & ses fils, de même que le tabernacle & tous les vases destinés au service divin. La loi défendoit sous peine de la vie à quelque homme que ce fût, de se servir du premier de ces parfums pour son usage. Il étoit composé de hacte, d’onix, de galbanum, & d’encens par égale portion ; æqualis ponderis erunt omnia, Exod. xxx. 34. Le parfum d’onction étoit fait de myrrhe, de cinnamome, de canne aromatique, de casse, & d’olive, Exod. xxx. 31. Il étoit également défendu de l’employer à d’autres usages qu’à celui de sa destination, & d’en faire pour soi, ou pour les autres. Voyez Onction huile d’. (Critique sacrée.)

Mais les Hébreux avoient d’autres parfums pour leurs usages profanes, tels que ceux qui étoient dans les trésors du roi Ezéchias ; ostendit eis aromata & cellam odoramentorum, & unguenti optimi, Is. xxxix. 2. Judith se parfuma pour paroître devant Holopherne. Le corps du roi Asa fut exposé sur un lit de parade avec beaucoup de parfums : posuerunt eum super lectum suum plenum aromatibus & unguentis meretriciis. Enfin, les Hébreux aimoient tellement les parfums, que c’étoit pour eux une grande mortification de s’en abstenir, & qu’ils ne s’en privoient que dans des tems de calamités. Il paroît par l’Ecriture, que les hommes & les femmes en usoient indifféremment. Les parfums qu’ils employoient pour embaumer leurs morts d’un rang éminent, étoient apparemment composés des mêmes drogues que ceux des Egyptiens, dont les Hébreux avoient pris l’usage des embaumemens. L’usage des parfums pour les morts, fit naître aux vivans l’idée de les employer pour la sensualité. Les femmes chez les Hébreux les prodiguoient sur elles en tems de noces ; c’est ainsi que se conduisit Ruth pour plaire à Boz, & Judith pour captiver les bonnes graces d’Holopherne.

Parfum, en Médecine & en Pharmacie. Ces compositions n’exhalent pas toujours une bonne odeur ; il y en a d’agréables & de desagréables.

On les divise en parfums liquides & en parfums secs. Les liquides sont comme les eaux de senteur, les cassolettes. Les secs sont comme les pastilles, les baies de genievre qu’on fait brûler dans les chambres des malades, dans les hopitaux pour corriger le mauvais air.

On parfume les chambres avec l’eau de fleur d’orange, le vinaigre, l’esprit de sel ammoniac, l’esprit-de-vin mis dans une phiole à long col sur un réchaud, pour en répandre plus aisément la vapeur.

Parfum céphalique. Prenez styrax calamite, benjoin, de chacun un gros & demi ; gomme de genievre, encens, de chacun un gros ; gérofle, canelle, de chacun deux scrupules ; feuilles de laurier, de sauge, de marjolaine, de romarin, de chacun demi-gros. Faites une poudre de tous ces ingrédiens que vous jetterez sur les charbons ardens, afin que le malade en reçoive la fumée par le nez.

On en peut faire de pareils pour remplir d’autres indications, pour provoquer les regles, la salivation, &c.

Parfum, (Tireurs d’or.) on nomme de la sorte une composition de divers ingrédiens, dont quelques tireurs d’or & d’argent se servent pour donner le fumage au fil d’argent, afin de le faire passer pour fil d’or, ou fil surdoré ; le parfum est défendu par les réglemens.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « parfum »

Étymologie de parfum - Littré

Esp. perfume ; ital. profumo (voy. PARFUMER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de parfum - Wiktionnaire

Déverbal de parfumer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « parfum »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
parfum parfœ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « parfum »

  • Pour l’instant, l’exploration spatiale est réservée aux petits génies ou aux grandes fortunes. Nous autres, créatures terrestres, ne connaîtrons-nous jamais l’odeur de l’espace ? Bientôt, un flacon de parfum pourrait démocratiser cette sensation. Baptisé Eau de Space, le projet a rencontré un certain succès sur la plate-forme de financement participatif Kickstarter. usinenouvelle.com/, [L’industrie c’est fou] Ce parfum reproduit l'odeur de l'espace pour vous mettre le nez dans les étoiles - L'industrie c'est fou
  • Mathilde Laurent est parfumeuse, créatrice de parfums pour Cartier. Invitée dans "L'Été comme jamais", l'émission estivale de Dorothée Barba, elle a apporté une réponse à cette question qu'on s'est tous posée un jour : "Pourquoi je ne sens plus mon parfum alors que je viens de le mettre ?" France Inter, Pourquoi on ne sent plus le parfum que l'on porte
  • Lancée en janvier 2020 après deux années de développement et une campagne de crowdfunding démarrée en octobre 2019, la toute jeune marque étonne par ses choix radicaux, en rupture complète avec les habitudes du monde du parfum. Après tout juste six mois d’existence, et une commercialisation exclusivement en ligne, Floratropia fera ses débuts au BHV Marais à Paris en juillet. Premium Beauty News, Floratropia, la jeune pousse qui bouscule le monde du parfum - Premium Beauty News
  • En 1999, Clive Christian, réputé pour son activité en design d’intérieur, prend les rênes de l’une des plus anciennes maisons de parfumerie britanniques, Crown Perfumery Company. Établie en 1872, elle est honorée par la Reine Victoria qui lui confère le droit d’utiliser sa couronne sur les bouteilles, un symbole distinctif qui incarne l’excellence britannique. , Ce parfum est l’un des plus chers au monde… Son prix est vertigineux
  • Vous aimez les bougies parfumées parce qu’elles donnent une ambiance romantique ? Outre le risque d’incendie qu’implique une bougie parfumée, nombre de ces accessoires pour répandre de bonnes odeurs contiennent de la paraffine. Cette substance est un dérivé du pétrole extrêmement cancérogène. BuzzWebzine, Parfum d'intérieur : parfumer sa maison sans danger pour sa santé
  • Événement spécial ou changement de saison, toutes les occasions sont bonnes ! En été, comme on adapte nos tenues, certaines accordent un soin tout particulier à adapter leur parfum à la saison. Découvrez tous nos conseils pour bien choisir votre parfum pour femme pas cher pour l’été. Closermag.fr, Comment choisir son parfum d’été ? - Closer
  • Ils s’adaptent à nos désirs, à notre personnalité, à nos rythmes de vie effrénés : les flacons petits formats, sous leurs airs discrets, incarnent à eux seuls une nouvelle façon de se parfumer. Vogue Paris, Les parfums miniatures qui nous suivront tout l’été | Vogue Paris
  • Il existe cependant des façons de se parfumer qui ne sont pas correctes. Pour les éviter, découvrez ces quelques conseils. amomama.fr, Test, application : 5 erreurs à éviter avec le parfum pour les femmes
  • L’ail est à la santé ce que le parfum est à la rose. De Proverbe provençal
  • La femme est une fleur qui ne donne son parfum qu'à l'ombre. De Félicité de Lamennais
  • N'employez aucun parfum si ce n'est le charme des pensées. De Sagesse bouddhiste
  • Quand on vit au milieu des roses, on en prend malgré soi le parfum. De Proverbe russe
  • Le souvenir est le parfum de l'âme. De George Sand
  • A quoi ressemble un professeur ? A un flacon qui contient un onguent aromatique. Quand on le débouche, le parfum se répand ; quand on le ferme, le parfum disparaît. De Le Talmud / Aboda zara
  • On dit que le parfum disparaît par évaporation... Certaines personnes blâment un peu facilement l’évaporation et feraient mieux de mettre du parfum ! De Anonyme
  • Le parfum des déesses berce la paresse des défunts. De Robert Desnos / Littérature - Décembre 1922
  • Comment pourrait-on vivre sans le parfum de l’amour ? De Francis Dannemark / Qu’il pleuve
  • L'indulgence est comme le parfum de la vérité. De Anne Sophie Swetchine
  • Les vertus domestiques ont un parfum peu odorant. De Gaston Andréoli
  • Le Libéralisme a un parfum d'Anarchisme. De Bernard Beugnies
  • Une femme sans parfum est une femme sans avenir. De Coco Chanel
  • Les souvenirs doivent avoir un parfum sec. De Gérard Bauër / L'Europe sentimentale
  • Mon âme voyage sur le parfum comme l'âme des autres hommes sur la musique. Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris, Un hémisphère dans une chevelure
  • Les parfums, les couleurs et les sons se répondent. Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Correspondances
  • Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants, Doux comme les hautbois, verts comme les prairies, - Et d'autres, corrompus, riches et triomphants. Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Correspondances

Images d'illustration du mot « parfum »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « parfum »

Langue Traduction
Corse perfume
Basque perfume
Japonais 香水
Russe духи
Portugais perfume
Arabe عطر
Chinois 香水
Allemand parfüm
Italien profumo
Espagnol perfume
Anglais perfume
Source : Google Translate API

Synonymes de « parfum »

Source : synonymes de parfum sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « parfum »



mots du mois

Mots similaires