Effluve : définition de effluve


Effluve : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

EFFLUVE, subst. masc.

A.− Émanation se dégageant des corps des êtres organisés, des matières organiques, de certaines substances.
1. MÉD., vx. [Désigne des émanations malsaines qui provoquent des fièvres ou des épidémies] Comment la maladie n'atteindrait-elle pas ces petits êtres, plongés et comme noyés au sein des effluves les plus redoutables de contagion? (Cadet de Gassicourt, Mal. enf.,t. 1, 1880-84, p. 190).
Rem. Selon Ac. 1878, ,,se dit en particulier des substances organiques altérées que l'air tient en suspension dans les endroits marécageux et qui donnent lieu à des fièvres``.
2. [Désigne des émanations agissant sur le sens de l'odorat]
a) [Au sujet d'êtres hum., d'animaux] Les caïmans (...) guettent (...) le jaguar qui descend au fleuve pour y boire et qui hume dans l'air leurs effluves musqués (Leconte de Lisle, Poèmes trag.,1886, p. 103).Si la bécasse a des effluves assez violents (...) elle est fort paresseuse (...) pendant le jour et son immobilité contrarie (...) la force de ses émanations (Vidron, Chasse,1945, p. 59):
1. ... le corps entier (...) exhalait la même senteur que sa chevelure (...) : une odeur enivrante et fade, avec des pointes poivrées; un relent de moiteur, qui faisait songer aux arômes les plus disparates (...) moins une odeur, à tout prendre, qu'un effluve, ou même qu'une saveur : car il en restait comme un goût d'épices sur les lèvres. Martin du Gard, Les Thibault,La Belle saison, 1923, p. 975.
b) [Au sujet de parfums de natures diverses] Effluves du printemps. (Quasi-)synon. exhalaison.Une obscurité presque complète (...) régnait dans toute la pièce, emplie des effluves d'un parfum pénétrant (Gracq, Argol,1938, p. 172).Humer ces effluves (...) flottants, indistincts, impossibles à analyser, qui émanaient à la fois de la peinture, du tapis, des rideaux, des fauteuils, des livres, et qui imprégnaient subtilement tout l'étage (Martin du G., Thib.,Épil., 1940, p. 783):
2. La nuit était pleine d'odeurs délicieuses et il respirait (...) le lourd parfum du chèvrefeuille mêlé à une âcre et fine senteur de feuilles mortes (...) octobre s'annonçait dans ces effluves qui portaient légèrement à la tête... Green, Moïra,1950, p. 62.
Rem. On rencontre un emploi de l'expr. par effluves. Par bouffées odorantes. Une senteur fraîche que traversait, par effluves, l'odeur des pétunias, des géraniums (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 327).
P. anal. Odeur dégagée par un aliment. (Quasi-) synon. arôme, fumet.Aux effluves du camembert crémeux et du bleu d'Auvergne odorant, marbré de veines, de la bouteille poudreuse... le chanoine s'échauffait (Arnoux, Zulma,1960, p. 52).
3. [Au sujet de phénomènes naturels (vents, émanations volcaniques)] De quartier en quartier nos soldats sont chassés par les effluves du volcan (Chateaubr., Mém.,t. 2, 1848, p. 438).L'enclos peut avoir pour but de défendre la terre contre le vent (...) les haies de roseaux protégeant des effluves salés les légumes de Staoueli (Meynier, Paysages agraires,1958, p. 164).
B.− Spéc., ÉLECTR. Décharge électrique à faible luminescence, qui ne s'accompagne ni d'échauffement ni d'effets mécaniques, mais qui est souvent un signe précurseur du claquage des isolants (d'apr. Siz., 1968). L'oxygène pur, soumis à l'action d'effluves électriques (...) devient très oxydant (Fontaine, Électrolyse,1885, p. 12).Elle [l'hydrogénation] est réalisée par l'effluve électrique (Plantefol, Bot. et biol. végét.,t. 2, 1931, p. 343).
C.− Au fig. Émanation, rayonnement, influence d'ordre moral, psychologique.
1. Spéc., OCCULT. Effluves magnétiques. Émanation du fluide magnétique, qui passe du magnétiseur au magnétisé. Inondée d'amour, vaincue par les effluves magnétiques d'un sentiment si chaud, la duchesse hésitait à faire naître la querelle qui devait les séparer à jamais (Balzac, Langeais,1834, p. 265).Aussi [le duc] l'enveloppait-il de toutes les effluves magnétiques d'une séduction (A. Daudet, Nabab,1877, p. 74).Les « magnétiseurs » prétendent utiliser le fluide (effluve, émanation, aura ou od) émané des mains humaines (J. Rostand, La Vie et ses probl.,1939, p. 78).
2. P. ext. Influence exercée par une force supérieure, d'ordre divin, ou mystérieux. Avec [Hofmannsthal] (...) le symbole est maître. Du symbole émanent des effluves, se dégagent des suggestions qui entraînent l'imagination dans les champs du rêve (Arts et litt.,1936, p. 4803).Engendrés dans le sol sous l'influence des divinités célestes (...) et de leurs effluves, ces métaux sont en correspondance, d'après les alchimistes, avec les planètes dont ils portent le signe (Caron, Hutin, Alchimistes,1959, p. 167).Là, imprégné d'effluves divins (...) il s'exerça, frappant un gros arbre d'un sabre de bois long de deux mètres (Jeux et sp.,1967, p. 1441).
3. Courant d'influence, exercé d'un élément sur un autre.
a) [Une pers. ou un ensemble de pers., des marques de leur affectivité, forment l'origine du courant d'influence] Cette grandiose et complexe machine à créer des effluves qu'est un orchestre (Mauclair, Relig. mus.,1928, p. 22).Notre goût varie avec l'âge et l'air que nous respirons; il dépend de la société et de ses effluves (Chardonne, Ciel,1959, p. 167):
3. ... en ce moment-ci André travaille. Certainement, beaucoup d'effluves émanent de sa personne. La pensée musicale porte au loin, même non encore formulée, embryonnaire. Cendrars, Les Confessions de Dan Yack,1929, p. 82.
b) [Une région marque l'origine du courant d'influence] Cet échange d'effluves entre Paris centre, et la France sphère (...) indique nettement que Paris, cette tête, est plus que la tête d'un peuple (Hugo, Actes et par. IV,1885, p. 323).
Rem. 1. On note un emploi de l'expr. à (...) larges effluves. Il devait avoir (...) un intarissable amour, pour en déverser sur la foule à si larges effluves (Flaub., MmeBovary, t. 2, 1857, p. 69). a) Ce mot est surtout attesté au plur. On rencontre cependant le sing., supra ex. 1, v. également Plantefol et Rostand, loc. cit. b) En raison de sa terminaison fém., effluve est fréquemment mis à tort au fém. Une odeur de goudron brûlé emplissait l'air, mêlée à de fortes effluves d'humanité sale et dense (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 363). Partout, dans ces quartiers où je discerne l'effluve du bitume, du fer, du platine, une effluve plus forte monte des générations mortes (Giraudoux, Folle, 1944, I, p. 37). Les effluves émotives dont tant de ces mots nous arrivent chargés (M. Bloch, Apol. pour hist., 1944, p. 87). Jean-Jacques (...) respirait ces effluves printanières (Guéhenno, Jean-Jacques, 1948, p. 226). 2. La docum. atteste effluvion, subst. fém. Effusion qui s'écoule, qui s'épand comme un effluve (d'apr. Rheims 1969). L'illusion (...) ne peut être produite que par ces subtiles émanations, ces effluvions invisibles, qui entretiennent des courants perpétuels entre les différents êtres (Joubert, Pensées, t. 1, 1824, p. 304). Je voyais tes yeux briller dans la nuit, j'avais le cœur tiède et mou... je buvais avec extase les longues effluvions (sic) de ta prunelle fixée sur la mienne (Flaub., Corresp., 1846, p. 273). 1reattest. 1824 (Joubert, loc. cit.); mot de formation obscure d'apr. effluve*. Peut-être croisement avec effusion (Rheims 1969) ou alluvion, ou bien adaptation de effluvium (effluve*).
Prononc. et Orth. : [efly:v], mais transcrit [ε(f)fly:v] sous l'influence des lettres redoublées ds Littré, DG ([ff] double) et dans Gattel 1841 et, à titre de var., ds Warn. 1968 ([f] simple). Barbeau-Rodhe 1930 admet [ε] ouvert suivi de [f] ou [ff]. Le mot est attesté ds Ac. 1878 et 1932. Étymol. et Hist. 1. a) 1755 « émanation » (Encyclop. [ici, en parlant d'un lieu marécageux]); b) 1834 effluves magnétiques (Balzac, Langeais, p. 265 [ici au fig., en parlant d'un sentiment]); c) 1885 effluves électriques (H. Fontaine, Electrolyse, p. 12); 2. [début xixes. fig. « émanation supposée à laquelle on attribue une influence morale, affective, psychologique » (Lamennais, s. réf. ds Lar. 19e: la religion est l'effluve divin)]; 1831 (Balzac, Peau chagr., p. 31). Empr. au lat.effluvium « écoulement ». Selon Littré, le mot aurait été introduit dans la sc. par G. M. Lancisi, médecin ital. [1654-1720], dans l'ouvrage De noxiis paludum effluviis, 1717 d'apr. Lar. 19e. Fréq. abs. littér. : 236. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 99, b) 508; xxes. : a) 438, b) 382.
DÉR.
Effluver, verbe pronom.,donné comme intrans. par Lar. encyclop. et Lar. Lang. fr.; comme trans. et intrans. par Quillet 1965.Une bobine de pellicule cinématographique enroulée sur elle-même dans sa boîte de fer-blanc qui s'effluve (...) et dont le subtil chloroforme filtre à travers la fermeture étanche pour vous toucher le cerveau (Cendrars, Homme foudr.,1945, p. 50). [eflyve], (j')effluve [efly:v]. 1resattest. 1945 pronom. « émettre des effluves » id.; 1965 intrans. méd. « émettre des effluves électriques » (Quillet); de effluve, dés. -er.
BBG. − Dauzat Ling. fr. 1946, p. 44. − Gall. 1955, p. 459. − Laboriat (J.). Le Sexe des anges. Déf. Lang. fr. 1974, no74, p. 14; Vocab. hermaphrodite. Vie Lang. 1972, pp. 79-80.

Effluve : définition du Wiktionnaire

Nom commun

effluve \e.flyv\ masculin ou féminin (l’usage hésite)

  1. (Médecine) (Vieilli) Substances organiques altérées, tenues en suspension dans l’air, principalement aux endroits marécageux, et donnant particulièrement lieu à des fièvres intermittentes, rémittentes et continues.
  2. Émanation qui se dégage d’un corps quelconque.
    • Il ne reste qu’un tableau de Lebrun représentant la Pentecôte d’une façon qui étonnerait l’auteur des Actes des apôtres. La Vierge y est au centre et reçoit pour son compte tout l’effluve du Saint-Esprit, qui, d’elle, se répand sur les apôtres. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 153.)
    • On entendait partout des chants d’oiseaux. Alors ma compagne se mit à courir en gambadant, enivrée d’air et d’effluves champêtres. Et moi je courais derrière en sautant comme elle. Est-on bête, monsieur, par moments ! — (Guy de Maupassant , Au printemps, dans La maison Tellier, 1891, collection Le Livre de Poche, page 213.)
    • Elle pourrait demeurer ici, l’assaillir d’invites, de chatteries, toute la nuit provoquer son désir, répandre ses effluves. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Lors des manifestations au foyer rural, il traînait toujours dans les environs de la salle, les effluves festives l'ayant averti qu'il se tramait quelque chose d'intéressant et, aussitôt les gens ou les invités partis, il entrait prêter ses mains noires pour aider à débarrasser. — (José Herbert, La vie privée de Joint de Culasse, dans L'instituteur impertinent: récits, Atria Témoignages/Primento, 2014)
    • De chaque côté de la place, il y avait des tilleuls, qui pleuraient au printemps en nous arrosant de leurs effluves apaisants.— (José Herbert, L’instituteur impertinent: Récit de vie, 2016)

Forme de verbe

effluve \e.flyv\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe effluver.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe effluver.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe effluver.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe effluver.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe effluver.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Effluve : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EFFLUVE. n. m.
Émanation qui se dégage d'un corps quelconque. Effluves odorants. Dégager des effluves. Effluves magnétiques, Effluves attribués par les partisans du magnétisme animal à un prétendu fluide magnétique.

Effluve : définition du Littré (1872-1877)

EFFLUVE (èf-flu-v') s. m.
  • 1 Terme de médecine. Nom de substances organiques altérées, tenues en suspension dans l'air, principalement aux endroits marécageux, et donnant particulièrement lieu à des fièvres intermittentes, rémittentes et continues.
  • 2Effluves magnétiques, nom donné aux influences exercées par les magnétiseurs sur les magnétisés, et attribuées à un prétendu fluide magnétique.

    Fig. et dans le style néologique. Les effluves de la passion. Effluves énervants, délicieux.

REMARQUE

On fait souvent ce mot féminin ; c'est une faute ; il est masculin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « effluve »

Étymologie de effluve - Littré

Lat. effluvium, de ex, et fluere, couler (voy. FLUX) ; ital. effluvio. Ce mot a été introduit dans la science par Lancisi, médecin italien.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de effluve - Wiktionnaire

Du latin effluvium, du préfixe ex- indiquant la séparation et de fluxus (« écoulement »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « effluve »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
effluve eflyv play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « effluve »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « effluve »

  • "Je ne porte plus de parfum parce que c'est trop déprimant de m'en mettre tous les matins et de ne pas pouvoir le sentir", a déclaré Kelsey Meeks. "Parfois, je peux en sentir une effluve, mais la plupart de ce que je sens maintenant sent très mauvais". Business Insider France, Les scientifiques commencent à comprendre pourquoi le coronavirus fait perdre l'odorat pendant parfois plus de 30 jours
  • Parfois une balade dans la nature démarre avec une palette de parfums qui envahissent le promeneur et l’emportent ailleurs. Arrivé au terme de la traversée des roses qu’empruntent les producteurs d’eau de rose durant un mois pour acheter pétales et bourgeons directement à la source, le visiteur identifie, dès le premier effluve, l’entêtant parfum des roses qui se dégage de chez Hafez Jreij, à Enfé (Koura). Si toutes les maisons portent le nom de ceux qui y habitent, la sienne s’identifie aux productions qu’il se procure selon les saisons : tantôt la maison du sel, tantôt la maison des roses ou, plus simplement, la maison aux volets bleus. Hafez Jreij, septuagénaire, s’affaire tantôt à la récupération du sel d’Enfé, tantôt à la production d’eau de rose, de fleurs d’oranger ou celle de tisanes à la rose. « Bienvenue dans la maison des roses », lance Hafez Jreij à ses hôtes. Le spectacle qui s’offre au regard est impressionnant. Comme noyé dans une ambiance magique, le sol du séjour de la bâtisse est tapissé de pétales : une étendue de toutes les nuances de cette douce couleur qui part graduellement d’un rose pâle et doux à une teinte plus vive. La fraîcheur du sol empêche les pétales de s’assécher et de perdre l’eau qu’ils contiennent, le temps que le processus de distillation commence. L'Orient-Le Jour, La maison des roses à Enfé, ou l’art de cultiver son propre bonheur - L'Orient-Le Jour
  • L’idée ? Imaginer l’effluve d’une décennie fantasmée, toute en sérénité. D’où ce splash vert comme une bouffée d’air frais : un mélange citron + verveine + vétiver nous projette vers un monde un peu plus beau.  Vogue Paris, 5 parfums homme pour l’été qui sortent du lot à offrir à la fête des pères | Vogue Paris
  • Avec cette expérience, les scientifiques ont pu changer subtilement le timing et la combinaison des faisceaux nerveux activés pour déterminer ceux qui étaient les plus importants, c’est-à-dire quel aspect d’une odeur la définit en particulier et la différencie d’une autre senteur. Les chercheurs se sont notamment rendu compte qu’en changeant l’ordre des faisceaux activés au début de la séquence d’une odeur, cela réduisait de 30 % la reconnaissance de l’effluve. , La souris est capable d’identifier une odeur artificielle grâce à des stimuli
  • La drôle de scène s'est déroulée le 20 juin, quand les employé·es de l'établissement bavarois ont remarqué qu'une drôle d'odeur émanait d'un paquet. L'effluve était si forte et nauséabonde que plusieurs personnes se sont senties mal. Craignant être en présence d'une substance nocive, le personnel a rapidement prévenu la police, rapporte le Guardian. Slate.fr, Un fruit malodorant envoie six personnes à l'hôpital et force l'évacuation d'un bureau de poste | Slate.fr
  • La création de départ est un somptueux bouquet de fleurs moderne concentré en flacon. Enivrante et vive, l’effluve est soulignée de contrastes qui pimentent sa finesse. La tendresse de la rose bulgare, du jasmin et de la violette, est associée aux obscures notes de la fève de Tonka, du clou de girofle et du poivre. L’envolée est sublimée par le mystère du bois de santal et d’encens. Le parfum est une douceur poudrée piquée par des épices. Un frisson olfactif espiègle et sensuel, loin d’être lisse. « C’était un parfum spécial pour une beauté un peu spéciale. Une beauté très androgyne » indique à Femmes d’aujourd’hui Eloy Martinez de la Pera Celada, ami de longue date de Givenchy. Très vite, l’effluve ne manque pas de susciter les convoitises. Le couturier commet l’erreur de laisser un foulard imprégné du parfum à l’entrée de son atelier. De quoi attirer la curiosité de sa clientèle. Il décide de commercialiser le parfum en 1957 et prend soin d’en informer sa muse. La réponse d’Audrey Hepburn tombe comme un couperet et baptise dans la foulée le parfum : « Je vous l’interdis ! ». , Ce parfum qu'Audrey Hepburn ne quittait jamais… Il est toujours en vente, pourtant elle l’avait interdit

Traductions du mot « effluve »

Langue Traduction
Corse profumo
Basque usaina
Japonais 香り
Russe нюх
Portugais fragrância
Arabe رائحة
Chinois 香味
Allemand duft
Italien profumo
Espagnol olor
Anglais scent
Source : Google Translate API

Synonymes de « effluve »

Source : synonymes de effluve sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires